Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Élevage I. La densité du bétail

Christian Seignobos

Volltext

1L’élevage constitue l’une des activités majeures de la province de l’Extrême-Nord et celle qui, parmi les activités traditionnelles, est la plus rémunératrice.

2En 1991, le rapport Minepia-SFC avance les chiffres de 650000 pour le cheptel bovin et de 1700000 pour les effectifs ovins-caprins, soit 0,32 bovin et 0,85 petit ruminant par habitant, alors que le rapport était de 0,57 bovin et 1,1 ovin-caprin en 1985.

3L’élevage représente une source de revenu essentielle pour 30 % de la population rurale et le bétail garde, pour bon nombre d’ethnies, la première place dans le mode d’accumulation des richesses. Pour certains groupes, c’est la seule production qui donne lieu à une commercialisation régulière. Ce capital est allé croissant chez les agriculteurs-éleveurs pendant ces deux dernières décennies, alors qu’il semble avoir plafonné pour les éleveurs traditionnels.

  • 1 73 CZV dans la province pour 18 sous-secteurs en 1991.

4L’encadrement vétérinaire s’est avéré efficace jusque dans les années 1980, s’appuyant sur une infrastructure de Centres zootechniques et vétérinaires (CZV)1, dépendant de sous-secteurs (un par arrondissement) et de secteur (un par département). Outre leur vocation prophylactique, ces centres sont intervenus lors de sécheresses (1984, 1987) pour fournir à prix subventionnés des tourteaux de coton. Toutefois, le relâchement du rôle des services de l’État, ces dernières années, laisse apparaître des craintes sur l’efficacité des couvertures vaccinales, d’autant que les pays voisins n’offrent pas, non plus, toutes les garanties sanitaires.

Les espèces animales

Les bovins

5Les zébus dominent largement, mais l’aspect des troupeaux, au contraire de ceux de la Bénoué, est très hétérogène.

  • 2 Poulfouli indique une appartenance au monde peul par rapport au non-peul. On parle aussi du « mout (...)

6Dans ceux-ci se distingue le zébu red mbororo ou mbororo djafoun, dit encore mbororodji, à robe acajou et à cornage en lyre. Bâti pour la transhumance, le mâle mesure de 1,50 m à 1,60 m au garrot et pèse entre 350 et 500 kg. Toutefois, le bovin qui domine est le zébu dit poulfouli2, au format plus réduit, mais bien en chair et à robe variée. Il est souvent métissé avec le « zébu choa ». Chez les Fulbe du Diamaré, on observe peu de white fulani ou de mbororo akou, appelés encore danedji, un animal de grand format à robe blanche (daneeji), parfois mouchetée, et à muqueuses noires.

  • 3 On retrouve le terme de « goudali » pour désigner le zébu peul du Diamaré, désignation tout à fait (...)

7Il en est de même pour le zébu goudali3 de l’Adamaoua, plus massif, à bosse retombante et à cornage réduit, qui est peu représenté dans le Diamaré, en dépit des efforts pour le diffuser à la fin de la période coloniale. Il s’avéra peu adapté aux grandes transhumances.

8Les zébus peuls, dans leurs différentes variétés, sont estimés à 380000 têtes (1990).

9Le zébu des Arabes Showa est un animal à petit cornage et de gabarit moyen. Il a la réputation d’une meilleure production de lait. Ses effectifs peuvent être estimés à 130000 têtes.

  • 4 Appelé aussi dans les rapports des services de l’Élevage « bœuf toupouri » ou « bœuf du Logone ».

10Le put masada4 est un lointain avatar de taurin qui, après métissage, a pris l’allure d’un petit zébu tout en gardant des comportements différents au vêlage et à l’embouche. Il reste très rustique. Toutefois, en raison de sa sédentarité, ce cheptel s’avère parfois plus sensible aux sécheresses que celui transhumant sur de vastes espaces, ce qui expliquerait en partie l’irrégularité des chiffres présentés dans les différents registres administratifs. Élevé par les Musgum, les Masa et les Tupuri, l’ensemble de ce cheptel – où se mêlent également des zébus peuls – serait estimé entre 135000 et 140000 têtes et représenterait 1/6e du gros bétail de la province.

11L’attelage bovin est encore le mode de traction le plus vulgarisé dans la province, particulièrement chez les Mundang et les Tupuri. Il a débuté avec l’introduction du coton en 1955, initiée par la CFDT, et sera toujours intimement lié à l’évolution de la filière coton.

  • 5 Le faible recours aux femelles traduirait une facilité d’approvisionnement en animaux de trait grâ (...)

12La carrière d’un zébu débute à trois ans et dure quatre ans et plus. Les taurillons de trait sont généralement achetés (hormis chez les Tupuri qui les prélèvent de leurs troupeaux). On note le sous-emploi des génisses, alors qu’elles préfiguraient un idéal de développement basé sur une « association agriculture-élevage »5. L’utilisation des attelages reste limité au transport des récoltes et résidus de cultures. Cette insuffisance est compensée durant la saison culturale par des locations à des tiers.

13Les taurins, appelés mbuuji ou na’i damuudi en foulfouldé, sont essentiellement concentrés dans les monts Mandara centraux.

14Classé dans le groupe des taurins à cornes courtes, c’est un animal de petit format. La tête est large et courte. Les robes sont variables, mais les pies noires, les noires et les pies rouges dominent. L’adulte mâle pèse en moyenne 217 kg (avec une variante de plus ou moins 43 kg). Sa hauteur au garrot est de 109 cm (plus ou moins 10 cm).

15En janvier 1995, 3300 taurins kapsiki ont été recensés, y compris les 650 à 700 têtes venues de chez les Bana, voisins méridionaux des Kapsiki.

Les petits ruminants

16Les caprins représentent les animaux d’élevage les plus répandus. Ce sont des « populations primaires » (Lauvergneet al., 1993), c’est-à-dire des cheptels dans lesquels il n’a pas encore été procédé à des sélections.

17On retrouve l’élevage des chèvres principalement parmi les ethnies non musulmanes, en particulier chez les montagnards. Les Mofu distinguent plusieurs « races », la leur, ‘dakw ngwa (chèvre de la montagne, des rochers), ‘dakw madaskwa, venant du Wandala ; tek mbozom (la chose des Fulbe), et ‘dakw korni (chèvre des Musgum). Les deux dernières ne sont pas admises dans la chèvrerie car elles supportent mal la claustration, aussi restent-elles attachées sous des hangars. Avant de les introduire dans le troupeau, les chèvres acquises en plaine subissent un rituel d’aspersion d’eau additionnée de Cissus quadrangularis. Seules les chèvres des rochers sont reconnues comme animal sacrificiel et dans la composition des dots. C’est dans la panse de ces chèvres que l’on trouve la pierre de protection du bétail. À la sortie de chaque claustration de saison des pluies, on leur donne à boire de l’eau dans laquelle sont immergées les pierres de protection. Lorsqu’on vend une de ces bêtes, on prélève des poils que l’on disperse dans la bergerie (gezleng). Pour constituer un élevage de petits ruminants, il est d’usage de commencer par des chèvres des rochers.

18La chèvre peule a le poil mi-long et son gabarit est plus fort, 65 à 70 cm au garrot. Sa gracilité en fait une bonne marcheuse. Son adaptation à la chaleur et à la sécheresse serait liée à une augmentation du vide sous-sternal (Bourzatet al., 1993). La chèvre musgum, plus petite, 45 à 50 cm au garrot, est bien en chair et possède aussi de longues oreilles.

19Deux races d’ovins coexistent, facilement identifiables, l’une de grande taille, à robe claire, élevée par les groupes musulmans, et l’autre, sur les rives du Logone, appelée « mouton kirdi » ou « mouton massa », petit, de 25 à 30 kg adulte, à robe noire à reflets roux.

20Le mouton a été introduit tardivement dans le Nord-Cameroun. Les Kotoko, pour leur part, l’associent aux rituels concernant les fleuves ; il en va de même pour d’autres riverains du Logone, comme les Musgum et les Masa, où cet animal partage le sort de la chèvre dans les différents sacrifices. H. Fréchou (1966 : 27) signale qu’en 1962 « les ovins sont très peu nombreux dans le nord des montagnes du Margui-Wandala (les ethnies de cette région ne s’y intéressent absolument pas), dans l’ouest de l’arrondissement de Kaélé (pays giziga), et dans le canton de Moussey ».

21Chez les montagnards, le mouton apparaît dans la deuxième partie du XVIIIe siècle, amené dans les piémonts par les Mandara. Certains clans montagnards, parmi les derniers arrivés, disent être montés sur le massif en suivant un mouton.

22Chez les Mofu, moutons et chèvres sont considérés comme étant de nature différente, et ne peuvent être mis dans les mêmes bergeries, aussi les chèvres sont-elles parquées dans la partie haute et les moutons dans la partie basse.

23Les grands moutons des Uudaa’en (Fulbe moutonniers) sont de race dite « mouton oudah », bicolore, avec une avant-main noire et une arrière-main blanche. La femelle pèse 45 kg et le mâle 55 kg. On rencontre aussi un grand mouton blanc dit « mouton waïla » (de woyla, nord en foulfouldé). Ces troupeaux sont, parmi les élevages, les plus anthropisés. Ils suivent leurs bergers à la voix et ce dernier rabat, à l’aide d’une hache, les branches d’Acacia pour les mettre à leur portée. La limite méridionale de leur parcours se situe au nord de Balda.

  • 6 On relevait, en 1985, à Maroua un élevage de 21400 petits ruminants, soit un animal pour six perso (...)

24Ils servent aux sacrifices des fêtes religieuses musulmanes. Les commerçants arabes viennent les vendre à Bogo, généralement depuis la région de Dourbali (au Tchad). Ils font aujourd’hui partie des élevages urbains (Maroua), avec le mouton peul de la région de Maroua6. Ce dernier (mouton poulfouli) à pelage plutôt blanc ou tacheté est, en grande partie, métissé avec le « mouton kirdi ».

Les équins

25Les chevaux ont connu une longue défaveur, alors qu’ils avaient été, jusque dans les années 1930, au centre de l’intérêt de l’administration coloniale et du service de l’Élevage avec la jumenterie du quartier de Missinguiléo (Maroua) et le haras du lamido de Maroua.

26Les régions de Petté et Fadaré ont été réputées pour leur élevage qui se faisait d’ailleurs, en grande partie, avec des animaux importés du Tchad. Aujourd’hui, les chevaux arabes, barbe et dongolaw, ne seraient guère plus de 5500 dans l’ensemble. Ces dernières années, le cheval est revenu en force comme animal de trait car il est moins coûteux à l’achat et d’un entretien plus facile qu’une paire de bœufs de labour. Toutefois, il ne s’agit pas ici du cheval peul mais d’un poney. Ce poney, appelé « poney musey » ou sundaru (ffdé), est élevé dans le canton de Gobo et au Tchad, dans les plaines de la Kabia et de la Tandjilé, chez les Musey et les Marba.

  • 7 En 1922 (ANY APA 11513/D), le lieutenant Givaudan recense, au cours d’une tournée en pays banana ( (...)

27L’élevage du poney, privé de vocation économique, dépérissait jusqu’à la fin des années 1980. En 1985, il était donné comme relictuel avec à peine une centaine de têtes dans le canton de Gobo7. Simple représentation symbolique dans les dots musey, le poney avait vu son prix chuter au point qu’il était intéressant de l’acheter comme animal de boucherie. Des commerçants arabes Showa de Gobo s’étaient fait une spécialité de sa commercialisation au Nigeria.

28En 1990, ils étaient encore peu nombreux à être attelés (environ 800), mais, en 1997, la Sodecoton estimait à 1500 l’effectif dans la plaine du Diamaré, ce qui en fait un mode de traction non négligeable.

29Les Fulbe qui pratiquent la culture attelée équine possèdent un ou deux chevaux, toujours des mâles. Le gabarit des poneys est relativement homogène avec 220 kg de poids vif et une hauteur au garrot de 1,25 m. Les prix varient entre 40000 et 60000 F CFA en 1997, sur le marché de Bogo. Lors de la saison sèche, le poney accuse une perte de poids de 25 à 55 kg et il faut lui donner une complémentation de céréales entre 200 et 400 kg par tête (Vall, 1999).

30La vitesse du cheval est appréciée pour des semis précoces, mais, selon certains utilisateurs, elle peut être un handicap dans la précision du sarclage.

31Ce sont les mêmes raisons économiques qui vont faire se développer l’élevage de l’âne. La traction asine est apparue entre Kaélé et Guider, dans les années 1970. Elle s’est développée au détriment de la culture attelée bovine, à la fin des années 1980 et elle devient quasi exclusive sur les plateaux et dans les piémonts des monts Mandara. On compterait près de 32000 ânes en 1997.

32La culture attelée asine intéresse les petites exploitations, comptant des parcelles de sol léger ou caillouteux, dans des zones où l’élevage du bovin est peu développé. Elle se pratique avec un seul âne attelé par une bricole domestique à une charrue légère. Cet attelage, très facile à manier, peut être conduit par des femmes. La moitié des exploitations utilisent des ânesses. Leur poids vif est équivalent à celui d’un mâle, 120 kg. L’ânesse permet des renouvellements d’attelage sans frais. La mise en service d’un âne de trait se fait à trois ans, pour une longue carrière de six, voire dix ans (Vall, 1999). Le coût d’acquisition reste peu élevé en dépit d’une remontée des prix en 1997, à 25 000 F. Animal rustique, il a néanmoins besoin d’une complémentation à la fin de la saison sèche (tourteaux, drêches de bière de mil, fanes…).

33L’âne reste un animal de bât utilisé sur tous les marchés de la province. Un commerce d’ânes de boucherie existe, en direction essentiellement du pays mafa et, plus précisément, sur les marchés de la région de Koza.

Les porcins et autres élevages

34Les porcs sont d’introduction récente. C’est à la fin de la période coloniale que le porc est élevé en pays mundang, où l’on construit des porcheries selon les techniques traditionnelles du toit plat débordant (zadere).

35Alors que les montagnards boudent l’élevage du porc, qui commence seulement à faire son apparition sur les piémonts mofu, il prend une grande extension dans le pays tupuri et dans certaines régions du pays masa. À Sirlawé, au sud de Doukoula, on relevait 2,2 porcs par concession en 1995. On en recense 40000 pour l’ensemble de la province en 1997.

36L’élevage des suidés est, en partie, lié à la préparation de la bière de mil et aux drêches dont ils se nourrissent. Les drêches liquides commencent même à être commercialisées à Yagoua et elles sont complétées par du son de riz et des tourteaux.

37Cet élevage va susciter de véritables marchés, à Doreissou et Zouey en 1986, à Dziguilao en 1989, à Doukoula en 1995, où viennent s’approvisionner les commerçants bamileke pour les marchés de Yaoundé et de Douala. Ils montent avec des bétaillères et 300 à 400 porcs sont négociés par marché. Il s’agit de porcs « démarrés », de trois ans, vendus entre 12000 et 25000 F, et aussi de porcs plus gros. L’élevage de l’Extrême-Nord profite de la situation sanitaire qui prévaut dans l’Ouest et le Littoral dominée par l’enzootie de la peste porcine africaine qui y a fait son lit depuis l’épizootie meurtrière du début des années 1980.

38Il est un autre élevage, plus anecdotique, comme celui du chien, de la variété locale de type sloughis. Les chiens servent à la chasse, généralement collective et pratiquée avec des bâtons de jet (Giziga, Tupuri et Masa). Les chiens de berger se rencontrent chez les Kapsiki, alors qu’ils sont peu utilisés chez les Fulbe.

  • 8 Seuls les hommes sont habilités à préparer et à vendre de la viande de chien. En 1982, pour un chi (...)

39Sur le marché de Mayo-Plata, chez les montagnards uldeme et vame, les chiens sont commercialisés par dizaines et la viande en est consommée massivement (Thys et Nyssens, 1982)8. Ils sont parfois achetés fort loin, chez les populations du Logone. Les montagnards les ramènent par groupe de six ou neuf, tenus par des licous attachés au bout de bâtons.

  • 9 Les types de poulaillers sont nombreux : dôme de terre avec trous d’aération et ouverture sur le c (...)

40L’élevage avicole est toujours caractérisé par de très grandes fluctuations d’effectifs. Si l’élevage des gallinacés est partout présent, ne serait-ce que, pour les non-musulmans, comme ingrédient sacrificiel de base, une seule région s’est lancée dans une production commerciale : le pays tupuri. Du marché de Doukoula partent des camions où la volaille attachée par les pattes couvre, par grappes, tout l’extérieur de la caisse. Le pays tupuri est bien celui du poulet, le sommet festif et rituel, le few kage (fête du poulet), recouvrant ici une réalité économique. Il reste néanmoins un élevage domestique9. L’influence des races plymouth et rhodes-island, diffusées dans les années 1950 et 1960, y est encore visible.

41En pays tupuri, on élève également des canards, une grande partie du pays étant amphibie pendant la saison des pluies, et des pintades.

42Parmi les éleveurs peuls, certains groupes sont pratiquement tournés vers le seul élevage bovin et ne possèdent que peu de petits ruminants. D’autres, en revanche, complètent la modicité de l’élevage bovin par celui d’ovins. On peut trouver de grands troupeaux de moutons et de chèvres chez les Arabes Showa qui ont toujours pratiqué cet élevage. La vente des animaux leur permet aussi de compenser la perte de bovins et d’en acquérir de nouveaux.

43Quelques groupes sont peu intéressés par l’élevage, comme les Mundang, en dépit de prestations dotales partielles en bovins et de l’ancienneté de la culture attelée chez eux. Les Giziga voisins sont encore moins pourvus en bovins. À l’opposé, les Tupuri cumulent tous les élevages : leurs bovins, le zébu peul, le poney comme animal de trait, chèvres et moutons, mais aussi le porc, les poules, canards, pintades, pigeons… seul l’âne est boudé. Reste que l’élevage le plus prestigieux, aujourd’hui comme hier, est celui du bovin.

Les types d’élevages bovins

Les sociétés pastorales peules et arabes Showa

Les Arabes Showa

44Lorsque les Arabes Showa passèrent le Chari au XVIIe siècle, en provenance de l’est, ils n’étaient pas tous éleveurs de bovins. Des fractions importantes, comme les Dar Begli, ne possédaient que des troupeaux de petits ruminants.

45C’est en s’installant à la place des Fulbe, dans la région au sud du lac Tchad, qu’ils firent grossir leurs troupeaux de bovins, sans toutefois se livrer à de grandes transhumances. Elles se bornent, selon deux axes, l’une aux lais du lac Tchad au nord, l’autre aux yayrés (cf. Élevage II).

  • 10 Dans les troupeaux de la province (chiffres des services de l’Élevage), la moyenne de femelles est (...)

46Pour T. Schrader (1986 : 38), la composition moyenne des troupeaux arabes Showa dans les yayrés serait de 5 % de taureaux, 15 % de veaux et de vêles et 80 % de vaches et de génisses10. La moyenne par adulte est de 16 têtes, les petits ruminants pouvant être présents.

47Les Arabes Showa ont mis en place une véritable organisation d’éleveurs-agriculteurs. Dans leurs vastes cases (kuzi), le lit familial, avec son dais de nattes, sorte de reproduction de la tente de nattes à arceaux des éleveurs nomades du Tchad, trône au centre. À l’arrière du lit familial, sont disposés les piquets et les cordes à veaux. La nuit, le reste du bétail est parqué soit dans d’autres cases, soit dans des corrals regroupés au centre du village ou qui s’ouvrent sur une voie centrale. Derrière chaque grande case ou ensemble de cases se développe un champ (de maïs, petit mil) entouré d’une haie sèche (zeriba) qui confère à ces villages une allure très particulière, en forme de pétales. Cette organisation de l’habitat va influencer celle des Fulbe qui sont à leur contact, dans le nord du Diamaré (à Petté).

Les Fulbe

48Chez les Fulbe, coexistent plusieurs types d’élevage pratiqués en alternance ou en passant insensiblement de l’un à l’autre.

49Les éleveurs itinérants restent dans une logique constante de transhumance des troupeaux et se livrent, de façon régulière ou sporadique, à l’agriculture (Fulbe Maare’en, F. Addanko’en et F. Alijam qui passent la saison des pluies dans la région de Mindif). Parfois, le passage à l’agriculture sert à mieux défendre l’accès aux pâturages locaux pendant la saison des pluies. L’utilisation de l’emplacement des waalde (corrals) devient alors systématique. On observe la même pratique chez les Mbororo de la Bénoué.

  • 11 Le maximum de départs pour la moitié nord du Diamaré s’effectue en janvier et mars.

50Les éleveurs sédentaires, pour lesquels la transhumance est devenue un mode de gestion alternatif du cheptel, modulent leurs départs11 en fonction de l’importance qu’ils donnent aux cureeji (troupeau qui reste en place) et de la situation dans les yayrés. Ils peuvent alors opter pour deux axes de transhumance, celui des yayrés (Cameroun et Tchad) et celui du sud, vers la région de Pala au Tchad.

51Si les axes migratoires sont constants depuis plusieurs générations, les routes sont nombreuses et sans cesse modifiées, de même que les extrémités peuvent, selon les époques, s’allonger ou se rétracter. Le pastoralisme reste un mode de vie flexible, mais très réglementé quant à l’accès aux pâturages et parfois à l’eau.

  • 12 Le nombre moyen de bovins par troupeau se situerait, pour tout le Cameroun, à 45 têtes.

52La moyenne des troupeaux sédentaires (Mindif) serait de 40 têtes et celle des troupeaux transhumants, de 70 têtes (Réquier-Desjardins, 1997)12.

  • 13 L’éleveur transhumant doit payer l’impôt de capitation du bétail (garaama na’i), négocié à 2000 ou (...)

53La gestion des troupeaux sédentaires peut sembler plus coûteuse, avec l’achat d’une forte complémentation pendant la saison sèche. Toutefois, l’augmentation des coûts de droit de pacage sur les étapes du parcours13, le passage des fleuves peuvent faire douter, dans certains cas, de l’intérêt de l’élevage transhumant.

54Parmi les éleveurs sédentaires, il est à noter que les villages peuls, qui sont traditionnellement pasteurs, sont davantage pourvus en bétail que ceux peuplés de Foulbéisés, qui ont copié le modèle du genre de vie peul.

55Certains villages se voient confier des têtes de bétail par des membres de leurs familles ou des amis selon la disponibilité plus grande en pâturages ou en résidus de récolte (5 % des animaux d’après Letenneuret al., 1995).

56Quelques gros marchés à bovins dominent, ceux de Bogo, Maroua, Gazawa, Moulvouday et, à proximité du lac, Ngouma.

57Il est illusoire, tant les circuits sont complexes, de suivre les ventes du marché de Bogo, où l’on estime les transactions entre 450 et 600 têtes, mais celles-ci peuvent parfois dépasser le millier. C’est un lieu de rencontre entre les commerçants tchadiens et nigérians et c’est là que les courtiers sont les plus actifs. Les ventes ralentissent fortement au début de la saison des pluies, quand les éleveurs arabes Showa se retirent des yayrés. Le nord du Cameroun représente un simple transit du commerce du bétail du Tchad vers le Nigeria. Une partie est vendue au Cameroun, mais les lots venant du Tchad sont au passage également grossis de bêtes des élevages locaux.

58Le marché de Moulvouday enregistre des transactions moindres. Depuis la période coloniale, il a la réputation d’écouler le bétail volé au Tchad et au Cameroun. Il est tourné vers le pays mundang, en concurrence avec celui de Doumrou.

  • 14 Il existe aussi des marchés frontaliers, mais du côté du Nigeria : Gambaru, en face de Fotokol, Dj (...)

59Quant au marché de Gazawa, il alimente essentiellement l’élevage montagnard14.

60On peut parfois rencontrer des pseudo-spécialisations, comme le marché de Dargala pour les taurillons destinés à la culture attelée, ceux de Guirvidig et de Kouyapé pour la vente des petits ruminants. Les marchés sont mieux fournis à certaines périodes de l’année, où les besoins d’argent se font sentir : fêtes musulmanes, rentrée scolaire, recouvrement de l’impôt et surtout repiquage du muskuwaari qui impose une grosse main-d’œuvre.

Les élevages sédentaires traditionnels

Les agro-pasteurs musgum, masa et tupuri

  • 15 Chez les Wina, R. Nikoutsia indique, pour 1975, 1,3 bovin par famille. Chez les Masa de Bagara, J. (...)

61Pour le groupe masa et apparentés (Wina et Gisey), la moyenne par concession est « conventionnellement » de 2 ou 2,5 bovins15. Ce cheptel est étroitement associé au système agraire, qui admet des temps de stationnement sur les parcelles, et favorise l’entretien de parcs de Faidherbia albida. Pendant la saison des pluies, les troupeaux sont conduits sur les marges du terroir (nagata), les soles de sorghos étant alors protégées de haies sèches rapidement montées en émondes de jujubiers. Celles-ci matérialisent un réseau canalisant le bétail vers des chemins construits qui assurent le passage, soit vers les pâturages de brousse, soit vers ceux de décrue du lit majeur du Logone et des mares.

62Chez les Tupuri, les blam day (chemin/vache) marquent également une limite entre les quartiers. Encadrés par des haies de Jatropha curcas et, plus récemment, d’Ipomoea fistulosa, ils sont inaliénables. Sur la frontière du Tchad, en pays anciennement kera, à l’est de Doukoula, le réseau de ces chemins de bétail est encadré d’Adenium obaesum. Le troupeau est redistribué, le soir, dans les différentes concessions. Il passe la nuit dans la cour ou à l’intérieur de cases.

63L’importance du bétail, pour ces agro-éleveurs, n’est plus à démontrer. Le troupeau, farayna (signifiant également « richesse ») est un capital. Il demeure le vecteur des relations sociales et la base exclusive des dots. Il fait également l’objet de prêts (golla), comme, du reste, les petits ruminants. La vache laitière, particulièrement valorisée, sert encore aux cures de lait (gurna), qui, dans les zones non rizicoles masa, sont encore assez bien suivies (le lait de chèvre alimentant les pré-gurna des adolescents).

64Le troupeau de la communauté villageoise est confié à l’un des propriétaires qui, à tour de rôle, assure la charge de bouvier. À la différence des pasteurs peuls, il est responsable des bêtes perdues ou volées et des déprédations causées aux cultures. Lors de son tour de garde, il choisit le parcours de la journée, parfois secondé d’un autre propriétaire lorsque celui-ci vient d’introduire de nouvelles bêtes qui doivent s’adapter au troupeau.

  • 16 Cette riziculture, qui a connu bien des aléas, a été acceptée par les Masa tant que la prise en ma (...)

65Ce cheptel, en dépit de paliers et de reculs, connaît globalement un constant accroissement. Les Masa continuent de maintenir leur trilogie économique : sorgho rouge/pêche/élevage, malgré la présence de la riziculture en aval de Yagoua16. En dépit de l’effondrement du stock piscicole du Logone, ils maintiennent leurs campagnes de pêche, plus en aval, sur le bas Chari et même sur les îles du lac Tchad, en pays buduma, et jamais leurs troupeaux n’ont été aussi nombreux.

66Chez les Tupuri, non seulement le cheptel a augmenté, mais la composition du troupeau a changé ; la proportion de femelles a baissé ces deux dernières décennies. À Sirlawé, par exemple, le sex-ratio présente seulement 54 % de femelles. L’explication tient dans la généralisation de la culture attelée (le Tupuri puisant dans son troupeau) parallèlement à l’affaiblissement de l’institution du gurna. Les bovins prêtés en golla ne sont plus, comme par le passé, des vaches lactantes, mais des taureaux d’attelage ou du bétail pour fumer les champs. Le prêt de bétail, qui se maintient, ne se contente plus d’amorcer des alliances pour aboutir à des mariages. Il peut aller à un jeune bénéficiaire qui, en compensation, aidera le prêteur âgé sur ses champs. Il contribue à renforcer des alliances existantes et peut être dirigé de la famille de la femme vers celle du mari, ce qui autrefois était prohibé. L’obligation de posséder du bétail est, chez le Tupuri, primordiale. Seul le bétail – et non le coton – permet par sa vente de compenser le déficit vivrier chronique de ces terroirs saturés (Seignobos, 1995).

L’élevage bovin dans les monts Mandara

67Cet élevage est marqué par une double originalité : le « bœuf de case », dans les massifs les plus accidentés et les plus peuplés (Wula, Mafa, Mofu, Gemzek, Zulgo et Mboku) et la persistance d’un élevage de taurins sur les plateaux centraux au sud de Mokolo, chez les Kapsiki.

68L’élevage du « bœuf de case » ou du « taureau du maray » est né de la contrainte de fortes densités de peuplement, d’une mise en terrasses des pentes, de la disparition des zones de parcours (Boutrais, 1973) et, enfin, de la volonté de maintenir comme base des rituels, le bovin, en sublimant cet élevage. La progression de cette tendance vers un élevage claustré dans des cases surcreusées se lit à travers les restes de pâtures encloses autour de points d’eau (pays mafa). Pour alimenter le bœuf du maray dans les massifs mafa les plus enclavés, les terrasses sont le support d’une véritable culture fourragère. Sur le dessus du mur des terrasses et entre les blocs de pierre, les Mafa (à Ziver, Oupay…) repiquaient ou déplaçaient avec leur motte de terre trois à quatre variétés de graminées comme Pennisetum purpureum et des andropogonées, auxquelles s’ajoutaient des graminées opportunistes. Ce fourrage artificiel, coupé deux fois par an, était complété par des feuilles de Stereospermum kunthianum, de Ficus spp. et de Khaya senegalensis et par un barbotage de reste de « boule » et de farine de sorgho placé dans l’auge encastrée dans le mur.

69Ces bovins, au service d’une embouche rituelle, proviennent de la plaine où ils sont achetés auprès des Fulbe, sur des marchés comme celui de Gazawa. Les bêtes requises sont des taurillons à petit cornage ou à cornes flottantes. Les bœufs de case échappent à tout contrôle vétérinaire, mais du fait de leur isolement, ils ne courent que peu de risques face aux épizooties. Ils seront abattus pour la fête du maray, point culminant de la vie socio-politique dans les massifs, selon des cycles biennal, triennal ou tous les quatre ans. L’utilisation qui en est faite est maximale tant sur le plan social qu’économique. Outre la récupération de la viande séchée dans un silo spécial, les boulettes de suif feront dénommer l’année qui suit le maray, « l’année de la graisse ». On utilise tout dans le taureau du maray. Chez les Mafa (Ziver), on découpe souvent la viande avec la peau, qui est également consommée. La graisse recueillie est conditionnée sous forme d’un condiment, mbuza. Os et cartilages sont pilés pour en faire une pâte appelée talt, à fort pouvoir de conservation. Avec le sang, on confectionne une sorte de boudin, ndal manbaz. Enfin, les tripes, mises à sécher, seront pilées avec des niébés et de l’arachide.

  • 17 Si l’on se réfère à l’enquête de J. Boulet (1975) à Magoumaz, chaque gay mafa aurait, en moyenne, (...)

70L’élevage du taureau du maray est en recul. Les temps de claustration sont moins longs. On se contente de le murer un an avant le sacrifice. L’interdiction de commercialiser sa viande le pénalise encore dans certains massifs. À Douvangar, pour sauver la fête, le chef et les notables ont décrété que la viande du maray pourrait être partiellement commercialisée. En 1992, le nombre de taureaux du maray était tombé à moins de dix sur ce massif. En 1996, à la suite de cette décision, l’effectif est remonté à près de 20. C’est surtout l’obligation de le nourrir et de l’abreuver qui est ressentie comme une contrainte. Selon les époques des cycles du maray, les effectifs sont très variables. On peut les estimer, pour l’ensemble des monts Mandara, entre 1800 et 2400 têtes17.

71Alors que les taurins ont disparu des plaines, puis des monts Mandara septentrionaux et, plus récemment, des pays jimi et gude, remplacés par des zébus, ils se sont maintenus chez les Kapsiki.

72D’après B. Dineur et E. Thys (1986), les troupeaux varient entre 2 et 30 têtes, avec une moyenne de 7, plus ou moins 2 têtes. Le gardiennage est assuré de plus en plus par les Kapsiki, alors qu’en d’autres temps, ils avaient délégué la garde de leurs troupeaux aux Fulbe, pour se lancer dans une forte compétition foncière entre quartiers et particuliers visant à s’approprier les terres du plateau. Depuis 1980, ils reprennent en mains leur cheptel.

73Il existe de nombreux troupeaux mixtes, zébus/taurins, dans la région de Mogodé, sans que le métissage soit très marqué. Les charges en bétail dans le pays kapsiki sont de 30 à 35 bovins/km2, mais une minorité est composée de taurins, le reste étant des zébus des troupeaux peuls.

74La composition des troupeaux taurins kapsiki, avec 33,6 % de mâles en moyenne (Dineur et Thys, 1986) se situe plus près de celle du cheptel des agro-éleveurs (35 %) que de celle des troupeaux des éleveurs-agriculteurs (30 % d’après Letenneuret al., 1995).

75Le bétail est rassemblé la nuit dans de petits parcs, près des concessions, qui se répartissaient jadis le long de collecteurs protégés de haies d’euphorbes. Des haies bordaient aussi les champs de cases, constituant ainsi un bocage défensif et anti-érosif. Les chemins s’ouvraient sur une zone très savanisée, aux pâturages maintenus par des feux courants. Pendant la saison sèche, les taurins divaguent sur le plateau, à proximité des points d’eau, et ne rentrent plus au village.

76Le taurin, dont la femelle est toujours interdite de commercialisation sur les marchés, sert essentiellement aux prestations sociales. Les mâles, ingrédients sacrificiels pour les funérailles, sont surexploités et disparaissent quasiment au-delà de l’âge de 4 ans.

77 Van Beek (1998) signale deux types de prêt de bétail : un « achat » à risque partagé, où on verse d’avance la moitié du prix. Cette promesse de vente peut se réaliser sur un veau à naître d’une génisse pas encore pleine : c’est la transaction majoritaire. Le second se pratique à la naissance, il s’ensuit un contre-don différé dans le temps, en plusieurs étapes. Ces acquisitions lient celui qui cède et celui qui emprunte, ce dernier devra rétrocéder la vache, après plusieurs naissances, dont le nombre varie selon les termes du contrat.

78La concurrence zébu/taurin oppose deux animaux de nature différente. Le taurin est pénalisé par sa trop forte imbrication socio-religieuse et sa gestion, qui passe par tout un code que seuls les vieux adultes maîtrisent. Son hypervalorisation dans la société en fait un animal qui échappe aux mercuriales. Hors de prix, il reste toutefois une composante obligatoire des dots. Le zébu, en revanche, est un animal désocialisé, voire « laïcisé » que l’on se procure facilement sur les marchés et auprès des Fulbe du plateau.

Estimation des charges de bétail et leurs rapports avec les densités de peuplement18

  • 18 La suite du texte s’inspire largement de la thèse de A. Beauvilain (1989).

79La notion de charge en bovins est variable et les paramètres peuvent changer. Elle est, de plus, malaisée à établir pour les transhumants qui se trouvent selon les moments de l’année dans des biotopes bien différents. On distingue sur le même espace les charges de saison sèche et celles de saison des pluies.

  • 19 On pense qu’il faut autant d’hectares de pâturage disponibles par tête de bovin qu’il y a de mois (...)

80Si les charges en bétail peuvent être évaluées d’après la biomasse des pâturages19, elles sont plus aléatoires dans les champs constitués de résidus de récolte et dans les jachères récentes. Nous envisagerons uniquement les charges indifférenciées de bovins par kilomètre carré.

811980 serait une des dernières années de recensement du bétail (effectué pendant la saison des pluies) acceptable. Toutefois, dès cette époque, les agents des services de l’Élevage ne parcourent plus certaines zones, comme les monts Mandara. Les chiffres, souvent inférieurs à la réalité, ne sont que de simples reports d’une année sur l’autre. Après cette date, le recensement par canton est peu à peu abandonné pour celui, plus global, par centre zootechnique et vétérinaire.

82Les fortes charges se rencontrent, d’une part dans les arrondissements de Goulfey et de Makari (50 à 75 têtes/km2) en particulier vers les lais de recul du lac Tchad et, d’autre part, dans le Diamaré, de Mora jusqu’au pays gisey. Les charges sont généralement supérieures à 25 bovins/km2, soit 1 bovin pour 4 hectares. Certains passages à 75 bovins et plus par kilomètre carré (1 bovin/ha) sont redevables aux jeux des déclarations. Il s’agit moins d’une concentration de bovins que de celle de propriétaires (Bogo et Kolara).

  • 20 Selon cet auteur, le nombre des transhumants du Diamaré seraient de 250000 têtes, celui des autres (...)

83Toutefois, les estimations de charges de bétail sur les yayrés, le véritable poumon de l’élevage de la province, est loin de faire l’unanimité. On trouve des chiffres variant de 200000 à 550000 têtes (Passole Dili Baba, 1995)20. Quoi qu’il en soit, il ne reste pas une seule tête de bétail transhumant pendant la saison des pluies et l’inondation des yayrés.

84La carte du nombre de bovins pour 100 habitants (réalisée à partir du recensement de 1976) complète celle de la charge en bovins. Les contrastes y sont encore plus accentués.

85Les parties septentrionale et orientale du Diamaré jusqu’à Kalfou, qui suivent la ligne dunaire du paléo-Tchad sont très propices à l’installation de villages d’éleveurs. La concentration est remarquable pour l’arrondissement de Bogo, avec 44 habitants et 66,5 bovins/km2. Il en est de même à proximité des bords du lac pour les éleveurs arabes Showa, avec plus de 150 bovins pour 100 habitants, et près des yayrés avec plus de 200 têtes pour 100 habitants.

86Dans le sud de la province, les densités de charge remontent avec les petits centres peuls de Ndoukoula, Horlong et Kolara. À l’évidence, l’élevage du gros bétail est entre les mains des groupes pasteurs peuls et arabes Showa.

87Les pays masa et tupuri apparaissent comme des zones à charges moyennes avec, parfois, des îlots à forte densité comme Kalfou et dans son prolongement les cantons de Doukoula (80 habitants et plus de 33 bovins/km2), et plus encore de Wina avec 120 habitants et 41 bovins.

88La répartition du petit bétail apparaît également très contrastée. Le rapport ovins/caprins est illusoire. N’étant pas soumis aux vaccinations, ils sont le plus souvent estimés par lots sans distinction. Cela est d’autant plus regrettable qu’ils ne sont pas sensibles aux mêmes maladies et réagissent différemment dans des milieux saturés en eau pendant la saison des pluies.

89Commensaux des hommes, les petits ruminants sont nombreux là où les hommes eux-mêmes sont nombreux. Il en est ainsi dans les monts Mandara, qui comptent 150 à 200 ovins-caprins/km2, soit 1,5 à 2 par hectare. L’arrondissement de Mokolo ne compte pas moins de 450000 ovins et caprins. On retrouve aussi de fortes charges en petits ruminants chez les Tupuri (80 ovins-caprins/km2 à Tchatibali) et chez les Masa, dans la région de Yagoua.

90Le petit bétail corrige la carence en bovins, comme dans le nord des monts Mandara et, ponctuellement, dans quelques cantons du Logone-et-Chari. Le fait ethnique est encore lié à ces disparités. Certaines zones présentent des charges faibles à la fois en bovins et en petits ruminants, comme le pays giziga.

91À l’opposé, d’autres régions peuvent combiner de fortes charges en petit bétail avec de fortes densités de bovins, à Bogo, dans la région de Maroua, chez les Wina et en pays masa et tupuri. Chez ces derniers, les vastes parcs à Faidherbia albida sont la cause et la conséquence des fortes densités humaines et animales. Le peuplement dense mesure l’espace d’un cheptel pourtant indispensable à double titre, traditionnellement pour assurer la reproduction sociale (dot, golla, gurna…) et, depuis le milieu des années 1980, pour combler un déficit vivrier.

Évolution du cheptel entre 1964 et 1997

De 1964 à 1980

92Le premier recensement a été effectué par les services de l’Élevage en 1948. Ce comptage à but fiscal donne pour l’actuelle province 484000 bovins (Beauvilain, 1989 : 438). La baisse des chiffres de la décennie 1950 tient vraisemblablement plus aux carences des recensements qu’à une diminution réelle du cheptel. Toutefois, c’est l’époque du premier grand délestage des éleveurs peuls du Diamaré, des régions comprises entre Petté et Djoulgouf, en direction des rives vides du Chari, au Tchad, à Malboum, Bogo-Moro et Bousso…

93Les chiffres vont être fournis par le biais d’une vaste campagne de vaccination antipestique, pratiquée de 1962 à 1964, qui rend enfin compte des effectifs et qui se montent alors à environ 520000 têtes pour l’actuelle province de l’Extrême-Nord. En raison des moyens matériels et en personnels déployés et des nombreux recoupements, le « Service de l’Élevage estimait avoir serré d’assez près la réalité en 1963-64 » (Fréchou, 1984 : 433).

94Quant aux chiffres de 1980, 908000 têtes, ils ont été rassemblés à partir du réseau de postes vétérinaires, selon un découpage administratif plus dense qu’en 1964.

95La confrontation des deux situations, 1964 et 1980, montre une progression du cheptel, mais assez contrastée selon les arrondissements.

  • 21 Les glossines ont posé un problème jusque dans les années 1960. L’éradication sera tentée en 1961 (...)

96Dans les départements du Logone-et-Chari et du Mayo-Tsanaga, les cheptels bovins ont plus que doublé. Dans le premier cas, ce doublement serait dû à une meilleure connaissance des effectifs et au progrès de la lutte contre les épizooties dans une zone sensible prise entre deux frontières internationales et à la lutte anti-glossines21. Suite au recul des eaux du lac, les pâturages de décrue sont devenus particulièrement attractifs avant que la concurrence des cultivateurs ne soit trop forte.

97Les plateaux du Mayo-Tsanaga profitent, eux, d’une montée des éleveurs peuls dans une zone encore riche en points d’eau pendant la saison sèche et aux résidus de récolte abondants. À cela s’ajoute l’amorce d’un élevage des montagnards descendus sur les piémonts.

98La forte progression de l’arrondissement de Kar-Hay, entre 50 et 100 %, traduit un enrichissement du pays tupuri passé au coton intensif dans les années 1975 et aussi une capitalisation en bétail des revenus des migrants.

99Les vieilles régions d’élevage peules ou de type agro-éleveur masa présentent un croît plus modéré, entre 25 et 50 % (arrondissement de Maroua, de Mindif et aussi de Kaélé), ce qui dénote, pour les uns, un étalement de leur élevage vers les régions périphériques et, pour les autres, une certaine saturation.

100Avec moins de 25 % d’accroissement, l’arrondissement de Bogo exprimerait une saturation du milieu et les contrecoups de la sécheresse de 1973 qui s’est soldée par une dispersion des troupeaux plus au sud, malgré un retour des troupeaux du Tchad, comme en 1980 et 1985.

101Les effectifs sont également stables dans le département du Mayo-Sava. L’occupation des bords de mayo par le maraîchage et la descente des montagnards limitent le développement des villages d’éleveurs arabes Showa et peuls. La situation s’avère comparable dans l’arrondissement de Méri où le cheptel bovin des élevages peuls aurait ici diminué en valeur absolue, celui de Maroua en particulier, devant l’avancée en plaine des montagnards.

102L’évolution du petit bétail est à prendre avec plus de réserve car les chiffres varient beaucoup. On estime 623000 têtes de caprins et 433000 ovins en 1980. Outre des recensements moins précis, il est soumis, plus que le bovin, à de grosses fluctuations commerciales. Une disette, une mauvaise récolte de coton, occasionnent la vente de petit bétail, ce qui explique des variations de plus du tiers des effectifs d’une année sur l’autre. Par ailleurs, le fort croît naturel fait rapidement remonter les effectifs. Profitant sans doute de la péjoration des pâturages, le cheptel progresse fortement chez les Arabes du Logone-et-Chari. Les élevages montagnards et citadins restent toujours favorables aux petits ruminants. En revanche, on enregistre un accroissement modéré des ovins et caprins dans les zones de l’élevage peul traditionnelles et sur les bords du Logone en raison de leur forte commercialisation.

De 1980 à 1997

  • 22 Il faut souligner un changement majeur dans les habitudes de consommation de la région entre la fi (...)

103L’évolution de 1980 à 1990 est marquée par les conséquences des années de sécheresse, de 1984 et 1987 qui accentuent la dispersion des cheptels peuls. On assiste à une stagnation, voire un recul, des effectifs de bovins dans la presque totalité des arrondissements qui prennent en compte la transhumance. Le Logone-et-Chari semble le plus éprouvé : fortes mortalités, puis difficultés pour reconstituer des troupeaux qui chutent presque de moitié entre 1980 et 1990 (respectivement 228 000 têtes et 122 000 têtes). Chez les Fulbe du Diamaré, on assiste d’une part à une adaptation des charges aux nouvelles capacités du milieu naturel et, d’autre part, à une meilleure rentabilité des troupeaux avec la commercialisation régulière du croît ; on relève également une plus forte auto-consommation de la viande22.

  • 23 Le cheptel des éleveurs itinérants était de 20000 têtes en 1981. Ils sont encore environ un millie (...)

104La régression est nette à Mindif, où un projet agro-pastoral Mindif-Moulvouday très défavorable aux éleveurs « étrangers »23 peut être tenu pour partiellement responsable. La régression se poursuit encore dans l’arrondissement de Bogo, une partie des gros éleveurs de cette région, mais aussi de Kolara, Kalfou, ayant préféré s’établir auprès du gros de leurs troupeaux, dans la région de Pala, au Tchad.

105En revanche, l’arrondissement de Guéré se signale par un accroissement de plus de 50 % car les Musey se mettent à l’élevage bovin, surtout en raison de l’implantation de Fulbe de Bogo et de Kalfou dans cette région.

106L’accroissement dans l’arrondissement de Guidiguis combine l’élevage peul (en fait la présence de Fulbe propriétaires de troupeaux) et l’élevage tupuri qui progresse.

107Quant à l’élevage des petits ruminants, il est toujours marqué par des variations importantes, mais, dans l’ensemble, la progression reste faible avec même des diminutions en valeur absolue dans le Diamaré. Au contraire, dans le sud de la province, le croît est très net, de 50 et 100 %. Il en est de même dans l’extrême nord du Logone-et-Chari, où la reconstitution de troupeaux de bovins passe par une capitalisation intermédiaire de petits ruminants.

108Si l’on doit s’en tenir aux chiffres officiels, le cheptel bovin n’a cessé de diminuer entre 1985 et 1990, au total de 30 % pour cette période, passant de 923000 à 650100 têtes. Par ailleurs, la baisse des ovins serait plus faible et le cheptel caprin serait stable, autour de 720000 pour les premiers et 920000 pour les seconds. Il s’agirait en fait moins d’une baisse que d’une stagnation des effectifs dont ne peuvent rendre compte les statistiques officielles.

109On assiste peut-être à un tournant dans les stratégies des éleveurs, après les stress climatiques à répétition et devant des densités de peuplement qui vont en s’accélérant. On irait vers des spécialisations régionales moins marquées et des appropriations locales de pâturages par des groupes de cultivateurs-éleveurs.

110L’élevage tend à devenir intensif, mais rencontre des difficultés d’approvisionnement en sous-produits agro-industriels, essentiellement des tourteaux de coton et aussi pour les résidus de récoltes, de moins en moins disponibles. Les tourteaux de coton, d’abord considérés comme un aliment de crise fait, depuis 1988-1989, l’objet d’une demande constante. La complémentation du bétail est entrée dans les postes de dépense des éleveurs. Par ailleurs, ceux-ci se montrent de plus en plus réceptifs aux traitements vétérinaires, au moment où les services de l’Élevage ont de moins en moins de moyens, si bien que pourrait être remise en question la garantie de l’État aux éleveurs en ce qui concerne la sécurité des troupeaux face aux épizooties.

111La province de l’Extrême-Nord semble avoir atteint son degré de saturation en bétail dans le cadre des pratiques actuelles d’élevage et compte tenu de l’évolution des milieux.

112Ce stade précède-t-il un retour à des pratiques extensives avec l’aide de cycles pluvieux revitalisant les yayrés ou est-ce une phase annonciatrice d’élevages résolument plus intensifs ?

113À l’affaiblissement des zones traditionnelles d’élevage qui ont vu à la fois leur trop-plein d’éleveurs et de bétail détourné plus au sud (Tchad, voire RCA) et ont cherché à mieux rentabiliser leur cheptel resté sur place, correspond un enrichissement en bétail des cultivateurs.

114Faute de pouvoir investir ailleurs, ces derniers diversifient et augmentent leurs cheptels, parfois jusqu’aux limites des ressources en pâturages et en résidus de récoltes de leurs terroirs.

115Actuellement, les chiffres concernant le bétail sont redevenus des estimations, d’autant plus sujets à caution qu’ils sont manipulés. Ceux avancés par les CZV ne sont pas forcément les mêmes que ceux des services provinciaux, au point qu’en 1997, on ne sait si le cheptel bovin de la province est en progression ou en régression. Les chiffres officiels le présentent comme en régression car ils sont basés sur le cheptel vacciné – et il l’est de moins en moins – ce qui est localement contredit par les chiffres d’enquêtes sur le terrain conduites par certains projets de développement.

Literaturverzeichnis

Indications bibliographiques

Bardoux (P.), 1986 — Les petits ruminants dans la province de l’extrême-nord Cameroun. Enquête zootechnique. Paris, Yaoundé, IEMVT, IRZ.

Beauvilain (A.), 1981 — Élevage et éleveurs dans le grand yaéré (Nord-Cameroun). Rev. de Géo. du Cameroun, 2 (2) : 163-176.

Beauvilain (A.), 1989 — Nord-Cameroun, crises et peuplement. Coutances, imprimerie Claude Bellée, t. I et II, 625 p.

Boisseau (J.), 1975 — N’kudi maray. Fête du taureau oula célébration de la convivialité mafa, Cameroun septentrional. Paris, 108 p. multigr.

Bouakaz (N.), 1984 — Étude d’un marché soudano-sahélien, Bogo, Nord-Cameroun. Univ. Rouen, Mémoire de maîtrise, 158 p.

Boulet (J.), 1975 — Magoumaz, étude d’un terroir de montagne en pays mafa. Yaoundé, Orstom, 147 p.

Bourzat (D.), Souvenir Zafindrajaona (P.), Lauvergne (J. J.), Zeuh (V.), 1993 — Comparaison morpho-biométrique de chèvres au Nord-Cameroun et au Tchad. Rev. Élev. Méd. Vét. des Pays Trop., 46 (4) : 667-674.

Boutrais (J.), 1973 — La colonisation des plaines par les montagnards au nord du Cameroun. Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc., 279 p.

Cardinale (E.), 1993 — État des connaissances et amélioration de la traction animale au Nord-Cameroun. Paris-Maisons-Alfort, IEMVT, Mémoire de stage, 63 p. + annexes.

Digard (J. P.), Landais (E.), Lhoste (P.), 1993 — La crise des sociétés pastorales. Un regard pluridisciplinaire. Rev. Élev. Méd. Vét. des Pays Trop., 46 (4) : 683-692.

Dineur (B.), Oumate (O.), Thys (E.), 1985 — Enquête préliminaire sur l’élevage des ovins-caprins. Maroua, Fonader, rapport final.

Dineur (B.), Oumate (O.), Thys (E.), 1982 — « Les taurins kapsiki. Race bovine des monts Mandara (Nord-Cameroun). » In : Actes du colloque international sur les Productions animales tropicales au service de l’homme, Anvers : 188-191.

Dineur (B.), Thys (E.), 1986 — Les Kapsiki : race taurine de l’extrême-nord camerounais. I-Introduction et barymétrie. Rev. Élev. Méd. Vét. des Pays Trop., 39 (3-4) : 435-442.

Dumas-Champion (F.) 1983 — Les Masa du Tchad : bétail et société. Paris, éd. de la Maison des sciences de l’Homme, 276 p.

Epstein (H.), 1971 — The origin of the domestic animals of Africa. New-York, Londres, Munich, Africana publishing corporation, 2 vol., 573 p. et 719 p. + annexes.

Fréchou (H.), 1966 — L’élevage et le commerce du bétail dans le Nord-Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 3 (2), 125 p.

Fréchou (H.), 1984 — « L’élevage, les techniques, l’économie de l’élevage, les problèmes zootechniques ». In : Le nord du Cameroun : des hommes, une région. Paris, Orstom. Mémoire n° 102 : 429-444.

Garine (I. de), 1964 — Les Massa du Cameroun. Paris, PUF, 250 p.

Garine (I. de), 1980 — Approaches to the study of food and prestige in Savannah tribes. Massa and Mussey of northern Cameroon and Chad. London, Social Science information, Anthropology of food, 19 (1) : 39-78.

Garine (I. de), 1999 — « Contribution à l’ethnologie du chien dans le nord du Cameroun et le sud-ouest du Tchad (Masa, Muzey, Tupuri, Kera) ». In : Séminaire Méga-Tchad, oct. 1997, L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém.

Gonneville (G., de), Dairou (D.), Letenneur (L.), Sarninguet (J.), 1992 — Étude sur la commercialisation du bétail dans les provinces du Nord. Minepia/SFC, Rapport principal, 209 p.

Gonodo Makonai, 1993 — Aspects socio-culturels et économiques des bœufs de case « maraï » de Mokolo. Maroua, CNFZV, rapport de stage.

Granier (P.), 1987 — Mission d’appui sur la production du cheval de selle au Cameroun (situation actuelle et possibilités d’amélioration). IEMVT/IRZ, 111 p.

Holtzman (J.), 1981 — L’élevage et la commercialisation des bovins dans les monts du Mandara. Michigan State University.

Lauvergne (J. J.), Bourzat (D.), Souvenir Zafindrajaona (P.), Zeuh (V.), Ngo Tama (A. C.), 1993 — Indices de primarité de chèvres au Nord-Cameroun et au Tchad. Rev. Élev. Méd. Vét. des Pays Trop., 46 (4) : 651-665.

Letenneur (L.), Tacher (G.), Douffissa (A.), Nanko (G.), Lobry (J.-C.), 1995 — Étude du secteur élevage au Cameroun. Cirad-EMVT, BDPA-Scetagri, 347 p. + annexes.

Maikano (A.), 1964 — Le facteur humain dans l’élevage au Cameroun. Toulouse, thèse École nationale vétérinaire, 55 p.

Marty (A.), 1992 — Étude régionale des stratégies différenciées des éleveurs d’Afrique Centrale, le Nord-Cameroun. Paris, IRAM, 112 p. + annexes.

Nikoutsia (R.), 1975 — Massi, étude de géographie rurale. Univ. Yaoundé, DES.

Pahaï (J.), 1985 — Les paysans massa du Nord-Cameroun. Univ. Yaoundé, thèse de 3e cycle, 360 p.

Passole Dili Baba, 1995 — La transhumance dans l’Extrême-Nord. Maroua, CNFZV, dactyl.

Rapports annuels de la délégation provinciale de l’élevage, des pêches et des industries animales de l’Extrême-Nord. 1986-87 à 1992-93.

Reiss (D.), 1996 — Trois situations de gestion des ressources pastorales en zone soudanosahélienne. Garoua, IRZV, rapport, 23 p.

Réquier-Desjardins (M.), 1999 — « Mobilités pastorales au Nord-Cameroun, une approche économique ». In :L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém.

Schrader (T.), 1986 — Les yayrés du Nord-Cameroun : pâturages de saison sèche ? Aspects socio-écologiques du développement pastoral dans la plaine inondable du Logone. Leiden, IRZ, série Environnement et Développement au Nord du Cameroun, 99 p.

Seignobos (C.), Tourneux (H.), Hentic (A.), Planchenault (D.), 1987 — Le poney du Logone. IEMVT, coll. Études et synthèses, n° 23, 213 p.

Seignobos (C.), 1995 — « Les poneys du Logone à l’Adamawa, du XVIIe siècle à nos jours ». In :Cavalieri dell’Africa, Milan, Centro studi archelologia Africana : 233-253.

Seignobos (C.), 1995 — Terroir de Sirlawe (saturation foncière et émigration encadrée). Maroua, DPGT-Sodecoton-Orstom, 73 p.

Seignobos (C.), 1996 — « Terroir de Wombaré, village arabe Showa (canton de Magdémé, Nord-Cameroun) ». In :Atlas de l’élevage du bassin du lac Tchad, Cirad-EMVT : 71-74.

Seignobos (C.), Thys (E.) éd., 1998 — Des taurins et des hommes, Cameroun, Nigeria. Orstom, coll. Latitudes 23, 400 p.

Seignobos (C.), 1998 — « Taurins du Cameroun, une extinction annoncée ? » In : Seignobos (C.), Thys (E.) éd. : 351-384.

Tacher (G.), Letenneur (L.), Viallet (D.), 1997 — Étude sur la compétitivité des filières de productions animales en Afrique sub-saharienne et à Madagascar. Cirad-EMVT-Secr. d’État à la Coopération, 313 p.

Thys (E.), Nyssens (O.), 1982 — « Préparation et commercialisation de la viande canine chez les Vame-Mbreme, population animiste des monts Mandara (Nord-Cameroun) ». In :Tropical animal production for the benefit of Man, Belgique, Prince Leopold Institute of Tropical Medicine : 511-517.

Thys (E.), Dineur (B.), Oumate (O.), 1983 — La recherche embouche bovine dans les monts Mandara. Nord-Cameroun. Fonader, Rapport final, 46 p.

Thys (E.), Dineur (B.), Oumate (O.), Hardouin (J.), 1986 — Les bœufs de case ou d’embouche bovine traditionnelle dans les monts du Mandara (Nord-Cameroun). I-Technique d’élevage. Rev. Élev. Méd. Vét. Pays Trop., 39 (1) : 113-117.

Thys (E.), Njobdi (O.) et al., 1988 — Observatoire sur la commercialisation des ovins dans le département du Diamaré. Maroua, CNFZV, 20 p.

Thys (E.), Ekembe (T.), 1988 — La situation des petits ruminants à Maroua (province de l’Extrême-Nord Cameroun). Un exemple d’élevage citadin en Afrique. Maroua, CNFZV, 15 p.

Vall (E.), 1995 — Étude de la traction animale dans le Nord-Cameroun : diversité, efficacité, innovations. Montpellier, Cirad-EMVT, 295 p. + annexes.

Vall (E.), 1999 — « Nord-Cameroun : diffusion et place de la traction animale dans les systèmes de production, de 1985 à nos jours ». In : Séminaire Méga-Tchad, oct. 1997, L’homme et l’animal dans le bassin du lac Tchad, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém.

Van Der Berg (J.), 1991 — It is easier to handle 100 cows than 10 people. Evaluation of the agro-pastoral project Mindif-Moulvoudaye, Leiden, 58 p.

Van Beek (W. E. A.), 1998 — « Les Kapsiki et leurs bovins ». In : Seignobos (C.), Thys (E.) éd. : 15-38.

Zigla (W.), 1981 — Le bœuf « marai » de Mokolo. Maroua, CNFZV, rapport de fin de stage, 19 p.

Anmerkungen

1 73 CZV dans la province pour 18 sous-secteurs en 1991.

2 Poulfouli indique une appartenance au monde peul par rapport au non-peul. On parle aussi du « mouton poulfouli ».

3 On retrouve le terme de « goudali » pour désigner le zébu peul du Diamaré, désignation tout à fait abusive. Gudaale, en foulfouldé, désigne le bétail qui reste au village et que l’on enferme une partie de la journée dans les étables afin qu’il soit épargné par les mouches.

4 Appelé aussi dans les rapports des services de l’Élevage « bœuf toupouri » ou « bœuf du Logone ».

5 Le faible recours aux femelles traduirait une facilité d’approvisionnement en animaux de trait grâce à la proximité d’un cheptel important et à une relative modicité des prix.

6 On relevait, en 1985, à Maroua un élevage de 21400 petits ruminants, soit un animal pour six personnes, une habitation sur deux étant intéressée. Ce sont majoritairement des moutons, qui reçoivent une forte complémentation en fourrage, tourteaux de coton, déchets de cuisine (Thys et Ekembe, 1988). Le coût de l’entretien fait parfois douter de son intérêt économique. Toutefois, la moitié des abattages est liée aux fêtes musulmanes.

7 En 1922 (ANY APA 11513/D), le lieutenant Givaudan recense, au cours d’une tournée en pays banana (Musey, Masa, Gisey et Wina), 779 poneys. En 1985, on n’en recensait seulement 275.

8 Seuls les hommes sont habilités à préparer et à vendre de la viande de chien. En 1982, pour un chien acheté de 3000 à 3500 F, la viande débitée en morceaux est revendue le double.

9 Les types de poulaillers sont nombreux : dôme de terre avec trous d’aération et ouverture sur le côté qui est placé sous les greniers, sortes de loges recouvertes d’une toiture plate de terre ou de tôle, petites huttes de feuilles ou de pailles, loges sous les lits chauffants...

10 Dans les troupeaux de la province (chiffres des services de l’Élevage), la moyenne de femelles est de 67 %.

11 Le maximum de départs pour la moitié nord du Diamaré s’effectue en janvier et mars.

12 Le nombre moyen de bovins par troupeau se situerait, pour tout le Cameroun, à 45 têtes.

13 L’éleveur transhumant doit payer l’impôt de capitation du bétail (garaama na’i), négocié à 2000 ou 5000 F CFA par troupeau pour les communes, via les chefferies ; la taxe de transhumance (commune), de 3000 F ; l’impôt de l’herbe (garaama hu’do), de 1000 à 5000 F par troupeau, pour les chefs locaux ; le laissez-passer des centres zootechniques et vétérinaires, 1500 F par troupeau, et, enfin, la taxe sur les marchés (garaama luumo), encore pour la commune, de 400 à 700 F par tête.

14 Il existe aussi des marchés frontaliers, mais du côté du Nigeria : Gambaru, en face de Fotokol, Djilbe, Sigal et Banki.

15 Chez les Wina, R. Nikoutsia indique, pour 1975, 1,3 bovin par famille. Chez les Masa de Bagara, J. Pahaï (1985) donne, pour 1978, 2,5 et chez les Muzuk du Guerléo 4,3. Un rapport du BDPA-Sogetha-IRAT de 1968, avance le chiffre de 3,5 têtes par concession chez les Masa. Chez les Tupuri de Sirlawé, C. Seignobos (1995) a recensé 6 bovins par concession.

16 Cette riziculture, qui a connu bien des aléas, a été acceptée par les Masa tant que la prise en mains par SEMRY-I a été totale, car elle coïncidait ainsi avec une forme de salariat. Les Masa se détournèrent du riz quand il fallut procéder de facto, en 1990-91, à une réorganisation des piquets de riz, remettant en cause le remembrement antérieur qui plaçait la sole de riz de chaque village en prolongement de la nagata et surtout quand il leur fallut assurer euxmêmes la commercialisation de leur production.

17 Si l’on se réfère à l’enquête de J. Boulet (1975) à Magoumaz, chaque gay mafa aurait, en moyenne, 0,5 bovin. Au cours de nos enquêtes, en mai et juin 1981, à Ziver, 39 % des gay possédaient un, parfois deux bœuf (s) de case. Le début de saison des pluies coïncidait avec la période de réclusion généralisée dans un massif resté « traditionaliste ». Ces chiffres sont néanmoins très supérieurs à ceux de l’enquête, plus étendue dans le temps et touchant 36 villages de la région de Mokolo, réalisée en 1980-81 par l’Usaid et qui donnait 1 bœuf de case pour 26 % des concesssions (Zigla, 1981).

18 La suite du texte s’inspire largement de la thèse de A. Beauvilain (1989).

19 On pense qu’il faut autant d’hectares de pâturage disponibles par tête de bovin qu’il y a de mois de saison sèche dans l’année, ou 6 ha par tête pour 700 mm de pluie, 8 ha pour 500 mm, 11 ha pour 500 mm... 10 ovins/caprins égaleraient 1 UBT (Unité de bétail tropical) aligné sur le bovin.

20 Selon cet auteur, le nombre des transhumants du Diamaré seraient de 250000 têtes, celui des autres arrondissements, de 200000, auxquels s’ajouteraient 50000 têtes venant du Nigeria et 10000, du Tchad. 50000 bêtes passeraient aussi sur les yayrés du Tchad.

21 Les glossines ont posé un problème jusque dans les années 1960. L’éradication sera tentée en 1961 dans la région de Logone-Birni et, en 1974, sur les rives du lac Tchad, du Serbéwel et de l’El Beïd. Toutefois, lors des périodes de sécheresse, le nombre de bêtes touchées augmente car les troupeaux vont être poussés par manque de pâturage vers les zones ripicoles malsaines.

22 Il faut souligner un changement majeur dans les habitudes de consommation de la région entre la fin des années 1970 et le début des années 1980. La consommation de viande est devenue une pratique courante, quasi quotidienne, et la vente de viande, préparée ou non, s’est répandue sur tous les marchés, y compris ceux de brousse. Alors que Fréchou (1984 : 442) signalait en 1964 : « D’ailleurs, même quand on a de l’argent, il n’est pas partout commode de se procurer de la viande au détail : par suite de l’insuffisance de la clientèle rurale, pauvre et dispersée, les bouchers n’exercent généralement leur activité que sur les marchés hebdomadaires ; ils travaillent plusieurs jours par semaine seulement dans les localités les plus importantes ».

23 Le cheptel des éleveurs itinérants était de 20000 têtes en 1981. Ils sont encore environ un millier et possèdent 12800 bêtes en 1997, soit plus du tiers des effectifs de bovins de la région de Mindif (Réquier-Desjardins, 1999).

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift L’élevage en 1997
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11582/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 329k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11582/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 929k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11582/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 1,3M

© IRD Éditions, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540