Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Aliments de famine

Répartition et stratégies d’utilisation

Christian Seignobos

Texte intégral

1Chaque ethnie a élaboré un agrosystème propre et les différentes communautés villageoises qui la composent ont opté pour le même éventail de cultures. De même, en fonction des zones agro-écologiques, mais aussi de choix culturels, une ethnie s’adressera à une même gamme de produits de cueillette. Ils lui permettront de prolonger les fonds de greniers lors de la soudure et, au-delà, de faire face aux disettes, voire aux famines.

2Le milieu impose certaines productions et une zonalité est parfaitement identifiable. Les graminées sauvages au nord du onzième parallèle et les tubercules sauvages au sud sont recoupés à leur jonction par une zone couvrant le nord du Diamaré, qui associe un arbuste Boscia senegalensis et une liane Capparis sp. Il est, en revanche, des plantes quasi « méridiennes » qui les traversent comme, par exemple, les germes de rônier (Borassusaethiopum). Enfin, la proximité des cours d’eau et les régions amphibies n’offrent pas les mêmes possibilités que les reliefs.

3Les produits de cueillette peuvent être très intégrés à l’agrosystème, en constituer un prolongement naturel ou, au contraire, une parenthèse se référant à un tout autre registre. L’organisation de l’espace régional, voire celle des terroirs en est affectée. Certains paysages sont construits à partir « d’essences de famine » afin de mieux traverser ces périodes difficiles ; ailleurs ce sont des zones de réserves de végétations pseudo-naturelles.

4Une même stratégie de lutte antifamine peut recouvrir de grands espaces ou, à l’inverse, n’apparaître qu’en réponses très locales. De toute évidence, la disette ne sera pas abordée de la même façon selon les civilisations agraires. Les populations incapables de sortir de leur réduit défensif seront bien plus démunies que les sociétés musulmanes des plaines. Ces dernières auront la possibilité d’embrasser de vastes espaces dans la mesure où elles disposeront de bétail et surtout d’animaux de bât.

Soudures, disettes et famines

Chroniques locales et discours sur la famine

5Avant la fin de la période coloniale et même pendant, les famines ont rythmé la vie des populations. Elles sont des repères importants de la mémoire collective. Elles pouvaient naître des campagnes de razzia qui vidaient les silos, saccageaient les cultures sur pieds, ou qui, répétitives, désorganisaient les calendriers agricoles. Elles se déclaraient lors de sécheresses prolongées, d’invasions acridiennes massives, de certaines maladies cryptogamiques... Toutefois les grandes famines ont souvent cumulé ces causes. Les pires, sans doute, furent celles où s’imposa la sécheresse.

6Les famines ont été différemment ressenties selon les régions et parfois selon les groupes, même peu éloignés. Les passages de sauteriaux pouvaient ravager un massif et épargner le voisin. Un fort infléchissement des isohyètes vers le sud n’avait pas les mêmes conséquences dans les montagnes et dans les plaines. Il est donc malaisé d’harmoniser l’étude des famines à travers les diverses traditions orales.

7Les famines sont rapportées sous une désignation qui permet souvent de les identifier par un élément qui les a marquées. Ce peut être la nourriture salvatrice, comme mi metuwaz (graines d’oseille de Guinée) chez les Mafa du plateau, parfois même dangereuse comme weelo nguraaje, rhizome de Stylochiton sp., chez les Fulbe du mayo Louti. C’est aussi le fléau qui les frappe : sécheresse, sauterelles, chenilles du mil... ou encore le lieu où ils se sont approvisionnés, les populations qui les ont sollicités ou se sont réfugiées chez eux à cette époque. L’année d’un événement marquant peut être retenue ou un détail de l’histoire locale lié à un personnage.

  • 1 G. Lavergne (1944) se fait l’écho de dispersions à partir de Goudour après une invasion acridienne

8Des mythes de mise en place de peuplement, de rencontre de groupes claniques, d’origine de lignage font parfois référence à un temps de famine. Ils expriment des pseudo-événements difficiles à replacer dans une chronologie. Les départs de Goudour1, grand lieu de passage pour les monts Mandara, évoquent une sécheresse ou une invasion acridienne. Ces événements ne sont que des référents extratemporels ; ils expriment, par le rejet du massif d’une fraction de peuplement, l’impuissance du pouvoir à maîtriser pluie et criquets. Dans les monts Mandara centraux, de nombreux groupes, qui se revendiquent de l’ancienne chefferie de Goudour, avancent cette même cause de départ. Il est impossible de dater la famine qui a servi de canevas aux récits des cités musgum de la rive droite du Logone, Malla et Mouskoun, qui refusaient aux Baguirmiens leurs réserves de cucurbitacées. Les Baguirmiens reviendront ensuite raser une des cités. On note encore, toujours dans la même région, des mythes de départ des Murgur se disputant la possession de courges pendant une disette. Le franchissement à pied sec du lac de Guisey par les clans fondateurs zumaya lors d’une « grande sécheresse » pose d’insolubles problèmes de chronologie. Certains ancêtres éponymes de clans montagnards sont surpris sur les piémonts alors qu’ils déterrent des tubercules sauvages « au cours d’une disette »... Nous pourrions multiplier les exemples.

9Leur intérêt reste dans l’ensemble limité car ils ne renvoient pas à une famine donnée. Il s’agit de situations stéréotypées qui servent généralement de cadre aux récits fondant une charte de cohabitation.

10Quant aux famines avérées, les informateurs ne les décrivent pas non plus dans le cadre d’une connaissance chronologique. Ils se souviennent, pour des raisons diverses, de celles qui leur furent le mieux rapportées. Certaines le sont parfois avec minutie : chez les Mada (quartier Zugudum), la « famine des criquets » (muele dzara) en 1930-1934, est ainsi racontée :

11« La première année, les criquets sont venus sans tout recouvrir, ils ravagèrent une parcelle là, épargnèrent l’autre (...) La deuxième année, leurs vols assombrirent le soleil. Les criquets ne mangèrent que le mil. Les gens prirent tout ce qui était creux : les canaris, les calebasses (...) pour les retourner sur les jeunes pousses (...) et, sur les tiges un peu plus hautes, on posait une jarre sur celle dont on avait percé le fond. Les criquets ravagèrent le mil, mais négligèrent l’éleusine, le souchet et les niébés. L’année suivante, les Mada se mirent alors à cultiver l’éleusine en quasi-exclusivité. La troisième année, le peu de mil ensemencé ne donna que quelques grains par panicule, à cause d’un brusque arrêt des pluies avant maturité. Il ne restait guère que la semence, et certains durent même aller en chercher chez les Mineo. La quatrième année, le mil était si peu abondant qu’on le consomma non pas en boule, mais en grains bouillis avec du sel de potasse, à la manière des niébés. Les gens avaient « faim de mil ». Ce n’est que la cinquième année que la récolte fut presque normale, presque car les criquets continuaient encore à les menacer et qu’ils n’avaient pas remis l’ensemble du massif en culture avec les sorghos comme auparavant. »

12Les Hina, de Hina Vindé, disent avoir connu pour la même période une série d’années difficiles, où d’autres fléaux s’ajoutèrent aux criquets. Les première et deuxième années (1930-31) appelées mitis tijeri (famines des sauterelles ailées, ffdé zarayji) furent suivies d’une année désignée comme mitis muzuduk (ffdé ndoyuuji), (famine des sauterelles sans ailes), les « criquets larvaires » des rapports administratifs, de fait des criquets au stade aptère. L’administration les poussa à creuser des tranchées pour y contraindre les essaims de sauteriaux. Ce furent ensuite deux années mitis mogormo (vers de mil) et mitis viging (oiseau quélea quélea) qui commirent de grands dégâts... et les criquets étaient encore là.

13Les Muktele de la région de Zouelva évoquent aussi leurs famines. La première (1919), celle que les informateurs les plus âgés disent avoir vécue, s’appelle may guldogum, du nom de la montagne, Gouldogoum, résidence du chef de pluie à l’est sur leur frontière avec les Mada. Pendant deux ans, il n’y eut pratiquement pas de pluie. Les Muktele semèrent jusqu’à cinq fois de suite, rien ne parvint à lever. Or, les Mineo, leurs voisins méridionaux, étaient épargnés. On accusa le maître de la pluie de Gouldogoum. La guerre éclata, ce qui ne fit qu’accentuer la famine. Après avoir épuisé les fruits de Ficus et gratté la terre du plateau pour se nourrir de pois de terre et de souchet sauvage, les enfants furent touchés les premiers. Certains quartiers perdirent tous ceux en bas âge. Les Muktele descendirent en plaine, beaucoup mourraient en cours de route ou étaient pris comme esclaves par les Mandara qui les guettaient à cheval sur les piémonts. Ils ne revinrent pas sur les massifs. La deuxième famine serait intervenue onze ans après. Les Muktele appellent cette famine dongagay (innombrables) ou ayo may (sauterelle/famine). Les criquets arrivèrent de l’ouest. Puis ils se développèrent sur place et, pendant sept ans, des vols de criquets envahirent la région. De nombreux Muktele fuirent chez les Mandara et au Nigeria, mais la plupart regagnèrent ensuite les massifs. La troisième famine aurait eu lieu cinq ans après l’indépendance (1965-1966). Le mil n’arriva pas à épiaison, on ne fit pas de vraie récolte. Là encore, après qu’ils eurent épuisé les réserves sur le plateau, c’est la plaine qui les sauva.

  • 2 Les nombreuses « attaques de vers » du sorgho dénoncées par les administrateurs doivent leur appel (...)

14Les famines peuvent être très localisées, occasionnées par une mauvaise répartition des pluies combinée avec une maladie du mil (charbon couvert ou nu...) ou encore une attaque de chenilles (Prodenia litura)2. Ces famines n’en portent pas moins un nom local, mais elles échappent à toute mise en chronologie. Certaines famines géographiquement trop circonscrites (et partant moins meurtrières) ne portent en revanche pas de nom. Par exemple, en 1943, l’année où le lamido de Maroua prit le pouvoir, « il y eut une sécheresse telle que de Maroua à Djapay personne ne put battre son mil sur une aire, on pilait à la maison le peu de récolte. Il n’y eut ni njigaari ni muskuwaari. La région fut ravitaillée en yolo’bri venu du Mayo-Louti ». Il existe, en revanche, des famines historiques, dûment répertoriées qui servent de référence : 1890-1893, 1903-1904, 1912-1914, 1921-1922...

15Les Fulbe présenteraient la meilleure perception d’une chronologie des famines, qu’ils associent souvent aux règnes de leurs lamidos. Ils livrent les listes les plus complètes (cf. infra).

16En regroupant les différentes listes de famines, leurs causes et conséquences auprès de divers groupes, jointes aux archives administratives, on peut proposer pour l’Extrême-Nord une chronologie relative – qui resterait à corriger et à affiner.

Essai de chronologie des grandes famines

Les famines les plus anciennement attestées

17Ces famines renvoient sans doute aux grandes périodes de stress de la fin du XVe siècle ou du milieu du XVIe siècle (1550-1560). À cette échelle du temps, pour les traditions orales, les séquences passées subissent un écrasement en un seul événement. Ce sont les époques de sécheresses intenses qui engendrèrent de grands mouvements de population. Le lac Tchad ne fut que zone à bourgoutières attirant les éleveurs. Des déplacements massifs du Fitri (Tchad) vers le sud et le Chari coïncidèrent avec l’émergence du Baguirmi (Seignobos, 1993). Mohammadou Eldridge (1975) signale ces départs vers les régions méridionales pour les Saw.

18Il faut attendre l’approche du XIXe siècle pour que les événements se raccrochent à des périodes plus précises.

19Une famine dite weelo cee’duwa (de la grande saison des pluies) eut lieu à l’époque de Muhaman Selbe de Maroua vers 1795. Elle fut provoquée par un prolongement exceptionnel des pluies qui empêcha mils et sorghos d’arriver à maturité. La population se dispersa en brousse durant des mois pour se nourrir d’ignames sauvages et de Stylochiton hypogaus.

20Vers 1840, ce fut pour les Kotoko, fal kuri (la période des Kuri). Ils durent se déplacer en masse dans le pays kuri car le lac avait reflué de l’embouchure vers les îles du pays kuri (nord-est du lac). Plus tard, une deuxième sécheresse, moins forte, les entraîna à nouveau chez les Kuri.

21Une famine, qui toucha principalement le pays kotoko, reste liée au passage d’une foule de pèlerins (1855-56), sous la houlette d’un faki peul, Sherif ed Din, qui, après plusieurs campagnes de prêche, venait de quitter le Bornou. Ce mouvement à forte coloration mahdiste, reproduisait un autre pèlerinage fameux, celui de Wal Dede, également peul, malloum célèbre, dont l’action est associée à l’islamisation du Baguirmi. Une « foule immense », tant bornouane, kotoko, arabe que peule, suivit Sherif Ed Din, provoquant de graves troubles sur son passage. Elle remonta le Chari, écrasa les armées du roi du Baguirmi au sud de Bougoumène. Puis, elle se disloqua peu à peu au sud du Baguirmi, et une grande partie des pèlerins réintégrèrent leurs régions. Mais la désorganisation des travaux agricoles et le peu de réserves, qui de plus avaient été emportées ou pillées, se doublèrent d’une sécheresse. Cette période fut désignée, chez les Arabes Showa, comme Fal Malum (l’année ou l’époque du malloum) dans la région de Makari et à Kousseri. On peut lui associer, à Woulki et Goulfey, Skum gashishi (famine + action de balayer), sous-entendu les graminées sauvages que l’on récolte en temps normal (quand on en a la force) en balançant une calebasse sur les épis et en recueillant les graines dans une autre.

22La mémoire collective peut trouver un ancrage historique auprès de certains personnages. Ju ana Ali Shawa chez les Kotoko et les Arabes Showa, est une famine qui prit le nom du représentant du Bornou dans la province de Mandage (Makari) à ce moment-là. Elle serait intervenue vers les années 1875-1880.

23L’arrivée du conquérant Rabah dans la région du Bornou servit aussi de repère. La sécheresse générale qui toucha tout le Sahel à cette époque (1890-1893) n’épargna pas le nord du Cameroun. La période de Rabah, pleine de chevauchées dévastatrices, resta surtout circonscrite aux États musulmans. Dans le Diamaré, ce furent les fameux troubles de Modibo Hayatu de Balda qui avait rallié la cause de Rabah.

24La famine, connue sous le nom de ’das uu’din, fit de nombreuses victimes. Ce fut, en fait, une série de disettes commencées par une épizootie de peste bovine qui ravagea tout le bétail de Maroua ; la sécheresse et les criquets combinèrent ensuite leurs actions. Les gens étaient très affaiblis par des années de privation. L’expression ’das uu’din veut dire aller/jeter en tirant (sous-entendu les cadavres, tant ils sont nombreux et les survivants sans force). Le kaygamma de Maroua avait décrété que ceux qui traînaient les cadavres jusqu’au fossé de la ville hériteraient de leur saré. Les gens moururent en grand nombre sur les champs de souchet en essayant de déterrer les petits tubercules oubliés lors de la récolte. Cette famine est d’autant mieux connue qu’elle permit à ceux qui possédaient des réserves d’asseoir leur fortune. Elle est à l’origine d’un certain nombre de « grandes familles » de Maroua, car elle n’épargna pas, non plus, les montagnards qui échangèrent massivement leurs enfants contre du mil.

25Lors de ’das uu’din une majorité de cultivateurs de Maroua reconvertirent leurs cultures et firent des champs d’oseille de Guinée (Hibiscus sabdariffa) qu’on appelait aussi « gawri’baleeri », sorgho noir. Après l’avoir battu sur les aires de battage, on remplissait des silos entiers de maciyaaje (graines d’oseille). Mis en farine, on en faisait des boules que l’on mélangeait au reste du mil : « ceux qui en consommaient abondamment avaient bonne mine et résistaient mieux que ceux qui utilisaient dans leurs mélanges le niébé ou tout autre production ».

Les famines du début du siècle

  • 3 Enquêtes partiellement menées sur le terrain en 1983-1984, accompagnées de A. Beauvilain, géograph (...)

26Dans la région du lac, la famine qui frappe en 1903-1904 est appelée Skum lime (famine des jumeaux) à Makari et tomat (jumelles) chez les Arabes. La sécheresse dura deux ans et fut telle que certains villages n’engagèrent même pas leurs semis3. Une famine contemporaine est attestée dans les monts Mandara et aussi sur les bords du Logone, où elle est appelée dalana chez les Masa. Elle est souvent mise en parallèle avec l’arrivée des Allemands dans le pays. Les Masa cédèrent une grande partie de leur bétail aux musulmans pour un peu de mil. Dans les monts Mandara centraux, les Gude, Njegn et Jimi, qui faisaient toujours de grands champs de cotonniers pérennes et s’étaient spécialisés dans le tissage, épuisèrent toutes leurs réserves de gandura et de rouleaux de gabak.

27Quant aux montagnards septentrionaux, les plus démunis, ils poussèrent une nouvelle fois leurs enfants en plaine, au-devant de bandes de marchands pillards accompagnés d’ânes chargés de mil. On ne circulait qu’en groupes armés, tant l’état de famine renforçait l’insécurité, les rapts se multipliant, les individus étaient troqués contre du mil ou simplement des sacs de résidus de boule séchée (helelemri). Le chef de massif, chez les Mofu, faisait arrêter et vendre les délinquants en plaine...

Les famines de 1912-1930

28L’année 1912 fut marquée par un déficit pluviométrique ; en 1913, le mil ne put aller jusqu’à sa maturité et, en 1914, le même phénomène semble s’être répété.

29Dans l’Extrême-Nord, cette famine est connue chez les Kotoko sous l’appellation de skom nodumo et, chez les Arabes, ju el kabir (famine/grande). Elle porte encore d’autres noms : ju ana garat ou suntay du nom de l’Acacia nilotica et de ses graines que les Arabes consommèrent alors abondamment. Les Kotoko de Maladi rapportent ainsi cette famine :

30« Pour la deuxième année consécutive, la pluie se fit rare alors que le mil avait une coudée et demie de haut. Ils consommèrent les fruits et les amandes de balanites, puis, tant que dura la saison des pluies, les fruits de Capparis sp. et de salfu [Piliostigma reticulatum]. Ils durent partir avec des ânes vers les montagnes du Mandara où il avait plu suffisamment, à Mémé, Madagali, Kérawa... Il fallait avoir un peu de mil pour composer des bouillies légères permettant d’ingérer feuilles et fruits sauvages. Les enfants restaient au soleil et ne bougeaient plus, des adultes s’enfermaient chez eux et tissaient leur réserve de coton pour aller acheter le mil à Mora avec des gabaks (cf. Glossaire). Certains partirent dans les villages kotoko du Chari pour pêcher et à cause des rôneraies à Dougia, Kousseri, Kabé. Les gens de Maladi avaient perdu jusqu’aux semences, il fallut tout racheter. La moitié de la population mourut. Il en fut de même pour Woulki et d’autres cités kotoko ».

31Les Arabes d’Atri relatent également ju ana garat :

32« Les Allemands étaient encore là et la famine dura deux ans. La première année, le manque de pluie fit sécher le mil. Il n’y eut pas non plus de kreb. Les gens survécurent grâce à une production de balanites abondante. La deuxième année, le mil a germé, mais les pluies se sont arrêtées. Les gens sont allés chercher les fruits de delep [Borassus aethiopum] pour en consommer les amandes, mais cela ne tenait pas au corps. Ils passèrent à une plante rampante autour des mares, arkala [Impomoea aquatica] qu’ils faisaient bouillir, mais cela ne calmait pas leur faim. Ils se rabattirent enfin sur garat [Acacia nilotica] et hakhum [Piliostigma reticulatum] dont ils consommèrent massivement les graines. Toutefois, prolonger ce type d’alimentation présentait un certain risque. Ainsi ceux qui avaient encore du lait pour couper ces nourritures ont survécu, ceux qui n’en avaient pas moururent. Certains partirent avec des ressortissants de villages voisins par bandes pour ne pas être la proie des pillards et courir le risque d’être vendu, avec des bœufs porteurs, au Mandara pour acheter du mil aux kirdi. D’autres s’enfoncèrent sur le lac avec leur bétail pour avoir du lait et des bulbes de nénuphar. C’est à partir de ju ana garat que les Arabes prirent l’habitude de cultiver les abords du lac. »

33Cette famine est aussi appelée, à la latitude de Maroua et sur les rives du mayo Louti, weelo Showa (la famine des Arabes Showa). À Mora, où les Mandara sont habitués à la fréquentation des Showa, cette famine est désignée par le terme de Khawalme, du nom de la fraction Showa qui fut la mieux représentée. Les montagnards vendirent du mil plus que de raison, or la future récolte prometteuse s’avéra finalement déficitaire. Les Arabes revinrent, profitant du cloisonnement des massifs, en pratiquant une sorte de « cabotage » sur les piémonts. Ils proposaient alors du mil acheté au Bornou, ce qui montre la complexité des échanges dans ces périodes de stress. Cette famine toucha aussi le pays peul du Diamaré. Elle porte beaucoup de noms : weelo jooriinga, augmentatif de jooriingol (sécheresse) ou weelo’dayla (de ’daylugo : se flétrir, les sorghos ayant séché sur pied avant épiaison) ou encore weelo ngasu, car les Arabes Showa creusèrent les fourmilières pour y prendre des grains, ou encore weelo Gawar, car les gens allèrent chercher du mil à Gawar. Elle occasionna peu de morts car chaque village organisa des convois vers des zones moins touchées, chez des parents ou alliés, situation nouvelle qu’autorisait la paix coloniale. Ils partirent chez les Muzuk et Masa où les cultures de sorghos rouges hâtifs avaient bien produit. Toutefois, ces groupes, peu capables d’accumulation de grains et aussi peu habitués aux transactions se dessaisirent de trop de réserves et il s’ensuivit une famine jusque chez les Musey, où elle fut aggravée par de violents conflits entre Masa et Musey et une dernière incursion baguirmienne. C’est de cette époque que datent les premiers emprunts de sorghos rouges à cycle hâtif par les Fulbe.

34L’administration allemande, mais surtout les malloums de Maroua firent pression pour que soient percées les réserves des silos-fosses des habituels profiteurs de famine, qu’étaient les kaygamma, galdiima, ar’do de Maroua, lawans de Meskine, de Gazawa... préoccupés dans ces temps de disette à renouveler leur main-d’œuvre servile...

35Les disettes de 1921-1927, connues sous le nom de l’« année de la petite agoda », furent en fait le résultat d’une série de mauvaises années. La sécheresse en fut la cause première. Au sud du lac (Makari et Woulki), elle est appelée fal yaula ou siley sa, yaula ou sa est une unité de mesure, sous-multiple de ’daram, jatte de bois. Elle fut la seule mesure requise pour vendre un mil, devenu rare, à des prix records. Les prix ont dû varier d’un village à l’autre. On parle de 1 shilling (c’est toujours la monnaie du Nigeria ; elle avait cours alors au sud du lac) pour 4 yaula alors qu’avec 1 shilling, on pouvait acheter 4 à 5 ’daram.

36La famine culmina en 1926 avec fal koss ou siley meden. Il s’agit d’une sorte d’agoda, sous-mesure de yaula. Il fallait 1 shilling pour une ou quelques mesures de ce koss. Les disettes engendrèrent les mêmes mouvements vers l’eau : Chari et lac pour les Kotoko, et descente vers le sud, grâce à leurs bêtes de bât, pour les Arabes.

37Dans la région de Maroua, la famine est appelée ’das kaywa. Les causes combinent ici la sécheresse et des attaques de quéleas. ’das kaywa (tirer le sac), de kaywaaji (sacs de cuir), fait allusion aux ventes de rations de mil sous contrôle de l’administration à Maroua, ce qui n’empêchait pas des échauffourées, même les notables se disputaient les sacs. Le mil était ponctionné dans les lawanats et lamidats périphériques.

  • 4 Poussé par l’administration coloniale, le lamido de Maroua, Muhammadu Saajo, ordonna que le mil de (...)
  • 5 L’abandon des enfants s’effectuait parfois sans vente, sans échange de grains. Constatant qu’il ne (...)

38En 1927, sur les marchés de Maroua, tous les échanges s’effectuèrent en mil, l’argent ayant disparu. Malgré la présence de l’administration coloniale française, les enfants continuèrent à être vendus4. L’administration dut, dans la région de Maroua et dans la ville même, par le truchement du lamido, patronner le placement de nombreux enfants kirdis des massifs. Des délégations mofu de Wazang, de Gemzek... firent pression sur les « commandants », par l’entremise de lamido Saajo, pour qu’ils les laissent vendre leurs enfants aux Fulbe, car les vivres distribués par l’administration étaient en quantités insuffisantes (cf. Maroua, évolutionhistorique). Le délestage des enfants, essentiellement des garçons, pour les Mandara septentrionaux, était une pratique séculaire, en vigueur à chaque période de famine. Tout aussi institutionnalisée était « l’adoption » de ces enfants5, et c’est d’ailleurs la prolongation de ces pratiques qui conduisit (sur dénonciation) à la destitution « pour fait de traite », d’un grand nombre de jawros et de lawans jusque dans les années 1930.

Les invasions acridiennes des années 1930 et les dernières disettes

  • 6 Les rapports d’archives font état des préoccupations des administrateurs devant ces vols de sauter (...)

39Dès le deuxième trimestre 1930, les rapports de la circonscription de Maroua signalent des nuées de sauterelles en provenance du Nigéria6. Si les dégâts restent encore limités, les pontes ont déjà eu lieu.

401931, les nuées de criquets sillonnent la région, mais les conséquences sont très irrégulières. Dans les monts Mandara centraux, par exemple, on est en année de rotation (« année de la femme »), où la culture du sorgho est mineure, voire absente, remplacée par celle des niébés, pois de terre, oseille de Guinée, cucurbitacées et d’un petit mil amer très aristé, toutes cultures peu sensibles aux acridiens. Mais, les années suivantes, les monts Mandara se sont montrés plus sensibles aux attaques acridiennes à cause de leur mise en culture en continu. Le mil en herbe qui recouvrait des pentes entières de terrasses fut particulièrement exposé, alors qu’en plaine l’imbrication champs et brousse était une parade. C. Vallin, dans un rapport de tournée de 1932 (ANY/APA 11876/A) indique que « les invasions acridiennes ont fortement compromis les récoltes de mil dans toute la zone montagneuse qui semble exercer sur les vols de sauterelles une véritable attraction. Les champs de mil ont été réensemencés jusqu’à trois fois. Seules ont été complétement sauvegardées les plantations situées à l’intérieur des villages ».

411933 fut l’année où les criquets se montrèrent le plus dévastateurs ; depuis 40 ans, on n’avait jamais vu de vols aussi impressionnants. Des équipes de destruction des essaims sont mises en place de Kaélé à Makari par l’administration, mais les vols de sauteriaux continuent à parcourir la région. Les essaims de criquets qui suivent la direction des vents dominants peuvent, dans des zones bien pourvues en couverture végétale et en superficies vivifiées, opérer un choix et se fixer, par exemple, sur le mil en herbe. Toutefois, si les zones attrayantes se raréfient, ils peuvent alors se concentrer et « détruire jusqu’aux racines du mil » (c’est-à-dire les racines extérieures qui confortent la base de la canne de mil). Aussi tout va dépendre de l’importance des vols, de l’état du mil et de sa nature. Le sorgho rouge à maturité ne sera pas attaqué si les criquets peuvent se rabattre sur les sorghos tardifs encore en feuilles tendres et grains laiteux, ou sur les pépinières de muskuwaari. Les dégâts sont importants si les attaques interviennent juste avant la maturité des sorghos sous pluie et sur les pépinières de muskuwaari.

  • 7 Il devait s’agir principalement de : Schistocerca gregaria (le criquet pèlerin), Anacridium melano (...)

42Après une accalmie en 1935-1936, les criquets sont encore signalés sur les zones de karal de Bogo et de Maroua en 1937, en pays daba en 1938 et, en 1939, sur les massifs les plus élevés de Ziver et d’Oupay... Les populations de l’Extrême-Nord sont donc restées sous la menace acridienne pendant près de dix ans. Elles ont naturellement appelé cette période du nom des criquets (weelo ba’b’bati)7. Elle se décompose en séquences qui peuvent chacune recevoir sa désignation propre. Pour les Fulbe, weelo ba’b’bati peut désigner les premières années d’invasion acridienne ou toute la période. Elle se subdivise généralement en mabballa (de mabbugo : fermer) qui sous-entend : la porte est fermée afin de ne pas partager avec les voisins le peu de nourriture qui reste. ’dungga (de ’dunggaago : faire la sourde oreille) ou ’dungga bannda (tourner le dos à son prochain), aurait été la période la plus dure (1933-1934). Mapta, qui suit, vient de « surprendre », on se croyait à la fin des vols de criquets et ils revinrent encore. Ils s’intensifièrent même et il y eut beaucoup de morts. La suivante, appelée ayamla (de a’ygo : faire un signe discret à quelqu’un, sous-entendu « pour aller manger en cachette ») aurait clos cette suite de disettes en 1937 ou 1938 pour Maroua. Les Mafa et les autres montagnards parlent de cette époque comme de lum dzaray (l’époque des sauterelles).

43Les attaques de criquets furent, en revanche, moins ressenties au sud du lac. Pour les Arabes, san al jerad (l’année des criquets) est suivie de mabrac (tituber) et de bahadala (épuisement). On enregistra toutefois peu de morts dans cette période qui semblerait légèrement décalée dans le temps (vers 1939 ?) par rapport aux monts Mandara. Dans le nord de la région, le facteur essentiel déclenchant la famine reste le manque de pluie.

44Les disettes suivantes furent régulées par l’aide administrative et internationale. C’est le cas en 1970-1973, dara bo’dum (tenir bon), où la disette fut enrayée grâce à l’aide sous forme de semoule de maïs et de tourteaux de coton. Celle de 1984 appelée weelo maaroori (riz, à cause des dons) fut encore moins ressentie. Si les productions de sorgho et d’arachide se révélèrent catastrophiques, le coton, en revanche, a bien produit, permettant des achats de mil.

Recettes et stratégies pour passer la période de famine

45La soudure était généralement prise en charge dans le calendrier des activités et de la consommation. Elle était, d’une certaine façon, programmée, ce qui ne veut pas dire qu’elle était maîtrisée. Il existe en fait deux soudures. La première, pendant la saison des pluies, est subie dans le cas où les greniers sont vides. Cette soudure couvre essentiellement le mois d’août, qui précède les premières récoltes. Chez les Mafa, la famille se referme sur elle-même pendant cette période afin de pas attiser les dissensions dans le village : « On ne reçoit pas les étrangers, il n’y a plus d’amitié, celui qui a du mil ne doit pas en faire étalage, sous peine de courir le risque d’être accusé de sorcellerie ». Ce mois-là porte souvent un nom dépréciatif, les mariages sont proscrits.

46Une soudure socialisée, décalée, est en revanche programmée de février à avril. Plus ou moins marquée selon les groupes ethniques (cf. Les stratégie de conservation du grain), elle équivaut à une sorte de carême. On change pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, de types d’aliments. Le jeûne porte sur le mil, du moins celui du village. Cette soudure correspond actuellement au moment d’une dispersion des jeunes adultes comme tâcherons dans les villes ou pour effectuer certains travaux désaisonnés : récolte du mil de karal, travail dans les zones irriguées à cannes à sucre ou taro (Nigeria)... La nourriture est prise ailleurs, souvent sur les marchés et sous forme d’aliments commercialisés : beignets, viandes grillées, gâteaux de souchet, fruits, bière... Les absences temporaires massives de jeunes actifs limitent la ponction sur les greniers familiaux qui peuvent même être carrément scellés comme, par exemple, le silo du chef de concession chez les Mofu. Le village vit alors sur le mil des femmes et les quantités sont rationnées. Cette période facilite une économie du mil, qui devra alimenter la famille au moment des gros efforts de préparation des champs, des semailles et du premier sarclage. Les rations les plus abondantes sont alors données durant les deux premiers tiers de la saison des pluies. Cette soudure consentie, alors que le grenier de réserve du chef de famille est plein, mais interdit d’accès, renvoie à d’anciens modes de vie particuliers aux pêcheurs et aux chasseurs. L’alimentation en mil était suspendue et remplacée par le poisson ou des cures carnées, accompagnées de produits de cueillette.

47Certaines productions de soudure peuvent être des aliments également consommés lorsque les greniers sont encore fournis, on se contente alors de les prolonger. Chaque année, les Musey confectionnent de la fécule de Tacca leontopetaloides. Les Mafa consomment des fruits de Ficus dicranostyla. Quant aux femmes d’éleveurs arabes et peuls, elles servent des graminées sauvages qui fournissent des semoules, avant que le mil ne soit récolté. En année normale, nous avons pu observer sur les marchés de Mémé, Dogba, Petté... d’abondantes quantités de fruits de Boscia senegalensis. Parmi les tubercules « durs » une igname est à la vente sur presque tous les marchés, sous forme de morceaux préparés, il s’agit surtout de Dioscorea dumetorum, bien reconnaissable à sa couleur jaune.

48Lorsque la disette s’annonce, on espace la consommation de mil et on cherche à aller jusqu’au bout des productions de cueillette bien appétées, comme les germes des rôniers, des bulbes de nénuphars, des ignames de brousse (Dioscorea abyssinica). Interviennent aussi toutes les « nourritures de berger » : Cucurligo pilosa, un petit tubercule étranglé en son milieu, Alismantareus limnophyton, les Crossandra sp., Brachystelma phyteumoides... Leur plus ou moins grande importance sera fonction du moment où s’installera la disette.

49On a ensuite recours à des produits moins attrayants – sans pour autant qu’ils soient nocifs – préparés avec de multiples bouillissages visant à ôter leur amertume : fruits de Capparis sp. et de Boscia senegalensis. Certaines productions stockées en vue de disette sortent des réserves, comme les amandes de Sclerocarya birrea et de Detarium microcarpum, les fruits séchés des différents Ficus, d’Andira inermis, ou encore les drèches de certaines bières de mil à l’aspect de panade, le son de mil...

  • 8 Nous avons parlé ailleurs (Seignobos, 1989) d’Anchomanes difformis, mais il semblerait qu’en savan (...)

50La famine s’installant, c’est la course à des produits non seulement peu appétés, mais pouvant provoquer de légers troubles. Si les ultimes réserves de mil n’ont pas été épuisées, elles servent à couper ces nouveaux aliments. On arrive ainsi à des produits de plus en plus dangereux, qui exigent des procédés de détoxication et imposent surtout une discipline de consommation basée sur une répartition espacée dans le temps. Ils devront être associés à certains excipients comme le lait, ou du moins être entrecoupés d’autres aliments pour empêcher l’accumulation de toxines. Ce sont surtout les tubercules « durs », essentiellement quatre ou cinq, toujours les mêmes : Dioscorea dumetorum, Dioscorea bulbifera (sauvage), Anchomanes welwitschii8, Amorphophallus aphyllus et Stylochiton hypogaeus.

  • 9 Ces préparations ont été décrites par ailleurs, comme, par exemple, Anchomanes difformis par Dalzi (...)

51Les préparations des tubercules et rhizomes toxiques sont souvent identiques. Elles combinent le bouillissage, avec ou sans cendre ou sel, ou encore addition d’argile, et le rouissage pour atténuer les actions irritantes liées à la présence de saponine et de raphides, assez générales chez les aroïdées. Certains peuvent être réduits en fécule qui sera séchée et stockée. Si le principe de base demeure le même, le détail des recettes varie infiniment9.

52Chez les Giziga, le rhizome de Stylochiton hypogaeus est foulé aux pieds pour être écorcé. Il est lavé et mis à cuire avec du cukkuri (sel de potasse liquide) un jour durant, puis on jette l’eau et on répète l’opération encore deux ou trois fois, en le faisant reposer dans une eau régulièrement renouvelée.

53Chez les Muzuk, Stylochiton hypogaeus, est laissé à macérer avec des graines de tamarinier ; puis on le fait bouillir par trois fois avec un cukkuri de tige de mil. On le réduit en une farine que l’on met à sécher et que l’on peut conserver. Amorphophallus aphyllus est épluché à la main et placé dans une même macération de graines de tamarinier concassées. Il subit trois bouillissages, séparés par un rouissage d’une nuit.

54Chez les Fulbe, Dioscorea dumetorum est mis à bouillir avec du cukkuri, suivi d’un rouissage, puis on renouvelle l’opération deux ou trois fois. On le conserve dans l’eau froide, mais pas plus de quinze jours. Les Giziga le font bouillir avec des feuilles de Piliostigmareticulatum, mélangées avec de la terre de termitière. Le bouillissage se prolonge pendant près d’une journée, puis on le fait rouir trois ou quatre jours de suite.

55D’autres aliments, qui interviennent épisodiquement en année normale, peuvent, en période de disette, devenir quotidiens. Ils sont soumis à une préparation particulière. Chez les Fulbe, Arabes, Musgum..., les fruits de Boscia senegalensis, comme ceux de Capparis corymbosa, sont laissés à sécher trois jours avant d’être pilés et mis à macérer trois jours pour dissiper leur amertume. Ils sont bouillis avec du natron et consommés avec du lait ou en boule. Tacca leontopetaloides subit également une préparation, pour l’obtention d’une fécule recherchée. On frotte le tubercule sur un racloir, un simple tesson, et cette bouillie est mise à reposer dans l’eau une nuit. Le matin, on recueille la fécule que l’on met à sécher. Additionnée d’arachide ou de miel, elle sert à la confection de beignets. Une manipulation semblable intervient pour la racine tubéreuse de Cochlospermum tinctorium, mais il faut faire rouir, puis sécher plusieurs fois la fécule.

56Enfin, poussées à bout par la famine, les populations peuvent localement consommer les produits les plus inattendus : calebasses pilées en farine, sur les rives du Logone, et feuilles d’Ipomoea triloba en bordure des mares pour les Arabes Showa. Quant aux Mofu des quartiers enclavés n’ayant pas accès à la plaine (Méri), ils abattirent en 1931-1932 des Faidherbia albida, attendant que certains charançons s’y mettent. Ils récupérèrent leur « sciure » comme farine qu’ils consommèrent mélangée à de la pâte de fruits de jujubiers...

Les riverains du Logone : Musey, Masa, Muzuk et Musgum

  • 10 Les Musey distinguent deux kabrena :kosikosina avec des fruits aériens qu’ils consomment après les (...)
  • 11 Le souchet (Cyperus esculentus), waccuure (pl. waccuuje) en foulfouldé, est désigné en français du (...)

57Les Musey consomment en abondance kena (Tacca leontopetaloides) et kabrena (Cochlospermum tinctorium)10, dont ils stockent la fécule, qui supporte relativement bien la conservation. Cette fécule est confectionnée pendant la saison des pluies ; en effet, comme tous les tubercules sauvages, c’est à cette époque qu’ils seraient moins amers et moins chargés en toxines. Toute la stratégie des Musey revient à se procurer ces deux produits. Tacca fut même parfois prélevé sur les champs pour être gardé en « jardin » à proximité des concessions. Ces pratiques sont connues de leurs voisins, qui désignent le Cochlospermum comme la « nourriture du Musey ». En période de disette, ils consomment, pendant la saison des pluies, Cucurligo pilosa, Brachystelma sp., dont ils différencient trois « variétés » : dappa galapna, dappa zolida et dappa gerna... ainsi que des Crossandra sp. Est également activement recherché le souchet sauvage11 que les groupes des rives du Logone ne cultivent plus, à la différence des montagnards. Les nodules racinaires d’Asparagus sp., dont la chair rappelle l’igname de brousse, sont bouillis avec de l’huile et de l’oseille de Guinée. Ils consomment aussi une rudérale, à la racine renflée, tanhawa, que l’on rouit comme le manioc. Les brèdes semblent assez peu sollicitées, encore que Cissus adenocaulis, Tribulus terrestris et les bases florales de Bombax costatum fournissaient, récemment encore, des « sauces » très courantes. En ce qui concerne les fruits, comme de nombreux groupes du Tchad méridional, ils ramassaient, par paniers entiers, ceux de Detarium microcarpum (gasna), qu’ils conservaient dans les greniers et avec lesquels ils faisaient des boules. Ils utilisaient aussi les graines d’Afzellia africana. Dans le canton de Gobo, un complément non négligeable était apporté par les Ficus : tuluma (Ficus gnaphalocarpa), goloona (Ficus ingens), boona (Ficus platyphylla), siwena (Ficus thonningii).

58Lorsque la fécule de Cochlospermum est épuisée et qu’il devient difficile de localiser et de déterrer ses tubercules, lorsque les fruits et les feuilles comestibles se font rares, ils ont recours au tandem final, qui s’avère être toujours le même au sud de la latitude de Mora : Stylochiton hypogaeus (jedda) et Amorphophallus aphyllus, « ces tubercules qui nous décimaient », ainsi que les qualifient nos informateurs et qu’ils n’auraient mangés que deux fois dans leur vie.

  • 12 Koppert (1981 : 94), pour les Masa de Kogoyna, situe le grappillage en année normale (sur questionn (...)

59Voisins des Musey, les Masa de même que les Muzuk consomment accessoirement Tacca et Cochlospermum. Ils couvrent une situation géographique intermédiaire entre les zones méridionales et les grandes plaines des yayrés au nord. La référence aux graminées fait son apparition, ainsi que celles aux fruits de Capparis sp., aux bulbes de nymphéacées, aux Dioscorea abyssinica (adaw busa)... Lorsque la disette s’installe, les tubercules12 restent les plus sollicités, à côté du classique grappillage.

60En 1973, chez les Muzuk de Madalam, zanay (Amorphophallus aphyllus) a été largement consommé, mélangé à du lait. Celui qui disposait de lait pouvait prolonger son ingestion pendant huit à neuf jours d’affilée. Les autres ne peuvent le faire car « zanay tue ». Ils opéraient sur un mois cinq ou six coupures de plusieurs jours, utilisant alors les gousses fraîches de Piliostigma reticulatum, des brèdes, de la farine de vrek (bulbe de Nymphaea) qui ne tient pas au corps, mais empêche l’accumulation de toxines. Les jeunes adultes de 25 ans n’avaient jamais auparavant touché à de telles nourritures de famine. Ils furent guidés par les femmes âgées de leurs familles. À l’issue de la saison des pluies, ils passèrent, enfin, aux kurhi (graminées sauvages) et riz sauvages qui venaient de produire abondamment.

61Les Musgum, dans le prolongement des Muzuk, peuplent des zones ouvertes inondées et déboisées annonçant les grandes plaines d’épandage du bas Logone où se pratique la cueillette de Nymphaea lotus. Le bulbe, récolté principalement en octobre et novembre, peut faire l’objet d’une cueillette systématique et, souvent, d’une consommation avec du lait. Les fleurs et tiges, perek, et aussi les fruits immatures dans l’eau, ormasl, entrent également dans l’alimentation. Les Musgum utilisent les fruits de Boscia senegalensis, de Capparis corymbosa et les graminées sauvages comme azama (Oryza barthii). Toutefois, les tubercules sont moins abondants, aussi, lors de disettes, les Fulbe venaient leur en vendre à Guirvidig.

Arabes Showa, Kotoko, Bornouans et Fulbe au nord du Diamaré, la stratégie des islamisés

62Ces groupes ont largement recours aux graminées sauvages, appelées kreb (en arabe), pagguri (en foulfouldé)... qui rassemblent des Paspalum spp. et toutes les petites panicées (panicoïdées), parfois une Brachiaria sp., le kreb proprement dit est Panicum laetum. Chez les Arabes, sont également récoltés am jigire (Echinochloa pyramidalis), abu saabe (Dactyloctenium aegyptium), di’fri (Echinochloa stagnina), haskanit (Cencrus biflorus), le cram cram, Brachiaria ramosa, Echinochloa obtusiflora ou Sorghum cf. vogelianum... et la liste n’est pas close.

63Le Dactyloctenium, dont les grains sont encore plus fins que ceux de l’éleusine, pousse partout où l’homme a séjourné, de même que le cram cram. Ils se présentent en peuplement monospécifique sur d’anciens sites de marchés ou de villages. Ces zones deviennent des centres de cueillette revendiqués. L’intérêt de ces grains est d’arriver à maturité avant la récolte des mils et des sorghos. Ils sont généralement complétés par les maaroori ladde (ffldé) : Oryza breviligulata et Oryza barthii. Ils mûrissent lors du dessèchement des mares. Comme ils sont particulièrement déhiscents, on voit les femmes balayer avec précaution le fond de ces mares asséchées, dont les plus productives sont soumises à des formes d’appropriation.

  • 13 On les trouve fréquemment sur les marchés où elles représentent, grillées et vendues au tas, le pr (...)
  • 14 Les Fulbe disposent de untuwaawal. Il s’agit de fruits de jujubier, pilés, cuits et séchés, avec d (...)

64Kotoko, Bornouans et Arabes Showa consomment, au moment de la disette, les amandes de balanites (Pu’yaadi en ffdé)13, de même que celles de Sclerocarya birrea stockées dans de grosses jarres. Les brachtées terminales de Cadaba farinosa sont pilées, tamisées avant d’être mélangées à de la farine. Cette préparation séchée est ensuite ajoutée à du lait caillé battu (mburwaa’dam) et peut également servir de base pour délayer des résidus de boule séchée (tigra en kanouri, paltaaje en foulfouldé). Dans cette région, on fabriquait aussi des pains oblongs et plats de farine de fruits de Ziziphus mauritiana, que l’on pouvait stocker. Cette pratique ne connut pas le développement qu’elle eut au Tchad sous la même latitude14.

65Une fois épuisés les kreb, les populations Arabes Showa passaient alternativement aux fleurs (setep) séchées et pilées de Nymphaea lotus et à ses bulbes (bicine), puis à une série de graines d’arbustes : moheb (Boscia senegalensis), mardo (Capparis corymbosa), gulum (Capparis tomentosa). Ce n’est qu’ultérieurement que l’on ramassait des « herbes » comme Ipomoea aquatica et des graines d’Acacia nilotica.

66Il n’existe pas de démarcation franche entre les aliments de cueillette qui sont, comme semoules et bouillies, appréciés en année normale, et les aliments de disette plus spécifiques. En année normale, une famille arabe Showa de la région de Makari consomme, durant l’équivalent d’un mois à un mois et demi, du kreb et du riz sauvage et, une quinzaine de jours, les tubercules et les inflorescences-graines de Nymphaea lotus, de même et surtout les germes de rônier. En tant qu’interfaces de la production de mil, ces consommations sont soumises à fluctuation. C’est naturellement dans les zones à forte production de graminées sauvages que les termitières et les grosses fourmilières seront éventrées et mises à contribution au cours des disettes. Les tubercules sauvages sont absents et c’est à peine si on extrait des plages de hardés les racines tubéreuses de Lannea humilis qui sont « préparées et consommées comme le manioc ».

  • 15 Une discipline agraire interdisait que ses pieds (femelles surtout) ne soient abattus. Les rônerai (...)

67Chaque disette engendre les mêmes flux sur les rôneraies, au bord des fleuves et du lac Tchad ; des mouvements s’organisent pour rejoindre les régions les moins touchées par la famine. La rôneraie crée autour d’elle un système local autonome de parade contre la famine. C’est, par exemple, le cas des grandes rôneraies du sud du lac, comme Nganatir, Kobro, de Kabe au sud de Kousseri, de la région de Pouss, ou celle du pays bege, zone tampon entre Masa et Musgum... Les germes sont disponibles toute l’année et leur abondance est telle dans les rôneraies denses qu’elle permet de nourrir un grand nombre de personnes. Produit fibreux, bien appété, il est préparé bouilli ou en boule et peut être consommé des mois durant...15. Les régions à Hyphaene thebaica sont également activement visitées, tant pour les fruits immatures qu’à maturité.

68On voit apparaître des stratégies différentes entre Kotoko et Arabes Showa, lorsque la famine menace. Les Kotoko ont tendance à rejoindre le Chari pour pêcher, les Arabes Showa, à suivre leurs troupeaux sur les pâturages du lac. Grâce à leurs bœufs porteurs, ils allaient à la quête du mil, dans la province proche de Balge (Bornou) et surtout dans le sud, vers les monts Mandara. Les Kotoko, pour leur part, remontaient le Logone jusqu’à Pouss. Ces groupes ont anciennement intégré, dans le cadre du Bornou et de ses marges, une vaste aire d’échanges à travers des espaces pluri-ethniques. Aussi le coût du mil dans les périodes de famine est-il sans cesse souligné. Il sert même, avec ses unités de mesures, à nommer la famine.

La zone centrale du Diamaré

Les Fulbe

  • 16 Chez les Fulbe du Diamaré, labbel fowru (lance de hyène) est un terme flottant, désignant tantôt A (...)
  • 17 kelli (Grewia mollis), cii’booli (Grewia villosa), cii’booli gorko (Grewia barteri).

69Les Fulbe à la latitude de Maroua et plus au sud, des bords du mayo Louti, de Binder..., partagent en grande partie leur stratégie de survie avec les groupes haa’be auxquels ils sont imbriqués. Ils ont recours aux mêmes fruits, brèdes, racines et tubercules. Lors d’une séquence de famine, une progression identique est observée, depuis les produits de grappillage jusqu’aux tubercules « durs ». On constate la même quête en début de disette : Cucurligo pilosa (mbay jiire), Crossandra sp. (yirlahi), Brachystelma sp., sorte de navet d’eau (ndayewo), nodules racinaires de Asparagus sp. (labbel fowru)16, Aismatareus limnophyton (anjakoore) dont les Fulbe font grand cas dans les bouillies. Il ne faut pas oublier, non plus, les pieds de niyenorwa (Aloa buettneri) et de bulumji ladde (Dioscorea abyssinica). Cette même période s’accompagne de la consommation accrue de différents Grewia spp.17, de Cissus populnea (gubuwol), Leptadenia hastata (zaraawol), Cassia occidentalis (kaccu kaccunga), Urena lobata (gubu’do silel)... Intervient, toujours à cette période, si elle se superpose à celle des pluies, toute une gamme de fruits et de graines : fruits de Vitex doniana (ngalbiihi), de Vitex simplicifolia, fruits de Celtis integrifolia (ganki), de Ximenia americana (ca’b’bulli), de Carissa edulis (’dilmaahi), de Sclerocarya birrea (eedi), de Maerua oblongifolia (kumkumhi)...

  • 18 Ce sont généralement des fruits verts ou à moitié mûrs (wurkumre, pl. burkumje en foulfouldé) qui (...)
  • 19 Nguraare est la foulbéisation de ngura en kanouri, de même que buldumhi vient de buldu toujours en (...)

70Quand la famine se renforce, entrent alors les graines de bo’bori ou gorko bokki (Sterculia setigera), les fruits verts18 de kenje (Andira inermis), de ’dingale debbi (Gardenia erubescens), qui sont bouillis avec du cukkuri, séchés, puis pilés, comme le sont du reste les sycones de certains Ficus, en particulier Ficus gnaphalocarpa (ibbi). On constitue alors des réserves de fruits de buldumhi (Boscia senegalensis) et de jaajiihi (Capparis corymbosa), mûrs en août. Ces derniers demeurent très appréciés car ils donnent l’impression d’offrir une boule consistante. On a déjà entamé les productions qui introduisent la période des tubercules et des racines de belluki (Lannea humilis). Avec les pieds d’Aloe, elles serviront à couper les ingestions dangereuses de juubaahi (Dioscorea dumetorum) et de ceekeehi (Dioscorea sp.). Vient ensuite le tandem nguraare19 (Stylochiton hypogaeus) et kekere (Amorphophallus aphyllus) toujours utilisés avec les mêmes précautions.

  • 20 Au contraire de certaines ethnies, les Fulbe pilent leur mil. Il s’ensuivait jadis une mise en rés (...)

71Les recettes peules empruntent beaucoup à celles des haa’be de plaine, mais les éléments de coupure peuvent être différents, avec des formes de laitages (si le bétail n’est pas lui-même trop éprouvé) et aussi du son de mil, prélevé de silos particuliers20.

Un exemple chez les haa’be de plaine : les Giziga

72Les Giziga, dont l’aire de peuplement est imbriquée dans celle des Fulbe, reprennent la même utilisation des fruits et des tubercules de famine, avec toutefois des éléments de différenciation. Les massifs-îles donnent un petit appoint de productions de montagne avec certains Ficus comme Ficus populifolia ou encore Haematostaphis barteri. On remarque aussi une plus grande utilisation des pois de terre et des souchets sauvages, et aussi de tegure, fleur d’Aloe, et des bases florales du Bombax... Les Giziga confiaient leur survie à un arbre, brumli ou bilmiri (Andira inermis), dont les fruits étaient bouillis, conservés séchés, et dont les amandes étaient également pilées et consommées. Les sycones de Ficus gnaphalocarpa apportaient un appoint. Ils mettaient aussi en réserve le résidu d’une bière de mil (ecef) particulière, sorte de bouillie alcoolisée (mballa babara) bue chaude, en particulier durant la saison des pluies (Seignobos, 1976). Le maintien de cette qualité de bière chez certaines populations ne se comprend que dans une optique de capitalisation de réserves. Ces drèches (cake en foulfouldé) étaient versés dans un silo spécial. On les mélangeait ensuite avec un type de boule séchée, également stockée. Cette pratique reste courante, comme le prouve l’observation des produits entreposés sur les séchoirs. Parlant des aliments de famine, les Giziga disent préférer avoir recours aux arbres et manifestent leur méfiance à l’égard des tubercules « qui tuent ». Il n’empêche que les plus grandes famines se sont toutes terminées par la consommation de ere : Stylochiton hypogaeus. Les Giziga de Loulou affirment que « si la disette ne passait pas avec ecef, puis bilmiri, on était obligé d’aller chercher ere ». Les informateurs avouent avoir consommé ere et jigembre (Dioscorea bulbifera sauvage) pendant les années des criquets (1930-1932). Ils n’en auraient mangé que deux fois dans leur vie, alors qu’ils ne peuvent compter les années où ils ont eu recours à bilmiri et même aux racines de bubuzlum (Lannea humilis). Quant à ecef, il y est fait appel régulièrement, chaque année. En 1973, ils durent doubler leur consommation de résidu de bière et eurent recours pendant quelques jours d’affilée aux fruits de bilmiri, et même aux racines de bubuzlum car les aides de l’administration, en riz et en farine de maïs, ne parvinrent pas jusqu’à Loulou.

Les haa’be des montagnes et plateaux

73Pour les montagnards de bordure comme les Mofu, la proximité de la plaine les pousse à rechercher là leurs aliments de survie.

  • 21 À Goudour, seuls les forgerons consomment babaldam (Dioscorea dumetorum) jugé trop dangereux pour (...)
  • 22 Une série de règles empêche qu’on les abatte ou les mutile. Ainsi, chez les Mofu Sud, celui qui co (...)

74On retrouvera donc les mêmes plantes avec des utilisations très voisines. Elles se combinent de la même façon en fonction de l’importance de la disette et de son déroulement dans l’année. On pratique la cueillette des mêmes petites productions d’Eleusine indica (dlimber), de souchet et pois de terre sauvages, d’Aismatareus. On fera appel à may wat (ou may war) (Dioscorea bulbifera sauvage) qui porte le même nom chez les Mofu, Cuwok et Mafa... et autres tubercules21. Néanmoins, toute la période comprise entre les produits de cueillette de soudure et ces tubercules « durs » est tenue en grande partie par une gamme de Ficus. Sur les piémonts se développent les Ficus guaphalocapa et F. platyphylla. Sur les éboulis des massifs-îles et les pentes de la retombée des monts Mandara, on voit Ficus capensis, F. lecardii, F. abutilifolia, F. glumosa, F. glumosa var. glaberrima, F. umbellata22. Ces Ficus sont pratiquement tous susceptibles de fournir des sycones qui peuvent être utilisés séchés à maturité (ceux de Ficus gnaphalocapa et de Ficus dicranostyla se conservant le mieux), ou verts, diversement bouillis selon le degré d’amertume, pilés et préparés en boule. Dans ce rôle, le « ficus des rochers », Ficus abutilifolia (mee’besl), était le plus souvent mis à contribution. Dans les massifs-îles, c’était l’arbre nourricier par excellence : ses jeunes feuilles et son liber étaient également consommés en sauce. Cette gamme sera encore augmentée de Ficus ingens, F. scott elliottii, F. vallis choudae... dans les massifs les plus enclavés du pays mafa (Seignobos, 1989 et cf. La végétation anthropique). Mindek ou mbrak (Ficus dicranostyla), à l’appellation très peu différenciée, s’est diffusé dans divers massifs. Arbre providentiel, il fournit la première feuille-légume des massifs avant même les jeunes feuilles de niébé. Sa production couvre plusieurs mois. Les mindek, taillés en têtard sont souvent équipés d’une fourche qui permet aux femmes d’y grimper. Les sycones jaune-rouge sont recueillis, séchés et stockés. Mindek s’est également diffusé dans les monts Mandara centraux. Si les gens des plateaux font un moindre usage des Ficus, certains occupent une fonction particulière, celle de protéger des points d’eau pérennes. On les remarque en petits massifs, restes de galeries forestières, taches sombres qui marquent le plateau. Ce sont surtout Ficus trichopoda et Ficus ingens, appelés respectivement zuvun et kutren chez les Jimi.

75Les Hina s’inscrivent dans une position intermédiaire entre les Mofu et les populations de plateau. Les tubercules conservent encore une grande importance : megzambur (Dioscorea sp.), ngwir (Stylochiton hypogaeus) existent encore en clôture de famine. Grâce aux espaces dont ils disposent, les populations des plateaux reprennent une partie des productions de plaine. Chez les Kapsiki (à Roumzou), par exemple, on a recours à Aloe buettneri, dont on fait bouillir le pied avec du natron, à Asparagus sp., Alismatareus limnophyton... On retrouve les Dioscorea avec nifi (Dioscorea abyssinica) et Dioscorea dumetorum, plus rarement mokambo (Amorphophallus aphyllus).

  • 23 Ce « petit bananier à graines » comme le désignent les Kapsiki porte un nom différent du bananier (...)

76L’originalité des pays kapsiki et wula est d’avoir favorisé, dans le fond de la vallée, Ensetegilletii, appelé badaragam23, qui pousse à l’ombre de ligneux d’une certaine importance. Son large pied souterrain a les faveurs des Kapsiki. On le fait bouillir une à deux fois et une troisième avec un peu de natron, on peut alors en tirer une farine. Cet Ensete faisait passer plus agréablement certaines soudures. On peut également le déterrer en année normale. Les Kapsiki (de Roumzou) amorçaient généralement les périodes de privation avec des fruits, puis Ensete, avant de passer progressivement aux tubercules. On gardait alors la farine d’Ensete pour couper leur consommation.

77Dans le stock des ressources végétales de cueillette, on observe des changements tant en latitude que du Logone aux monts Mandara, déterminant une différenciation dans les associations de productions. Du nord au sud, les changements sont évidents à la sortie des grands yayrés, là où les nymphéacées ne sont plus retenues dans l’alimentation ; les graminées sauvages, qui assurent jusqu’à plusieurs semaines de nourriture à la latitude de Makari, deviennent inexistants à Maroua (deux jours en moyenne et à peine une semaine en année de disette) ; Cadaba farinosa disparaît, le Balanites aegyptiaca et le palmier doum ne tiennent plus la même place...

  • 24 Ce sont souvent des diurétiques, utilisés pour soigner les maladies vénériennes et les maux de rei (...)

78Les aliments de disette des rives du Logone disparaissent peu à peu vers l’ouest, ou varient dans l’utilisation qu’on en fait. Tacca leontopetaloides devient une production de cueillette mineure, alors que Cochlospermum tinctorium est abandonné. Ce dernier, chez les Kapsiki, soigne les plaies, chez les Mofu Dugur, le ventre... et son rôle tinctorial était seul retenu chez les Fulbe. Aloe sert à faire des cordelettes chez les Dimeo et à Mékéri. Cucurligo pilosa pilé avec du beurre sert de pommade pour soigner la gale chez les Fulbe de Maroua, alors que c’est un remède pour la toux des bovins chez les Kapsiki... Il reste aussi à différencier l’utilisation des productions entre les temps de famine et les années normales, nombre de tubercules « durs » se révélant être des plantes médicamenteuses24.

Les stratégies para-famines intégrées

Sélections arborées et réserves de cueillette

79Certains groupes vivant dans des sites exposés ont, pour parer aux famines provoquées par des razzias très fréquentes, entrepris des sélections arborées : rôneraies ou parcs plus composites dans lesquels dominent souvent les Ficus. Il est toutefois des sélections arborées ou des zones « protégées » qui expriment plus subtilement ces préoccupations.

80En dépit de leur apparence climacique, les végétations arborées à l’extrême nord (sud du lac) sont souvent issues d’une sélection de la végétation en place. Une majorité de variétés sert en parade de famine. Les sélections arborées autour des villages arabes Showa combinent un premier halo de Boscia senegalensis, même sur des sols en voie de « hardéisation », ils sont très appétés par le bétail, qui leur taille un port buissonnant en boule. On peut l’observer de la latitude de Petté jusqu’au lac. Salvadora persica peut alors aussi apparaître. Vient ensuite une deuxième auréole, celle de Balanites aegyptiaca, en peuplement presque pur... avant de passer à un mélange d’Acacia sp., de Ziziphus mauritiana, Sterculia setigera, avec des plages de Sclerocarya birrea, sur les sols légers et çà et là des plaques de hardé, avec des peuplements de Lannea humilis, tous offrant des possibilités de mise à contribution en temps de crise. Une association d’essences de famine est fréquemment attestée dans le milieu très particulier de vastes termitières, en limite des zones à hardé ou à karal, principalement sur la latitude de Mora : Boscia senegalensis et Capparis corymbosa – ce qui explique leur cueillette conjointe – avec aussi Cadaba farinosa et des Grewia spp. Les formations à Acacia sur sols engorgés et celles à Combretum glutinosum et Guiera senegalensis semblent seules présenter des faciès pseudo-naturels. Il s’agit partout de végétations nées de réflexes d’abattage conditionnés sur des générations par la volonté de trouver des parades aux disettes.

81Chez les Giziga, l’absence de parcs arborés est surprenante, y compris dans les replis des massifs-îles qui servaient autrefois de refuges. La sélection s’affirmait dans les zones ripicoles, où l’on peut voir une concentration d’arbres de famine, sur les mayo Kaliao, Louti... Toujours de faible épaisseur, mais bien fournies, elles présentaient à la fois un maillage défensif et une opportunité de repli à partir des champs de brousse, et, secondairement, constituaient un système anti-érosif. Ces bourrelets de berges étaient également des réserves de tubercules sauvages. L’essence dominante, pour ne pas dire exclusive, était Andira inermis, au feuillage dense en boule. Une discipline très stricte veillait à ce qu’il ne soit jamais abattu. Se joignaient à lui des espèces orophiles comme Celtis integrifolia,Ficus gnaphalocarpa, Kigelia africana, entrecoupées de peuplements de Securinega virosa. Un peu en retrait, se développaient Sterculia setigera, quelques Vitex sp. et Piliostigma reticulatum souvent arborescent. Aujourd’hui débarrassées de leurs défenses naturelles d’Acacia polyacantha, Acacia ataxacantha et Ziziphus mucronata, ces berges ont perdu de leur caractère inextricable.

82Les populations des plateaux centraux des monts Mandara, Gude, Jimi et Bana avaient, en dépit du peu d’espace dont ils disposaient entre leurs collines ruiniformes refuges, développé un certain nombre de productions de famine dans les réseaux de haies de leur habitat. Leurs établissements étaient, en effet, pris dans un maillage de haies d’Euphorbia kamerunica et d’Euphorbia desmondi pouvant atteindre près de cinq mètres de hauteur. Disposés en protection de parcelles permanentes, situés dans le prolongement des champs de cases, ou ménageant des chemins d’accès à l’extérieur, ces ensembles confinaient parfois à un pseudobocage. La végétation contenue dans ces haies était particulière et comprenait certaines variétés de cotonniers pérennes, Strophantus sarmentosus, des cucurbitacées (calebasses, Luffa cylindrica...), des brèdes comme Momordica charantia, Leptadenia hastata, Moringa oleifera... et aussi des ignames (Dioscorea dumetorum, Dioscorea abyssinica, Dioscorea bulbifera, et Dioscorea cayenensis, venue de la Bénoué), les deux premières étaient prélevées en brousse et bouturées au pied des euphorbes.

83Cette pratique de la haie support de productions de famine était aussi généralisée dans les massifs mafa les plus enclavés. Les Mafa ne disposaient pas de brousse et les chaos de blocs sommitaux étaient peu susceptibles de leur fournir des aliments de famine. On ne retrouvait que les fameuses may war dans les haies des pâtures encloses. Les Mafa sont donc allés en plaine prélever Dioscorea abyssinica, qu’ils sélectionnèrent en fosse à proximité de leurs habitations, sans toutefois vraiment développer cette culture, qui ne compte qu’exceptionnellement plus d’une dizaine de pieds. Ils préféraient avoir recours à la culture de Colocasia esculenta. Toutefois, chez les vieux, on remarque une transplantation d’Amorphophallus placés au bas de dalles inclinées, dans les portions de terre humide, et qui aurait été jadis plus développée.

La souplesse de l’agrosystème comme prévention à la famine

84Certains agrosystèmes disposent d’un éventail de cultures complémentaires ou de substitution prêtes à prendre le relais de certaines grosses productions et qui leur permet parfois d’esquiver la disette et de limiter la famine. Même en temps normal, un champ de sorgho qui a mal levé se voit rapidement complanté en pois de terre ou en arachide. Il existe ainsi des réflexes de rattrapage : on sème du sorgho hâtif si le tardif est mal venu, afin de profiter des pluies de fin de saison... La répartition des pluies, toujours très variable, peut entraîner une mauvaise production céréalière alors qu’elle sera sans conséquences sur les fourrages, le bétail se trouvant épargné. Une autre année, elle pourra être encore défavorable aux sorghos et aux mils et, en revanche, épargner l’arachide ou le coton. Ainsi, les ventes de bétail et des cultures de rente autorisent-elles les achats de mil.

85Un passage de sauterelles qui a entraîné des pontes poussera à un doublement, voire un triplement des emblavures en oseille de Guinée. L’oseille arrive toujours à maturité grâce à l’enveloppe de ses graines non attaquée par les criquets. Il en est de même du pois de terre : « Semé tardivement, il échappe à la voracité des ravageurs. Beaucoup, pour cette raison, attendent la saison des pluies pour le consommer ou pour le vendre. Si les criquets réapparaissaient, ils en feraient de grands champs au lieu des petites parcelles habituelles. » (A. Hallaire, 1989 : 333).

  • 25 Les attaques par les insectes ravageurs sont moins virulentes en cultures associées qu’en monocult (...)

86Les dégâts des sauteriaux se manifestent principalement sur le mil en herbe et sur les grains à l’état laiteux, s’ils ne sont pas amers. On sèmera donc en abondance des « mils amers », par exemple le « mil du chien » (xa Xeri) chez les Bana, au grain couleur violine et frippé, qu’il faut faire bouillir deux à trois fois pour en atténuer l’amertume. Chacun prévoyait de remplir un à deux silos (cf. Les sorghos). On renforcera aussi l’ensemencement en niébés et de tout ce qui est tubercule, en particulier les Coleus sp. et les souchets. Les populations des plateaux pouvaient très rapidement reprogrammer le contenu des cultures de leurs champs, augmenter le complantage, déjà de règle lors d’attaques de chenilles ou de la pullulation d’insectes ravageurs...25, et même parfois disperser plus encore les parcelles.

87À la grande flexibilité dont font montre les systèmes agronomiques des populations des monts Mandara centraux face à l’agression du milieu, les Mafa ont préféré opter (ou maintenir) pour une organisation plus rigide qui limite à leurs yeux un maximum de risques.

88Les agrosystèmes des massifs mafa reposent sur une rotation biennale opérant sur l’alternance petits mils/sorghos. Ces cultures maîtresses sont accompagnées de productions secondaires, généralement regroupées l’année des petits mils, où l’on force sur les niébés et l’oseille de Guinée. L’année des petits mils est moins valorisée, car jugée sur ses médiocres performances pour capitaliser les grains. Elle est toutefois plus sûre par rapport à celle du sorgho, qui reste une année à risque où on fait le pari d’engranger un surplus de grains. L’année petit mil/niébé enrayerait une perte de fertilité et un ensemble de maladies du sorgho, neutralisant le Striga... Cette rotation biennale, voire triennale (White, 1941) chez les groupes voisins peut être partiellement comprise comme une parade à la famine pour des communautés privées de zones de cueillette.

89Certaines cultures se sont diffusées à une date relativement récente, promues comme parade anti-acridienne : les arachides, mais surtout le manioc (doux). Ce dernier est particulièrement recommandé par l’administration coloniale dans les années 1930. De nombreux rapports signalent qu’il fut régulièrement procédé à des distributions de boutures.

90Les différents groupes n’étaient pas égaux devant les disettes, moins par les ressources que leur offraient leurs milieux respectifs que par l’emprise qu’ils détenaient sur l’espace. Les musulmans, dans le cadre d’États centralisés, disposaient d’une liberté de manœuvre plus grande, à laquelle s’ajoutaient des réserves mieux assurées, du moins pour la classe dirigeante, et des possibilités d’échanges et de circulation du bétail. Ils devenaient toutefois égaux au cours des grandes famines, principalement causées par la sécheresse, qui hypothéquaient toutes les ressources végétales, plantes de cueillette comprises.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Archives nationales de Yaoundé.

Beauvilain (A.), 1989 — Nord-cameroun crises et peuplement. Coutances, impr. C. Bellée, t. 1, t. 2, 625 p.

Bosoma Sheriff, 1993 — The management of drought and crop diseases : customary approaches of the Kanuri. Borno Museum Society Newsletter, 15-16 : 47-54.

Dalziel (J. M.), 1948 — The useful plants of West Tropical Africa. Londres, Secretary of State for the colonies, 612 p.

Campbell (D. J.), Trechter (D. D.), 1982 — Strategies for croping with food consumption shortage in the Mandara mountains region of north Cameroon. Soc. Sc. Med., vol. 16 : 2117-2127.

Chevalier (A.), 1907 — L’Afrique Centrale Française. Mission Chari-lac Tchad (1902-1904). Paris, A. Challamel, 778 p.

Cochereau (P.), 1989 — « L’insecte et le risque agricole ». In : Paris, Orstom, coll. à travers champs, Le risque en agriculture : l53-166.

Creac’h (P. V.), 1949 — « Le problème des mois de disette au moyen Tchad : les aliments végétaux de remplacement ». In : Conférence interafricaine sur l’alimentation et la nutrition, Cameroun, Dschang ; Paris, Doc. Française : 291-295.

Enquêtes alimentaires (1938) — Les régions de Maroua, Guidiguis, Bogo et Mindif (région du Logone). 5 p. dactyl.

Garine (I., de), Koppert (S.), 1990 — « Social adaptation to season and uncertainty in food supply ». In : Harrison (G. A.), Waterlow (J. C.), eds, Diet and disease in traditional and developing societies : 240-289.

Gillon (Y.), 1989 — « Le risque acridien ». In : Paris, Orstom, coll. à travers champs, Le risque en agriculture : 143-152.

Hallaire (A.), 1989 — « Risque alimentaire et stratégie paysanne au nord des monts Mandara (Cameroun) ». In : Paris, Orstom, coll. à travers champs, Le risque en agriculture : 327-334.

Koppert (G.), 1981 — Kogoyna, Étude alimentaire, anthropométrique et pathologique d’un village massa du Nord-Cameroun. Univ. de Wageningen, Dépt Nutrition, 151 p.

Lavergne (G.), 1944 — Le pays et la population Matakam. Bull. Soc. Ethn. Cam., 7 : 7-73.

Levy-Luxereau (A.), 1980 — Note sur quelques criquets de la région de Maradi (Niger) et leurs noms Hausa. JATBA, 27 (3-4) : 263-272.

Maley (J.), 1981 — Études palynologiques dans le bassin du Tchad et paléoclimatologie de l’Afrique nord-tropicale, de 30000 ans à l’époque actuelle. Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc. n° 129, 586 p.

Magrin (G.), 1999 — Des famines au « Tchad utile ». Réflexions sur les relations entre coton et sécurité alimentaire dans la zone soudanienne du Tchad. Montpeller, Cirad-Prasac, 87 p.

Malzy (P.), 1954 — Quelques plantes du Nord-Cameroun et leurs utilisations. JATBA, 1 (7-9) : 315-331.

Mohammadou Eldridge, 1975 — Le Royaume du Wandala ou Mandara au XIXesiècle. Yaoundé, Onarest-ISH, 302 p.

Schnell (R.) 1957 — Plantes alimentaires et vie agricole de l’Afrique Noire. Paris, Larose, 223 p.

Seignobos (C.), 1976 — La bière de mil dans le Nord-Cameroun, un phénomène de mini-économie. Paris, CNRS, Recherches sur l’approvisionnement des villes, 40 p.

Seignobos (C.), 1979 — Stratégies de survie dans les économies de razziés (rôniers, Ficus et tubercules sauvages). N’Djamena, Annales de l’Université du Tchad : 3-37.

Seignobos (C.), 1984 — La sécheresse 1969-1974 au Tchad : la difficile interprétation des conséquences. Bulletin de la Société Languedocienne de géographie, n° 3-4 : l85-189.

Seignobos (C.), 1989 — « Les parades à la razzia dans la zone soudanienne au XIXe siècle, la domestication de la cueillette ». In : Paris, Orstom, coll. à travers champs, Le risque en agriculture : 353-371.

Seignobos (C.), 1993 — « Des traditions fellata et de l’assèchement du lac Tchad ». In : Orstom, séminaire du réseau Méga-Tchad, 11-12 sept. 1989, Datation et chronologie dans le bassin du lac Tchad : 165-182.

Simoons (M. F. J.), 1970 — « Some questions on the Economic prehistory of Ethiopia ». In : Cambridge, Papers in African Prehistory : 117-129.

Vaillant (A.), 1945 — La flore méridionale du lac Tchad. Bull. Soc. Et. Cam. n° 13-14 : 15-98.

Watts (M.), 1983 — Silent violence. Food, famine and peasantry in northern Nigeria. Berkeley, Univ. of California Press.

White (S.), 1941 — Agricultural economy of the hill Dagans of Dikwa Emirate. Empire Journal of Experimental Agriculture, 9 : 65-72.

Notes

1 G. Lavergne (1944) se fait l’écho de dispersions à partir de Goudour après une invasion acridienne.

2 Les nombreuses « attaques de vers » du sorgho dénoncées par les administrateurs doivent leur appellation au fait qu’en foulfouldé le terme de ngilngu signifie à la fois ver et chenille, et que certaines sont des « chenilles foreuses » des pieds de mil.

3 Enquêtes partiellement menées sur le terrain en 1983-1984, accompagnées de A. Beauvilain, géographe à l’université de Yaoundé.

4 Poussé par l’administration coloniale, le lamido de Maroua, Muhammadu Saajo, ordonna que le mil de Maroua fut vendu sur le marché de Maroua, car tous les gens en possession de mil partaient à Gawel pour le troquer contre des enfants de montagnards.

5 L’abandon des enfants s’effectuait parfois sans vente, sans échange de grains. Constatant qu’il ne pouvait plus nourrir les siens, un père mofu conduisait un ou deux fils en plaine et les confiait à des Fulbe aisés, plus généralement à des intermédiaires islamisés œuvrant pour le compte de notables ou de lawans, véritables rabatteurs de ces victimes de la famine. Actuellement, les familles fulbe recueillent toujours des enfants haa’be, voire des mères et leurs enfants en bas âge si la mère n’a pas de lait et que les remèdes lactogènes restent sans effet. Les Fulbe sont réputés savoir élever les enfants. De fait, la mortalité infantile est chez eux nettement moins forte. Grâce à leurs troupeaux, ils disposent de lait et savent faire des bouillies légères bien adaptées à chaque âge. Ils ont même des gourdes-biberons (gurmusel ou juuriyooru) en calebasses, spécifiquement préparées pour cet usage. On y introduit de la farine de mil et de l’eau qu’on laisse séjourner huit à dix jours afin d’enlever toute amertume, puis on la fait bouillir dans de l’huile pour lui donner une certaine résistance et transparence. Des graduations sont même indiquées pour signaler les quantités en fonction de l’âge de l’enfant. L’ouverture est adaptable grâce à une sorte de mastic.
Nous avons rencontré à Mékéri, Tchéré... chez les Fulbe Sawa, des mères mofu en long séjour pour alimenter leurs nourrissons. Le chef de saré peul ne lui demande rien en contrepartie, mais le mari mofu viendra l’aider à refaire ses toitures, battre son mil.... Ce sont là pratiques courantes.

6 Les rapports d’archives font état des préoccupations des administrateurs devant ces vols de sauterelles. Le capitaine C. Vallin, dans son rapport de tournée de nov-déc. 1930 (ANY, APA 11 832/C) l’exprime dans un style télégraphique : « ... juillet à septembre : nombreux vols de sauterelles, mais ont épargné les cantons de Guirvidig, Pouss, Zina et tout le pays moundang, peu de dommage entre Maroua-Mindif-Bao. Le mil blanc (mouskouari) pas encore repiqué, les pépinières ont été faciles à protéger. La sécheresse est plus préjudiciable que les sauterelles. Nombreux vols entre Logone-Birni et le lac, mais les Kotoko vivent beaucoup de la pêche ».
Les rapports, qui ont souvent tendance à relativiser les dégâts des sauterelles et leurs conséquences, laissent parfois transparaître des situations plutôt critiques. Dans un rapport de tournée, par exemple, le capitaine Nicloux, chef de la circonscription de Mokolo (juillet-août 1931) signale que le pays mafa « ... où les sauterelles avaient l’an dernier occasionné de sérieux dégâts, était en ce moment atteint par une disette qui, sans être générale, était néanmoins assez inquiétante... Des envois de grains avaient déjà été faits dans cette région par le chef de la subdivision de Mokolo, mais ils étaient insuffisants... Des incidents significatifs d’un état d’effervescence avaient eu lieu et avaient consisté dans l’agression par des bandes de petits convois de mil... » À lire les rapports administratifs et à recueillir sur les mêmes événements les relations de ceux qui les ont subis, la différence d’appréciation est certaine.

7 Il devait s’agir principalement de : Schistocerca gregaria (le criquet pèlerin), Anacridium melanorhodon,Acridoderes strenuus (le criquet « rouge »), Ornithacris turbida, Kraussaria angulifera...

8 Nous avons parlé ailleurs (Seignobos, 1989) d’Anchomanes difformis, mais il semblerait qu’en savane, dans la zone du Diamaré, ce soit plutôt Anchomanes welwitschii. Chez les informateurs, la même appellation recouvre parfois Anchomanes et Stylochiton sp. Cela nous a conduit à désigner abusivement les seconds par le premier.

9 Ces préparations ont été décrites par ailleurs, comme, par exemple, Anchomanes difformis par Dalziel (1948 : 480). Les premiers voyageurs, tout comme ceux qui participèrent aux conquêtes coloniales, ont décrit ces pratiques. Parmi les observateurs les plus avertis, nous donnerons le témoignage de A. Chevalier (1907 : 110) : « ... pour les rendre comestibles [tubercules sauvages], il fallait les couper en tranches, les laver à grande eau et les faire macérer très longtemps. Ensuite, on les faisait cuire pendant plusieurs heures, on les lavait de nouveau et on les réduisait en poudre et l’on soumettait à un dernier lavage. On laissait déposer l’amidon qui, décanté et séché, donnait une belle farine blanche rappelant la farine de manioc. Apparence trompeuse, malgré les précautions prises, la potée qu’on préparait avec cette farine était peu appétissante, souvent très amère, et elle donnait parfois des coliques.
« Nombreuses sont les plantes du Centre africain qui peuvent fournir ces vivres de famine. Tacca pinnatifida [Tacca leontopetaloides (L.) O. Ktze] est une des espèces les plus répandues. Une aroïdée très ornementale, qui vient d’être baptisée Hydrosme chevalierii Engler [Amorphophallus aphyllus Hutch.] servait aussi aux mêmes usages... Le tubercule a la forme d’un disque et atteint parfois la dimension d’une soucoupe. Il paraît qu’il faut vraiment mourir de faim pour en consommer. Mais les Mandjias faisaient surtout usage du tubercule d’un Dioscorea sauvage, à tiges épineuses et à feuilles composées de trois folioles [Dioscorea dumetorum]. Les tubercules sont formés de plusieurs renflements digités ; il fallait faire des trous profonds de plus de 40 cm pour les déterrer, aussi les hommes valides inoccupés ainsi que les enfants, passaient, en cette saison, le plus clair de leur temps à faire cette cueillette à travers la brousse. Le soir, ils revenaient avec de pleins paniers de cette igname, et les femmes s’occupaient tous les jours suivants à les préparer suivant le procédé qui a été expliqué plus haut ».

10 Les Musey distinguent deux kabrena :kosikosina avec des fruits aériens qu’ils consomment après les avoir faits bouillir (délaissant les tubercules) et dont ils utilisent les fibres de ses tiges, et kabre kabrena dont ils consomment le tubercule. Chez les islamisés, tous deux étaient utilisés en teinturerie pour leur pigment.

11 Le souchet (Cyperus esculentus), waccuure (pl. waccuuje) en foulfouldé, est désigné en français du Cameroun par « chiendent » pour la forme cultivée comme la sauvage.

12 Koppert (1981 : 94), pour les Masa de Kogoyna, situe le grappillage en année normale (sur questionnaire) : les fruits de doum et d’Anona senegalensis viennent en premier, puis ceux de Detarium senegalensis, Ziziphus mauritiana, Borassus aethiopum, Ampelocissus multistriata...

13 On les trouve fréquemment sur les marchés où elles représentent, grillées et vendues au tas, le produit le moins cher. Pour dire de quelqu’un qu’il n’est rien, on le traite de pu’yaadi.

14 Les Fulbe disposent de untuwaawal. Il s’agit de fruits de jujubier, pilés, cuits et séchés, avec de la farine de mil se présentant en poudre, plus rarement en pain, si l’on introduit du souchet, untuwaawal sera conditionné en pâte. C’est plus une alimentation de voyageurs que de famine.

15 Une discipline agraire interdisait que ses pieds (femelles surtout) ne soient abattus. Les rôneraies de Pouss, sur les rives du Logone, et jusqu’aux monts Mandara ponctuaient une ligne de migration qui fut particulièrement suivie. Les prélèvements de l’administration pour la construction des postes de Maroua et de Mokolo conduisirent à de quasi-disparitions en particulier à Goudour. Les protestations du chef de Goudour contre la destruction de la rôneraie fut la cause de sa mise à l’écart, puis du refus de sa part de la charge de chef de canton, ce qui entraîna la marginalisation du plus grand et plus ancien centre de pouvoir dans les monts Mandara.

16 Chez les Fulbe du Diamaré, labbel fowru (lance de hyène) est un terme flottant, désignant tantôt Asparagus sp., les deux variétés africanus et Pauli guilelmi, tantôt Tacca leontopetaloides.

17 kelli (Grewia mollis), cii’booli (Grewia villosa), cii’booli gorko (Grewia barteri).

18 Ce sont généralement des fruits verts ou à moitié mûrs (wurkumre, pl. burkumje en foulfouldé) qui sont utilisés pour les boules.

19 Nguraare est la foulbéisation de ngura en kanouri, de même que buldumhi vient de buldu toujours en kanouri et aujer (kanouri) a pu également donner jaajiihi. Les fractions fulbe du Diamaré ont longtemps séjourné au Bornou, sans doute ont-elles été confrontées aux mêmes disettes que leurs hôtes et eurent-elles recours aux mêmes productions.

20 Au contraire de certaines ethnies, les Fulbe pilent leur mil. Il s’ensuivait jadis une mise en réserve de certaines catégories de son. Après le premier pilage, on écarte colole (les impuretés du mil). Wawrere, le grain est soumis à un deuxième pilage avec addition d’eau ; un premier son, appelé dumo, est détaché du grain dit gawri conndi. La mouture intervient. La farine est enfin tamisée avec d’une part (kuroohal), la farine elle-même, et d’autre part le deuxième son kodde. À nouveau tamisé, kodde, donne un autre kodde, épuré, et un troisième son, suururo. Les premier et deuxième sons seront conservés.

21 À Goudour, seuls les forgerons consomment babaldam (Dioscorea dumetorum) jugé trop dangereux pour les autres. Certains refusent de consommer les bulbilles de Dioscorea bulbifera sauvage, alors que leur tubercule est régulièrement consommé. D’autres, en revanche, comme à Mofou (nom du massif) affirment que ce sont leurs collectes systématiques qui les auraient sortis d’affaire en 1932.

22 Une série de règles empêche qu’on les abatte ou les mutile. Ainsi, chez les Mofu Sud, celui qui coupe des branches de mee’besl (Ficus abutilifolia) compromet la croissance de ses enfants...

23 Ce « petit bananier à graines » comme le désignent les Kapsiki porte un nom différent du bananier à régime, kondon, diffusé récemment et qui emprunte son nom au foulfouldé konndong (re) (pl. konndongje). Nous n’avons pas d’autres exemples d’utilisation de l’Ensete dans la région. Sa culture reste le seul fait des plateaux éthiopiens (Simoons, 1970). Dans le cas des Kapsiki, il s’agirait plutôt d’une proto-culture.

24 Ce sont souvent des diurétiques, utilisés pour soigner les maladies vénériennes et les maux de reins. Dans le cas de Stylochiton lancifolius, ses racines pulpées sont également employées pilées, en application sur certaines plaies et furoncles. Amorphophallus aphyllus conserve un peu partout des vertus lactogènes. Requis pour soigner les morsures de serpents, Cochlospermum tinctorium dilué dans de l’eau, demeure avant tout un vomitif.

25 Les attaques par les insectes ravageurs sont moins virulentes en cultures associées qu’en monoculture (cf. P. Cochereau, 1989 : 160) : « La complexité du biotope affecte les réponses olfactives et contrarie sans doute de la sorte la dynamique des populations des insectes dans l’agrosystème. Certains insectes évitent de se nourrir sur des plantes ombragées et des plantes de plus grande taille peuvent constituer une barrière physique aux insectes ravageurs des plantes des strates inférieures. On constate que la diversité des taxons et des micro-climats dans des communautés végétales diversifiées tend à réduire la probabilité des explosions démographiques chez les insectes phytophages. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540