Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Stratégies de conservation du grain

Christian Seignobos

Texte intégral

1Les formes classiques du stockage de grains de la zone sahélienne sont identifiables au Cameroun dans la province de l’Extrême-Nord : silos en banko, en vannerie, silos-fosses, stockages en petits contenants (greniers intérieurs, superposition de jarres...) et enfin sacs ou fûts métalliques dans les habitations. Les silos modernes n’en sont ici qu’au stade expérimental. Les contenants de faible capacité sont réservés aux femmes qui les alimentent à partir de leur silo extérieur ou des greniers du chef de famille. À la différence du Tchad voisin, les greniers en matière végétale sont peu répandus. Ils ne sont utilisés que de façon annexe, à côté d’autres formes de stockage, principalement chez les Musey, plus rarement chez les Musgum et les Giziga. Le type de silo le plus courant est, avec une profusion de formes, celui en banko. Toutefois, la technique du silo souterrain s’étend sur une vaste zone en latitude et, de fait, se présente comme le deuxième mode de stockage de la province.

  • 1 Situation que l’on retrouve, en revanche, dans l’Adamaoua, chez les Mbum, ou dans la plaine Kutin, (...)

2La disposition des silos par rapport à l’habitat offre moins de diversité. Ils ne sont jamais regroupés sur les champs1, tout au plus sont-ils en marge de la concession pour les Musey chez qui s’ébauchent des traits d’aires architecturales et d’habitat répandus au Tchad. Ils peuvent être regroupés et occuper une partie précise de la concession. Chez les Kapsiki, Bana, Jimi et Gude, les silos occupent une position dominante à l’arrière des habitations. Chez les Masa, Giziga et Gidar, ils sont circonscrits à l’intérieur d’une cour centrale. Dans l’architecture mundang, ils donnent sur la cour et sont pris dans le corps des bâtiments communicants. Ils peuvent intégrer les cases, regroupés chez les Mofu, par unités chez les Mafa ou couplés chez les Mada.

3Le contenu des silos est variable et souvent indépendant de leur volume qui peut aller de 1 m3 à 4,5 m3. Le silo d’une femme masa ne saurait excéder 250 kg alors que le silo de l’homme chez les Mofu dépasse fréquemment 1000 kg. Chez certains groupes, les productions sont mélangées dans le même grenier, dans la mesure où les sorghos sont laissés en panicules comme chez les Masa ; en revanche, chez d’autres (Daba, Gude, Jimi...), chaque récolte, y compris les récoltes secondaires, dispose d’un silo propre.

4Certains greniers, en matériau végétal, sont destinés à l’entrepôt et à la conservation à court terme ; d’autres intéressent le moyen terme, c’est-à-dire la réserve entre deux récoltes, et d’autres, enfin, doivent assurer un stockage pluri-annuel. Le stockage suit la stratégie de consommation du mil lui-même. A. Hallaire (1989) signale que, pour les Mandara septentrionaux par exemple, on commence par consommer le « mil sale » (mal vanné), puis vient le mil des femmes entreposé dans leurs greniers. Un peu de mil est alors acheté avant d’attaquer la période d’intense activité sur les champs. Il est stocké dans les cuisines. On descelle ensuite le silo du chef de famille, ultime réserve.

5La conservation ne pose pas de problèmes pendant la saison sèche où le grain est dur, sa faible teneur en eau limitant les effets des insectes ravageurs. La saison des pluies, avec l’humidité qui ramollit les grains, ravive, en revanche, les attaques parasitaires à partir de larves ou d’œufs présents depuis la récolte. Les dégâts sont généralement plus importants sur les sorghos que sur les petits mils, et sur ces derniers que sur les éleusines, qui ont la réputation d’être quasi inattaquables. Les réserves entamées semblent plus vulnérables que celles des silos pleins, dans lesquels il se crée un microclimat relativement indépendant des changements hygrométriques extérieurs et de la composition chimique du milieu ambiant, la diminution du taux d’oxygène renforçant la conservation. Toutefois, la nature même du sorgho, la faculté de germination de son grain interviennent. Certains sorghos, généralement à cycle court, au grain sucré, semés autour des concessions, ne supportent pas le stockage. Ils seront immédiatement consommés, dès la fin de la soudure. Seules leurs semences seront suspendues à l’intérieur des toitures des cuisines. Certaines variétés sont mieux préparées pour affronter un ensilage pluriannuel : sorghos de montagne et sorghos rouges à forte couche brune.

6Dans le schème du stockage, la partie amont, celle du séchage, ne saurait être escamotée, ce qui explique les soins apportés après la récolte pour placer les javelles de sorghos sur les champs et les rochers. Le rangement des panicules varie selon les ethnies : en mur compact, tournées vers l’intérieur des aires de séchage, chez les populations de l’extrémité septentrionale des monts Mandara, dans de petits bâtis, manchons rassemblés sur les plaques rocheuses, chez les Mofu Gudur, entreposées en cylindres, regardant vers l’extérieur, coiffés d’une vannerie, chez les Kapsiki et Wula, ou encore dans des séchoirs en entonnoirs renversés.

7Si voleurs, rongeurs et termites ne font que des dégâts occasionnels car les parades sont connues, il en va tout autrement des déprédations causées de l’intérieur par les insectes. Celles-ci peuvent être estimées — encore que les travaux sur le sujet soient particulièrement divergents — entre 3 % et 25 %. La tendance, après avoir été à l’exagération de ces pertes, semble aller à la reconnaissance de la relative efficacité des techniques traditionnelles (Giles, 1964 ; Pointel, 1973). La protection des contenus peut être différente selon qu’il s’agit de réserves de mil et de sorgho, de semences ou de productions particulièrement sensibles, les niébés (Vigna unguiculata), les pois de terre (Voandzeia subterranea).

  • 2 Les semences maintenues dans les gousses sont gardées en paquets dans les zones les plus enfumées (...)

8Les semences sont placées dans des réceptacles qui leur sont propres, cupules de grenier ou vannerie et emballages de feuilles de mil disposés à l’intérieur des toitures de cuisines. Elles reçoivent un traitement particulier. Les niébés, produit important de l’agrosystème, chez les montagnards notamment, sont très menacés, principalement à cause des bruches (Callosobruchus maculatus et Bruchidius atrolineatus). On les met systématiquement dans la cendre avec des ingrédients insectifuges2. La cendre est dissuasive opposant une barrière mécanique à la pénétration des ravageurs. Dans le cas des bruches et des larves de néonates, par exemple, l’absence de vides intergranulaires dans la cendre tamisée (présentant la granulométrie la plus fine) freine leur cheminement et limite leurs attaques. La cendre modifie aussi le microclimat ambiant, bloquant les échanges d’oxygène et d’humidité relative avec l’environnement. Elle limite aussi le développement des moisissures.

  • 3 Son rôle d’insectifuge est mentionné par J. -M. Dalziel (1948). Hyptis est aussi utilisé dans le D (...)

9Certaines techniques de conservation traditionnelle des mils sont généralisées : la fumigation pour chasser les termites, charançons, lépidoptères ; l’utilisation de plantes insectifuges odoriférantes, surtout Hyptis spicigera3. Hyptis spicigera est un répulsif qui manifeste des effets chimiques liés à l’émission de produits volatiles. Sans être létaux, ces derniers agissent sur le prédateur en inhibant ses comportements. D’autres plantes sont utilisées essentiellement par des « spécialistes ». Ces recettes sont assez répandues, mais certaines régions en font un usage plus systématique que d’autres.

10Comme le signalaient déjà Y. de Luca (1979) et aussi P. H. Giles (op. cit.), ces ingrédients destinés à améliorer la conservation ont des propriétés surtout répulsives et d’anti-appétence qui éloignent les insectes et ne semblent pas, à proprement parler, insecticides. Le mélange d’ingrédients pose toujours le problème de leurs efficacités respectives, de leur rôle d’excipient ou de matière inerte chargée de pouvoir occulte par leurs connotations symboliques. Mais les formes de conservation hermétique présentent plus d’intérêt, que le silo soit aérien ou souterrain.

11On peut observer auprès des silos extérieurs, réservés au chef de famille, des signes de protections occultes sous la forme de géophytes et de Cissus. Parfois aux pieds des silos, sur leur arrière, sont placées des plantes répulsives — ou censées l’être — contre les termites, par exemple, Argemone mexicana, de diffusion récente, chez les Bana et les Giziga. D. Brunetiére (1982 : 96) signale « la plante gruvdjimen, dont le toucher provoque des démangeaisons et qui est mise autour des greniers pour écarter les éventuels voleurs ».

12Chez les non-musulmans, le grenier à mil n’est pas neutre ; celui de l’homme est un autel recevant libations et sacrifices tout au long des fêtes calendaires. Il demeure sous le contrôle des mannes des ancêtres. Ainsi les moyens techniques mis en œuvre en matière de conservation des grains sont tenus pour dérisoires par rapport aux précautions rituelles qui doivent entourer le mil. Pour un certain nombre de groupes haa’be (montagnards en particulier), le mil est vivant. Il peut se dérober, fuir... Il doit être protégé depuis sa mise en gerbes, sur les aires de séchage et de battage et dans les greniers. Tout un comportement socio-rituel est alors mis en œuvre pour que le mil « ne finisse pas vite dans le grenier ».

13L’observation des silos et de leur contenu est révélatrice des structures sociales et renvoie à des stratégies locales intéressant des regroupements ethniques. À ceux qui dégagent des surplus, susceptibles d’aboutir à une commercialisation, s’opposent ceux qui produisent moins ou stockent peu (Guggenheim, 1978). Nous en donnerons quelques exemples.

14Chez les Masa, le grenier du bum zina (chef de concession) trône au centre de l’habitation, en face de l’entrée. Il collecte le mil familial de la vaste sole qui entoure le zina et celui de ses fils mariés demeurés auprès de lui, chaque femme disposant d’une réserve issue de ses parcelles périphériques. Dans d’autres cas, l’homme marié qui vit chez son père ou le frère aîné place son sorgho dans le grenier de sa femme. Le sorgho est laissé en panicules ou en bottes, pour une meilleure conservation, mais aussi parce qu’il n’alimente que peu les échanges. L’objet des transactions porte sur le bovin et non sur le mil. C’est la vache qui fournit dot, prêt (golla), cure de lait. Les Masa consomment leurs réserves de mil de l’année sans laisser d’excédent pour la suivante. Leur production est calculée au plus juste, car le calendrier agricole doit libérer du temps pour les pêches collectives et l’élevage. Elle accuse même un déficit chronique, estimé à 25 % à Kogoyna par exemple dans la pointe du Bec-de-Canard (Koppert, 1981). Le départ des jeunes gens pour les campagnes de pêches était une réponse sociale à la soudure programmée durant la saison sèche. Cette absence de jeunes adultes soulageait en effet d’autant le zina, pendant trois mois et plus. Le gurna, ou cure de lait, regroupait ceux qui restaient dans la mouvance du village, les rations de mil étant allégées et délayées dans du lait.

  • 4 L’homme et la femme disposent respectivement d’un « aide » pour y pénétrer et de celui-ci exclusiv (...)

15Dans la montagne, en revanche, le mil est ensilé en grains avec la possibilité de le mobiliser rapidement, de le mesurer plus précisément avec des sacs calibrés (les tabay mofu, sacs à col en filets de coton ou de niébé textile). Les montagnards septentrionaux, en essayant de produire un surplus d’une année sur l’autre, ou, dans le cas des Mafa, tous les deux ans, sont à la recherche d’une sécurité alimentaire, difficile à atteindre. Ils ne peuvent mettre en circulation à l’extérieur de leur aire de peuplement que de faibles quantités de mil. Chez les Mofu, le chef de famille a son ou ses silo(s) dans la salle des greniers (dala-hay : ventre/maison) qui peut regrouper trois à sept unités. L’accès au grenier est très précisément codifié4 et le grenier de l’homme fait également fonction d’autel des ancêtres qui conservent un droit de regard sur la circulation du mil. Censeurs de la conduite des vivants, ils sanctionnent tout manquement vis-à-vis du mil. « Vols », gaspillages du mil sont, dans le discours des devins, parmi les causes premières des calamités qui s’abattent sur la famille (Vincent, 1982). Le chef de massif, grâce aux corvées (mangawa) exécutées par les classes d’âges, remplit un certain nombre de silos. Il opère également des prélèvements qui sont gardés dans les greniers hataka, dits « de la dette », répartis dans différents quartiers et dont il a la gestion. Cela lui permet de réguler certaines disettes en prêtant du mil, opération qui n’est pas sans renforcer son pouvoir. Le chef de massif est de surcroît maître de la pluie, il ouvre les semailles et les récoltes, contrôlant ainsi le cycle du mil. Le droit de regard exercé par les ancêtres sur les productions fait que les nouvelles cultures — et singulièrement celles venues de la plaine, comme les spéculations : arachides, muskuwaari — ne sont pas encore admises dans le dala hay. Les Mofu les disposent dans des silos extérieurs, parfois de facture giziga et sans cupule.

16Les montagnards septentrionaux se réfèrent à une civilisation du mil, qui pourtant s’exprime dans une économie de pénurie. Les gens de plateaux sont aussi des céréaliculteurs, mais ils gèrent plus d’espace ; ainsi chez les Bana ou les Jimi, la position sociale d’un chef de famille est fonction des emblavures qu’il met en culture.

17Les gens des plateaux centraux produisent, eux, des surplus de mil qui ne s’investissent plus seulement dans le cadre socio-politique des villages, mais alimentent aussi un commerce très actif vers le Nigeria proche. Les femmes sont écartées de la propriété du mil, car, comme disent les Jimi : « c’est avec le mil qu’on les dote ». Chez les Jimi, toutefois, parmi les silos, certaines unités appartiennent aux filles du chef de concession qui sont mariées dans d’autres villages. Là sont stockées leurs productions de souchet (Cyperus esculentus) réservé aux femmes, et qui peut couvrir encore de vastes surfaces sur parfois plus de 100 mètres de longueur (à Bourah-Wamgo). Ce stock de souchet permet de faire face à l’instabilité conjugale, structurelle dans la société jimi. La femme dispose, grâce à cette production qu’elle peut écouler sur les marchés, d’une marge économique qui l’aide à passer la période transitoire de résidence chez son père avant de « repartir en mariage ». Le mariage sert les alliances du père de la femme tout au long de sa vie et ce rôle l’emporte sur sa fonction d’épouse, ce qui explique la multiplicité des unions. La circulation de biens qui accompagne la femme avec une telle cadence de mariages et de divorces ne peut avoir comme unité le bovin, qui ne peut pas être mobilisé rapidement pour des paiements de dots ou des remboursements partiels trop rapprochés. Le mil le remplacera avec l’arrivée des sorghos Guinea à cycle tardif, secondés par des rouleaux de gabak et des fers-monnaies (pièces de fer servant aux échanges). À l’inverse des Masa, ces pratiques matrimoniales contribuèrent à condamner l’élevage de taurins autrefois développé chez les Jimi. Le mil, survalorisé, s’est mis au service de cette fluidité d’échanges.

18Ceux qui font du sorgho une réelle spéculation sont les groupes musulmans. Ils le stockaient jadis dans de vastes silos souterrains et ils l’entreposent aujourd’hui en sacs, soit dans des cases où on a coulé une dalle de ciment, soit dans des entrepôts utilisant pleinement les pesticides. Lamidos, lawans et autres chefs de villages demeurent les plus gros producteurs. Ils alimentent un réseau de commerçants du mil, partageant souvent avec eux une spéculation qui s’apparente, certaines années, à une organisation de la pénurie. L’étude de P. Couty de 1965, sur la commercialisation du mil dans le département du Diamaré, reste encore valable dans ses grandes lignes.

19La classification des types de stockages céréaliers dans la province ne répond pas, comme W. B. Morgan (1959) a tenté de la faire pour le nord du Nigeria, à des contraintes géo-climatiques, notamment la longueur de la saison des pluies.

20Nous divisons l’aire des greniers de montagne en deux parties, ceux du nord, de types complexes et qui privilégient la structure, et ceux du sud multipliant les contenants, mais chacun réservé à une seule production, avec des techniques propres de conservation.

21En plaine, les aires de peuplement non musulmanes présentent un modèle de silo dominant, pour des productions diverses, avec un arsenal de techniques de préservation des grains généralement employé. Enfin, le silo-fosse semble être un procédé de stockage particulier des entités politiques musulmanes. Il permettait de vastes ensilages favorisant les sociétés conquérantes dont la classe dirigeante était abondamment pourvue en main-d’œuvre servile.

Les silos des montagnards

22La délimitation des aires architecturales passe par les différentes solutions données au rapport entre unité d’habitation et silo ou, en d’autres termes, par le degré d’intégration du grenier au bâti. Il existe des formes hybrides associant les deux, le silo au-dessus de la cellule d’habitation, auquel on accède de l’extérieur. Cette structure est propre aux Daba, Wula, Kapsiki, Bana, Jimi. La voûte, terminée par un col, peut être indifféremment en terre ou en vannerie, pour les mêmes récoltes. Les greniers de dimensions réduites coiffent des resserres et bergeries ou se présentent comme des unités de stockage indépendantes. Associant également les deux, l’architecture mafa exprime son originalité par un silo pris dans un platelage, qui s’ouvre sous un cône de terre fermé, soutenant également la couverture du toit. Dans des aires architecturales tampons entre Mafa et Mofu, chez les Mineo et à Roua, le grenier lui-même porte une cupule et la voûte de terre n’est pas forcément aboutie, elle n’est généralement qu’ébauchée à sa base. Le stéréotype architectural mada présente un couple de silos pris dans un platelage, sans voûte de terre. Le silo tend à sortir de la case tout en restant incorporé dans le mur chez les Uldeme, qui offrent une forme de transition avec l’architecture muktele.

  • 5 Leur silo ogival se retrouve en plaine, chez les Mundang, avec des proportions plus vastes. Il peu (...)
  • 6 Bœuf emmuré des montagnards, égorgé pour la fête du massif.

23En revanche, chez les Mofu, comme chez les Podokwo et les Muktele, le silo est indépendant de la case5. Chez les Mofu Nord, les silos sont rassemblés en cercle dans une vaste unité, réunis parfois au niveau de leurs cupules par un bâti sur lequel peuvent reposer les chevrons du toit. Chez les Podokwo et les Muktele, ils sont regroupés en contrebas de la concession, dans une aire entourée de cuisines. La dissociation grenier/unité d’habitation n’est pas totalement réalisée dans les ay des chefs mofu. Il existait des cuisines à dôme d’argile, mais aussi, chez les chefs de quartiers, une curieuse chambre-magasin complexe, dominant une étable de maray6. Dans les quelques unités encore présentes, on accède par un escalier à une avant-pièce avec banquettes qui sert d’observatoire pour la concession. À l’arrière, un magasin pour le mil, surmonté d’un dôme, peut atteindre à sa base et même dépasser quatre mètres de diamètre. Ces unités architecturales complexes renvoient à des formes archaïques maintenues dans le cadre des habitations des chefs.

Les silos complexes des montagnards septentrionaux

24Le silo, comme outil, prime sur les techniques d’ensilage et les « médicaments » du mil. Les structures de ces greniers sont élaborées.

25Chez les Mofu, c’est un cylindre-bouteille en banko, surmonté d’une cupule qui s’ouvre par un hublot latéral. L’ogive est la partie la plus délicate à réaliser et son montage est généralement confié à un spécialiste. Lorsque l’étage avec ses alvéoles et son sas d’entrée est terminé, on modèle l’ouverture latérale et son encadrement. Elle supportera les boudins de glaise de la cupule ; l’ogive se termine par un téton qui, dans le cas de silo extérieur, permettra d’arrimer la toiture. Ces greniers mesurent de 2,30 m à 3,10 m de hauteur pour des diamètres variant de 0,80 m à 1,40 m. Le corps du grenier de l’homme n’est pas subdivisé sauf parfois en une seule cloison qui contribue à son renforcement. Il est réservé au mil. Une ouverture, visible ou dérobée sur la paroi, permet de vider rapidement le silo. Ce peut être une poterie prise dans la paroi et recouverte de crépi et dont l’emplacement est connu du seul propriétaire. Pour les femmes, la subdivision la plus courante est de trois loges : la moitié et deux quarts du volume. À la jonction des cloisons, un évasement est prévu pour poser une calebasse.

26Chez les Mofu, un silo de femme présente quatre compartiments, respectivement pour le mil, les pois de terre placés dans de la cendre et du tabac, le souchet avec une jarre contenant des graines d’oseille de Guinée, les niébés également dans la cendre. Au-dessus de ce cloisonnement, une alvéole prenant appui sur la paroi reçoit des brèdes sèches emballées dans des feuilles de mil. Les alvéoles de la cupule contiennent des semences, des brèdes sèches, des vêtements, du tabac placé dans des feuilles, du natron, les provisions de la journée.

27Une stratégie générale concernant l’ouverture des silos prédomine dans l’ensemble du groupe mofu. Une fois la récolte engrangée, le grenier de l’homme et aussi ceux de certaines épouses sont scellés par une calebasse ou une poterie spéciale, à anse. La partie intersticielle est colmatée avec une argile fine, corroyée avec de l’huile de cailcédrat. Les silos des femmes sont ouverts en premier jusqu’à épuisement de leur mil, après quoi, on procède à l’ouverture de celui de l’homme. Une fois ouvert, le grenier devient plus vulnérable et il convient de l’aérer et de le fermer à certains moments de la journée.

28Les Mafa, qui occupent les massifs les plus élevés et les plus enclavés, présentent le type de silo le plus performant. Ce grenier, de 1,90 m à 2 m sur 0,60 m à 1 m de diamètre, fait corps avec un bâtiment, appelé gejek, de diamètre généralement inférieur à 3 m. Sa cupule est dilatée et forme la voûte qui porte les litages de bas de tiges de petit mil. On entre alors sous cette coupole pour avoir accès au silo, par une trappe. Entre ce sas d’entrée et le silo lui-même, une série d’alvéoles modelées en terre, disposées sur le platelage (mepelere), reçoit directement les productions, ou des canaris et des vanneries déjà remplis. Le montage de la voûte, matsay, se fait en deux jours à deux personnes. On place une assise de terre de 40 cm de hauteur et de 4 cm d’épaisseur (à mi-parcours), à la verticale de l’extrémité de la portion de voûte déjà faite. On la laisse légèrement se dessécher et l’un des deux intervenants y applique un peu d’argile humide, l’écrase et l’égalise en la lissant à l’extérieur avec un galet. Son coéquipier, près de lui, frappe délicatement avec une pierre, la main libre appliquée à l’opposé de la paroi, pour amener cette assise encore plastique à prendre la forme du cône. Dès qu’elle aura séché, on montera à son extrémité, à la verticale, une autre assise. Cette voûte de terre du gejek est une défense précieuse contre le feu, la toiture peut brûler, les grains à l’intérieur ne seront pas touchés, ainsi que nous avons pu le vérifier par deux fois, à Ziver et au nord-est de Mokolo. Le bas du silo est surélevé sur des pierres dressées afin de freiner, bien sûr, la migration de l’humidité du sol qui provoque des moisissures. La niche ainsi constituée sert souvent de poulailler, contrôlant termites et petits rongeurs. Le liseré de pierres qui se chevauchent sur le haut du mur, dépourvu de crépi, et sur lequel prend appui le platelage du grenier, lui assure une ventilation constante. La couronne de pierres empêcherait également l’accès des termites. Cette technique de stockage à multiples enceintes associée à une ventilation statique favorise le contrôle de l’atmosphère.

  • 7 Ce vernissage n’est pas une spécialité des montagnards septentrionaux. Auparavant et encore aujour (...)
  • 8 Ces liens épineux d’Asparagus africanus accompagnent certains pièges pour petits rongeurs. On les (...)
  • 9 M. Querbes et J. Vittoz (1967 : 9) le signalent aussi pour les Mofu : « Au fond du grenier à mil, (...)

29La trappe pour parvenir aux alvéoles comme le hublot même du silo sont enduits d’un fin kaolin, poli avec le fruit vert de Strychnos innocua et de l’huile de cailcédrat. Ce vernis très lisse — que l’on retrouve systématiquement chez les Mofu, les Mada, les Muktele — n’offre pas de prise aux rongeurs7. De plus, ces ouvertures, obturées par des poteries, peuvent être agrémentées de colliers de branchettes d’Asparagus pauli-guilelmii, aux petites épines acérées, dans lesquelles se prendraient les rongeurs8. La protection mécanique se prolonge à l’intérieur même du grenier, par des lits de cendres ou d’Eleusine coracana aux grains très fins et durs qui ont — rappelons-le — la réputation de ne pas être attaqués9. Les cendres, bien tamisées, pour la protection des mils et surtout des semences et des réserves de niébés, sont à ce point importantes qu’elles sont conservées au cœur de la concession mafa, dans une loge qui domine la bergerie. On dispose les niébés dans des jarres, mélangés à des cendres et parfois des feuilles insectifuges (Hyptis spicigera ou autres), ou du liber de l’écorce de cailcédrat, hermétiquement scellées avec de l’argile. Certains groupes manifestent une sorte de raffinement dans l’utilisation des cendres. Les Teleki et les Daba montent plusieurs fours tronconiques à cendres, bien en évidence devant les concessions. On peut en recenser jusqu’à six, souvent alignés. Chacun est réservé à un type de cendres, à base de tiges de petit mil, de coques de cailcédrat, d’Hygrophila auriculata, parfois semé dans les bas-fonds, et de litière de petit bétail qui servent à la production de filtrats, aqueux ou solidifiés, de type cukkuri (foulfouldé), mais aussi à l’obtention de cendres très fines pour la conservation du mil et des semences.

30Les « médicaments » du mil sont connus, mais assez peu exploités en montagne ou de façon très irrégulière. Certains Mafa prélèvent en brousse, c’est-à-dire en plaine, après le passage des feux, une racine (mejif) qui, séchée et réduite en farine, est placée au fond des greniers. Parfois, comme à Moskota, des feuilles de Vernonia sp. jouent ce rôle. Sur la cuvette sommitale de Ziver, le fond du silo est occupé par les éleusines. Elles protégeront les réserves de sorgho et seront consommées l’année suivante avec le petit mil et mélangées a lui. Elles lui confèrent un goût voisin de celui de la boule de sorgho. Des couches de « médicaments » sont placées par intervalles, mélange de cendres malaxées avec du latex d’Euphorbia unispina et de la poudre de Cissus (cf. gracili). On utilise aussi les tiges et les feuilles, réduites en farine, de mava kavron (Vepris heterophylla ex.-teclea) pour lutter plus précisément contre les charançons. Toutefois, ces techniques sont tenues pour très secondaires dans la conservation des stocks.

  • 10 Wissadula amplissima est aussi utilisée en médicament contre la toux chronique, pour enfumer et cha (...)

31Les Mofu des massifs-îles de Mékéri et de Tchéré, par exemple, font sécher dans les aires de battage ou sur des rochers, des bottes d’Hyptis spicigera, qui seront battues à la même époque que le mil, pour tapisser les fonds de greniers et fournir les strates intermédiaires. Dans la même région, on collecte en brousse, durant la saison des pluies, des racines de Carissa edulis et de Piliostigma reticulatum, qui serviront à protéger le mil et surtout les niébés et les pois de terre. Les Cuwok utilisent cette même racine, également prélevée après les premières pluies par des spécialistes qui les mélangent à d’autres ingrédients dont ils se réservent la formule. À Membeng, chez les Mofu méridionaux, le « remède » dont il est fait grand cas est fian (Wissadula amplissima)10, qui pousse en montagne. Cette racine tubéreuse est réduite en farine avant d’être déposée au fond du grenier, puis la récolte est remisée en surface. Chez les Dimeo (Mofu-Sud), où les Araceae ne sont pas consommées en aliments de disette, l’Amorphophallus aphyllus n’est toutefois pas enlevé des champs. Il sert à « garder » le mil des greniers et est appelé dangwar dok (bâton/mil). Même les Fulbe de la région le désignent comme sawru gawri (bâton de berger/mil) à cause de l’habitude des haa’be proches de le réduire en farine pour en faire un « remède » des greniers. Chez les Zulgo comme chez les Mada, les racines de Ipomoea eriocarpa réduites en poudre et mélangées à d’autres ingrédients dont kotokor gandwal (Aristolochia bracteata), sont placées dans un tissu de gabak au fond du grenier. Elles conserveraient le mil durant plusieurs années. Toutefois le grain doit ensuite à son contact être mis à rouir et même subir un bouillissage avant d’être consommé.

32Les silos mofu réservés aux récoltes des hommes créent les conditions du développement de certains insectes qui vont empêcher les rongeurs d’opérer. Les tol ma daw (vers du mil) revêtent ici une importance essentielle. Les papillons sont appelés mababek ma daw ; il s’agit de Corcyra cephalonica et Sitotroga cereallella. Les chenilles craignent la lumière et disparaissent avec les grosses chaleurs. Elles sécrètent une soie, sorte de feutrage qui tapisse la paroi du silo et agrège les grains entre eux. La surface des sorghos stockés devient compacte comme un véritable opercule. Ce feutre freine l’action des ravageurs, les macaced (Oryzaephilus, Tribolium, Palorus), et aussi des charançons (Seignoboset al., 1996).

33Dans ces conditions, il est peu recommandé de placer des produits phytosanitaires. Les Mofu expliquent que les « ancêtres seraient contre car eux-mêmes protègent le mil ». La présence du feutrage est impérative pour les sorghos devant servir aux sacrifices et ferait que « le mil ne finit pas vite dans le grenier ».

Silos multiples des populations des Mandara centraux

34La partie haute des concessions daba, jimi, bana et gude, protégée sur leurs arrières par un lourd mur de pierres, regroupe les silos et aussi les cases-autels, la case-brasserie, celles de l’hôte et du chef de concession. En contrebas, le domaine du domestique se trouve avec l’alignement des cases communicantes des femmes.

35Cette architecture multiplie les silos de type bouteille disposés sur des manchons courts ou coiffant des cases. Les vanneries, avec leur fond et leur goulot, sont préfabriquées et hissées sur le bâti ; on les dispose sur le sol lorsqu’on refait la case ou qu’on les déparasite.

36Les greniers sont superposés sur des cases de 2,50 m à 3 m de diamètre ou sur des unités plus réduites de 1,50 m à 1,80 m de diamètre, pour des hauteurs de 1,20 m à la base du col jusqu’à 1,80 m. Généralement, chaque production dispose d’un silo, aussi les greniers sont-ils corrélativement plus réduits et peu subdivisés, excepté parfois encore ceux des femmes.

  • 11 On le retrouve plus au sud, chez les Bata et même chez les Mbum. Il pourrait être la trace d’un él (...)

37On voit également apparaître chez les Bana, Jimi et Gude, qui furent jadis englobés dans une même confédération, un grenier multipode a-ethnique11 qui, à partir de ses différents supports en pierre, amorce autant de loges, sans être pour autant voué à plusieurs productions.

38Chez les Teleki et les Daba (Nivé et Popologozom), les concessions sont construites dans des blocs de rochers et chaque silo, parfois véritablement nain, est édifié sur un bloc, l’attaque des rongeurs et des termites étant ainsi sérieusement circonscrite.

39Les plantes insectifuges existent chez les Kapsiki. À Kila, certains sont préposés à leur cueillette. Si ces plantes sont efficaces, elles engendrent quelques inconvénients, notamment une odeur qui imprègne le mil par contact. Hyptis spicigera (brishi’xedef : sésame de tourterelle) peut être utilisé occasionnellement. Nous l’avons observé à Sir, mais en fumigation pour un grenier jugé infesté. À Gova, des racines de derezu pilées et des feuilles de tamarinier sont mélangées à des cendres pour la conservation des niébés. Chez les Bana, on applique une racine, grali, recueillie seulement pendant la saison des pluies et, chez les Gude, les racines de deduma et de bilma sont réduites en farine pour cet usage. Chez certains Daba (Nivé), on place des feuilles d’Euphorbia unispina séchées et pilées au fond des greniers et à différents niveaux.

  • 12 On prête au mil « qui a duré » dans les greniers des vertus curatives. On prend des grains de mil (...)

40La technique propre à la région, couramment employée chez les Gude, Jimi et Bana, est celle de la fermeture hermétique du grenier, un peu à la façon d’un bouchon de cire. On remplit le silo de sorgho rouge ou blanc, en grains ; on verse ensuite une ou plutôt deux grandes cuvettes d’eau. On coule alors, sur 5 à 7 cm d’épaisseur, une bouillie faite avec un sorgho au grain réputé très dur, le cakala (yolo’bri), qui va hermétiquement clore l’ouverture. Chez les Hina, nous avons observé le même procédé avec une bouillie de sorgho rouge mélangé de natron. Cette action aura pour résultat d’étouffer un début de fermentation qui liquidera tous les parasites, larves et œufs, déjà sur les graines. Le contenu pourra se conserver de cinq à dix ans. L’engluant mécanique qui colmate l’opercule du silo assure à lui seul une étanchéité parfaite. Celle-ci crée une atmosphère confinée chargée de gaz carbonique qui tue les ravageurs. Cette technique est souvent mise en application à l’appui de manifestations de type ostentatoire, démontrant la réussite sociale d’un chef de concession. Ce dernier manifeste ainsi la force de travail de sa maisonnée, sa richesse qui ne peut, dans le cas des Jimi, être constituée que de mil. Il thésaurise un mil qui ne sera en principe jamais utilisé, bien qu’il puisse l’être12. Le silo sera alors couronné d’une poterie faîtière qui le signalera à l’attention (Seignobos, 1990).

  • 13 L’expression est du père R. Jaouen, qui en fait la démonstration dans ses travaux auprès des Gizig (...)

41Les sociétés haa’be du Nord-Cameroun, depuis les Tupuri jusqu’aux montagnards en passant par les Mundang et les Giziga, pratiquent peu ou prou une « religion du mil »13. Toutefois, les Jimi, Bana et même les Gude se trouvent entièrement voués à cette céréaliculture. Les emblavures sont souvent de dimensions exceptionnelles et dénotent une force de travail peu commune. La dot des Jimi était principalement réglée en sorghos tardifs, les plus valorisés, et toute la symbolique jimi tournait autour d’eux. Ces réserves de sorghos alimenteront des fêtes somptuaires durant la saison sèche, véritables prétextes à consommation (et même destruction) de mil sous toutes ses formes (Brunetière, 1982). Elles sont l’occasion d’une véritable compétition entre quartiers, lignages et « grands cultivateurs ».

Les greniers des haa’be de plaine

42En plaine, le grenier est un trait de l’architecture haa’be. À la différence de celles de la montagne, les formes sont simplifiées. Il s’agit du grenier-bouteille en banko, monté sur une vannerie circulaire en graminées fortes ou en tiges d’un Indigofera sp. posée sur un tréteau de bois ou sur un support de pierres (vers les montagnes). Le silo est protégé de la pluie par une sorte de collerette de paille disposée sur la base du goulot, le corps du grenier étant intégralement recouvert de vannerie et coiffé d’un chapeau également en vannerie. Cette protection est renouvelable tous les deux ans alors que la longévité du silo varie de quatre à dix ans. Les bois qui le soutiennent sont Terminalia avicennioides, T. laxiflora (galama des Musey), généralement durcis au feu, ou Prosopis africana ou encore Anogeissus leiocarpus. Ce sont des bois que l’on retrouve un peu partout dans la zone soudano-sahélienne avec cet usage (de Garine, 1964).

43Chez les Musgum, le grenier sur son cadre de stipes de rônier posé sur une légère élévation tend vers le sphérique. Il est unique, au centre de la concession. Pour les Masa, le grenier de l’homme est toujours bien visible au centre d’une concession circulaire, chaque femme disposant, en face de ses chambre et cuisine, de son propre silo. Il est le plus souvent subdivisé en une grande alvéole et deux plus petites, alors que celui de l’homme ne l’est pas. On y descend par une sorte de marche en bois transversale scellée dans la paroi. Il nécessite des renforts de liens pour maintenir les parois, au début de la saison des pluies, comme d’ailleurs pour les silos de montagne.

  • 14 Il existe yamata cafina (mâle), yamata poykida (femelle). Seul le mâle est brûlé dans les greniers (...)
  • 15 Nous renvoyons au chapitre sur les sorghos : la récolte des variétés de sorghos rouges chez les Ma (...)

44Chez les Masa et les Tupuri, les greniers sont flambés sur la partie interne, certains systématiquement avant chaque récolte, d’autres seulement en cas de parasitage. Les Muzuk se contentent de recrépir l’intérieur d’argile fine malaxée avec de la litière de bovins. On brûle essentiellement des feuilles et branchettes sèches de yamata14, Combretum glutinosum, les cendres sont ensuite enlevées et répandues au bas du silo, autour des pieux. Cette technique est commune aux Masa, Wina, Gisey, Musey et aussi aux Tupuri (yamata ou renhu). Les Kera utiliseraient plutôt une graminée : Cymbopogon giganteus. Dans cette zone, les sorghos sont emmagasinés en panicules et généralement disposés par ordre de récolte15. Ce mode de stockage est moins vulnérable que celui en grains. Les éleusines, cultivées de façon encore significative chez les Musey, sont placées dans des greniers en sekko tronconiques sur des auvents bas, où l’on dispose les petits mils, également non battus. Des « médicaments » pour le mil sont employés. Chez les Musey de Guiriou, par exemple, un lit épais (15 cm) d’Hyptisspicigera est disposé au fond du grenier. On ajoute aussi du tabac, des racines pilées de wulida, Leptadenia hastata, et de ndulna (Acacia sieberiana). Il existerait d’autres racines plus efficaces, comme celles d’Acacia seyal, mais elles conféreraient mauvais goût au mil placé à proximité. Hyptis spicigera est largement utilisé chez les Bege, Masa, Wina, mais aussi chez les Tupuri et les Musgum.

45Chez les Tupuri et les Wina, les sorghos rouges sont ensilés en panicules, les donglong (sorghos repiqués), en revanche, sont le plus souvent stockés en grains. Si la récolte est bonne, les Tupuri battent les sorghos et les engrangent en grains, utilisant en litages Hyptis spicigera dont l’emploi est par ailleurs exceptionnel. On retrouve la pratique du silo scellé par une épaisse bouillie de gara (sorgho rouge) pour le mil à garder. Cette pratique serait venue récemment de chez les Fulbe, qui sont le canal de l’innovation en tous genres. Notons enfin que, surtout chez les Musgum, une calebasse remplie d’eau est souvent placée dans la « bouche du grenier » et les insectes s’y noient.

46Pour les autres haa’be de plaine, Mundang, Gidar et Giziga, les silos sont plus hauts (2,5 m à 3 m) sur leur embase de pierres, ils sont recouverts d’une cupule chez les Mundang et, il y a peu de temps encore, chez les Gidar. On se trouve ici dans une aire de stockage de mil battu, la limite entre grains et panicules passant par le pays tupuri. La fumigation y est moins répandue, les greniers étant d’une part, récemment encore, en sekko chez les Giziga, et d’autre part incorporés au corps de bâtiment chez les Mundang.

47 Hyptis spicigera est utilisé chez les Mundang à Boboyo pour le mil, alors qu’à Garey, il semble réservé aux pois de terre et aux arachides. Les lekki gawri (médicaments du mil) sont encore très présents chez les Giziga. À Loulou, des feuilles d’arbuste (didi’d mazawal : front de bélier) sont disposées en plusieurs épaisseurs, avec l’écorce pilée de Vepris heterophylla. Ces mêmes feuilles nourrissent des feux dans les cases pour en chasser les maladies. Les informateurs avouent qu’elles « travaillent » mieux sur les gens... que sur le mil et ses insectes ravageurs. Chez les Giziga Muturwa, des lits composés de deux adventices pilées de mazayvrek (Hyptis spicigera) et de muskadaf (Leucas martinisensis) sont disposés au fond du silo et par-dessus le stock de mil. Pour les niébés, la cendre du foyer, tamisée, est, naturellement présente, mélangée à Hyptis spicigera et à Leonotis nepelifolia pilés. Si les termites investissent le grenier, on fait brûler un mélange de gizing gwara (Loudetiatogoensis) et de feuilles de burkalaf (Combretum glutinosum) et de bajavia (Cassia mimosoïdes).

Le silo souterrain et le stockage chez les musulmans

48Technique de stockage répandue, le silo-fosse couvre une aire qui va du lac Tchad jusqu’à la région de Kaélé, autrement dit de moins de 400 mm à 800-850 mm de pluie. Elle n’intéresse que les plaines, les groupes musulmans, principalement les éleveurs arabes Showa et les Fulbe. Elle a servi dans le passé des stratégies de dérobade devant les razzias et, pour Gilman et al. (l974), également des parades antifamine. Le lieutenant-colonel Destenave (1903) signale que chez les Buduma, de l’autre côté du lac Tchad, « les récoltes sont placées dans des silos creusés dans le sable. Les silos sont les uns dans les environs immédiats des cases, les autres soigneusement dissimulés à une certaine distance. Nos tirailleurs et nos spahis, éduqués par les anciens soldats de Rabah, découvraient très rapidement les cachettes au son, en frappant le sol, et en explorant les points sonores avec une baguette de fusil. »

49Par-dessus tout, le silo-fosse, qui permettait de sauvegarder les récoltes d’une année sur l’autre, voire sur trois ans, a favorisé un commerce de traite à grande échelle. Les disettes et les famines frappaient plus durement les haa’be que les musulmans. Mandara et Fulbe disposaient, outre du pouvoir de stockage, de plus de facilité dans la circulation des biens et des hommes. Très régulièrement, les montagnards se trouvaient acculés à proposer des enfants contre du mil pour survivre : quelques dizaines d’agodas (900 g) et dans les cas extrêmes quelques-unes seulement. C’était un réflexe courant dans les temps de famine. S’ils se débarrassaient parfois des filles chez leurs voisins païens épargnés par la disette qui récupéraient ainsi une future force de travail, ils « troquaient » leurs fils avec les Fulbe. Un pourcentage déterminant du peuplement des hautes vallées des mayos Tsanaga et Boula, Mokolo même, serait issu de ce mode de recrutement. À Meskine, Gazawa, Djapay, certains cultivateurs fortunés et pas seulement des chefs de villages s’en étaient fait une spécialité.

50Les silos-fosses permettaient aux plus riches, par l’entremise d’un réseau de rabatteurs en montagne, d’accroître leur main-d’œuvre à peu de frais, ce qui contribuait à alimenter de nouvelles réserves. Ces techniques de stockage et l’emploi que l’on fait de ces réserves continuent à marquer actuellement encore le commerce du mil. Jadis, lawans et gros cultivateurs musulmans profitaient des difficultés des haa’be, très divisés et incapables de se déplacer. Aujourd’hui, les autorités coutumières, en concurrence ou le plus souvent associées aux commerçants, alimentent les circuits de spéculation et, comme dans le passé, « les gros commerçants bénéficient d’une rente du seul fait qu’ils peuvent survoler, pour ainsi dire, un espace économique exagérément compartimenté » (Couty, 1965 : 13).

51Aujourd’hui, ces silos-fosses, appelés mtamer (sing matmur) en arabe, sont intercalés dans l’auréole des vastes cases kuzi arabes Showa ou peules dans le nord du Diamaré. Chez les Arabes Showa de la région de Makari, un trou (nugra) de 2 m à 3,5 m de profondeur sur 1,20 m à 2,50 m de diamètre est creusé. Le feu est mis pour durcir les parois. On dispose les raffles de sorghos en tapis dans le fond et tout autour du cylindre de vannerie dans lequel on versera les récoltes par couches, le petit mil en bas, le berbere (masakwa) au-dessus, enfin le sorgho rouge et parfois le maïs. Les Kotoko pratiquent aussi cet ensilage pour de vastes concessions. Ce mode de stockage est impérativement complété par des silos intérieurs (femmes peules), des poteries superposées (femmes arabes Showa) et aussi des greniers de sekko chez les Kotoko et les Bornouans.

52Chez les Kotoko, les greniers de sekko appelés sebee (à Makari) se présentent comme des sortes de paniers le plus souvent placés dans les vestibules d’entrée. Ce genre de grenier est monté sur un cadre soutenu par quatre à six fourches, dont les pointes remontent jusque vers l’ouverture pour renforcer des parois de vannerie également serrées par des cordes constrictives. Les fourches sont en bois d’Acacia nilotica et le lattis de Ziziphus mauritiana. Les trous sont creusés largement et après la pose des fourches on les remplit avec des cendres de Balanites aegyptiaca. Les vanneries sont auparavant trempées dans l’eau natronnée dont on arrose encore le fond du grenier. Cette solution natronnée sera utilisée pour conserver les semences, gardées en faux épis et en panicules. Avant de semer petit mil et maïs, les Kotoko les mettent à nouveau dans l’eau natronnée, puis les font sécher. Les greniers intérieurs des femmes, boga, sont hauts et effilés, placés sur trois plots de terre. Ils contenaient les rations de la semaine, qui sont de plus en plus souvent placées dans des burma et surtout dans les « vaisselles » émaillées.

53Sur une latitude plus basse, à Balda, Kaya, Kolara, chez les Fulbe, nous avons observé un certain nombre de ngaska gawri (trou à mil). Ici ces trous indifféremment creusés dans les zones sablo-argileuses ou argileuses ne sont pas systématiquement flambés. Quand ils le sont, c’est plutôt avec jol’do, Hyparrhenia barteri.

54On place toujours un lit de raffles (niyande) avec un sekko par-dessus. Le mil est versé en grains et il peut y avoir jusqu’à quatre étages pour quatre productions différentes avec un sekko et une couche de raffles pour marquer ces niveaux. On couvre le tout de sekkos et on verse une couche de sable et d’écales d’arachides, puis enfin de l’argile. On placera une couverture de feuilles de banbambi, Calotropis procera qui se colleront les unes aux autres grâce à leur latex, et créeront une obturation parfaitement imperméable. On terminera par une couche de terre qu’on prendra soin d’égaliser. À Kolara, par exemple, on place plutôt un lit de feuilles de buski, de Combretum nigricans « les feuilles fraîches de buski se collent entre elles et assurent une parfaite étanchéité, on les soulève comme le dessus d’un panier quand on vient prendre le mil dans le trou ». Chez les Fulbe du mayo Louti, on coule parfois sur le sekko de couverture une bouillie de yolo’bri (la technique est ici également connue pour les rares greniers de banko). Dans ces silos souterrains on n’inclut pas de plantes à odeur répulsive. On peut laisser ces réserves plusieurs années et certains informateurs de relater des situations où les propriétaires, de retour sur le site de leur sare huit à dix ans après, reprennent possession de leur bien enterré. Chez les Fulbe, les silos souterrains n’interviennent que pour ceux qui disposent de grosses quantités de mil à stocker, ce que soulignait P. Couty (1965 : 36) : « La plupart des gens s’accordent à reconnaître que les trous sont préférables aux greniers, car moins accessibles aux voleurs. En outre, lorsque la récolte est abondante (Djapay, Yakang), il deviendrait trop long et trop coûteux de tout mettre en greniers. »

55On peut rencontrer des trous cimentés chez les grands cultivateurs de muskuwaari. Ils présentent 3 à 4 m de diamètre et sont protégés par une toiture de case reposant sur des piquets, comme chez les Bornouans de Balaza. En 1984, le chef de Kaya, qui produisit 510 sacs de mil, principalement du muskuwaari (majeeri et safraari) disposait d’une réserve de 3 greniers souterrains de 120, 90 et 62 sacs. 133 sacs étaient conservés dans sa case et quelques dizaines étaient entreposés chez ses femmes et dans un silo commun. Le reste était écoulé à la récolte.

  • 16 Les sacs de cuir (kaywaaji) étaient cousus avec des fibres de niébés textiles ou de Cochlospermum (...)

56Les Fulbe disposent aussi du beenbal, grenier en banko. C’est généralement un silo unique de redistribution de mil pour les femmes et qui est placé dans le gynécée. La réserve est, elle, entreposée dans des sacs, jadis en cuir16, ou dans des touques, remisées dans une case-magasin ou dans la chambre de l’homme.

  • 17 Querbes et Vittoz (1967 : l8) signalent que « pour traiter leurs greniers, les Fulbe se servent d’u (...)

57La connotation de grenier reste païenne. De fait, ils sont construits par des non-Fulbe. Ils conservent pour les Foulbéisés des traits de leurs anciennes appartenances païennes. Nous avons découvert dans la zone de peuplement zumaya, aujourd’hui entièrement foulbéisée, à Mogom, des silos zumaya à l’intérieur des cases. Ces silos, aux parois épaisses, dont l’importance (2,20 m de hauteur sur 1,70 m de diamètre) les ferait ailleurs trôner dans la cour, sont ici comme cachés au regard. Leur profil, très bombé, rappelle le silo des Baldamu ou celui des Musgum. Dans ces greniers, des techniques de conservation haa’be sont maintenues, à la fois à l’encontre des insectes et aussi des voleurs. Nous avons noté chez les Fulbe Bula, à Ndoukoula et à Djapay, des lits de 4 à 10 cm d’épaisseur d’Hyptis spicigera ou de Ocimum basilicum (urdi sulaabe), de Maytenus senegalensis (tutulhi)17 et de feuilles de Cassiaoccidentalis (kaccu-kaccunga) pilées avec du piment sur l’ultime strate. Cette disposition provoquerait chez le voleur — non averti — qui remuerait le contenu du sommet du grenier, de forts éternuements.

58Le mil qui reste dans les greniers prend après deux ans un goût désagréable de moisi et donne à la boule une consistance peu attrayante. Dans le même temps, celui laissé dans les silos-fosses prend le goût de l’argile, si bien que les gens de Maroua ne font leurs achats de mil à Mindif (région qui pratique le stockage souterrain) qu’au moment des récoltes. Seule la mise en sac préserve le goût, mais les sacs de jute sont chers et leur entrepôt dans les cases les expose trop. À partir de 1990, l’arrivée depuis le Nigeria de sacs en polypropilène a changé les données du stockage du mil. Intervenant après la vulgarisation des sols cimentés, ils permettent de stocker le mil dans les unités d’habitation. À la différence des sacs de jute, les termites ne percent pas le polypropilène. Peu chers, 100 F CFA, très solides, ces sacs sont utilisés dès 1993 pour le transport comme pour le stockage partout chez les musulmans.

  • 18 Sur les registres de la Sodecoton, les achats d’insecticides pour le stockage du vivrier dans les (...)
  • 19 Depuis 1980, la Sodecoton est très engagée dans la commercialisation d’insecticides auprès de ses (...)

59Depuis quinze à vingt ans, les lekki gawri (les pesticides), vulgarisés par la CFDT, puis la Sodecoton et la Semry, sont de plus en plus demandés. Le fond et les parois des greniers sont traités. Les cultivateurs confessent l’efficacité très relative des plantes insectifuges auxquelles, faute de mieux, on avait recours et ils rallient de plus en plus nombreux les insecticides industriels (K. Othrine, Thioral...)18. Des actions de développement tentent de mettre en place une accélération du processus d’accès, à moindre coût, à ces produits, tout en tenant compte des approvisionnements, naturellement illicites, du Nigeria19.

60Les silos eux-mêmes entrent dans les préoccupations des développeurs après avoir été dans celles des administrateurs coloniaux. Toutefois, un grenier n’est pas seulement un objet utilitaire et un élément d’architecture, il est aussi le fruit d’un agrosystème et d’un encadrement politique.

61Les administrateurs s’intéressèrent très tôt au stockage des récoltes. Témoin de famines à la suite d’invasions acridiennes ou de sécheresse, obsédée par « l’imprévoyance chronique » de ses administrés et conduite par un souci de gestion jusqu’au cœur des villages, l’autorité coloniale se devait d’intervenir. La fin des années 1930 a vu se multiplier les instructions concernant les « greniers de réserve », régentant jusqu’au moindre détail, sans avoir auparavant envisagé les différences de situations des groupes concernés, les attitudes face au stockage du mil et surtout la nature de l’encadrement politique. La note de Dietmann (1939) pour la subdivision de Yagoua reste exemplaire. Elle s’exprime en trois points : type de construction, emplacement des greniers, remplissage des greniers (époque, méthode, quantité de grains, nombre de greniers à construire). Selon un leitmotiv de l’administration coloniale, « les greniers seront groupés dans les grands centres seulement. Les petits villages et quartiers construiront leurs greniers dans le centre important le plus proche. »

62« Les centres de greniers seront choisis de préférence le long des pistes automobilisables afin de permettre un contrôle aisé et fréquent. »

63« Dans chaque centre, les greniers constitueront un saré spécial, carré, entouré d’un mur. À l’entrée de ce saré, une case ronde (djaoulerou) abritera un gardien qui y couchera en permanence et interdira l’accès des greniers à toute personne autre que les chefs de villages et de terre, responsables de l’entretien des greniers et de la conservation des grains. »

64Quant au type de grenier, il a été retenu le grenier traditionnel à la masa ou à la musgum. La participation obligatoire est pour le mil de « quinze épis par personne et non par chef de saré » ; pour l’arachide, de « une calebasse par personne, une calebasse étalon servira pour tout le monde. »

65En même temps qu’il expose et traduit les directives « venues d’en haut », Dietmann entrevoit le côté irréaliste de l’opération. Pour être efficace dans le cas d’une disette générale, il faudrait, d’après lui, réunir « 500 g de mil par jour et par personne pour deux mois », soit pour la subdivision, 5000 tonnes de mil, impensable ! « Les réserves vivrières s’échelonnant sur deux ans étant irréalisables avec le type de grenier de la région (...) ou bien la récolte est bonne et il n’y aura aucun danger de famine, ou bien elle est mauvaise et il sera alors impossible de garnir suffisamment les greniers. » Conséquence : l’effort doit porter sur les cultures et la multiplication des emblavures.

66Ensuite, les greniers furent destinés à protéger les semences. Chaque chef de famille devait donner trois mesures (mudoore) de différentes productions. Ces greniers étaient toujours construits près des baariki, campement de l’administration ou devant le saré du chef.

67Le système fonctionna, très irrégulièrement, pendant quelques années. Lorsqu’il donna l’impression d’être efficace, chez les chefs musulmans en particulier, il avait été en fait réinterprété comme la zakkat (dîme) et donc en partie détourné au bénéfice de la clientèle du chef. Nous retrouvons parfois dans les documents d’archives des photos de ces énormes « greniers de réserve », avec, plantés bien devant, les chefs dans tous leurs atours (photothèque du musée de l’Homme, région de Yagoua).

68Aujourd’hui encore, engendrés par les meilleures intentions planificatrices et avec le secours d’une technologie encore expérimentale (silo cimenté, métallique ou silos améliorés, de différents types, communautaires ou familiaux), un certain nombre de projets de stockage sont proposés. Ils s’appuient sur une connaissance très localisée des greniers et des exemples d’ensilage pris dans la zone sahélienne. Le Niger semble avoir été le terrain d’élection de ces études. L’évaluation des stocks traditionnels et des déperditions (causalité et quantités) continuent à poser problème. Ces méthodes de stockage qui, à la différence des pesticides, ne font l’objet d’aucune demande locale, sont testées sans étude préalable auprès des sociétés villageoises concernées. Ces projets achoppent sur le fait que « le coût comptable moyen du stockage familial » est très faible pour ne pas dire nul, hormis parfois la rétribution d’un spécialiste dans le cas de silo à cupule. Le cultivateur est donc peu disposé à engager un « poste de dépense monétaire » là où tout était gratuit. Les disciplines concernant le contrôle du mil, son partage par le chef de famille ou l’aîné, demeurant toujours aussi incontournables, ces projets dérapent, une fois encore, sur les problèmes humains, jamais sérieusement pris en compte.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Audette (R.), 1983 — Stockage traditionnel de céréales vivrières en milieu paysan au Niger. Maîtrise, Univ. de Laval, 226 p.

Audette (R.), Grolleaud (M.), 1984 — Stockage non étatique des grains dans les pays sahéliens. Bibliographie générale. OCDE, Club du Sahel, 250 p.

Brunetière (D.), 1982 — Les Djimi, montagnards du Cameroun septentrional. Doct. 3e cycle, Paris-VII Jussieu, 398 p.

Couty (P.), 1965 — Notes sur la production et le commerce du mil dans le département du Diamaré, Nord-Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 2 (4) : 3-88.

Chevalier (A.), 1907 — L’Afrique Centrale Française. Mission Chari-lac Tchad (1902-1904). Paris, A. Challamel, 778 p.

Dalziel, (J. M.) 1948 — The useful plants of West Tropical Africa. Londres, Secretary of state for the colonies, 612 p.

Destenave (Lt colonel), 1903 — Le lac Tchad II. Les habitants, la faune, la flore. Paris, A. Colin, Revue Générale des Sciences pures et appliquées.

Deuse (J.), 1979 — La conservation des denrées alimentaires après la récolte. Afrique-Agriculture, 50 : 20-41.

Dietmann, 1939 — Instruction pour les greniers de réserves (26 nov. 1938). Archives sous-préfecture de Maroua, 5 p.

Garine (I. de), 1964 — Les Massa du Cameroun, vie économique et sociale. Paris, PUF, 250 p.

Gast (M.), Sigaut (F.) éd., 1979-1985 — Les techniques de conservation des grains à long terme. CNRS, t. I (1979), t. II (1981, 238 p.), t. III (1985, 344 p.).

Giles (P. H.), 1964 — The storage of cereals by farmers in Northern Nigeria. Trop. Agric. Trinidad, 41 (3) : l97-212.

Gilman (G. A.), Boxal (R. A.), 1974 — The storage of food grains in traditional underground dits. TSPI Slough, n° 28 : 19-38.

Grolleaud (M.) et Raison (J. P.), 1987 — « La conservation des grains en Afrique tropicale ». In : Encyclopédie des techniques agricoles en Afrique tropicale, Doc. de travail, 111 p.

Guggenheim (H.), 1978 — « De l’importance de la densité des greniers traditionnels de stockage du mil au sahel ». Communication au séminaire CEAO de Ouagadougou (Hte-Volta), 10 p. multigr.

Jacques-Félix (H.), 1940 — L’agriculture des Noirs au Cameroun. Enquête sur les plantes cultivées, sur les outils agricoles et sur les greniers. Revue internationale de Botanique appliquée et d’Agriculture tropicale n° 232 : 815-838.

Jaouen (R.), 1995 — L’Eucharistie du mil. Paris, Karthala, 285 p.

Koppert (G.), 1981 — Kogoyna, Étude alimentaire, anthropométrique et pathologique d’un village massa du Nord-Cameroun. Univ. de Wageningen, 151 p.

Luca (Y.), 1979 — Ingrédients naturels de préservation des grains stockés dans les pays en voie de développement. JATBA, 21 (1) : 29-52.

Morgan (W. B.), 1959 — The distribution of food-crop storage methods in Nigeria. Journ. of Tropical Geography, 13 : 58-64.

Miche (J.-C.), 1966 — Projet d’étude relatif à la conservation de produits vivriers dans la région Nord du Cameroun. Yaoundé, IRAT, 55 p.

Musée National Tchad, 1992 — Greniers villageois. CEFOD, Imprimerie du Tchad, plaquette de l’exposition, juin 1992, sept. 1994, 21 p.

Pointel (J. G.), 1973 — « La lutte contre les insectes des stocks au moyen de la fumigation ». In : Séminaire d’Ibadan : 24.

Pointel (J. G.), 1979 — « Techniques de stockage des grains à la ferme et au village autres que les silos ». In : Séminaire Ouest Africain : l46-157.

Querbes (M.), Vittoz (J.), 1967 — Les moyens traditionnels de conservation des cultures vivrières au Nord-Cameroun. Yaoundé, IRAT Nord (Guétalé), 37 p. multigr.

Seignobos (C.), 1982 — Nord-Cameroun, Montagnes et Hautes Terres. Marseille, éd. Parenthèses, coll. Architectures traditionnelles, 188 p.

Seignobos (C.), 1990 — « Note sur les poteries faîtières du Nord-Cameroun. » In : Actes du IIIe colloque Méga-Tchad, Orstom, Bondy, Relations interethniques et cultures matérielles dans le bassin du lac Tchad : 157-174.

Seignobos (C.), Deguine (J. P.), Aberlenc (H. P.), 1996 — Les Mofu et leurs insectes. JATBA, 38 (2) : 125-187.

Seignobos (C.), 1994 — « Note sur les méthodes traditionnelles de protection des cultures vivrières dans l’Extrême-Nord du Cameroun. » In : Maroua, IRA-Cirad, Réunion phytosanitaire de coordination Cultures Annuelles, Afrique centrale : 218-221.

Sigaut (F.), 1979 — Les techniques de conservation des grains et leurs fonctions sociales. Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, Recherche de technologie culturelle, 149 p.

Vincent (J. F.), 1982 — Pouvoir et contrôle du mil : greniers individuels et collectifs chez les montagnards mofu (Afrique sahélienne). JATBA, 29 (3-4) : 295-305.

Wolfson (J. L.), 1990 — Bean-cowpea CRSP : analysis of cowpea production and storage methodologies used by small farmers in northern Cameroon. Perdue University, Dept. of Entomology, 33 p.

Notes

1 Situation que l’on retrouve, en revanche, dans l’Adamaoua, chez les Mbum, ou dans la plaine Kutin, chez les Pere. Ces silos, en vannerie, ou en bousillage, ne sont pas très éloignés des habitations, mais ils sont regroupés par sous-quartiers.

2 Les semences maintenues dans les gousses sont gardées en paquets dans les zones les plus enfumées du toit, ou parfois engluées dans de la bouse de vache.

3 Son rôle d’insectifuge est mentionné par J. -M. Dalziel (1948). Hyptis est aussi utilisé dans le Diamaré comme charme répandu pour la lance et l’arc. Il a toutefois pu avoir, dans les plaines du Logone, une importance économique plus grande dans le passé, comme plante oléifère. A. Chevalier (1907 : l66) signale dans le « Centre Africain », chez les Manja que « une nouvelle plante oléagineuse, l’Hyptis spicigera, fait son apparition. À Ndelle, on en fait déjà usage pour assaisonner la bouillie de mil, mais ici elle couvre autant de surface que le sésame. ».

4 L’homme et la femme disposent respectivement d’un « aide » pour y pénétrer et de celui-ci exclusivement. Les relations d’évitement entre le père et son fils aîné aboutissent à un interdit d’accès au grenier du père.

5 Leur silo ogival se retrouve en plaine, chez les Mundang, avec des proportions plus vastes. Il peut dépasser 1,50 m de diamètre, les parois sont plus épaisses. Son cloisonnement intérieur monte jusqu’à la base de la cupule, chaque compartiment disposant de son ouverture.

6 Bœuf emmuré des montagnards, égorgé pour la fête du massif.

7 Ce vernissage n’est pas une spécialité des montagnards septentrionaux. Auparavant et encore aujourd’hui chez les vieilles femmes bana, jimi et gude, les intérieurs sont vernis, pas seulement ceux des greniers, mais aussi les parois des contreventements, les plaques foyères. Les intérieurs mundang étaient, il y a peu de temps encore, entièrement vernis dans les tons ocre, safran et rouge. Les ingrédients choisis en plaine étaient, en plus de l’huile de cailcédrat, des plantes à mucilage : Ceratotheca sesamoides, Cissus populnea, certains Grewia.

8 Ces liens épineux d’Asparagus africanus accompagnent certains pièges pour petits rongeurs. On les retrouve parfois en plaine, enroulés sur le haut des poteaux des greniers.

9 M. Querbes et J. Vittoz (1967 : 9) le signalent aussi pour les Mofu : « Au fond du grenier à mil, on place une couche de cendre ou d’éleusine. Quand le mil atteint une hauteur de 1 m, on peut mettre dessus une couche de cendre et finir son remplissage. But de cette couche de cendre ou d’éleusine : protection contre les insectes et l’humidité. »

10 Wissadula amplissima est aussi utilisée en médicament contre la toux chronique, pour enfumer et chasser les serpents, et chez les Fulbe, pour soigner la blessure des circoncis. Abondante sur le plateau kapsiki, elle n’est pourtant presque pas employée par ces derniers en protection du mil des greniers.

11 On le retrouve plus au sud, chez les Bata et même chez les Mbum. Il pourrait être la trace d’un élément d’architecture d’anciennes entités politiques théocratiques centrées sur la Bénoué, comme la confédération du Kona.

12 On prête au mil « qui a duré » dans les greniers des vertus curatives. On prend des grains de mil qui ont dépassé les deux ans dans un grenier, des graines de Tamarindus indica de deux ans, du beurre liquide de deux ans, en adjuvant de remède (voire comme remède) pour les maladies chroniques chez les Fulbe de Maroua.

13 L’expression est du père R. Jaouen, qui en fait la démonstration dans ses travaux auprès des Giziga Mijivin et Muturwa.

14 Il existe yamata cafina (mâle), yamata poykida (femelle). Seul le mâle est brûlé dans les greniers. On remarque que les feuilles de Combretum sp. sont aussi utilisées pour chasser les termites sur les champs. Chez les Fulbe, buski danehi (Combretum sp.) est employé pour purifier et enlever les mauvaises odeurs des récipients, calebasses à lait, et aussi contre les envoûtements.

15 Nous renvoyons au chapitre sur les sorghos : la récolte des variétés de sorghos rouges chez les Masa est quasi concomitante.

16 Les sacs de cuir (kaywaaji) étaient cousus avec des fibres de niébés textiles ou de Cochlospermum tinctorium réputées pour leur résistance. Chaque unité faisait 60 kg (20 mesures : muudooje) et était un sous-multiple d’une charge d’âne.

17 Querbes et Vittoz (1967 : l8) signalent que « pour traiter leurs greniers, les Fulbe se servent d’un arbuste appelé toutouta en foulfouldé qui est pilé et posé dans le grenier. Ce toutouta joue un rôle identique à la cendre chez d’autres ethnies. » Tutuhi ou tultulhi (tultulde), appelé aussi urdi juulni’be (parfum des circoncis) est en effet utilisé pour cicatriser les plaies des jeunes circoncis.

18 Sur les registres de la Sodecoton, les achats d’insecticides pour le stockage du vivrier dans les années 1980-81-82 étaient plus élevés pour le département du Margui-Wandala que dans le Diamaré. Il témoigne d’un intérêt plus grand porté au mil dans ces régions, qui s’approvisionnent par ailleurs en insecticide au Nigeria. Quant à la vente de Thioral pour le traitement des semences, elle est très irrégulière. Elle reste importante dans la région de Maroua, grande productrice de mil, mais aussi à Bogo et dans des zones devenues des greniers à mil, comme Moulvouday.

19 Depuis 1980, la Sodecoton est très engagée dans la commercialisation d’insecticides auprès de ses planteurs. Un projet américain, Bean-Cowpea CRSP (Perdue-IRA), a essayé de diffuser (1991-1993) des variétés de niébés peu sensibles aux bruches (BR1, Vya), et, en même temps, de vulgariser des stockages de niébés avec pré-exposition au soleil sous plastique des graines. Des ONG prenant ailleurs des recettes de conservation de graines proposent l’huile de neem (Azadirachta indica).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540