Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Production rizicole

Marcel Roupsard

Texte intégral

1Comme les vallées du Sénégal et du Niger, les plaines inondables du Chari et du Logone présentent en zone sahélo-soudanienne des milieux facilement utilisables pour la riziculture. Cette possibilité a été envisagée dès la fin de la période coloniale en vue d’un double objectif : d’abord l’approvisionnement des centres urbains en pleine croissance, ensuite le développement agricole de régions jusque-là tournées vers des productions presque uniquement autoconsommées. Toutefois, l’introduction de la riziculture a dès le début nécessité que soient surmontés des problèmes techniques, par des aménagements hydrauliques, des problèmes sociaux avec l’acceptation d’une nouvelle culture dans les systèmes agricoles préexistants, des problèmes économiques enfin, dont le plus crucial est celui de l’écoulement de la production sur le marché régional ou national.

2Les questions techniques sont relativement simples à résoudre. Elles correspondent dans un premier temps à une nécessité de protection des plaines inondables contre la crue annuelle du Logone, de juillet à novembre. La riziculture est alors possible en inondation contrôlée. Pour une seconde campagne durant la saison sèche, une contrainte climatique apparaît, due aux températures nocturnes très fraîches (décembre et janvier) qui allongent sensiblement le cycle du riz ; mais surtout il faut des apports importants d’eau pour l’irrigation. Les pompages dans le Logone ne sont possibles que dans les limites imposées par le débit d’étiage et par les accords conclus avec le Tchad pour le partage des eaux.

3Les problèmes socio-économiques apparaissent autrement complexes, bien que trop souvent sous-estimés. Les populations riveraines du Logone ont mis au point des systèmes de production cohérents, bien adaptés à un milieu aux potentialités diverses, favorisés par la présence prolongée de l’eau, associant cultures sous pluies et cultures de décrue, l’élevage et la pêche. L’introduction du riz en tant que spéculation fait naître, comme ailleurs celles de l’arachide ou du coton, de nouvelles contraintes dans l’affectation des terres et surtout dans les calendriers agricoles déjà bien chargés au moment des principaux travaux en riziculture. Ces contraintes sont perçues très rapidement comme une orientation imposée par l’administration.

4La question des débouchés est conditionnée par l’éloignement des marchés de consommation situés plutôt dans le sud du pays, induisant des coûts supplémentaires de transport. Le prix de revient final risque alors de défavoriser le riz camerounais par rapport aux produits importés dont les cours sont variables, mais globalement à la baisse pendant les dernières décennies.

  • 1 La partie concernant l’après-1987 a été rédigée avec C. Seignobos.

5Le développement de la riziculture dans l’Extrême-Nord ne nécessite pas seulement des investissements importants, elle exige aussi l’organisation d’un nouveau système de production acceptable par les producteurs, ainsi que la mise en place d’une filière commerciale plus ou moins protégée pour assurer des débouchés à la production. Ces différents impératifs sous-tendent l’évolution de la riziculture dans les plaines du Logone depuis une quarantaine d’années1.

Le système extensif du Semry

6Dès la fin des années 1940, l’administration française au Cameroun encourage la production de riz par les paysans de l’Extrême-Nord, mais, faute d’encadrement, les résultats restent modestes, quelques centaines de tonnes de paddy par campagne. Les premières initiatives coordonnées datent de 1950 avec l’ouverture à Pouss d’une station expérimentale financée par le Fides (Fonds d’investissement pour le développement économique et social), et de 1954 avec la création d’une ferme privée de 700 hectares, la Sorilo (Société rizicole du Logone) au nord de Yagoua. L’échec de cette dernière fut immédiat, confirmant que le système en culture paysanne est le seul viable.

7À la fin de 1954, les autorités territoriales regroupent les différentes tentatives officielles sous l’autorité d’un seul organisme, le Semry (Secteur expérimental de modernisation de la riziculture de Yagoua). Il est chargé d’encadrer les producteurs, d’usiner et de commercialiser le riz. Jouissant d’une autonomie financière, il tire ses ressources de la vente de sa production et des subventions du Fides, puis du FAC (Fonds d’aide et de coopération français) après l’indépendance.

8En quelques années, le Semry met au point un système extensif de riziculture inondée associée à des aménagements hydrauliques sommaires. Une digue longue de quarante kilomètres construite sur le bourrelet de berge entre Yagoua et Djafga, protège contre l’inondation une vingtaine de « casiers » rizicoles couvrant chacun entre 10 et 150 hectares.

9En 1964 et 1965, de nouveaux travaux font passer la surface totale de 1500 à 2700 hectares. Les « casiers » sont subdivisés en « blocs » de 4 hectares, eux-mêmes découpés en « piquets » d’un demi-hectare, qui constituent le plus souvent l’unité d’exploitation. À partir de prises sous la digue, des canaux conduisent l’eau dans les rizières lors de la crue. Hors du secteur aménagé de Yagoua-Djafga, la riziculture est pratiquée sans contrôle de l’inondation dans les yayrés de Pouss et de Guirvidig plus au nord et autour de Ngodeni dans le Logone-et-Chari. Le Semry encadre aussi des producteurs exploitant des bas-fonds inondables dans les cantons de Bougoudoum et de Moulvouday et jusque dans les dépressions interdunaires du pays tupuri. Au total, entre 1965 et 1973, le Semry contrôle de 6000 à 7000 hectares cultivés en riz, dont 40 % seulement sont aménagés et protégés contre les excès de l’inondation.

10Les casiers du secteur Yagoua-Djafga, situés essentiellement en pays masa, constituent le cœur du dispositif. L’encadrement est plus léger pour les rizières non aménagées. Le calendrier agricole commence par des labours effectués à la charrue dans les casiers avec les tracteurs du Semry, alors qu’ils sont faits à la houe dans les zones non aménagées. Les paysans sèment le riz en juillet, dès que les pluies sont suffisantes, juste avant l’arrivée de la crue. Ils moissonnent en novembre et battent sur place après séchage. Le paddy est transporté sur des marchés villageois organisés par les services de commercialisation.

11De 1965 à 1973, la production moyenne commercialisée avoisine les 5000 tonnes. Il faut y ajouter 2000 à 4000 tonnes gardées par les paysans pour leur consommation, mais aussi pour alimenter un marché parallèle. Cela permet déjà à certains d’éviter les retenues pour les redevances d’encadrement, d’entretien ou de labours.

12Les travaux en rizière accaparent beaucoup de temps, 80 à 100 journées par personne pour un piquet, ce qui n’est pas sans poser de problèmes de concurrence en début de campagne avec les cultures vivrières traditionnelles, et, en fin de campagne, avec les activités piscicoles.

13La production est usinée par la rizerie de Yagoua. Elle est vendue par l’intermédiaire de circuits commerciaux privés dans les villes de la région et dans les grands centres du sud du pays.

14Le système extensif du Semry montre rapidement ses limites tant dans le domaine technique que dans ses résultats sociaux et économiques. Les aménagements réalisés au cours des années 1950-1960 ne conjurent que partiellement les irrégularités du régime du Logone. S’ils permettent un contrôle des excès de la crue, ils ne peuvent rien contre ses insuffisances. En 1961 et en 1972, un approvisionnement en eau particulièrement déficitaire provoque des chutes de rendement. Souvent l’alimentation en eau ne couvre pas une période assez longue pour certains casiers. Cette précarité des apports de l’inondation empêche de recourir aux engrais. Il faut donc se contenter de rendements moyens ne dépassant pas 15 quintaux à l’hectare.

15Les prix imposés par le Semry restent à peu près stables, entre 14 et 16 F CFA/kg. Pour un rendement moyen, après retenue des redevances, le revenu procuré par un piquet se situe aux environs de 5000 F CFA vers 1970. Il faut y ajouter 2000 à 3000 F CFA pour la valeur du riz autoconsommé ou mis sur le marché parallèle. Pour les producteurs, les résultats ne sont guère enthousiasmants et, les mauvaises années, le travail se fait à perte.

16Les objectifs d’approvisionnement du marché national sont loin d’être atteints. Avec un usinage moyen de 5000 tonnes de paddy, le Semry commercialise 2500 à 3000 tonnes de produits blancs (riz marchand et brisures) par an. Durant les années 1960, les besoins sont estimés à environ 10000 tonnes. Pour satisfaire la demande, il faudrait étendre considérablement les surfaces rizicoles. Cela apparaît difficilement réalisable en raison de la réticence des producteurs à accroître la part de riz dans leur agrosystème. La seule solution envisageable serait le passage à l’intensif, conditionné par des aménagements hydrauliques performants.

Les projets Semry et l’intensification du système rizicole

17Confrontée aux difficultés rencontrées pour l’amélioration des aménagements en place, l’administration camerounaise sollicite en 1965 des études en vue d’une réorganisation complète des structures de production. Le projet d’irrigation et de double récolte annuelle est prêt à entrer en application dès 1971. À cette date, le Semry (Secteur expérimental) disparaît et est remplacé par la Semry (Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua). Sous la tutelle de l’État, le nouvel organisme obtient des moyens techniques et financiers nécessaires pour relancer la production rizicole, en contrôlant toute la filière depuis les aménagements fonciers jusqu’à la vente des produits finis, en passant par l’encadrement des « planteurs »-riziculteurs.

SEMRY-I : le succès de l’intensification par la maîtrise de l’eau

18Entre 1972 et 1977, les travaux d’aménagement du « Projet SEMRY-I » sont effectués sur 5500 hectares, dans le secteur compris entre Yagoua et Djafga déjà mis en valeur. Les casiers sont recomposés et onze unités sont créées à partir des anciennes rizières et de nouvelles zones aménagées. La maîtrise totale de l’eau s’appuie sur un réseau de canaux reliés à quatre stations de pompage à cheval sur la digue. Elles pompent l’eau du Logone durant la saison sèche et pour pallier les insuffisances de crue durant les pluies. Les casiers conservent leur organisation en blocs et piquets de même surface. Ces travaux, financés par la Banque mondiale et les organismes d’aide français, correspondent à des investissements relativement modestes, portant l’aménagement de l’hectare à un coût d’environ 500000 F CFA.

19Au fur et à mesure que les nouveaux casiers sont livrés aux cultivateurs, le principe de culture irriguée encadrée par la Semry se met en place. Des essais effectués avant 1972 avaient montré la possibilité de porter les rendements au-dessus de 30 quintaux à l’hectare. Toutefois, dès les premières campagnes, le semis direct se révèle mal adapté. On envisage son remplacement par la pratique du repiquage qui autorise des rendements nettement supérieurs. Avec l’apport d’engrais et de traitements phytosanitaires, ils peuvent approcher les 50 quintaux par hectare. Toutefois, la charge de travail est augmentée de 40 %, soit 34 jours par piquet.

20Ainsi le potentiel de production de la Semry connaît un accroissement considérable par suite de l’augmentation des rendements, de la multiplication des casiers, et de l’application de la double récolte. Celle-ci n’est toutefois possible que sur environ 3000 hectares, principalement à cause des accords tchado-camerounais sur le pompage dans le Logone. Compte tenu des 8 à 10 % de surface réservés aux pépinières, le potentiel cultivable, à la fin des aménagements, couvre ainsi 7500 à 8000 hectares.

21Sans provoquer de changement fondamental dans l’organisation des travaux agricoles, la société s’oblige à plus de rationalité. Entre riziculteurs et Semry s’institue une répartition rigoureuse des rôles.

22En amont, les labours, la fourniture de l’eau, des intrants et des plants à repiquer ; en aval, la tenue des marchés de paddy, l’usinage et la commercialisation des produits blancs sont du ressort de la Semry. Aux paysans reviennent l’achèvement de la préparation du sol, le repiquage, l’entretien et la surveillance des rizières, la moisson, le battage et le transport jusqu’au marché. Ils paient les prestations de la Semry sous forme d’une redevance forfaitaire retenue sur le montant de la vente de paddy. Elle s’élève conventionnellement à la valeur de deux tonnes de production par hectare, soit environ 40 % du rendement moyen. Les « planteurs » ont l’obligation de livrer leur paddy, mais des rétentions (en vue de l’autoconsommation) sont tolérées jusqu’à hauteur de 10 % de la récolte et, plus tard, 20 %.

23Le changement le plus important réside dans l’adoption de la double campagne annuelle. L’exploitation des rizières pendant la saison sèche permet d’améliorer la productivité et présente l’avantage de fournir du travail en période de sous-emploi relatif. Toutefois, la succession rapprochée des cultures pose un certain nombre de problèmes techniques quant au passage d’une campagne à l’autre. Les parcelles doivent être rapidement dégagées après les moissons pour permettre le retour des engins de labour. Ceux-ci peuvent être temporairement gênés lors de pluies précoces. La recherche agronomique est sollicitée pour fournir des variétés à cycle court conservant de bons rendements.

24À partir de 1974 et jusqu’en 1980, les rendements atteignent 40 à 50 quintaux/ha par campagne et 50 à 60 après 1980. Dans le cas de double campagne, les rizières fournissent donc en moyenne une centaine de quintaux à l’hectare. La réussite technique cache toutefois une sous-utilisation des surfaces aménagées. De 1974 à 1980, le potentiel n’est exploité qu’aux deux tiers. Les raisons en sont multiples, liées aux problèmes de la succession rapprochée des campagnes et à la difficulté de trouver des attributaires dans certains secteurs moins peuplés. Après 1980, l’utilisation du périmètre SEMRY-I s’améliore grâce à une plus forte demande, sous la pression de la sécheresse qui réduit les productions sous pluie.

25Au fil des années, le vieillissement des aménagements devient un sérieux handicap à une bonne gestion de l’eau. Des campagnes de réhabilitation sont menées de 1983 à 1988, portant sur le planage des rizières et la construction d’équipements hydrauliques plus efficaces.

SEMRY-II, un grand projet intégré

26La réussite technique du projet SEMRY-I, obtenue grâce à la maîtrise de l’eau et à l’adoption de pratiques intensives, incite les autorités de l’État et les organismes d’aide au développement à lancer un second projet, plus ambitieux. Il s’agit d’implanter la riziculture dans les grands yayrés au nord du mayo Danay, en aménageant plus de 6000 hectares de rizières.

27L’irrigation gravitaire est permise par le stockage des eaux de crue derrière une digue-barrage longue de 27 km, entre Pouss et Guirvidig, créant une retenue de 350 km2, le lac de Maga. De 1978 à 1986, quatre grands casiers sont ouverts, d’abord ceux de Pouss, près du Logone, et Guirvidig, puis ceux de Maga-Ouest et de Maga-Est, les plus vastes, au centre.

28La mise en valeur du périmètre de SEMRY-II se heurte assez rapidement à une difficulté majeure, l’insuffisance de la population. Si les casiers de Pouss et de Guirvidig trouvent sur place une main-d’œuvre assez nombreuse avec l’appoint des « déguerpis » des terrains submergés par le lac, les deux grands casiers de Maga, en revanche, manquent de postulants : la zone est vide.

29En raison de la défection d’une partie des populations musgum, on dut faire appel à d’autres groupes pour remplir les casiers. On conduisit plusieurs campagnes de recrutement en pays tupuri. En 1981, ils s’installent à Ziam, Simatou, Tapaday, Sirlawé... Ils seront 3000 en 1983. Ils viennent sans bétail, ni charrues. Ce sont des jeunes, souvent célibataires. Leurs villages ont un aspect inachevé, ce sont en fait des « campements rizicoles ». À partir de 1982, un « service Animation », créé par la Semry, organise le déplacement de ces populations, issues du sud du Mayo-Danay et du Kaélé, vers des « villages satellites » construits à la périphérie des nouvelles rizières. À ces mouvements encadrés s’ajoutent des migrations spontanées déclenchées par l’aggravation de la sécheresse plus au nord. L’afflux est tel pendant cette période que le potentiel cultivable est utilisé dans sa quasi-totalité. Les attributions de parcelles doivent être limitées à un quart d’hectare par agriculteur en 1984-85.

30Les grands travaux de SEMRY-II modifient considérablement le milieu des yayrés, ennoyant un vaste espace et mettant hors d’inondation des surfaces plus vastes encore au nord et à l’ouest du Vrek.

31La mise en œuvre du projet aboutit à un changement d’affectation des terres : détérioration des pâturages au nord et création d’un potentiel piscicole avec le lac de Maga. Les superficies ennoyées varient de 15000 en basses eaux à 35000 hectares pendant les crues. La zone de marnage est utilisable pour les cultures de décrue et les pâturages. On pense un temps y aménager des polders derrière des digues. La direction de SEMRY-II, installée à Maga, est amenée à s’adjoindre des services de promotion d’activités annexes : pêche et élevage.

32Démarrée en 1979, la riziculture est pratiquée selon les mêmes modalités que SEMRY-I, mais grâce aux réserves d’eau, la double campagne y est presque partout possible. Les Musgum de Pouss ont déjà acquis une expérience de la culture du riz, à la différence des migrants installés à Maga et dans les « villages satellites ». Ces derniers se familiariseront pourtant assez vite avec les techniques de repiquage.

33Jusqu’en 1982, les résultats sont sensiblement inférieurs à ceux de SEMRY-I, mais entre 1983 et 1989, les performances deviennent très proches, avoisinant les 50 quintaux/ha. À la suite de SEMRY-I, SEMRY-II démontre la possibilité technique d’atteindre de bons rendements dans le cadre de vastes aménagements hydro-agricoles, mais qui ne sont pas sans dégrader le milieu et perturber les sociétés en place.

SEMRY-III, la riziculture en petits périmètres villageois

34Depuis 1970, l’économie agricole du Logone-et-Chari, département le plus septentrional de la province, est gravement touchée par des successions d’années sèches. En 1976, un accord entre le Cameroun et le FED (Fonds européen de développement) permet la mise à l’étude des potentialités d’irrigation à partir du système Chari-Logone. Il en résulte l’élaboration d’un « Projet Logone-et-Chari » confié à la Semry en raison de la place occupée par la riziculture, ce sera SEMRY-III. Il lui est fixé un objectif : résoudre le déficit alimentaire croissant du département. Il diffère ainsi des deux autres projets qui visent la satisfaction d’un marché national. Il s’appuie sur la réalisation d’aménagements villageois plus restreints. Les casiers sont établis à proximité de villages ou de grappes de villages en bordure du fleuve. Chaque casier doit disposer de sa propre station de pompage pour une exhaure très importante durant la saison sèche, et souvent nécessaire pendant la saison des pluies en raison de la présence de bourrelets de berge.

35Le « Projet Logone-et-Chari », lors d’une première phase (1978-1983) réalise quatre casiers aménagés près des principales agglomérations : Logone-Birni (124 ha), Kousseri (235 ha portés ensuite à 370, puis à 470 ha), Goulfey (215 ha) et Goulfey-Gana (105 ha). Pendant la seconde phase (1983-1988), les travaux sont accélérés pour faire face à la demande pressante qu’engendre la pénurie alimentaire associée à la sécheresse. De nouveaux casiers sont ouverts, successivement à Ndou, près de Kousseri (170 ha), à Zimado (400 ha au lieu des 100 initialement prévus), à Moulouang (125 ha), puis à Kidam, Mara et Hillélé (100 ha chacun). Le projet prévoit aussi de petits périmètres irrigués en bordure des défluents temporaires du Chari, le Serbéwel et l’El Beïd. Une dizaine de sites sont sélectionnés, mais le coût des investissements pour des implantations très aléatoires obligent à différer cette troisième phase.

36Les périmètres irrigués de SEMRY-III ne sont pas destinés uniquement à la riziculture. Elle ne peut valablement se pratiquer que durant la saison des pluies, avec des frais de pompage plus faibles. Pour la saison sèche, le projet envisage initialement la rentabilisation par des cultures mieux valorisées (oignons, piments, gombo...) ou faiblement irriguées (blé, maïs, sorghos repiqués et niébés). Les résultats de cette diversification sont mitigés. Le marché est trop restreint et les prix trop fluctuants. Le riz demeure donc la culture dominante de ces périmètres villageois. Ce choix est aussi imposé par une forte demande du marché local et par la pression accentuée des cultivateurs pour l’obtention de parcelles.

37Pour faciliter l’approvisionnement du marché et l’accès à la riziculture du plus grand nombre d’agriculteurs, les attributions de parcelles s’établissent sur la base d’un quart d’hectare par exploitant. Les livraisons à la Semry ne sont exigées que sur la valeur forfaitaire des prestations, soit 5 quintaux par piquet, le reste peut être gardé pour la consommation familiale ou vendu librement. Dès les premières années, le projet enregistre d’excellents résultats en production. Les estimations de rendement par campagne atteignent parfois 60 quintaux à l’hectare. SEMRY-III fournit jusqu’à 12500 tonnes de paddy lors de la double campagne de 1985-86, avant que les difficultés de la Société n’obligent à réduire les surfaces irriguées durant la saison sèche. Plus de 5000 familles du Logone-et-Chari tirent alors leur nourriture et une partie de leurs revenus de réalisations hydro-agricoles qui se trouvent ainsi justifiées plus par leur caractère social que par leurs objectifs économiques.

38Entre 1972 et 1986, près de 13500 hectares de rizières ont été aménagés avec une maîtrise complète de l’eau. Le montant total des investissements se situe en fin de période entre 35 et 40 milliards de F CFA. La production maximale est atteinte en 1985-86 avec une estimation de 103000 tonnes de paddy, 7,8 tonnes par hectare aménagé, pour une valeur brute de 610000 F et un revenu au riziculteur de 370000 F CFA/ha après retrait des redevances. Au moins 25000 familles du nord du Mayo-Danay et du Logone-et-Chari travaillent alors dans les rizières. Le riz est devenu, après le coton, le principal producteur de revenu agricole dans la province.

39Les trois projets SEMRY apparaissent comme une réussite technique qui, pour se confirmer, devrait aboutir à la mise en culture de 20000 hectares en double campagne pour une production dépassant les 150000 tonnes de paddy et suffisante pour couvrir les besoins du marché national.

40L’évolution de la Société après 1985 contredit de telles perspectives à la fois pour des raisons conjoncturelles et aussi à cause des carences dans les structures de production mises en place.

Crise et difficultés d’adaptation du système Semry

41Depuis les débuts de la Semry, la riziculture dans l’Extrême-Nord est conçue en fonction d’un double objectif. Le premier est d’ordre économique à l’échelle nationale : approvisionner les populations urbaines. Le second vise une amélioration des revenus des paysans de la province. La Semry se doit, avec l’appui des aides extérieures, d’atteindre ces objectifs tout en s’efforçant de parvenir à un équilibre financier.

Instabilité du marché et difficultés financières

42Le paddy acheté aux agriculteurs est transformé dans les rizeries Semry de Yagoua, Maga et Kousseri. Les produits blancs (riz marchand et brisures) et les sous-produits sont ensuite écoulés sur le marché par l’intermédiaire du commerce privé. Ces ventes constituent l’essentiel des recettes normales de la Société. Il est nécessaire que des débouchés réguliers et à un bon niveau de prix garantissent son équilibre. Il lui faut, pour cela, récupérer auprès des riziculteurs l’essentiel de leur production malgré la concurrence de circuits parallèles, tout en recouvrant le montant des redevances de la campagne. Il convient aussi que le prix de revient des produits finis soit à un niveau comparable à celui des cours mondiaux. Malheureusement ces impératifs sont rarement réunis et la Semry se trouve continuellement confrontée à des difficultés financières.

43Le premier problème concerne les coûts de production et le prix de revient du paddy. Pour assurer une régularité de l’approvisionnement, la Société garantit des prix d’achat qu’elle s’est vu contrainte d’augmenter à plusieurs reprises pour suivre les cours des productions vivrières locales. C’est ainsi que le kilogramme de paddy est payé 18 F CFA en 1973, 28 F en 1974, 37,50 F en 1977, 55 F en 1980, 62 F en 1983, 78 F en 1985.

44En même temps, le montant de la redevance augmente puisqu’il est toujours calculé forfaitairement sur la valeur de deux tonnes de paddy par hectare. Malgré cette progression des prix, il est tentant pour certains riziculteurs d’écouler tout ou partie de leur production sur le marché parallèle si les cours pratiqués y sont assez élevés. La Semry perd alors le montant des redevances et une partie de son approvisionnement donc de ses recettes après usinage. Le marché parallèle du riz est particulièrement actif dans les périodes difficiles pour l’agriculture sous pluie, entre 1981 et 1985.

  • 2 S'y ajoutent les apports de deux projets situés dans l'Ouest : la Soderim (plaine des Mbo dans le (...)

45La plus grave difficulté à laquelle se trouve confronté le système Semry reste celle des débouchés sur les marchés de consommation. Le riz de l’Extrême-Nord vise les marchés de Yaoundé et de Douala. La demande s’accélère pendant les années 1970 pour atteindre 10 kg par habitant et par an, soit un total de 85000 tonnes vers 1980. Les prévisions de consommation portent alors sur 14 kg par habitant et un total de 150000 tonnes en 1990. Ces chiffres moyens masquent l’essor très soutenu du marché urbain où les besoins dépassent les 25 kg par habitant et par an. Cette demande ne peut être satisfaite entièrement par la production nationale, assurée en grosse majorité par la Semry2. Il est donc nécessaire d’importer un tonnage complémentaire de riz qui peut avoisiner la moitié des besoins. Les licences d’importation sont alors calculées selon un système dit de « jumelage », sur cette complémentarité entre production nationale et fournitures extérieures. Mais ce principe s’applique très mal, d’abord en raison de la distance et donc du coût de transport des périmètres Semry aux grandes villes du Cameroun, et surtout à cause des prix nettement inférieurs des riz importés, à l’entrée du port de Douala. Les commerçants ont tout intérêt à favoriser l’entrée de ces riz et ainsi à contourner les limitations imposées par l’État. La collusion grands commerçants et hauts fonctionnaires va condamner à terme la Semry.

46À partir de 1980, les importations camerounaises de riz augmentent brusquement pour approcher, voire dépasser les 200000 tonnes par an. Les entrées par Douala sont aussi destinées aux pays enclavés voisins, Tchad et RCA, et aussi au Nigeria. Toutefois, la majeure partie est consommée dans le pays. Heureusement, pendant cette période, le Nigeria offre un débouché de substitution pour le riz de l’Extrême-Nord et, sur place, la sécheresse crée une tension durable sur le marché vivrier, toujours très ouvert aux circuits parallèles de commercialisation du paddy comme aux produits blancs de la Semry.

47En 1985, le débouché nigérian se ferme et l’abondance des productions de l’agriculture sous pluie limite fortement les ventes de la Semry. Les stocks de paddy et de produits usinés s’accumulent au point qu’en 1987, au plus fort du contingentement du marché du Nigeria, ils représentent l’équivalent d’une année de production. Il s’agit de véritables collines de stocks sous bâches qui marquent le paysage. Au moment où les trois projets de développement atteignent leur extension maximale et approchent leur plein potentiel productif, la Semry se trouve privée des ressources financières normales. Il faut l’aide de l’État pour acheter le paddy aux riziculteurs.

48En 1988, le « jumelage » est remplacé par un système dit de « péréquation ». Un prélèvement opéré sur les produits importés est destiné à les mettre au même niveau de prix que le riz camerounais en alimentant les subventions qui lui sont destinées. Le gouvernement est chargé de fixer les prix de référence et les quotas d’importation. Les années suivantes révèlent l’inefficacité de la « péréquation » confrontée aux circuits parallèles d’importation échappant aux prélèvements par péréquation. Le riz de la Semry reste nettement défavorisé par un prix de revient trop élevé, mais également par sa qualité médiocre, le manque de moyens entraînant un sous-entretien et une dégradation du matériel d’usinage. La situation financière de la société continue de se détériorer.

49La société n’achète plus systématiquement le paddy aux producteurs, laissant jouer la concurrence du marché libre. Elle n’est preneuse que lorsque les prix sont bas, proches d’un plancher fixé à 36 F CFA le kilogramme. Il s’agit d’un véritable désengagement puisque l’approvisionnement des grandes villes du Cameroun méridional n’est plus envisagé et que le débouché naturel devient le marché régional, en concurrence avec les autres céréales : mil, sorgho et maïs. La Semry entre dans une logique de « libéralisme » qui accepte les aléas du marché mondial (en l’occurrence nigérian), alors qu’elle est bien peu armée pour le faire. Dans ces conditions, la production en double campagne est une gêne. Il est possible de se limiter à la période où l’irrigation est la moins coûteuse : la saison des pluies à SEMRY-I et SEMRY-III et la saison sèche à SEMRY-II. Ainsi, le potentiel de production est au maximum entre 50000 à 60000 tonnes de paddy, soit 40000 tonnes de produits blancs.

50La conséquence est que les taux de recouvrement des redevances s’effondrent car on ne peut plus prélever à la source. Le système Semry, contraint à l’intensif, est conditionné par le maintien d’un outil de travail lourd, coûteux en matériel et techniciens. Sa pérennisation ne peut passer que par des « réhabilitations » successives soutenues par des bailleurs de fonds.

51En 1989, à la suite de rumeurs concernant la fermeture de la Semry, le recouvrement des redevances est au plus bas. Les impayés cumulés s’élèvent, fin 1990, à 2,4 milliards de F CFA.

Les tentatives de réorganisation de la Semry (1987-1997)

52Pour les riziculteurs, 1987 est l’année du déclin de la Semry, sanctionné par le départ des expatriés de l’assistance technique, la suppression de la double récolte et le paiement différé des récoltes. En 1987, la décision est prise d’abandonner la fonction commerciale ; elle sera appliquée à partir de 1989 et totalement effective en 1991.

53On prône les « groupements paysans » comme panacée aux maux de la Semry, mais leur mise en place artificielle ne résout rien.

54Pour faire face aux difficultés croissantes, l’État camerounais et les organismes de coopération français et européens décident en 1989 d’appliquer un plan de redressement sur une période de quatre ans. Ce plan propose une réorganisation complète du système Semry et une redéfinition de ses objectifs. Il part du principe de rétablir l’équilibre financier de la société sans subventions de l’État, autrement dit un autofinancement et une prise en charge des frais de production par les riziculteurs eux-mêmes.

55Afin d’alléger ses charges, la Semry ne garde que l’entretien des aménagements hydrauliques, la fourniture de l’eau et le labour des rizières ; les autres tâches, qu’elle assurait jusqu’alors, sont transférées aux riziculteurs, dont les redevances se trouvent ainsi réduites. Les engrais, vendus au comptant, ne sont plus subventionnés. Des économies sont aussi réalisées. L’État et des bailleurs de fonds imposent un transfert de responsabilité au secteur privé et aux organisations de producteurs. Le secteur privé prend naturellement les activités à rentabilité immédiate.

56La commercialisation du paddy par les commerçants locaux et nigérians est rapidement mise en place par leurs réseaux de rabatteurs (dilaali). Les marchés de Maga et de Guirvidig deviennent très animés lors des périodes de récolte, avec la venue de bambe, manœuvres de la région et du Tchad.

57Les circuits demeurent les mêmes, le marché frontalier de Banki au Nigeria pour le paddy, ceux de Maroua, relais vers le sud et la RCA, pour les produits blancs et, de façon plus anecdotique, de Pouss, d’où partent de grandes pirogues à moteur, à destination de N’Djamena et du Soudan.

58Les résultats de cette évolution apparaissent assez différents selon les périmètres rizicoles. À SEMRY-I, les riziculteurs masa, qui malgré les tensions périodiques s’accommodaient d’un encadrement assez serré, déplorent cette déprise de la Semry car les Masa répugnent à entrer dans une commercialisation libre du paddy, dont ils ne maîtrisent pas les circuits. À SEMRY-II et III, la société musgum, en fin d’islamisation et encadrée par de puissantes chefferies, de même que les Kotoko, apprécient d’être plus directement associés aux circuits de vente.

59Avec l’arrêt progressif des activités des unités de décorticage de la Semry entre 1989 et 1992, l’usinage privé du riz s’est tout aussi rapidement développé. En 1989, on recensait 13 décortiqueuses à Maga ; en 1990, on en compte 26 pour 19 entrepreneurs (machines indiennes, italiennes et chinoises) installés autour du marché. Ils emploient une soixantaine de personnes et traitent 6000 à 7000 tonnes de paddy dans l’année.

  • 3 En 1997, la production moyenne est de 33 sacs par jour, de 700 à 800 F CFA le sac.

60La qualité du produit, qui contient beaucoup de brisures, est médiocre. Toutefois, le coût de la transformation est suffisamment réduit pour mettre le riz en bonne concurrence avec le mil sur les marchés de la région. La décortiqueuse s’avère un investissement « social » de fonctionnaires ou de commerçants, pour aider un membre de leur famille. Dès le départ, une surcapacité impose une dispersion géographique des décortiqueuses. Seules 7 restaient en service à Maga3 en 1997.

61La restructuration s’accompagne, de 1990 à 1993, d’un « contrat de performance ». Il affiche un maintien des performances agronomiques, entre 4 et 7 tonnes par hectare et le transfert de la production semencière et de l’entretien des réseaux tertiaires aux groupements paysans. Il se traduit surtout par une accélération de la compression des agents de la Semry qui passent de 1700 en 1985 à moins de 200.

62Le « contrat de performance », mal compris, suscite un grand nombre d’aigris, qui se transforment en agitateurs, contribuant à politiser les problèmes de la société. Ce plan de redressement ne pourra pourtant enrayer sa dégradation. En 1993, la société est pratiquement en cessation de paiement, remettant en cause « les fondements d’un système sans doute trop administré, rigide et peu enclin à déléguer ».

63La multiplication des missions d’appui reflète le désarroi des bailleurs de fonds et des pouvoirs publics. En juin 1996, les pouvoirs publics, hésitants, penchent pour déléguer les activités agronomiques aux groupements avec un « titre d’usage foncier » et confier l’unité technique Semry à un groupe d’entrepreneurs et d’élites locales. On dut faire machine arrière devant « l’immaturité des groupements », « l’incompétence » des élites et l’arrivée en force des partis d’opposition.

64En 1996-97, la spécificité des problèmes de chacun des périmètres Semry est reconnue. L’autonomie des trois Semry est alors décidée, à chacun de trouver sa propre formule de réorganisation.

Vers une riziculture paysanne ?

65Depuis l’époque du « Secteur de modernisation », les relations entre les riziculteurs et l’encadrement sont fondées sur la défiance, des tensions, pouvant parfois déboucher sur de véritables conflits. Ils traduisent, au début, les divergences d’intérêts entre des paysans attachés à leur agrosystème vivrier et un organisme public s’efforçant d’atteindre des objectifs de portée nationale.

66Les différends portent d’abord sur la question foncière. Les terrains occupés par les aménagements rizicoles, casiers et retenue d’eau, échappent au contrôle des communautés villageoises. Masa et Musgum perdent ainsi des zones de parcours de bétail, de cultures, de pêche de décrue (près de 500 km2), ce qui désorganise – quand ils n’ont pas disparu – leurs terroirs. Les paysans du Mayo-Danay ne sont utilisateurs des rizières que dans la mesure où ils se conforment aux directives de l’encadrement et payent leurs redevances forfaitaires, faute de quoi ils s’en trouvent exclus.

67Depuis le début, l’attribution des piquets est quasiment laissée à la discrétion de l’encadrement et il y a donc toujours eu un « véritable marché des piquets », conséquence de l’objectif productiviste de la Semry. Les demandeurs solvables sont choisis, au détriment de certains paysans. La fraude est généralisée, les attributaires de parcelles disparaissent avec leur récolte, comme ceux dont la production est inférieure à la redevance. Ils commercialisent alors leur paddy sous le nom d’un autre (faussant au passage partiellement le résultat des rendements). Ils réapparaîtront sous une autre identité dans d’autres casiers.

68La paysannerie, dessaisie de la maîtrise de son système de production, la terre, des phases techniques et du matériel, a naturellement tendance à tricher sur ce qui lui reste d’indépendance. On comprend dès lors que, lorsque la Semry fera appel à des groupements paysans, ils ne pourront être construits sur de telles pratiques. Expulser les riziculteurs endettés, pour les remplacer par des « étrangers » remet forcement en cause la stabilité des groupements. À supposer qu’ils aient voulu jouer le jeu, ce « nomadisme rizicole » rend impossible leur fonctionnement.

69Pour assainir la situation foncière sur les périmètres, on procède à une forme de remembrement. À SEMRY-II, après l’arrêt de la double récolte en 1987 et 1988, il s’agit de faire repartir les allogènes, les Tupuri en particulier, les citadins, et de redonner la terre aux paysans musgum. Après 1987, la majorité va rentrer chez eux. En 1997, il ne reste que quelques centaines d’entre eux, toujours dans leurs mêmes « campements ».

70Au contentieux foncier s’ajoutent des difficultés quasi permanentes entre les riziculteurs et l’encadrement, trop souvent perçu comme un simple relais d’une autorité supérieure qui ne se préoccupe que des intérêts de la société, ignorant les impératifs du reste de leurs activités. Les tensions s’accentuent au moment des goulots d’étranglement du calendrier cultural. Elles se manifestent aussi en fin de campagne lors de la commercialisation, quand il faut rembourser les forfaits. Leur montant s’élève aux environs des 40 % de la production moyenne, soit la valeur de 20 quintaux par hectare cultivé pour un rendement de 50 quintaux. En cas de mauvaise récolte, le revenu chute, il peut même se traduire, s’il y a déficit, par un endettement jusqu’à la campagne suivante. Dans de telles conditions, le riziculteur est tenté d’écouler sa production sur le marché parallèle, sans payer sa redevance. La question des impayés est toujours restée un handicap pour l’équilibre financier de la Semry.

71Pendant les années relativement favorables précédant la crise de 1986, les exploitants rizicoles se répartissent en trois catégories. Une minorité, qui peut avoisiner le quart du total, obtient des résultats intéressants (assez souvent plus de 60 quintaux à l’hectare). Le groupe le plus important, environ la moitié, correspond à des résultats plus proches de la moyenne générale (40 quintaux/ha), mais assez irréguliers d’une campagne à l’autre. Le dernier quart est constitué de producteurs occasionnels ou peu motivés qui ont tendance à disparaître sans régler leurs forfaits. Cette catégorie peut englober des non-agriculteurs ou des prête-noms travaillant pour des notables ou des fonctionnaires. D’une façon générale, les résultats des riziculteurs de la Semry ont toujours été caractérisés par une forte hétérogénéité. Cette situation entraîne des périodes de découragement et des rapports tendus avec l’encadrement.

72Après 1987 et 1988, la Semry n’est plus en mesure d’assurer les services qu’en attendent les riziculteurs. L’irrigation est déficiente par suite de la vétusté des stations de pompage, les labours motorisés « à façon » fonctionnent mal, les crédits de campagne sont suspendus. Les paysans rechignent de plus en plus à payer la redevance. Lors de la libéralisation des prix en 1988 et 1989, les revenus agricoles chutent d’autant plus que la deuxième campagne rizicole a été supprimée. Le prix de la redevance baisse, mais elle est encore jugée trop lourde. Toutefois, du côté de la Semry, les charges fixes se maintiennent, entraînant un déficit chronique. En 1990, les paysans font même la « grève des redevances », moins d’un tiers sont réglées lors de cette campagne. Cette même année, l’endettement touche plus de 80 % des riziculteurs. « L’endettement, plaie de la Semry » revient dans de nombreux rapports. À Maga, en 1990, pour les casiers Maga-Est, Pouss, Guirvidig, les riziculteurs dont le montant de la dette est supérieur à 21500 F CFA/ha perdent leur parcelle. En revanche, les riziculteurs qui n’ont pas de dette peuvent doubler leur surface. Mais 4454 riziculteurs sur 5839 sont endettés. En 1992, le recouvrement des redevances est de 58 % pour la saison des pluies (SEMRY-II) et seulement de 13 % pour la même campagne à SEMRY-I.

73En 1993-94, le système d’attribution provisoire - en attendant que l’endetté rembourse - est supprimé. On ne veut dans les rizières que les cultivateurs « les plus performants ». Si l’endettement conduit à l’exclusion et l’exclusion forcément au mécontentement, on comprend l’aggravation du passif accumulé par la Semry.

74Pourtant, déjà à partir de 1983, la Semry avait entrepris une réforme complète de ses relations avec les riziculteurs en lançant une expérience de « structuration paysannale », profitant de la réhabilitation et du remembrement des « casiers » compris dans le périmètre de SEMRY-I. Les « piquets » sont attribués à des exploitants clairement identifiés, en fonction de la main-d’œuvre disponible dans leur zina (enclos familial). La propriété du sol reste à la Semry, mais le droit d’usage des attributaires est confirmé et matérialisé par un bornage. Les paysans sont regroupés par farana, entité qui correspond au groupe d’entraide pour le gardiennage des troupeaux. Cette structure pseudo-traditionnelle semble la plus fonctionnelle pour la société masa, fortement individualiste. Chaque farana prend la responsabilité de tâches qui incombaient jusque-là à l’encadrement de la Semry : création et exploitation des pépinières, distribution des intrants, commercialisation du paddy.

75La gestion des groupements nécessite la formation de responsables, choisis par les membres. Le service de « structuration paysannale » organise des stages d’alphabétisation en langue masa et d’apprentissage des techniques simples de comptabilité. Les économies réalisées par la société sont répercutées sous forme de ristournes aux groupements, qui peuvent en user pour des investissements collectifs. Ces principes seront mis en application entre 1983 et 1987, au fur et à mesure de la réhabilitation des casiers de SEMRY-I. Les difficultés ont toutefois tendance à s’aggraver avec la crise de mévente du riz, les lenteurs dans le paiement du paddy et l’accumulation des redevances impayées dont la responsabilité incombe désormais aux farana.

76À partir de 1988, le désengagement de la Semry conduit à la généralisation des groupements tant à Maga qu’à Yagoua. Alors que leur création devrait relever du volontariat et d’un engagement contractuel avec la société, ils deviennent obligatoires avec tout ce que cela suppose comme contraintes et comme réticences.

77En 1989, on compte 70 groupements sur la base des farana pour les 7400 riziculteurs de SEMRY-I. La volonté de ne plus appréhender le « planteur » comme producteur, mais de le replacer dans la société villageoise constitue la base de la démarche pour le « groupement paysan ». Toutefois, que ce soit pour SEMRY-I avec le farana, SEMRY-II avec le quartier ou le « village satellite », la recherche de la cohésion optimale pour gérer l’eau et payer les forfaits est faussée par des contraintes techniques. Il faut que le quadrillage social se conforme au quadrillage hydraulique, que le farana coïncide avec une unité tertiaire hydraulique. L’obligation d’occuper en continu l’espace irrigué oblige l’encadrement Semry à remplacer les manquants. À cela s’ajoutent les riziculteurs absentéistes, les « compressés » de la structure qui se font attribuer des piquets... Ces attributaires « flottants » empêchent que fonctionne toute organisation, basée sur des liens de parenté ou de cohabitation. Mais les objectifs productivistes de la Semry se sont longtemps accommodés de ces exactions pourvu que le paddy soit livré.

78Les groupements de la Semry, avec président et bureau, représentants des femmes... mais toujours sans reconnaissance juridique, ne sont au mieux qu’un échelon de communication interne. Au niveau des groupements, il n’existe pas de solidarité dans le paiement des redevances, pas ou peu de travaux collectifs, aucun approvisionnement ou vente en commun sur le marché. Le comportement de ces organisations est moins de prendre en charge des fonctions de production que de revendiquer des services auprès des structures d’appui. La « responsabilisation des planteurs » est un mot d’ordre de la structure, mais l’on feint de croire, au niveau des bailleurs de fonds, qu’il correspond à une aspiration paysanne. De plus, la phase de responsabilisation correspond, malheureusement, à une chute des revenus. On passe de 200000 F par piquet en 1986 avec la double récolte, à 50000 F en 1988 avec une seule culture, les prix ayant chuté à 45 F CFA le kilo, soit un revenu divisé par quatre. Une question de fond se pose : peut-on faire reposer l’exploitation intensive et capitaliste des périmètres sur des règles lignagères consensuelles, elles-mêmes en pleine mutation ?

  • 4 La caution solidaire est un accord passé entre cultivateurs qui s’engagent à effectuer ensemble un (...)

79En 1991, l’arrêt des achats de paddy par la Semry entraîne la cessation brutale des opérations de restructuration paysannale. Le centre de formation des responsables de groupements de Vounaloum est fermé la même année. La ristourne, qui dotait le groupement de crédits, n’ayant plus cours, les fonctions spécifiques du groupement sont abandonnées. La « caution solidaire » copiée sur la Sodecoton et qui n’a jamais bien fonctionné, devient caduque4.

  • 5 Il y avait 178 groupements sur le principe de la « libre association » à SEMRY-I. Quant à SEMRY-II (...)

80En 1996-97, on assiste de la part de la Semry à une véritable désaffection pour les groupements5. La « découverte » des paysans masa et musgum n’a pas duré. À la vision productiviste antérieure s’est substituée une vision mécaniste (hydrauliste) minimale qui prétend sauver l’essentiel avec l’aigadier, promu homme providentiel.

1997-1998, que faire de la Semry ?

81« La Semry est en crise » et cela se dit ouvertement depuis 1992. Les bailleurs de fonds se montrent de plus en plus circonspects, mais au Cameroun, le problème devient politique.

  • 6 Problèmes de la riziculture dans la vallée du Logone, causes internes, externes, conséquences et pr (...)

82Le 25 juillet 1997, une réunion a eu lieu à Maroua, autour du ministre de l’Agriculture, pour évoquer l’avenir de la Semry6. Le réquisitoire est sévère : lourd endettement de 5,5 milliards de F CFA engendré par une structure financière inadaptée et une perte au niveau des redevances. Le rapport prend note de l’échec du programme d’assainissement dans le cadre du « contrat de performance ». Le coût des prestations a toujours été inférieur au coût réel et les délais de recouvrement trop longs et partiels. Les problèmes techniques sont soulignés comme la dégradation des réseaux hydrauliques et l’insuffisance des moyens mécaniques de labour. Le rapport dénonce la destruction d’ouvrages, le non-respect des tours d’eau, des techniques culturales, du paiement des redevances et, enfin, la démobilisation du personnel d’encadrement. Il évoque encore les relations conflictuelles de la Semry avec les paysans, ainsi que leur politisation.

83Les réponses, qui prennent acte du désengagement de l’État, s’apparentent plutôt à des vœux : assainissement du climat social, règlement du contentieux avec le personnel victime de compressions, création d’un cadre de concertation Semry-paysans. La société serait réduite à trois unités : une unité de prestation pour l’irrigation, une autre d’appui technique au paysannat et le maintien d’une direction comme autorité foncière.

84Le rapport évite deux questions majeures : « la gestion foncière » des périmètres et comment redonner la terre aux paysans, et le problème de la régulation des importations, afin de permettre la double culture, seule susceptible de rentabiliser cette culture si on la maintient dans un cadre hérité de la Semry.

85Pour leur part, les bailleurs de fonds, CFD, FED et BM, ont arrêté la course à l’avant des réhabilitations, tout en cherchant à maintenir l’outil de travail. Les chiffres des services de la Semry (malgré tout en attente d’une reprise-réhabilitation) se veulent plutôt optimistes. Pour l’exercice 1996-97, les superficies cultivées seraient de 5306 ha pour SEMRY-I et de 5856 ha pour SEMRY-II, avec des productions respectives de 23888 tonnes et 18315 tonnes. Le rendement tombe en dessous des 4 t/ha. Quant aux chiffres des taux de recouvrement de la redevance, ils semblent peu fiables.

86Sur le terrain, les labours sont toujours mal faits et en retard. Il faut planer à la houe, les canaux ne sont plus faucardés, l’approvisionnement en engrais reste incertain. Les quéleas font de gros dégâts et obligent à des surveillances coûteuses. Comme pour les sorghos, les semences sont prélevées sur la récolte du paysan. On ne pratique plus guère le repiquage en lignes et la deuxième récolte n’est réalisée que sur des surfaces restreintes et seulement à SEMRY-II. On s’éloigne sensiblement du modèle normatif intensif avec la pratique du riz dit Allah hokki (Dieu donne) qui tend à se répandre. Après avoir coupé le riz de saison des pluies, on irrigue la parcelle pendant la saison sèche et ainsi le riz repousse partiellement sans autre intervention qu’un rapide désherbage. Les rendements ont alors fortement chuté : 30 à 35 sacs contre 50 à 55 sacs il y a une dizaine d’années.

  • 7 La location d’un piquet avec pépinière revient à 80000 F CFA alors que la redevance est de 38000 F (...)

87Le riz devient une culture de « riche »7. Son repiquage réclame toujours autant de main-d’œuvre et le recul des prestations de la Semry impose un surcroît de travail. Une disponibilité de trésorerie en début de campagne pour les frais de main-d’œuvre et les intrants s’avère plus déterminante que par le passé. Pour tirer le meilleur parti de la récolte, il faut aussi avoir les moyens de la stocker. La volonté de contrôler les « étrangers » sur les casiers est plus affirmée et on ne leur laisse qu’un piquet. Toutefois, le trafic d’influence reste inscrit dans les mœurs et ce au bénéfice des gens de la chefferie, des commerçants et de certains fonctionnaires locaux. En dépit de ces aléas, la volonté de faire du riz demeure intacte. Le riz est un palliatif pour les déçus de la Sodecoton en raison des paiements différés de ces dernières années. Il reste un recours si les cultures sous pluie s’avèrent très déficitaires. C’est également avec la crise une soupape de sécurité pour les retours au village.

88Les périmètres de la Semry peuvent aussi se révéler très utiles à l’avenir - comme ils l’ont démontré entre 1983 et 1985 - face à de nouveaux stress climatiques. Quatre décennies de riziculture ont modelé de nouveaux paysages ruraux et ces aménagements rizicoles correspondent à des investissements considérables. Ils ont surtout introduit dans la province une activité difficilement remplaçable. Peut-on se passer de la riziculture en 1998 ? non, et de la Semry ? c’est bien à cette question que ne semblent vouloir répondre ni les bailleurs de fonds, ni les pouvoirs publics.

89Les objectifs économiques fixés à la Semry lors de sa création en 1971 n’ont pu être sinon atteints, du moins maintenus, malgré la réalisation des périmètres rizicoles qui avait été prévue. La première explication avancée tient à l’inadéquation entre une production très encadrée et un marché national très peu protégé.

90La Semry est une structure qui apparaît en 1998 historiquement très marquée. Elle découle d’un « paquet technologique » cohérent dont la réussite productiviste est évidente à travers les rendements obtenus. La Semry a été présentée comme un modèle de colonisation organisée et un pôle de développement régional. Ce système de culture « anti-aléas » s’inscrivait dans une logique d’autosuffisance alimentaire, elle-même dictée par un contexte de stress climatiques. Ce modèle était, de plus, reproductible : SEMRY-I, II, III...

91Pour faire face à la crise de 1987, la lourde techno-structure Semry a cru voir son salut dans une « responsabilisation des planteurs ». Le programme de redressement (1989) se devait d’aboutir en passant par une baisse des prix de revient liée à une véritable prise en charge de la production par les groupements de paysans. L’avenir de la Semry, comme d’ailleurs celui de la Sodecoton après 1993, va dépendre des groupements de paysans. Toutefois, ces groupements artificiels pouvaient difficilement prendre en charge l’héritage de ces sociétés para-étatiques et ce dans le cadre socio-politique régional. Cet intérêt pour l’association des populations devait se relâcher avec la fin du monopole d’achat de la Semry, preuve que les motivations étaient de garantir un transfert des charges de la structure vers les « planteurs » plutôt que d’assurer la réelle émergence d’un partenariat villageois.

92La Semry reprise par la « cohérence technologique » évolue ces dernières années vers la poursuite de la responsabilisation devenue « professionnalisation » des riziculteurs, avec un vague projet de sécurisation foncière et un retour sur des impératifs hydrauliques servant une chaîne opératoire toujours aussi exigeante. Maintenir les aménagements et organiser la police de l’eau au niveau des mailles hydrauliques semblent des priorités.

93Mais, de fait, quelle est la vraie nature des rapports paysans-Semry et a-t-elle évolué dans le temps ? La tendance agro-industrielle toujours sous-jacente du projet a donné aux producteurs un statut proche du salariat. Ce que l’on veut parfois occulter c’est que ce statut de salarié - même à risque - les paysans s’en accommodaient plutôt bien.

94Les paysans n’envisagent pas une riziculture sans Semry. Pour eux, il y a eu un âge d’or de la Semry-providence. Ils réclament un retour à cette époque d’assistanat et d’argent facile.

95Dans les sociétés rurales du nord du Cameroun, on ne remet pas en cause les « genèses », elles ont valeur de chartes de cohabitation intangibles. Là réside sans doute le plus grand malentendu.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Arditi (C.), Baris (P.), Barnaud (M.), 1983 — Évaluation socio-économique du projet Semry au Cameroun. Paris, Min. Coop. Dév., 133 p. + annexes.

Arditi (C.), 1986 — « Quelques réflexions socio-économiques sur la riziculture irriguée dans le Nord-Cameroun. (SEMRY-I et SEMRY-II). » In : Aménagements hydro-agricoles et systèmes de production, Com. n° III-14, 16-19 décembre 1986, 24 p.

Barrault (J.), 1966 — La riziculture dans le Nord-Cameroun. Yaoundé, Le Cameroun agricole, pastoral et forestier, n° 101 : 33-37.

Barrot (P.), 1991 - Quand l’État « responsabilise ses paysans ». Bulletin de presse Syfia n° 27.

Belloncle (G.), 1983 — Propositions pour la mise en place d’organisations de producteurs « partenaires » dans le cadre de SEMRY-I. Mission SCET-Agri.

Belloncle (G.), 1984 — La mise en place d’organisation de producteurs « partenaires » liée à la réhabilitation physique du casier I de SEMRY-I. Rapport de mission, avril 1984.

Bernard (A.), 1985 — Étude de la société Massa du Nord-Cameroun. Univ. de Tours, DEA en sciences sociales appliquées au développement, 95 p. + annexes.

Bernard (A.), 1989 — Impact de la riziculture et d’une opération de mise en place d’organisations paysannes sur la société masa du Nord-Cameroun. Thèse univ. de Tours.

Berut (F.), 1987 — Les groupements de riziculteurs de Yagoua. Ministère de la Coopération, INA-Paris Grignon, 52 p.

Berut (F.), 1990 — Le rôle des groupements villageois dans le développement local du Nord-Cameroun. Paris, Grignon, thèse doct. INA.

Bikoi (A.), 1983 — Les paysans riziculteurs du périmètre Semry I. Doc. 83-187.

Boitias (M.), 1989 — La Caisse Populaire Coopérative de Yagoua (C. P. C. Y.). Étude des groupements villageois. Maroua, AFVP/Inades-Formation, 56 p.

Boitias (M.), 1989 — Note de suivi sur les groupements de riziculteurs de Yagoua. Maroua, AFVP-INA PG, Inades-Formation, 16 p.

Brunet-Jailly (J.), 1981 — L’introduction de la riziculture irriguée en pays musgum. Revue de Géogr. du Cameroun, vol. II, n° 2 : 77-96.

Carte des farana de la zone rizicole de l’arrondissement de Yagoua, 1986 — Yagoua, Service structuration paysannale, SEMRY-I, Doc. 86-456, 17 p.

Chabrolin (R.), 1961 — Le secteur expérimental de modernisation de la riziculture de Yagoua. Riz et Riziculture n° 3 : 57-80.

Compte rendu de réunion du Comité Interministériel de péréquation, 16 février 1989, 9 p. dactyl.

Contraintes et conditions structurelles d’équilibre de la Semry et de la filière riz, sept. 1987 — Semry, Doc. 87-556 ; 56 p.

Contrat de performances entre l’État camerounais et la Semry, 1989, 6 p.

Cornec (N.), Marynczak (A.), 1989 — Le statut des responsables de groupements de producteurs rizicoles au sein de la société traditionnelle massa. Univ. Paris-V, UER de Sci. Soc., 74 p. + annexes.

Cornec (N.), Marynczak (A.), 1989 — Éléments d’analyse micro-politique du projet SEMRY-I à travers l’étude du responsable du groupement. Univ. Paris-V, 139 p. + annexes.

Cornec (N.), 1991 — Pour une approche des rationalités paysannes, société musgum, Nord-Cameroun. 54 p. + annexes.

Courade (G.), 1984 — Des complexes qui coûtent cher. Paris, Karthala, Politique Africaine, n° 14 : 75-91.

Devèze (J.-C.), 1991 — Bilan et perspectives de la Semry au Cameroun. Yaoundé, CCCE, 39 p. + annexes.

Deniau (P.), Jaujay (J.), 1981 — Rapport de supervision Semry. Yaoundé, CCCE, déc. 1981.

Duault (Y.) éd., 1984 — Organisation de la commercialisation du riz au Cameroun. SCET/Minist. du Com. et de l’Ind./BDPA, avril 1984, 123 p. + annexes.

Dury (P.), 1989 — Désengagement et redressement de la Semry : condition d’équilibre de l’exploitation. Yagoua, Doc. 90608, 21 p.

Dury (P.), 1989 — Stratégie de désengagement : possibilités et limite. Semry, 19 p.

Dury (P.), 1990 — Restructuration du projet Semry. État des problèmes par fonction au 31-10-1990 et modalités d’actions envisageables. Semry, 19 p.

Dury (P.), 1990 — Société d’Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua, note de conjoncture. Yagoua, Doc. 90-614, 10 p.

Engola-Oyep (J.), 1988 — L’approvisionnement en riz du Cameroun ou les limites d’une politique d’autosuffisance alimentaire. Revue de Géogr. du Cameroun, vol. VIII, n° 1.

Engola-Oyep (J.), 1989 — « Économie des filières agro-industrielles et agro-alimentaires (Dynamique et perspectives de la riziculture au Cameroun). » In : ISH, Xe Séminaire d’É-conomie rurale des régions chaudes, Montpellier, 15 sept. 1989, 23 p.

Engola-Oyep (J.), 1991 — Du jumelage à la péréquation au Cameroun : assurer la survie des périmètres hydro-rizicoles à l’heure de l’ajustement structurel. Cah. des Sci. hum., vol. 27 (1-2) : 53-63.

Évolution des relations paysans/Semry. Unités SEMRY-I et II. Exercices 1989-90 à 1992-93. Yagoua, Doc. 90-607.

Fritsch (P.), 1970 — Aspects géographiques des plaines d’inondation du Nord-Cameroun. Yaoundé, Annales de la Faculté des Lettres et Sci. Hum. n° 2 : 114-166.

Gallais (J.), 1976 — Options prises ou ignorées dans les aménagements hydro-agricoles en Afrique sahélienne. Cahiers Géogr. de Rouen, n° 6.

Garine (I., DE), 1964 — Les Masa du Cameroun, vie économique et sociale. Paris, PUF, 250 p.

Godon (P.), 1986 — La double culture annuelle du riz à la Semry. Yaoundé, Mesres-IRA-Cirad, 8 p. dactyl.

Godon (P.), 1987 — La recherche variétale en riz irrigué dans l’Extrême-Nord Cameroun (10 ans d’IR 46). Maroua, IRA, 19 p.

Hirsch (R.), 1985 — L’environnement économique de la Semry. Paris, CCCE, mars 1985.

Hirsch (R.), 1991 — Note sur la commercialisation, la transformation du paddy et les ventes de riz dans l’Extrême-Nord Cameroun. Paris, CCCE, 12 p. + annexes.

Jones (C.), 1982 — The effects of the intrahousehold organization of production and the distribution of revenue on the participation of rice cultivators in the Semry I rice project. Cred-Usaid, 70 p.

Koulandi (J.), 1981 — L’impact socio-économique de la SEMRY-I : aspects sociologiques. ISH/Cred, 74 p.

Levrat (R.), 1975 — Une expérience de développement rural au Cameroun : le Semry. Yaoundé, Le Cameroun agricole, pastoral et forestier, n° 148 : 20-55.

Magnant (J. P.), 1985 — « Les réactions paysannes à un projet de développement rizicole au sud de N’Djamena (Tchad). » In : Les politiques de l’eau en Afrique, Paris, Economica : 676-696.

Morisson (M.), 1992 — Restructuration de la Semry et devenir des groupements de riziculteurs au Nord-Cameroun. Maroua, AFVP/Inades-Formation, 40 p.

Muta (R.), 1964 — Le riz dans le département du Mayo-Danay. Yaoundé, Le Cameroun agricole, pastoral et forestier, n° 76 : 25-35.

Ndembou (S.), 1981 — L’insertion de la riziculture dans le système rural masa : l’exemple de Vounaloum. Revue de Géogr. du Cameroun, vol. II, n° 1 : 53-61.

N’diaye (A.), 1979 — Note sur le déguerpissement. Yagoua, SEMRY-II, Service Animation, 8 juin, 6 p.

N’diaye (A.), 1982 — Quelques notes sur les migrants. Yagoua, SEMRY-II, Service Animation, 7p.

Nyonse (R.), 1985 — « Passage d’un système d’encadrement directif à la prise en charge progressive des différentes fonctions du développement par les associations de producteurs (l’expérience de la Semry). » In : Colloque de Yamoussoukro.

Odic (G.), 1988 — Synthèse des éléments d’enquêtes recueillis dans dix quartiers de la ville de Maga. Service Structuration paysannale, Doc. 88-582, 16 p.

Odic (G.), 1990 — Enquête sur les décortiqueuses à Maga ville du 17-06-90. Service Structuration paysannale, SEMRY-II, 3 p.

Pahai (J.), 1978 — Les paysans masa du Nord-Cameroun. Univ. Paris-X, Nanterre, 360 p.

Ponsy (P.), Rabes (J.), 1994 — Situation de la filière rizicole du Nord-Cameroun. Évolution des institutions. Rapport Semry/Cedre Conseil, 58 p.

Plan de redressement de la Semry 1989-90 - 1992-93. Yagoua, Semry, Doc. 89-590, 13 p.+ annexes.

« La réhabilitation des périmètres irrigués. » In : Séminaire Min. Coop. et Dévep., Synthèse des travaux, Montpellier, 4-6 sept. 1989, 75 p.

Ristord (B.), 1994 — Évolution des groupements de riziculteurs sur le périmètre SEMRY-I. AFVP, 50 p.

Roupsard (M.), 1984 — La riziculture irriguée dans les plaines de l’Extrême-Nord du Cameroun. Rev. de Géogr. du Cameroun, vol. IV, n° 2 : 47-71.

Roupsard (M.), 1987 — Nord-Cameroun : ouverture et développement. Coutances, impr. C. Bellée, 516 p.

Samangassou (P.), 1987 — L’animation des groupements villageois dans le processus du développement rural (les G. V. de SEMRY-I). Yaoundé, Mémoire INJS.

Seignobos (C.), 1987 — La situation des « planteurs » de SEMRY-II en août 1987. Propositions de remembrement. 18 p., suivi de Notes sur les ethnies de SEMRY-II, 15 p.

Seignobos (C.), ODIC (G.), 1988 — Quelques considérations sur les villages dits « campements rizicoles » du périmètre de Maga. Service Structuration paysannale, SEMRY-II, Doc. 88-573, 15 p.

Semry, 1984 — Mémento du responsable des groupements. 1re édition, avril 1984, Doc. 84-246.

Semry Yagoua — Rapports annuels d’activités. Exercices 81-82 à 88-89.

Sisson (A. B.), Ahlers (T. H.), 1981 — L’impact socio-économique de SEMRY-I, juin 1981, Doc. 81-48.

Zolty (A.), 1987 — Les grands aménagements hydro-agricoles, géants aux pieds d’argile. Marchés tropicaux : 307-315.

Notes

1 La partie concernant l’après-1987 a été rédigée avec C. Seignobos.

2 S'y ajoutent les apports de deux projets situés dans l'Ouest : la Soderim (plaine des Mbo dans le Mungo) et, dans le Nord-Ouest, l'UNDVA (Upper Nun Development Authority).

3 En 1997, la production moyenne est de 33 sacs par jour, de 700 à 800 F CFA le sac.

4 La caution solidaire est un accord passé entre cultivateurs qui s’engagent à effectuer ensemble un certain nombre de tâches, ce qui les lie en cas de manquement de l’un d’entre eux. Les objectifs ont été mal définis par la Semry et le milieu masa et musgum, très individualiste, fit le reste.

5 Il y avait 178 groupements sur le principe de la « libre association » à SEMRY-I. Quant à SEMRY-II, les groupements sont, depuis le début, simplement constitués sur la base de la résidence des attributaires (quartiers). Ils jouent un rôle dans la police des eaux et la répartition des piquets.

6 Problèmes de la riziculture dans la vallée du Logone, causes internes, externes, conséquences et propositions d’action, 1997, ministère de l’Agriculture, 6 p.

7 La location d’un piquet avec pépinière revient à 80000 F CFA alors que la redevance est de 38000 F en 1997.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Université de Caen

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540