Version classiqueVersion mobile

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Production arachidière

Olivier I Yébi-Mandjek et Christian Seignobos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Espèce américaine, l’arachide (Arachis hypogaea) fut introduite sur la côte de Guinée vers 1550 et connut une diffusion relativement rapide. Il s’agissait de types Virginia rampants, avec des tiges secondaires alternes et une tige principale sans inflorescence. Elle fut cultivée en concurrence avec le pois voandzou (Vigna subterranea), dont elle a souvent pris le nom, ce dernier se démarquant par un qualificatif. Les types Virginia furent par la suite supplantées par les types érigés de la période coloniale. Aujourd’hui, les variétés anciennes à port rampant sont rares. Les arachides traditionnelles étaient couvrantes comme les niébés (Vignaunguiculata), aussi étaient-elles semées très espacées. Exploitées en culture dérobée avec le sorgho, elles étaient également cultivées sur des billons plats, comme le souchet (Cyperusesculentus) dans les monts Mandara.

Pendant la période coloniale, l’arachide a joué un rôle de premier plan dans l’insertion des populations à l’économie de marché. ...

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search