Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Production arachidière

Olivier I Yébi-Mandjek et Christian Seignobos

Texte intégral

1Espèce américaine, l’arachide (Arachis hypogaea) fut introduite sur la côte de Guinée vers 1550 et connut une diffusion relativement rapide. Il s’agissait de types Virginia rampants, avec des tiges secondaires alternes et une tige principale sans inflorescence. Elle fut cultivée en concurrence avec le pois voandzou (Vigna subterranea), dont elle a souvent pris le nom, ce dernier se démarquant par un qualificatif. Les types Virginia furent par la suite supplantées par les types érigés de la période coloniale. Aujourd’hui, les variétés anciennes à port rampant sont rares. Les arachides traditionnelles étaient couvrantes comme les niébés (Vignaunguiculata), aussi étaient-elles semées très espacées. Exploitées en culture dérobée avec le sorgho, elles étaient également cultivées sur des billons plats, comme le souchet (Cyperusesculentus) dans les monts Mandara.

2Pendant la période coloniale, l’arachide a joué un rôle de premier plan dans l’insertion des populations à l’économie de marché. Jusqu’en 1953, elle fut la seule culture d’exportation du Nord-Cameroun. Longtemps fortement encadrée par les pouvoirs publics, la vente de l’arachide est devenue libre depuis 1983, signe du désintérêt de cette culture à l’échelle nationale.

Historique de la culture arachidière dans le Nord-Cameroun

3L’organisation de la culture arachidière par l’administration connut deux époques, que sépare la guerre de 1939-1945. Elles correspondent à deux stratégies d’exploitation d’un produit de rente et à un changement plus global de la politique coloniale.

Une collecte sans intervention (1920-1945)

  • 1 Chaque subdivision possédait sa ou ses « variétés » d’arachide traditionnelle. À Maroua, c’était u (...)

4L’action administrative consista à encourager la production par une politique de prix incitative en exploitant les « variétés » existantes1. Ses effets commencent à se faire sentir en 1928, alors que le port de Garoua exporte 334 tonnes d’arachides, contre quelques tonnes l’année précédente (Roupsard, 1987 : 226), mais la crise mondiale fait chuter les cours et la production s’en ressent.

  • 2 L’arachide, le pois de terre, comme l’oseille de Guinée, sont peu sensibles aux criquets. Leurs pr (...)
  • 3 Pour l’ancienne province du Nord qui recouvrait Adamaoua, Nord et Extrême-Nord.

5En 1934, la production, plus que jamais encouragée par l’administration, augmente, en dépit – ou à cause2 – des invasions acridiennes. Elle passe à 10000 t d’arachides décortiquées à l’exportation3. Cette période faste, qui laisse présager des exportations toujours à la hausse, sera freinée par la Deuxième Guerre mondiale.

6De 1941 à 1947, les exportations annuelles par le port de Garoua chutent, passant de 805 t en 1942 à 425 t en 1943. Vers la fin de la guerre, elles remontent à 1610 t (1945), 2057 (1946) et 1795 (1947), (Rapport annuel, 1951).

  • 4 Plus au sud de notre aire d’étude, chez les Dowayo et les Duupa, la matière grasse était constitué (...)

7Pendant cette période, les effectifs de l’administration s’allègent, entraînant un relâchement de l’encadrement. Toutefois, on assiste, sinon à l’augmentation, du moins au maintien des superficies cultivées, que l’on a toujours du mal à estimer à cause du complantage systématique de l’arachide. La consommation locale se diversifie : pâte, huile, tourteaux... suivant le modèle des sociétés musulmanes citadines. Dans les villes, en effet, elle devient la principale matière grasse, engageant ainsi l’amorce d’une forte demande locale qui perdure jusqu’à nos jours. L’arachide tend à remplacer le beurre liquide chez les Fulbe éleveurs et à concurrencer l’oseille de Guinée chez les populations des monts Mandara septentrionaux, les cucurbitacées oléifères et le sésame dans les monts Mandara centraux4.

L’échec de la motorisation, la réussite de la sélection (1945-1965)

  • 5 Fiche récapitulative des activités du CMG (Centre de motorisation...) dans les rapports de campagn (...)

8Après la Deuxième Guerre mondiale, l’administration se montre décidée à relancer l’arachide comme spéculation. L’action vise le développement des superficies cultivées et des rendements, et l’amélioration des façons culturales. On pense passer directement à la motorisation. L’après-guerre fut très dirigiste en matière de développement : on croit à la motorisation, au tout mécanique. Le but premier fut « l’étude des possibilités d’emploi de matériels de culture mécanique de l’arachide dans le Nord-Cameroun »5. Parallèlement deux centres d’expérimentation sont créés à Maroua et à Garoua (en 1948), avec les mêmes objectifs. Après des essais infructueux, le centre de Garoua est supprimé et ses activités sont transférées à Guétalé (près de Koza), sur un piémont arachidier (Roupsard, 1987 : 231). En 1950, 158 hectares ont été défrichés, des éléments de parc de Faidherbia albida éradiqués, des brise-vent d’Azadirachta indica plantés entre des bandes de terre. Dans ce paysage type d’un aménagement dirigiste, six tracteurs sont à l’œuvre. En 1952, on constate l’échec du CMG, la station se reconvertit en centre de recherche agronomique.

9Les expériences sur la motorisation de la culture de l’arachide s’accompagnent de l’introduction et de la vulgarisation de la Bambey Soudan 28-206, jugée de meilleur rendement que les variétés locales. Elle est secondée par la S. 28-207 et la S. 28-204, hâtive, dite « de soudure ». Des essais d’amélioration variétale sont entrepris en station.

10L’effort sur l’arachide entre dans une planification d’ensemble, qui touche d’autres cultures. Pour le Nord, Guétalé aura en charge, en plus de la multiplication des semences d’arachide, celle du coton, du mil et des plantes fourragères, alors que Toukou sera spécialisé dans le riz, et Maroua dans les mils et les sorghos.

11La vulgarisation des techniques intensives est assurée à travers la structure précoopérative des Sociétés de prévoyance. Grâce à un financement du Fonds d’investissement pour le développement économique et social (Fides), elles achètent les semences qu’elles revendent aux paysans. En 1952, les Sociétés de prévoyance sont renforcées par le Semnord (Secteur expérimental de modernisation du nord). Son infrastructure est dotée de moyens pour l’encadrement de la culture arachidière.

  • 6 En 1956-57, par exemple, 1620 tonnes de semences ont été distribuées selon ce procédé à partir de (...)

12La multiplication des semences sélectionnées d’arachides s’étale sur trois ans. La première année, elle a lieu dans la station de Guétalé. L’année suivante, les sous-secteurs de modernisation (Mousgoy, Lara et Golompoui) récupèrent la production de Guétalé et assurent la seconde multiplication. La troisième année, les sous-secteurs commercialisent ces semences aux villages qui assureront la dernière opération de multiplication. La production de ces villages est cédée aux SIP (Sociétés indigènes de prévoyance) devenues par la suite SAP (Sociétés africaines de prévoyance) qui sont chargées de la vulgarisation6. À chaque étape, la production est multipliée par six et la surface cultivée par dix.

13En fin de multiplication, la quantité produite doit permettre le renouvellement d’un tiers, tous les ans, de la semence nécessaire à la prochaine campagne. Trois années étaient nécessaires à la constitution de stocks pour une campagne entière. Les structures de conservation de ces stocks ont été mises en place plus tard, vers les années 1960. Pour compenser les pertes dues aux difficultés de stockage dans des silos de fortune, les prix doivent être majorés de 10 à 25 % lors de la cession des semences.

14Une opération de « rinçage » est prévue pour lutter contre la dégénérescence des semences qui, après cinq multiplications, devraient être remplacées par de nouvelles graines issues de Guétalé (Procès-verbal de la conférence agricole de Maroua, 1957 : 15).

15En 1957, par exemple, 190 t de S. 28-206 ont été distribuées dans le Margui-Wandala, dont 50 t achetées au sous-secteur de Mousgoy, en deuxième multiplication ; le reste, au secteur de Koza-Mozogo en troisième multiplication (Rapport annuel du Secteur agricole du Margui-Wandala, 1957). Pendant la même période, 187 t ont été distribuées dans la subdivision de Maroua et 158 t dans celle de Yagoua.

  • 7 Les rapports des services d’Agriculture ont suivi assez précisément la diffusion des nouvelles var (...)

16Les efforts de vulgarisation sont couronnés de succès puisqu’en 1965, la S. 28-206, introduite 15 ans plus tôt, couvre 80 % des superficies cultivées en arachide. Jusque dans les années 1990, l’arachide Semnord sera l’exclusive, et les variétés traditionnelles, même celles dites biriiji mbororooji (en raison de la couleur des graines) disparaîtront7.

  • 8 Cette même unité sera adoptée pour le coton. Par la suite, la corde d’arachide sera ramenée à 3600 (...)

17La mise au point de variétés à haut rendement s’accompagne d’un accroissement des superficies et d’un encadrement de la production. Des encadreurs Semnord aident les paysans à piqueter les parcelles pour un meilleur suivi. La « corde », d’une valeur d’un demi-hectare, est adoptée8. La densité du semis est augmentée et l’emploi d’engrais végétaux encouragé. Un calendrier rigoureux établit le déroulement des différentes phases culturales. Un labour, un hersage et trois sarclages sont nécessaires pour assurer un meilleur rendement. Parallèlement, on développe la culture attelée, le semis en lignes, qui sera ensuite appliqué à du vivrier. Toutes ces pratiques ouvrent la voie à une culture en partie intensive.

La concurrence arachide-coton et l’abandon de l’arachide en plaine

18En 1951, en matière de politique de rente, rien n’est encore réglé. Quelle promotion doit être prioritaire entre le coton, l’arachide et le paddy ? Les populations ne montrent de l’enthousiasme pour aucune.

19Dès cette époque, s’affrontent ceux qui prônent une grande autonomie paysanne associée à un allègement de l’encadrement, et ceux qui soutiennent « qu’il n’y a pas de production possible sans encadrement ferme de quelque nature qu’il soit (agricole, politique ou les deux à la fois) ». L’encadrement minime de la culture de l’arachide, dépourvue de l’équivalent du « boy-coton », va être longtemps dénoncé comme un handicap à la bonne alimentation des marchés officiels.

Le choix de la spéculation unique

20À partir de 1954-55, l’encadrement de la production cotonnière est confiée à la CFDT (Compagnie française pour le développement des fibres textiles). Le coton concurrence directement l’arachide.

21L’administration n’est pas seule à hésiter entre les cultures de rentes, les paysans également et, de plus, ils rajoutent le sorgho muskuwaari. Le muskuwaari connaît entre 1960 et 1970 sa plus forte progression. Le coton lui imposera un rôle premier dans le vivrier en accaparant les terres à sorghos sous pluie, mais déjà, dans certaines régions, il prend l’allure d’une spéculation. Progressivement, le tandem culture de rente/vivrier le plus performant se dessine : coton/muskuwaari. Les récoltes d’arachides sont effectuées trop tardivement en raison justement des travaux de repiquage du muskuwaari qui s’échelonnent sur une période de plus en plus longue. L’arrachage est malaisé, on doit pratiquer un brisage préalable de la couche superficielle du sol, c’est une perte de temps et une partie appréciable de la récolte reste en terre. On ne peut récolter les fanes en vert et, là aussi, on constate un manque pour l’alimentation du bétail.

22Le recul de l’arachide fut progressif, mais irrémédiable en plaine, de 1960 à 1970. Dans un premier temps, elle reste cantonnée aux sols qui lui sont le plus favorables. Un rapport de la Circonscription agricole du Diamaré (1963) signale que « la culture de l’arachide est restée localisée dans des secteurs bien déterminés, situés au Nord-Est, à l’Est et au Sud-Est du département, caractérisés par une prédominance de terres sablo-argileuses de type Yoldé ou Yonkoldé, sols qui, en général, conviennent mal à la culture cotonnière... ». Elle est, en revanche, en constante régression dans les régions moins favorables : Guidiguis, Doubané, Bogo, Guingley, Daram et Goudoum-Goudoum. Le recul de l’arachide a pu être freiné localement par la volonté de certains lamidos comme à Petté et à Bogo. Bien avant les stress climatiques des années 1970 et 1980, qui achèvent de la pénaliser en plaine, la culture de l’arachide apparaît de plus en plus confinée dans les montagnes et leurs abords. Ces régions sont exclues de la compétition pour le développement des soles cotonnières, en raison de sols peu favorables au coton, du manque de place dans ces reliefs compartimentés. On s’achemine vers des zones à spéculation distincte, la plaine pour le coton, les montagnes pour l’arachide. En 1961, le sous-préfet de Mokolo explique encore, dans ses rapports de tournées, la division de son arrondissement en deux zones de cultures : zone cotonnière de Mozogo, Zamay, Mokong, Boula, Mofou Sud, Gawar, dans la plaine ; zone arachidière à Tchévi, Bourah, Guili, Mogodé, Mokolo, Matakam-Sud, Hina et une partie de Matakam-Nord dans les montagnes.

23Ce n’est pas seulement le côté de plus en plus aléatoire de la culture sur sa marge septentrionale, en particulier, qui est la cause de son recul, l’encadrement a aussi sa part de responsabilité.

  • 9 L’insuffisance de moyens a réduit le rôle des encadreurs à celui de gestionnaires de stocks de sem (...)

24Avant l’indépendance, le Semnord avait des moyens financiers, qui provenaient du Fides, pour encadrer la culture arachidière. A partir de 1961, les fonds extérieurs n’ont financé que les programmes d’investissement, le fonctionnement revenant à l’État camerounais. Par ailleurs, les postes agricoles étant dépourvus de moyens, leurs frais de fonctionnement ont été pris en charge par le budget du Semnord, réduisant encore l’enveloppe réservée à l’encadrement de la culture arachidière. Cette tendance va se renforcer jusqu’à la disparition du Semnord9.

L’évolution des superficies cultivées et des rendements

  • 10 Toutefois, il convient de signaler, qu’avant 1970, il s’agissait d’arachide en culture pure alors (...)

25L’évolution des superficies et de la production est difficile à suivre avant 1950 et après 1970. On peut estimer que les superficies cultivées ont évolué en dents de scie depuis les années 1950. Jusqu’en 1965, elles ont enregistré une baisse remarquable, passant de près de 40000 ha en 1951 à 27200 ha en 1965. On peut expliquer cette baisse par l’abandon progressif des superficies contrôlées. La décennie 1970 a connu une évolution favorable des superficies cultivées en arachides. Avec 49 640 ha en 1978, elle aurait atteint et même dépassé le niveau de 195110.

26La baisse des superficies n’a eu ni la même importance, ni les mêmes causes dans tous les secteurs de la région. Une enquête socio-économique de la plaine de Mora montre que les superficies moyennes des champs d’arachide par exploitation sont passées de 0,5 ha en 1951 à 0,21 en 1957. Cette moyenne a été ramenée en 1985 à 0,01 ha dans le Mayo-Sava. Toujours pour la même époque, les autres secteurs n’ont guère été plus favorables à la culture de l’arachide. La moyenne par exploitation est de 0,33 ha dans le Mayo-Tsanaga, 0,04 dans le Diamaré, 0,18 dans le Kaélé et 0,06 dans le Mayo-Danay.

27Il ressort de ces statistiques que la baisse est plus évidente dans les plaines et moins nette dans les montagnes. Par ailleurs, la baisse de la surface moyenne d’arachide par exploitation n’apporte pas une confirmation au relèvement des superficies qui s’observe à partir des années 1970. Cela peut s’expliquer par la croissance de la population et la multiplication du nombre d’exploitations.

28Le repli de l’arachide des plaines du Mayo-Danay, comme de celles du Diamaré, accompagne un mouvement plus général, en accord avec un infléchissement des isohyètes vers le sud, qui intéresse d’autres cultures en position écologique limite (sorgho à long cycle, yolo’bri, sorgho rouge, andariya, et un petit mil, muuri).

29La baisse des superficies des champs d’arachide en plaine, jusqu’en 1970, n’a pas affecté le volume de production, car elle était compensée par des rendements élevés.

  • 11 Cellule de suivi évolution du projet Centre-Nord, (rapport du comité de coordination du projet, 28 (...)

30Jusqu’en 1965, les rendements plafonnaient à 500 kg/ha avec des pointes de 900 kg/ha à Mozogo, 634 à Hina, 432 à Gawar, etc. ; dans la plaine, ils étaient de l’ordre de 500 kg/ha à Maroua, 350 à Kaélé et 500 à Yagoua. Pendant cette période, la station de Guétalé enregistrait des rendements supérieurs à 1000 kg/ha. Les rendements moyens vont se relever vers la fin des années 1970, pour se stabiliser entre 600 et 700 kg/ha. Bien plus tard (1985), les secteurs encadrés par la Sodecoton feront état, pour la plaine du Diamaré, de rendements supérieurs à 1000 kg/ha11.

TABLEAU I. Évolution des superficies cultivées (ha)

TABLEAU I. Évolution des superficies cultivées (ha)
  • 12 Jusqu’en 1958, le Mayo-Danay faisait partie du Diamaré.

Sources : Statistiques agricoles de la région du Nord 1969-70 ; Rapports annuels de la région agricole du Nord-Cameroun
Note12

TABLEAU II. Production et commercialisation de l’arachide (t)

TABLEAU II. Production et commercialisation de l’arachide (t)

Sources : Rapports annuels des années correspondantes

  • 13 On relève dans le rapport Campagne d’arachides 1951-1952 de la sous-préfecture de Maroua : « Un gr (...)

31L’évaluation de la production est rendue aléatoire par l’imprécision des statistiques. Avant 1960, leur collecte résultait du piquetage systématique des superficies d’arachides et d’un contrôle à partir des villages témoins, recensés chaque année avec précision13.

32En 1956, le recensement s’est appuyé sur des relevés topographiques qui permettaient une meilleure appréciation des paramètres de la productivité. L’insuffisance des moyens en personnel à partir de l’indépendance a fait baisser la qualité de la collecte des statistiques.

33La proportion d’arachides commercialisées a augmenté régulièrement comme l’indique le tableau II, passant de 19,9 % en 1947 à plus de 45 % en 1956. Toutefois, ces chiffres s’interprètent différemment selon que l’on est dans la plaine ou dans la montagne. Dans les monts Mandara, on estimait à la moitié le pourcentage de la production commercialisée. Dans la plaine, cette proportion était estimée à plus de 80 %. Il s’agissait alors de la production issue des champs contrôlés. Dès le moment où ceux-ci ont disparu, la proportion de la récolte commercialisée a été ramenée à 37 %. Actuellement, du fait de la libéralisation du marché, on peut estimer que moins de 10 % de la production est commercialisée. Ces quantités sont fonction des prix d’achat au producteur.

Une politique des prix peu incitative

34La politique des prix pratiquée par l’administration va contribuer également à reléguer l’arachide au second plan.

  • 14 Au début des années 1950, on note une tentative pour harmoniser les prix coton/arachide. Dans le P (...)

35L’évolution comparée des prix du kilogramme de coton et de celui de l’arachide montre que la situation évolue en faveur du coton14. Les prix garantis aux producteurs de coton ne cessent d’augmenter, rattrapant, puis dépassant ceux de l’arachide. La valeur du kilogramme de coton est constante, quelle que soit la distance du port d’embarquement, elle est même majorée d’une prime que ne connaît pas le producteur d’arachides. Les ristournes accordées à ce dernier étaient en fait utilisées par les SAP pour leur équipement. Les prix des arachides sont fixés en fonction de la distance du port d’embarquement. Plus on s’en éloigne, plus bas est le prix d’achat au producteur. Pour un prix d’achat nu-bascule de 23 F CFA à Garoua, l’arachide était achetée 14 F à Mokolo et 20 F à Maroua (1960-1963).

36La politique à terme pour les arachides est la disparition progressive du soutien des prix à l’acheteur et la nécessité de les aligner sur les cours mondiaux. Cette orientation laisse supposer que la culture de l’arachide doit viser plus la satisfaction des besoins locaux (Rapport provisoire sur la préparation du 2eplan de développement, doc. de travail, 1966).

37La politique arachide-coton, parfois proche de la lutte idéologique, dura de longues années, alimentant de nombreux rapports. Les tenants de l’arachide se comptent dans les rangs des services de l’Agriculture et du Semnord ; ceux du coton, naturellement parmi les agents CFDT-Sodecoton.

TABLEAU III. Comparaison des prix au kilo (exprimés en F CFA)

TABLEAU III. Comparaison des prix au kilo (exprimés en F CFA)

Sources : Rapports annuels des années correspondantes

38La date charnière semble avoir été les années 1963-64. A. Fournier, dans un Rapport de campagne arachidière (1963/64 : 8,9) résume la situation, donnant le point de vue des « proarachides » :

39« La culture de l’arachide est vouée à disparaître en tant que culture d’exportation à plus ou moins longue échéance dans le Diamaré pour deux raisons principales :

40« — l’engouement de plus en plus grand des populations paysannes pour la culture cotonnière qui, apparemment, apporte plus d’argent liquide à des cultivateurs qui n’ont aucune notion d’économie rurale ; et malgré qu’il soit prouvé que l’on peut obtenir aussi aisément deux tonnes arachides coques/hectare ou 1 000 kg coton-graine/hectare avec des méthodes culturales modernes, appropriées et rationnelles (sans faire appel à la motoculture) et avec un nombre de journées travail/hectare certainement inférieur ;

41« — l’abaissement constant (à partir de 1963) et prévisible du prix d’achat de l’arachide coque au producteur, si le Cameroun veut s’aligner sur les cours mondiaux. Cette diminution du prix d’achat a été très remarquée dans les cantons à double vocation culturale et certains chefs de villages ont déjà fait savoir qu’ils ne cultiveraient plus d’arachides en 1964.

42« En conséquence, il est à craindre que la campagne arachidière 1963 soit la dernière à avoir donné de bons résultats. La bonne volonté du personnel de l’Agriculture ou du Semnord, qui n’est pas sans ignorer qu’il œuvre pour une cause perdue, ne sera pas suffisante pour maintenir en 1964 une superficie cultivée en arachide voisine de celle de 1963. »

43Les « anti-arachides », qui se rencontrèrent aussi parmi les administrateurs, depuis 1955 jusqu’à l’Indépendance, soulignent l’impopularité de l’arachide. Elle la devait à son passé de culture imposée, faite sur « les champs du commandant ».

  • 15 Le prix est fixé sans réelle incidence sur les marchés qui ne sont plus officiels, sorte de vélléi (...)

44Dans ce conflit administratif, les sécheresses de 1973-74 et de 1984 ainsi que le choix des paysans (coton + muskuwaari) auront le mot de la fin. Jusqu’en 1974 (date de la dissolution du Semnord), les prix d’achat aux producteurs ont évolué en sens inverse de ceux du coton15. À partir de cette date, ils ont été régulièrement révisés à la hausse jusqu’au désengagement total de l’État en 1983.

La commercialisation

  • 16 Un rapport de campagne arachidière de 1950-51 signale que « le maintien d’un prix unique avait été (...)

45La commercialisation s’effectuait par l’entremise de compagnies qui recevaient l’agrément du gouvernement. Au début, on comptait la R. W. King16 qui avait absorbé la compagnie John Holt. Par la suite, le nombre s’est étoffé et, en 1969-70, on comptait onze concessionnaires qui se partageaient le marché : la King, la CCHA (Compagnie commerciale hollando-africaine), la Soconord (Société commerciale du nord), UTC (Union Trading Cameroon) associée à Alhadji Nassourou et J.-P. Papadopoulos, pour les plus importants.

46Ces sociétés opèrent par acheteurs et équipes de rabatteurs interposés. C’est l’apparition de commerçants camerounais, souvent anciens courtiers des précédentes compagnies : Alhadji Tidjani, Bouba Bamé, Adamou Oumarou, Alhadji Fadil, Balarabé Mohaman... On voit émerger parmi ces derniers des noms du monde politique et des affaires de la période postindépendance (Akassou, A. Tidjani, Issa Balarabé...).

47Les marchés officiels d’arachides n’ont jamais eu la rigueur de ceux du coton. Les rapports des services de l’Agriculture et du Semnord se plaignent d’ouvertures de marchés plusieurs fois différées et de dates trop tardives. « L’ouverture de la traite » devait s’effectuer en décembre et la « fermeture de la traite » en février, avec trois séries de marchés pendant ce laps de temps. Les centres d’achat sont trop peu nombreux et obligent les producteurs à de longs transports. J.-M. Soupault, en 1945, dans un Rapport de tournée le dénonce : « la population ne possède pas des bourricots pour effectuer ce transport. Il en résulte que les laouanes se substituent aux indigènes pour ce travail et que ces derniers ne voient pas toujours ou incomplètement leur part de gain véritable ».

48Déjà les techniques d’achat étaient mises en cause. Sur les piémonts mofu, par exemple « la pesée effectuée sur des bascules d’une force de 100 kg et plus n’est pas toujours faite avec la précision désirable, car les cultivateurs livrent leur production par lots de 3 à 15 kg ». L’acheteur est escorté d’un représentant des services de l’Agriculture ou du Semnord, qui contrôle la régularité des pesées. Toutefois, les sempiternels problèmes liés à l’achat se posaient déjà, mettant en cause l’habileté manœuvrière au moment des pesées.

49Néanmoins, les prix officiels, toujours trop bas, poussent les populations à se livrer à des ventes clandestines et même à enterrer parfois une partie de leur récolte le jour du marché officiel, comme dans la région de Bogo (1961-62). Le prix de vente de l’agoda (environ 1 kg) a toujours été près de deux fois supérieur au prix officiel.

Comparaison de deux campagnes : 1958 et 1983

50Le choix de l’année 1958 s’explique par la disponibilité des statistiques sur l’ensemble de la province et la proximité de 1960, date charnière de l’indépendance. Quant à 1983, cela correspond à la campagne que nous avons suivie, marché par marché.

51En plaine, la commercialisation par marché est donnée en tonnage coques à partir de 1954, car les SAP ont acheté des décortiqueuses Samat, grâce aux ristournes de campagnes antérieures. Les compagnies envoyèrent alors leurs arachides coques à la décortiqueuse, soulageant les populations d’un fastidieux travail.

52Le volume de la commercialisation dans le Diamaré a été constant, entre 1 100 et 1500 t, de 1952 à 1957 avec une augmentation en 1957 et une chute brutale les années suivantes. Dans les plaines de Mora et de Koza, on dispose de moins de renseignements. La production commercialisée y a été de 1034 t en 1958 et de 857 t en 1962.

La situation en 1958

53La campagne de 1958 fut, par rapport à celle qui l’a précédée, une année médiocre.

  • 17 Si l’on ajoute la production des marchés de plaine de l’arrondissement de Mora.

54La production de la plaine fut inférieure à celle des monts Mandara. On enregistre un tonnage cumulé de 2210 t17, soit 43,4 % du tonnage commercialisé (dans les unités administratives qui formeront la future province de l’Extrême-Nord). Les centres les plus importants sont encore dans l’arrondissement de Bogo (13,7 %), la région Mindif-Moulvouday, et dans le Bec-de-Canard. Ces trois régions totalisent près de 30 % de la production totale.

55En montagne, l’arrondissement de Mokolo s’est toujours présenté comme la première zone de production. En 1958, le tonnage commercialisé par les marchés officiels est de 1716,9 tonnes pour une production globale évaluée au triple. Le marché central de Mokolo jouait alors un grand rôle dans la collecte, il centralisait à lui seul 932,8 t, drainant la production des cantons Matakam-Sud et Nord, Mokolo, Mogodé et Zamay. La campagne 1958 y fut très moyenne, illustrant le recul de certains marchés comme Tchévi, Boula, Mofou, et l’effondrement d’autres, comme Hina. On préconisera par la suite la suppression de certains centres de collecte et le regroupement d’autres, ce qui aboutira à la suppression des marchés de Gawar, Mayo-Kaba, Mozogo, Zouvoul et Nguetchéwé, et au rattachement de Vrédéké à Tala-Gouédjélé, de Maboudji à Boukoula, de Roumzou à Mokolo et de Kortchi à Sir.

56Le tonnage commercialisé dans l’ensemble de la province en 1958 est de 5090 t. Cinq sociétés se partagent les achats, avec en tête la R. W. King, la SCOA et la Hollando.

TABLEAU IV. Tonnage commercialisé par arrondissement en 1958 (en kilogramme)

TABLEAU IV. Tonnage commercialisé par arrondissement en 1958 (en kilogramme)

La campagne de 1983-84

57Les marchés de plaine cités en 1958 : Yagoua, Kalfou, Bangana, Guéré, Djondong, Doukoula et tous leurs réseaux de marchés secondaires, Widigué, Dana, Domo, Djougoumta, Oulargo… n’existent plus en 1983. Les centres de collecte de Mindif-Moulvouday, ceux de Bogo et de la plaine de Mora qui fournissaient encore en 1958 un tonnage cumulé de plus de 2700 t n’offrent plus aucune commercialisation significative. Une exception peut-être pour les marchés de Gobo et de Dom-Pya, encore que l’arachide ne se commercialise qu’à l’agoda, tout au plus à la cuvette.

58En revanche, pour la montagne, la campagne de 1983-84 représente en tonnage plus du double de celle de 1958, en dépit de la sécheresse de 1983.

59La carte des marchés a sensiblement changé. Le grand marché de Mokolo ne draine plus la production des campagnes environnantes. La fluidité du trafic en brousse pousse les collecteurs jusqu’au bout des pistes. Si certains centres de collecte se sont maintenus comme Koza, Gaboua, Soulédé, Guili… d’autres ont apparu et disparu : Moskota, Maltamaya, Tala-Gouédjélé.

60De nouveaux espaces de vente se sont ouverts, certains sont modestes comme Karantchi ou Gadoua près du col de Méri, d’autres sont plus importants comme Wanarou en bordure de la plaine de Gawar, Gamboura et Gamdougoum au sud du plateau Kapsiki. Gamdougoum commercialise, à la fin des années 1980, entre 600 t et 1000 t d’arachide par an.

61Ces nouveaux marchés entérinent le desserrement des populations sur le plateau et leur descente sur les piémonts.

  • 18 Il manquerait quatre petits marchés très marginaux.

62Pour la campagne 1983-84, les 34 marchés-centre de collecte18 ont commercialisé 7389 t d’arachide graine. Si la production arachidière dans les monts Mandara et leurs abords représente le double des tonnages commercialisés, compte tenu de la part écoulée hors marché et de l’autoconsommation, elle serait de l’ordre de 15000 t. La production des plaines de la province est beaucoup plus difficile à estimer.

63La comparaison entre les campagnes 1958 et 1983, en ce qui concerne les monts Mandara, ne peut être qu’indicative, les marchés n’étant pas de même nature. Elle montre, néanmoins, que l’arachide reste une spéculation rentable étant donné l’augmentation de la population et les mouvements migratoires des jeunes vers les villes et en dépit de la diversification des productions commercialisées. Les cultures de rente sont aujourd’hui les niébés un peu partout, l’ail dans la région de Kila, le taro, la pomme de terre et surtout la patate douce sur les plateaux de Mokolo et de Mogodé.

Nature et évolution d’une culture de rente

64Nous avons effectué en 1983-84 une collecte de données auprès des postes agricoles, couvert un maximum de marchés, comptabilisé les sacs, évalué les rôles des différents acteurs et groupes de commerçants. Les marchés principalement suivis ont été : Wanarou, Gaboua, Gamdougoum, Boukoula, Soulédé et Roua. De plus petits marchés (Doulek, Méri, Roumzou) ont également été visités de façon régulière. Nous avons refait un sondage en 1991 et 1993.

Une commercialisation de plus en plus atomisée

65La production commercialisée est malaisée à évaluer, même pour de très gros marchés, car il est procédé ces jours-là à un rabattage sur un rayon variable autour du marché. Si la camionnette est pleine, elle partira directement sur Mokolo ou Maroua sans revenir sur le marché. Il existe également une collecte hors marché pour des commerçants ayant passé des accords avec certains gros quartiers producteurs ou chefs de villages. La production de Kaliao, par exemple, s’écoule sur Maroua en dehors de tout marché, de même pour celle de Vrédéké qui part pour Mora et même Maroua. Enfin, dans une infinité de petits marchés, l’arachide est commercialisée à l’agoda et transportée à dos d’âne. Gawar-Vindé ne compte que trois à quatre sacs par marché et Tchakidjébé, une dizaine. Cette arachide ne rentre pas sur le marché, elle est récupérée sur les sentes et chemins qui y conduisent. En 1984, le marché de Doulek s’est arrêté en janvier, car les petits commerçants « indépendants » avaient court-circuité le centre d’achat du marché. Celui de Méri ne fonctionne plus depuis 1987.

Les modalités de la collecte

66Les marchés sont très dissemblables. Les gros marchés d’arachides, comme Wanarou, sont aussi des marchés à mil, pois de terre, patate douce. On y trouve également des niébés à destination du Nigeria. Celui de Soulédé présente une structuration plus avancée que la plupart des marchés de piémont, mais comme tout marché de montagne, il n’en possède pas moins une bi-polarisation de part et d’autre d’un axe qui donne sur la route. À l’entrée, à droite, l’emplacement réservé aux acheteurs d’arachides permet un accès facile des véhicules et des productions commercialisables en sacs, niébés et sorghos. Tout à côté, ce sont les produits maraîchers. À l’arrière, un hangar abrite une sorte de halle aux vêtements, des tailleurs, des étals de produits manufacturés et des « boutiques ». À gauche, se répartissent vendeurs de soya, de beignets et surtout les femmes brasseuses de bière.

67Il existe, en revanche, de petits marchés à la production spasmodique, qui s’écoule sur trois mois, dans un cadre parfois très traditionnel, comme à Doulek où les sacs d’arachide voisinent avec, entre autres produits, du souchet, des paquets de liber de cailcédrat (pour la fabrication de la bière valawa), des damans (sorte de marmottes) vivants et muselés (ingrédients sacrificiels des montagnards), du sel reconditionné en bouteilles, des boulettes de condiments d’oseille de Guinée et parfois des sacs de punaises destinées à la fabrication d’huile.

68Le marché de Menglia, entre les massifs de Douroum, Wazang, Massakal et Gabaga, a été créé en 1970. Comme la plupart des marchés montagnards, il a commencé avec la vente de bière, et de quelques autres produits : sorghos, poteries pour brasser la bière, quelques fers de houe et du poisson sec. En 1990, le marché est toujours divisé en deux, la partie réservée à la bière, et l’autre, plus développée, avec un coin de vente de sorghos important et un espace plus structuré pour le poisson. Une zone s’est ensuite greffée pour l’arachide et les niébés, vendus côte à côte, à l’agoda. Un commerçant de Gazawa fait mettre en réserve les sacs à Menglia et vient récupérer le stock lorsqu’il atteint les 60 sacs. Les autres espaces de vente (pagnes, parures, matériel de réparation de bicyclettes, fruits et légumes) sont encore réduits. Le marché voisin de Tsembi, créé en 1976, a suivi la même évolution.

69Les ventes d’arachides sont amorcées en octobre, mais les gros tonnages n’interviennent le plus souvent qu’à la mi-novembre, se prolongent jusqu’en février, et fléchissent ensuite très nettement. Ils se maintiennent parfois en mars, comme à Gamboura, les producteurs, profitant d’une hausse de prix de fin de saison. Généralement, le montant des ventes des quatre plus mauvais mois, octobre, mars, avril et mai, équivaut à moins du tiers de la production de novembre, décembre, janvier et février.

70Pendant la saison des pluies, pour les plus gros marchés, il peut y avoir encore vente d’arachides en coques. Soulédé et Roua, par exemple, ont écoulé respectivement 775 et 150 sacs d’arachides en direction de Kousseri, entre le 9 juillet et le 22 octobre. À Boukoula, 60 à 70 sacs d’arachides coques ont été vendus chaque mois, au cours de la saison des pluies.

71Le fonctionnement de ces marchés est irrégulier. L’offre peut varier du simple au double entre deux marchés successifs. Pour la campagne 1983-84, nous avons relevé quelques gros marchés : le 29 novembre 1983 à Wanarou, avec 864 sacs d’arachides décortiquées ; le 8 mars 1984 à Gamdougoum, avec 423 sacs. Toutefois, les carnets des agents de l’Agriculture ont recensé des scores supérieurs à 900 sacs, voire 1000 sacs les années précédentes.

72Les ventes s’effectuent en principe au sac de 75 kg, mais certains remplis à l’agoda, pèsent de 80 à 100 kg. Les hommes commercialisent au sac, les femmes à la cuvette ou à l’agoda. Les taxes des marchés pénalisent les petits vendeurs, qui préfèrent liquider leur production auprès des rabatteurs des gros commerçants, avant d’avoir atteint le marché. Les transactions s’opèrent alors à l’agoda.

TABLEAU V. Évolution interannuelle des prix d’achat au kilogramme de l’arachide (Soulédé et Koza)

TABLEAU V. Évolution interannuelle des prix d’achat au kilogramme de l’arachide (Soulédé et Koza)

Sources : Rapports des postes agricoles, enquêtes sur le terrain

73Les prix officiels, dont nul ne se soucie, étaient de 90 F le kg en 1982-83 et de 105 F le kg en 1983-84. En règle générale, ils sont révisés à la hausse sur le terrain et oscillent suivant la disponibilité du produit. Sur le même marché, les prix évoluent tout le long de l’année.

74À Soulédé, les prix sont passés de 110 F au début de la campagne à 260 F à la fin. Ils peuvent changer au cours du même mois. À Koza-Gaboua, par exemple, en 1984, le kilo d’arachides décortiquées était acheté 170 F la première semaine de février, 200 F la deuxième, 250 F la troisième, pour retomber à 200 F la première semaine de mars. Cette année-là, les prix sur la frontière du Nigeria, à Ldaotsaf, seraient montés à 350 F le kg.

Les commerçants

75Le jour du marché, les commerçants collectent dans certains villages périphériques où opèrent leurs rabatteurs, qui reviennent en fin de journée rejoindre l’équipe en place. Il existe également des rabatteurs indépendants. Informés dès l’amorce du marché des prix pratiqués, ils prospectent dans les quartiers les plus éloignés, proposant naturellement des prix inférieurs pour les arachides qu’ils revendent ensuite le jour même sur le marché.

76Chaque commerçant dispose d’une ou plusieurs balances à bascule, appelée « kilo ». Un commerçant peut en posséder jusqu’à six. On aligne les sacs pesés derrière les balances et on les charge sur des camions une fois le marché achevé. l’importance du marché d’arachide se mesure au nombre de « kilo » : deux à Méri, onze à Mokong, vingt-cinq à Soulédé, plus de trente à Wanarou... Il est toutefois des marchés importants, comme à Boukoula, qui se caractérisent par l’absence des « kilo », les transactions s’effectuant à l’agoda. La présence des « kilo » est symbolique, emblématique ; le jeu de main sur le curseur est, le plus souvent, sans objet. L’acheteur évalue parfaitement la quantité d’arachides proposée et le vendeur sait aussi ce qu’il est en droit d’attendre, tout se jouant sur le petit plus concédé ou non. Ces commerçants possèdent également leur clientèle. Celui qui est derrière le « kilo », le commissionnaire (dilaaliijo) doit respecter un prix plancher que lui a fixé l’alhadji, son patron. Si c’est 150 F le kg, il s’arrange pour acheter à 140 F le kg. Lorsqu’il livrera le sac de 71 kg (1 kg pour le poids du sac), il ne contiendra que 68 ou 69 kg. L’alhadji ne contrôle pas, c’est une marge de détournement tacite, une sorte de ristourne qui vient en plus d’un salaire mensuel, irrégulièrement versé.

77Ceux qui monopolisent ces marchés sont appelés « alhadji », comme synonymes de gros commerçants, même si tous ne le sont pas. Ils sont originaires de Maroua, Gazawa, Mokolo, Koza, Mogodé et Mora. Ils sont foulbés, foulbéisés, bornouans ou hausa. Dans la partie méridionale de la zone arachidière de la province (Boukoula, Tchévi, Bourah), le jeu est plus ouvert. Les traitants de Garoua sont présents et on voit même apparaître quelques négociants originaires de la province de l’Ouest. Une vingtaine d’alhadjis acheteurs viennent de Maroua, souvent liés à de grosses familles de commerçants (Oumarou Balarabé, Magadji Malloum...). D’autres sont d’anciens dilaali, hommes de confiance et courtiers d’alhadjis, qui se sont mis à leur compte, originaires de la région : Mafa, Kapsiki, qui résident à Mokolo, Mogodé ou Koza. Sur le marché de Wanarou, douze alhadjis en moyenne effectuent 90 % des transactions. À Soulédé, ils sont six, à Koza entre dix et douze ; à Gamdougoum, neuf et à Hina, quatre. Chaque alhadji couvre en moyenne cinq à six marchés hebdomadaires successifs, rarement concomitants.

78Une mention spéciale doit être faite pour le « groupe de Gazawa », désigné comme tel. Très actif, il monte des ententes et pratique souvent de gros achats à Roua, Soulédé, Gamdougoum et Wanarou... Pourquoi Gazawa ? Cela s’explique par le rôle joué par ce lawanat peul, placé près des massifs, sur la route de Mokolo. Une partie de son peuplement est composé de Mofu ou de Mafa issus des délestages d’enfants lors de famines. Les montagnards vinrent également très tôt travailler sur les karals de Gazawa. Par ailleurs, leur approvisionnement en bétail, bœufs de case, se fait essentiellement sur le marché de Gazawa. Les denrées de base des montagnards (sel, poissons secs...) transitent également par Gazawa.

79Les liens privilégiés avec les montagnards et la connaissance des massifs qu’ont les gens de Gazawa ont été mis à profit pour la collecte des arachides. Certaines familles devinrent les meilleurs courtiers d’arachides, et d’autres les plus gros intermédiaires des alhadjis de Maroua, qui concentrent et stockent la production.

Les tendances du commerce des arachides en 1995

80Sur une décennie, 1983-1993, un certain nombre de changements ont affecté la commercialisation de l’arachide.

La démonopolisation de la collecte de l’arachide

81La commercialisation sur les gros marchés cède le pas à des collecteurs de moindre envergure qui sollicitent les producteurs jusque dans leurs villages. Parmi ces petits acheteurs, on compte bon nombre de femmes foulbéisées. Ces indépendants habitent Maroua, Méri, Tokombéré... Ils se constituent un pécule en tant que travailleur temporaire pour les hommes et en montant un petit commerce pour les femmes. Avec cet argent, ils achètent des arachides sur différents petits marchés ou auprès de particuliers. Le produit collecté a deux destinations, soit il est stocké pour être vendu deux à trois fois plus cher à l’approche des fêtes, soit il est revendu au détail sur les marchés urbains.

82La difficulté pour ces indépendants tient à l’immobilisation de leur capital, ce qui les pousse à se réinsérer momentanément dans les circuits des alhadjis. Il les font alors bénéficier du réseau qu’ils ont patiemment constitué.

Le maintien des flux de vente vers le sud

83L’arachide des monts Mandara se présente sous deux formes de qualités différentes : celle du nord (Méri, Soulédé, Roua....), à petites graines, est riche en huile ; celle produite depuis les Kapsiki jusqu’au pays de Guider, beaucoup plus grosse, est de qualité inférieure, notamment à cause de sa friabilité.

  • 19 L’Ouest a toujours été demandeur d’arachides du Nord. Déjà dans les années 1950, les rapports de C (...)

84Traditionnellement, les grosses graines partaient exclusivement pour le marché de l’Ouest19, le pays bamileke, où elles étaient conditionnées en pâte. Les petites arachides étaient recherchées sur le marché de Douala et dans les autres villes du Sud. Les femmes l’apprécient non seulement pour en faire de l’huile, mais aujourd’hui pour fabriquer une sorte de nougatine (les graines restant entières) à l’usage d’une clientèle scolaire. Même si une partie de la production va naturellement au Nigeria, la plus grosse quantité s’écoule encore dans les provinces de l’Ouest et le Sud. L’arachide reste un produit de base dans le négoce avec le Sud, suivi par les oignons, les niébés... en retour des frets classiques que sont les noix de cola, les chevrons, les contreplaqués et les produits manufacturés.

85Les dilaali biriiji, convoyeurs d’arachide vers le sud, par exemple ceux d’Alhadji Mana de Gazawa, un des plus importants commerçants d’arachides, prennent en charge la location du camion et la responsabilité de la cargaison. En 1989, la location revenait à 20000 F la tonne transportée (soit 14 à 15 sacs d’arachides). Ils payaient aussi les manutentionnaires pour le chargement et le déchargement du véhicule, le passe-avant... L’essence pour l’aller et le retour, l’entretien du véhicule est à la charge du chauffeur. Les dilaali peuvent alors prendre toutes les initiatives pour vendre en cours de route, à Tibati, Foumban, Nkongsamba... ou directement à Douala. L’alhadji, informé des cours à Douala, se base sur eux pour réclamer la somme qui lui revient. Les bénéfices du dilaali sont très variables selon les voyages. Toutefois, c’est lui qui couvre tous les risques, en particulier celui d’un ralentissement de l’écoulement qui l’oblige à une immobilisation qui peut être préjudiciable à la marchandise. On a vu en 1989-1990, avec l’effondrement du marché de l’arachide dans l’Ouest, certains dilaali devoir hypothéquer ou vendre une partie de leur concession à Maroua, pour rembourser l’alhadji commanditaire.

L’avenir : arachide ou niébé ?

86Pendant près d’un demi-siècle, la BambeyS28 sera la seule arachide produite dans le nord du Cameroun, mis à part quelques tentatives d’introduction d’arachide de bouche.

87À partir de 1993, venue du Tchad, une arachide grosse et veinée, que les populations vont appeler « arachide délavée », va très rapidement se diffuser.

88Il est toutefois trop tôt pour envisager les conséquences de ce changement de cultivar, en particulier dans la concurrence que se livrent arachide et niébé.

89Le complantage de l’arachide avec les sorghos et les petits mils était de règle avant le passage à la culture de rente et aux variétés sélectionnées. L’arachide en champ a correspondu avec sa prise en charge par les hommes.

  • 20 Ils sont diffusés par Bean Cowpea CRSP (Perdue-IRA), Maroua. VYA est issu d’une sélection massale, (...)

90De même, en 1991-92, l’intérêt pour les niébés sélectionnés (BR1, BR2 résistant aux bruches et VYA, variété locale travaillée20) entraîne sur certains piémonts arachidiers (Mofou-Nord) une culture pure sur de vastes surfaces. Parallèlement, l’arachide revient en culture dérobée avec le sorgho. Les niébés en champ deviennent affaire d’homme alors qu’auparavant, c’était une culture de femmes. Le champ familial, par exemple, où le mil revient à l’homme, était quant au niébé partagé entre les différentes épouses. Si la percée du niébé se confirmait, ce serait l’amorce d’une concurrence niébés-arachides. Ce serait aussi une concurrence avec le coton, car BR1 et BR2 sont des niébés à port buissonnant se prêtant à la mécanisation. Ils ont un besoin impératif d’intrants, or seuls les « planteurs » de la Sodecoton sont déjà équipés pour cette culture.

  • 21 Sans compter la production de « haricots rouges » des bords du lac Tchad et aussi, depuis peu, du (...)

91Certains marchés (Wanarou, Gamdougoum, Boukoula, Bourah...) fournissent, à côté de l’arachide, de grosses quantités de niébés. À la fin des années 1980, les tonnages pouvaient être comparables21. On a toujours noté une demande de niébés de la province de l’Ouest (niebbe lorn’de, niébé à grosse graine). Même à l’époque des circuits des étoffes ndop, qui venaient subir une teinture à l’indigo dans la région de Garoua, les commerçants revenaient avec des niébés. Dans l’Ouest, ils sont actuellement utilisés en farine pour les beignets et les gâteaux. Cette demande ne cesse de progresser. Lorsque les commerçants du Nord affrètent un camion d’arachides, pour 100 sacs d’arachides, on compte, en 1990, 30 sacs de niébés. Ils sont vendus dans les régions où on achète la cola rouge (Mbanga, Bafang, Bafoussam et aussi Foumban).

92La demande en niébé a également augmenté pour le Nord. Si les montagnards continuent à être les plus forts producteurs et consommateurs, les musulmans changent leurs habitudes alimentaires vis-à-vis de cette légumineuse. Auparavant, les Fulbe consommaient les niébés à certains moments de l’année, à la récolte (fasluwol niebbe) ou après la fête du Tabaski pour accompagner la viande séchée. Aujourd’hui, ils interviennent de plus en plus dans la composition de « sauces » complexes.

93Si l’arachide n’est plus, comme autrefois, l’unique production qui permettait aux montagnards de s’affranchir de l’impôt et d’avoir accès au numéraire, et si sa commercialisation, qui fut à l’origine de bon nombre de fortunes à Maroua comme à Garoua, n’est plus qu’un élément parmi les grandes productions commercialisées, elle n’en garde pas moins de son importance en raison de sa parfaite intégration au milieu physique bien particulier des piémonts et des plateaux des monts Mandara et au rôle qu’elle continue de jouer dans les agrosystèmes montagnards.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Barbe (B.), 1951 — Plan d’action agricole pour la campagne 1951. Service d’Agriculture Maroua. Archives de la délégation départementale de l’agriculture pour le Diamaré (DDAD), 22 p.

Barrault (J.), 1961 — Rapport agricole. Inspection agricole du Nord, 13 p.

Boutrais (J.), 1973 — La colonisation des plaines par les montagnards au nord du Cameroun (monts Mandara). Paris, Orstom, Trav. et Doc. n° 24, 277 p.

Boutrais (J.), éd., 1984 — Le Nord-Cameroun : des hommes, une région. Paris, Orstom, coll. Mémoires, n° 102, 551 p.

Archives DDAD, Dossier Arachides, Statistiques.

Elias (G.), 1955 — Rapport annuel secteur agricole du Nord. Service de l’Agriculture, 105 p.

Fourneau (J.), 1964 — Rapport de fin de campagne arachidière 1963-64. Maroua, DDAD, 8 p.

Fournier (A.), 1964 — Rapport de fin de campagne arachidière 1963-64. Maroua, DDAD, 12 p.

Iyébi-Mandjek (O.), 1993 — Les migrations saisonnières chez les Mafa, montagnards du Nord-Cameroun. Une solution au surpeuplement et un frein à l’émigration. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 29 (2-3) : 419-441.

Nzié (M.), 1970 — Projets d’activités techniques pour la campagne 1969-70. Archives DDAD, 42 p.

Plans de campagnes - Programmes annuels 1951-52-53-54-55 — Archives DDAD.

Procès-verbal de la conférence agricole de Maroua, 1957 — Archives DDAD.

Rapport annuel 1977-78 — Service provincial de l’Agriculture pour le Nord, 82 p.

Rapport annuel de la campagne 1969-70 — Archives DDAD.

Rapport provisoire sur la préparation du 2 e plan de développement (document de travail) — Inspection fédérale de l’Administration pour le Nord-Cameroun, t. I, 103 p.

Robert (F.) — Mise en place des cultures : coton arachides (tournées effectuées du 18 au 26 mars 1957). Rapport de campagne agricole 1957-58. Maroua, Archives DDAD.

Roupsard (M.), 1987 — Nord-Cameroun : Ouverture et développement. Coutances, Impr. Cl. Bellée, 516 p.

Semnord, Rapport général d’activités 1961-62 — Archives DDAD, 8 p.

Semnord, Compte rendu général d’activités 1964 — Archives DDAD, 17 p.

Semry, Rapport annuel d’activités 1966-67 — Archives DDAD, 26 p.

Soupault (J.M.), 1945 — Rapport de tournée agricole. Sur la question de l’arachide dans la Subdivision de Maroua. Arch. sous-préfecture de Maroua, 8 p.

Tardieu (M.), 1966 — Pour une politique de multiplication des semences sur la station de Guétalé. 9 p. multigr.

Notes

1 Chaque subdivision possédait sa ou ses « variétés » d’arachide traditionnelle. À Maroua, c’était une variété à port rampant au rendement intéressant. À Yagoua, en revanche, c’était une variété à petite gousse peu productive. Les arachides avaient le défaut d’avoir été cultivées dans des conditions souvent défavorables, entraînant une mauvaise sélection.

2 L’arachide, le pois de terre, comme l’oseille de Guinée, sont peu sensibles aux criquets. Leurs productions deviendront alors un palliatif au manque de mil.

3 Pour l’ancienne province du Nord qui recouvrait Adamaoua, Nord et Extrême-Nord.

4 Plus au sud de notre aire d’étude, chez les Dowayo et les Duupa, la matière grasse était constituée d’Hyptisspicigera cultivé en champs de défriche ou avec le sorgho. Ce type de culture, proche du sésame, favorisera la diffusion de ce dernier. Sesamum indicum sera ensuite cultivé dans les mêmes conditions et pour répondre aux mêmes besoins. Chez les Duru (dans la Bénoué), Polygala butyracea, semé en même temps que le sorgho, dans les mêmes poquets, fournit encore régulièrement l’huile.

5 Fiche récapitulative des activités du CMG (Centre de motorisation...) dans les rapports de campagne agricole de 1952.

6 En 1956-57, par exemple, 1620 tonnes de semences ont été distribuées selon ce procédé à partir de 50 ha de cultures à Guétalé. L’année suivante, la superficie ensemencée à la ferme de première multiplication a diminué de moitié, à cause des difficultés de recrutement de la main-d’œuvre nécessaire au moment des sarclages et, surtout, à cause de l’échec de la mécanisation, imputé à la texture des sols (Compte rendu du Conseil d’administration du Semnord, 1961 : 45). Ces 25 ha ont assuré une récolte de 30 t de coques en première multiplication. Après prélèvement des quantités nécessaires à la station et élimination des déchets, 26 tonnes de semences ont été recyclées dans les sous-secteurs. Ils ont permis la mise en culture de 260 ha et la récolte de 160 t de semences avec lesquelles les villages multiplicateurs ont ensemencé 1600 ha. La récolte qui en a découlé, soit 960 tonnes, a été mise à la disposition des vulgarisateurs.

7 Les rapports des services d’Agriculture ont suivi assez précisément la diffusion des nouvelles variétés. Par exemple, pour 1957, dans les régions de Guétalé et de Tokombéré, les variétés locales se montrent « saturées », à Magdémé, « pratiquement saturées » à Guili, Hina... « le type local n’a pas été absorbé encore par la S. 28-206 »...

8 Cette même unité sera adoptée pour le coton. Par la suite, la corde d’arachide sera ramenée à 3600 m2 avant que cette unité ne soit abandonnée et réservée pour le seul coton.

9 L’insuffisance de moyens a réduit le rôle des encadreurs à celui de gestionnaires de stocks de semences. Les activités de piquetage et de suivi des campagnes furent progressivement abandonnées.

10 Toutefois, il convient de signaler, qu’avant 1970, il s’agissait d’arachide en culture pure alors qu’après, dans la plaine tout au moins, ce sont des champs d’arachides en cultures associées.

11 Cellule de suivi évolution du projet Centre-Nord, (rapport du comité de coordination du projet, 28 janvier 1986).

12 Jusqu’en 1958, le Mayo-Danay faisait partie du Diamaré.

13 On relève dans le rapport Campagne d’arachides 1951-1952 de la sous-préfecture de Maroua : « Un gros effort a été fait dans toutes les régions productrices. Les champs prévus ont été piquetés par le personnel de l’Agriculture et des SIP, aidés, dans le Diamaré en particulier, par des goumiers. Sur toutes les parcelles, les ensemencements et les binages ont été contrôlés. La surface imposée était de 60 x 60 m, soit 1/3 d’hectare, correspondant à 15 kg environ d’arachides décortiquées comme semence (17 agodas). »

14 Au début des années 1950, on note une tentative pour harmoniser les prix coton/arachide. Dans le Plan de campagne 1953, on peut relever la proposition suivante, approuvée par le chef de Région, de :
« revaloriser l’arachide en la mettant en pool avec le coton,
« - soit en prélevant 1 franc sur le prix du coton pour le reporter sur l’arachide, ce qui élèverait le prix de cette dernière de 2 francs (production cotonnière prévue : 6000 t ; production arachidière : 3000 t) ;
« - soit en contactant la CFDT pour installer une huilerie mixte (avec apport de capitaux SIP) pour la transformation de l’arachide et de la graine de coton. Le système permettrait l’absorption totale de la production locale d’arachides et, par la suppression de lourds frais de transport et d’intermédiaire, une revalorisation très substantielle du prix actuel ».

15 Le prix est fixé sans réelle incidence sur les marchés qui ne sont plus officiels, sorte de vélléité administrative pour régenter une production qu’elle ne contrôle plus.

16 Un rapport de campagne arachidière de 1950-51 signale que « le maintien d’un prix unique avait été prévu après la Conférence de Garoua du 7 novembre 1950 après accord avec la maison King, qui avait le monopole de fait ».

17 Si l’on ajoute la production des marchés de plaine de l’arrondissement de Mora.

18 Il manquerait quatre petits marchés très marginaux.

19 L’Ouest a toujours été demandeur d’arachides du Nord. Déjà dans les années 1950, les rapports de Campagnes arachidières dénoncent la fuite hors du « commerce de traite » de certains tonnages (200 t, 500 t) qui n’arrivent pas au port de Douala, mais sont écoulés en pays bamileke par des commerçants locaux.

20 Ils sont diffusés par Bean Cowpea CRSP (Perdue-IRA), Maroua. VYA est issu d’une sélection massale, sur un des rares niébés local hâtif (Giziga). Sa floraison étalée fait qu’il est peu attaqué par les insectes. Il produit sans intrants (900 kg/ha) et ses feuilles sont consommées.

21 Sans compter la production de « haricots rouges » des bords du lac Tchad et aussi, depuis peu, du pays kapsiki, dont la commercialisation est entièrement tournée vers le Nigeria.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Évolution des superficies cultivées (ha)
Légende Sources : Statistiques agricoles de la région du Nord 1969-70 ; Rapports annuels de la région agricole du Nord-CamerounNote12
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre TABLEAU II. Production et commercialisation de l’arachide (t)
Légende Sources : Rapports annuels des années correspondantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre TABLEAU III. Comparaison des prix au kilo (exprimés en F CFA)
Légende Sources : Rapports annuels des années correspondantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre TABLEAU IV. Tonnage commercialisé par arrondissement en 1958 (en kilogramme)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU V. Évolution interannuelle des prix d’achat au kilogramme de l’arachide (Soulédé et Koza)
Légende Sources : Rapports des postes agricoles, enquêtes sur le terrain
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

IRD Éditions