Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Une légumineuse alimentaire, le niébé

Rémy S. Pasquet et Martin F Otso

Texte intégral

1Le niébé, Vigna unguiculata (L.) Walp., fait partie des principales légumineuses alimentaires mondiales. Il est aujourd’hui cultivé dans toutes les zones intertropicales et même au-delà : bassin méditerranéen, Iran, Chine, sud des États-Unis...

2Le niébé est, comme le voandzou (Vigna subterranea (L.) Verdc.), une espèce africaine. Les formes spontanées du niébé se rencontrent uniquement en Afrique (elles sont d’ailleurs assez communes dans le nord du Cameroun) où il a été domestiqué, il y a quelques milliers d’années, sans doute dans la partie nord-est du continent (Pasquet, 1996).

3Dans le nord du Cameroun, le niébé est cultivé sous pluie absolument partout, mais récemment, dans le Logone-et-Chari, se développent aussi les cultures de décrue. Beaucoup plus que le voandzou, le niébé tend à devenir une culture de rente, de plus en plus commercialisée. On le rencontre alors en culture pure, mais traditionnellement, et contrairement au voandzou, il est toujours associé à une céréale. Le niébé, comme le voandzou, est une culture typiquement féminine. Toutefois, avec le développement des cultures de rente, une participation masculine plus importante fait disparaître cette séparation sexuelle du travail.

4Le niébé est une plante beaucoup plus polyvalente que le voandzou : on en consomme les graines fraîches et sèches, les gousses vertes, mais aussi les feuilles vertes ou séchées. Le feuillage est important pour l’alimentation animale. C’est aussi une plante textile : on tire des pédoncules floraux, chez les variétés où cet organe présente une longueur suffisante, une fibre résistante à partir de laquelle se tressent de très fines cordelettes (Chevalier, 1944).

5Comme toutes les légumineuses, les graines du niébé, comme celles du voandzou, sont riches en protéines : entre 17 et 28 % de la matière sèche. De plus, ces protéines ont une balance en acides aminés indispensables complémentaire de celle des céréales, ce qui fait que les protéines d’une ration faite d’un mélange de céréales et de légumineuses ont une qualité presque équivalente à celle des protéines d’origine animale et en tout cas supérieure à celles des protéines des seules céréales ou des seules légumineuses. On comprendra son importance dans le nord du Cameroun où le sorgho est la base de l’alimentation.

6Enfin, le niébé constitue un des éléments importants concourant à la protection des sols, à cause de son pouvoir antiérosif (il s’agit d’une excellente plante de couverture) et de sa capacité à fixer l’azote atmosphérique dont bénéficiera ensuite le sorgho.

7La place tenue dans l’agrosystème par le niébé a toujours été très liée au mode de subsistance et aux sources de protéines concurrentes. La pêche, la chasse et l’élevage limitaient fortement le besoin de cultiver des légumineuses alimentaires comme le niébé. Le rôle des cultivars à graines pouvait ainsi être faible chez les Musgum, les Kotoko ou les Masa. À l’inverse, il était essentiel chez les montagnards du nord des monts Mandara qui ne disposaient d’aucune autre source de protéines (aucune pêche, chasse très limitée et élevage relictuel). Plus généralement, le niébé sera d’autant plus important que la densité de population sera forte (les ressources de la chasse seront négligeables et l’espace disponible pour l’élevage sera restreint).

8Cette liaison inverse entre l’importance du niébé dans l’agrosystème et l’existence de sources de protéines concurrentes est d’autant plus nette pour le niébé que ce dernier est une plante très vulnérable. Son stockage, à cause de sa grande sensibilité aux bruches, reste problématique. Le voandzou, par comparaison, est une plante plus robuste dont les graines se conservent très facilement d’une année sur l’autre. Ainsi on constate que la culture à grande échelle du niébé peut imposer un système de rotation complexe et contraignant comme c’est le cas dans le nord des monts Mandara (Pasquet et Fotso, 1994).

9Le niébé se caractérise par une remarquable diversité morphophysiologique. On distingue d’abord un certain nombre de morphotypes, identifiés dès von Linné (1753, 1763) et aujourd’hui considérés au rang de cultigroupes (Westphal, 1974 ; Maréchal et al., 1978). Ces cultigroupes (abrégé en CG) sont au nombre de cinq (Pasquet, 1996) :

  • CG Sesquipedalis pour les formes asiatiques à longues gousses charnues ;
  • CG Unguiculata pour les formes photoindépendantes (insensibles à la photopériode) à nombre d’ovules élevés ;
  • CG Biflora pour les formes photosensibles (sensibles à la photopériode) à faible nombre d’ovules et à graines à tégument lisse ;
  • CG Melanophthalmus pour les formes photosensibles à faible nombre d’ovules et à graines à tégument fin et ridé ;
  • CG Textilis pour les formes à longs pédoncules floraux.

10L’existence de ces morphotypes permet une remarquable diversité dans les usages : suivant les cas, on consommera les feuilles, les gousses vertes, les graines vertes ou les graines sèches, et le feuillage ira éventuellement alimenter du bétail. Dans certains cas, ce sont les pédoncules floraux qui seront utilisés à des fins textiles (Chevalier, 1944).

11On observe surtout une remarquable diversité morphologique des organes consommés (graines et gousses), qui a été, jusqu’à présent, plutôt un frein à la mise en place des variétés sélectionnées. On a ainsi vu les lignées VITA, presque toutes à graines à tégument lisse et épais, boudées par des consommateurs habitués, en Afrique de l’Ouest, à des graines à tégument fin et ridé. Dans le même registre, on pourra citer le cultivar TVX 3236 qui n’a pas eu, dans le nord du Cameroun tout au moins, le succès que ses performances agronomiques auraient pu laisser présager. Mais ses petites graines marron, certes à tégument fin, n’avaient pas les faveurs des consommateurs urbains.

12Ces goûts et préférences, plus ou moins affirmés, des consommateurs sont aussi très variables suivant les régions. L’enquête variétale effectuée par Stanton (1962) dans le centre et le nord du Nigeria a ainsi montré de grandes différences entre les régions. Aux cultivars à graines rouges du Bornou et aux cultivars à graines blanches du pays hausa, s’opposaient les cultivars très colorés des régions non islamisées du plateau Bauchi et des monts Mandara.

  • 1 Nous remercions MM. Gaudard et Mambou (Sodecoton), qui ont permis la réalisation des enquêtes vari (...)

13Contrairement au cas du voandzou, on observe pour le niébé des aires variétales assez précises. Les principaux cultivars ont été cartographiés à partir de 300 points d’enquête dans l’Extrême-Nord, un tiers de celles-ci étant effectuées par les auteurs, les deux tiers par le personnel d’encadrement de la Sodecoton (Pasquet et Fotso, 1994)1.

14Pour l’Extrême-Nord, la carte obtenue reflète trois tendances :

  • l’opposition entre monde islamisé et monde non islamisé, qui se concrétise par une succession d’aires concentriques autour du nord des monts Mandara ;
  • l’opposition dans les zones non ou faiblement islamisées entre les monts Mandara à l’ouest et une influence orientale plus ou moins liée au Logone via les groupes ethniques musgum et tupuri ;
  • l’opposition dans le monde islamisé entre l’influence peule, favorisant des graines blanches, et l’influence du Bornou, préférant les cultivars à graines rouges.

Nombre et densité des cultivars

15Une quarantaine de cultivars différents se rencontrent dans la région. Le terme « cultivar », habituellement utilisé pour désigner des lignées de matériel sélectionné, est pris ici dans un sens plus étendu. Nous appellerons un cultivar un ensemble de formes cultivées morphologiquement identiques, suivant la définition des codes internationaux selon laquelle le cultivar est le rang le plus bas à l’intérieur des formes cultivées.

16Chaque cultivar (abrégé en cv) est identifié par un numéro de collection, échantillon qui constitue la référence du cultivar. Outre sa morphologie, il peut être caractérisé par un usage, un mode d’insertion dans l’agrosystème et surtout une distribution géographique précise, répartition qui obéit à des contraintes d’ordre écologique, mais qui est le plus souvent déterminée par des facteurs humains.

17Cette répartition géographique permet certains regroupements ultérieurs de numéros ne différant que par un seul caractère, comme la couleur de la gousse ou de l’œil mais occupant exactement la même aire de culture et bien évidemment non distingués par les paysans. Le cas échéant, on parlera ainsi de variantes d’un cultivar donné.

18Les caractères morphologiques retenus sont essentiellement ceux des gousses mûres (forme, dimensions, nombre d’ovules et par extension nombre de graines par gousse, coloration et degré de déhiscence) et des graines (forme, taille, coloration et texture du tégument). Cette répartition des échantillons demeure quelque peu subjective. Comme signalé plus haut, certains numéros ont été attribués à un même cultivar, malgré de très légères différences de coloration ; la répartition, le mode cultural et l’usage n’étant en aucune façon modifié.

19Ainsi cv NO 40 regroupe des numéros à œil rouge et des numéros à œil noir ; cv NO 95, quelques rares numéros à gousse blanche ; S (Bi) regroupe tous les cultivars du CG Biflora à « phénotype sauvage » quel qu’il soit. E regroupe tous les numéros à œil de type « Small Eye » et constitue un ensemble assez varié.

20Le tableau I met en relief les disparités entre cultivars. Un quart des numéros collectés au cours des enquêtes effectuées dans l’Extrême-Nord appartiennent aux seuls cultivars NO 172 (à œil noir) et NO 259 (à œil rouge).

21Les cultivars à graines blanches à tégument fin et fripé qui caractérisent les plaines islamisées (E, NO 3, NO 5, NO 172/NO 259, NO 173, NO 347, et NO 1616) représentent plus de la moitié des numéros collectés. En revanche, certains cultivars des monts Mandara n’ont été rencontrés que dans quelques villages.

TABLEAU I. Fréquence des différents cultivars observés dans l’Extrême-Nord (nombre d’échantillons de chaque cultivar récoltés au cours des enquêtes)

TABLEAU I. Fréquence des différents cultivars observés dans l’Extrême-Nord (nombre d’échantillons de chaque cultivar récoltés au cours des enquêtes)

HYB correspond à des échantillons de graines issues de croisements entre formes à fleurs et graines blanches et formes à fleurs et graines colorées, Me = CG Melanophthalmus, Bi = CG Biflora, Un = CG Unguiculata, Se = CG Sesquipedalis, T = CG Textilis, S = Self, terme anglo-saxon désignant les cultivars à graines colorées sans œil, E = cultivars à œil de type « Small Eye » (NO = code pour région Nord)

22Les enquêtes ont aussi montré des disparités dans le nombre de cultivars rencontrés dans un village donné. La zone kotoko apparaît ainsi très pauvre avec un à trois cultivars par village. De même, les villages au cœur du pays mafa ne présentent pratiquement que des cultivars de type S. En revanche, on rencontre dans le nord des monts Mandara (autour du pays mafa), dans les pays tupuri et musey, un grand nombre de cultivars différents.

Le cultigroupe Textilis

23Le cultigroupe le plus ancien paraît bien être CG Textilis. Dans toutes les enquêtes où il en a été question, il est donné comme antérieur aux niébés cultivés pour leurs graines. CG Textilis se caractérise par ses longs pédoncules floraux (atteignant un mètre) dont on tire, une fois rouis, des fibres textiles utilisées pour la confection de cordelettes. On observe dans l’Extrême-Nord trois cultivars fort différents.

24Le premier cultivar se rattache aux formes sauvages (cv NO 27). Mais la gousse, souvent blanche, présente une déhiscence réduite. Les graines sont un peu plus grandes et, dans certains cas, partiellement blanches (cv NO 91). On le rencontre des monts Mandara à l’Adamaoua, même s’il a disparu des plaines.

25Le deuxième cultivar (cv NO 40), avec ses graines blanches, pourrait se rattacher au CG Melanophthalmus, même si le tégument n’est pas à proprement parler ridé (mais il n’est pas lisse et résistant comme celui des CG Biflora). Le nombre d’ovules est élevé, ce qui fait de ce cultivar un cas un peu à part, intermédiaire entre CG Unguiculata et CG Melanophthalmus (Pasquet, 1996). Il est cultivé par les Musgum (en tant que niébé textile) et par les Tupuri, mais ces derniers n’en utilisent pas les fibres et ne le considèrent que comme un cultivar précoce. Il est fort possible que ce cultivar ait été cultivé dans tout le Diamaré (et même plus au nord), dans la mesure où les Zumaya cultivaient un niébé textile, dont ils faisaient commerce avec les gens du Logone.

26Le troisième cultivar (cv NO 198) présente, lui aussi, le nombre d’ovules élevé de CG Unguiculata mais en même temps la petite taille des graines et la photosensibilité de CG Biflora. Il est cultivé par les seuls Masa.

27On remarquera l’opposition entre deux zones, d’une part selon les cultivars rencontrés (proches des formes sauvages à l’ouest, plus évolués dans les zones inondables), d’autre part selon l’usage fait des cordelettes. Dans les zones inondables, CG Textilis était jadis indispensable à toute activité de pêche au filet et, outre son usage vestimentaire, son importance économique était certaine. En montagne, au contraire, s’il était utilisé pour la confection de divers paniers, il servait avant tout de vêtement féminin, à savoir la ceinture pelvienne, qui pouvait être décorée. À ce titre il intervient toujours dans de nombreux rituels, mariages et surtout enterrements, ce qui signale un usage très ancien.

28D’après Chevalier (1944), on rencontrait CG Textilis sur tout le bassin du Niger, de la Bénoué, du Logone, du Chari. On le rencontrait aussi au Togo et au Bénin, avec un type de graines différent.

Le cultigroupe Biflora

29CG Biflora rassemble des cultivars photosensibles, à port plutôt rampant, à gousses plutôt courtes, souvent grises et présentant donc une relative déhiscence, à faible nombre d’ovules, et à graines à tégument lisse et le plus souvent coloré.

30On le rencontrait, d’après Chevalier (1944), dans toute la zone soudano-sahélienne du nord de l’Afrique ainsi que dans les oasis, mais il tend visiblement à disparaître au profit du CG Melanophthalmus, car, au Cameroun, CG Biflora ne se rencontre plus que sur les monts Mandara et plus particulièrement dans sa partie nord (pays kirdi mora, mafa, mofu, kapsiki) où l’on recense au moins une dizaine de cultivars.

Zone des massifs

31Les cultivars les plus primitifs (cv S), avec des gousses grises légèrement déhiscentes, et des graines à coloration similaire à celle des formes sauvages, crème, « gris », marbré ou tacheté, ne se rencontrent que dans la partie nord des monts Mandara, et surtout sur les massifs mafa. On ne cultive pratiquement que ces cultivars sur les terroirs les plus élevés du pays mafa (Oupay et Ziver). Les points de la carte hors de cette zone sont le fait de montagnards récemment installés en plaine.

32Cette microrégion, territoire des Mafa et Mofu, correspond à une aire tout à fait relictuelle ; il n’est donc pas surprenant d’y trouver des cultivars primitifs, proches des formes sauvages. On peut considérer cet ensemble comme la deuxième génération des niébés dans la région.

Zone des plateaux

33Les autres cultivars (la troisième génération), à graines colorées différemment (cv NO 251, NO 252, NO 183), présentent une distribution similaire mais sont pratiquement absents des hauts massifs mafa autour desquels leur répartition forme une couronne. Certains sont en revanche étroitement localisés : cv NO 11 et 106 au pays kapsiki, cv NO 2063 au pays mofu et giziga. Les cultivars à graines blanches (cv NO 117 et NO 1795), quasiment absents du pays mafa, sont au contraire plus répandus et se rencontrent aussi bien vers les marges nord (Gelebda) que sud des Mandara (Daba...).

Cycles bisannuels

34Un point intéressant est celui des cycles bisannuels, quelquefois trisannuels, des monts Mandara, où CG Biflora domine. Dans cette zone, bien étudiée par A. Hallaire (1988, 1991), une « année des femmes » avec culture de petit mil (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.) et d’éleusine (Eleusine coracana (L.) Gaertn.) alterne avec une « année des hommes » où la céréale dominante est le sorgho. Ce système, maintes fois décrit, reste toujours en partie inexpliqué. En effet, l’année des femmes entraîne, avec des récoltes quantitativement moins importantes, une année déficitaire.

35Vue en fonction de la culture des légumineuses, cette rotation à l’échelle du terroir, plus souvent d’un massif ou d’un groupe de massifs, est beaucoup plus pertinente. Pendant l’année des femmes, le sol est couvert de niébé, au milieu duquel poussent les pieds d’éleusine et de petit mil, qui ne gênent guère la légumineuse. Le niébé fixe dans le sol une quantité appréciable d’azote, qui sera surtout disponible pour la culture suivante, en fait au tout début du cycle suivant car l’azote est assez vite lessivé par les premières pluies. Pendant l’année des hommes, le sorgho, céréale plus exigeante, est plus à même d’apprécier cet apport azoté en début de croissance, d’où l’intérêt de faire suivre un cycle de niébé d’un cycle de sorgho, intérêt déjà relevé par différents auteurs (Hallaire, 1991).

36Mais le niébé, culture dominante de l’année des femmes, se révèle très sensible à une foule d’insectes phytophages. Aussi est-il judicieux de faire suivre une année avec niébé d’une année quasiment sans niébé (d’autant plus que le sorgho est plus gênant pour le niébé que l’éleusine et le petit mil), afin de briser le cycle de ces insectes et d’éviter leur pullulation. Mais cela n’est possible qu’à condition de répéter cette rotation sur une aire suffisamment vaste à forte densité de population humaine laissant peu de terrain inoccupé où les insectes pourraient se reporter facilement sur des légumineuses sauvages. Ces conditions prévalent dans le nord des monts Mandara et il est vraisemblable que la connaissance de ces phénomènes ait contribué à la synchronisation de la rotation.

Cultivars intermédiaires

37En dehors de cette zone des monts Mandara qu’il faut bien considérer comme relictuelle, on rencontre un autre cultivar photosensible à graines à tégument lisse, mais celles-ci sont toujours blanches et de taille plus grande. On pourrait le considérer comme la quatrième génération, très proche de CG Melanophthalmus.

38Cv NO 5 se caractérise par une graine le plus souvent lisse et une gousse en général violette. Il occupe une bande de 1° 5 à 2° de latitude, du milieu du Diamaré à la Bénoué, et les deux variantes (à graine lisse ou à graine ridée) présentent une distribution similaire. Ce type de répartition est caractéristique de CG Melanophthalmus et il pourrait raisonnablement être assimilé à ce groupe. Toutefois les paysans considèrent les numéros à tégument lisse comme des cultivars précoces, mûrissant avant la fin de la saison des pluies. Ces cultivars présentent tous une gousse violette, ce qui pourrait éventuellement laisser penser que tous les autres numéros sont des intermédiaires et que ce CG Biflora n’a subsisté en plaine que grâce à son exceptionnelle précocité.

Le cultigroupe Melanophthalmus

39CG Melanophthalmus rassemble des cultivars photosensibles à faible nombre d’ovules, comme chez CG Biflora, mais à gousses souvent de grande taille et surtout à graines à tégument fripé au lieu de lisse, ce qui s’avère très avantageux d’un point de vue culinaire : le tégument se retire facilement et la cuisson est plus rapide. En revanche, la graine mûrit mal en climat humide et l’aire de répartition du CG Melanophthalmus est plus restreinte en latitude que ne l’était celle du CG Biflora qui était cultivé sur les hauts plateaux de l’Ouest et sans doute dans les savanes au sud de l’Adamaoua.

40CG Melanophthalmus couvre l’ensemble des plaines et n’a pris pied qu’assez récemment sur les plus hauts massifs des Mandara, avant la période coloniale certes, mais les informateurs insistent toujours sur son caractère récent, par rapport aux CG Biflora et Textilis.

Cultivars localisés

41On peut distinguer deux ensembles. Le premier, assimilable à une cinquième génération, comprend un nombre important de cultivars aux graines souvent colorées, géographiquement assez localisés et surtout peu étendus en longitude, correspondant le plus souvent à un groupe ethnique. On citera d’abord cv NO 95 pour le pays musgum, cv NO 110 pour le pays wandala, cv NO 1732 (différencié de cv NO 929 par un tégument très ridé) pour les Musey, cv NO 2208 pour les Mofu et cv NO 42/NO 666 à graines jaunes pour les Tupuri.

42Cv NO 1387, cv NO 760/NO 1319 et cv NO 649 sont également localisés bien que l’identification à un groupe ethnique précis soit moins évidente. En fait, beaucoup de ces cultivars apparaissent soit en périphérie des monts Mandara, soit sur une zone centrée sur le Logone incluant les territoires musgum, musey et tupuri.

43La plus remarquable de ces « aires ethniques » est celle des cultivars à graines rouges NO 133 (à graines très ridées) et NO 144 (à graines moins ridées) qui matérialisent au Cameroun la zone d’influence bornouane. Elle inclut le pays kotoko et se prolonge sur toute l’étendue de l’ancien royaume du Bornou au Nigeria (Stanton, 1962) et peut-être aussi sur celle du Kanem au Tchad.

44Toutefois avec un cultivar sélectionné du Nigeria, Ife Brown ou un de ses dérivés, ce type de graines gagne rapidement du terrain, du nord vers la plaine de Koza touchant les montagnards descendus en plaine le long de la bordure nord-est du massif. Il s’étend ensuite de l’ouest vers la partie sud des Mandara, Kapsiki compris, chez des populations qui ne le consomment pas, mais qui en cultivent des quantités importantes pour le marché nigérian, et curieusement en pays tupuri, mais pas chez les Mundang voisins. Dans les Mandara, à l’exception des Mineo, où le niébé est une ancienne culture de rente, les montagnards font barrage et ces types n’ont pas pénétré le nord du massif.

Les « bandes de photopériode »

45Le deuxième ensemble, que l’on peut considérer comme la dernière génération de cultivars, est celui des graines blanches de grande taille, même si des graines violettes comme NO 927 constituent une variante rare de bon nombre de ces cultivars.

46Ces cultivars peuplent les espaces de plaine, aux populations islamisées, ouvertes aux influences extérieures. Ils ont la particularité d’être photosensibles. La floraison se déclenche quand la durée du jour descend en dessous d’un certain seuil. De ce fait, ces cultivars se rencontrent dans des zones où ils fleurissent approximativement quinze jours avant la fin de la saison des pluies (Summerfieldet al., 1985). Une floraison trop tardive soumettrait la plante à un déficit hydrique. Au contraire, une floraison plus précoce entraînerait une plus grande sensibilité des fleurs aux insectes et un mauvais séchage des graines à la maturation. Les autres cultivars de CG Melanophthalmus et, dans une moindre mesure, de CG Biflora, obéissent à ce schéma, mais leur faible extension en longitude rend le phénomène moins perceptible.

47En conséquence, la répartition des différents cultivars s’organise en bandes presque parallèles de 1° 30 à 3° de latitude qui se recouvrent et qui présentent un maximum de densité en leur milieu. Ainsi, en un point donné, on cultive des mélanges de cultivars présentant des différences de photosensibilité, assurance du cultivateur contre la variabilité de la fin de la saison des pluies, le cultivar dominant étant théoriquement le mieux adapté (Pasquet et Fotso, 1994).

48Du nord vers le sud, on observe d’abord le groupe des cultivars à graines très ridées, cv NO 133, cv NO 42/NO 666 et cv NO 1732 qui caractérisent la zone des yayrés et le pays tupuri, puis cv NO 173, surtout répandu dans les Mandara, plus spécialement sur sa périphérie.

49Cv NO 3 se rencontre un peu plus au sud, surtout chez les Daba et les Giziga. Cv NO 347 et cv NO 1616, à graines de grande taille, sont en plus cultivés chez les Masa, les Musey, et surtout chez les Gidar, plus au sud. Leurs aires de répartition sont centrées autour du parallèle 10° 30

50Toujours un peu plus au sud, cv NO 172, avec ses nombreuses variantes, occupe une aire similaire, centrée sur le dixième parallèle. Ensuite le cultivar NO 5, très commun vers 9° 30 de latitude et donc au sud de la zone considérée, se rencontre surtout chez les Daba et les Gidar, mais aussi chez les Tupuri où il est alors considéré comme un cultivar précoce.

51Enfin, l’ensemble cv NO 15/NO 929, avec de nombreuses variantes, et cv NO 348 occupent surtout plus au sud le pays fali et la zone des monts de Poli et des monts Alantika et n’apparaît que de façon marginale dans l’Extrême-Nord.

52L’exception serait le groupe des cultivars E, à œil de type « Small Eye ». Les différentes variantes actuellement reconnues sur la taille de la graine, l’extension et la couleur de l’œil, la couleur de la gousse, se rencontrent de 8° N à 11° N.

53Cette organisation en bandes parallèles n’est certes le fait que des cultivars les plus répandus (graines blanches à œil, indiscutablement les plus prisés). Mais on ne peut que supposer la même chose pour les autres cultivars photosensibles, CG Biflora compris, même si, pour ces derniers, le tégument de leurs graines, plus résistant, devrait peut-être les rendre moins sensibles à l’humidité et permettre plus de souplesse dans leur extension en latitude, comme pourraient le laisser supposer cv NO 5 et cv NO 40, récoltés en pays tupuri, avant la fin des pluies.

54Cette organisation en bandes parallèles présente un autre trait particulier. Une stricte adaptation de chaque cultivar à une photopériode donnée devrait entraîner une configuration en bandes orientées est-ouest. Or il n’en est rien, les bandes s’orientent ouest-nord-ouest — est-sud-est, ce qui est plus en rapport avec la pluviométrie, et plus précisément la durée de la saison des pluies (Suchel, 1972), qu’avec la photopériode.

55Cela implique, pour chaque cultivar, une certaine plasticité photopériodique, qui était d’ailleurs presque supposée au départ, dans la mesure où un écart de deux degrés n’est pas négligeable, considéré sous l’angle de la photopériode (Wien et Summerfield, 1980). Cette manifestation de plasticité pourrait être induite par des variations hygrométriques ou des variations de l’intensité lumineuse.

56Sur le plan humain, on peut faire une autre observation. Il apparaît, en particulier dans la zone est de la Bénoué, que les migrants venus des Mandara et environs abandonnent assez vite leurs propres cultivars. Il faut sans doute y voir la relative inadaptation de ces cultivars à un brutal décalage de deux degrés (ou plus) de latitude, plus qu’une « foulbéisation » qui a entraîné l’adoption de cultivars à graines blanches à tégument ridé, car dans ce cas, cv NO 173 en particulier serait plus abondant dans cette zone de la Bénoué.

Le cultigroupe Unguiculata

57CG Unguiculata est constitué de cultivars photo-indépendants, à port souvent très volubile, à graines à tégument lisse, crème (en général mais aussi noir, marbré, tacheté, gris, mauve et pourpre). Le nombre d’ovules est élevé.

58Au Cameroun, les cultivars de CG Unguiculata ont été introduits sans doute au cours du siècle précédant la période précoloniale, en général via la vallée de la Bénoué. On rencontre CG Unguiculata surtout à partir de l’Adamaoua, et, plus au sud, il est le seul cultigroupe rencontré. Dans cette zone, son absence de sensibilité à la photopériode permet de le cultiver au cours des deux cycles de culture annuels, alors que les cultivars photosensibles n’autorisent qu’un seul cycle de culture annuel.

59Trois cultivars se rencontrent toutefois dans l’Extrême-Nord : cv NO 74, à port érigé, mais à gousse pendante, a une aire limitée au pays musey. Sans doute allochtone, il n’a pas été possible de préciser son ancienneté. Cv NO 90 et cv NO 125 présentent en revanche un cas bien particulier. Vraisemblablement d’origine asiatique, ils ont été introduits avant la période coloniale. On les trouvait aussi sporadiquement entre autres au Tchad (pour cv NO 125), en Haute-Volta (pour cv NO 90).

60Dans l’Extrême-Nord, leur aspect radicalement opposé à celui des cultivars locaux en a fait des produits de valeur (usage réservé aux chefs, notables ou devins) auxquels on a attribué des propriétés aphrodisiaques (ils ne constituent dans la pratique que l’excipient des préparations), et que l’on a entourés de tout un rituel (Mofu, Hina, Mundang). Par la suite, ils ont diffusé, en particulier vers la plaine de la Bénoué, mais peu vers le Diamaré.

Conclusion

61La répartition géographique des cultivars et cultigroupes de niébé est liée d’une part, à des facteurs écologiques, d’autre part, et surtout, à des facteurs humains.

62Parmi les facteurs écologiques, la sensibilité à l’humidité (et à la sécheresse), via le déterminisme photopériodique de la floraison, limite chaque cultivar à une bande de 1° à 2° de latitude. Un cultivar photosensible cultivé trop au sud commencerait à fleurir trop tôt et serait soumis à un stress humide. À l’inverse, un cultivar photosensible cultivé trop au nord fleurirait trop tard et subirait un déficit hydrique.

63Parmi les facteurs humains conditionnant la répartition des cultivars et des cultigroupes, il en est d’abord d’anecdotiques : l’appropriation d’un cultivar nouveau que l’on utilise comme instrument de pouvoir. Ce dernier exemple, celui des « niébés aphrodisiaques », peut paraître limité mais il illustre l’ancien rôle rituel de certaines chefferies dans la diffusion des semences (Seignobos, 1991).

64Plus importante, la répartition des cultivars de niébé traduit des aires d’échange préférentielles et sert ainsi de marqueur pour des ethnies ou des groupes d’ethnies. À des échelles différentes, on citera cv NO 11/NO 106 pour certains villages particuliers du pays kapsiki, cv NO 110 pour le pays wandala ou cv NO 1732 pour les Musey, cv NO 40 et cv NO 95 pour l’ensemble Musgum-Tupuri. La plus importante de ces aires est celle des cultivars à graines rouges qui caractérise l’empire du Bornou et sa zone d’influence (Stanton, 1962).

65De la même manière, la répartition des cultivars de niébé peut aussi refléter des mouvements de populations récents. L’avancée anachronique de cultivars de CG Biflora (à graines blanches) en plaine illustre ainsi la descente des montagnards dans le Diamaré.

66À l’inverse, la distribution géographique des cultivars de niébé met en relief l’hétérogénéité de certains grands ensembles. Un exemple est celui de la domination peule qui entraîne la culture et la consommation de CG Melanophthalmus à grandes graines blanches. Les lamidats peuls constituent des structures politiques culturellement très hétérogènes dont la composante non islamisée transparaît dans l’usage des graines colorées.

67Dans certains cas on pourra parler de marqueur du peuplement. Par exemple, cv NO 40 et cv NO 95 matérialisent une connexion entre Musgum et Tupuri et individualisent cet ensemble par rapport aux Mundang vers l’ouest et aux Masa vers l’est. Cela pourrait illustrer la domination de locuteurs adamawa sur un fond de population paléo-musgum.

68En fait, le schéma d’ensemble est remarquablement corrélé à l’histoire du peuplement et des cultures matérielles.

69Il y a tout d’abord une opposition très nette entre monde islamisé et non islamisé, qui correspond à l’abandon ou à la conservation des différents traits de culture matérielle face au modèle peul. La figure que l’on obtiendrait en spatialisant l’importance des cultigroupes et des groupes de cultivars est une succession d’aires concentriques ayant pour centre le nord des monts Mandara.

70Les Mafa, un des groupes les plus conservateurs, se trouve le seul à faire un usage abondant des cultivars à « phénotype sauvage ».

71Immédiatement autour se situent l’aire des cultivars du CG Biflora à graines colorées qui correspond aux ethnies des massifs (Mafa, Kirdi-Mora, Mofu, et curieusement Kapsiki), puis celle des cultivars du CG Biflora à graines blanches, cette dernière incluant quelques îlots dans les Alantika et l’Adamaoua.

72On trouvera ensuite l’aire où se rencontrent assez couramment des cultivars colorés du CG Melanophthalmus, avec un pôle en périphérie des monts Mandara et un pôle sur le Logone. Vient enfin l’aire où l’on ne trouve pratiquement que des cultivars à graines blanches, qui est en même temps l’aire des cultivars aux graines les plus grosses, qui corres pond au centre du Diamaré et à la plaine de la moyenne Bénoué, c’est-à-dire aux zones contrôlées et colonisées par les Fulbe dès le début du XIXe siècle.

73Cette répartition reflète finalement celle de l’implantation de l’islam dans le nord du Cameroun, le changement de religion allant un peu de pair avec l’adoption de la culture matérielle peule (architecture, vêtement...). Ce phénomène s’observe d’ailleurs avec le seul CG Textilis. Ainsi CG Textilis se rencontre encore assez facilement chez les montagnards, où son maintien dépend surtout des pratiques rituelles, plus rarement chez les Masa et Musgum, et plus du tout chez les Kotoko, qui en faisaient pourtant un usage très important.

74Il est alors possible de conclure sur une Histoire des légumineuses au Cameroun. La chronologie des cultigroupes est bien attestée. Les informateurs, dans les Mandara tout au moins, sont unanimes sur ce point. CG Textilis est assurément le cultigroupe le plus ancien, puis viendraient CG Biflora et enfin CG Melanophthalmus, pour la partie nord du pays.

75CG Textilis est très vraisemblablement une plante liée aux populations de langue nilosaharienne, adoptée par les populations voisines de langue adamawa. L’arrivée de CG Biflora correspond sans doute à celle de céréaliculteurs purs et au recouvrement de populations de langue adamawa par des populations de langue tchadique. L’émergence de CG Melanophthalmus et la mise en place des bandes de photopériode sont des phénomènes plus récents, mais l’événement n’est pas linguistiquement datable.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Chevalier (A.), 1944 — La Dolique de Chine en Afrique. Revue de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale, 24 : 128-152.

Hallaire (A.), 1988 — « Systèmes agraires et histoire dans les monts Mandara ». In : Barreteau (D.), Tourneux (H.), éd., Le milieu et les hommes, recherches comparatives et historiques dans le bassin du lac Tchad, actes du 2e colloque Méga-Tchad, Orstom Bondy, 3-4 oct. 1985, Paris, Orstom, coll. Colloques et Séminaires : 215-220.

Hallaire (A.), 1991 — Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Les monts Mandara. Paris, Orstom, coll. à travers champs, 253 p.

Linné (C. von), 1753 — Species Plantarum. Stockholm, Laurent Salvii, vol. 2, ed. 1.

Linné (C. von), 1763 — Species Plantarum. Stockholm, Laurent Salvii, vol. 2, ed. 2.

Maréchal (R.), Mascherpa (J. M.), Stainier (F.), 1978 — Étude taxonomique d’un groupe complexe d’espèces des genres Phaseolus et Vigna (Papilionaceae) sur la base de données morphologiques et polliniques, traitées par l’analyse informatique. Boissiera 28 : 1-273.

Pasquet (R. S.), Fotso (M.), 1994 — Répartition des cultivars de niébé (Vigna unguiculata (L.) Walp.) du Cameroun : influence du milieu et des facteurs humains. J. Agr. Trad. Bot. Appl., 36 (2) : 93-143.

Pasquet (R. S.), 1996 — « Cultivated cowpea (Vigna unguiculata) evolution ». In : Pickersgill (B.), Lock (J. M.), eds, Advances in Legume Systematics 8 : Legumes of economic importance, Kew, Royal Botanic Gardens : 101-108.

Seignobos (C.), 1991 — « Le rayonnement de la chefferie théocratique de Gudur (Nord-Cameroun) ». In : Boutrais (J.), éd., Du politique à l’économique, études historiques dans le bassin du lac Tcha,. Paris, Orstom, coll. Colloques et Séminaires : 225-315.

Stanton (W. R.), 1962 — The analysis of the present distribution of varietal variation in maize, sorghum, and cowpea in Nigeria as an aid to the study of tribal movement. J. Afr. Hist., 3 (2) : 251-262.

Suchel (J.-B.), 1972 — La répartition des pluies et les régimes pluviométriques au Cameroun. Talence, CEGET, Travaux et Documents de Géographie Tropicale 5.

Summerfield (R. J.), Pate (J. S.), Roberts (E. H.), Wien (H. C.), 1985 — « The physiology of cowpeas ». In : Singh (S. R.), Rachie (K. O.), eds., Cowpea research, production and utilization, Chichester, John Wiley & Sons : 65-101.

Westphal (E.), 1974 — Pulses in Ethiopia, their taxonomy and agricultural significance. Wageningen, Centre for agricultural publishing and documentation, Agricultural Research Reports 815.

Wien (H. C.), Summerfield (R. J.), 1980 — « Adaptation of cowpeas in west Africa : effects of photoperiod and temperature responses in cultivars of diverse origin ». In : Summerfield (R. J.), Bunting, (A. H.), eds, Advances in Legume Science, Kew, Royal Botanic Gardens : 405-417.

Notes

1 Nous remercions MM. Gaudard et Mambou (Sodecoton), qui ont permis la réalisation des enquêtes variétales.

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Fréquence des différents cultivars observés dans l’Extrême-Nord (nombre d’échantillons de chaque cultivar récoltés au cours des enquêtes)
Légende HYB correspond à des échantillons de graines issues de croisements entre formes à fleurs et graines blanches et formes à fleurs et graines colorées, Me = CG Melanophthalmus, Bi = CG Biflora, Un = CG Unguiculata, Se = CG Sesquipedalis, T = CG Textilis, S = Self, terme anglo-saxon désignant les cultivars à graines colorées sans œil, E = cultivars à œil de type « Small Eye » (NO = code pour région Nord)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteurs

IRD, Montpellier

IEMPM, Centre de Nutrition, Yaoundé

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540