Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Sorghos et civilisations agraires

Christian Seignobos

Volltext

1La province de l’Extrême-Nord présente une exceptionnelle richesse variétale de sorghos (plus de 1 500 variétés), liée d’une part au cloisonnement ethnique incitant chaque groupe à sélectionner ses espèces et, d’autre part, à la présence de groupes conquérants qui ont ouvert de vastes zones de plaine à la diffusion de sorghos venant d’horizons plus lointains.

2Toutefois, cette grande diversité est dominée par les Sorghum bicolor bicolor qui comprennent les races caudatum, durra, guinea et kafir. La plupart des cultivars présentent un mélange de deux races, telle la race intermédiaire durra-caudatum, par exemple.

3Les caudatum sont des sorghos typiques de l’Afrique centrale et orientale. Les grains dissymétriques aplatis sur la face ventrale, bombés sur la face dorsale sont caractéristiques. La forme de la panicule est variable, mais les épillets sont faiblement marqués.

4Les durra du bassin du lac Tchad et de l’Afrique de l’Est sont remarquables par leur panicule compacte et par l’apparition de pédoncules crossés. Les glumes, petites, sont collées au grain globuleux.

5Les guinea appartiennent à l’Afrique de l’Ouest. La panicule lâche porte des épillets dont les glumes ouvertes renferment des grains elliptiques. Ces sorghos sont presque toujours de grande taille et photosensibles. Sont présents également dans l’Extrême-Nord les sous-races guinea guineense, margaritiferum et gambicum.

6Les kafir, ici peu représentés ou par des individus à affinité kafir, présentent un grain symétrique pris dans des glumes de taille variable. La panicule a tendance à être cylindrique. La hauteur de ces sorghos est petite ou moyenne.

Une aire de confrontation des sorghos

Les grands ensembles

7Dans l’éventail des sorghos de la province, le fond caudatum, durra et durra-caudatum est le plus important, bien que l’on soit sur la marge la plus occidentale de leur aire. La progression des caudatum, puis des durra en provenance du nord-est, est en accord avec les poussées migratoires successives.

8Pour A. Stemleret al. (1975), les Sorghum bicolor de race caudatum seraient des cultivars relativement récents, mais déjà bien implantés entre le lac Tchad et l’Éthiopie vers l’an 1000. Ils auraient été sélectionnés à partir d’un matériel de Sorghum bicolor par d’anciens peuples du Soudan central et méridional.

9Les caudatum se sont diffusés vers l’ouest où ils essaiment dans la région du Nigeria nord-oriental et vers le sud, en Ouganda. A. Stemleret al. constatent une adéquation géographique entre les locuteurs de langues Chari-Nil (et les groupes qui leur sont historiquement associés) et le caudatum. Au niveau des civilisations agraires, il s’agit de groupes agropasteurs.

10Les caudatum se développent dans le bassin du lac Tchad sur des séquences migratoires nord-est/sud-ouest, de peuples poussés par les coups de butoir donnés — en ce qui concerne les derniers mouvements — par les États bulala, le Kanem, puis le Baguirmi.

  • 1 Les preuves reposent sur les grains de caudatum trouvés dans les fouilles de Daïma (Bornou) par G. (...)

11Les sorghos se seraient diffusés par affinité de modes de vie communs à des groupes plus spécialisés dans l’élevage. Le caudatum s’accommode de conditions écologiques précaires et assure une production optimale à moindre effort. Il permet aux sociétés qui l’ont adopté de se libérer pour d’autres activités valorisées, l’élevage ou la pêche. Toujours selon A. Stemleret al., ce seraient les Saw, au sud du lac Tchad, qui auraient été les introducteurs des caudatum1 dans la région. Les Saw recouvraient une constellation de micro-cités qui élevaient du bétail et se livraient à la pêche dans un milieu très amphibie.

12Si l’on dresse l’inventaire des sorghos chez les sociétés d’agropasteurs restées très préservées jusque vers les années 1950 (comme les Musgum et les Masa de part et d’autre du Logone, au sud de l’aire du peuplement saw), les caudatum et durra-caudatum sont quasi l’exclusive. Les caudatum sont des sorghos adaptés à l’inondation et aux conditions qui prévalaient du sud du lac Tchad au Fitri.

13Il semble qu’à l’ouest les caudatum n’aient pas pu pénétrer les aires des guinea aux qualités culinaires autrement plus performantes, mais que de leurs contacts soient nées des variétés mixtes.

14Les caudatum furent peu à peu rejoints par des durra qui se diffusaient également d’est en ouest, sur une latitude plus haute, par la chaîne des grands royaumes sahéliens du Darfur, des États bulala et du Kanem-Bornou... Des populations de type kuka, refoulées du lac Fitri, les introduisirent dans les cités pré-baguirmiennes du Banre sur la rive orientale du Chari.

  • 2 CB + ou CB -.

15H. Barth (1857, vol III : 186) signale l’introduction de sorghos durra du Bornou chez les Kotoko et les Musgum. Les durra y sont d’autant mieux acceptés qu’ils servent — et renforcent même — les économies en place. Sorghos de soudure par leur cycle très court, ils permettent de fortes densités de semis sur des champs de case constituant l’essentiel du terroir. Ils présentent toutefois les mêmes défauts que les caudatum. Aléa de leur rusticité, ils contiennent du polyphénol (couche brune2) qui rend les grains très farineux et confère aux « boules » une couleur foncée et un goût un peu amer.

16La longue coexistence entre durra et caudatum a conduit à l’apparition de nombreux cultivars intermédiaires.

17Toutefois, la région a enregistré récemment d’importants contre-courants. À partir de leur zone de confrontation avec les guinea au centre et à l’est du Nigeria, on assiste à un retour de durra sous la forme de sorghos très spécialisés car « désaisonnés », appelé muskuwaari. De leur berceau qu’est le Bornou, ils sont revenus sur le bassin du lac Tchad et sont descendus vers la Bénoué.

18Un caudatum très particulier, le cerge, est devenu le sorgho des monts Mandara, où il s’est diversifié. Il aurait migré de l’ouest après hybridation avec des guinea puis, sur place, avec de nouveaux durra-caudatum.

  • 3 Chez les Hina, par exemple, le sorgho ngulay est un durra-caudatum par la forme de sa panicule, gr (...)

19Les monts Mandara centraux qui représentent une sorte de cul-de-sac migratoire avec la convergence des deux mayos Tsanaga et Boula offrent un véritable foisonnement de variétés et aussi de formes hybrides difficiles à classer3. Les guinea margaritiferum viennent, eux, du sud-ouest. Ils se sont infiltrés depuis le sud avec la remontée, en provenance de la Bénoué, de locuteurs de langues « Adamawa eastern » : les Mundang et les Tupuri. Ils sont rejoints par des sorghos originaires du sud et du sud-est descendus du Logone : kafir, notabile, nigricans (cf. la classification de Snowden). Ces derniers touchent ici la limite de leurs aires d’expansion. Défavorisés par leurs cycles trop longs, leur reflux vers le sud est mis à profit par un retour des caudatum.

Les conquérants et les vaincus

20Les sorghos subissent, au sein même de leur famille, des fluctuations qui en font des cultivars performants « généralistes » ou « spécialisés ». Ils peuvent par la suite se trouver en retrait, voire disparaître selon l’évolution de l’agrosystème, en fonction de variations pluviométriques, de la pression des acridiens et des ravageurs. Sécurité et insécurité peuvent aussi promouvoir des tactiques agronomiques et des choix de sorghos bien différents.

21Nous ne donnerons que des exemples récents d’abandon et de progression des sorghos.

22À la fin des années 1960, on observait une distribution a-zonale des sorghos qui s’expliquait non seulement par la présence de reliefs, mais aussi par l’histoire. J. P. Marathée (1970 : 13), signalait un certain nombre de discordances dans la carte de répartition variétale d’après leurs cycles et les isohyètes. En admettant que les variétés précoces se contentent de 750 mm d’eau et que les variétés tardives ne devraient pas descendre au-dessous des 900 mm, force est de constater que certains sorghos n’étaient pas à leur place. On rencontrait des variétés tardives au nord de l’isohyète 800 mm, des yolo’bri (guinea guineense) qui, à défaut de pluie, bénéficiaient sur les bords des mayos des meilleures terres à fort pouvoir de rétention en eau ou encore de microclimats sur les piémonts des massifs. Ces sorghos tardifs, plus sensibles que les autres au photopériodisme, imposent des semis souvent décalés qui leur permettent de gagner un mois sur le cycle. On trouve, à l’inverse, des sorghos rouges hâtifs, comme bulbaasiri ou dammungerii, en position très méridionale par rapport à ce que devrait être leur terre d’élection. Ils sont arrivés là à la faveur de périodes sèches, où leur cycle réduit les a fait apprécier, mais surtout, ils ont profité, au cours de ces dernières décennies, d’une plus grande fluidité dans la circulation des semences.

23Les remarques de Marathée sont antérieures aux stress climatiques de 1973 et de 1984. Les yolo’bri ont disparu après 1973. On n’observe qu’un timide retour après 1992 et 1995, années de pluviométrie exceptionnelle.

24D’autres disparitions semblent irrémédiables, celles de cultivars peu appétés qui visaient à se prémunir des agressions de sauteriaux, parfois de prédateurs comme les singes ou encore du vol de récoltes sur pied et du grappillage de voisins indélicats. Ces sorghos (variété à couche brune), très amers, surtout avant maturité, étaient disposés le long des sentes à des fins dissuasives ou semés en champ sur des parcelles difficiles à surveiller. Chez les Mafa de Mouhour, le dungdu était placé en limite des champs, contre les oiseaux et les incursions des singes. Chez les Mboku, le daw osibek (très tardif) n’était pas, non plus, appété par les singes et, pour cela, était autrefois semé sur les piémonts immédiats. Le xa kari (mil du chien) des Bana de Guili, au grain à la fois grisâtre et fripé, était à ce point amer que même les criquets n’en voulaient pas. Il connut d’ailleurs un certain succès à la suite d’invasions acridiennes répétées. On retrouvait ces sorghos pratiquement partout en montagne : dri ma diknak des Hina, ztaway madgnak des Buwal, slaraway mirhi (cailcédrat) des Giziga, appelé ainsi par analogie avec l’amertume bien connue de l’huile de Khaya senegalensis.

25Chez les Daba, était semé le long des parcelles un sorgho, voh, dissuasif pour le petit bétail, dont il pouvait même entraîner la mort à cause de sa concentration en tanins. Sa consommation pour l’homme était précédée d’un bouillissage et d’une macération dans de l’eau additionnée de sel de potasse. Ce sorgho ne servait à l’alimentation qu’en cas de pénurie, mais il pouvait, mélangé à d’autres, contribuer à produire de bonnes bières.

  • 4 Dans la région, cette caractéristique intéresserait particulièrement les mils pénicillaires, chez (...)

26Sur la partie septentrionale des monts Mandara se récolte un sorgho très aristé4 : ahay hambast (Vame), qui éloigne les oiseaux et décourage le grappillage. Également présent chez les Kirdi Mora, Uldeme, Zulgo... c’est un caudatum à panicule allongée, au grain ivoire, à la glume beige (CB-). Ici, le caractère aristé remplace l’amertume. On trouve aussi des sorghos à poils en plaine, comme le zay kri des Giziga.

27Actuellement, sont en recul et disparaissent certains sorghos trop spécialisés ou, au contraire, ceux qui se présentent comme sorghos à tout faire. Les premiers sont, par exemple, les sorghos tinctoriaux, durra-caudatum, aux cannes fortement anthocyanées, des sorghos susceptibles de fournir un sel recherché, les sorghos antiverse que l’on peut cultiver sur les versants exposés grâce à leurs cannes courtes et à leur fort enracinement... Les seconds, caudatum, sont ceux aux grains se consommant crus, en boule ou en bière et dont la canne pouvait être légèrement saccharifère, mais qui, en revanche, présentent de faibles rendements. Disparaissent aussi les sorghos à haute valeur rituelle jugés dangereux ou obsolètes.

28En revanche, certaines variétés sont en passe de participer à toutes les gammes de sorghos des sociétés villageoises de la région, comme le walaganaari, venu du Bornou, via le Wandala et le muzukri issu du Logone.

29Les sorghos à cycle court et les sorghos « désaisonnés » (non tributaire de la répartition des pluies) continuent à se développer.

Les mécanismes d’adoption et de refus

30La mentalité des paysans soudaniens s’avère plutôt négative devant l’acquisition de sorghos dont ils ne connaissent pas la provenance. Comme le signalaient A. Stemleret al. (1975 : 165) : « The usual reaction to an unfamiliar kind of sorghum is that it is unfit for human consumption ». Tout va donc dépendre de qui l’on obtient le sorgho. Si ce n’est pas de groupes reconnus comme implicitement supérieurs, le sorgho devra subir un stage de socialisation chez le chef de terre ou de massif qui le testera rituellement avant de le diffuser ou de le rejeter.

31Les sorghos ne sont pas neutres. Adopter un sorgho (plus que tout autre culture) représente un engagement pour les uns et l’acquisition d’une monnaie d’échange pour les autres. La diffusion des semences n’était pas libre. Du XVIe au XVIIIe siècle, la chefferie de Goudour sert de référence pour un grand nombre de clans dans les monts Mandara ou sur leurs abords. Située à l’entrée des monts Mandara, elle « contrôlait » le cycle du mil, par la maîtrise de la pluie et celle des acridiens et autres ravageurs, s’arrogeant aussi un droit de regard sur les semences. Une nouvelle semence qui arrivait sur un des massifs participant à sa mouvance religieuse (pratiquement l’ensemble des monts Mandara centraux et septentrionaux) devait par le canal de son chef être remise au représentant de Goudour. Elle devait d’abord être cultivée sur l’aire sacrée du domaine du chef de Goudour. Les techniques et façons culturales y étaient envisagées, de la même façon que sa protection occulte.

32Lieu de pèlerinage pour ceux qui cherchent à éloigner de leurs terres sécheresse, criquets, épidémies... Goudour était également une plaque de redistribution des semences. Les pèlerins en apportaient et pouvaient en recevoir. Il existe dans l’histoire de Goudour et de ses relais rituels des démêlés à propos de semences jugées impropres, qui poussèrent ceux qui les avaient reçues à entrer en dissidence (Mouhour, Sukur...).

33La notion de propriété est associée aux sorghos. Tel sorgho peut être présenté comme appartenant à un groupe ou à certaines familles. Le sorgho précisément nommé cerge est longtemps resté une prérogative du chef de Goudour et il ne pouvait être cultivé que sur ses champs. Il ne s’est vulgarisé qu’ultérieurement dans la région et chez les Cuwok. Le chef de Sukur, qui est le pendant de Goudour sur le versant occidental des monts Mandara, possédait également son propre sorgho.

34Chez les Zulgo, par exemple, zungal, sorgho à panicule conique, au grain rougeâtre, au cycle de quatre mois et cultivé en champ de case, ne peut être exploité sans avoir été hérité. Seuls les aînés appartenant au clan du chef en disposent. Les enfants n’ont pas le droit d’y toucher, il fait partie de l’arsenal des ordalies.

  • 5 Les sorghos d’ombre sont circonscrits à la périphérie de la plaine de Gawar. C’est le dawmezet (Mo (...)

35Chez les Buwal de Gadala, der ma palaw, sorgho des sacrifices, pousse uniquement à l’ombre, souvent sous des frondaisons qui protègent les autels. Seules certaines familles peuvent le cultiver, de même que ceux ayant tué un homme ou une panthère et leur descendance directe. C’est un sorgho aujourd’hui d’un intérêt agronomique limité et qui ne se conserve pas dans les greniers5.

  • 6 Il ne s’agit que rarement de sorghos appartenant à des forgerons. C’est une appellation de dépréci (...)

36Les jumeaux ou ceux qui en ont engendré, principalement dans les monts Mandara centraux, disposent, et eux seuls, de sorghos aux grains gémellés et de couleur généralement blanche (couleur réservée aux jumeaux). Il existe aussi des sorghos dits « des forgerons »6.

37Certains sorghos sont neutres, alors que d’autres sont chargés de tout un poids affectif ou rituel. Si les sorghos peuvent être l’enjeu de chartes de cohabitation (un groupe est accepté parce qu’il apporte un nouveau sorgho), passer par les filières de chefferie à support religieux... ils peuvent également être volés et maints récits s’en font l’écho.

38L’islam a d’une certaine façon « laïcisé » les cultures, et les grands royaumes de plaine furent à tour de rôle des vecteurs de la diffusion des sorghos. Le Wandala, prolongement méridional du Bornou, puis les Fulbe ont joué ce rôle jusqu’à nos jours.

39Il est toujours malaisé de cerner les phénomènes de diffusion, et celle des sorghos n’échappe pas à la règle. Certains connaissent une fortune rapide, d’autres au contraire restent confinés dans des zones réduites. Les acteurs de diffusion peuvent aussi être inattendus. Ainsi, au pied du petit massif de Bilgim, des groupes giziga et mofu cultivent un sorgho appelé galang zungu (âne), qui est un durra-caudatum hâtif, à panicule massuée, au grain petit, blanc, teinté d’ocre, à la glume acajou (CB +). Après la célèbre famine de 1926-27, appelée daskaywa, au cours de laquelle ces populations avaient perdu jusqu’à leurs semences, des caravanes d’ânes conduites par des Arabes Showa vinrent leur proposer des sacs de ce sorgho en échange de têtes de petit bétail.

40Nous évoquerons la diffusion des quatre grandes familles de sorghos de la province telles que les désignent les Fulbe : cerge, njigaari, yolo’bri et muskuwaari.

La diffusion des cerge ou sorghos de montagne

Hypothèses de diffusion

41Les administrateurs coloniaux, puis les services de l’agriculture ont emprunté le terme peul pour désigner les sorghos des montagnards, en parlant de tchergués (cerge).

42La fulbéisation du terme cerge en cergeeri n’est généralement pas retenue par les Fulbe, ni par les non-Fulbe, car cergeeri présente un risque homonymique avec cargaari (Eleusinecoracana). Cette appellation est toutefois ambiguë en ce qu’elle désigne à la fois un cultivar très précis de la région de Goudour et sert de terme générique pour les autres sorghos des lithosols de type caudatum. Ces derniers portent une infinité de noms vernaculaires puisqu’ils sont au cœur de l’agrosystème. Toutefois, le terme de slaraway/zaraway est commun aux Mafa, Mofu et apparentés qui sont les principales ethnies des monts Mandara.

43Le nombre de variétés de cerge n’est pas connu, chaque massif ayant sélectionné ses cerge. Cette profusion est précisément due au compartimentage des monts Mandara. Chaque « massif », pris au sens de montagne où s’exerce le même pouvoir politico-religieux traditionnel, possède de deux à huit cerge. Ce sont des sorghos éminemment ethniques.

  • 7 La station IRAT de Guétalé a dû arrêter en 1968 la sélection des cerge qu’elle avait entreprise, c (...)

44Telle famille de sorghos présente une certaine diversité, tout en demeurant très typée et reconnaissable du premier coup d’œil. Cette diversité se manifeste dans la couleur, même si près de 70 % offrent des teintes dans la nuance vieil ivoire, ce qui les désigne parfois comme « sorghos jaunes ». Certaines variétés sont mutiques, d’autres un peu, voire beaucoup aristées ou encore — rarement il est vrai — disposent d’une couche brune. Ces sorghos sont parfaitement adaptés aux lithosols peu profonds des terrasses et aux chaos de blocs, alors qu’ils végètent sur les sols de la plaine7, excepté peut-être sur les sols fersiallitiques.

45Les cerge ont pénétré les monts Mandara en provenance, sinon du plateau Bauchi (Nigeria), du moins des rebords occidentaux des monts Mandara. Un certain nombre de récits étiologiques ou de mythes de fondation sont sans équivoque sur cette origine. De nouveaux venus, en position de quémandeurs de terre ou se posant en concurrents du clan au pouvoir, séduisent les autochtones par une offre qui peut être une nouvelle variété de sorgho, ou encore il est spécifié qu’à son arrivée sur tel massif, le héros civilisateur était en possession de tel sorgho.

46Chez les Mafa, par exemple, le héros civilisateur Shiler, parti de Sukur et qui se présente au pied du massif de Magoumaz, porte dans le capuchon de son carquois (l’arc fait ici parallèlement son apparition) des grains d’un sorgho inconnu. Madambrom, le chef en place, est séduit par ce sorgho. Il en réclame de la semence et l’échange finalement contre la chefferie. Il est plus aléatoire de préciser le premier type de cerge introduit car le mythe a toujours un comportement gigogne : la structure demeure constante, mais l’habillage change. Le sorgho désigné a tendance à être celui qui est le plus cultivé, comme pour mieux renforcer la légitimité du clan conquérant encore au pouvoir. Parallèlement, il fait référence à une maladie affectant les faux épis du petit mil qui décime les gens de Madambrom. Cette figure du mythe complète l’expression de l’abandon de l’ancien agrosystème, fondé sur les mils pénicillaires, pour le nouveau marqué par la prééminence des sorghos caudatum.

  • 8 Appelés majamay à Moutouroua, sluruwi à Midjivin, zlerewi à Gadas.

47Un faisceau d’indices du même ordre permet d’émettre l’hypothèse d’une diffusion des cerge de l’Ouest, les dernières variétés transitant par le centre de pouvoir que fut Sukur. Ils se diffusèrent vers le sud, jusqu’en pays daba et fali, et vers le nord, à travers les plateaux centraux. Le rebord occidental est touché avec la région de Goudour. Le clan Gwaadama — qui nomme les chefs de Goudour — s’en fit l’initiateur. Les Gwaadama disent avoir volé la semence à Gulvom, à l’ouest, (village au sud de Mabas dans la mouvance de Sukur). Le héros civilisateur a caché les graines de slaraway dans son sexe avant de fuir de Gulvom, image du rapport consubstantiel entretenu par l’homme avec « son » sorgho. Les cerge atteignirent même — la gamme étant là beaucoup plus pauvre — les massifs-îles en avant des monts Mandara : Loulou, Moutouroua, Midjivin8 ainsi que l’ensemble des massifs-îles au nord de Maroua.

48Ces derniers n’étaient occupés que sur leurs piémonts par des groupes venus de la plaine. Les cerge acclimatés sur la chaîne des monts Mandara permirent à des colonies de montagnards d’aller s’établir et de cultiver les massifs-îles de Tchéré, Mékéri, Mawasl... ce qui, par ailleurs expliquerait l’impression de colonisation plus récente de ces reliefs. Sur le massif mofu de Mékéri, par exemple, le sorgho makjaba est un cerge tardif (cycle supérieur à 5 mois), la panicule est allongée, le grain gros, jaune pâle et la glume noire (CB-). Le clan Manzha qui possède la chefferie à Douroum affirme être issu des Giziga Bi-Marva de Maroua. Ils sont arrivés à Douroum avant la conquête peule avec un salaway, sorgho rouge hâtif, durra-caudatum, à petite panicule, massuée, au grain ocre-brun, à la glume acajou (CB-). Devenus montagnards et convertis aux cerge, certains, à la suite d’une querelle pour la chefferie, se détachèrent pour aller conquérir le massif-île de Mékéri. À Mékéri, le sorgho « civilisateur » et emblématique ne peut plus être leur salaway, car, sur les piémonts, les sorghos rouges sont omniprésents chez les Giziga, ce sera donc un cerge. C’est devenu « leur » sorgho, aussi leurs filles mariées ailleurs, sur d’autres massifs, devaient-elles revenir une fois par an, au moment des récoltes pour manger ses grains crus et boire le sufa, une eau dans laquelle ont macéré ses grains germés.

Qualités et défauts des cerge

49Les rendements des cerge sont bons. Peu sensibles à la verse en montagne, ils tallent très peu et poussent entre les rochers, un chaos de blocs peut constituer un champ tant ils sont des écotypes parfaits des lithosols. Ils produisent de hautes cannes, ce qui pour les montagnards est une qualité, l’indigence en bois de ces économies autarciques les faisant rechercher pour la construction des toits, la protection des murs de cases et surtout comme combustible.

50Ils sont assez peu sensibles aux moisissures en dépit parfois d’une mauvaise exsertion de la panicule et ils « ne noircissent pas », à la différence, par exemple, du yolo’bri, s’ils reçoivent une pluie tardive en fin d’épiaison. Le grain est gros, 1 000 grains pèsent entre 40 et 60 g, moyenne supérieure à celle des sorghos de plaine. Le grain est dépourvu de couche brune, sauf pour 5 % d’entre eux. Sa vitrosité, autour de 2 dans l’échelle de Bono, confère une excellente qualité à sa farine. Ils se conservent bien dans les greniers, pendant deux à trois ans et parfois même dix chez les Jimi et les Bana, mais dans des conditions très particulières il est vrai (Seignobos, 1986 : 7).

51Nous donnerons quelques exemples de cerge, tous caudatum. Ils représentent les sorghos les plus anciens et constituent l’ingrédient sacrificiel par excellence.

  • slaraway (chez les Mofu Zidim) : semis-épiaison 4 mois et demi, panicule petite légèrement massuée, grain ocre brun, glume acajou (CB-) ;
  • slurway (chez les Hina), dit slaraway (chez les Durum et Cuwok), zraway (chez les Gadala), cycle 4 mois et demi, panicule oblongue, pointue, dense, gros grain jaune ivoire, glume brune (CB-) ;
  • ba bowdan (Mboku) : cycle de 5 mois, panicule oblongue, dense, pointue, grain jaune pâle, glume paille presque invisible (CB-) ;
  • viaw (Uldeme) : cycle 5 mois, panicule oblongue, pointue, gros grain jaune, glume brune (CB-) ;
  • slerwi (Giziga Lulu) : panicule allongée, aérée, grain rond, gros, jaune avec de petits points lie de vin, glume noire, tache sous la glume (CB-), V = 2.

52Les cerge sont une gamme de sorghos capables de se suffire à eux-mêmes, de répondre à tous les besoins alimentaires de base du montagnard. Certains sont grappillés sur les champs, d’autres consommés grillés ou bouillis avant leur maturité, pendant la période de soudure. Les cerge servent à la préparation de boule, de bouillie ; ils sont aussi destinés au brassage de bières.

  • 9 Actuellement des sorghos saccharifères (appelés cabadiije ou cii’be en foulfouldé), en provenance (...)

53Parmi les slaraway, plusieurs variétés étaient susceptibles de fournir un pourcentage de cannes à tendance saccharifère distribuées aléatoirement sur les champs9. Elles sont issues de sélections à l’époque où les gammes de sorghos étaient restreintes à quelques variétés par massif. Le stock variétal de chacun des massifs est allé en s’élargissant surtout depuis la période coloniale qui, en désenclavant les massifs, a permis de multiplier les contacts. C’est d’abord la gamme des cerge elle-même qui s’est étoffée par emprunt chez les voisins. Ainsi les Mofu Durum ont pris le slaraway mafaw (des Mafa), un cerge à panicule classique, grain bien rond, blanc jaunâtre, glume acajou (CB-). Ils avaient perdu une grande partie de leurs semences après l’invasion acridienne de 1909, sous le chef Bi Dibsen.

54Toutefois les emprunts des montagnards vont aller à d’autres types de sorghos et pallier une faille dans la palette des cerge, celle du manque, pour ne pas dire de l’absence, de variétés à cycle court. Pris dans l’isohyète 900 mm qui circonscrit approximativement les monts Mandara, les cerge sont surtout tardifs, rarement précoces, leur cycle dure de quatre mois et demi à cinq mois et demi, si bien qu’à la suite des périodes de sécheresse, en particulier les dernières (1973, 1984), les montagnards cherchèrent à se pourvoir en sorghos rouges, d’autant que des fractions de peuplement ont glissé sur les piémonts.

Les cerge au cœur d’une civilisation agraire de montagne

55La gamme des sorghos de type cerge a certainement conforté — à moins qu’elle n’en soit à son origine — un des agrosystèmes les plus efficaces de la zone soudanienne, si l’efficacité s’évalue en fonction de la densité de peuplement qu’il suscite.

56Le cerge personnalise la nourriture des montagnards qui lui renouvellent leur attachement à travers tous leurs rituels. L’arrivée de ces sorghos sur les massifs reste, dans l’état actuel de nos connaissances, difficilement datable et les données des traditions orales ne permettent pas de le faire. Elles suggèrent plutôt les antécédents. Les cerge se superposèrent peu à peu à un agrosystème dominé par les petits mils et les éleusines avec des niébés et un taro archaïque et des « coleus ». Ces groupes étaient aussi agropasteurs, ils élevaient des troupeaux de taurins qui divaguaient sur les reliefs. Les réseaux de terrasses n’avaient pas encore modelé toutes les pentes.

  • 10 Exception faite de petits champs de mil pénicillaire, pour assurer un meilleur stock de semence un (...)

57Le passage aux sorghos et leur enrichissement progressif s’est fait au détriment du stock d’éleusines et de mils pénicillaires qui s’est soit figé, soit appauvri. Par ailleurs, l’élevage libre a été remplacé par un bovin claustré à des fins rituelles. Une partie des monts Mandara (Mofu, Zulgo, Uldeme, Podokwo...) adopta alors les cerge en culture intensive, année après année, alors que les massifs les plus enclavés, peuplés de Mafa, optaient pour une rotation cerge-petit mil. L’année du petit mil, appelée lum may (année-disette) à cause de ses faibles rendements intéresse quatre variétés de mils pénicillaires, un peu de maïs, l’oseille de Guinée, six variétés de souchet, un peu de pois de terre, mais c’est surtout les niébés qui sont favorisés. Pour l’année du sorgho (une dizaine de variétés), la seule culture d’accompagnement est l’éleusine10.

58Restent constantes d’une année sur l’autre les cultures de taro, de plantes légumières et de cucurbitacées.

  • 11 Le niébé est un excellent fixateur d’azote atmosphérique, qui ne sera disponible que pour la cultu (...)

59Deux hypothèses sont envisageables. Soit les sorghos se sont superposés à un système déjà binaire éleusine/petits mils, renforçant alors l’année des éleusines ; soit l’arrivée des sorghos a suscité cette alternance, un peu comme si, avec la venue des promoteurs des cerge, chacun gardait son agrosystème et trouvait dans cette succession une réponse socio-économique capable de satisfaire les tenants du mil et ceux du sorgho. L’apparition des sorghos de lithosols ne signifie pas que les sorghos n’existaient pas antérieurement et même anciennement. Certaines variétés ont pu être cultivées en culture de case, un peu comme le maïs aujourd’hui. Toutefois l’opposition entre deux vivriers (mils pénicillaires/sorghos) semble moins pertinente que la dualité niébés/sorghos. Avec les niébés associés à une culture moins exigeante (les mils pénicillaires), c’est une année qui enrichit le sol et prépare l’année du sorgho (année impaire)11, valorisée par une forte production que l’on essaie de stocker sur deux ans (voir plus loin Les stratégies de conservation du grain).

60Chez les Hide, voisins des Mafa, la rotation est de rigueur. Toutefois, les termes de la rotation ne sont pas les mêmes. L’année du petit mil est remplacée ici par celle des éleusines encore cultivées en champs autour des concessions, alors que les terrasses les plus éloignées sont exploitées en niébés avec, au centre, des pois de terre.

61Dans les monts Mandara centraux, l’ancien système perdure, plus ou moins bien conservé selon les groupes et les villages. Il donne une « année de la femme » et une « année de l’homme », cette dernière étant réservée aux sorghos (Hallaire, 1991). Durant l’année de la femme, on cultive souchets, courges, pois de terre, un peu de sorgho — car il n’y a pas de petit mil — et surtout des niébés. Les termes de l’alternance semblent bien, ici encore, niébés/sorghos.

L’aire des sorghos rouges ou njigaari et leur diffusion

62Les rives du Logone constituent la zone d’élection des sorghos rouges. Elles sont peuplées par les Masa, Musgum et Kotoko méridionaux, héritiers d’anciennes civilisations agraires du bassin du lac Tchad. Agraires, elles l’étaient en fait fort peu, les cultures étant réduites dans le temps (semis et récolte) et aussi dans l’espace. Les terroirs se limitaient aux abords immédiats des établissements, souvent protégés de murailles. Ces sociétés se livraient à des activités plus valorisées, la pêche surtout, mais aussi l’élevage et la chasse. Les cultures vont s’adapter à ce milieu amphibie particulier des plaines inondables ; il s’agit de certaines éleusines et de sorghos rouges rustiques caudatum ou durra-caudatum.

Héritier de civilisations à agriculture minimale : le wulaga

63Parmi les sorghos rouges, le wulaga, appelé improprement « mil flottant » par les administrateurs dans leurs rapports des années 1930, joua un grand rôle dans le passé. Wulaga est une appellation musgum, kensia est celle des Kotoko de Kousseri et des populations du bas Chari ; à Zina, on parle de dzakari...

64Le wulaga est un durra. Il possède une panicule très ramassée, plutôt massuée, le grain est petit, de couleur brique, la glume est acajou foncé. Le grain amer est peu attaqué par les quéleas. Il se conserve plus de trois ans en panicules, si bien qu’on l’ensilait le plus souvent dans le fond des greniers, sous les autres ngirda (sorghos rouges en mousgoum). On confectionnait, avec sa farine, la boule, mais il était surtout prisé pour la bière. Les Musgum et les musulmans l’utilisaient pour nourrir leurs montures. De cette culture en voie de complète disparition, nos informateurs ne connaissent qu’une seule variété. Au Cameroun, le wulaga a été progressivement abandonné à Mourla, Ngoulmoun et dans la région de Zina vers les années 1930 et, pour les tout derniers cultivateurs, vers les années 1940.

65Le wulaga était au cœur d’un agrosystème qui est né ou s’est développé dans les zones amphibies du bassin du lac Tchad, et qui s’apparente à une économie de « cueillette domestiquée » avec récolte de riz flottant, de graminées sauvages, de rhizome de Nymphaea, de germes de rônier... Les cultures étaient alors réduites aux champs de cases intra- et extramuros, avec une certaine importance donnée aux cucurbitacées. Cette agriculture servait par ailleurs les besoins orientés vers des activités de pêche, avec les niébés textiles pour les filets, et Chloris robusta marcotté en ligne, pour confectionner nasses, paniers de capture et boucliers... Elle permettait de dégager du temps pour la pêche, la chasse, la guerre et la rapine.

66L’aire de développement initiale du wulaga a pu être la région du Fitri et du Dekakire, au nord du Baguirmi. Il colonisa ensuite, à une époque indéterminée, le système Chari-Logone dans ses zones les plus en aval ; puis il gagna les yayrés à la faveur de refoulements successifs des peuplements des cités pré-baguirmiennes du Chari vers le sud-ouest. C’est ainsi que le wulaga devait être cultivé dans la région de Bogo et la partie aval du mayo Boula, qui serait sa limite méridionale.

67Aujourd’hui il n’est maintenu que chez quelques Musgum âgés, sur la rive droite du Logone, dans la région de Marmay. Nous avons pu en observer la culture, en plein yayré tchadien, parfois assez éloignée des habitations. Les cultivateurs choisissent les zones d’azama (Oryza barthii) et d’aluk (Echinochloa obtusiflora). Juste avant le retrait complet de l’eau, ils coupent l’herbe et, s’il n’y a pas de courant, la laisse sur place ; elle repose ainsi sur le sol et en prolonge l’humidité, puis elle est brûlée. Aux mois de janvier-février, ils aménagent des entonnoirs de 40 cm, peu profonds, espacés de 1,20 m. À l’aide d’un lourd pieu épointé au feu, ils font un trou de 10 cm au centre de l’entonnoir. Les femmes mettent six à huit graines ou plus et les recouvrent de terre. Le wulaga va pousser sans protection aucune, ni sarclage. Les feuilles ne sont pas appétées par le bétail à cause de leur amertume. Avant même le moment du changement d’hygrométrie qui précède les premières pluies, deux ou trois tiges commencent à se dégager. Elles mesureront plus de 1,50 m lorsque se déclenchera l’inondation. Celle-ci intervient donc bien après que la plante ait fabriqué ses racines d’ancrage principales qui partent du collet. Les racines nouvelles émises sont de type aquatique permettant le transport de l’oxygène à partir des parties aériennes. Le wulaga supporte l’asphyxie grâce à son système racinaire particulier au parenchyme lacuneux très développé (Puard, 1987). Il poursuivra sa croissance parallèlement à l’inondation. Les crues l’atteignent sans dommage à l’épiaison ou juste avant. Les cannes sont hautes, et, après épiaison, les Musgum vont en pirogue attacher entre eux trois à quatre pieds ou plus à 40 cm des panicules. La récolte s’effectue également en pirogue durant le mois d’août. Toutefois le wulaga peut être aussi semé comme un sorgho sous pluie, si l’inondation est limitée ou n’a pas lieu, ou encore si on manque de semences de sorghos hâtifs.

68Les Musgum, de même que les Masa, disposent aujourd’hui d’autres sorghos sous pluie qui supportent une inondation d’une cinquantaine de centimètres en cours d’épiaison. Ngirda mohom (testicule) ou ngirda babagay sont des durra, à cycle de trois mois, panicule massuée, grain moyen rouge, glume acajou. Ils comptent parmi les plus anciens.

  • 12 Culture ancienne, elle a été longtemps cultivée comme plante rituelle dans les jardinets. Le père (...)

69Avec le son, on fait des offrandes dans le fleuve ou les mares en lui adjoignant marda (éleusine)12. Un autre sorgho assez répandu, appelé mamlay ou ayerem, à panicule longue, au grain sombre offrant des boules fortement colorées, supporte également un fort ennoyage des tiges. On le cultivait en limite des buttes exondées sur les bords de champs de case. Il supportait les fluctuations des crues venant du Logone.

Les sorghos rouges au service de populations d’agro-éleveurs et de pêcheurs du Logone

70Les Masa ne possédaient, il y a peu de temps encore, pratiquement que des sorghos rouges, une quasi-monoculture. Ils les divisent en deux groupes : les sorghos autour des cases, gardina, et ceux en brousse, galanga. Les champs de cases sont attenants et forment une vaste sole qui enserre la nébuleuse de l’habitat masa, l’ensemble sous un parc de Faidherbia albida et de Ziziphus mauritiana le plus dense de la région. Le champ de case est ici hypertrophié et il fournira l’essentiel de la récolte. On constate chez les Masa une sorte d’unité espace/temps pour régler au plus vite les activités agricoles et passer à d’autres, plus valorisées.

71Chacun des sorghos masa est un sorgho « complet » par les services qu’il peut rendre. À Djokoydi, par exemple, gardina imrina, komsurukna, gardina niekna, sway, ‘baygata... peuvent être consommés crus, en boule, en bière ; la tige peut aussi être mâchée. Près de la moitié d’entre eux supportent l’inondation et ils se révèlent très ubiquistes quant à leurs affinités édaphiques. Le plus ancien, gardina niekna (qui ne grandit pas), est un caudatum à cycle court, inférieur à trois mois ; sa panicule est grande, pointue, son grain petit, rond, couleur acajou ; la glume est brun acajou (CB +). Il est naturellement requis pour les sacrifices (à Bizili par exemple). Sur les champs, on l’associe à gardina imrina et gardina giliuna, mais aussi à gardina niekna ma cata (femelle), qui offre une panicule plus ouverte. On rencontre aussi ‘baygata, dont la panicule est franchement ombellifère, le grain rougeâtre, la glume beige.

  • 13 J. P. Marathée (1970) signale que certains durra ont la réputation de résister à Striga hermonthic (...)

72Les Masa continuèrent jusqu’à ces dernières années à enrichir leur gamme de sorghos rouges. Le décloisonnement des groupes pourtant proches culturellement et imbriqués géographiquement : Masa, Muzuk, Gisey, Wina, Musey, Kera et Tupuri, fut très lent, exception faite des Tupuri qui démontrent que l’on peut être un bon agropasteur en même temps qu’un remarquable céréaliculteur. Les Musey, voisins méridionaux des Masa, n’ont adopté que depuis quelques années et sous la pression d’un problème aigu de striga, un gidenga venu de chez les Masa, qui serait peu sensible à cette scrophulariacée13. De leur côté, les Masa ont emprunté depuis peu gardina imrina (blanc) auprès des Tupuri. C’est un caudatum à cycle court (trois mois), sa panicule est aérée, le grain est blanc teinté d’ocre, la glume brune (CB +). On remarque aussi un certain sorgho akasu, du nom de celui qui l’a introduit, transfuge d’une colonie masa des bords du Chari. Il apporta en 1976 ce caudatum, à la panicule très ouverte, au grain rouge, glume noire... Le mouvement des caudatum vers l’ouest se poursuit donc encore de nos jours.

73Les Masa pratiquent actuellement un recentrage de leurs gammes de sorghos rouges à cycles courts. Dans le même mouvement, ils abandonnent les quelques espèces de kafir qui s’étaient infiltrées du sud-est, le long du Logone, gadinga gilinga, kafir à panicule allongée, petit grain blanc taché d’ocre (CB +), V = 0-1, de même qu’un autre kafir à la panicule fusiforme, au grain bordeaux, à la glume acajou (CB-) jugés tous deux trop tardifs.

74Ils choisissent également des sorghos moins sensibles à la verse et aux déprédations des oiseaux, car si leur champ de case demeure immuable, les Masa commencent à agrandir leurs emblavures de brousse. Sont également délaissés des sorghos par trop rustiques. C’est ainsi qu’un ancien sorgho comme dirang geinga est en recul et, dans certains secteurs, en voie de disparition. Ces sorghos rouges se trouvent concurrencés chez les jeunes par le riz, qu’une partie du pays masa cultive dans le cadre de la Semry.

Les sorghos rouges dans les piémonts et les massifs

75Avant les conquêtes peules, les sorghos rouges couvraient toutes les plaines du Diamaré. Zumaya, Baldamu, Giziga, en majorité venus du Logone, étaient des « gens du sorgho rouge ».

76Toutefois, arc-boutés sur leurs massifs ruiniformes de Moutouroua, Midjivin, Loulou... certains Giziga avaient, nous l’avons vu, adopté les cerge. Les cerge et aussi les ngborro, ngborro babarang (blanc) et ngborro gagazang (rouge) étaient cultivés dans les blocs de rochers. Ces sorghos servent au culte des défunts... et on devait toujours en laisser un peu dans les greniers.

77Tous les autres sorghos sont cultivés en piémont : les galang (sorgho rouge) ma banse, mugurdof (mellipone) légèrement déhiscent, mokeng kwala (serrée/joue) fortement apparenté au muzukri ; galang masasar, tling zeray (dent/criquet) ; mejejel et mejejel bi sokole (chef de la saleté), premier à être consommé au moment de la soudure.

  • 14 On peut établir quelques équivalences car Fulbe et Giziga se sont inter-empruntés des sorghos :

78Cette gamme fut renforcée par les sorghos venus de chez les Fulbe comme magweslsudagolek (makalaari en foulfoudé)14.

  • Ngborro : caudatum précoce, panicule aérée, grain blanc sale, glume noire luisante (CB +), (AN +) ;
  • galang ma banse : durra-caudatum, cycle de 75 jours, panicule grosse, compacte ; grain gros, bordeaux ; glume rouge ocre foncé (CB +), (AN +) ;
  • mugurdof : durra, panicule très serrée, grain blanchâtre rougeâtre sur le haut, glume peu différente (CB +) ;
  • magwesl : durra, panicule très grande, aérée, branches secondaires longues ; grain gros, blanc sur le sommet, ocre à la base, glume acajou brillant (CB +), V = 1 ;
  • muzukri : durra-caudatum, panicule très massuée, grain rouge et glume sombre sur canne courte.

79Les Fulbe ont également favorisé la diffusion de muzukri via Gazawa et Zongoya dont on peut suivre la progression. Adopté par les Mofu Zidim, puis les Hina, il monte enfin sur le plateau Kapsiki où, à Liri, il est appelé mujukri dujaka.

80Dans les monts Mandara, les sorghos rouges ont pu être anciennement présents, venus des plaines avec des agropasteurs élevant des zébus. Marginalisés dès leur arrivée par les cerge, ils ne firent pas l’objet de vastes diffusions. Les massifs à proximité de la plaine ont pu, dans des circonstances particulières, en adopter. Ils ont souvent des appellations évocatrices de la manière dont ils furent obtenus. Chez les Hina, par exemple, le bay azum gwirvu (le chef ne mange plus de tubercules sauvages) est un durra-caudatum très hâtif (60 jours), à panicule petite et massuée, à grain ocre brun et à glume acajou (CB-). On peut aussi retrouver les traces de pénétration de sorghos rouges comme « sorghos de chefferie » chez les dernières lignées de chefs à Goudour et à Douroum.

81Le dernier apport est, en revanche, plus visible avec les salawa muzuk en provenance du Logone. Ils correspondent à l’arrivée des « derniers montagnards » rejetés sur les massifs par le Wandala, puis par les Fulbe, notamment le groupe murgur qui, chez les Mofu, revendique son origine dans le pays muzuk (Seignobos, 1988).

  • 15 Actuellement, le njigaari matakam se diffuse aussi sur les plateaux centraux des monts Mandara. Il (...)

82Les sorghos rouges ont aussi été récemment intégrés dans la rotation mafa de l’année du petit mil. Leur agrosystème manquait cruellement de sorghos hâtifs et ne disposait que d’un petit mil à cycle inférieur à quatre mois (tumas diya). En 1985, le massif de Ziver, qui surplombe et prolonge celui de Magoumaz, ne cultivait pas encore de sorghos rouges. Pourtant un njigaari matakam15, introduit vers 1975, et kuser, un sorgho venu de Gawar, sont déjà cultivés l’année du petit mil à Magoumaz. Le magoshe (makalaari en foulfouldé) et mbizok (damugaari en foulfouldé) font également leur apparition en pays mafa. Ils tendent même sur certains versants à remplacer le mil pénicillaire. Est-ce l’amorce d’un changement de l’agrosystème mafa ? Le seuil d’adoption ou de refus est celui de l’âge des cultivateurs. À Magoumaz et à Vouzad, le conflit est ouvert entre vieux adultes — qui refusent — et jeunes qui les empruntent. Ce sont donc des sorghos qui, ces dernières années, ont fait le plus ouvertement leur apparition sur la montagne.

Les Fulbe et les sorghos rouges

83Les Fulbe sont présentés comme des cultivateurs de muskuwaari et des amateurs de farine blanche, c’est-à-dire de sorghos à vitrosité égale à 2. Aussi, affichent-ils leur mépris sinon leur aversion pour les sorghos rouges. Pour se justifier de les cultiver, ils prétextent de les vendre sur les marchés aux païens, toujours en quête de sorghos à bière.

84S’il est vrai que les Fulbe éleveurs sont grands amateurs de bouillie (nbusiri) recherchant pour cela ya’diiri (petit mil), yolo’bri et muskuwaari, il n’en est pas de même des Foulbéisés et des riimay’be (affranchis) qui ont conservé des goûts assez proches des populations autochtones. Même des groupes issus de Fulbe Baamle, Fulbe installés antérieurement à la conquête peule de la fin du XVIIIe siècle, comme les F. Buula de la fraction Yillaga, avouent préférer le muzukri aux muskuwaari.

  • 16 C’est à partir d’eux que l’IRAT a procédé à un certain nombre de sélections.

85Les Fulbe disposent néanmoins d’une gamme de sorghos rouges bien connus16, car à Maroua ils sont les héritiers des Giziga Bi-Marva et ils ont gardé leurs sorghos :

  • des njigaari proprement dits, généralement des caudatum ou durra-caudatum à grain de forme gibbeuse ; la couleur va du blanchâtre avec une base rougeâtre ou pigmentée de rouge, au rouge-brun et au grenat. La couche brune est bien visible et le grain est farineux. La canne est petite, dépassant rarement trois mètres et la verse est faible. La panicule est compacte et les demi-lâches sont rares. Le poids des grains est moyen (entre 30 et 40 g pour 1 000 grains)17 ;
  • les dammungerri sont des sorghos hâtifs avec un cycle semis-épiaison ne dépassant pas 70 jours. Comme leur nom l’indique (dammungel : petit), ils ont une faible taille, inférieure à deux mètres. Ils rappellent le gardina niekna masa et ils occupent une zone qui s’étend du Logone (Pouss) aux monts Mandara en passant par Bogo. Ce sont des durra, la panicule est massuée ou compacte, le grain est petit, jaune, ocre, blanc au sommet ; la glume est brune ou ocre ;
  • les makalaari sont plus répandus que les précédents. On les trouve dans tout le Diamaré. Ils appartenaient aux Zumaya. Ce sont des caudatum-durra, à la panicule oblongue, lâche ou demi-lâche ; le grain est blanc ocré au sommet, ocre à la base. Pour toutes les variétés, la couleur des glumes est constante : paille foncée (CB +), V = 1 ;
  • les bulbaasiri sont hâtifs, entre 60 et 70 jours et ils affectionnent les bords de mayo. Ils ont l’allure des njigaari (stricto sensu), mais n’en ont pas la couleur. On les appelle d’ailleurs njigaari ndaneeri (blanc). De fait, ce sont des familles très proches des caudatum ou des durra-caudatum. La panicule est massuée, le grain gibbeux, blanc mat, la glume noire, (CB +), V = 0-1.

86Rattachés à ces grands groupes, une masse flottante de sorghos sont, en général, d’emprunt récent, comme le paanari, un caudatum à panicule compacte, au grain petit, blanc à ocre (CB +), ou encore bugumri, tubluuri, hariiri...

87Les walaganaari, surtout implantés vers les montagnes, forment un groupe attrape-tout. On les range parfois avec les njigaari car ils sont sinon hâtifs, du moins précoces. Nous donnerons deux exemples choisis dans la région de Maroua :

  • kafir-caudatum à canne haute, grande panicule aérée (bractées secondaires longues et divergentes), le grain est blanc laiteux, la glume paille (CB-), V = 2-3 ;
  • durra-caudatum, à grande panicule dense, mais aérée, grain blanc laiteux, glume claire, (CB-), V = 2-3.

88Après les périodes des dernières sécheresses (1973 et 1984), il fallut opérer dans les plaines du Diamaré un rattrapage en vivrier pour compenser les pertes enregistrées par les muskuwaari et les yolo’bri. Les Fulbe n’hésitèrent plus à emprunter chez les haa’be, chacun le faisant auprès de « ses » païens les plus proches. Les Fulbe de Ndoukoula se tournèrent vers les Giziga pour deux variétés de leur galang. À Kaya, ils optèrent pour les njigaari giling et doreri (de « Dore », autre appellation des Tupuri) et d’où venaient ces deux sorghos ; le dernier est un caudatum au cycle inférieur à 90 jours ; la panicule est aérée, le grain blanc sale pigmenté de rouge ; la glume est noire, luisante (CB +).

89À Korré et Moulvouday, un sorgho masa, baptisé njigaari galinga, au cycle de 105 jours a été adopté, c’est un caudatum à grande panicule aérée, à grain gris rosé, la glume est noire, luisante (CB +). Plus récemment, en 1975-76, les salawa banana venant directement des pays riverains du Logone, ont été recherchés.

90Quant aux muzukri, qui s’étaient diffusés avant le début du siècle, ils continuent leur progression et occupent les espaces où ils n’étaient pas encore présents. Toutefois ils sont jugés insuffisamment hâtifs.

91Comme les haa’be, les Fulbe acceptèrent les sorghos venus des services de l’Agriculture : les anciens, sélectionnés et distribués par le Semnord et la CFDT après 1965, comme ceux passés par l’IRAT (makalari, IRAT 55). Ils portent parfois le nom des agents de l’Agriculture qui les ont promus : saliyeri, krameri... de Sellier, agent de l’Agriculture, et Kramer, qui dirigea les périmètres encadrés de Mokyo, puis de Haïssa-Hardé.

92Le succès du saliyeri fut le plus inattendu et le plus spectaculaire. C’est un durra issu d’une sélection de dammungerri ; sa panicule est petite, massuée. Le grain est petit, ocre-bordeaux ; la glume acajou (CB +). La tige est très courte, signe de fabrique des stations de recherche. Le saliyeri a été adopté à Dargala dès 1966, ce qui coïncida avec le délaissement du makalari, à Zongoya à la même époque, mais plus tard à Djapay (1974). Le saliyeri est maintenant présent à peu près partout dans les plaines.

93L’adoption de ces sorghos par les Fulbe pose parfois problème car les sorghos rouges sont habitués aux sols enrichis des champs de case. Or, l’habitat fulbe est plutôt groupé et les jardins de case sont inexistants ou réduits. Il faut donc leur trouver des zones riches et on choisit alors l’emplacement des waalde (enclos à bétail) ou les parcs les plus denses de Faidherbia albida, qui reprennent un surcroît d’intérêt dans certaines régions de peuplement peul (Balaza et rives du mayo Boula).

Flux et reflux des sorghos guinea, l’exemple des yolo’bri

  • 18 Les yolo’bri sont appelés mbayri par les Fulbe de la Bénoué, pagayna par les Masa, Musey et Muzuk. (...)

94Les yolo’bri, appelés aussi cakalari (en foulfoudé) présentent une famille très homogène18. Ce sont des guinea margaritiferum : yolo’bri daneeri (blanc) domine à plus de 80 % ; yolo’bri m’bodeeri (rouge) yolo’bri ‘baleeri (noir) est plus rare. Il existe aussi un yolo’bri mokorori et, chez les Fulbe de la région d’Horlong, on trouve en plus des yolo’bri proches des cukulum tupuri, en particulier yolo’bri woja nianderi (rouge, glumelle) et yolo’bri garzawri.

95Ce sont des sorghos tardifs, semis-épiaison à 110 et 120 jours, souvent plus ; seul le rouge, réservé à l’alimentation des chevaux, est plus précoce (inférieur à 110 jours). La panicule est allongée, aérée, mais rigide, le grain gros, blanc laiteux ; les glumes sont développées, ouvertes, noir luisant ; le grain fortement aplati et lenticulé est placé en biais par rapport aux glumes (CB-). Ils sont très vitreux (V = 2-3). La haute qualité des grains est renforcée par une teneur en protéine élevée. Ce sorgho est particulièrement recherché pour les bouillies. Les cannes sont grandes, 4 m et plus, elles sont dures, ce qui les fait apprécier pour la construction des cases, notamment dans la région de Doumrou-Binder.

96Les Fulbe, en occupant toutes les plaines ouvertes du Nord-Cameroun, se sont trouvés en contact avec la plupart des groupes haa’be et les diffusions de sorghos passèrent — et elles passent toujours — par leur canal. Ont-ils introduit les yolo’bri en opérant leur mouvement vers l’est ? Des fractions fulbe yillaga qui transitèrent par le pays gude, puis s’établirent à Meskine, Mindif, Binder et Rey, l’apportèrent-elles ? Il semble que les yolo’bri aient été présents chez les Tupuri et Mundang avant l’arrivée des Fulbe et que ces derniers n’en aient été les vulgarisateurs qu’au XIXe siècle. Dans leur désir de disposer de sorghos dépourvus de couche brune donnant de bonnes farines, ils ont fait remonter la culture des yolo’bri au nord de Bogo et les y ont maintenus en dépit de tous les aléas. Cette volonté était renforcée par la disparition d’un petit mil, le muuri, également très apprécié, qui se montra, lui, trop sensible aux oiseaux.

97Au Tchad, l’aire des yolo’bri est limitée aux pays mundang et tupuri alors qu’elle se développe largement au Cameroun dans les régions de la Bénoué, et plus encore au Nigeria. Dans le Diamaré, ils sont donc en situation extrême à la fois septentrionale et orientale.

98Chez les Tupuri, six variétés, des cukulum (yolo’bri), représentaient un des trois éléments de la combinaison agraire avec les gara (sorghos rouges) des champs de case et les babu (sorghos repiqués) des zones inondables. Ils entraient en rotation avec le coton ou des légumineuses.

99Dans la recherche d’une compensation des déficits probables, les Tupuri avaient mis au point une stratégie de céréaliculteurs particulièrement efficace. Ils misaient au départ sur la culture des gara. Si les gara venaient mal, ils se rabattaient sur les cukulum. Toujours semés avec des poquets bien fournis (8 à 15 graines) et à large écartement en prévision de repiquages d’extension, ils constituaient une véritable garantie contre les aléas de la production de sorghos rouges. J. Guillard (1965 : 251) soulignait déjà la variabilité des rendements de cukulum comme production régulatrice. Si les cukulum connaissaient à leur tour des difficultés, les Tupuri reportaient tous leurs efforts sur les babu, ouvrant le plus d’emblavures possibles et faisant venir de fort loin un complément de plants. Ainsi une bonne ou une mauvaise année de sorgho rouge induisait des comportements différents quant aux deux autres soles de sorghos, une réussite des gara entraînant un moindre dépressage-repiquage des cukulum. Ces derniers ont brutalement disparu, en deux ans, après 1973, perturbant l’agrosystème tupuri. Ils ont été remplacés par des légumineuses, niébés en champ en rotation avec une jachère qui, pendant la saison des pluies, libère un espace pour le bétail dans ces terroirs saturés.

100Après avoir, pendant longtemps, défié les gradients pluviométriques, ces sorghos exigeants, à la limite de leur aire écologique — puisqu’ils prospéraient sous 750 mm — accusent depuis les séquences de sécheresse des deux dernières décennies un repli très sensible. Leur recul est spectaculaire dans la région de Maroua, sur tout le mayo Boula, où il fut carrément abandonné de Mogom à Dargala entre 1973 et 1978, pour se maintenir difficilement à la faveur de microclimats des piémonts des monts Mandara et dans les monts Mandara au sud de la latitude de Mokolo.

Diffusion des sorghos repiqués, babu et muskuwaari

101Les babu sont des sorghos repiqués à la fin de la saison des pluies sur des terres argileuses plus ou moins engorgées. Ils appartiennent à un matériel, notabile et membranaceum, venu du sud ou du sud-est.

102Les muskuwaari sont des sorghos « désaisonnés », repiqués au début de la saison sèche sur des terres particulières, les vertisols. Pour l’essentiel, ils appartiennent aux races caudatum et durra.

Les babu

103Les babu, parfois foulbéisés en baburi, sont des sorghos cultivés chez les Tupuri dans leur aire de peuplement traditionnelle. Ils ne dépassent guère, au nord, la ligne Doubané-Kalfou. On les retrouve aussi chez leurs voisins Wina, Gisey et depuis peu chez les Musey où ils sont désignés comme mborgay et boroka.

104Les babu tupuri présentent plusieurs variétés : maygare, mawalasam, pannay, dwi... Leur gamme s’est enrichie, après 1973, d’autres variétés, appelées mbayday ou muluwayri.

105Les Tupuri se sont toujours montrés réceptifs à tous les emprunts de sorghos nouveaux, y compris ceux du registre sorghos repiqués. Le premier fond de peuplement tupuri, les Banre (paléo-masa) avaient apporté avec eux les sorghos rouges. Les babu sont attribués aux clans Dore venus de « Peffe », du sud.

106Ces sorghos à hautes cannes, à panicules souvent semi-lâches et aux grains de couleurs variées, nécessitent un cycle long, 200 jours dont 40 de pépinières. Semés à la mi-juillet, ils sont repiqués en août sur des billons.

107Le repiquage est une opération diversement menée, avec la technique du double trou, un pour recevoir le plant habillé et un autre oblique pour rabattre la terre dans le trou (J. Guillard, 1965 : 260) ; ou, avec celle du koo babu, bois à double fourche qui permet d’enfouir les racines du plant dans le sol préalablement ameubli (L. Feckoua, 1977 : 215).

  • 19 Chez les Musgum de Pouss, qui disposaient du lapia apporté du Baguirmi et qui peut être à la fois (...)

108Cette habitude du repiquage a permis aux Tupuri d’emprunter très tôt le muskuwaari aux Fulbe19, qu’ils appelèrent donglong.

Les muskuwaari

109Les muskuwaari désignés aussi comme « mils de karal » (du nom des sols vertiques sur lesquels ils sont repiqués) sont cultivés depuis le lac Tchad jusqu’à la haute vallée de la Bénoué.

  • 20 On les retrouve plus au sud, à Garoua (1 100 mm) où ils ont là le comportement de sorghos de décru (...)

110Les muskuwaari se seraient développés au Bornou dans un contexte climatique de 600 mm de pluie et leur diffusion sous 800 à 850 mm de pluie dans le Diamaré20 aurait été favorisée par un milieu pédologique particulier : le karal, c’est-à-dire des argiles à montmorillonites (40 % et plus d’argile).

111Indifférents à la répartition des pluies (encore que l’abondance des dernières pluies soit un avantage), le facteur limitant tient à un bilan hydrique négatif. Les aléas des rendements sont liés à un mauvais repiquage (différent selon la nature des karals) et à l’invasion de certaines adventices. Les muskuwaari subissent assez peu d’attaques parasitaires. Ils apparaissent ainsi comme une culture à risques limités.

112Les techniques de culture des muskuwaari sont bien connues. Les muskuwaari sont semés en pépinière entre la mi-août et la mi-septembre, sur les termitières effondrées ou sous Faidherbia albida. Avec un repiquage à la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre, l’épiaison apparaît fin décembre et la maturité se situe fin février et début mars. La majorité suit un cycle semis-épiaison de 105 jours (plus 40 jours de pépinière). Le large écartement, entre 0,75 et 1 m, de leurs poquets donne même avec deux plants par poquets, des densités faibles, entraînant des rendements moyens inférieurs à 800 kg/ha. Le poids important des panicules est sans doute redevable d’un tel écartement. La technique des diguettes (dingiiji) qui retiennent l’eau de la saison des pluies a commencé sur les karals en topographie haute. Elle s’est d’abord développée à la latitude de Mora et vers le nord. Après les séquences sèches de 1973, elles se sont généralisées plus au sud, entre Maroua et Mindif, avec parfois des avatars comme, en 1988, où la saison des pluies fut telle que les inondations entraînèrent un ennoyage des karals qui, entre Maroua et le mayo Boula, détruisit une partie des réseaux.

113Le repiquage est différemment réalisé dans les karals aménagés de diguettes, la densité se relâchant au centre de chaque unité de carroyage. Les muskuwaari sont parfois systématiquement repiqués en lignes, au cordeau, comme dans la plaine de Gawar.

114À la maturité, un gros problème demeure, celui des oiseaux. La protection est assurée par un système de miradors reliés entre eux par des cordes à osciles et par l’usage aujourd’hui généralisé de bandes magnétiques de récupération qui, sous l’effet du vent, provoquent au ras des panicules un sifflement repoussant les quéleas. Dans les portions de karal particulièrement menacées, on empaquète parfois la panicule dans la feuille paniculaire. Une autre stratégie consiste à supprimer les arbres reposoirs à oiseaux ; les défrichements s’enfoncent sur 200 mètres de profondeur en périphérie des karals, ne laissant que quelques pieds de Balanitesaegyptiaca.

115La culture des muskuwaari engendre un défrichement à blanc entretenu année après année sur le karal lui-même ; on empêche un recru concurrent des sorghos dans l’utilisation de l’eau des horizons argileux ; on brûle ainsi les racines des Piliostigma reticulatum et des Acacia spp.

116La meilleure technique de préparation des vertisols est celle du brûlis afin de contenir les adventices nuisibles. Il permet de se dispenser de sarclage. Le couvert herbacé devient essentiel. Pendant la saison des pluies, les vertisols destinés à la culture des muskuwaari font l’objet d’une stricte mise en défens. Le bétail y est interdit afin de ne pas perturber la venue du tapis graminéen et la surface du karal. Cette discipline agraire garantie par les autorités coutumières crée ainsi une « jachère dérobée ». Elle assure partiellement la pérennisation de l’exploitation des vertisols. Pour pratiquer le brûlis, on récolte une graminée spéciale, Loudetia togoensis, que l’on répand sur les karals. Elle brûle comme de l’étoupe et enflamme les autres.

Les différentes variétés de muskuwaari et leur distribution géographique

117On distingue trois aires de culture de muskuwaari, celle du Diamaré (et ses marges), la plus importante ; une autre, qui va de Mora au nord de Waza, avec des extensions très fluctuantes de Waza vers le lac, et enfin celle du bas mayo Kebbi et de la Bénoué.

  • 21 De Mora au lac, les appellations sont celles des Kanuri-Arabes Showa ; dans la région de Garoua, l (...)

118Une dizaine de types principaux existent : safraari, majeeri, burguuri, manduwoyri, ajagamaari, sukkatari, abangumari, baaba dajeeri, gelengdengri21... Seuls les quatre premiers sont importants. Les écotypes des muskuwaari sont bien définis et les hybridations peu nombreuses, moins par leur ségrégation sur différents types de karal que parce que toute hybridation serait éliminée par la sélection qu’opère le paysan sur ses semences.

119Le safraari est le plus prisé, aussi domine-t-il largement. Il est parfois appelé muskuwaari ooldi (jaune) ou encore baaba gawri (père du mil). Les Fulbe désignent comme la « bouche » l’extrémité de sa panicule, qui le fait particulièrement bien reconnaître et explique son autre appellation, safra hundugari (bouche). Parmi les sous-catégories, on recense encore le safradarningel ou dara daande (cou droit) car sa panicule est dressée, et le safra turiingel à pédoncule crossé. On peut trouver localement d’autres variétés comme gadjere damay et ndarapaari dans la plaine de Gawar. Ce sont des durra à panicule compacte ou demi-compacte et ovoïde ; le grain est gros, jaune ou ocre, et la glume acajou foncé (CB-).

120Les safraari donnent les meilleurs rendements. En dépit de leur péricarpe jaune, leur farine est blanche et appréciée pour la boule, les bouillies et le kundurku (boisson non alcoolisée).

121Le majeeri vient souvent au deuxième rang, derrière safraari. Les majeeri sont des durra à la panicule, grosse, ovoïde et compacte ; le grain est gros, blanc laiteux, la glume acajou clair (CB-). Sa farine est particulièrement prisée pour les boules, les bouillies, le kunu (boisson pimentée). Il se conserve de deux à trois ans dans les greniers et reste le plus commercialisé.

  • 22 Lors des sadaka intervenant au cours de grandes sécheresse, les hommes (chez les Fulbe) prennent l (...)

122Il existe un majeeri susey (vrai) appelé majeeri buulel (ou buuleeri), qui donne la farine la plus blanche22.

123Le majeeripataanga (facétieux) à tige courte, offre une panicule fusiforme, demi-lâche et très longue, à pédoncule droit. Ce sorgho donne une farine grise, ce qui lui vaut une double appellation. Il est désigné par les hommes comme majeeri et, par les femmes, majeeri reedunawliraawo (ventre de co-épouse), sous-entendu on ne peut se fier à son apparence et on doit prendre garde à la noirceur de son cœur. Majeeri tolotolo (dindon) est le plus hâtif, sa panicule droite est ovoïde, compacte, ses glumes très noires et son grain blanc lui valent son appellation et, enfin, majeeri niiwari (éléphant) présente naturellement une grosse panicule. C’est un durra à panicule massuée très compacte, à pédoncule crossé ; le grain est gros, jaune ; la glume acajou (CB-). Nous avons pu observer un majeeri cibadiiri, très localisé, à Djapay, introduit récemment du Bornou. Son cycle est court (90 jours). Il est mis en bordure des hardés ou sur les rives des mayos. Il ne se conserve pas dans les silos et il faudrait le faire bouillir avant la consommation.

124Les burgu ou burguuri sont des muskuwaari, bien individualisés ; leur pédoncule est droit. Ce sont des caudatum.

125 Burgu gaasa (poil) ou suufuuri (de l’arabe suuf : poil) présente des épillets fortement aristés. Son grain amer au stade laiteux en fait un sorgho particulièrement bien armé contre les oiseaux. En revanche, le grain est farineux et sa farine est toujours colorée. En dépit de rendements aussi élevés que safraari, ce sorgho n’est guère apprécié par les Fulbe, ils s’en accommodent.

  • 23 Rejoignant en cela les observations des généticiens, J. P. Marathée (1970 : 27) mentionne que des (...)

126Burgu m’bodeeri (rouge) a une panicule ovoïde ou fusiforme demi-lâche ; son grain est ocre ; sa glume foncée (CB ++). Les Fulbe disent que c’est un njigaari qui « est entré dans les muskuwaari et s’est adapté au karal »23.

127Le manduwoyri a un peu l’allure du burgu, mais sa farine est meilleure. Il a fait récemment son apparition à Bogo et Djapay (1980). On le dit « sorti » des majeeri. Comme eux, il affectionne les karals sableux, et réclame un écartement plus grand.

128Les ajagamaari (appelés ajakam au Bornou et dans la région de Makari) offrent plusieurs variétés :

  • ajagamaari buulel (blanc), ajagama nebbam (huile) : durra, sa panicule est grosse, massuée, compacte ; son pédoncule crossé, le grain gros, jaune ; la glume acajou (CB-) ;
  • ajagamaari ‘baleewa niyande (très noire, glumelle) : durra, sa panicule est grosse, ovoïde, massuée très compacte ; le pédoncule est crossé ; le grain gros, jaune ; la glume est acajou très foncé (CB-) ;
  • ajagamaari m’bodeeri (rouge) : durra, panicule massuée ; pédoncule droit ; grain petit, jaune blanc ; glume marron foncé (CB-) ;
  • kilburi est aussi un ajagamaari qui tire son nom du natron (kilbu), dont il a la couleur blanchâtre et aussi parce qu’il aurait été apporté par des Bornouans commerçants de natron.
  • 24 À Kaya, en 1988, un cultivateur avait des ajagamaari caltundi (ramifié) qui présentaient pratiquem (...)

129Les ajagamaari présentent, à la différence des autres muskuwaari dont les tiges ne dépassent guère 1,5 m, des cannes supérieures à 2, voire 2,5 m. Ce seraient des « yolo’bri entrés dans les muskuwaari » dont ils auraient conservé le grain blanc ou clair, aplati, et les glumes sombres24. On retrouve cette remarque pour un abangumari, muskuwaari apparenté. Les ajagamaari viendraient du sud, de la région de la Bénoué et non directement du Bornou. Leur introduction à la latitude de Maroua serait récente (1940-1945). Le son s’enlève facilement et la farine d’ajagamaari est recherchée. Quatre « tasses » de grains d’ajagamaari donnent quatre « tasses » de farine, à la différence d’autres muskuwaari comme le safraari où le rapport est de 4 à 3,5. Ses grains sucrés peuvent être consommés crus ou grillés, mais ce sorgho est surtout apprécié pour les bouillies.

130Le sukkatari, à grain orange, intérieur blanc, à cycle repiquage-épiaison de 130 jours, reste marginal. Il en est de même de sulkeeri (sulke : cotte de maille) qui présente des grains de couleurs différentes, rougeâtres, acajou, blancs, et brillantes comme les mailles de fer. Il est appelé aussi gawri lamido (le sorgho du lamido), ce qui fait référence aux vêtements chatoyants que porte ce dernier.

131Le gelengdengri est un durra qui offre la plus grosse panicule de tous les muskuwaari jusqu’ici présentés. Le grain est gros, blanc sale, la glume claire et le pédoncule crossé. Son cycle est de deux mois, vingt jours, et il s’adapte à tous les sols à tendance vertique. On lui reproche deux inconvénients. Ses cannes sont trop dures et peu appétées par le bétail et il y a surtout trop de perte à la mouture. Tout ceci ne l’empêche nullement d’opérer une percée remarquable.

132Chaque ensemble de karal serait à étudier finement sur le plan pédologique, afin d’y superposer une carte variétale des muskuwaari et en tirer des corrélations. Les types de karal, en fonction de leur capacité en rétention d’eau, favorisent un ou plusieurs écotype (s) de muskuwaari. J. Barraultet al. (1972 : 802) notaient que « si l’aire d’élection du Safrari et du Majéri est le karal “sec”, le bourgouri, quant à lui est repiqué dans les kare plus humides des bords des mayo, et à des densités d’ailleurs plus fortes que le Safrari ».

133On cultive en effet les safraari sur les vertisols modaux. Les ajagamaari marqueraient une préférence pour les zones de décrue ou les karals loopeewal, c’est-à-dire recouverts d’un limon argileux sombre. L’ajagamaari blanc pourrait s’accommoder du karal sa’doore...

134Les majeeri et les burguuri peuvent être repiqués sur yongkolde, sols superficiellement sableux, sur horizons argileux proches. Le pataanga, qui réussit bien en cas de déficit hydrique, est aussi repiqué sur les karals les plus secs ou sur les vertisols dégradés. Le burgu est plutôt ubiquiste quant aux sols, mais au karal franc, il préférerait le karal sa’doore.

135Le manduwoyri serait réservé aux parties les plus humides des vertisols. Nous avons observé de Lara à Doumrou, en bordure de mayo, le burgu arrivant en deuxième culture, après une récolte de sorghos rouges hâtifs. Cette zone était partiellement en décrue, sur une topographie faiblement en pente vers le mayo.

136Sur le karal modal, on remarque un mélange variétal, majeeri/safraari en particulier, sans que les microreliefs mamelonnés ou en creux marqués ne jouent un quelconque rôle. Toutefois, les meilleures variétés sont concentrées sur les bords de termitières dont l’action est manifestement bénéfique, grâce à une meilleure rétention de l’eau. La taille des panicules peut y être multipliée par trois (J. Barrault et al., 1972 : 798).

137Si le repiquage se pratique souvent en mélangeant les variétés, on voit néanmoins apparaître des dispositions très précises qui témoignent d’une stratégie contre les mange-mil. Le burgu, peu apprécié des oiseaux granivores, est placé en culture pure dans les poches de karal avancées et les parties les plus menacées. Sur les grands karals, il est systématiquement cultivé à la périphérie, sur des profondeurs variables et il protégera safraari et majeeri repiqués au centre. Toutefois, dans les vastes zones de karals contigus sur plusieurs kilomètres carrés, où tous les grands arbres, perchoirs à quéleas, ont été abattus, le burgu n’a plus sa raison d’être. Il apparaît en pourcentage très faible ou il disparaît totalement, comme c’est le cas à Matfay et immédiatement au sud de Maroua, à Ngassa. En revanche, dans le lamidat de Petté, les burgu prédominent jusqu’à devenir l’unique muskuwaari repiqué. Nous avons constaté que les karals, récemment mis en exploitation dans la région de Niwadji, sont entièrement repiqués en burgu.

138Une cartographie simplifiée des grandes variétés de muskuwaari dans les plaines du Diamaré montre une dominante de safraari sur la latitude Maroua, Dargala et Bogo jusqu’à Moulvouday au sud. Le safraari est parfois talonné par le majeeri dans plusieurs villages de la région de Bogo. Le safraari peut dominer chez certains cultivateurs jusqu’à 75 à 80 %. À Yoldéo, par exemple, chez des cultivateurs possédant des karals de plusieurs hectares, nous avons pratiqué un sondage avant le battage : 85 % de safraari, 10 % de gelengdengri et 5 % de burgu. À Tankirou : 80 % de safraari et 20 % de divers qui se répartissent entre majeeri, ajagamaari et burgu (en 1992), on constate des proportions du même ordre à Mogom.

139À Balaza-Domayo, en 1995, un comptage de panicules sur cinq karals a donné 52,5 % de safraari, 41,6 % de majeeri et 5 % de pataanga qu’on peut lui associer et seulement 0,9 % de burgu.

140Au nord d’une ligne allant de Gayak (au nord de Maroua) et passant par Balda, le majeeri fait jeu égal avec le safraari ou l’emporte de peu. Vers les montagnes à partir de Dogba, le safraari domine à nouveau. À Fadaré, par exemple, c’est majeeri ‘buulel qui domine. Plus au sud, toutefois, des poches de majeeri peuvent apparaître, comme à Djapay. Enfin, au nord de Petté et de Fadaré, jusqu’à la réserve de Waza, c’est burgu qui couvre la majorité des karals. Au sud de Midjivin, la zone des muskuwaari est plus confuse. Le safraari est encore majoritaire, comme sur les bords du mayo Louti. Néanmoins, il dépasse de peu, dans certains secteurs, ajagamaari (appelé ici dalasi) et majeeri tolotolo.

Origine des muskuwaari

141Lorsqu’on enquête au sein du monde peul, si la vulgarisation est bien revendiquée, l’introduction du muskuwaari reste mal explicitée. Les Zumaya, ethnie en place au cœur du Diamaré avant la conquête peule, disent avoir connu le masakwa (appellation kanuri) avant l’arrivée des Peuls, dans la deuxième partie du XIXe siècle, apporté par les Bornouans qui transitaient chez eux lors de leurs campagnes de razzia méridionales.

142Des indices permettraient de faire remonter cette culture plus avant encore dans le temps. Les descendants de groupes autochtones de la région de Bogo, conquis par les Peuls, les Makayama, disent que, jadis, ils donnèrent leur fille en mariage à un Saw du Bornou (avant sa conquête par les Kanuri venus du Kanem). Le masakwa poussait déjà au Bornou et faisait l’objet de convoitise. Mais, chaque fois que les Makayama réclamaient du masakwa au Saw, celui-ci leur donnait de la farine, refusant de céder des semences. Lors d’une visite, leur fille put apporter quelques grains qu’elle avait cachés dans sa chevelure. Le même récit est avancé chez les Kotoko de Zina. Les premiers muskuwaari auraient pu alors être repiqués vers Djiddéré-Saoudjo. Parmi les variétés adoptées se trouvaient le burgu et d’autres qui auraient disparu.

143Selon les informateurs descendants des Makayama, les guerres auraient mis fin à la culture des muskuwaari et les nouvelles populations en provenance du Logone et s’installant dans la région n’y trouvèrent pas d’intérêt. Il est fort possible que la culture des muskuwaari ait été soumise à fluctuations. C’est ce que suggère J. Boutrais (1978 : 72) se référant à des rapports administratifs qui concernaient la plaine de Mora et pour des périodes plus récentes.

144Quoiqu’il en soit, à la fin du XVIIIe siècle, les muskuwaari pouvaient être ponctuellement présents sur quelques karals privilégiés. Au milieu du XIXe siècle, les emblavures ont dû se multiplier avec les colonies de Bornouans installées auprès des Peuls. Les informateurs sont unanimes : « Le Bornou s’est fait avec le muskuwaari ». Toutefois, la première diffusion d’envergure dans la région du Diamaré date de la fin du XIXe siècle, autour de 1890, au moment des guerres de Modibo Hayatu de Balda. Il existait, à la limite nord de la principauté peule de Mindif, un grand centre de traite, Paatawal (près de Douka), où prospérait une grosse colonie bornouane. Paatawal fut brûlé et les Bornouans se dispersèrent dans toute la région. Ils diffusèrent la culture du muskuwaari, en particulier le long du mayo Boula, auprès des Fulbe et des Foulbéisés. La culture du muskuwaari deviendra un trait de l’agriculture peule.

Diffusion du muskuwaari dans et hors de l’aire de peuplement peul

145La première variété introduite chez les Fulbe semble avoir été le burgu. Il fut à l’origine des premiers karals avant d’accompagner les franges pionnières. Il a « ouvert la voie aux autres muskuwaari », disent les Fulbe. Certains ajoutent que le « burgu est le muskuwaari des paresseux » car, moins sensible aux adventices, il réclame peu ou pas de sarclage. Il s’agit du burgu à pédoncule droit.

146La gamme des muskuwaari, après s’être progressivement élargie par de nouvelles variétés venues essentiellement de leur aire de dispersion, le Bornou, s’enrichit actuellement de variétés issues du Tchad, où elles sont connues sous le nom de berbere. Les Arabes Showa, qui sont également implantés au Bornou et au sud du lac Tchad, en furent les initiateurs, et non les Fulbe. Ils ont propagé les masakwa de la région de Balge (Bornou). Les plus connus sont ajagma, dalashi, burgu et tonbuna (am guja) qui semble être la variété la plus ancienne. Les Arabes Showa ont diffusé les berbere au Tchad jusqu’au Guerra et, plus au sud, en pays salamat. Les Fulbe ont repeuplé certains secteurs des rives du Chari au début de la période coloniale. Originaires de Bogo, Petté, Djoulgouf, ils occupent les cantons de Bogomoro et de Malboum qui jouxte Guelengdeng. En dépit de liens étroits conservés entre ces Fulbe et leurs régions d’origine, aucun berbere ne fit retour sur cette ligne de migration. De petites colonies tupuri, implantées à Guelengdeng, sur les bords du Chari, furent le vecteur de l’introduction de berbere dans le Nord-Cameroun.

147Deux variétés connaissent une certaine vogue : le forlamiiri (de Fort-Lamy, ancien nom de la capitale du Tchad) et surtout le gelengdengri.

  • 25 L. Feckoua (1977 : 256) le signale pour les Tupuri du Tchad : « Mais, grâce à l’introduction très (...)

148Ce berbere s’est répandu presque en même temps en pays tupuri (1963-1964), où il se développe à Tchatibali et Guidiguis (en 1970)25 et chez les Fulbe en contact immédiat avec les Tupuri.

  • 26 Dans la foulée, les Fulbe empruntent même des donglong tupuri. Issus de leurs propres muskuwaari, (...)

149Les Fulbe pris dans la remontée du front pionnier tupuri vont l’emprunter rapidement : à Sarman et Kolara en 1971 ; à Moulvouday, Horlong et Daram en 1977, et le généralisent en 1977. En 1984 enfin, il est devenu la première production de ces villages, où le safraariniiwari est abandonné26. Kaya l’adopte en 1980 et, trois ans après, il a pris une réelle importance, puis c’est le tour de Kaday. Bogo (Sud) le connaît dès 1978, mais ici encore, se pose le problème de la distinction entre introduction et vulgarisation. Il arrive aux portes de Maroua en 1984 et à Katoual et à Boula dès 1985. En 1990, il est encore absent à proximité des piémonts et au nord d’une ligne Maroua-Bogo. La vente des semences de gelengdengri a lieu sur le gros marché à mil de Moulvouday.

150Hormis les Tupuri, les groupes haa’be mettront du temps pour s’approprier la culture du muskuwaari. Il faudra attendre l’époque charnière du milieu du XXe siècle pour assister à sa plus grande diffusion, à la fois cause et conséquence de l’introduction du coton. En libérant les meilleures terres jusque-là réservées aux sorghos sous pluie, les muskuwaari ont permis le développement de la spéculation cotonnière. En occupant les vastes karals auparavant non utilisés, ils autorisèrent de plus un allongement du calendrier agricole (Boutrais, 1978 : 72). Toutefois, les cultures des muskuwaari et du coton interfèrent au moment du repiquage du premier qui coïncide avec les traitements phytosanitaires du second. Le décalage dans le temps par rapport aux autres sorghos permet par ailleurs l’utilisation d’une main-d’œuvre également disponible. Cette culture restera toujours tributaire d’une nombreuse main-d’œuvre.

151Pour les Tupuri, le donglong (le muskuwaari) n’est qu’une extension de leur babu. L’emprunt a transité par le petit groupe charnière entre Masa et Tupuri : les Wina. La chefferie de Djondong chez les Wina fut la fidèle alliée des Fulbe de Kalfou, à qui elle servait de relais dans leurs campagnes de razzia. C’est par ce biais qu’ils obtinrent le burgu, appelé moskwarina mo fiyokna ou mayam fiyokna, majeeri ou majer apta, damlayta, le plus précoce est donglong abayna... Ces sorghos furent à ce point intégrés dans l’agrosystème qu’ils participent aux rituels. Le maître de la terre effectue le premier repiquage et c’est avec donglong abayna (blanc) qu’on enterre les morts.

152Les Tupuri développèrent le muskuwaari surtout sur les marges de leur peuplement, le cœur du pays tupuri restant voué aux babu. Grâce aux donglong, les Tupuri purent sortir du réduit où les avaient contenus la pression peule. De la période coloniale jusqu’à nos jours, ils occupèrent peu à peu vers le nord tous les vides du tissu du peuplement peul. Les sites préférentiels ont été à 90 % déterminés par la proximité d’un grand karal à défricher.

153Si les Tupuri sont représentatifs d’une diffusion favorisée par un agrosystème ouvert, opérant ses emprunts par proximité technique, en l’occurrence le repiquage, le groupe masa voisin représente un exemple de refus et de blocage d’une opportunité pourtant à portée de main. Bien que Tupuri et Masa partagent un grand nombre de traits socio-économiques, chez ces derniers, le schéma économique se confond avec l’éthique du groupe : aucun élément ne peut y être ajouté sans mettre en péril son ensemble. Un autre sorgho rouge peut être adopté, mais pas un sorgho repiqué car, n’étant pas de même nature, il bouleverserait le calendrier des occupations et l’équilibre avec l’élevage et les pêches collectives.

154En 1956, M. Gaide en établit le constat pour les Masa de la rive tchadienne :

155« Beaucoup de Banana [i. e. Masa] du district de Bongor ne pratiquent guère en guise de cultures vivrières que celle du gros mil rouge (sorghos caudatum), dont ils n’ont que quatre ou cinq variétés de cycles à peu près équivalents et n’ayant en fait de précocité que des écarts de un mois au plus... Tout l’approvisionnement annuel de ces populations repose sur la réussite de cette culture. Pourtant ils connaissent le mil repiqué, puisque certains Bananas de Koumi se louent au Cameroun (rive gauche du Logone), au moment du repiquage. Mais, chez eux, bien que quelques champs de “berbéré” commencent à apparaître à la demande du “Commandant”, ils rechignent à pratiquer cette culture (un de mes collègues avec l’aide du chef de département avait déjà tenté d’implanter le mil repiqué sur Bongor pendant la guerre, j’ai essayé à nouveau en 1949, mais sans grand succès). »

156Ce blocage est également signalé par J. Cabot (1965 : 116). Les Masa vont refuser le muskuwaari avec les mêmes arguments que ceux avancés pour le riz : ce n’est pas « leur » nourriture, il ne tient pas au corps, il donne des maux de tête...

157L’administration, par l’intermédiaire de ses représentants, les chefs de canton, va essayer de leur forcer la main. À Waria (sur la rive camerounaise), I. de Garine (1964) signale le muskuwaari parcimonieusement cultivé depuis 1961, parfois sur le même champ que les sorghos rouges. Poussé par les chefs de canton, cet effort sera abandonné. De fait, c’est la combinaison des périodes de sécheresse (1969-1970 et surtout 1973), qui fit perdre tout intérêt à la pêche, et de la pression officielle concernant la riziculture qui mirent à mal l’idéal socio-économique masa. Les muskuwaari vont alors faire leur apparition dans l’ensemble du pays. Pour les Masa Geme, après quelques précurseurs en 1971, ce sera 1973. Sur la rive droite les Masa Gumay empruntent à la même époque le safraari des Fulbe de Malboum et les champs de case se couvrent de muskuwaari après la récolte de sorghos rouges (Seignobos, 1984 : 189). Les Gisey s’y mettront en 1974-1975, à la suite de leur chef de canton qui défricha son premier karal en 1969. Chez les Masa Bugudum, le chef de Nouldayna avait fait le sien en 1973, mais ce karal, ravagé par les oiseaux, fut abandonné. Il recommencera en 1975 et ce furent alors les éléphants venus de Ngam (Tchad) qui le saccagèrent. Il ne fut repris qu’en 1981.

158Les Muzuk, voisins occidentaux des Masa, avec lesquels ils partagent le même genre de vie, s’ouvrirent plus tôt aux muskuwaari, vers les années 1945-1950. En revanche, dans le Bec-de-Canard, chez les Musey, l’adoption est récente et a pris les allures d’une course de vitesse contre Striga hermonthica. Ce besoin en donglong était d’autant plus aigu que le canton de Gobo devenait une importante zone cotonnière (après 1974). Ici encore se vérifie le développement parallèle du coton et des muskuwaari. C’est le safraari que les Musey ont emprunté aux Fulbe qui louent leurs services comme manœuvres. À Gobo, le premier karal est cultivé par le chef islamisé, en 1976 ; à Guiriou en 1977 (avec des précurseurs en 1970) ; à Dom-Pya en 1978. Dans certains villages, le démarrage a été spectaculaire et le muskuwaari devient même la culture principale comme à Guiriou II en 1985. Les muskuwaari ont gagné Holom, Djelmé. En revanche, les sorghos repiqués de leurs voisins gisey, les boroka, apparentés aux babu des Tupuri, ne firent leur apparition de façon significative qu’en 1981 dans le canton de Gobo.

159À l’ouest de la zone de peuplement peul, c’est-à-dire chez les ethnies des massifs-îles et les montagnards descendus en plaine, les muskuwaari furent empruntés plus tôt.

160Les rapports de tournée des administrateurs (ANY/APA/11513/D) signalent en 1928 que les Fulbe de Maroua et les Giziga « ont fait une vaste plantation de plusieurs centaines d’hectares d’un seul tenant dans la plaine entre les montagnes de Maroua-Kosseoua et la chaîne de Djébé ». Puis ces cultures furent abandonnées pendant près de dix ans à la suite de problèmes fonciers avec le lamido de Maroua et d’invasions de criquets.

161La même année les administrateurs notent que « les Kirdis moundangs, Guisigas et Toubouris à l’exception du chef de Kaélé n’ont fait aucune plantation de mouskouari. La culture du mil mouskouari n’est pas encore entrée dans les mœurs ».

162Les Giziga disposent du masoko gagazang, appelé aussi trungel (safraari) ; de masoko gaslda (majeeri), de burgu et enfin d’un dalasi. Les Giziga Lulu, comme les Mofu Zidim voisins auraient commencé leurs premiers karals en se procurant de la semence à Gazawa vers 1930. Dans toute la région, la diffusion des muskuwaari hors de l’aire de peuplement peul ne reprendra qu’après les invasions acridiennes de 1931 à 1937, voire 1939. L’administrateur Texier (ANY/APA/11833/B) signale qu’en décembre 1937 « dans le laouanat de Gazawa, les plantations de mouskouari sont presque complètement anéanties par les sauterelles ». C’est le même constat pour Kosséwa, Gayak, Papata et Bogo. Il faut attendre les années 1950 pour voir les Giziga de Moutouroua s’y mettre, et ceux de Midjivin après eux. Les Mundang de Boboyo, leurs voisins, firent le pas vers 1950, ici encore sous l’impulsion du chef. À Garey, toujours chez les Mundang, ce n’est qu’après la sécheresse de 1973 que l’on adopta le safrazavon we’de (gueule de taureau), allusion à la « bouche » du safraari, et un deuxième muskuwaari dit be gworda (obligation), sous-entendu « adopté à cause de la sécheresse ».

163On remarque que tous les emprunts passent ici par le safraari, sorgho qui se développe le plus dans les années 1960 chez les Fulbe eux-mêmes et la semence est vendue sur tous les marchés. Ils vont découvrir ultérieurement le burgu et l’adopter fébrilement car il est souvent plus proche de leurs goûts et permet le brassage de la bière. Comme le précisent les Fulbe : « celui qui cultive et aime le njigaari aime aussi le burgu ».

164Les mêmes mécanismes se sont répétés dans la région et nous en donnerons quelques exemples. Dès 1924, l’administration pousse à cultiver les muskuwaari. À Hina-Marbak, on défriche le premier karal, puis il sera abandonné. Les Hina de Bereng reprirent le karal vers 1930, mais trop peu nombreux, menacés par les oiseaux, ces karals furent délaissés, avant d’être repris par un plus grand nombre vers 1950, ils commencèrent avec le m’bodeeri, autre appellation du safraari, chez les montagnards. Les Budum s’y mettent en 1958 et les Dimeo en 1960.

165Le karal fut exploité de façon significative en 1964 à Godola et à Gawar-Hosséré ; en 1965 à Mokyo. On peut souligner le fait que le muskuwaari ne peut être adopté individuellement et cultivé sur de petites surfaces. En effet, trop exposé puisqu’il constitue la seule tache verte de la région, il devient la cible de tous les ravageurs. Un consensus doit se faire au niveau d’un village ou d’un quartier qui s’emploiera alors à défricher un vaste karal.

Vers un agrosystème basé sur les sorghos repiqués

166Avec l’intensification de la culture des karals, les rendements ont plus que triplé entre 1960 et 1996. Une meilleure contention de l’eau a été recherchée avec la densification des carroyages de diguettes. Le couvert graminéen s’est peu à peu modifié. Les paysans ont cherché à accélérer ces changements. La couverture idéale est conférée par une dominante à Setaria pumila (wicco waandu) et Setaria sphacelata (kayyaari). Ces graminées sont faciles à couper et donnent un feu optimal, tout en assurant un bon réensemencement. À la fin des années 1970, les Fulbe des bords des mayos Tsanaga et Boula ont commencé à récolter des sacs de graines de ces graminées pour ensemencer leurs karals. Ces pratiques, de plus en plus communes, accentuent l’« artificialisation » du couvert graminéen.

167En 1996, les muskuwaari couvrent près de 57 000 ha et fournissent la moitié de la production des sorghos de la province. La plus grande partie des vertisols du Diamaré sont exploités. Seuls restent disponibles les karals au nord de Fadaré et Petté, vers la réserve de Waza. Les paysans aménagent de plus en plus de sols aux propriétés vertiques limitées, tant la détermination de cultiver du muskuwaari est forte.

168Les Fulbe ont gardé le coton comme spéculation. Les autres cultures de rente restent secondaires. Seul l’élevage, par sa présence, établit une différenciation entre les villages. Cet agrosystème type du Diamaré est en voie d’être adopté partout, depuis les piémonts des monts Mandara jusqu’au Logone. Le coton n’est plus le moteur de l’agrosystème comme dans la Bénoué et il n’entraîne plus les innovations par le biais de l’encadrement Sodecoton. Avec le muskuwaari, les initiatives sont locales et intéressent tous les gestes agronomiques, renforçant la cohérence de la chaîne opératoire.

169La culture des muskuwaari est dans ses principes totalement dissemblable des normes préconisées par le schéma du développement, qui s’appuie sur une spéculation servie par une technique, la culture attelée, liée à des intrants. Les muskuwaari, en tant que vivrier marchand, s’apparentent bien à une spéculation. Toutefois, leur culture tend à se dispenser de la mécanisation et ignore les intrants.

170Cette culture « inventée » par les populations du bassin occidental du lac Tchad illustre une recherche de productivité maximale du travail. Elle intègre l’application de techniques apparemment expéditives, associées à des systèmes extensifs : les brûlis. C’est une culture à équipement aratoire minimal : un couperet pour faucher et un plantoir. Elle aboutit néanmoins à un système agronomique particulièrement performant.

171Commencée dans les années 1950, à l’initiative des services de l’Agriculture, la recherche sur les sorghos dans le Nord-Cameroun a suspendu ses programmes en 1993, aveu implicite de la difficulté à créer des sorghos acceptés par les populations.

172Travaillant en stations, la recherche agronomique a rarement pris en compte les besoins des paysans dans la spécificité de leurs agrosystèmes. Le passage de la Station aux Antennes, zones d’essai généralement assez peu représentatives, se prolongeait rarement en « milieu réel » ; ou s’il le faisait, c’était une commande de l’administration, coupée des préoccupations des sociétés villageoises où se déroulait l’opération. La recherche de sélection de variétés locales passait par l’amélioration de la qualité du grain, d’une bonne vitrosité, d’une panicule plus aérée, d’une meilleure exsertion de la panicule... sans oublier le côté un peu obsessionnel quant à la réduction de la taille de la canne pour un rapport paille/grain théoriquement plus satisfaisant. On espérait devancer une motorisation prochaine des récoltes.

173Le programme « amélioration variétale » de l’Institut de recherche agronomique et technique intéressa le damugari, justement le sorgho local le plus court, et quelques groupes précoces : njigaari, bulbasiri, et chez les tardifs : yolo’bri et walaganari. Aucun des sorghos « travaillés » en station ne fut adopté de façon significative avant les sécheresses de 1973 et 1984 qui créèrent une demande de sorghos à cycle court. Or les sorghos (hâtifs) étaient sur le marché et, à partir de certains points de diffusion officielle, un mouvement spontané a pris le relais, assurant le succès de ces njigaari, que finalement personne n’avait prévu.

174De 1978 jusqu’en 1993, on préféra chercher à diffuser des sorghos hautement sélectionnés comme le S35, avec des résultats très médiocres, hormis peut-être dans la région de Mora.

175Il n’est pas, non plus, facile de « faire » un sorgho. Il faut du temps, dix ans et plus. Commencé sur des critères précis d’acceptation des grains, de la farine, du goût, il peut y avoir à l’arrivée changement des goûts, de la demande du marché urbain, etc.

176Pendant quarante ans, seule la productivité a été recherchée. Aujourd’hui il faut revenir à des critères plus subtils : trouver des sorghos moins exigeants car l’engrais coûte cher, des sorghos tolérant le striga et certaines maladies. Toutefois, non seulement on aboutit à des types peu productifs, mais les qualités retenues sont peu stables. La lutte contre la sécheresse, notamment en cours de cycle, est encore un critère difficile à manier. Plus on travaille sur du matériel précoce et plus les rendements potentiels diminuent.

177Maintenant le « pas de temps » imparti pour la recherche est devenu trop court pour se lancer à nouveau dans des programmes d’études sur les sorghos.

178Les sélections massales des sorghos par les paysans, leur choix variétal, la rapidité de changement au sein de leur gamme de cultivars au service d’agrosystèmes très souples ont eu raison, sur ce point, d’une certaine recherche.

Literaturverzeichnis

Indications bibliographiques

Acheampong (E.), Murthii Anishetty (N.), Williams (J. T.), 1984 — A world Survey of Sorghum and millets Germplasm. Rome, IBPGR, 41 p.

Barrault (J.), Eckebil (J. P.), Vaille (J.), 1972 — Point des travaux de l’IRAT sur les sorghos repiqués du Nord-Cameroun. L’Agronomie Tropicale, 27 (8) : 791-814.

Bart de Steenhvijsen (P.), 1993 — Variation et variabilité de la culture du sorgho pluvial (Nord-Cameroun, région de Gaban). Cirad-Mesires, Rapport trimestriel n° 5, 43 p.

Barth (H.), 1857, rééd. 1965 — Travels and discoveries in north and central Africa : being a journal of an expedition undertaken under the auspices of H. B. M’s Government in the years 1849-1855. Londres, F. Cass, édition du Centenaire, t. 1 650 p., t. II 709 p., t. III 800 p.

Bezot (P.), oct. 1965 — « L’amélioration des variétés et des techniques culturales des céréales au Tchad ». Nigeria, Zaria, Réunion Sorgho-Mil-Maïs, n° 26, 8 p. multigr.

Boutrais (J.), 1973 — La colonisation des plaines par les montagnards au nord du Cameroun (monts Mandara). Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc. n° 24, 277 p.

Boutrais (J.), 1978 — Compétition foncière et développement au nord du Cameroun : la plaine de Mora. Cahiers de l’Onarest, 1 (2) : 53-90.

Cabot (J.) 1965 — Le bassin du moyen Logone. Paris, Orstom, coll. Mémoires n ° 8, 327 p.

Chantereau (J.), Arnaud (M.), Ollitrault (P.), Nabayaogo (P.), Noyer (J. L.), 1989 — Étude de la diversité morphophysiologique et classification des sorghos cultivés. L’Agronomie Tropicale, 44 (3) : 223-232.

Classification des Sorghum (clé des séries et des subséries) — Trad. par M. Bono, Orstom, Bambey, 7 p., d’après The cultivated races of sorghum, de Snowden (J. D.), 1936, Londres, Allard and Son.

Clément (J. C.), 1985 — Les mils pénicillaires de l’Afrique de l’Ouest. Prospections et Collectes. Orstom Abidjan, IBPGR-Orstom, 31 p.

Connah (G.), 1985 — « Agricultural, intensification and sedentarism in the Firki of N. E. Nigeria ». In : Farrington (I. S.) ed., Prehistoric Intensive Agriculture in the tropics, BAR Series, 232 : 765-785.

David (N.) — « History of Crops and Peoples in North Cameroon to a. d. 1900 ». In : Harlan (J. R.), De Wet (J. M. J.), Stemler (A. B. L.), Origins of african plant domestication : 223-267.

Dégremont (I.), 1992 — Évaluation de la diversité génétique et du comportement en croisement des sorghos (Sorghum bicolor L. Moench) de race Guinea au moyen de marqueurs enzymatiques et morphophysiologiques. Thèse Paris-XI Orsay, 191 p.

De Wet (J. M. J.), 1978 — Systematics and evolution of Sorghum sect sorghum (graminae). Am J. Bot., 65 (4) : 477-484.

De Wet (J. M. J.), Shechter (Y.), 1977 — Evolutionary dynamics of sorghum domestication. New York, Academic Press Inc., reprinted from Crop resources : 179-193.

Donfack (P.), Seignobos (C.), 1996 — Des plantes indicatrices dans un agrosystème incluant la jachère : les exemples des Peuls et des Giziga du Nord-Cameroun. Paris, JATBA XXX-VIII (2) : 231-250.

Eckebil (J. P.), 1970 — L’amélioration des céréales au Cameroun. African soils/Sols africains, 15 (1-2-3) : 21-34.

Feckoua (L.), 1977 — Les hommes et leurs activités en pays tupuri du Tchad. Vincennes, Doct. 3e cycle. 407 p.

Gaide (M.), 1956 — Au Tchad, les transformations subies par l’agriculture traditionnelle, notamment sous l’influence de la culture cotonnière. Fort-Lamy, 91 p., multigr.

Guillard (J.), 1965 — Golompoui, analyse des conditions de modernisation d’un village du Nord-Cameroun. Paris-La Haye, Mouton, 502 p.

Hallaire (A.), 1991 — Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Paris, Orstom, coll. à travers champs, 253 p.

Harlan (J. R.), De Wet (J. M. J.), 1972 — A simplified classification of cultivated sorghum. Crop science, 12 : 172-176.

Krzyzaniak (L.), 1978 — New light on early food production in the central Sudan. Journal of African History, 19 (2) : 159-172.

Le Conte (J.), 1965 — Enquête sur les sorghos et les mils du Tchad. Montpellier, IRAT, Compte rendu de mission, 22 p.

Marathée (J. P.), 1970 — Étude concernant la prospection sorgho de trois départements du Nord-Cameroun (Margui-Wandala, Diamaré, Mayo-Danai). Yaoundé, IRAT, 64 p.

Niqueux (M.), 1959 — Les sorghos d’hivernage au Tchad : variétés, répartition, amélioration. Riz et riziculture : 80-93.

Ollitrault (P.), 1987 — Évaluation génétique des sorghos cultivés (Sorghum bicolor L. Moench) par l’analyse conjointe des diversités enzymatique et morphophysiologique. Relation avec les sorghos sauvages. Thèse, Paris-XI, 187 p.

Pairault (Cl.), 1966 — Boum-le-Grand, village d’Iro. Paris, Institut d’Ethnologie, 470 p

Portères (R.), 1950 — Vieilles agricultures de l’Afrique intertropicale : centres d’origine et de diversification variétale primaire et berceaux d’agriculture antérieurs au XVIe siècle. L’Agronomie Tropicale, 5 (9-10) : 489-507.

Portères (R.) 1959 — Les appellations des céréales en Afrique. Paris, Muséum d’Hist. nat., 286 p.

Puard (M.), 1987 — Étude du système racinaire d’une variété de sorgho de décrue dit sorgho wulaga. 2 p. multigr. + photos.

Raimond (C.), 1999 — Terres inondées et sorgho repiqué. Évolution des espaces agricoles et pastoraux dans le bassin du lac Tchad. Thèse Univ. Paris-I-Panthéon Sorbonne, UFR de géographie, 543 p., annexes.

Sapin (P.), 1983 — Le sorgho et son amélioration. Synthèse Haute-Volta, 1961-1981. Montpellier, Cnearc-IRAT, 89 p.

Seignobos (C.), 1984 — La sécheresse 1969-1974 au Tchad : la difficile interprétation des conséquences. Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, nos 3-4 : 185-199.

Seignobos (C.), 1993 — « Harde et karal du Nord-Cameroun, leur perception par les populations agropastorales du Diamaré. » In : Les terres hardé, caractérisation et réhabilitation dans le bassin du lac Tchad, Cirad-Forêt, Cahiers Sc. n° 11 : 9-28.

Silvestre (A.), 1993 — La dynamique de la diffusion du maïs au Nord-Cameroun : changements techniques et culture technique locale. Montpellier, Cirad-SAR, 220 p.

Les sorghos au Tchad — Yaoundé, Direction de l’Agriculture, Doc. n° 5/69, 10 p.

Stanton (W. R.), 1962 — The analysis of the present distribution of varietal variation in maize, sorghum and cowpea in Nigeria as an aid to the study of tribal movement. Journal of Afric. hist. : 251-262.

Stemler (A. B. L.), Harlan (J. R.), De Wet (J. M. J.), 1975 — Caudatum sorghums and speakers of Chari-Nile languages in Africa. Journal of Afric. hist., 16 (2) : 161-183.

Anmerkungen

1 Les preuves reposent sur les grains de caudatum trouvés dans les fouilles de Daïma (Bornou) par G. Connah (1985). La datation donnerait 900 BP.

2 CB + ou CB -.

3 Chez les Hina, par exemple, le sorgho ngulay est un durra-caudatum par la forme de sa panicule, grosse et compacte, mais le grain gros et ocre, à sommet blanc, rappelle les caudatum de montagne. Toutefois, il présente un aplatissement ventral qui le fait échapper à toute classification. Chez les Mofu, le meseser rappelle, par certains côtés, le ngulay ; il développe une panicule de type caudatum, mais de la grosseur de celle d’un durra. Quant à ses grains ocre-ivoire, à sommet plus clair, ils sont de type cerge. Ici aussi, ils présentent un léger aplatissement ventral. À Gadala, un sorgho offre des traits de guinea et des caractères de caudatum. Les gens le classent parmi les yolo’bri. Il est parfois appelé yolo’bri tammiindi. Sa panicule ramassée est demi-compacte, aux épillets peu dégagés, très différente de celles de yolo’bri, alors qu’en revanche, il rappelle le yolo’bri par ses grains à forme lenticulaire caractéristique. On pourrait multiplier les exemples.

4 Dans la région, cette caractéristique intéresserait particulièrement les mils pénicillaires, chez les Njegn et les Gude.

5 Les sorghos d’ombre sont circonscrits à la périphérie de la plaine de Gawar. C’est le dawmezet (Mofu Zidim et Dimeo), le nder ngesleng (M. Budum), le ndre shenshen des Buwal et le ndri kersheng des Hina. Il s’agit généralement d’un sorgho de type guinea-caudatum, tardif (5 mois), à épillet lâche et aux grains gris bleuté pris dans une petite glumelle sombre. Ces sorghos poussent en auréole, sous les houppiers de cailcédrat et de Ficus.

6 Il ne s’agit que rarement de sorghos appartenant à des forgerons. C’est une appellation de dépréciation pour un sorgho de peu d’intérêt. Par exemple, l’appellation de ngwazladaw (forgeron-sorgho) des Mafa indique que ce sorgho doit être engrangé à part, comme sont tenus les forgerons qui vivent à l’écart dans la société mafa. Ce sorgho, trop sensible aux charançons, pourrait entraîner la contamination de tout le contenu d’un silo.

7 La station IRAT de Guétalé a dû arrêter en 1968 la sélection des cerge qu’elle avait entreprise, car les essais en plaine démontraient l’inadaptation totale de ces écotypes (J. P. Eckebil, 1970 : 27).

8 Appelés majamay à Moutouroua, sluruwi à Midjivin, zlerewi à Gadas.

9 Actuellement des sorghos saccharifères (appelés cabadiije ou cii’be en foulfouldé), en provenance de la plaine, sont empruntés : le kebrec chez les Daba, le dumbalasl chez les Mofu Dugur, le daw mbodoc à Douroum...

10 Exception faite de petits champs de mil pénicillaire, pour assurer un meilleur stock de semence une année sur deux (Clément, 1985 : 27).

11 Le niébé est un excellent fixateur d’azote atmosphérique, qui ne sera disponible que pour la culture suivante. C’est le sorgho, culture plus exigeante que le petit mil qui en bénéficiera. La culture intensive du niébé dans la double optique de rendement et de fertilisation, mais aussi comme plante couvrante, n’est possible que si une année sans niébés vient briser le cycle des phytophages et phytogènes (auxquels les niébés se montrent très sensibles).

12 Culture ancienne, elle a été longtemps cultivée comme plante rituelle dans les jardinets. Le père de Mbang Umar (vers 1930), sultan de Pouss, avait, par exemple, son lopin d’éleusine. Aujourd’hui, elle a disparu et les chefs de terre masa vont la chercher plus au sud, chez les Kim du Tchad. Il existe encore chez les Kim et les Musey une éleusine, dana goyna, qui se développe avec l’inondation.

13 J. P. Marathée (1970) signale que certains durra ont la réputation de résister à Striga hermonthica.

14 On peut établir quelques équivalences car Fulbe et Giziga se sont inter-empruntés des sorghos :
Image

15 Actuellement, le njigaari matakam se diffuse aussi sur les plateaux centraux des monts Mandara. Il présente à la fois des caractères de caudatum et de guinea : panicule très longue et étroite, affinée à l’extrémité. Le grain est bordeaux foncé, la glume acajou foncé, luisante (CB-).

16 C’est à partir d’eux que l’IRAT a procédé à un certain nombre de sélections.

17 Certains sorghos rouges appelés mboojudi ou gaba’dirwal, durra ou caudatum var. colorans aux cannes extrêmement chargées de pigmentation anthocyanique, étaient utilisés (et le restent encore) pour la teinture rouge, en particulier celle des peaux, des bottes des cavaliers, du harnachement des chevaux et de toute la maroquinerie.

18 Les yolo’bri sont appelés mbayri par les Fulbe de la Bénoué, pagayna par les Masa, Musey et Muzuk. Les montagnards de bordure (Mofu, Hina), mais aussi les Mafa les appellent lebere.

19 Chez les Musgum de Pouss, qui disposaient du lapia apporté du Baguirmi et qui peut être à la fois semé et repiqué, cet acquis ne joua pas en faveur d’une adoption des muskuwaari. Elle s’est manifestée tardivement, d’abord chez les Musgum de Guirvidig alliés des Fulbe. En 1950, l’administration doit arbitrer des problèmes de limites de karals entre les chefferies de Bogo et de Guirvidig.

20 On les retrouve plus au sud, à Garoua (1 100 mm) où ils ont là le comportement de sorghos de décrue.

21 De Mora au lac, les appellations sont celles des Kanuri-Arabes Showa ; dans la région de Garoua, les appellations, toujours en foulfouldé, sont néanmoins différentes de celles du Diamaré.
Image

22 Lors des sadaka intervenant au cours de grandes sécheresse, les hommes (chez les Fulbe) prennent le pilon pour réduire le mil en farine. Lorsque ce fut encore le cas en 1973, c’est majeeri qui fut choisi pour cette rogation dans la région de Maroua et de Bogo.

23 Rejoignant en cela les observations des généticiens, J. P. Marathée (1970 : 27) mentionne que des sorghos sous pluie manifestent des caractères de muskuwaari.

24 À Kaya, en 1988, un cultivateur avait des ajagamaari caltundi (ramifié) qui présentaient pratiquement une panicule double par pédoncule. Il essayait de les sélectionner, en dépit de l’incrédulité des autres cultivateurs qui voyaient en eux des chimères ou le résultat d’accidents édaphiques. Cet exemple est symptomatique de la volonté de sélection dont les muskuwaari font l’objet.

25 L. Feckoua (1977 : 256) le signale pour les Tupuri du Tchad : « Mais, grâce à l’introduction très récente (autour des années 70) de l’espèce “gueleingdeing” — parce qu’importée de cette localité — se contentant des sols légers faiblement argileux, sa culture a gagné même les zones de koro.

26 Dans la foulée, les Fulbe empruntent même des donglong tupuri. Issus de leurs propres muskuwaari, « acclimatés » depuis plusieurs générations chez les Tupuri, ils leur reviennent.

© IRD Éditions, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540