Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Archéologie de la région Mandara-Diamaré

Alain Marliac, Olivier L Anglois et Michelle Delneuf

Texte intégral

Avertissement

1Les dates sont données :

  • sous forme calendaire, exemples : XIIIe siècle, 500, 1750 avant Jésus-Christ (av. J.-C. ou BC : before Christ) ou après Jésus-Christ (apr. J.-C. ou AD anno domini). Par convention, les dates de l’ère chrétienne ne seront pas systématiquement suivies de « après J.- C. » ou de « AD ». ;
  • en temps décompté depuis le présent, ou plus précisément depuis 1950 (beforepresent : BP). Exemples : 7000 BP, 2000 BP ;
  • ou sous la forme de datages absolus fournis par les laboratoires du CNRS de Gif-sur-Yvette ou de l’Orstom à Bondy (méthode du 14 C, en abrégé RC ; ou méthode par thermoluminescence, en abrégé TL), lorsque le texte fait référence à une analyse de laboratoire. Exemples : Gif 2434 : 4010 ± 110 BP, OBDY 50 : 1770 ± 210 BP (before present).

Présentation des travaux

  • 1 Selon un protocole d’accord entre l’Orstom et l’université de Calgary (Canada). Par ordre chronolo (...)

2Le Cameroun septentrional bénéficie de recherches archéologiques depuis plus de quarante ans voire davantage si l’on considère les années pionnières de F. R. Wulsin, M. Griaule, J.-P. et A. Lebeuf (Marliac, 1981). Démarrées entre Diamaré et Bénoué à la fin des années soixante, elles furent menées, à compter du début des années quatre-vingt, dans le cadre d’associations entre des chercheurs français, camerounais et canadiens1. Le choix de cette partie du pays était justifié par des orientations théoriques et méthodologiques et par l’existence d’un environnement pluridisciplinaire développé. Ainsi, les résultats des recherches paléoclimatiques opérées dans les années 1970 sur les régions périlacustres au nord du lac Tchad (Servant et Servant-Vildary, 1980 ; Maley, 1981) fournissaient un cadre paléo-environnemental nécessaire à l’élaboration de notre problématique de recherche.

  • 2 À ces buttes s’ajoutent notamment des carrières, des lignes de murailles, des structures de pierre (...)
  • 3 Les sites fouillés dans la région Mandara-Diamaré sont : CFDT (G. Quéchon), Tsanaga, Goray et Mong (...)

3À l’intérieur de la province de l’Extrême-Nord, les choix géographiques se sont portés sur les yayrés et l’aire Mandara-Diamaré, où les densités de populations anciennement installées révélaient un attrait soutenu pour leurs paysages diversifiés. Peuples et milieux y faisaient d’ailleurs depuis de longues années l’objet d’études naturalistes, géographiques et ethnologiques (Tardits éd., 1981 ; Boutrais éd., 1984). Enfin, dans l’optique d’une contribution à l’histoire nationale camerounaise, ce sont les deux derniers millénaires qui ont été l’objectif des différentes équipes de recherche. Comme nous le verrons plus loin, c’est en effet dans cette période dite « postnéolithique » que plongent les racines des peuples actuels du Cameroun septentrional. Ainsi, depuis 1970, les prospections ont permis de recenser, entre les 9° et 11° de latitude nord, plus de 650 sites, la plupart attribués au Postnéolithique (Marliac, 1973, 1978b, 1982). Cette densité d’occupation se compare à celle relevée dans la plaine d’inondation des yayrés (Lebeuf, 1969 ; Holl, 1988 a). Sur cet ensemble composé pour deux tiers de buttes/tertres2 seuls une quinzaine de gisements ont été fouillés, la plupart des autres sites ayant fait seulement l’objet de ramassages de surface sélectifs3.

  • 4 En particulier sous forme de contrats d’association Orstom.

4Ce n’est que depuis une dizaine d’années, grâce en partie au soutien de l’Orstom4, que les travaux d’équipes d’archéologues nationaux, se sont multipliés en forêt et au contact forêt/savane, dans la partie sud du pays. Au terme des différents programmes menés ces trente dernières années par l’Orstom, le Cameroun septentrional est une des régions d’Afrique subsaharienne archéologiquement les mieux connues et nous espérons que le mouvement inauguré en 1967 (Marliac, 1973) pour la zone Diamaré-Mandara s’étendra à l’ensemble du pays.

Le cadre paléogéographique et les implantations humaines

5Différentes facettes des paysages et unités géopédologiques témoignent de climats anciens alternant périodes sèches et humides : cuirasses, sols rouges, terrasses, dunes. Leur étude et les corrélations plausibles en fonction de la latitude des unités lithologiques et des modelés ne sont qu’esquissées et ne sauraient encore fournir un tableau bien assuré à partir des quelques séquences proposées.

Les formations les plus anciennes

6Les formations associées à des oscillations paléoclimatiques très anciennes (Arides/Pluviaux) sont sans datation relative ou absolue et placées provisoirement entre 100000 BP et 50000 BP, mais elles peuvent être beaucoup plus anciennes (Marliac, 1991 a : 67). Affleurements de cuirasses ferrugineuses, surfaces ferrallitiques, très hautes terrasses des cours supérieurs des rivières relevant tant du bassin versant de la Bénoué (mayo Louti), que du bassin tchadien (mayos Tsanaga et Boula), argiles anciennes, sont, entre autres, les résidus de paysages pléistocènes, résidus au sein desquels des indices culturels remaniés et rares ont été trouvés (Marliac, 1978 a, 1987, 1991 a : 66).

7Des indices plus nombreux et plus diversifiés apparaissent, dans toute une série de séquences chronostratigraphiques postérieures parallélisables entre elles. Résultats d’évènements paléoclimatiques (dont le maximum aride vers 15000 BP), elles sont retrouvées sur l’ensemble du Diamaré et sur les piémonts des Mandara. Rattachées à la séquence du mayo Louti, elles sont placées entre 50000 BP et 10000 BP environ.

L’environnement à l’Holocène

8Plusieurs témoins de fluctuations lacustres ont été enregistrés au nord du lac et au niveau des cours d’eau principaux qui en dépendent, le Logone et le Chari d’une part, et le déversoir constitué par le Bahr el-Ghazal, d’autre part (Servant et Servant-Vildary, 1980 ; Maley, 1981). Il est acquis que le bassin tchadien a connu au Pléistocène comme à l’Holocène plusieurs oscillations de niveaux. Du Pléistocène final à l’Holocène on note des transgressions vers 13000, 10000 et 7000 BP, entrecoupées de régressions sensibles.

9Durant cette période, qui doit recouvrir le Paléolithique final/pré-Néolithique et le Néolithique ancien, les milieux occupés par les groupes humains de la sous-région sont décrits, pour le moment, par rapport à l’extension majeure du paléotchad à la cote 320 vers 6500 BP et la tendance générale vers la sécheresse qui lui succède. Cette dernière transgression s’inscrirait dans un mouvement généralisé à toute la latitude saharienne, remettant en eau un certain nombre de formations paléolacustres et favorisant ainsi la fixation de cultures néolithiques significatives de ce que fut le Sahara de 6 000 à 4 000 BP (Servant et Servant-Vildary, 1980).

  • 5 Ce cordon — appelé BamaRidge au Nigeria — a été relié aussi à une formation géotectonique SE-NO tr (...)

10La formation résultante (le cordon dunaire de 320 m) plutôt vue désormais comme résultat de plusieurs transgressions (ou parfois de remontées de nappes) étalées dans le temps et d’inégales durée et surface sert de limite paysagique et chronologique aux peuplements5. Au sud de ce cordon, en région dite cisdunaire, les milieux où s’installeront prénéolithiques encore inconnus, néolithiques et postnéolithiques, sont contrastés (socle, héritages et alternances érosion/dépôts fournissant les basses terrasses). Dans la partie septentrionale, région dite transdunaire, des épandages sableux alternent avec des épandages argileux qui gagnent en importance plus on va vers le nord. Selon les formations pléistocènes arasées et l’écoulement des eaux, les mares et marécages coalescents y sont plus ou moins vastes. L’occupation y sera très compartimentée par la disponibilité des sols.

11Passé cet épisode, c’est la sécheresse générale qui s’installe avec un aride net entre 4500 et 4000 BP suivi d’une alternance de phases sèches/humides jusqu’au climat actuel, phases mineures pour le géologue, mais sûrement déterminantes pour les occupants néolithiques et postnéolithiques : accessibilité des sols, exploitabilité des biotopes (pêche, chasse, domestications), possibilités d’échanges régionaux... La dernière reprise sensible des eaux n’atteindra pas les précédents stades et se stabilisera à 282 m autour de 2 500 BP. L’ultime période « humide » importante marquera le début de l’ère chrétienne (vers 2000 BP). Autour de 1750 BP on assiste à une nouvelle transgression de moindre intensité qui se répètera vers 1450 BP.

12Passée cette date, les indices climatiques pourront être corrélés aux données historiques et archéologiques. En effet, historiquement, il a été reconnu une longue phase humide courant du VIIe au XIIe siècle, marquée tout d’abord au nord-est du lac par l’écoulement quasi continu du Bahr el-Ghazal, puis par la fondation de l’empire du Kanem par des populations d’éleveurs (Zaghawa) dont la sédentarisation nouvelle ne pouvait s’être réalisée que grâce à de bonnes conditions de pluviosité locale. Pour ce qui concerne le sud du bassin tchadien, nous verrons que cette période correspond manifestement à une phase d’expansion humaine.

13C’est au cours du XIIIe siècle que la zone sahélienne septentrionale connut des bouleversements politiques, puis des mouvements nord-sud de populations témoignant d’une péjoration climatique. Cette situation défavorable ne paraît avoir concerné que le Kanem. J. Maley (1981 : 67) signale, en effet, que « le Bornou et le sud du lac Tchad semblent avoir été peu touchés par cette péjoration climatique ». On constatera cependant des vides chronologiques sensibles dans les séquences archéologiques du Diamaré et des yayrés. Il conviendrait donc de nuancer cette appréciation.

14Les trois siècles qui suivirent, du XIVe au XVIe, ont connu des conditions climatiques peu favorables : au sein d’une période de relative sécheresse, deux hiatus pluviométriques entre 1420 et 1465 d’une part, et au milieu du XVIe d’autre part sont signalés, notamment au Bornou (Maley, 1993 : 161 ; Seignobos, 1993 a).

15Durant le siècle suivant, la pluviométrie augmente, le lac atteignant la cote 286.

16De graves sécheresses, entraînant de dures famines, s’étendront ensuite tout au long du XVIIIe siècle. Les témoignages précis apportés par l’histoire du Bornou entre la fin du XVIIe siècle et la première décennie du XVIIIe siècle sont probants à ce sujet. Les trois derniers siècles, la sécheresse se poursuit, le niveau du lac oscille entre les cotes 280 et 284.

17Au XIXe siècle, les témoignages historiques s’agrémenteront, désormais, des récits des voyageurs européens, et relateront de courtes périodes critiques — entre 1830 et 1840 d’une part, et entre 1880 et 1890 d’autre part — ne perturbant que brièvement une pluviométrie globalement satisfaisante.

Contraintes environnementales et implantations

18Du Néolithique à nos jours, aux changements bioclimatiques près, les groupes humains qui ont occupé la région se sont vu confrontés à des contraintes plus ou moins similaires. Si, comme cela paraît vraisemblable, la plupart des groupes présents depuis la moitié du premier millénaire eurent des économies essentiellement productrices complétées par une activité de prédation plus ou moins occasionnelle, les mêmes types de contraintes furent à l’origine de leurs implantations. Elles se résument à deux éléments fondamentaux : l’eau et les sols, auxquels s’ajoutent à certaines périodes les capacités défensives de certaines positions topographiques (Brabant et Gavaud, 1985).

19Le réseau hydrographique a, de toute évidence, constitué le milieu de convergence des peuplements au Diamaré. Les rivières Tsanaga et Boula, quasi complètement prospectées, qui coupent cette pénéplaine en son centre, sont jalonnées de sites archéologiques, principalement sur leurs rives nord respectives (entre Mokong et Bogo pour la première, de Boula à Dargala, pour la seconde). Le cours du Louti est bordé de buttes et de gisements de surface. Sa direction nord-sud le place à l’interface des yayrés et de la culture sao au nord, et des cultures de la vallée de la Bénoué au sud.

20Relais possible entre le Diamaré central et les piémonts traversés par le Louti, le mayo Toulowi, aux rives fortement dégradées, est autant pourvu en stations de surface qu’en tertres. Le cours du mayo Binder, au sud de Kaélé, est flanqué d’imposantes buttes évoquant les courants de peuplement nord-sud passés par la vallée du mayo Kebbi. À ce réseau du Diamaré cisdunaire, il faut ajouter tous les bas-fonds, petits ou grands (Ngassa, Dargala) qui pouvaient fixer des groupes de cultivateurs, comme ils avaient pu le faire au Néolithique autour de l’ancienne lagune de Ngassa.

21Cette situation s’oppose à celle de la région transdunaire où l’eau, toujours présente mais en volumes et durées variables selon les années, constituait un facteur limitant les installations comme les exploitations et les relations commerciales. De fait, dès que l’on passe au nord du cordon, les sites implantés dans les zones inondables sont moins nombreux mais plus imposants : Djiddéré-Saoudjo, Mongossi, Kayam.

22L’association « eau/occupation » soulignée ci-dessus ne prend tout son sens pour des agropasteurs qu’avec un troisième élément, le sol, sous son aspect utilisation agricole depuis les plus dégradés (les hardés) jusqu’aux plus riches ou plus lourds (les sols hydromorphes) et selon les différents modelés des milieux. Les différents modes d’utilisation de ces facettes donnent préférence aux cultures, à la pêche, la défense, la recherche de minerais, etc. selon la personnalité socioculturelle des groupes.

23Dans l’optique actuelle d’une culture, au sud du lac Tchad, de Pennisetum à l’aube du premier millénaire BC (Neumannet al., 1996) et de sorghos sous pluie dès le début du premier millénaire AD (Connah, 1981 ; Otto, 1993 ; Langlois, 1995), la liaison n° 1 « eau-sols bien drainés-sites », paraît confirmée : les rives des mayos, les bourrelets de berges, les deltas fossiles, les petits glacis de piémont des massifs granitiques sont alors occupés. Même en saison très sèche les alluvions de la basse terrasse 2 portaient en effet une nappe accessible (Marliac, 1991 a : 766). La liaison n° 2 « eau-vertisols-sites », nette en région transdunaire, plus diffuse au cœur du Diamaré, s’expliquerait par la culture de la variété sorgho durra (possible dès le VIe siècle) acceptant les sols lourds hydromorphes (Marliac, 1991 : 379 ; Otto, 1993 : 144, 1998 : 161).

24Toutefois, on peut également envisager une agriculture limitée aux bourrelets sableux comme cela fut probablement le cas à Kursakata (Neumannet al., 1996 : 446). La concommittance actuelle « hardé-sites » ne serait que le résultat de la surexploitation de la deuxième liaison dans un climat tendant vers l’aride. Ainsi autour de la butte de Mongossi, la dégradation des sols vers le hardé, semble postérieure à l’occupation postnéolithique. Les raisons de cette dégradation locale résident sans doute dans les fluctuations importantes des niveaux des nappes, associées à une surexploitation des maigres sols sableux disponibles entraînant le départ de l’horizon A (Marliac et Poncet, 1986 ; Lamotte et Marliac, 1989).

25Si la présence de l’eau et la qualité des sols semblent bien être à l’origine de la plupart des installations dans les plaines, d’autres motivations semblent avoir présidé aux très nombreuses implantations présentes sur les piémonts. Les habitats de ce secteur sont majoritairement implantés en pied d’inselberg et parfois même sur les hauteurs. Il est ainsi remarquable que les plaines environnantes n’aient guère été occupées (cf. carton des sites repérés autour des massifs de Tchéré et Dogba, Doulo, Gréa).

26Cette topographie indique la fonction de refuge naturel des nombreux montinsules. Il faut cependant remarquer que ces zones constituent, de par leurs potentialités riches et contrastées et la présence de matières premières spécifiques, un milieu attractif en lui-même. Certains inselbergs sont ainsi de véritables carrières de roches clastiques (hosséré Makabay) adaptées à la fabrication d’outils lourds (des haches-houes-herminettes), tandis que les massifs granitiques voisins fournissent un matériau propre à la fabrication de meules et un minerai de fer (magnétite) à teneur exceptionnelle (75 à 85 %). Il n’est donc pas étonnant que certains de ces massifs aient été occupés sans interruption depuis le Néolithique, voire antérieurement. Cette occupation est attestée par la présence d’industries épipaléolithiques ou néolithiques à la base des sondages de Moundour et Tchoukol et Néolithique final à Groumoui. Au Postnéolithique, les cultures matérielles s’y succèdent parfois rapidement. Ainsi, à Moundour, cinq cultures différentes postérieures au Ve siècle se superposent sur moins de 1,5 m de stratigraphie. Les données archéologiques — comme les nombreuses traditions orales attachées à ces lieux — témoignent ainsi de l’attraction exercée par ces inselbergs sur les nombreuses populations migrantes.

27Il apparaît que les motivations à l’origine des différentes implantations ne sont pas exclusivement d’ordre écologique : la position topographique de nombreux gisements nous renseigne sur l’existence de contraintes politiques. Pour les périodes les plus récentes, ces contraintes nous sont connues par de très nombreux récits qui relatent l’insécurité des plaines en proie aux exactions perpétrées par les royaumes environnants. La densité et la localisation des sites de piémonts en sont la parfaite illustration.

Vestiges et cultures

Les cultures du Paléolithique

28Les recensements, pour la période paléolithique, ont été menés dans la partie nord et sud-ouest du Diamaré, soit sur les trois quarts de la plaine ; au pied des monts Mandara méridionaux sur une base d’abord géomorphologique (Hervieu, 1970 ; Marliac, 1970, 1973, 1974, 1975, 1978 a, 1981). Au nord des monts Mandara, à proximité du cordon dunaire, c’est l’imbrication des formations relevant, les unes des systèmes de terrasses-glacis du massif, les autres du système transgression/régression du bassin tchadien qui a été la plus recherchée (David et MacEachern, 1988 ; Wilson, 1988).

29Les ensembles culturels de cette période ont été classés acheuléens, pré-acheuléens, par rapport à la mise en séquence provisoire des gisements qui les ont fournis et en fonction de leur typologie (Marliac, 1987). Sont pré-acheuléens les très rares galets aménagés trouvés en surface sur des formations anciennes (par exemple à Roum, Marliac, 1991 a : 67), mais probablement remaniées, comme parfois celles du Duroumien. Sont de l’Acheuléen les quelques pièces collectées en amont des séquences établies pour le Pléistocène final et caractérisées par la présence de bifaces ovalaires (à Kahéo, Djamboura). Bien que la couverture de la région, consacrée à ces périodes, soit loin d’être complète, elle a permis de prouver l’ancienneté des implantations humaines, davantage au sud qu’au nord du cordon dunaire, ce qui s’explique en partie par les recouvrements liés aux fluctuations périlacustres. La diversité des milieux, des topographies, et des ressources au sud du cordon pourrait avoir constitué également des arguments favorables aux implantations paléolithiques effacées depuis par les pédoet morphogenèses liées aux paléoclimats surtout lors d’épisodes arides.

30Sont classés postacheuléens les ensembles où apparaissent avec une leptolithisation relative du façonnage sur éclats, des discoïdes, et la technique Levallois déjà naissante à l’Acheuléen. Ils sont diversifiés à la fois techniquement, typologiquement et régionalement (Marliac, 1970, 1973, 1975, 1987, 1991 a : 67-80 ; Marliac et Gavaud, 1975). Le site de référence (hors carte) reste Figuil-Louti dont la datation absolue, quoique à préciser, sert de base chronologique aux hypothèses sur ces lointaines périodes (Marliac, 1973, 1981). On lui a corrélé les séquences dites « GK », les séquences dites « douroumiennes » et la séquence dite des « terrasses du Diamaré ». Les ateliers de taille des montinsules de Maroua ont fourni quelques pièces paléolithiques au sein d’ensembles que nous considérons néolithiques. S’agit-il d’une convergence ou du résultat de dizaines de millénaires d’exploitation de cette source de matériaux clastiques ?

Les cultures du Néolithiques

31À part peut-être les industries à tendance microlithique trouvées, à la base des sondages de Tchoukol et de Moundour, au sein d’arènes et de sables rubéfiés, nous n’avons pas découvert, au nord de Guider, de Paléolithique final (Late Stone Age) constituant, entre la fin du Pléistocène et l’Holocène ancien, la jointure avec le Néolithique.

  • 6 Contemporain de la transgression de 320 m.

32Le Néolithique ancien semble représenté sur deux sites installés sur le cordon dunaire : Konduga, site nigérian daté de 6340 ± 250 BP (KN-4300) (Breunig et al., 1992 : 14)6 et GY35, site à poterie daté indirectement du début du second millénaire BC (Gif 2434 : 4010 ± 110 BP ; Marliac et Gavaud, 1975).

33Par ailleurs, le Néolithique de la région Mandara-Diamaré est défini par :

  • les ateliers de taille des inselbergs de roches vertes des environs de Maroua (Makabay, Mirjinré) et ceux de la plaine avoisinante, collectivement appelés « Tsanaga » (Quéchon, 1974 ; Marliac, 1975, 1978 b, 1981, 1991 a) ;
  • des objets polis récoltés sur toute la région qui, quoique souvent réutilisés lors de rites plus récents (pierres de pluie, cf Glossaire), ont pu être en relation avec les ateliers de taille cités7. ;
  • le site d’habitat de Blabli (David et Sterner, 1989 ; Wahome, 1989) ;
  • le site de Gréa-Twin Peaks (Bourges, 1996 ; MacEachern, 1998)8.
  • de rares armatures de flèche sur roche verte et matériau étranger trouvées à Djodjong (Marliac, 1991 a) et dans certains ateliers de taille de Tsanaga.
  • 9 Terrain appartenant à la Compagnie française des textiles devenue depuis la Sodecoton.
  • 10 Un atelier de fabrication de bracelets de pierre polie fut également reconnu au pied du massif de (...)

34Parmi ces indices, seuls les ateliers des alentours de Maroua, pourtant d’exploitation difficile, rendent compte d’une occupation néolithique importante. Les alentours de Maroua sont en effet parsemés d’ateliers (site dit « CFDT »9, Tsa I et II, Ouro-Galdima, Moundour-Tchéré)10 spécialisés dans la production de haches taillées. Associés à ces amas de déchets de taille ont été découverts des éclats façonnés, des bracelets en pierre polie (Moundour-Tchéré), des objets en os et en fer (Tsanaga et CFDT) et une céramique décorée d’incisions et d’impressions au peigne. On remarquera à ce sujet que ces techniques décoratives sont courantes dans tous les assemblages céramiques néolithiques du bassin tchadien méridional. Elles sont ainsi largement représentées à Blabli (Wahome, 1989), à Bornou 38 (Connah, 1981), à Gréa-Twin Peaks (Bourges, 1996) et dans les niveaux les plus anciens des sites de la plaine péritchadienne : à Daïma (Connah, 1981), à Sou-Blama-Radjil (Rapp, 1984), à Kursakata (Gronenborn, 1996) et à Gajiganna (Breuniget al., 1992). L’impression au peigne semble même fort ancienne : on la trouve ainsi à Konduga (Breunig et al., 1992).

35Si les ateliers de Tsanaga se posent manifestement en héritiers d’un Néolithique régional encore mal connu, leur fonctionnement tardif (jusqu’au IIIe siècle AD) – à une période où le sud du bassin tchadien est déjà essentiellement peuplé de groupes de métallurgistes – de même que la présence d’objets en fer au sein des amas lithiques, nous amènent à les considérer comme résiduels. Cela nous conduit, même à intégrer le matériel céramique extrait des ateliers lithiques de CFDT et Tsanaga au sein de la séquence chronoculturelle du Postnéolithique (cf. infra).

Les cultures du Postnéolithique

Une connaissance encore parcellaire

36La quinzaine de gisements sondés représente une population de référence limitée, compte tenu de la densité des sites, de la variété des milieux et de la longueur de la période considérée (deux millénaires et demi). Par ailleurs, les méthodes de fouilles appliquées, ont été, pour des raisons diverses dont financières, plus subies que choisies par leurs auteurs. Réduites à des sondages larges et soignés mais sélectifs on ne saurait comparer leurs résultats à ceux de fouilles extensives. En revanche, elles autorisent désormais l’organisation de recherches plus pertinentes sur l’ensemble Diamaré-Mandara et les régions limitrophes.

37On s’appuiera donc sur un petit nombre de tertres fouillés qui reprennent les différents types d’implantation reconnus en prospection :

  • les berges de mayo (Salak, Goray implantés sur les rives nord et sud du mayo Boula) ;
  • la bordure des terres à forte rétention d’eau en aval du cordon dunaire, qu’il s’agisse d’inondations saisonnières (Mongossi) ou du voisinage de mares pérennes (Méhé-Djiddéré) ;
  • les interfluves (Dir-Illagaré installé dans l’interfluve Boula-Binder, dans une zone bloquée par une barrière dunaire) ;
  • le pied des massifs-îles granitiques (Groumoui, Mowo, Lougguéréo, Tagamré, Tchoukol, Moundour, Bibalé-Tchuin, Doulo-Igzawa, Manaouatchi-Gréa…).

Les gisements et leur formation

38Selon leur élévation, les gisements postnéolithiques pourraient se diviser en trois grandes catégories : 1° les buttes, accumulation de niveaux anthropiques totalisant plusieurs mètres d’épaisseur ; 2° les sites de piémonts, dont l’élévation dépasse rarement deux mètres ; 3° les sites de surface. Une semblable typologie reviendrait à négliger la profonde érosion qui a affecté l’ensemble de la région. Ainsi, les nombreux sites de surfaces sont originellement hétérogènes et seule une étude géomorphologique des différents faciès érosifs résultants pourrait nous éclairer sur les mélanges qu’ils représentent : véritables « sites de surface », épandage de buttes érodées, ravinements de couches disparues avec mise au jour de contacts planiques fossilisant du mobilier – en particulier des poteries – et aboutissant au hardé, ou résultats d’évènements encore plus complexes ? Finalement, dans l’état actuel des connaissances, nous pouvons seulement distinguer les sites de piémonts, souvent installés au pied des massifs, et les sites de plaines. Cette distinction s’opère, non en raison de l’élévation, mais de la position topographique des gisements qui, bien sûr, conditionne leur mode de formation.

39Bien que moins complexe que celui d’un site de pied de massif, le processus de formation d’un tertre anthropique, n’est pas simple. Certes, d’un point de vue général, une butte anthropique résulte d’un apport de matériaux exogènes sur un périmètre donné qui s’élève progressivement au rythme de ces apports. Toutefois, contrastant avec la simplicité de ce propos, la genèse d’une butte appréhendée d’une manière moins théorique est d’une extrême complexité (Lamotte et Marliac, 1989). En effet, parallèlement aux apports exogènes, une butte est soumise à une reconversion des matériaux. Ainsi, les murs des maisons construites actuellement sur les buttes sont fabriqués avec les niveaux anthropiques superficiels. Cette reconversion est certainement la première cause de destruction ou d’altération de l’information. Il en existe bien d’autres : érosions, ruissellements depuis le sommet du tertre, bioturbations (fouisseurs, termites...), etc.

  • 11 On remarquera tout de même que les apports naturels ou anthropiques vont avoir tendance à mettre l (...)

40Un site de pied de massif est globalement soumis aux mêmes perturbations qu’une butte de plaine. Toutefois, en raison même de sa position topographique, il va en outre recevoir des matériaux issus des hauteurs : des sédiments, des roches, des vestiges archéologiques… vont avoir tendance à s’accumuler sur le site, contribuant à l’élever. L’eau, en revanche, va entailler les niveaux préalablement déposés et évacuer certains d’entre eux. Cette action de l’eau est clairement visible dans la plupart des sondages entrepris dans des sites de piémonts. L’intensité des ruissellements explique en partie l’élévation plutôt modérée des sites de piémonts11.

41Quelle que soit leur position topographique, la formation des gisements s’explique donc d’abord par des critères anthropiques, ensuite par les configurations et constituants du milieu environnant.

42Les sédiments supportant les premiers niveaux archéologiques opposeraient les tertres de région transdunaire (au-delà même des frontières camerounaises) et ceux de la zone cisdunaire. Ainsi, à la base de trois des sites fouillés au Diamaré : Goray, Salak et Mowo (sondage 88), situés tous sur la basse terrasse 2 plus ou moins lisible, on trouve un épais niveau de limons jaunes fins quasi stérile dont l’origine est controversée : éolienne, fluviatile ? À Groumoui, Tchoukol et Moundour, également en zone cisdunaire mais au pied de massifs granitiques, les premières occupations reposent dans ou au-dessus de niveaux rubéfiés.

43En revanche, en zone transdunaire, le niveau de base de Mongossi est un sédiment bariolé brun-jaune davantage argilo-sableux compact, comparable au firki-clay ou yobe-type de Connah (1981 : 104), typique des dépôts lacustres d’inondation. Méhé-Djiddéré, en limite de la zone cisdunaire, possède le même niveau de base alors qu’à Balda, massif coupant la cordon, les premiers habitants se sont installés sur un limon jaune apparemment proche des niveaux basals de la zone cisdunaire.

44Dans la plupart des cas, les niveaux anthropiques sont extrêmement difficiles à caractériser. Ainsi, si certains sondages conduits en zone cisdunaire (Salak 89, Mowo 88 et 93 en particulier) ont révélé une succession de niveaux plans, parmi lesquels purent être identifiés des niveaux de sols, de nombreux sondages ont montré des niveaux épais, difficilement interprétables et souvent remaniés. Ces remaniements semblent avoir différentes origines. Les gisements adossés aux massifs sont bien évidemment soumis à de puissants ruissellements annuels qui ont profondément perturbé les niveaux anthropiques. À ce facteur érosif, particulièrement violent dans les piémonts, s’adjoindrait un lessivage progressif des couches probablement favorisé par l’enracinement et le creusement de microgaleries par les rongeurs et les insectes (termites et fourmis en particulier). Ces perturbations sont peut être à l’origine du dégradé de couleur et de nature observé fréquemment sur les coupes stratigraphiques : de la surface au fond, les couches argilo-sableuses de couleur gris-beige ou gris-rose deviennent sableuses beige à beige-rosé. En certains endroits — dans le sondage II de Tagamré surtout — les particules fines (argileuses et cendreuses) semblent avoir migré au cours des siècles, uniformisant progressivement les couches jusqu’à les rendre imperceptibles. Ainsi les caractères pédologiques des couches les plus anciennes ont été très fréquemment altérés et, en conséquence, l’interprétation de ces dépôts demeure hasardeuse. Même si les niveaux supérieurs cendreux présentent souvent des caractères de dépotoirs domestiques, parfois confirmés par d’autres indices, nous ne pouvons guère comprendre l’évolution de l’utilisation de l’espace au cours du temps par la simple observation des niveaux.

45Les perturbations évoquées plus haut compromettent donc souvent l’interprétation des strates traversées. La portée de cette interprétation étant déjà minimisée par la faible extension des sondages, il est clair que les données d’ordre spatial ainsi que la connaissance des processus de formation des buttes demeurent généralement inaccessibles.

La séquence chronoculturelle

  • 12 Les données collectées à Lougguéréo et Groumoui (Delneuf, 1992 ; Delneuf et Otto, 1995 ; Otto et D (...)

46Comme c’est souvent le cas, le découpage chronoculturel du Postnéolithique régional repose largement sur l’étude du matériel céramique exhumé des sites fouillés en sondages profonds : de cinq buttes (Salak, Goray, Mongossi, Méhé-Djiddéré et Dir-Illagaré) et de huit gisements de piémonts (Moundour, Tchoukol, Mowo, Tagamré, Bibalé-Tchuin, Manaouatchi-Gréa, Doulo-Igzawa et Ghwa-Kiva) (Wahome, 1989 ; MacEachern, 1990, 1996 ; Marliac, 1991 a ; Langlois, 1995, Bourges, 1996)12.

  • 13 Ces sites ont fourni les plus anciens indices d’une métallurgie du fer (scories) au sud du bassin (...)
  • 14 Actuellement, la plus ancienne date publiée relative à une occupation postnéolithique (OBDY 1187 : (...)

47Les plus anciennes occupations postnéolithiques régionales ont été identifiées au nord des Monts Mandara : à Doulo-Igzawa I et Manaouatchi-Gréa au Cameroun et à Ghwa-Kiva au Nigeria (MacEachern, 1996)13. Cet Early Iron Age semble ainsi débuter au milieu du premier millénaire BC et s’étendre jusqu’au IVe siècle AD (MacEachern, 1996 : 495). Plus au sud, les occupations postnéolithiques fouillées à ce jour semblent toutes postérieures au début du Ier millénaire AD. C’est ainsi qu’à Bibalé-Tchuin, à Moundour, à Mongossi comme à Salak, les dates les plus anciennes oscillent entre les Ier et VIe siècles AD (Marliac 1991a ; Langlois 1995)14. Bien que la plaine soit assurément peuplée, les piémonts semblent alors être le principal pôle d’attraction tant pour les groupes « postnéolithiques » (Bibalé-Tchuin, Moundour, Tchoukol, Mowo) que pour les derniers tailleurs « néolithiques ». Si l’on considère la région Mandara-Diamaré dans son ensemble, la première phase du postnéolithique – baptisée « Âge du Fer ancien » (ou AFA) au Diamaré et Early Iron Age plus au nord – est en effet caractérisée par la coexistence de groupes technologiquement néolithiques (artisans de Tsanaga et CFDT) et de groupes pratiquant la métallurgie du fer et (ou) n’utilisant plus guère d’outils de pierre taillés (occupants de Bibalé-Tchuin, Moundour, et peut-être Tchoukol et Mowo).

48La transition entre l’AFA et l’AFM (Âge du Fer moyen) qui lui succède est estimée aux Ve-VIe siècles AD (Marliac, 1991 a). Elle est marquée par une spectaculaire expansion spatiale en direction des plaines, par la formation de tertres et, localement, par un changement du mobilier. Au nord des Mandara, l’Early Iron Age s’achève vers le IVe siècle AD alors que, là aussi, l’épaisseur des dépôts augmente et qu’apparaissent de nouveaux éléments culturels (MacEachern, 1996 : 491).

49Durant l’Âge du Fer moyen (AFM : des Ve-VIe siècles aux XVe-XVIe siècles), outre quelques changements mineurs enregistrés dans les passages anciens de Salak et de Mowo, les variations les plus remarquables interviennent vers les XIIe-XIIIe siècles dans le Diamaré méridional. Ainsi, l’AFM a pu être subdivisé en AFM 1 (des Ve-VIe siècles aux XIIe-XIIIe siècles) et AFM 2 (des XIIe-XIIIe siècles aux XVe-XVIe siècles). Les occupations de l’AFM se caractérisent par une relative sédentarité qui a permis la formation de tertres aux dimensions parfois imposantes.

  • 15 On notera que la confluence du Logone et du Chari, qui a entraîné une redistribution limitée des e (...)

50Dès le début de l’AFM 1, soit à partir des Ve-VIe siècles, les plaines se couvrent d’installations postnéolithiques sans que cette expansion spatiale s’accompagne d’une désertion des piémonts : Moundour, Tchoukol et Mowo paraissent toujours occupés15. Remarquons toutefois que les datages de la seconde moitié du Ier millénaire AD semblent encore rares sur l’ensemble de la partie centrale de la zone Mandara-Diamaré. Cette situation s’oppose à celle de la zone d’inondation, où l’Âge du Fer récent qui lui correspond, est abondamment daté entre 500 et 1000. Les gisements des plaines ont, en revanche, pour la plupart livré des datations comprises dans une seconde tranche de dates s’étendant du IXe siècle à la première moitié du XIIe siècle. Les phases principales d’occupation de Salak, Goray et Mongossi se placent dans cet écart. En données brutes, les datations se rassembleraient plus précisément encore entre le Xe et le XIIe siècle. Mongossi semble ainsi se dépeupler à partir du milieu du XIIe siècle après une occupation quasi continue de six à sept siècles (Marliac, 1991 a : 762).

51Toujours sur les plaines, alors que le matériel céramique des sites méridionaux change radicalement – marquant ainsi l’entrée dans l’AFM 2 – des lacunes chronologiques peuvent à nouveau être constatées (Marliac, 1991 a : 350, 493). Cela se remarque à Mongossi où un hiatus chronologique intervient entre les XIIIe et XIVe siècles, soit de 1235 ± 85 AD à 1370 ± 40 AD. L’intervalle est plus prononcé encore à Goray où aucune date n’est donnée entre 1080 ± 110 AD et 1340 ± 75 AD. Des hypothèses d’ordre climatique pourraient expliquer les écarts sensibles de dates rencontrées dans la plupart des sites régionaux avec quelques variantes en zone dite Sao à Houlouf (entre 1400 et 1500 ; Holl, 1988 b) et à Daïma (Daïma III limité à 1150 ; Connah, 1981).

52Vers les XVe-XVIe siècles, nous entrons dans l’Âge du Fer final (AFF). Cette période semble représentée sur les deux principaux gisements de la plaine cisdunaire (Salak et Goray). En lisière des zones inondables (Méhé, Mongossi), les occupations tardives semblent discontinues. Mongossi limite sa seconde phase d’occupation au XVIe siècle (Marliac, 1991 a, phase B : XIe-XVIe), bien que la séquence révèle un habitat jusqu’au XVIIe siècle marqué par des dates espacées. Plus incertain, Méhé prolonge son occupation jusqu’au premier quart du XVIIIe siècle, après un vide chronologique remontant à la fin du XIVe siècle (MacEachern, 1991 : 141). À Tagamré en revanche, deux cultures matérielles originales apparaissent à partir du début du XVIIe siècle, marquant là aussi, mais d’une manière différente, une rupture aux XVIe-XVIIe siècles. Dans les piémonts, la plupart des gisements étudiés semblent également renfermer des occupations durant la séquence XVe-XVIIe siècles : Moundour et Tchoukol au nord, Mowo et Lougguéréo 2A et vraisemblablement Groumoui au sud (Delneuf, 1992).

53Sur la plupart des sites de plaine, à partir du XVIIe, voire du siècle précédent, on ne dispose plus de continuités de dates, mais plutôt de références isolées. La seconde moitié du XVIIIe siècle – période subactuelle qui débute avec la conquête de la plaine par les Fulbe – représente le terme des séquences datées. Cela s’explique en partie par les perturbations qui ont affecté les niveaux superficiels des buttes, niveaux pour lesquels les archéologues ne procèdent pas à des datations RC ou TL sans une certaine méfiance.

Les cultures matérielles

Les cultures de l’Âge du Fer ancien

54Sept sites occupés avant la seconde moitié du premier millénaire ont livré des objets métalliques ou des scories et peuvent donc s’insérer dans cette séquence chronoculturelle : Tsanaga, CFDT, Bibalé-Tchuin, Moundour, Ghwa-Kiva, Manaouatchi-Gréa et Doulo-Igzawa.

Assemblages céramiques de tradition néolithique
  • 16 Les mêmes types de décors semblent orner le matériel céramique extrait de l’atelier sondé par C. D (...)
  • 17 Interprétation confortée par l’abondance des bowls sur le site néolithique de Bornou 38 et par la (...)

55En sus du matériel lithique déjà étudié (Quechon, 1974 ; Marliac, 1975), et de rares objets métalliques, les ateliers de taille de Tsanaga et CFDT ont livré un matériel céramique assez abondant. Sur les deux gisements, ce matériel est essentiellement décoré d’impressions au peigne et d’incisions (Langlois, 1995)16. Malgré cette parenté générale, quelques divergences ont permis de reconnaître deux traditions céramiques distinctes : TC 2 à Tsanaga et TC 5 à CFDT. Nous noterons que sur ces deux gisements les impressions roulées sont exceptionnelles, ce qui différencie le matériel extrait des ateliers de Maroua du matériel contemporain des régions alentour. L’utilisation du peigne appliqué (parfois pivotant), la présence de nombreux bols, etc. placent ce matériel céramique au sein d’un vaste ensemble de traditions « néolithiques » repérées au nord du cordon dunaire (à Konduga, Blabli, Bornou 38, Gréa-Twin Peaks…) dont les limites s’étendent bien au-delà du bassin méridional du lac Tchad. Si la plupart des types morpho-décoratifs reconnus à Tsanaga existent à CFDT et réciproquement, il est surprenant de trouver ces différents types dans des proportions inverses sur ces deux gisements. Ainsi les « bols » à bords rentrants ornés d’une bande au peigne appliqué bordée de lignes incisées, extrêmement abondants à CFDT sont rares à Tsanaga où les formes fermées à bords éversés sont plus fréquentes. Une explication fonctionnelle pourrait être apportée : l’abondance des bols à CFDT pourrait être le témoignage d’une activité spécifique pratiquée sur ce site. Pourtant, le matériel céramique de Tsanaga étant qualitativement et quantitativement très proche des ensembles plus tardifs exhumés à Salak (apparaissant à partir du VIe siècle), nous pensons que les variations observées s’expliquent par une relation diachronique entre les sites : Tsanaga serait plus récent que CFDT17. Le matériel lithique et céramique exhumé à Tsanaga est cependant très proche de celui de CFDT. Ainsi, si l’hypothèse d’une antériorité de CFDT sur Tsanaga est retenue, elle s’accompagne d’une filiation entre ces deux cultures matérielles. Sur la base de l’analyse du matériel lithique, elles ont d’ailleurs été regroupées sous l’appellation générique de « Tsanaghien » (Marliac, 1991 a).

Assemblages céramiques de traditions postnéolithiques

56Différentes traditions céramiques plus ou moins contemporaines du Tsanaghien ont été repérées en bordure des piémonts septentrionaux (Manaouatchi-Gréa et Doulo-Igzawa), orientaux (Tchoukol, Moundour) et méridionaux (Bibalé-Tchuin).

  • 18 TGR : Twisted String Roulette de R. Soper (1985).

57Les plus anciennes occupations postnéolithiques régionales fouillées à ce jour (Manaouatchi-Gréa et Doulo-Igzawa) ont livré un matériel céramique décoré majoritairement d’impressions roulées TGR18 auxquelles s’ajoutent divers décors obtenus par polissage, incision, application d’un peigne, engobage… (MacEachern, 1996 : 492-493 ; Bourges, 1998 : 228-29).

  • 19 Ce rapprochement avec le matériel de l’Early Iron Age extrait des sites septentrionaux est appuyé (...)

58D’autres traditions céramiques postnéolithiques, manifestement proches des précédentes, furent identifiées à Moundour (TC 13 datée de OBDY 1163 : 1470 ± 220 BP), à Tchoukol, à Tagamré et à Mowo (TC 7). Comme dans les piémonts septentrionaux, la céramique extraite de ces gisements est ornée essentiellement de motifs roulés19. Certains pourraient avoir été réalisés à l’aide d’un outil composé d’une corde enroulée autour d’un support (Moundour). Plus couramment l’outil utilisé est une simple cordelette (Tchoukol, Moundour, Tagamré, Mowo). Les impressions au peigne appliqué sont elles aussi abondantes. Les formes sont souvent globulaires et peu épaisses.

  • 20 L’occupation de Bibalé-Tchuin est attribuée, dès son origine, à un groupe « postnéolithique ». Il (...)
  • 21 Tout au plus en avons-nous identifié quelques rares témoins dans les niveaux anciens de Moundour.
  • 22 Ce type de décor est notamment présent en contexte archéologique à Kwararafa au Nigeria (De Meulem (...)

59La tradition céramique (TC 4 datée de OBDY 1187 : 1910 ± 100 BP), reconnue à Bibalé-Tchuin20 (hosséré Lara), est actuellement identifiée sur ce seul gisement (Langlois, 1995)21. Le décor de base est réalisé à l’aide d’une « roulette » obtenue en liant des fibres selon la technique du « scoubidou » autour d’une âme souple22. Ce motif couvrant est couramment rehaussé par un polissage partiel ou par des incisions et des rainures. Ces décors forment parfois des figures géométriques — généralement des triangles — qui cloisonnent des zones engobées et (ou) décorées à la roulette. Le matériel, très fin et dépourvu de tout élément additionnel, est de forme généralement globulaire.

Les cultures de l’Âge du Fer moyen 1

  • 23 La TC 6 identifiée à Moundour peut être considérée comme un faciès de la TC 2.

60Les sondages réalisés dans une dizaine de gisements, ajoutés à l’observation du mobilier de surface de nombreux autres sites régionaux, ont permis de reconnaître deux ensembles culturels distincts : le Salakien et le Mongossien. Le premier recouvre le Diamaré central au sud de Maroua, le second s’étend en zone transdunaire sur la partie méridionale de la plaine du Logone. Chaque ensemble se caractérise par des traditions céramiques originales (TC 2 et TC 9), des inhumations différentes auxquelles s’ajoute, pour le Mongossien, la présence de rares statuettes anthropomorphes23.

61Le Salakien (TC 2), reconnu en particulier à Salak, à Goray et à Mowo (Marliac, 1991 a ; Langlois, 1995) se caractérise par un décor sur céramique, généralement situé sur l’épaulement des formes fermées, associant des incisions en arc et des impressions au peigne ou de courtes incisions. Nous remarquerons des variations autour de cette association : chevrons incisés, pastilles, « relief en creux », etc. Les impressions roulées sont présentes mais rares et peu couvrantes. Les formes les plus caractéristiques sont des vases à ouvertures étroites pourvus d’une anse verticale de section ronde souvent décorée et des coupes à pied à bords légèrement rentrants. La plupart des tessons exhumés à Tsanaga sont identiques à ceux recueillis dans les niveaux salakiens les plus anciens (antérieurs au Xe siècle). Nous pouvons même dire que, à ne considérer que le matériel céramique, la distinction entre les assemblages « tsanaghiens » et « salakiens » est discutable. Outre à Salak, Goray et Mowo, le Salakien fut reconnu à la base du sondage de Dir-Illagaré. Par ailleurs, sur plusieurs sites de piémonts (Tchoukol et Moundour) un faciès salakien (TC 6) apparaît de façon diffuse.

62Si à Salak, les décors céramiques ne semblent guère évoluer entre le début de l’occupation et le XIIIe siècle, il n’en va pas de même des indices technologiques. Ainsi, les inclusions majoritaires sont successivement : le quartz (ou le fer sous forme de nodules), puis le feldspath et, à partir du Xe siècle, la chamotte (Langlois, 1995). À Mowo, au tournant du premier millénaire, les motifs tendent à se simplifier.

  • 24 Un dépôt d’objets de fer et de résidus ferreux découvert à Méhé-Djiddéré, estimé aux environs du X (...)

63Le Mongossien (TC 9) apparaît au début de l’AFM 1 et se maintiendra bien au-delà de cette phase. Identifié sur le site éponyme (Marliac, 1991 a), il a été reconnu aussi dans les niveaux anciens de Tagamré (Langlois, 1991) et en association avec une culture plus tardive à Moundour, à Tchoukol et probablement à Méhé-Djiddéré. Il est caractérisé par de grandes jarres ceinturées d’une bande rapportée de section triangulaire (ridge) généralement incisée sur sa partie supérieure. Sur les vases tripodes, le même décor est parfois associé à des lignes d’incisions obliques et (ou) à des empreintes sur jambe. De très nombreuses formes sont par ailleurs recouvertes d’impressions roulées, la plupart de type TGR. Les impressions probablement produites à l’aide d’une cordelette enroulée autour d’un support et d’une cordelette à nœuds ne sont pas rares. Les vases de portage sont souvent munis de deux anses plates opposées, accolées horizontalement au niveau du diamètre maximal. En plus des récipients, quelques objets de fer, des outils de broyage, des perles de terre et de rares statuettes anthropomorphes, probablement des jouets d’enfant, ont été trouvés24. À Mongossi quelques « coulures » et perles de verre permettent d’envisager une maîtrise ancienne de la verrerie.

Les cultures de l’Âge du Fer moyen 2

64Alors que dans la plaine transdunaire le Mongossien se maintient durant la totalité de l’AFM, voire au-delà, le Salakien disparaît des régions méridionales et occidentales vers les XIIe-XIIIe siècles. Dans ces régions, nous voyons ainsi se multiplier différents motifs auparavant minoritaires, en particulier des bandes rapportées incisées de section quadrangulaire.

65Dans la plaine méridionale les bandes rapportées ceinturent différents types de formes et sont accolées aux jambes des vases tripodes. Ces motifs ornent un matériel chamotté alors que les incisions au peigne décorent généralement des tessons épais, riches en grains de feldspath. De rares témoins révèlent la présence de vases de portage pourvus de deux anses bipartites. Les modifications stylistiques qui interviennent à cette période nous ont conduit à donner un nom spécifique à la tradition céramique (TC 1) qui apparaît aux XIIe-XIIIe siècles et se maintient jusqu’à la fin de l’AFF. Se superposant au Salakien sur les trois gisements sondés dans la plaine (Salak, Goray et Dir-Illagaré), nous l’avons dénommée « Postsalakien » (Marliac et Langlois, 1996).

66Dans les piémonts septentrionaux, une tradition céramique distincte de la TC 1 se caractérise, elle aussi, par un décor constitué de bandes rapportées de section quadrangulaire ou arciforme incisées. Cette tradition, dite « des massifs » (TC 10), est présente à Moundour dès le XIIe siècle (OBDY 1171 : 860 ± 90 BP) et identifiée à Tchoukol et, semble-t-il, à Méhé-Djiddéré. La TC 10 se maintiendrait jusqu’à la fin de l’AFF alors que d’autres traditions sont déjà présentes. Elle pourrait être un combiné de la TC 9 (morphologie générale et technologie des céramiques) et de la TC 1 (décors et morphologie des vases de portage).

  • 25 L’outil roulé est probablement une fibre pliée sur elle-même à la manière des guirlandes. Cet outi (...)

67Les deux traditions céramiques précédemment évoquées ne sont pas seules. Le gisement de Mowo a ainsi révélé deux traditions originales. La plus ancienne, très diffuse, se caractérise par un matériel chamotté et décoré d’impressions roulées TGR qui annonce déjà les traditions céramiques de l’AFF. La plus tardive est nettement apparentée au Postsalakien, toutefois elle s’en distingue par la fréquence des impressions de roulettes de fibre pliée25 et par l’abondance de certains types morpho-fonctionnels : des petits vases tripodes, des bols pourvus d’éléments de préhensions et des vases-filtres.

68Alors que dans la partie méridionale du Diamaré nous n’avons pas remarqué d’enrichissement spectaculaire de la culture matérielle, des biens funéraires de types nouveaux apparaissent à Moundour à la fin de l’AFM 2. Parmi ceux-ci on note des perles de verre (St. 30) et des bijoux en alliage cuivreux (St. 1, St. 25, St. 30).

Les cultures de l’Âge du Fer final

69Dans la partie méridionale du Diamaré, les traditions présentes durant l’AFM 2 se maintiennent jusqu’à la fin de l’AFF. Il en est ainsi en particulier de la TC 1 (Postsalakien).

70Dans la partie septentrionale en revanche, les traditions préexistantes se voient concurrencées par différentes traditions chamottées, décorées très majoritairement d’impressions roulées TGR, qui ne sont pas sans rappeler la tradition apparue brièvement à Mowo au début de l’AFM 2. Ainsi à Tagamré, une tradition que nous avons dénommée TC 8 (ou Tagamré I ; Langlois 1991, 1995) se surimpose au Mongossien dès la fin du XVIe siècle ou le début du XVIIe siècle (OBDY 747 : 330 ± 150 BP). Elle se caractérise par un matériel chamotté, décoré d’impressions TGR et (ou) de lignes poinçonnées. Ce dernier motif orne couramment la panse et les jambes des vases tripodes. Quelques appliques, de fines bandes rapportées incisées et des pastilles poinçonnées, sont souvent associées aux impressions roulées. Bien qu’elle soit assez rare, une technique décorative originale que nous avons baptisée « repoussé interne » mérite d’être décrite. Le décor est obtenu en poinçonnant la paroi interne du vase de manière à obtenir un renflement de la surface externe. Cette technique constituerait une sorte de « fossile directeur ». En effet, la présence de plusieurs tessons ainsi décorés recueillis dans les niveaux récents de Moundour et de Tchoukol permet de confirmer, s’il était nécessaire, la présence de traditions apparentées à la TC 8 dans les piémonts septentrionaux. À Moundour, la tradition de type TC 8 qui se surimpose à la tradition TC 10 est datée de la seconde moitié du du XVe siècle, compte tenu des calibrations (OBDY 1190 : 410 ± 40 BP).

71Comme nous l’avons constaté précédemment à Moundour, c’est à partir des XVe-XVIe siècles que les biens matériels se diversifient dans la partie nord du Diamaré : les niveaux de Tagamré I ont livré une perle de verre, un pendentif en alliage cuivreux, des cauris (Cypraea moneta).

Les cultures subactuelles

72Dans la plaine septentrionale, les seules données disponibles se rapportent au site de Tagamré où apparaît une nouvelle tradition céramique nommée Tagamré II. Les porteurs de cette tradition se sont installés au pied même de la montagne, protégés par un mur de pierre sèche et de terre. Dans le sondage Ba. V, les niveaux qui renfermaient des témoins de Tagamré II recouvraient des niveaux mongossiens. Ces témoins n’ont donc pas été observés en relation stratigraphique avec les témoins de Tagamré I issus du sondage Ba. II. Malgré cela, les datages radiocarbones réalisés permettent de considérer que Tagamré II est postérieur à Tagamré I : le début de Tagamré I est daté de OBDY 747 : 330 ± 100 BP, alors que Tagamré II n’apparaît que vers OBDY 1535 : 100 ± 40 BP. Cet ordre chronologique est du reste confirmé par différents indices : la distribution stratigraphique des rares témoins culturellement discriminants identifiés dans un troisième sondage (Ba. I/III) localisé entre Ba. II et Ba. V ; la présence de nombreuses pipes dans les niveaux associés à Tagamré II, etc. Comme le matériel céramique de Tagamré I (TC 8), celui de Tagamré II renferme de la chamotte. Le matériel se distingue de celui de Tagamré I par son caractère massif et par des décors originaux. Ainsi, alors que les impressions TGR perdurent, des bandes rapportées similaires à celles reconnues dans la TC 10 remplacent les motifs propres à Tagamré I. Cette tradition ne tardera pas à être concurrencée par la tradition régionale actuelle qui est attribuée aux potières musulmanes (kanuri et peules).

73À Dir-Illagaré, dans la plaine méridionale, la céramique actuelle peule semble apparaître en même temps qu’une production aujourd’hui disparue (TC 3), caractérisée par un matériel riche en grains de feldspath, décoré de bandes rapportées de section triangulaire, accolées sous la lèvre.

  • 26 KPR : Knotted Strip Roulette de R. Soper (1985).

74Dans les piémonts septentrionaux, la tradition céramique actuelle (TC 11) dite « tradition de Tokombéré » (MacEachern, 1990) semble apparaître durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (datée à Tchoukol : OBDY 1189 : 200 ± 45 BP). Les impressions KPR26 remplacent progressivement les impressions TGR, les traces de colombins sont couramment préservées au niveau des cols... Parallèlement, la chamotte disparaît de la composition des pâtes.

75À Mowo dans les piémonts méridionaux, la tradition céramique actuelle (TC 12) se met également en place avec, en particulier, le développement de décors composés, associant pastilles et impressions de roulettes de fibre pliée.

76Avec l’apparition des traditions céramiques actuelles, la tendance à la diversification des biens matériels déjà sensible à l’AFF s’affirme pleinement et les objets tels que les pipes et les perles de verre se multiplient.

L’habitat

77On peut admettre qu’en plaine l’habitat était construit à partir des éléments disponibles dans l’environnement, terre crue et végétaux. L’architecture basée sur de tels matériaux ne laisse souvent que des traces diffuses et difficiles à interpréter : d’une part, les parois de terre peu épaisses s’effondrent et se diluent rapidement dans le sol dès que la case est abandonnée aux intempéries, d’autre part, la dimension des surfaces fouillées permet rarement de reconnaître les plans d’habitat. On a parfois tenté de s’appuyer sur l’épaisseur des strates pour définir la nature de l’architecture. En effet, l’effondrement des édifices en terre produit d’épais niveaux « de destruction », absents lorsqu’il s’agit d’édifices en matériaux végétaux (Holl, 1987). S’il est manifeste que sur certains sites du Diamaré (Salak, Groumoui, Goray, Mongossi) l’épaisseur des dépôts augmente nettement de bas en haut, on ne saurait en déduire l’emploi croissant de matériaux terreux, car les couches les plus épaisses qui constituent les derniers niveaux d’occupation sont fortement perturbées.

78Dans les gisements sondés, nous avons tout de même pu repérer des traces de matériaux façonnés, qui apparaissent sous la forme de lignes claires de terre crue au milieu des sédiments indurés plus foncés. Il est rarement possible d’en déterminer la physionomie initiale. Ainsi, si des bases de parois de terre crue ont exceptionnellement été conservées (Salak, sondage 89), la reconnaissance de l’architecture est souvent conditionnée par la découverte de témoins consolidés par le feu (Bibalé-Tchuin et Mowo, sondage 93). Malgré ces incertitudes nous avons des raisons de penser que, dès le début du Postnéolithique, l’architecture a intégré les deux matériaux traditionnellement utilisés dans les plaines : terre et végétaux. Les trous de piquets repérés dans les niveaux anciens de quelques gisements (Bibalé-Tchuin, Moundour, Mowo) sont assurément les traces de structures végétales, tandis que les fragments d’argile cuite découverts à Bibalé-Tchuin indiqueraient l’existence d’une ancienne architecture de terre. Ces blocs, où une face plane s’oppose généralement à une face marquée de nombreuses empreintes plus ou moins parallèles de tiges de graminées et de paille, pourraient se rapporter à l’architecture locale traditionnelle dite « à toits en terrasse » ou à des constructions en torchis.

79Différentes bases de parois de terre repérées à Salak (sondage 89) et à Mowo (sondage 93) dans des niveaux de l’AFM correspondent à des édifices circulaires de dimensions variables : 2,2 m de diamètre à Mowo (Langlois, 1995 : 279) ; entre 3,2 et 3,6 m de diamètre à Salak (OTTO, 1993 : 45-46). Parallèlement, les nombreux trous de piquets et « l’effet de paroi » formé par le mobilier abandonné sur le gisement de Biou (Marliac, 1991 a : 739 ; site hors carte) témoignent de l’existence de constructions végétales ou éventuellement de peaux....

80Une petite structure circulaire constituée de pierres incluses dans une matrice d’argile brûlée ayant par ailleurs été identifiée dans un niveau néolithique à Ghwa-Masogo, nous pouvons en déduire que la diversité de matériaux architecturaux est probablement ancienne. Aux périodes récentes, tandis que les Mundang et les Musgum avaient mis au point de lourdes architectures de terre et que les montagnards édifiaient des unités de pierres sèches jointoyées, Giziga et Musey ainsi que d’autres groupes plus ou moins itinérants se satisfaisaient de constructions végétales.

81À côté des unités d’habitation proprement dites quelques structures domestiques et artisanales ont pu être remarquées.

82Des empilages de poteries — en général deux, parfois trois petites sur une grande — ont été observés à Goray, Mowo, Mongossi et Nanikalou. Leur fonction demeure inconnue. Des pierres plantées, accolées alignées ou en quinconce, parfois par trois ou quatre, des pierres plates, des résidus de sols durcis par la chaleur, des foyers, etc. sont des indices de telle ou telle fonction (calage-coulissage de porte par exemple) ou, associés à des ustensiles technologiquement interprétables (filtres), des indices de « pièces techniques » (cuisine). Remarquons ici que les rudimentaires « foyers à trois pierres » des cuisines traditionnelles actuelles ne sont pas les formes de foyers les plus fréquemment trouvées en fouille. La rareté de tels foyers pourrait être mise en parallèle avec la fréquence des vases tripodes. Mais, contrairement à l’explication fonctionnelle donnée par les potières actuelles, selon lesquelles le rehaussement en tripodes des poteries permettrait de les poser directement sur le feu, sans l’aide de pierres, les formes reconstituées ne portent pas systématiquement de traces de feu. Plusieurs groupes montagnards actuels (Gude, Kapsiki, Mofu Gudur) façonnent et consolident soigneusement des plaques foyères en argile crue au cœur de la cuisine couverte. Ces structures ne remplissent pas le même rôle que le foyer à trois pierres improvisé dans un coin de la cour de la concession pour réchauffer ponctuellement un plat. Ces deux types de foyers domestiques répondent à des fonctions différentes : cuissons longues ou courtes, utilisation de marmites ou de petits vases, cuissons de saison sèche ou de saison humide...

  • 27 Dans cette région, ce type de structure serait très ancien : 1500-1200 BC sur le site nigérian NA (...)

83Deux types de structures de conservation, les silos et les greniers, semblent anciennement représentés. Des structures excavées aujourd’hui rares pourraient être effectivement présentes dès la fin de l’AFM : des plaques circulaires d’argile compactée et lissée retrouvées à Goray (datées des XIVe-XVe siècles) et Lougguéréo 2A (datées des XVe-XVIe siècles) ont pu sceller ou tapisser le fond de silos (Marliac, 1991 a : 374 ; Delneuf et Otto, 1995 : 218 ; Delneuf, 1998 : 106) ; un fond de fosse tronconique fouillé à Moundour (Langlois, 1995 : 250) possède les mêmes proportions que le silo trouvé à Houlouf (Holl, 1988b : 41-49). Cette fosse, récente (XVIIIe-XIXe siècles) pourrait avoir été creusée par les Fulbe. En effet, au Diamaré, les silos (ngaska gawri) ne semblent guère utilisés que par les Fulbe qui stockent les récoltes plusieurs années à des fins spéculatives. L’emploi de ce type de structure paraît plus traditionnel en plaine péritchadienne chez les Kotoko ou les Arabes27. Les greniers semblent présents à Salak, Goray, Biou (Marliac, 1991 a : 739) et à Groumoui (Delneuf, en préparation) où des alignements lithiques plus ou moins circulaires ont été observés.

84Les structures artisanales sont encore plus rares. La plus remarquable est la St. 100 de Moundour (Langlois, 1995 : 220). Il s’agit d’une fosse large peu profonde qui présente la singularité d’être fortement rubéfiée et de renfermer de grands tessons et de lourds fragments de terre cuite. Cette structure de combustion, qui a dû fonctionner entre le Xe et le XIIe siècle, a très probablement servi à la cuisson des poteries. Nous signalerons par ailleurs un complexe de fosses étroites et profondes dont les remplissages secondaires et parfois primaires évoquent une activité d’extraction de sel (filtrage des sédiments, de cendres ou de déjections animales ?). Une de ces fosses a été datée de la fin du XVe siècle (OBDY 1190 : 410 ± 40 BP). Cet ensemble fut malheureusement détruit par des travaux de carriers et les ruissellements qui en résultèrent.

Les pratiques funéraires

  • 28 Six sépultures ont été fouillées à Mowo et seize à Moundour (Langlois, 1995).

85À ce jour, une trentaine de sépultures ont été fouillées dans la région Mandara-Diamaré, principalement dans les piémonts28. Bien que limité cet ensemble révèle différentes pratiques funéraires.

86Les pratiques funéraires des groupes de l’AFM 1, qu’ils appartiennent à la sphère salakienne ou mongossienne, présentent d’importantes similitudes. Ainsi, les corps reposent en pleine terre, généralement en décubitus latéral plié et sont parfois inhumés avec de l’ocre. À cette période, les tombes étaient probablement creusées au sein de l’habitat. Celles dont la morphologie a pu être précisée paraissent cylindriques. Autant que l’on puisse en juger, elles ont été comblées avec la terre extraite… Néanmoins les inhumations confirment la distinction entre le Salakien et le Mongossien. Les inhumations non couvertes de Salak, Goray, Moundour et Mowo s’opposent ainsi aux inhumations de Mongossi et Tagamré où les défunts – ou parfois seulement leurs crânes – furent recouverts de grands tessons provenant souvent de jarres, peut-être cassées pour l’occasion.

87Des changements semblent intervenir dès le début de l’AFM 2 sur l’ensemble de la région. En effet, alors que la dichotomie précédemment signalée se maintient, un regroupement des inhumations au sein d’espaces spécifiquement funéraires se constate dans les piémonts, et paraît probable dans les plaines. Par ailleurs, de nouveaux types de sépultures apparaissent localement. Ainsi, les tombes qui furent creusées à Mowo à partir de la fin de l’AFM 1 ont, semble-t-il, été laissées vides. Deux d’entre elles, St. 15 et St. 19, dotées d’une ouverture étroite obturée par une pierre plate, sont morphologiquement semblables aux actuelles tombes « en gourde », largement représentées dans les Mandara et leurs piémonts : en pays mofu gudur, kapsiki… En outre, même si la position la plus courante reste le décubitus latéral plié, on remarquera, toujours à Mowo, la position en décubitus dorsal (ou peut-être initialement « assise »), du squelette sans crâne occupant la St. 14. Cette sépulture, particulière à bien des égards, est malheureusement imprécisément datée : fin de l’AFM 2 ?

88Si l’on se réfère aux deux sépultures de l’Âge du Fer final fouillées à Moundour, l’opposition entre les sépultures méridionales « découvertes » et les sépultures septentrionales « couvertes », disparaît avec l’AFM : l’inhumation non couverte semble devenir la règle. Les sépultures en question, se caractérisent par de larges ouvertures cylindriques (2 m de diamètre) qui ouvrent sur une tranchée sépulcrale. Cette morphologie les apparente aux sépultures actuelles des Giziga Nord.

Économies et sociétés

89Il est encore impossible de rendre compte sous cet aspect de chacune des cultures distinguées dans les paragraphes précédents. Nous nous contenterons donc de brosser un tableau d’ensemble.

Milieux, économies et agrosystèmes

90Il semble bien que dès le premier millénaire BC, différentes économies productrices étaient représentées au sud du bassin tchadien. Dès cette période, élevage et agriculture sont en effet attestés dans la plaine péritchadienne. L’économie des habitants de Gajiganna — site occupé de 3100 BP à 2700 BP — semble avoir reposé sur un élevage de bovins et dans une moindre mesure de caprins et d’ovins (Breuniget al., 1993). À la même période, vers 2800 BP, les habitants de Kursakata élevaient eux aussi des bovins et cultivaient du Pennisetum (Gronenborn, 1996 ; Neumannet al., 1996).

  • 29 Identifications réalisées, par Thierry Otto.

91L’ancienneté de l’élevage au sud du bassin tchadien est confirmée par les occupations néolithiques et postnéolithiques de la région Mandara-Diamaré. Des os de bovins et d’ovicaprinés ont en effet été découverts sur les ateliers de taille de CFDT et de Tsanaga (Quechon, 1974 : 32, Digara, 1998 : 186), à Blabli (Davidet al., 1988 : 59) et dans les sites des piémonts septentrionaux (Doulo-Igzawa et Ghwa-Kiva, MacEachern, 1996 : 492-95). Si quelques restes osseux de petits ruminants (peut-être même de bovins) semblent également confirmer l’ancienneté de l’élevage, les témoins économiques les plus intéressants exhumés à Bibalé-Tchuin sont certainement les fragments de terre brûlée. En effet, parmi les multiples empreintes végétales qui ont marqué l’argile, la plupart semblent attribuables à des tiges de Sorghum (Langlois, 1995, 1997)29. Le niveau le plus ancien de Bibalé-Tchuin étant daté de OBDY 1187 : 1910 ± 100 BP, la culture des sorghos pourrait ainsi remonter au tout début de notre ère.

  • 30 Site tchadien, installé à proximité d’un bras mort du Logone.
  • 31 Les gibiers les plus chassés semblent les bovidés : de l’ouribi au buffle.
  • 32 La consommation des fruits de Vitex doniana pourrait être très ancienne. Des graines de Vitex ont (...)

92Si l’agriculture et l’élevage (Marliac et Columeau, 1998) ont certainement été les activités principales des groupes postnéolithiques, elles furent souvent complétées par diverses activités de prédation ; les restes de faunes sauvages et de poissons en témoignent. Localement, de telles activités pourraient même avoir été essentielles jusqu’à la période subactuelle. Les vestiges osseux identifiés dans les niveaux récents de Koyom30 appartiennent presque tous à des espèces sauvages (Rivallain et Van Neer, 1983). L’alimentation « carnée » des occupants de ce site semble ainsi issue quasi exclusivement d’activités de prédation : de la chasse31 et de la pêche. Par ailleurs, la découverte de graines, en particulier de graines de Vitex doniana carbonisées, sur différents sites (Salak, Mowo, Moundour) laisse supposer des activités de cueillette qui, si l’on se réfère aux pratiques actuelles, durent concerner aussi bien les brèdes que les fruits32.

93Pour ce qui est des activités de production, on peut se demander si les agrosystèmes anciens n’étaient pas davantage centrés sur la céréaliculture que sur l’élevage. T. Otto (1993, 1998) qui a étudié les vestiges anthracologiques de Salak (sondage 89) pense ainsi que jusqu’aux périodes récentes (AFF ?), la part de l’élevage était minime sur ce site (cf. aussi Medus, Mallea, Marliac et Mathieu, 1997). Des indices anthracologiques permettraient même de penser que, jusqu’au début de l’AFM 2, les parcs arborés qui s’étendaient autour du site de Salak étaient surtout constitués d’essences oléagineuses (Otto, 1998 : 162). La prépondérance de la céréaliculture pourrait expliquer l’ancienneté de la sélection variétale des sorghos. En effet, les trois cultigroupes aujourd’hui représentés : bicolor, caudatum et durra sont présents dès le début de l’AFM, voire antérieurement (Otto, 1993). Si l’ancienneté des deux premiers est connue, celle de durra est plus inattendue. Ce cultigroupe fut pourtant identifié sur différents gisements de la plaine méridionale : à Goray dans des niveaux datés entre le XIe et le XVe siècles (Marliac, 1991 a : 379) et à Salak dans des niveaux remontant aux Ve-VIe siècles (Otto, 1993 : 129). Certains durra étant cultivés sous pluie, cette ancienneté ne remet pas en cause la tradition attribuant la diffusion du muskuwaari — sorgho repiqué appartenant le plus souvent au cultigroupe durra — aux Fulbe et aux Kanuri, depuis le Bornou. Toutefois cette tradition mise en doute par certains auteurs (Seignobos, 1986 ; Metango-Tatou, 1997 : 219) mérite d’être reconsidérée à la lumière de ces nouveaux éléments.

  • 33 Cela n’exclut pas la présence, dans les monts Mandara et leurs piémonts, de systèmes de terrasses (...)

94Quoi qu’il en soit, les données disponibles ne laissent pas supposer un bouleversement de la structure économique des sociétés durant les deux derniers millénaires même si l’élevage a, depuis, gagné en importance. Dans les niveaux récents de Mowo-Lougguéréo on remarque même l’association sorghos et malvacées (Abelmoschus esculentus et Hibiscus sabdariffa) encore aujourd’hui très courante dans la région (Delneuf et Otto, 1995 : 215-216 ; Delneuf, 1998 : 106). Bien qu’il soit difficile aujourd’hui de dépasser le stade des généralités, on peut signaler que cette permanence n’exclut pas une évolution signalée par quelques éléments. L’importance numérique des charbons de légumineuses prélevés à Salak dans les niveaux des Xe-XIIe siècles rendrait ainsi compte du défrichements de zones hydromorphes, peut-être à mettre en relation avec l’apparition de nouvelles techniques culturales (Otto, 1993 : 144, 1998 : 161). Toujours à Salak, T. Otto (1993 : 145, 1998 : 162) remarque l’apparition d’essences de crise (Borassus aethiopum et Ficus spp.) dans des niveaux de l’AFM 2. Cet élément, ajouté à la présence d’un fer en croissant qui pourrait bien être un fer d’iler dans une sépulture contemporaine de Moundour et à la faible épaisseur stratigraphique des niveaux d’occupation de cette période, permet d’envisager l’existence d’agrosystèmes sommaires maintenant les populations dans un état de précarité alimentaire chronique (Otto, 1993, 1998 ; Langlois, 1997). Pour finir, nous remarquerons l’apparition de parcs de Faidherbia albida dans les niveaux récents de Salak (Otto, 1993 : 145, 1998 : 163) et, à la même période, la mise en place d’un système anti-érosif à Moundour (Langlois, 1995 : 355-58, 406, 663-64). Ces éléments signalent l’émergence des agrosystèmes traditionnels.(33)

Informations socio-religieuses

95Il est rarement possible de déduire directement les anciennes formes d’organisation sociale ou religieuse des vestiges matériels exhumés, objets ou structures. Certaines pratiques funéraires permettent cependant d’envisager l’ancienneté des rites ou des coutumes qui leur sont généralement associés.

96L’opposition, déjà évoquée, relative au recouvrement (au nord) ou au non-recouvrement (au sud) des corps sous une « carapace » de grands tessons, ne nous semble pas fondamentale. Si l’on se réfère aux données ethnographiques, un tel recouvrement pourrait autant indiquer une crainte du mort qu’un désir de le protéger de la terre. À cet égard, la St. 25 de Moundour est significative. En effet, sur les six sépultures de Moundour se rapportant à l’AFM 2 (TC 10), seule cette structure renfermait un corps recouvert, outre de tessons, de lourdes dalles de granite. Or l’individu ainsi inhumé est le seul homme adulte présent dans cet espace funéraire. Cela rappelle la coutume des Masa qui inhument les hommes (et non les femmes) sous des objets lourds, des branches ou des pierres, pour s’assurer qu’ils ne parviendront pas à s’extraire de leur tombe (Dumas-Champion, 1983 : 229). Un tel sentiment de défiance vis-à-vis des morts semble aujourd’hui partagé par nombre de populations des plaines orientales (Masa, Lele…). L’opposition entre les tombes couvertes et non couvertes pourrait ainsi laisser supposer que durant l’AFM, la crainte vis-à-vis des défunts était plus vive au nord du Diamaré qu’au sud.

97Se surimposant à cette opposition géographique, une même évolution semble intéresser l’ensemble de la région. Ainsi, alors qu’antérieurement les inhumations semblent dispersées au sein de l’habitat, des espaces spécifiques ont été identifiés au début du second millénaire, à Mowo et, quelques siècles plus tard, à Moundour. La rareté des sépultures dans les niveaux de l’AFM 2 des habitats de plaines pourrait également indiquer l’apparition de cimetières. Ce changement pourrait marquer une appropriation des terres, conséquence probable d’un accroissement de la pression sur les espaces cultivables (Langlois, 1995 : 690-91).

  • 34 Cette association pourrait s’expliquer par le fait que la vacuité de la « matrice » est nécessaire (...)

98Localement, cette évolution semble en accompagner une autre. Nous avons vu que la plupart des sépultures avaient probablement été comblées avec la terre de remplissage. Or, la plupart des sépultures de Mowo (sondage 93) sont apparemment demeurées vides. Deux d’entre elles (St. 15 et St. 19), de type flagon-shaped, remonteraient à la charnière AFM 1-AFM 2 et sont pourtant en tous points semblables aux sépultures locales actuelles. Or, l’ethnographie régionale nous apprend que l’absence de remplissage – trait caractéristique des sépultures des groupes montagnards – est souvent associée à un culte des mânes des ancêtres34. De fait, ce type de culte est nettement moins prégnant dans les plaines où les sépultures sont comblées. On peut donc peut-être en déduire l’existence d’un culte des mânes des ancêtres, dès la fin de l’AFM 1 dans la région de Mowo. Cette hypothèse est d’autant plus crédible que, quelques siècles plus tard, toujours à Mowo, ce culte se manifestera clairement par le prélèvement du crâne (postérieurement à la décomposition des tissus) de l’individu inhumé dans la St. 14 (Langlois, 1995 : 438-9 ; 704-5). Cette pratique est bien évidemment à rapprocher de celles observées dans la Haute-Bénoué et la région de Jos, où les crânes exhumés deviennent les supports matériels des mânes des ancêtres. Si cette pratique est surtout représentée au sud et à l’ouest de notre région, nous remarquerons qu’elle est encore présente dans les piémonts des Mandara. Elle est signalée dans la région de Sirak (Podlewski, 1966 : 16), sur les massifs septentrionaux occupés par les Medey – groupe détaché des Mofu Gudur (Vincent, 1992 : 562) – et même dans la région de Mowo/Goudour (Barreteau, com. pers.).

Esquisse d’une dynamique du peuplement

99Le faible nombre des sites sondés comparé à l’abondance des gisements identifiés ainsi que la méconnaissance totale de certaines zones comme le Bec-de-Canard rendent l’esquisse historique qui va suivre hypothétique. Il s’agit donc, même pour les périodes les plus récentes, d’un état de la recherche susceptible d’être révisé dans les années à venir.

Au Paléolithique

100Pour cette période, on doit se contenter de généralités imaginées à partir du schéma paléoclimatique d’oscillations arides/pluviaux dont les détails deviennent mieux saisissables à partir du dernier maximum lacustre de 6500 BP. Ces oscillations commandaient les peuplements. Ainsi, il n’est pas interdit de penser que lors de l’aride kanémien (20000-15000 BP) par exemple, le lac Tchad avait disparu et que le Diamaré, les Mandara et, plus au sud, la Haute-Bénoué, localisés dès lors en zone péridésertique, devenaient des zones refuge pour les Atériens fuyant un Sahara fort inhospitalier (Marliacet al., 1984 ; Marliac, 1991 a : 82). La découverte de vestiges d’australopithécinés au nord du Tchad (Brunet et al., 1995) peut aussi relancer l’intérêt pour les sites de notre région classés très anciens : Roum, Kahéo, Djamboura, etc. (Marliac, 1987, 1991 a).

101À compter du retrait du dernier plan d’eau en deçà de la cote 320, les pré-Néolithiques ont pu occuper, après le Diamaré central engorgé, les espaces inondables des yayrés. L’instabilité des climats d’une année sur l’autre a dû rendre cette occupation aléatoire jusqu’à ce que, la tendance s’affirmant, ils puissent s’établir pour de longues durées, même sur des basses terres. Cette occupation progressive de l’espace pourrait expliquer la rareté des sites anciens. Toutefois, il est possible que de nombreuses occupations paléolithiques et néolithiques aient été ennoyées lors de transgressions mineures (zone transdunaire) ou suite à l’engorgement des rivières bloquées par le cordon (zone cisdunaire). Dans cette dernière zone d’autres sites ont pu être balayés par l’entaillage consécutif au franchissement du cordon.

Au Néolithique

  • 35 En zone transdunaire, la seule occupation néolithique fouillée qui pourrait être antérieure à 3500 (...)

102Au nord du cordon, les traces les plus anciennes attribuables au Néolithique ne semblent guère dépasser 3000 BP35. Il est néanmoins possible qu’après 10000 BP, des communautés se soient installées dans cet espace transdunaire alors soumis à des phases mal connues d’extensions/régressions. De ce côté du cordon, la transgression de 6000 BP (à 320 m) aurait ennoyé et fossilisé les traces anciennes (Wilson, 1988). Seule l’érosion, ou la chance, nous les révèleront.

  • 36 Ghwa-Masogo a été daté de 2980 ± 80 BP (TO-4423) et 2740 ± 60 BP (BETA-69018), (Bourges, 1996 : 20 (...)

103Les sites de Bornou 38, de Gréa-Twin Peaks et de Ghwa-Masogo36 au nord des Mandara (Connah, 1981 ; MacEachern, 1998) et ceux surmontant le cordon dunaire (GY35 et Konduga) laissent envisager la présence d’un Néolithique antérieur au début du premier millénaire BC, correspondant à la période du plan d’eau de 6500/6000 BP à la cote 320 et aux millénaires suivants. L’alternance fossilisation/érosion qui accompagna ensuite son retrait n’est toutefois guère favorable à la conservation et à la découverte des gisements. Comme certains indices le laissent penser, à Tsanaga (Marliac, 1991 a : 100) et dans les yayrés (sondages hydrogéologiques), les rivières autrefois bloquées par le cordon ont ainsi dû continuer d’alluvionner avant de le franchir et de réentamer leurs berges sous un régime hydrologique nouveau, très contrasté.

  • 37 Les quantités de haches ont été estimées d’après le volume des amas de déchets de taille.
  • 38 « … all the celts and adzes [found in the site of Gajiganna] are made of volcanic rocks of which t (...)

104Dans l’attente d’autres recherches, nous nous contenterons de rappeler la concentration d’ateliers de tailles spécialisés dans la production d’outils lourds aux environs de Maroua : dans l’ancienne lagune de Ngassa qui accueille les ateliers de Tsanaga et CFDT, dans la plaine à inselbergs s’étendant au nord de Mogazang… Une telle concentration d’ateliers à proximité d’un des rares affleurements de roches clastiques du bassin tchadien méridional, de même que la quantité de haches produites sur certains ateliers, supposent une spécialisation régionale37. Les ateliers publiés ont fonctionné à l’extrême fin de la période néolithique. Toutefois, compte tenu du caractère exceptionnel de ces affleurements, ils ont vraisemblablement été exploités depuis beaucoup plus longtemps. C’est d’ailleurs ce que pourrait indiquer la datation de 2730 ± 180 BP (Ly-5200) obtenue à partir d’un charbon de bois « prélevé à une profondeur de 80 cm correspondant au premier niveau archéologique » d’un atelier de Tsanaga (Digara, 1998 : 186). La présence d’outils en roches vertes de Maroua dans les niveaux néolithiques de différents sites péritchadiens (Daïma et probablement Sou-Blama-Radjil et Gajiganna) rend ainsi compte de l’importance de ces carrières pour les groupes néolithiques installés dans les plaines. Depuis le début du premier millénaire BC, des relations suivies ont manifestement existé entre la plaine subtchadienne et la région de Maroua38. Il reste malheureusement à en définir les modalités. La région de Maroua était-elle alors occupée en permanence par des tailleurs spécialisés qui exportaient leurs productions vers les plaines ? Dans ce cas, les groupes installés dans les plaines se rendaient-ils périodiquement dans la région de Maroua pour y acquérir des pièces ou, au contraire, étaient-ils alimentés par des réseaux commerciaux spécialisés, organisés à partir des centres de production. On ne peut pas non plus exclure un déplacement de communautés néolithiques installées dans les plaines, séjournant ponctuellement auprès des inselbergs de roches vertes le temps d’y tailler les outils nécessaires au renouvellement de leur équipement.

105On remarquera que les « haches polies » en roches vertes découvertes dans les niveaux néolithiques de la plaine péritchadienne sont souvent raffûtées jusqu’à ce que leurs dimensions les rende inutilisables. Ainsi, quel qu’ait été le mode d’approvisionnement, les outils « lourds » en roches vertes étaient probablement des biens précieux, difficiles à acquérir.

À l’Âge du Fer ancien (du Néolithique au Postnéolithique)

106Bien qu’elles apparaissent anachroniques si l’on considère l’ensemble des chronologies régionales, les occupations « néolithiques » les plus remarquables remontent au début de l’ère chrétienne. Les caractères tardifs et néolithiques de certaines de ces installations ne font pourtant pas de doute : un atelier lithique de Tsanaga est daté de Gif 2232 : 1720 ± 90 BP et de OBDY 125 : 1770 ± 210 BP. Le caractère récent de certains ateliers est en outre consolidé par la présence d’objets de fer à Tsanaga et à CFDT, présence qui s’explique probablement par l’acquisition d’objets finis auprès de groupes postnéolithiques voisins. Durant près d’un millénaire – de la seconde moitié du Ier millénaire BC aux IIIe-IVe siècles AD – la région Mandara-Diamaré semble partagée entre groupes technologiquement et culturellement distincts : des Néolithiques résiduels associés à la culture dite « tsanaghienne » et des Postnéolithiques associés à différentes cultures. Cette période est en fait le cadre d’une mutation technologique- de la taille des pierres à la métallurgie- qui s’étendit graduellement à l’ensemble du peuplement. Les données récemment acquises sur les piémonts (Bibalé-Tchuin, Moundour, Tchoukol, Mowo) permettent de reconstituer, étape par étape, le processus qui, selon toute vraisemblance, a entraîné l’abandon progressif de la taille et finalement bouleversé l’occupation régionale (Langlois, 1995 ; MacEachern, 1996).

107Les volumineux ateliers de CFDT, non datés, mais très probablement antérieurs à ceux de Tsanaga d’après l’étude du matériel céramique (Langlois, 1995), témoignent d’une période où l’industrie lithique était florissante. Nous pouvons donc supposer qu’alors, les groupes des plaines qui utilisent un outillage lithique sont encore nombreux. Pourtant, la présence d’un bracelet de fer au sein de l’un des ateliers rend déjà compte de contacts avec des groupes postnéolithiques régionaux. De fait, depuis le milieu du Ier millénaire BC, des groupes postnéolithiques sont installés à proximité des montinsules de Maroua : dès cette période, ils occupent les piémonts septentrionaux des Mandara (Maceachern, 1996) ; à partir du Ier siècle (OBDY 1187 : 1910 ± 100 BP), un groupe vraisemblablement sédentaire et céréaliculteur est installé à Bibalé-Tchuin au pied de l’hosséré Lara (Langlois, 1995).

108Les ateliers de Tsanaga, datés du IIIe siècle AD, témoignent d’une production nettement plus limitée que celle des ateliers de CFDT. On peut ainsi penser que les populations des plaines utilisant un outillage lithique se sont raréfiées au point que les sources de matériaux clastiques de la région de Maroua n’intéressent plus guère que les tailleurs tsanaghiens euxmêmes. On peut ainsi penser que les Tsanaghiens, favorisés durant des siècles par l’exploitation intensive des gisements de roches vertes ont cherché à maintenir leur industrie dans un contexte de moins en moins adapté.

109Dès lors pour quelles raisons ont-ils d’utiliser des outils taillés vers le III-IVe siècle ? Devons-nous conjecturer une mutation technologique strictement endogène ? Cela semble en contradiction avec d’une part, le temps de plusieurs siècles qui devrait séparer l’acquisition des objets de fer et la reproduction de ces mêmes objets et d’autre part, avec la soudaineté apparente du changement technologique survenu aux IVe-Ve siècles.

  • 39 J. Rapp qui avait envisagé un tel mouvement pense que les rives du lac ont été largement désertées (...)

110Au regard des travaux récents, ce schéma semble incomplet. À Moundour, Tchoukol et à Mowo, les plus anciens occupants nous ont laissé des assemblages céramiques qui semblent proches de ceux définissant le « pré-sao » de la plaine péritchadienne (RAPP, 1984) et l’Early Iron Age des piémonts septentrionaux des Mandara (MacEachern, 1996). Aux IVe-Ve siècles, le même type de céramique disparaît des contrées septentrionales et apparaît à Moundour (OBDY 1163 : 1470 ± 220 BP) et probablement sur d’autres sites des piémonts orientaux (Tchoukol, Mowo). Nous avons donc des raisons de penser que les derniers groupes « pré-sao » et apparentés se sont déplacés vers le sud à cette période (Langlois, 1995)39.

111On pourrait relier ces phénomènes et voir dans la mutation technologique des Tsanaghiens l’effet de l’installation de groupes mieux armés et outillés car pratiquant la métallurgie depuis un demi-millénaire. Un déséquilibre démographique a pu en résulter entraînant une reprise de la déforestation bien plus facile avec des outils de fer.

À l’Âge du Fer moyen 1

112À partir du Ve siècle, les plaines trans- et cisdunaires se peuplent d’installations durables relevant de deux cultures spatialement bien définies : le Salakien (TC 2) descendant direct du Tsanaghien (TC 5) et le Mongossien (TC 9) descendant très probable des traditions céramiques de l’AFA (TC 13 et apparentées) reconnues à Moundour, Tchoukol et Mowo. À Tagamré, le matériel ancien pourrait rendre compte de cette « filiation » de TC 13.

113Au centre du Diamaré, les Tsanaghiens devenus Salakiens colonisent les berges des rivières, Salak dès le Ve siècle, Goray à partir du Xe siècle et réinvestissent les piémonts : Mowo, Moundour, Tchoukol. Leurs défrichements ne s’attaquent qu’aux basses terrasses des mayos Tsanaga, Boula et Motorsolo ; les interfluves à nappe trop profonde ou absente et les bas-fonds à engorgement pérenne sont restés vides. La flore soudanienne, remontée vers 7000 BP bien que probablement fragilisée par les défrichements néolithiques et les sécheresses abrite encore une faune « éthiopienne » classique (Marliac, 1991 a : 766-67). Ce n’est qu’aux Xe-XIe siècles, à Salak, que les défrichements se sont étendus aux zones hydromorphes (Marliac, 1991 a ; Otto, 1993) signalant peut-être l’apparition de la technique du repiquage. Cette période étant marquée à Mowo par l’installation d’un espace funéraire spécialisé (cf. supra), nous pouvons penser que la pression sur les terres arables augmente peu à peu.

114Plus au nord, dans l’aire transdunaire à hydromorphie remontante, les Mongossiens, héritiers vraisemblables de groupes postnéolithiques venus du nord, essaiment leurs installations sur les dos sableux (Mongossi, Tagamré, Méhé-Djiddéré) laissant ainsi d’immenses espaces vides.

115Ainsi, dès le Ve siècle, il y aurait donc eu colonisation des plaines peut-être à la faveur d’un optimum climatique, mais il faut attendre le tournant du premier millénaire pour avoir des dates régulières à Méhé, Mongossi, Salak puis Goray et peut-être Groumoui. Le début du deuxième millénaire voit une expansion des peuplements sous des conditions climatiques bienveillantes attestées déjà pour les abords septentrionaux et orientaux du lac Tchad (Maley, 1981 : 65-66 ; 1993 : 62).

À l’Âge du Fer moyen 2

116Aux alentours du XIIIe siècle, les peuplements régionaux doivent faire face à la conjugaison de nouvelles contraintes : une péjoration climatique, une instabilité politique chronique, conséquence de la mise en place du Bornou, un accroissement probable de la pression démographique, voire une diffusion de la technique du repiquage. Les Postsalakiens qui occupent désormais les sites de plaine étendent leur emprise aux sols moins favorables, s’installant généralement au bord des lagunes, des bras morts et des défluents. Les Mongossiens agrandissent leurs aires d’exploitation autour des villages. Ces groupes ont déboisés ainsi les bas-fonds — aujourd’hui complètement nus et appelés karals —, les dômes d’interfluves et toutes les terres à hydromorphie remontante. Cela devait aboutir aux grands hardés et aux auréoles de hardés qui ceinturent les villages actuels et les anciens sites comme par exemple Mongossi.

117Dans la partie méridionale du Diamaré, on peut conjecturer que l’augmentation de la pression démographique a été due à des apports humains exogènes. Les cultures matérielles représentées durant l’AFM 2 dans la plaine cisdunaire et les piémonts (Postsalakien, « tradition des massifs », niveaux récents de Mowo) montrent de telles analogies qu’elles pourraient être considérées comme les faciès d’un même ensemble culturel. Cela rendrait compte d’un unique flux migratoire amenant des groupes apparentés sur les terres des Salakiens qui, le changement culturel semblant total, auraient quitté la région ou, plus vraisemblablement, auraient été assimilés par les nouveaux venus. D’où proviendraient ces groupes ?

118Les connaissances sont bien trop parcellaires pour répondre formellement à une telle question. Rappelons seulement la présence d’un fer en croissant dans une sépulture de Moundour (tradition des massifs) de la fin de l’AFM 2. Si, comme nous le pensons, ce fer est un fer d’iler, il témoigne clairement d’une influence sahélienne (Raulin, 1984 : 354). Peu adapté à la culture des sols de piémonts, ce type d’outil pourrait avoir été introduit par des migrants depuis leur région d’origine. On pourrait ainsi envisager une origine sahélienne pour la tradition des massifs et par extension pour les cultures apparentées. De plus, Méhé-Djiddéré, site occupé dès l’AFM 1, a livré un matériel céramique présentant des similitudes avec les traditions TC 9 et TC 10 (Wahome, 1989). Les données relatives aux sites fouillés au nord des Mandara étant ambiguës, ces indices sont toutefois insuffisants pour affirmer l’origine septentrionale des cultures véhiculant la TC 10. Les bandes rapportées semblent relativement courantes à Gagawa-Nawayanda-Amthe (site bornouan sondé par G. Connah, 1984 : 166). Ces mêmes décors apparaissent- dans des proportions non négligeables pour des motifs peu couvrants- dans les niveaux superficiels (1 et 2) du sondage 1 de Manaouatchi-Gréa (PMW 602), le niveau 2 étant daté de 1440 ± 50 BP (TO-4418), (Bourges, 1998 : 144, 201, 229). Toutefois, il faut remarquer que, contrairement à ceux qui caractérisent la TC 1 et la TC 10, aucun des assemblages considérés ne rend compte d’une réelle prédominance des motifs appliqués. L’hypothèse d’un déplacement de groupes depuis les terres septentrionales reste privilégiée, d’autant plus que les régions péritchadiennes connurent à cette période d’importants bouleversements : l’émergence du Bornou, la péjoration climatique qui affecte les rives nord du lac (Langlois, 1995, 1998).

À l’Âge du Fer final et à la période subactuelle

119La plupart des occupations repérées sur les gisements de plaine sont antérieures au XVIe siècle. Au-delà, même si l’on constate une occupation jusqu’au XVIIIe siècle les écarts entre les références datées s’accusent.

  • 40 On rappellera en particulier la présence de clans zumaya dans les piémonts, notamment à Magdémé et (...)

120Dans la plaine méridionale, le Postsalakien se maintiendrait ainsi jusqu’à l’apparition des productions des potières musulmanes (Dir-Illagaré). Quelques tessons trouvés autour de l’hosséré Lara indiqueraient cependant qu’une partie des habitants de la plaine a gagné les zones refuges au cours des derniers siècles. Un tel mouvement est d’ailleurs mentionné par les traditions orales40.

121Dans la plaine septentrionale, certains sites comme Mongossi semblent abandonnés dès le XVIe siècle. L’abandon de Méhé-Djiddéré est aussi envisagé vers les XVIe-XVIIe siècles lors de l’installation du royaume du Wandala (Wahome, 1989 : 65). Toutefois, cette supposition est mise en doute par MacEachern (1991 : 142). Tagamré localisé au pied d’un des rares inselbergs dressés sur la plaine traduit l’attirance des groupes de l’AFF pour des lieux défensifs. On y voit se succéder différentes traditions céramiques : Tagamré I qui apparaît vers le XVIIe siècle est remplacée deux siècles plus tard par Tagamré II qui rappelle la tradition des massifs et marquerait peut-être un flux migratoire venant du nord des Mandara. Cette dernière tradition est elle-même concurrencée par la tradition actuelle qui marque l’installation des Fulbe dans la région.

122Dans les piémonts septentrionaux, dès les XVe-XVIe siècles, différentes traditions céramiques apparentées à TC 8 (Tagamré I) se superposent, sans l’éliminer, à la TC 10 (tradition des massifs). De petits groupes (peut-être venus de l’est) semblent se disperser sur les piémonts où ils gagnent des positions refuges. Un de ces groupes, installé à Moundour, possédait des poneys qui semblent avoir été inhumés (St. 117). Participait-il de la « civilisation du poney » dont des représentants, à en croire de nombreuses traditions orales, se seraient implantés dans les piémonts à cette époque (Seignoboset al., 1987 : 113-117) ? Au début du XVIIIe siècle, la tradition céramique appelée « tradition de Tokombéré » par S. MacEachern s’impose. Ses caractéristiques suggèrent une influence occidentale. À Moundour, l’apparition de cette nouvelle tradition est contemporaine de la mise en place d’un système de terrasses révélant une installation permanente sur les hauteurs.

123À Mowo, dans les piémonts méridionaux, une influence que nous pensons méridionale et (ou) occidentale se manifeste probablement dès le début de l’Âge du Fer final, par l’augmentation de la fréquence des impressions à la roulette de fibre pliée et par la pratique d’un « culte des crânes ».

124Le Diamaré, entre sa partie cisdunaire, sa partie transdunaire et ses inselbergs, offre différents biotopes favorables aux implantations humaines. De par sa situation géographique – entre les yayrés de la plaine péritchadienne au nord, le Logone à l’est, les monts Mandara à l’ouest – le Diamaré se trouve en effet à l’interface de milieux très contrastés. La région permet ainsi une exploitation diversifiée des milieux la composant. Sa position géographique en fait par ailleurs un carrefour reliant d’une part, le versant occidental des Mandara et les plaines inondables orientales (par la porte de Goudour), d’autre part, la plaine péritchadienne et la vallée de la Bénoué (par les seuils de Guider et de Binder). La succession des différentes traditions céramiques qui y sont identifiées semble la résultante d’évènements naturels divers survenus dans le bassin tchadien (sécheresses, transgressions lacustres…), ou de situations sociopolitiques difficiles qui ont poussé des groupes humains vers le sud. Il est clair que plaines et hauteurs ont servi ainsi de refuge à des populations victimes- entre autres- des exactions des royaumes péritchadiens : Kanem, Bornou, Baguirmi, Wandala. Les différents courants migratoires signalés par les traditions orales ont buté sur la chaîne des Mandara qui concentrait ainsi les arrivants sur la plaine centrale et les piémonts. L’accumulation de peuples culturellement distincts au pied des Mandara, phénomène précisé par de nombreuses traditions orales, semble bien reflétée par la diversité des cultures matérielles.

125On remarquera que le découpage chronoculturel exposé plus haut diffère peu de celui proposé pour la plaine péritchadienne par J. Rapp (1984) et A. Holl (1992) pour qui les principales ruptures se placent aux VIe-VIIe siècles (le matériel sao remplace le matériel pré-sao) et aux XVe-XVIe siècles (apparition des tombes en jarres et des cimetières). La rupture XIIe- XIIIe siècles, marquée au Diamaré, ne constitue pas une charnière importante plus au nord, mais on y repère quelques évolutions : les sites s’emmuraillent, les figurines de terre cuite se multiplient. En revanche, au sud du Diamaré, dans la moyenne Bénoué camerounaise, des pavages de tessons apparaissent à cette période (David, 1981 : 88-90) tandis que la plus ancienne occupation postnéolithique remonte au VIe siècle à Douloumi (P-1764 : 538 ± 50 AD). Ces contemporanéités relatives pourraient conforter nos hypothèses quant à l’existence de mouvements migratoires importants entre tous ces territoires.

De la préhistoire à l’ethnohistoire

126Les aires culturelles définies plus haut, ainsi que celles qu’établiront de nouvelles recherches, constituent certes le terreau des peuplements actuels. Nous avons dit peuplements et non ethnies. En effet, outre son évolution dans le temps, l’ethnie ne peut être enfermée dans la seule dimension matérielle de sa culture. Les vestiges, matériau premier de l’archéologie, s’ils portent des marques culturelles plus ou moins fortes, se réfèrent aussi à une logique supraculturelle et à des logiques techniques, socio-économiques ou matrimoniales transethniques (Davidet al., 1991). On ne saurait donc affilier directement ethnies actuelles demandeuses d’histoire, en particulier d’histoire ethnique, et cultures postnéolithiques. Cela est accentué en outre par l’indigence des connaissances concernant les critères matériels de l’identité ethnique et l’évolution diachronique de ces critères sans parler des limites posées par la dimension et la contingence des fouilles-sondages et par les marges d’erreurs affectées aux datages des périodes les plus récentes. Ces limites affaiblissent beaucoup la pertinence des interprétations...

127Des progrès sont malgré tout espérés dans ce domaine, au sein du réseau Méga-Tchad notamment. Il convient en effet, maintenant, de mener conjointement l’étude des structures sociales et des cultures matérielles relatives aux ethnies qui se donnent aujourd’hui un nom, une langue, des règles sociales et religieuses pour se reconnaître mutuellement, pour avoir une identité, et qui, sous le même ethnonyme, expriment une identité continuée entre l’actuel et le passé. L’archéologie n’a aucun moyen de confirmer ou infirmer de telles assertions qui relèvent d’un autre mode de connaissance et qui sont l’histoire vécue. Pour faire une histoire intelligible pour les peuples concernés nous nous devons néanmoins d’associer les diverses données disponibles même si elles sont incommensurables (Marliac, 1978 c, 1997) et en particulier les traditions orales.

128Les données relatives aux buttes fouillées ont été recueillies auprès des populations locales. Elles fournissent une histoire de « strates de peuplement » que l’on compare à la succession des cultures matérielles identifiées après les fouilles. À l’échelle des sites, la comparaison est souvent décevante alors qu’elle devient plausible à l’échelle régionale (Langlois, 1995, Delneuf, 1998). Ainsi, à l’exception du mouvement sud-nord des locuteurs de langues adamawa, les principaux axes de peuplement mentionnés par les récits d’origine pourraient être légitimés par les données archéologiques présentées : les afflux depuis l’est et le nord semblent bien transcrits tandis que l’influence occidentale limitée aux piémonts orientaux des Mandara est reconnue également par l’ethnohistoire et l’archéologie.

129Les groupes humains qui se définissent habituellement selon des caractéristiques linguistiques, sociales, culturelles sont-ils identifiables à partir des dimensions matérielles de cette culture et en particulier de la poterie ? Les exemples connus plaident plutôt en faveur de traditions ethniques ou pan-ethniques qu’infra-ethniques (Davidet al., 1991), bien que ce dernier cas semble exister (Jones, 1985). En fait, les traditions céramiques comme nombre d’autres manifestations humaines semblent l’expression d’une appartenance culturelle générale autant que d’une réalité ethnique toujours en mouvement. D’un côté se manifeste, avec plus ou moins de force selon les groupes, une tendance à distinguer sa poterie de celle des voisins, de l’autre la majorité des peuples de notre région ont des besoins identiques qui explique une relative uniformité des productions. Par exemple, des préparations culinaires semblables (mil, sauces, bière de mil) nécessiteraient les mêmes types de récipients d’où des vases de profils et de formats très proches.

  • 41 Sous cette appellation, S. MacEachern (1991) regroupe les Kirdi Mora, Vame, Mbreme et Urzo.

130Au Diamaré, la profondeur temporelle des traditions céramiques est globalement faible. À Mowo et dans la région de Mora les productions actuelles, tradition mofu sud et « maslava »(41), pourraient certes plonger leurs racines dans l’AFF, voire plus loin. La tradition mofu sud semble ainsi héritière de la tradition représentée en fin de séquence à Mowo alors que la tradition maslava pourrait dériver du Mongossien, car le motif TGR y côtoie une excroissance asymétrique qui pourrait être le résidu des bandes rapportées triangulaires asymétriques de la TC 9. Toutefois, malgré ces exemples, les liens semblent rompus entre la plupart des traditions céramiques actuellement représentées au Diamaré et les vestiges archéologiques locaux. Ainsi, la tradition de Tokombéré (TC 11) qui couvre les piémonts septentrionaux ne semble se mettre en place que vers le milieu du XVIIIe siècle et seuls quelques décors caractéristiques de Tagamré I et II pourraient éventuellement faire lien entre cette tradition actuelle et les traditions archéologiques du nord du Diamaré. C’est à la même période que la tradition céramique mundang s’implante à Lara.

131Il est donc de fait exclu de retracer une histoire des ethnies. À ce problème « technique » s’ajoute le fait que l’identité des ethnies comme nous l’apprend l’ethnohistoire s’est faite, défaite, reformée au cours de bouleversements de tous ordres intervenus dans la région : sociaux, politiques, linguistiques, voire religieux à observer l’influence des pratiques imposées par la chefferie de Goudour. On ne peut demander à l’archéologie de retracer une histoire que l’ethnohistoire elle-même ne peut reconstituer.

132Le terrain commun à l’archéologue et à l’historien ne sera pas le site archéologique ou historique, mais la région dans son ensemble. Les corrélations les plus intéressantes se nouent au niveau des synthèses des deux disciplines en raisonnant en termes de sphères culturelles, axes de diffusion, flux de peuplements, mais pas en termes d’ethnies ou de clans. Il s’avère même qu’une meilleure connaissance historique du Diamaré exige que ces notions soient envisagées à une échelle outrepassant les frontières politiques actuelles. Elle appelle donc la création de programmes de recherche concertés au Nigeria, au Tchad, au Niger et en RCA, en plus du Cameroun.

133Nous nous sommes limités ici à une interprétation des connaissances le long d’un axe théorique classique d’histoire des cultures fondée essentiellement sur les typologies et les classifications des caractéristiques technologiques et morpho-décoratives des cultures matérielles, particulièrement des poteries. Nous n’avons pas souhaité élaborer ici des reconstructions socio-économiques ou politico-historiques sur la base de modèles tirés d’une théorie de la complexification des sociétés postnéolithiques en Afrique subsaharienne et appliqués à l’analyse des vestiges matériels. On aurait pu ainsi grouper dans un même essai interprétatif d’échelle très générale les ensembles de données disparates et dispersées que nous possédons sur la région, et doter – comme il est de mode – la conclusion paléosociologique de cet essai d’un intitulé qui en dépasse de très loin le contenu. Nous avons préféré en rester à l’analogie socio-politique simple que nous proposions (Marliac, 1991 a : 880) et qui consistait à représenter les civilisations de l’Âge du Fer du Diamaré à l’image des civilisations dites « paléosoudaniennes » définies par de nombreux auteurs, depuis L. Frobenius (1925) à S. Morin (1996), en passant par P. Pelissier (1980).

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bourges (C. T.), 1996 — Ceramic, ethnoarchaeology and historical process : the case of Gréa, North Cameroun. M. A. Thesis, University of Calgary, ms. 265 p.

Boutrais (J.), éd., 1984 — Le Nord du Cameroun, des hommes, une région. Paris, Orstom, Mémoire n° 102, 540 p.

Brabant (P.), Gavaud (M.), 1985 — Les sols et les ressources en terres du Nord-Cameroun. Paris, Orstom-Mesires, 285 p., 2 cartes h. t.

Breunig (P.) et al., 1992 — Recent archaeological surveys in Borno, Northeast Nigeria. Nyame Akuma, 37 : 10-17.

Breunig (P.), Garba (A.), Gronenborn (D.), Van Neer (W.), Wendt (P.), 1993 — Report on excavations at Gajiganna, Borno State, Northeast Nigeria. Nyame Akuma, 40 : 30-41.

Brunet (M.) et al., 1995 — The first australopithecine 2,500 km west of the Rift Valley (Chad). Nature, 378 : 273-274.

Connah (G.), 1981 — Three thousand years in Africa. Cambridge University Press, 267 p.

Connah (G.), 1984 — An archaeological exploitation in Southern Borno. The African Archaeological review, 2 : 153-171.

David (N.), 1981 — « The archaeological background of Cameroonian history ». In : Contribution de l’ethnologie à l’histoire des civilisations du Cameroun, Colloque n° 551 du CNRS, Paris, sept. 1973, Paris, éd. du CNRS, vol. 1 : 79-98.

David (N.), 1998 — The Mandara Archaeological Project 1994-98. Nyame Akuma 49 : 7-10.

David (N.), Gavua (K.), Maceachern (S.), Sterner (J.), 1991 — Ethnicity and material culture in North Cameroon. Canadian Journal of Archaeology, 15 : 171-177.

David (N.), Maceachern (S.), 1988 — « The Mandara Archaeological Project : preliminary results of the 1984 season ». In : Le milieu et les hommes, recherches comparatives et historiques dans le bassin du lac Tchad, IIe Coll. intern. Méga-Tchad, octobre 1985, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém. : 51-80.

David (N.), Sterner (J.), 1989 — Mandara Archaeological Project 1988-89. NyameAkuma 32 : 5-9.

Delneuf (M.), 1992 — « Approche ethno-archéologique de la poterie du village protohistorique Groumoui (Nord-Cameroun) ». In : L’ethnoarchéologie, actes des XIIe Rencontres de intern. d’archéologie d’Antibes, oct. 1991, CRA-CNRS, Juan-les-Pins, éd. APDCA : 103-114.

Delneuf (M.), 1998 — « Les recherches archéologiques menées par l’Orstom au Cameroun septentrional ». In : Delneuf (M.), Essomba (J.-M.), Froment (A.), éd., Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan, coll. Études africaines : 91-124.

Delneuf (M.), Otto (T.), 1995 — « L’environnement et les usages alimentaires en vigueur à l’époque protohistorique dans l’extrême nord du Cameroun ». In : Marliac (A.) éd., Milieux, sociétés et archéologues, Paris, éd. Orstom-Karthala : 211-226.

Digara (C.), 1998 — « Étapes du peuplement préhistorique du Nord-Bénoué à la plaine de Maroua ». In : Delneuf (M.), Essomba (J.-M.), Froment (A.), éd., Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan, coll. Études africaines : 177-191.

Dumas-Champion (F.), 1993 — Les Masa du Tchad. Cambridge University Press et Maison des Sciences de l’Homme, 276 p.

Durand (A.), Mathieu (P.), 1980 — Le quaternaire supérieur sur la rive sud du lac Tchad. Cah. Orstom, sér. Géologie 11 (2) : 189-203.

Frobenius (L.), 1925 — Dichten und denken im Sudan. Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, Studien zur Kulturkunde 83, Atlantis, t. V.

Gallay (A.), 1992 — Traditions céramiques et ethnies (Mali). Bulletin du Centre Genevois d’Anthropologie, n° 3 : 23-46.

Gauthier (J.-G.), 1979 — Archéologie du pays Fali, Nord-Cameroun. Paris, CNRS éd., 183 p.

Gronenborn (D.), 1996 — « Kundiye : archaeology and ethnoarchaeology in the Kala-Balge area of Borno State, Nigeria. » In : Pwiti (G.) Soper (R.), eds, Aspects of African Archaeology, papers of the 10th Congress of the Panafrican Association for Prehistory and Related Studies, Harrare, University of Zimbabwe Publications : 449-459.

Gronenborn (D.), 1997 — An Ancient Storage Pit in the SW Chad Basin, Nigeria. Journal of Field Archaeology, vol. 24, n° 4, 1997 : 431-439.

Hervieu (J.), 1970 — Contribution à l’étude des industries lithiques du Nord-Cameroun. Mise au point et données nouvelles. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 7 (3) : 3-40.

Holl (A.), 1987 — Mound formation processes and societal transformations : a case study from the peritchadian plain. Journal of Anthropological Archaeology, 6 : 122-158.

Holl (A.), 1988 a — Transition du néolithique à l’âge du fer dans la plaine péritchadienne : le cas de Mdaga. Paris, Orstom, Coll. Coll. et Sém. : 81-96.

Holl (A.), 1988 b — Houlouf I. Archéologie des sociétés protohistoriques du Nord-Cameroun. Cambridge, GB, BAR Intern., série 456.

Holl (A.), 1992 — « Systématique archéologique et processus culturels. Essais d’archéologie régionale dans le secteur de Houlouf (Nord-Cameroun) ». In : Essomba (J.) éd., L’Archéologie au Cameroun, Paris, Karthala : 50-76.

Jones (N. E.), 1985 — Pottery past, pottery present : ethnoarchaeology in Northern Cameroon. University of Calgary, Archaeology 471, ms. 34 p.

Lamotte (M.), Marliac (A.), 1989 — Des structures complexes résultant de processus naturels et anthropiques : exemple du tertre de Mongossi au Nord-Cameroun. Paris, Bull. Soc. Préhist. Fr., t. 10-12 : 420-427.

Langlois (O.), 1991 — Projet pour une étude des populations de l’Âge du Fer récent au Diamaré (Cameroun septentrional)sur la base de l’analyse des cultures matérielles. Mémoire de DEA, univ. de Paris-I., ms. 106 p.

Langlois (O.), 1995 — Histoire du peuplement postnéolithique du Diamaré (Cameroun septentrional). Thèse, univ. de Paris-I, ms. 797 p.

Langlois (O.), 1997 — « À propos des variations culturelles et culturales intervenues au Diamaré (Nord-Cameroun) durant les deux derniers millénaires ». In :Dossiers et recherches sur l’Afrique n° 4, comm. à XIIIth Biennal of Society of Africanist Archaeologists, sept. 1996, Poznan, Doc. de l’UPR 311 du CNRS.

Langlois (O.), 1998 — « Le programme de recherche archéologique sur le peuplement postnéolithique au Diamaré (Cameroun septentrional) ». In : Delneuf (M.), Essomba (J.-M.), Froment (A.), éd., Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan, coll. études africaines : 269-283.

Lebeuf (J.-P.), 1969 — Carte archéologique des abords du lac Tchad. Répartition des sites archéologiques. Paris, éd. du CNRS, 171 p., cartes h. t.

Lhote (H.), 1977 — Technique des potiers de la région de Tessaoua (Niger). Notes Africaines n° 153, janv. 1977 : 12-18. IFAN.

MacEachern (S.), 1990 — Du Kunde : processes of montagnard ethnogenesis in the Northern Mandara mountains of Cameroon. Ph. D. University of Calgary, ms. 406 p.

MacEachern (S.), 1991 — « Les gens de Ngolele : an examination of prehistoric ethnic relations in Northern Mandara mountains ». In : Boutrais (J.) éd., Du Politique à l’économique : études historiques dans le bassin du lac Tchad, IVe Coll. intern. Méga-Tchad, Paris, sept. 1988, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém., vol. 3 : 165-192.

MacEachern (S.), 1993 — Archaeological Research in Northern Cameroon 1992 : the Project Maya-Wandala. Nyame Akuma n° 39 : 7-13.

MacEachern (S.), 1996 — « Iron beginnings north of the Mandara Mountains, Cameroon and Nigeria. » In : Pwiti (G.) Soper (R.), eds, Aspects of African Archaeology, papers of the 10th Congress of the Panafrican Association for Prehistory and Related Studies, Harrare, University of Zimbabwe Publication : 489-495.

MacEachern (S.), 1998 — « Preliminary results of research by the Project Maya-Wandala (1992-1993) ». In : Delneuf (M.), Essomba (J.-M.), Froment (A.), éd., Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan, coll. études africaines : 293-300.

Maley (J.), 1981 — Études palynologiques dans le bassin du lac Tchad et paléoclimatologie de l’Afrique nord-tropicale de 30000 ans à l’époque actuelle. Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc. n° 129, 586 p.

Maley (J.), 1993 — « Chronologie calendaire des principales fluctuations du lac Tchad au cours du dernier millénaire : le rôle des données historiques et de la tradition orale ». In : Datation et chronologie dans le bassin du lac Tchad, séminaire du Réseau Méga-Tchad, Orstom Bondy, sept. 1989, Paris, éd. Orstom, coll. Coll. et Sém. : 161-163.

Marliac (A.), 1970 — Prospection archéologique des dépôts douroumiens. Dakar, Bull. ASE-QUA n° 41 : 89-92.

Marliac (A.), 1973 — Prospection archéologique au Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum. 10 (1) : 47-114.

Marliac (A.), 1974 — Prospection archéologique au Cameroun septentrional. Ibadan, West African Journal of Archaeology, 4 : 83-92.

Marliac (A.), 1975 — Contribution à l’étude de la préhistoire au Cameroun septentrional. Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc. n° 43, 104 p.

Marliac (A.), 1978 a — L’industrie de la haute terrasse du mayo Louti : note préliminaire sur le site de Mokorvong au Cameroun septentrional. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 15 (4) : 367-377.

Marliac (A.), 1978 b — Prospection des sites néolithiques et postnéolithiques au Diamaré (Nord-Cameroun). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 15 (4) : 333-351.

Marliac (A.), 1978 c — Histoire, archéologie et ethnologie dans les pays en voie de développement. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 15 (4) : 363-366.

Marliac (A.), 1981 — « L’état des connaissances sur le paléolithique et le néolithique du Cameroun ». In : Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun, coll. intern. du CNRS n° 551, Paris, 1973. éd. du CNRS, vol. 1 : 27-78.

Marliac (A.), 1982 — Recherches ethnoarchéologiques au Diamaré (Cameroun septentrional). Paris, Orstom, coll. Trav. et Doc. n° 151, 91 p., carte h. t.

Marliac (A.), 1987 — Introduction au paléolithique du Cameroun septentrional. L’Anthropologie, 91 (2) : 521-558.

Marliac (A.), 1991 a — De la préhistoire à l’histoire au Cameroun Septentrional. Paris, Orstom, coll. Études et Thèses, 2 vol., 944 p., carte h. t.

Marliac (A.), 1991 b — Houlouf I. BAR International Series 456, Sahara n° 4 : 161-166, CR de Holl (A).

Marliac (A.), 1995 — « Esquisse géoarchéologique de l’évolution des sociétés pendant les deux derniers millénaires au Diamaré (Cameroun septentrional) : les données disponibles et leur intégration ». In : Marliac (A), éd., Milieux, sociétés et archéologues, Paris, Orstom-Karthala : 199-209.

Marliac (A.), 1997 — Archaeology and Development : a difficult dialogue. New-York, Intern. Journal of Historical Archaeology, 1 (4) : 323-337.

Marliac (A.), Columeau (P.), 1998 — « Taurins de l’Âge du Fer au Cameroun septentrional ». In : Seignobos (C.) et Thys (E.), éd., Des Taurins et des Hommes, Paris, Orstom, Coll. Latitudes 23 : 343-346.

Marliac (A.), Gavaud (M.), 1975 — Premiers éléments d’une séquence paléolithique au Cameroun septentrional. Dakar, Bull. ASEQUA n° 46 : 53-66.

Marliac (A.), Langlois (O.), 1996 — Les civilisations de l’Âge du Fer au Diamaré (Cameroun septentrional) : des cultures aux ethnies. L’Anthropologie, 100 (2-3) : 420-456.

Marliac (A.), Poncet (Y.), 1986 — Une expérience d’application de la télédétection spatiale à l’étude des peuplements anciens du Diamaré (Cameroun septentrional). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum. 22 (2) : 159-183.

Marliac (A.), Rapp (J.), Delneuf (M.), 1984 — Reconnaissances archéologiques au Cameroun septentrional.Le sud du Diamaré, la région de Sanguéré au sud de Garoua, traces archéologiques d’un peuplement de langue bantou dans la Haute-Bénoué. Yaoundé, Orstom-Mesres, ms. 80 p.

Meulemeester (J. de), 1975 — Cord-roulettes from Kororofa (Nigeria). Ibadan, West African Journal of Archaeological, 5 : 209-211.

Neumann (K.), Ballouche (A.), Klee (M.), 1996 — « The emergence of plant food production in the West African Sahel : new evidence from northeast Nigeria and northern Burkina Faso ». In : Pwiti (G.) Soper (R.), eds, Aspects of African Archaeology, papers of the 10th Congress of the Panafrican Association for Prehistory and Related Studies, Harrare, University of Zimbabwe Publications : 441-448.

Morin (S.), 1996 — Le haut et le bas : signatures sociales, paysages et évolution des milieux dans les montagnes d’Afrique centrale (Cameroun et Tchad). Éd. CRET, coll. Pays enclavés n° 8, 156 p.

Otto (T.), 1993 — Phyto-archéologie des sites archéologiquesde l’Âge du Fer au Diamaré, Nord du Cameroun : le site de Salak. Étude de bois et de graines carbonisées. Thèse, univ. de Montpellier II, ms. 187 p.

Otto (T.), 1998 — « Essai sur l’histoire du paysage au Diamaré pour les deux derniers millénaires ». In : Delneuf (M.), Essomba (J.-M.), Froment (A.), éd., Paléo-anthropologie en Afrique centrale : un bilan de l’archéologie au Cameroun, Paris, L’Harmattan, coll. études africaines : 154-164.

Otto (T.), Delneuf (M.), 1998 — « Évolution des ressources alimentaires et des paysages au Nord du Cameroun : apport de l’archéologie ». In : Plantes et paysages d’Afrique, Paris, Karthala-CRA : 491-514.

Pélissier (P.), 1980 — L’arbre dans les paysages agraires de l’Afrique Noire. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 12 (3-4) : 131-136.

Podlewski (A. M.), 1966 — Les forgerons mafa, description et évolution d’un groupe endogame. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 3 (1) : 45 p.

Quéchon (G.), 1974 — Un site protohistorique de Maroua, Nord-Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 11 (1) : 3-46.

Rapp (J.), 1984 — Quelques aspects des civilisations néolithiques et postnéolithiques de l’Extrême-Nord. Étude des décors céramiques et essai de chronologie. Thèse de 3e cycle, Univ. de Bordeaux-I, ms. 390 p.

Raulin (H.), 1984 — Techniques agraires et instruments aratoires au sud du Sahara. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 20 (3-4) : 339-358.

Rivallain (J.), Van Neer (W.), 1983 — Les fouilles de Koyom (sud du Tchad), étude du matériel archéologique et faunique. L’Anthropologie, 87, n° 2 : 221-239.

Seignobos (C.), 1984 — Instruments aratoires du Tchad méridional et du Nord-Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 20 (3-4) : 537-573.

Seignobos (C.), 1986 — « Les zoumaya ou l’ethnie prohibée ». Comm. au IIIe Coll. Intern. Méga-Tchad, Paris, 11-12 sept. 1986, ms.

Seignobos (C.), 1993 a — « Les Murgur ou l’identification ethnique par la forge (Nord-Cameroun). ». In : Forge et Forgerons, IVe Coll. Intern. Méga-Tchad, sept. 88, Paris, éd. Orstom, coll. Coll. et Sém. : 43-226.

Seignobos (C.), 1993 b — « Des traditions fellata et de l’assèchement du lac Tchad ». In : Datations et chronologie dans le bassin du lac Tchad, séminaire Méga-Tchad, sept. 89, Orstom Bondy. Paris, éd. Orstom, coll. Coll. et Sém. : 161-163.

Seignobos (C.), 1993 c — « Harde et Karal du Nord-Cameroun, leur perception par les populations agropastorales du Diamaré ». In : Les terres hardé, caractérisation et réhabilitation dans le bassin du lac Tchad. Mém. et Trav. de l’IRA n° 6, 1993, Nogent-sur-Marne, éd. du Cirad : 9-28.

Seignobos (C.), Tourneux (H.), 1984 — Note sur les Baldamu et leur langue (Nord-Cameroun). Africana Marburgensia XVII, 1 : 13-30.

Seignobos (C.), Tourneux (H.), Hentic (A.), Planchenault (D.), 1987 — Le poney du Logone. Études et synthèses de l’IEMVT, 213 p.

Servant (M.), Servant-Vildary (S.), 1980 — « L’environnement quaternaire du bassin du lac Tchad ». In : The Sahara and the Nile. Williams (M. A. J.), Faure (H.), éd. : 133-162.

Soper (R.), 1985 — Roulette decoration in African pottery : technical considerations, dating and distribution. The African Archaeological Review, 3 : 29-52.

Tardits (C.) éd., 1981 — Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun. Coll. Intern. n° 551 du CNRS, vol. 1, 330 p.

Vincent (J.-F.), 1992 — Princes montagnards du Nord-Cameroun. Paris, L’Harmattan, 2 vol., 774 p.

Wahome (E. W.), 1989 — Ceramics and history in the Iron Age of North Cameroon. M. A. Thesis, University of Calgary, ms. 290 p.

Wilson (M. C.), 1988 — « Geoarchaeological and archaeological visibility in the Northern Mandara mountains and Mora plain (Cameroon), preliminary results ». In : Le milieu et les hommes, recherches comparatives et historiques dans le bassin du lac Tchad, IIe Coll. Intern. Méga-Tchad, oct. 1985, Orstom Bondy, Paris, éd. Orstom, coll. Coll. et Sém. : 9-50.

Notes

1 Selon un protocole d’accord entre l’Orstom et l’université de Calgary (Canada). Par ordre chronologique, les chercheurs qui sont intervenus sur le périmètre Mandara-Diamaré sont : A. Marliac et G. Quéchon (Orstom), J. Rapp (alloc. Orstom) pour partie, M. Delneuf (Orstom), C. Digara (Mesres), N. David (université de Calgary, Canada) et l’équipe du Mandara-Archaeological Project, O. Langlois (MRT/Orstom) et, pour finir, S. MacEachern (Bowdoin College, É.-U.) et l’équipe du Projet Maya-Wandala. Sur le périmètre Logone-Chari, les principaux intervenants sont : A. et J.-P. Lebeuf (CNRS) puis J. Rapp et A. Holl (université Paris-X-Nanterre) et, pour partie, N. David. Sur le périmètre Bénoué-Kebbi les travaux les plus importants ont été réalisés par J.-G. Gauthier (CNRS), N. David et A. Marliac. Bien que la réciproque soit rare, les travaux de nos collègues d’outre-Atlantique seront cités chaque fois que de besoin.

2 À ces buttes s’ajoutent notamment des carrières, des lignes de murailles, des structures de pierres sèches, des parcs, des lignes de drains, etc. perçus en prospection mais aussi sur la couverture photo-aérienne IGN subsistante par J. Hurault (IGN), J. Barbery (Orstom) et A. Marliac (Mission 1961-62 AE 194-200).

3 Les sites fouillés dans la région Mandara-Diamaré sont : CFDT (G. Quéchon), Tsanaga, Goray et Mongossi (A. Marliac), Salak (A. Marliac puis T. Otto), Blabli, Méhé-Djiddéré (N. David et MAP), Groumoui, Lougguéréo (M. Delneuf), Mowo (M. Delneuf puis O. Langlois), Dir-Illagaré, Tagamré, Tchoukol, Moundour, Bibalé-Tchuin (O. Langlois). En 1992 et 1993, neuf autres gisements (Doulo-Igwaza 1, Doulo-Igwaza 3, Manaouatchi-Gréa, Ghwa-Kiva…) ont été fouillés au nord des Mandara, autour de Gréa et Doulo, dans le cadre du projet Maya-Wandala (MacEachern, 1993, 1996 ; Bourges, 1996).

4 En particulier sous forme de contrats d’association Orstom.

5 Ce cordon — appelé BamaRidge au Nigeria — a été relié aussi à une formation géotectonique SE-NO traversant la province de l’Extrême-Nord (Durand et Mathieu, 1980).

6 Contemporain de la transgression de 320 m.

7 Une complémentarité peut d’ailleurs être proposée si l’on considère la rareté du polissage sur ces ateliers et le fait que les récoltes concernent essentiellement des objets polis.

8 Le site néolithique nigérian de Ghwa-Masogo (PMW 756), au nord-ouest des monts Mandara, fouillé par S. MacEachern (1998 : 298) mais encore inédit, n’est pas considéré ici.

9 Terrain appartenant à la Compagnie française des textiles devenue depuis la Sodecoton.

10 Un atelier de fabrication de bracelets de pierre polie fut également reconnu au pied du massif de Gréa-Twin Peaks (Bourges, 1996 : 64-65 ; Mac Eachern, 1998 : 296).

11 On remarquera tout de même que les apports naturels ou anthropiques vont avoir tendance à mettre le site à l’abri des ruissellements. Ce site évoluera alors plus ou moins comme un site de plaine.

12 Les données collectées à Lougguéréo et Groumoui (Delneuf, 1992 ; Delneuf et Otto, 1995 ; Otto et Delneuf, 1998) et sur certains gisements septentrionaux récemment fouillés par l’équipe du projet Maya-Wandala (MacEachern, 1993, 1998), non publiées in extenso, sont peu utilisables.

13 Ces sites ont fourni les plus anciens indices d’une métallurgie du fer (scories) au sud du bassin tchadien : si l’on excepte Mdaga, site dont la stratigraphie est contestée (MacEachern, 1996), les scories les plus anciennes découvertes dans la plaine péritchadienne semblent provenir du niveau 2a du sondage 1980 de Sou-Blama-Radjil qui est daté de la fin du premier millénaire BC (RAPP, 1984).

14 Actuellement, la plus ancienne date publiée relative à une occupation postnéolithique (OBDY 1187 : 1910 ± 100 BP) a été obtenue à partir d’un échantillon de charbon de bois prélevé à Bibalé-Tchuin. Une date plus reculée, à 2500 ± 80 BP, repousserait au-delà l’émergence des cultures de l’Âge du Fer dans la sous-région, si son auteur, N. David, ne la jugeait douteuse par le fait d’être obtenue à partir de nodules calcaires prélevés dans un gisement (PAM 542) situé à quelques kilomètres, sur la rive droite du mayo Ngassawé.

15 On notera que la confluence du Logone et du Chari, qui a entraîné une redistribution limitée des espaces habitables en fonction des chenaux ainsi redessinés est estimée à cette période : 500/1000 AD.

16 Les mêmes types de décors semblent orner le matériel céramique extrait de l’atelier sondé par C. DIGARA (1998 : 187).

17 Interprétation confortée par l’abondance des bowls sur le site néolithique de Bornou 38 et par la raréfaction de ces mêmes formes à Daïma.

18 TGR : Twisted String Roulette de R. Soper (1985).

19 Ce rapprochement avec le matériel de l’Early Iron Age extrait des sites septentrionaux est appuyé par la présence, à Moundour, d’une petite figurine zoomorphe en terre cuite semblable à celles découvertes à Kursakata (Gronenborn, 1996 : 453), Daïma (Connah, 1981) et probablement Manaouatchi-Gréa (MacEachern, 1996 : 493).

20 L’occupation de Bibalé-Tchuin est attribuée, dès son origine, à un groupe « postnéolithique ». Il faut toutefois signaler que les premiers vestiges métalliques apparaissent dans les niveaux médians. L’absence presque totale d’éclats et d’outils lithiques nous conduit malgré cela à considérer la culture repérée à Bibalé-Tchuin comme une culture postnéolithique.

21 Tout au plus en avons-nous identifié quelques rares témoins dans les niveaux anciens de Moundour.

22 Ce type de décor est notamment présent en contexte archéologique à Kwararafa au Nigeria (De Meulemeester, 1975 : 210) et en contexte ethnographique au Mali (Gallay, 1992 : 38).

23 La TC 6 identifiée à Moundour peut être considérée comme un faciès de la TC 2.

24 Un dépôt d’objets de fer et de résidus ferreux découvert à Méhé-Djiddéré, estimé aux environs du XIVe siècle, pourrait traduire un reforgeage systématique des pièces usagées (MacEachern, 1993 : 143).

25 L’outil roulé est probablement une fibre pliée sur elle-même à la manière des guirlandes. Cet outil de section triangulaire est encore largement usité dans la région, notamment par les potières mafa, mofu de Mokong, tupuri, kim, peules...

26 KPR : Knotted Strip Roulette de R. Soper (1985).

27 Dans cette région, ce type de structure serait très ancien : 1500-1200 BC sur le site nigérian NA 90-5 (Gronenborn, 1997).

28 Six sépultures ont été fouillées à Mowo et seize à Moundour (Langlois, 1995).

29 Identifications réalisées, par Thierry Otto.

30 Site tchadien, installé à proximité d’un bras mort du Logone.

31 Les gibiers les plus chassés semblent les bovidés : de l’ouribi au buffle.

32 La consommation des fruits de Vitex doniana pourrait être très ancienne. Des graines de Vitex ont ainsi été découvertes à Kursakata (site daté du premier millénaire BC), bien au nord de son aire de répartition actuelle. Une telle présence pourrait même indiquer une importation de fruits de Vitex depuis les régions méridionales : « At the moment we are not able to decide whether the species was growing in the viciny of the site with a better water supply than today or the fruits were imported from the south » (Neumannet al., 1996 : 443).

33 Cela n’exclut pas la présence, dans les monts Mandara et leurs piémonts, de systèmes de terrasses plus anciens. Un charbon de bois prélévé à Ngoyé-Kérawa (PMW 755) dans un sondage traversant une terrasse, a ainsi été daté de 1 120 ± 50 BP (TO-4425) (Bourges, 1996 : 49, 201 ; MacEachern, 1998 : 298). Il est toutefois probable que l’exploitation du milieu montagnard était moins intensive durant l’AFM qu’aux périodes plus récentes.

34 Cette association pourrait s’expliquer par le fait que la vacuité de la « matrice » est nécessaire au processus d’ancestralisation. Bien évidemment, lorsqu’il y a récupération du crâne (cf. infra), la vacuité a également une raison pratique.

35 En zone transdunaire, la seule occupation néolithique fouillée qui pourrait être antérieure à 3500 BP est celle de Blabli. Un os d’ovicapriné a en effet été daté par la méthode du radiocarbone (à l’accélérateur) de TO-1128 : 6960 ± 200 BP. Toutefois, un second échantillon fut daté de TO-1127 : 4390 ± 220 BP, alors même que les différentes analyses par thermoluminescence ont livré des résultats anormalement récents : entre 10 ± 190 AD (Alpha-1875) et 1310 ± 70 AD (Alpha-1876). Ainsi, l’hétérogénéité des datations relatives à ce gisement ne permet aucune certitude (David et Sterner, 1989 : 7).

36 Ghwa-Masogo a été daté de 2980 ± 80 BP (TO-4423) et 2740 ± 60 BP (BETA-69018), (Bourges, 1996 : 201). Gréa-Twin Peaks a été daté de 3410 ± 50 BP (TO-4420), mais différents indices pourraient témoigner de remaniements récents (Bourges, 1996 : 150-51, 201).

37 Les quantités de haches ont été estimées d’après le volume des amas de déchets de taille.

38 « … all the celts and adzes [found in the site of Gajiganna] are made of volcanic rocks of which there are abundant outcrops on the eastern flanks of the Mandara Mountains, some 250 km away from the site » (Breuniget al., 1993 : 32).

39 J. Rapp qui avait envisagé un tel mouvement pense que les rives du lac ont été largement désertées entre le Ier siècle AD et le Ve siècle AD (Rapp, 1984 : 298). Selon cet auteur, cette désertion serait à mettre en relation avec une remontée des eaux, peut-être à la suite de l’épisode transgressif dénommé « phase mineure 2 ».

40 On rappellera en particulier la présence de clans zumaya dans les piémonts, notamment à Magdémé et à Makalingay (Seignobos, 1986).

41 Sous cette appellation, S. MacEachern (1991) regroupe les Kirdi Mora, Vame, Mbreme et Urzo.

Auteurs

IRD, Bondy

CNRS,EP 1730, Nanterre

IRD, Yaoundé

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540