Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Linguistique

Daniel Barreteau et Michel Dieu

Texte intégral

  • 1 Nous remercions particulièrement MM. Roland Breton et Bikia Fohtung pour la réalisation des cartes.

1Le tableau de la situation linguistique et sociolinguistique de l’Extrême-Nord du Cameroun est particulièrement complexe. On fera d’abord l’inventaire de la soixantaine de langues parlées dans la région en les regroupant selon leurs affinités génétiques et en précisant leurs aires d’extension1. On rendra compte ensuite des faits de multilinguisme qui viennent singulièrement nuancer les découpages de la mosaïque des langues premières et apportent les éléments dynamiques — expansion, régression ou disparition de certaines langues — qui expliquent l’évolution en cours et laissent deviner les grands traits de la situation à venir.

2Les informations qui fournissent la matière de ce texte et des cartes ont été recueillies au cours d’enquêtes sur le terrain qui ont débuté en 1973, dans le cadre de l’Atlas linguistique du Cameroun dont les premiers résultats ont déjà été publiés (Dieu et Renaud, 1983). Concernant la zone que couvre le présent atlas, on pourra aussi se reporter à D. Barreteau, R. Breton et M. Dieu (1984). Depuis, les enquêtes se sont poursuivies et nous donnons ici un état de la question. Les apports touchent trois domaines : l’inventaire des langues tchadiques s’accroît de trois unités ; la classification de la famille tchadique est réaménagée sur la base d’un traitement plus complet des données lexicales ; la connaissance de la dynamique des langues se précise : limites des aires d’influence des langues véhiculaires, éléments quantitatifs sur une situation typique de contacts de langues (le cas de Maga). Enfin, on pourra également consulter une étude (Barreteau et Jungraithmayr, 1993) traitant de la classification lexicostatistique de l’ensemble des langues de la famille tchadique.

Inventaire et classification des langues

Vue d’ensemble

3La province de l’Extrême-Nord présente une diversité linguistique exceptionnelle : soixante langues s’y parlent. La fragmentation linguistique culmine dans les monts Mandara où l’aire d’extension de bien des langues se réduit à un massif ou un versant de piémont. Si toute la région relevait, il y a quelques siècles, de la seule famille tchadique, l’histoire récente a fait qu’aujourd’hui s’y côtoient les trois grands phylums linguistiques qui se partagent l’Afrique :

  • phylum afro-asiatique (ou chamito-sémitique) :

  1. famille sémitique : 1 langue, l’arabe

  2. famille tchadique : 55 langues

  • phylum nilo-saharien :

  1. famille saharienne : 1 langue, le kanuri

  2. [famille chari-nil : langues sara, des immigrés tchadiens épars]

  • phylum niger-congo :

41. famille ouest-atlantique : 1 langue, le fulfulde

2. famille adamawa-oubangui : 2 langues, le mundImage 100000000000000B0000000F52C52885.jpg et le tupuri.

Le mundImage 100000000000000B0000000F52C52885.jpg et le tupuri constituent des avancées septentrionales de la branche adamawa qui, comme son nom l’indique, est centrée plus au sud, sur le plateau de l’Adamaoua. Ces deux langues appartiennent au même groupe linguistique que le vaste ensemble mbum. Au Cameroun le mundImage 100000000000000B0000000F52C52885.jpg (ou mundang) est surtout représenté dans l’arrondissement de Kaélé. On le trouve aussi au sud du mayo Kebbi dans l’est du district de Bibémi vers la frontière tchadienne. Le tupuri domine dans le sud-est de la plaine de Moulvouday, département de Kaélé, et dans l’arrondissement de Kar-Hay, département du Mayo-Danay.

5L’arabe, le kanuri et le fulfulde sont tous trois des langues de grande extension et revêtent, à des degrés divers il est vrai, un rôle véhiculaire ; nous y reviendrons plus bas.

6L’arabe, dans sa variété dialectale dite « showa » (les locuteurs déclarent simplement parler « arabe ») couvre la partie septentrionale de la province : frange nord des départements du Mayo-Sava, du Diamaré, du Mayo-Danay et surtout département du Logone-et-Chari.

7L’aire d’implantation principale du kanuri est aux confins du Niger et du Nigeria : c’est la langue du Bornou. Au Cameroun, les groupes kanuri les plus importants sont établis entre Limani et Boundéri (arr. de Mora) et dans l’arrondissement de Kolofata (dépt du Mayo-Sava), mais il s’en trouve aussi plus à l’est dans les arrondissements de Maroua et de Bogo (dépt du Diamaré), jusqu’à Mindif et Guirvidig, ainsi que dans le département du Logone-et-Chari.

8Le fulfulde est parlé au Cameroun depuis la latitude de Mora jusqu’à celle de Meiganga, au sud de l’Adamaoua, avec une diversification dialectale nord-sud qui n’entrave pas l’intercompréhension. Pour des raisons historiques (ancienneté, densité et homogénéité du peuplement peul), c’est le fulfulde de la région de Maroua qui représente la forme la plus conservatrice, la plus « pure » : le système des classes nominales et des genres, les alternances consonantiques à l’initiale, les trois voix du système verbal sont bien conservés et vivants dans l’usage.

9Reste à détailler et organiser les 55 langues tchadiques de l’Extrême-Nord, auxquelles nous joindrons, pour englober toutes les langues tchadiques du Cameroun, le kaa (gidar), le gbwata (bata) et le dzəpaw (lamé) parlés plus au sud, dans la province du Nord.

Méthodologie

10Les données sont constituées par la traduction dans chaque langue L1.....L58 d’une liste standard de 120 concepts simples (parties du corps, animaux, éléments naturels, premiers nombres, actions élémentaires...), nous disons 120 items. Ces données sont traitées selon les principes de la lexicostatistique résumés ci-après.

Première phase : établissement des jugements de cognation

11Après un minimum d’analyse phonologique et morphologique (identification d’éventuels préfixes ou suffixes) et compte tenu de ce que l’on connaît des changements phonétiques attestés dans les langues tchadiques, il est possible de dire si deux formes — traduction dans deux langues d’un même item — sont rattachables à un même étymon, c’est-à-dire si elles dérivent d’une même racine.

En pratique ces jugements de cognation s’effectuent item par item sur les 58 langues à la fois : pour chaque item, on regroupe toutes les formes qui dérivent d’une même racine en leur attribuant un même indice numérique, chaque racine distincte ayant un indice différent. De cette façon la séquence des 58 formes linguistiques se trouve, au terme de cette phase, remplacée par une séquence de 58 nombres entiers comme le montrent les exemples en annexe, extraits des listes comparatives. Ainsi pour l’item « oeuf », les formes kwáy, kwàlé et kúrImage 100000000000000C000000122B58E593.jpgʔí relèvent de la racine n° 2, les formes ʔà lí(n), ʔà zlí(n), ʔa` azlImage 100000000000000C000000125D822CB0.jpg(n)... relèvent de la racine n° 1.

12Cette numérisation de l’information aboutit, une fois traités tous les items, à un tableau rectangulaire de 58 lignes et 120 colonnes que nous appelons la matrice d’équivalence.

Deuxième phase : calcul de similarités

13À partir de la matrice d’équivalence il est aisé de calculer la matrice de similarité des langues deux à deux : si les langues L1 et L2 ont pour l’item n deux formes rattachables à la même racine, on compte un point de similarité, sinon zéro. On additionne les points obtenus sur les 120 items. Ce score ramené à un pourcentage est l’indice de similarité (ou taux de ressemblance) entre L1 et L2. Ce calcul mené pour chaque couple (L1-L2, L1-L3...) aboutit à la matrice de similarité, tableau triangulaire (58 lignes, 58 colonnes) établi selon le principe des distances entre points.

14Nous avons organisé la matrice pour que l’ordre des langues coïncide avec celui de la classification qu’on trouvera plus bas : les taux de similarité les plus élevés sont au voisinage de l’hypothénuse et ils diminuent au fur et à mesure qu’on s’en éloigne. Cela rend lisible par un dégradé de couleurs les groupements et les niveaux auxquels ils s’opèrent. Ainsi :

  • l’étroite parenté qui lie deux à deux les langues malgbe, mpadə, maslam, afaə (de 96 % à 77 % de similarité) se traduit par l’existence d’une plage de couleur foncée. De même pour les quatre langues mofu-giziga (de 94 % à 74 %);

  • à l’inverse, l’éloignement du hausa par rapport à toutes les autres langues (moins de 39 % de similarité) se traduit par une colonne de couleur claire ;

  • aux cas intermédiaires correspondent des plages d’intensité moyenne.

Troisième phase : groupement hiérarchique

15Cette phase utilise les procédures de la taxinomie numérique pour passer de la matrice de similarité, difficile à interpréter en l’état, à un regroupement hiérarchique des 58 langues, représentable graphiquement par un arbre. La méthode employée, de type agglomératif, procède par pas successifs. Le premier pas consiste à réunir les deux entités (les deux langues) qui présentent le taux de similarité maximal. Ces deux langues sont dès lors considérées comme une entité unique dont on calcule la similarité avec chacune des 56 entités restantes. Les pas suivants répètent la même opération. À chaque pas la matrice de similarité perd une ligne et une colonne, et la procédure est réitérée jusqu’à sa réduction à une seule case. Pour mener la procédure à son terme, il reste à définir le mode de calcul de la similarité entre deux entités qui ne sont pas deux langues isolées mais deux groupes de langues constitués par agglomération lors d’un pas précédent.

16Un exemple schématique fera comprendre la démarche.

Image 10000000000001E80000006E4815BEFE.jpg

17Soit les langues A et B regroupées en G1, C et D regroupées en G2. Le schéma donne une image spatiale de leurs relations, où la distance est l’inverse de la similarité. On peut définir la similarité entre G1 et G2 de diverses façons, dont les trois suivantes sont les plus fréquemment utilisées :

  1. la similarité entre G1 et G2 est définie comme la similarité maximale existant entre une langue de G1 et une langue de G2 (sur notre schéma, entre B et C) ; on retient donc le cas le plus favorable. C’est la méthode dite du voisin le plus proche ;

  2. la similarité entre G1 et G2 est définie comme la similarité minimale existant entre une langue de G1 et une langue de G2 (sur notre schéma, entre A et D) ; on retient donc le cas le plus défavorable. C’est la méthode dite du voisin le plus éloigné ;

  3. la similarité entre G1 et G2 est définie comme une moyenne (par exemple, la moyenne arithmétique) des similarités existant entre chaque langue de G1, vis-à-vis de chaque langue de G2, soit dans notre exemple : (AC+AD+BC+BD) : 4. C’est ce que nous appellerons méthode de la similarité moyenne.

18Ces trois définitions conduisent à des taux de similarité entre groupes qui peuvent différer sensiblement, de même que les regroupements hiérarchiques qui en découlent. Nous reproduisons (fig. 1, 2, 3) les arbres auxquels aboutissent chacune des trois méthodes. On constate que si bien des configurations se retrouvent dans tous les arbres, il y a aussi des divergences, notamment dans les niveaux supérieurs. Nous sommes donc conduits à proposer une synthèse fondée sur la méthode de la moyenne, en arrondissant les taux de similarité à la demi-dizaine la plus proche. Cela revient à éliminer des emboîtements peu significatifs marqués dans l’arbre par des « marches » inférieures à 5 %. Vu le caractère statistique de la démarche et les erreurs qui peuvent entacher, par excès ou par défaut, certains de nos jugements de cognation, il serait illusoire de rechercher une plus grande précision.

Interprétation glottochronologique

19À ce point de l’exposé nous n’avons fait que classer les langues en synchronie, en fonction de leur plus ou moins grande similarité. Toutefois, appliquée aux langues, groupes et familles de langues, l’interprétation historique est tentante : si deux langues ont en commun 95 % de racines, elles ont divergé à partir d’une même langue mère il y a peu de temps, alors que des langues qui n’ont en commun que 30 % de racines ont divergé à partir d’une souche commune depuis beaucoup plus longtemps. Maurice Swadesh a formalisé cette intuition dans un article de 1951. De même que la radioactivité des corps organiques s’affaiblit à un taux constant au cours du temps, de même les mots de base d’une langue disparaissent — se perdent ou se renouvellent — graduellement selon un taux constant dont on a pu calculer une estimation à partir de familles de langues dont on connaît l’histoire sur une longue période. Ainsi après 100 ans, pour 100 mots dans une langue donnée, 86 restent inchangés, 14 sont nouveaux. Pour deux langues comparées cela donne donc, selon une formule logarithmique :

Pourcentage d’étymons Communs

86 %

76 %

64 %

55 %™

40 %

30 %

22 %

16 %

Nombre d’années de séparation

500

1 000

1 500

2 000

3 000

4 000

5 000

6 000

20Depuis lors de nombreuses critiques ont mis en cause l’universalité du taux de référence et de la liste du vocabulaire de base. Cependant bon nombre de linguistes acceptent cette méthode pour proposer des datations relatives à l’intérieur d’une aire culturelle donnée. Nous faisons donc figurer à titre indicatif, sur la droite des figures 1, 2, 3 et 4, l’échelle temporelle que donnent les calculs glottochronologiques.

21Malgré toutes les réserves qu’il y a lieu de faire sur une interprétation trop étroite de ces dates, on remarquera qu’au moins les dates les plus récentes (les divergences les plus tardives) n’entrent pas en contradiction avec ce que nous connaissons de la mise en place des populations. Par exemple, la séparation entre le giziga-nord et le giziga-sud se situerait autour de 1830, ce qui correspond à la prise de Maroua par les Fulbe (vers 1800) qui va séparer effectivement les deux populations. Les Mofu du nord et du sud n’ont souvenir d’aucune origine commune dans leurs traditions orales ; leur séparation, sans fait marquant, se situerait vers 1670, avant l’arrivée de nombreux migrants de l’est et la constitution des chefferies actuelles.

22En ce qui concerne la chronologie de l’implantation des principaux groupes de langues tchadiques dans le nord du Cameroun, on retiendra à titre d’hypothèse le schéma suivant :

  • il y a 3 700 ans, vers 1700 AC, les branches ouest, centre et est se séparent ;

  • dans la branche centrale, les sous-branches sud et nord se distinguent vers 1250 AC; leurs sous-divisions se forment vers 850 AC;

  • les principaux groupes de langues sont constitués vers 470 AC.

Classification des langues tchadiques

Liste des langues

23Cette liste reconnaît huit niveaux hiérarchiques qui respectent les taux de similarité arrondis tels qu’ils apparaissent ci-dessous :

Image 1000000000000242000000E67E34F81A.jpg

24Une sous-section peut encore être subdivisée en (a), (b), chacune de ces unités regroupant des langues ayant au moins 75 % de similarité. Enfin sont reliées par une accolade les langues très étroitement apparentées (au moins 90 % de similarité).

Image 10000000000002B1000003311B0FF353.jpg

Image 10000000000002C9000005744BAD92C6.jpg

Commentaires sur la classification

25Dans nos précédents travaux (op. cit. 1983 et 1984), nous considérions comme acquise la partition de la famille tchadique en quatre branches : occidentale (hausa), centrale, orientale (kera), méridionale (masa), suivant en cela P. Newman (1977).

26Nos calculs confirment bien le fait que le hausa et le kera, chacun de leur côté et à peu près au même niveau de similarité (30 %), ne rejoignent les autres langues qu’après constitution de l’ensemble de la branche centrale (35 % de similarité au moins).

27En revanche, la branche méridionale disparaît par intégration du groupe masa dans la branche centrale, ce qui découle du groupement selon la méthode du voisin le plus proche et plus encore selon la distance moyenne où le groupe masa rejoint la branche centrale avant même le groupe kotoko (mandage et mida’a).

28Ce dernier groupe (kotoko), dont nous faisons la sous-branche nord de notre branche centrale, pourrait aussi bien constituer une branche autonome, la branche nord, dans le cadre d’une révision plus radicale de la classification. Cependant les autres méthodes de groupements (voisin le plus proche, voisin le plus éloigné) le rapprochent davantage du reste de la branche centrale.

29La figure 5 reprend les niveaux supérieurs de la classification que nous proposons.

Image 10000000000002CF0000019C5D8F7C6E.jpg

FIGURE 5. Arbre classificatoire des principaux groupes de langues tchadiques

Commentaires sur les langues maternelles

30Nous reprenons ici, pour l’essentiel et avec les compléments qui s’imposent, des informations que nous avions déjà livrées dans les ouvrages cités.

31[1] hausa : le hausa n’est présent au Cameroun que dans les îlots urbains, au nord du pays (Guider, Garoua) comme au sud. Il n’est véhiculaire qu’aux abords mêmes de la frontière nigériane.

32[2] gbwata : gbwata (bwaara au Nigeria) est l’ethnonyme singulier qui correspond à l’appellation courante « bata ». L’aire d’extension du gbwata se situe en dehors de la zone couverte par cet atlas. Trois parlers dans le dialecte des Gbwata pêcheurs : celui de Demsa (à la frontière nigériane, à 30 km au nord-est de Garoua), celui de Kokoumi (le long de la Bénoué), et celui du Faro (Jelepo). Le ndeewe, dialecte des Gbwata agriculteurs installés loin des rives du Faro et de la Bénoué, n’est plus parlé que par quelques dizaines de personnes.

33[3] njanyi : le njanyi (njegn, njai...) est parlé près de la frontière nigériane dans la région de Doumo (arr. de Mayo-Oulo, dépt du Mayo-Louti).

34[4] ɡude : à cheval sur le sud de l’arrondissement de Bourah et l’extrême ouest de l’arrondissement de Mayo-Oulo, le ɡuɗe est parlé également au Nigeria.

35[5] jimjimən : c’est la langue des Jimi, parlée à Bourah et dans son canton. Le terme « fali », qu’emploient les ɡuɗe pour désigner les Jimi voudrait dire « esclave » dans plusieurs langues de cette aire (d’où les Fali de Mubi, Fali de Mucella et Fali de Jilvu de la littérature qui parlent tous des langues tchadiques très voisines, et, ce qui peut prêter à confusion vu leur proximité géographique, les Fali des environs de Garoua et Dourbey qui parlent des langues adamawa).

Image 10000000000006920000067DDB4877BC.jpg

Image 100000000000098300000277C1404E68.jpg

FIGURE 1. Méthode du voisin le plus proche

Image 1000000000000982000002C4F2947792.jpg

FIGURE 2. Méthode du voisin le plus éloigné

Image 10000000000009850000029A382BF95B.jpg

FIGURE 3. Méthode de la similarité moyenne

Image 100000000000097C000002EEFE19F141.jpg

FIGURE 4. Synthèse : méthode de la similarité moyenne simplifiée (rapportée à la demi-dizaine la plus proche)

36[6] zizilivəkən : c’est la langue des prétendus « Fali de Jilvu », qui n’est parlé au Cameroun que par quelques centaines de personnes près de la frontière, à l’ouest de Guili, son aire d’extension principale étant au Nigeria autour de la ville de Jilvu.

37[7] slarwa : les locuteurs du slarwa sont ethniquement identifiés sous le nom de Tchévi, leur plus gros bourg chef-lieu de canton, au sud de l’arrondissement de Bourah. La plupart du temps, ils sont assimilés aux gude.

38[8] tsuvan : le tsuvan est parlé dans le massif de Téléki (est du canton de Tchévi), par le groupe connu sous le nom de Tchédé mais traité habituellement comme partie des Gude.

39[9] hya : cette langue n’est parlée qu’à Amsa, au sud de la zone psikyε, à la frontière du Nigeria, à 10 km au sud de Roumsiki. Elle correspond probablement au ɡhyε dont R. Mohrlang fait un dialecte higi, aux côtés du psikyε. Selon nous, le higi (parlé au Nigeria), le psikyε et le hya sont trois langues distinctes du groupe margyi.

40[10] bana : le bana occupe le canton de Guili.

41[11] psikyε : par ce terme nous désignons une langue constituée de trois dialectes au Cameroun : psikyε proprement dit, zləŋə et wula. Les locuteurs l’appellent « margyi », mais margyi étant par ailleurs le nom d’une langue parlée au Nigeria, nous réserverons cette désignation au sous-groupe qui rassemble les langues hya, bana et psikyε. On prononce [psikyε] en fin de phrase, [psiki] ailleurs. Le ka- de kapsiki marque l’ethnonyme pluriel. Le psi$ kyε couvre tout le sud-ouest de l’arrondissement de Mokolo, le long de la frontière nigériane : Roumzou, Mogodé, Roumsiki. Le zləŋə et le wula ne sont parlés que dans deux quartiers du village frontière de Oula.

42[12] mabas : les langues mabas et xədi ne sont parlées que dans deux villages à la frontière du Nigeria, respectivement Mabas et Tourou.

43[13] xədi : cette langue est plus connue dans la littérature comme étant la langue des Hide de Tourou.

44[14] ɡəvoko : le gəvoko, parfois appelé « ngosi », est parlé dans le village frontière de Ngosi, en bordure du Nigeria, au nord de Tourou.

45[15] ɡəlvaxdaxa : le ɡəlvaxdaxa, répertorié jusqu’à présent comme « glavda », est parlé au Nigeria mais quelques personnes sont implantées du côté camerounais de la frontière au sud d’Assigachiga (arr. de Koza).

46[16] wandala : le wandala est parlé à Mora et dans ses alentours. Cette langue, parlée par les Mandara, comporte trois dialectes : le wandala proprement dit ; le mura des Kirdi Mora non islamisés, du massif de Mora ; et le malgwa ou gamergu, parlé dans la plaine située au nord-est de Mora et au Nigeria.

47[17] parəkwa : cette langue, connue sous le nom de « podoko » et parlée par les Podokwo, couvre les cantons de Gouvaka, Godigong et Oudjila, à l’ouest et au sud-ouest de Mora.

48[18] matal : le matal, communément désigné comme « muktélé », se parle dans les cantons de Baldama et Mouktélé, au sud du massif Podokwo. Il est à la charnière, géographiquement et linguistiquement, des groupes wandala (avec quelques rapprochements lexicaux) et mafa (sur certains traits grammaticaux).

49[19] wuzlam : cette langue, connue généralement sous le nom d’« ouldémé », est parlée dans le canton de Mayo-Ouldémé.

50[20] maɗa : son aire s’étend sur le rebord oriental des monts Mandara entre le wuzlam et le zəlɡwa, et gagne sur les plaines voisines.

51[21] muyang : le muyang est parlé dans les massifs de Mouyengué, Goudouba, Palbara,

52Gouada-Gouada et dans les plaines environnantes.

53[22] məlokwo : l’aire du məlokwo (ou molko, mokyo) englobe le massif du même nom isolé dans la plaine, à l’est des monts Mandara, entre le mayo Mangafé et le mayo Ranéo, ainsi que le village de Mokyo et ses alentours (canton de Makalingay). Un dialecte məlokwo, le mbaka, est parlé dans l’aire muyang, dans le village de Baka. Ce dialecte a été identifié d’après des indications de C. Seignobos (comm. pers.).

54[23] zəlɡwa : zəlɡwa (ou zoulgo), minew (ou minéo), gemzek constituent une langue unique que nous dénommons « zəlɡwa » Les parlers zəlɡwa et minew sont très proches. Le gemzek constitue un dialecte distinct.

55[24] gaduwa : le gaduwa n’avait pas été identifié jusqu’alors : ses locuteurs étaient comptés au nombre des Gemzek dont ils parlent tous la langue. C’est un cas de bilinguisme déséquilibré qui laisse augurer la disparition rapide de cet idiome parlé dans un seul village : Gadoua.

56[25] ɗuɡwor : le nom de cette langue se prononce [ɗuɡwɔr] en fin de phrase, [ɗuɡur] ailleurs. Les Mofu-Dugur ont pour foyer historique les deux petits massifs de Dougour et Mékéri, au sud du mayo Ranéo, mais habitent maintenant la plaine voisine (ouest du canton de Tchéré).

57[26] merey : le merey est plus connu sous le nom de « mofou de Méri ». C’est une langue distincte du mofu-nord et du mofu-sud.

58[27] mafa : le terme « mafa », accepté par les intéressés eux-mêmes, doit remplacer « matakam », jugé dépréciatif. Les parlers mafa peuvent se grouper en trois dialectes : ouest (Magoumaz, Mavoumay), centre (Ouzal, Koza, Mokolo, Ldamsay), est (Soulédé, Roua).

59[28] mefele : les locuteurs de la langue que nous nommons « mefele », du nom de son dialecte central, sont tenus pour « Mafa » par l’administration. Cependant, ils ne se disent pas Mafa, et les Mafa les désignent souvent par le terme de ʙəla-hay (hay est une marque de pluriel), repris en « Boulahay » dans la littérature. L’aire du mefele est séparée en deux parties par la ville de Mokolo. La plus grande se trouve au sud et sud-est de cette préfecture et inclut notamment les villages de Méfélé, Sirak et Mouhour. La plus petite, à dix kilomètres au nordouest, comprend le village de Shougoulé.

60[29] cuvok : le cuvok est parlé à Tchouvok et dans les alentours de Zamay.

61[30] mofu-sud : le mofu-sud, connu aussi sous le nom de « mofou-goudour », est parlé au pied des massifs situés au sud de la Tsanaga jusqu’au mayo Louti (Goudour, Mokong, Zidim, Diméo, Njeleng).

62[31] mofu-nord : le mofu-nord, ou « mofou-Diamaré», est parlé au nord de la Tsanaga, dans les massifs de Douvangar, Douroum, Wazang. Les appellations « mofu-nord » et « mofusud » ont été forgées par nous pour désigner commodément deux langues distinctes bien qu’étroitement apparentées, en l’absence de glossonymes propres qui seraient reconnus par les locuteurs eux-mêmes.

Image 100000000000083E0000082BB61E3A4F.jpg

63[32] giziga-sud : il est parlé au sud de Maroua, autour des massifs de Loulou, Moutouroua, Midjivin. Les différences dialectales entre le mi-Mijivin et le mi-Muturwa (qui inclut le parler de Loulou) sont surtout phonétiques.

64[33] giziga-nord : le giziga-nord ou mi-marva est la langue originelle des occupants de la région de Maroua, les Bi-Marva. Son aire d’extension est actuellement morcelée du fait de l’implantation des Fulbe.

65[34] mbazla : la langue mbazla a été signalée sous le nom de « balda » dans le Handbook de Westermann et Bryan (1952) puis identifiée comme « baldamu » par Seignobos et Tourneux (1984). Son implantation originelle devait se situer autour du massif de Balda. Ses derniers locuteurs connus habitent aujourd’hui à Guirvidig.

66[35] mbuko : le mbuko se parle dans le massif de Mbokou et dans la plaine avoisinante (canton de Doulek).

67[36] pəlasla : ndreme, mbərem, dəmwa, pəlasla et hurza sont cinq dialectes intercompréhensibles mais aucun nom ne désignant leur réunion, nous suivons l’Atlas linguistique du Cameroun qui préconise « pəlasla », du nom du plus actif marché de cette aire culturelle : Mayo-Plata.

68[37] buwal : le buwal, désigné également comme « gadala », est parlé à Gadala et dans les environs, au sud du canton de Mokolo.

69[38] gavar : le gavar, désigné parfois comme « kortchi », est la langue originelle du canton de Gawar. À Gawar même habitent maintenant des Fulbe.

70[39] mbədam : c’est la langue de Boudoum et de ces environs, au sud de Zidim.

71[40] besleri : c’est le prétendu « hina » ou « daba-hina ». Trois dialectes : le besleri proprement dit occupe la plus grande partie du district de Hina, le gamdugun le sud-ouest de l’aire et peut-être le jɪŋjɪŋ le sud-est.

72[41] daba : le daba est situé au nord du département du Mayo-Louti et déborde légèrement sur les départements du Mayo-Tsanaga et du Diamaré. Trois dialectes : le kanakana à l’ouest, le mazagway au centre, dans la région de Mousgoy, et le tpala (ou kola) au nord-est.

73[42] kaɗa : l’appellation « kaɗa » est le glossonyme propre correspondant à la langue parlée par les Gidar. Une autre dénomination courante, « baynawa », veut dire « mon ami » et doit être proscrite au même titre que banana pour les Masa.

74[43] munjuk-sud : l’appellation « mousgoum » ou « musgum » employée au Cameroun n’est pas utilisée par les locuteurs et « muzuk » ne désigne qu’un des parlers. On a donc, pour désigner la langue dans son ensemble, eu recours à une forme reconstruite « munjuk », sur la racine que l’on retrouve dans l’ethnonyme pluriel « manjakay » (communication de H. Tourneux). Le munjuk-sud n’était pas distingué du munjuk-nord dans nos travaux antérieurs ou, plus exactement, il était inclus dans le masa, presque tous ses locuteurs parlant aussi masa. Les différences constatées avec le munjuk-nord sont du même ordre qu’entre le mefele et le cuvok, le giziga-nord et le giziga-sud, le mpadə et l’afaə. Le munjuk-nord est en luimême un continuum dialectal mais du fait des difficultés d’intercompréhension avec le munjuk- sud, il faut distinguer ces deux langues.

75[44] munjuk-nord : le munjuk-nord peut se subdiviser en au moins quatre dialectes : le muzuk parlé dans toute la partie ouest (Guirvidig, Kossa) ; le mpus et le bege parlés le long du Logone, le premier au nord (Pouss) et le second au sud (Bégué, Djafga) ; le vulum parlé au Tchad.

76[45] masa : le masa (ou masana) est parlé au Cameroun et au Tchad. Le masa central est parlé le long du Logone avec trois variantes du nord au sud : baygana, gagana, kayamna. Les dialectes occidentaux (gizayna) et orientaux (gumayna) sont relativement divergents.

77[46] musey : le musey (ou museyna) est parlé principalement au Tchad mais également au Cameroun, dans le canton de Gobo.

78[47] dzəpaw : le terme « zime », non utilisé au Cameroun, serait approprié pour désigner la langue dont l’aire d’extension déborde largement sur le Tchad et dont le dzəpaw (ou lame), le peve et le taari sont les trois variantes attestées au Cameroun (dépt de la Bénoué).

79[48] majəra : le majəra est parlé autour de Mazera (sud de l’arr. de Logone-Birni). Trois parlers très proches : majəra proprement dit, ulo-kajire, hwalam. Les langues majəra, jina et mo’e constituent le groupe mida’a ou kotoko-sud par opposition au mandage ou kotoko-nord.

80[49] jina : le jina est parlé autour de Zina. Deux dialectes sont à distinguer : le jina proprement dit au sud et le muhule au nord.

81[50] mo’e : cette langue, nouvellement identifiée, n’est parlée qu’à Mahé, au nord-est de la réserve de Waza. Tous les Mo’e sont bilingues en lagwan et le mo’e est en voie d’extinction.

82[51] lagwan : le lagwan est la langue de Logone-Birni et de la partie nord de son arrondissement, des rives du Logone à la frontière nigériane. Les langues lagwan, msər, malgbe, mpadə, maslam et afaə relèvent du groupe mandage ou kotoko-nord. Il s’agit bien de six langues distinctes bien qu’étroitement apparentées. On y rattachera le yedina.

83[52] msər : le msər est la langue originelle de Kousseri et de son arrondissement. La ville même de Kousseri est très cosmopolite.

84[53] malgbe : c’est la langue de Goulfey et des environs, le long du Chari.

85[54] mpadə : le mpadə est parlé dans l’extrémité nord du département du Logone-et-Chari et particulièrement autour de Makari.

86[55] maslam : le maslam est la langue de Maltam, avec une variante proche, le sahu, parlée à Saho à quelques kilomètres au nord.

87[56] afaɗə : l’afaɗə est la langue de la partie sud de l’arrondissement de Makari centrée sur la localité d’Afadé.

88[57] yedina : le yedina (ou yεdɪna), connu généralement sous le nom de « buduma », est parlé par les îliens du lac Tchad.

89[58] kera : parlé par de petits groupes dispersés au sud des départements du Mayo-Danay et du Diamaré, son implantation principale est au Tchad. Au Cameroun, un petit groupe est proche de la frontière, au sud de Djondong.

Dynamique des langues

90L’extrême diversité linguistique de cette région, l’une des plus fortes au monde, est compensée par un plurilinguisme quasi généralisé. Les locuteurs strictement monolingues sont très rares : ce sont généralement des locuteurs natifs d’une grande langue véhiculaire. C’est ce que confirme une enquête sociolinguistique menée à Maga par D. Barreteau et M. Dieu.

91Les bilinguismes peuvent être égalitaires et rester très limités. Ainsi, entre des « petites » ethnies comme les Mofu de Méri et les Zulgo, les contacts sont très fréquents : beaucoup de Méri parlent zəlɡwa et réciproquement. Mais le zəlɡwa n’est pas connu au-delà de ce voisinage immédiat. Les Musey, Masa, Musgum et Tupuri sont dans ce cas : ils comprennent la langue de leurs voisins, sans nécessairement la parler.

92Certains cas de bilinguismes locaux ne sont pas pour autant symétriques. Ainsi, les Mada ont tendance à imposer leur langue à leurs proches voisins, en dehors des Mandara. La réciproque n’est pas vraie : les Mada parlent peu les petites langues voisines comme le pəlasla, le wuzlam ou le muyang. De même, le giziga est bien compris dans le nord-ouest du Diamaré par les Mofu-Dugur, les Molkwo et même les Mofu de Douvangar descendus en plaine. Le mafa attire vers lui les langues mineures qui lui sont proches comme le mabas, le xədi, le zəl_wa, le cuvok et le mefele. Les Mida’a (ou Kotoko du sud) sont partagés entre le lagwan au nord et le munjuk au sud, les deux grandes langues voisines. Le tupuri a tendance à se propager à la fois à l’est de sa zone, chez les Wina, et à l’ouest, chez les Mundang.

93L’extension géographique de langues comme le giziga-nord, le masa, le munjuk, n’entraîne pas nécessairement leur adoption par les populations en contact : elles n’ont pas le poids de langues comme le fulfulde. Pour être véhiculaire, une langue doit procurer des avantages à son utilisateur (commerce, pouvoir, religion, etc.).

94L’ancienneté d’implantation des langues en présence est un facteur certain de propagation. Le fulfulde et l’arabe ont dû attendre avant de s’imposer comme langue véhiculaire. Par la suite, l’effet est cumulatif : les langues véhiculaires se propagent autant par leurs locuteurs natifs que par les locuteurs non natifs.

Les langues véhiculaires

Le fulfulde

95En règle générale, là où les Fulbe sont en grand nombre comme dans le Diamaré, le fulfulde s’impose et se répand de plus en plus.

96Les lieux privilégiés d’échanges dans cette langue sont les marchés, les villes, les écoles. S’y ajoutent les zones nouvelles de peuplement, zones de développement agricole (Maga, Makalingay, Kourgui, Koza). Les lieux de pêche comme les rives du Logone sont aussi des pôles de migration et d’échanges multilingues où le fulfulde tend à jouer un rôle important. Dans les zones à fort brassage ethnique, les échanges entre populations diverses se font évidemment au moyen des langues véhiculaires. L’exemple le plus frappant est l’ensemble rizicole de Maga où les Fulbe sont très peu nombreux mais où le fulfulde tend à s’imposer. Le long des grands axes routiers Waza-Mora-Maroua-Garoua, Maroua-Guirvidig-Pouss, Maroua-Mokolo, le commerce se développe et, avec lui, l’utilisation du fulfulde. En revanche, des zones agricoles enclavées, loin des villes, où très peu de Fulbe sont installés, échappent à cette propagation en chaîne du fulfulde.

97Dans le détail, nous avons constaté les faits suivants :

98Partant de Maroua, sur la route de Midjivin, Lara, Guidiguis,

99— dans des zones peu habitées, où l’on cultive du sorgho de saison sèche, « mil de karal », les Fulbe possèdent souvent les terres. Ils cultivent leurs champs ou les font cultiver par des Giziga, Mofu, Kera... Ce sont les hommes qui se déplacent pour ce travail saisonnier. Logés et nourris par leurs employeurs, ils parlent tous fulfulde ;

100— dans des villages comme Nanikalou, Matfay, Mindif, Dir, Doyang, les Fulbe côtoient des

101Giziga, Mofu, Kera, Tupuri ou Mundang. Tous parlent fulfulde. Certains Fulbe connaissent un peu de giziga ;

102— à Mogom et Galaré, villages bornouans, on comprend le fulfulde ;

103— à Mindif, où les Giziga sont majoritaires, ceux-ci peuvent parler fulfulde tandis que les

104Fulbe connaissent peu le giziga.

105En pays mundang, le fulfulde est en général assez bien connu :

  • de Lara à Magrongong, le mundang l’emporte mais le fulfulde est compris ;

  • du côté de Garey, Mindjil, Goubara, Tchodé, les hommes mundang connaissent le fulfulde, les femmes beaucoup moins. De même à Gadas, Zaklang, Kazarao où les Mundang sont majoritaires ;

  • à Kaélé, ville mundang, des Fulbe tiennent des commerces. Des Mundang et des Giziga se foulbéisent en changeant de religion, de langue, d’architecture et de mode de vie. Ainsi, à Kaélé comme à Doumrou (gros marché local), le fulfulde supplante le mundang sur le marché.

106Les Mundang adoptent le fulfulde dans leur rapport avec les Giziga.

107Le fort taux de scolarisation chez les Mundang devrait avantager le développement du français, mais l’élite ne reste guère sur place et, attirée par la fonction publique, se tourne vers les villes : Yaoundé, Maroua, Garoua. Il est à noter qu’à Kaélé, on entend davantage parler français ou mundang sur les cours de récréation que fulfulde, à l’inverse de ce qui se passe à Maroua ou à Garoua.

108En milieu tupuri, le fulfulde est parlé par les hommes sur les marchés mais guère par les femmes. En règle générale, les Tupuri apprennent le fulfulde lorsqu’ils sont mêlés à d’autres populations, comme au long de l’axe Yagoua-Moulvouday-Maroua, sinon ils conservent bien leur langue dans leur propre milieu où les Fulbe sont peu nombreux. Dans le pays même, les Fulbe apprennent autant la langue tupuri que l’inverse. Ceci reflète l’histoire où les Tupuri se sont violemment opposés aux Fulbe et ont résisté à l’islamisation. Il y a quelques années, la plus grande partie du marché local était entre les mains des Fulbe ; aujourd’hui, la situation s’inverse au profit des Tupuri. En expansion démographique, les Tupuri s’étendent sur leurs marges en assimilant les Wina et Mundang voisins. On trouve des colonies importantes de Tupuri en dehors de leur région d’origine, par exemple à Maga, jusqu’en 1989. Ils y restent très groupés mais se mettent au fulfulde pour échanger avec les autres populations. Avec les Masa, les contacts, peu nombreux, se font soit en masa, soit en tupuri.

109En zone masa, le fulfulde n’est guère parlé que par une minorité urbanisée. Dans leurs contacts avec les populations voisines, les Masa utilisent soit leur propre langue, soit la langue de leurs interlocuteurs directs (munjuk, tupuri, musey). En revanche, les nombreux Masa émigrés vers Moulvouday, Bogo, Maga, Maroua, apprennent le fulfulde.

110L’aire d’extension du munjuk est très vaste : depuis Pouss à l’est jusqu’à Kossa à l’ouest, Zina au nord et Doreissou au sud. Mais le munjuk ne s’impose nullement comme véhiculaire. Tout au plus, son influence s’exerce dans des zones de contact immédiat, au nord avec le majəra et le jina, au sud avec le masa. La situation de bilinguisme est favorable au munjuk dans le nord, équilibrée dans le sud.

111Au nord de Pouss, dans une zone difficile d’accès, où Arabes et Fulbe sont peu nombreux, la situation n’est pas à l’avantage des grandes langues véhiculaires. Chez les Kotoko du sud, le lagwan au nord et le munjuk au sud sont mieux connus que l’arabe et le fulfulde.

112Dans la région de Guirvidig, Maga, jusqu’à Pouss, le fulfulde acquiert peu à peu un statut véhiculaire, en particulier dans la zone cosmopolite de Maga où les échanges interethniques se font principalement en cette langue dans les rizières comme sur le marché.

113Dans le Diamaré, le fulfulde s’impose très nettement et la situation continue à évoluer dans ce sens. Ainsi, nous avons pu observer des locuteurs mofu ou giziga se parlant entre eux en fulfulde, ce qui n’était pas le cas dans les années 1970. Le fulfulde devient alors plus qu’une langue véhiculaire, c’est la langue de la vie quotidienne. Ce type de concurrence prévaut avec le giziga (nord et sud), le mofu (nord et sud), le ɗuɡwor, le məlokwo. La situation semble identique avec le gavar, le cuvok, le besleri, le daba et le kaa. Les habitants des plaines sont plus touchés que les montagnards.

114En pays kapsiki, sur la route de Mokolo-Roumsiki, à Kosséhone, à Roumzou, Mogodé et Sir, le fulfulde est connu. Les Fulbe, installés depuis longtemps comme éleveurs-commerçants, sont présents sur tous les marchés. À Sir, en plein milieu kapsiki, tous les jeunes connaissent le fulfulde, ainsi qu’une partie des anciens et quelques femmes. Il y a donc des distinctions à faire selon les générations et le sexe.

115Chez les Bana, les Jimi et les Gude, le fulfulde est également bien employé, en concurrence toutefois avec le hausa pour les frontaliers.

116Dans la partie septentrionale de sa zone d’influence, le fulfulde entre en concurrence avec le wandala.

117— Chez les Mofu Dugur et Mofu Mekeri, les gens comprennent et parlent le fulfulde mais non le wandala. Les personnes âgées ont davantage de peine à employer le fulfulde ;

118— chez les Molkwo, beaucoup pratiquent le fulfulde, peu le wandala ;

119— chez les Muyang, on comprend à la fois le fulfulde et le wandala : les Mandara sont les voisins immédiats à Makalingay et à Mémé ;

120— à partir de Mémé, jusqu’à Mora, on entre dans la zone wandala. La grande majorité desc populations — Urzo, Muyang, Mada — comprend et parle wandala tandis que certains comprennent un peu de fulfulde. Des Fulbe sont installés le long du mayo Mangafé ;

121— dans la région du Centre-Massif, la limite d’influence passe par les Zulgo où l’on parle davantage fulfulde que wandala, sauf en plaine : le wandala est parlé à Tokombéré par exemple.

122Dans la zone mafa, nous avons procédé à des sondages pour caractériser l’emploi véhiculaire du fulfulde et du wandala, en croisant l’âge des locuteurs : (« jeunes » de 15 à 40 ans / « vieux » de plus de 40 ans) et le degré de connaissance des langues (parle très bien / parle un peu / comprend quelques mots). On peut en tirer les conclusions suivantes :

  • dans l’ensemble, le fulfulde serait plus connu que le wandala ; il est compris presque partout tandis que le wandala l’est surtout dans la moitié nord (Kouyapé, Mozogo, Ouzal,

  • Koza, Gousda, Djinglia) ;

  • la différence entre les générations (70 % des jeunes auraient une certaine connaissance du fulfulde contre 45 % des vieux) témoigne de la vitalité du développement récent du fulfulde dans la zone. Il y a moins de différence pour le wandala (60 % des jeunes / 45

  • % des vieux), langue régionale pratiquée depuis longtemps ;

  • le wandala est bien connu dans sa zone d’influence ; le fulfulde serait connu plus superficiellement ;

  • les villes et marchés (Mokolo, Soulédé, Koza...) favorisent le développement des langues véhiculaires ; leur usage tend à diminuer lorsqu’on s’éloigne de ces centres ou des axes de communication (tabl. I).

TABLEAU I. Comparaison entre les compétences en fulfulde et en wandala en pays mafa (%)

Image 10000000000002C20000015EB8492AB7.jpg

Le wandala

123Le wandala est compris et parlé par les montagnards des environs qui viennent au marché de Mora. Selon A. Kordass et M. Annett (1977), 50 % des Podokwo et Muyang parlent wandala, 70 % des Muktele, Mada et Uldeme, et 80 % des Ndreme. Là aussi les femmes semblent moins bilingues que les jeunes et les hommes. Il faut souligner la concurrence du fulfulde même dans la ville de Mora avec l’afflux de commerçants peuls et de fonctionnaires tupuri, mundang ou sudistes qui préfèrent apprendre le fulfulde plutôt que le wandala dont l’intérêt leur semble géographiquement limité.

124Quant aux Mada, nous avons déjà mentionné leur position relativement dominante visà-vis de leurs voisins non islamisés : ils conservent volontiers leur propre langue en s’adressant à eux, ceux-ci connaissant plus ou moins le maa. En revanche, beaucoup de Mada pratiquent le wandala lorsqu’ils vivent en plaine ou sont en contact avec des Mandara ; peu d’entre eux comprennent le fulfulde.

125Les Muktele ont peu de contacts avec les Mandara, sauf peut-être en plaine, sur le marché de Kouyapé. Ils comprennent un peu le wandala.

Le kanuri

126Bien que le Bornou ait été, pendant tout le XVIIIe siècle, le suzerain de cette région et que des colonies bornouanes importantes aient suivi les Fulbe dans leur implantation au XIXe siècle, possédant le monopole du commerce et de l’artisanat, on ne peut qu’être surpris que le kanuri n’ait pas été adopté comme langue véhiculaire. Langue de grande extension au Nigeria, il est peu compris et peu parlé au Cameroun sinon par les Bornouans eux-mêmes qui semblent s’adapter aux langues environnantes comme le fulfulde, l’arabe, le wandala voire le munjuk. En général, on observe donc des situations de bilinguisme équilibré avec toutes les langues de cette région. C’est seulement là où les Bornouans eux-mêmes sont implantés, au nord de Mora, chez les Gamergu, et dans la région de Kossa, que le kanuri peut être considéré comme véhiculaire.

L’arabe

127L’arabe est la langue véhiculaire du département du Logone-et-Chari. Il est compris et parlé par tous les Kotoko. Les locuteurs de langues kotoko différentes (mpadə, afaə, maslam, msər, lagwan) se parlent et se comprennent en arabe. Il arrive, bien sûr, qu’un Kotoko de tel endroit connaisse la langue kotoko de tel autre endroit, mais, en règle générale, ils communiquent volontiers en arabe. Les contacts avec les Arabes, disséminés dans l’ensemble du département, sont fréquents et déjà anciens.

128Les Bornouans qui habitent dans les villages kotoko, connaissent un peu les langues kotoko mais préfèrent parler arabe. Autour des villages kotoko, il y a afflux de populations hétérogènes tels les Kim et Sara du Tchad, les Masa, les Musgum, etc. Tous contribuent au développement de la langue véhiculaire. Les Arabes, eux, ont leurs propres « villages » mais, sur les marchés, ils se retrouvent très nombreux, mêlés aux autres populations.

129Concernant les limites méridionales de l’arabe, nous observons que :

  • dans le département du Mayo-Sava, l’arabe domine dans le canton de Boundéri. Ailleurs, les Arabes parlent fulfulde, kanuri ou wandala comme langue seconde, tandis que les autochtones parlent très peu arabe. Pour schématiser, on peut dire que l’arabe véhiculaire ne dépasse pas la région de Waza : au sud de cette zone, les Arabes sont minoritaires, et le fulfulde ainsi que le wandala et le kanuri freinent son avance ;

  • à l’est, l’arabe, on l’a vu, est attesté jusqu’à Maga et Pouss. Les Musgum de Pouss et de Maga, qui ont résidé à Kousseri ou à N’Djamena, ou ont été en contact avec des Arabes, ainsi que les Kotoko du sud pratiquent plus ou moins cette langue. Mais l’arabe n’a guère une fonction véhiculaire dans cette zone.

Les limites d’influence de l’arabe et du fulfulde

130À défaut d’enquêtes quantitatives précises, il est difficile de tracer la limite entre les aires d’influence de l’arabe et du fulfulde. Toutefois, on peut dire que la limite du fulfulde semble passer au sud de la réserve de Waza, au nord d’une ligne Magdémé-Kossa-Djaoudé-Andirni-Maga-Pouss. Le fulfulde s’impose encore dans la bourgade cosmopolite de Waza. La limite de l’arabe comme langue véhiculaire se situerait au nord de la réserve, à la latitude de 11°30’, englobant, de fait, toute l’aire mandage (kotoko nord).

131Dans cette zone de situation linguistique mouvante et complexe, nous avons effectué quelques sondages pour préciser l’emploi des langues premières et des langues secondes au long des routes Doulo-Magdémé-Kossa-Djaoudé-Petté et Guirvidig-Andirni-Tchédé.

132Sur les 57 villages concernés, 26 sont mono-ethniques, 22 bi-ethniques, 8 tri-ethniques, un (Kossa) regroupe 4 ethnies. Plus de la moitié des villages sont donc pluri-ethniques. Le plus souvent, cette hétérogénéité exceptionnelle se traduit par des situations locales de bilinguisme. Ainsi, à l’ouest et au sud de la réserve, le wandala (Doulo, Magdémé), le kanuri (Doulo, Magdémé, Kossa, Djaoudé, Igawa, Alagarno) et l’arabe (Magdémé, Kossa, Alagarno) ne sont parlés comme langues secondes que lorsqu’il y a des représentants de ces différentes langues dans les villages : bilinguisme de contact. En revanche, dans un certain nombre de cas (Doulo, Magdémé, Wambaré, Kaslari, Blamadri, Djaoudé), le fulfulde apparaît comme langue seconde même en l’absence de locuteurs natifs : bilinguisme de type véhiculaire. À l’est de la réserve (Djégéré, Tchédé), l’arabe concurrence le fulfulde dans cette fonction véhiculaire. Manifestement, cette situation complexe qui résulte, rappelons-le, de contacts entre populations relevant de familles linguistiques totalement différentes, n’est pas stabilisée. Dans un avenir proche, on peut s’attendre à ce que les situations locales de bilinguisme cèdent le pas devant les langues véhiculaires de grande extension que sont le fulfulde et l’arabe.

Niveaux de connaissance des langues véhiculaires

133Pour décrire complètement la situation, il faudrait préciser le pourcentage de locuteurs qui pratiquent telle langue véhiculaire (estimation quantitative), évaluer leur degré de compétence (appréciation qualitative) et affiner ces analyses en stratifiant la population par sexe et classes d’âge. Nous ne disposons pas d’informations aussi complètes sur l’ensemble du domaine. Cependant, en plus des résultats déjà cités à propos du wandala et du fulfulde dans la zone mafa, nous pouvons faire état d’une enquête réalisée sur le périmètre rizicole de la Semry en novembre 1987, incluant les aspects, quantitatif (questionnaire administré à 950 personnes) et qualitatif (test sur 120 personnes).

Tableau II. Compréhension du fulfulde à Maga Enquête sociolinguistique réalisée auprès des riziculteurs de Maga en novembre 1987

Image 10000000000002FB0000017637891680.jpg

* Les Wina parlent un dialecte masa.
** La catégorie « divers » regroupe toutes les ethnies allogènes minoritaires à Maga : Giziga, Mofu, Kera, Sara, Mundang, etc.
En multipliant les pourcentages des colonnes 2 et 4, on obtient (colonne 5) une estimation en pourcentage de ceux qui auraient obtenu au moins 7,5/10 au test, c’està-dire, vu la nature du test, de ceux qui peuvent comprendre un discours suivi en fulfulde

134Au vu du tableau II on peut regrouper les populations en trois catégories d’après leur pratique du fulfulde (colonne 5) ; plus de 60 % : Bornouans et divers ; 40 % : Masa et Wina; entre 30 et 33 % : Arabes, Musgum, Tupuri, Kotoko.

135Les populations qui maîtrisent le mieux le fulfulde sont celles qui ont été au contact de Fulbe depuis longtemps (Bornouans et populations du Diamaré). Inversement, les populations récemment implantées à Maga et (ou) qui proviennent de zones hors de l’aire d’influence du fulfulde maîtrisent mal cette langue (Arabes, Tupuri, Kotoko). Quant aux déterminants individuels, nous avons noté que les personnes qui ont résidé dans un milieu fulbe pendant au moins cinq ans ont acquis une maîtrise correcte de la langue.

136La confrontation des colonnes 2 et 5 est riche d’enseignements : se contenter des réponses des locuteurs eux-mêmes sur leur compétence en fulfulde serait trompeur. L’exemple des Kotoko est frappant : 79,3 % déclarent parler le fulfulde mais 37,5 % seulement obtiennent une bonne moyenne au test, ce qui abaisse considérablement leur score global. Cela signifie que la plupart d’entre eux n’ont qu’une connaissance superficielle de la langue : les salutations, les noms des marchandises usuelles, les prix. C’est le « fulfulde de marché». Cela vaut certainement pour d’autres populations qui n’ont que de rares contacts avec les Fulbe, contrairement aux populations du Diamaré par exemple.

Le français et la scolarisation

Situation du Cameroun septentrional

137Le français est la langue officielle qui a cours dans le nord du Cameroun. C’est la langue de l’enseignement public.

138L’enquête de Maga l’a vérifié : statistiquement, le degré de connaissance du français est directement corrélé au taux de scolarisation. Les personnes qui ont atteint le niveau du CE2 ou du CM1 ont une connaissance suffisante du français pour tenir une conversation ou suivre une formation dans cette langue.

  • 2 À l’époque, l’ancienne province du Nord regroupait les actuelles provinces de l’Extrême- Nord, du N (...)

139Nous ne disposons pas d’estimation sur la population de l’Extrême-Nord qui a atteint ce niveau scolaire pour l’ensemble de la province, mais nous pouvons nous référer aux taux de scolarisation et d’analphabétisme fournis par le Recensement général de la population et de l’habitat d’avril 19762. L’examen détaillé de ces chiffres donne une idée du niveau de pénétration du français avec les variations régionales, selon le sexe et selon le milieu (citadin ou rural).

140Tout d’abord, la région septentrionale est de loin la plus en retard dans le développement scolaire : 21,9 % de scolarisés parmi la population de 6 à 14 ans, 88,6 % d’analphabètes parmi les 10 ans et plus, soit seulement 11,4 % d’alphabétisées (tous niveaux confondus), donc une personne sur dix ayant une quelconque connaissance du français en 1976 (tabl. III).

TABLEAU III. Taux de scolarisation et d’analphabétisme dans les sept provinces du Cameroun (population de 6 à 14 ans). Variations selon les sexes et l’habitat

Image 10000000000002E700000314C93CD0AB.jpg

Source : Recensement général de la population et de l’habitat, avril 1976

Image 1000000000000831000008344DE89D3B.jpg

141Contrairement aux autres provinces, les différences entre les sexes sont très accentuées dans le Nord en ce qui concerne la scolarisation (deux fois plus de garçons que de filles sont scolarisés). En revanche, l’analphabétisme touche aussi bien les hommes que les femmes (82,6 % contre 94,2 %).

142De même, l’opposition entre milieu citadin et milieu rural est très nette dans le Nord, alors que dans les autres provinces, ce sont plus les taux d’analphabétisme qui varient selon le milieu que les taux de scolarisation. Cela dénote des stades de développement scolaire différents : la scolarisation touche d’abord les populations citadines et masculines.

Situation dans les différents départements de l’Extrême-Nord

143En 1976, de tous les départements de l’Extrême-Nord (tabl. IV), celui du Margui-Wandala (divisé depuis en Mayo-Tsanaga et Mayo-Sava) présente le taux de scolarisation le plus faible (11,9 %).

144Les différences y sont très nettes entre le milieu citadin et le milieu rural (54,3 % contre 11,1 %) de même que dans le Logone-et-Chari (48,6 % contre 15,5 %). C’est en milieu rural que les différences entre les sexes sont le plus prononcées. Ainsi dans le Mayo-Danay 34,4 % de garçons contre 7,2 % de filles sont scolarisés.

145Des taux de scolarisation et d’analphabétisme par arrondissements (tabl. V et fig. 6, 7), on peut retenir que :

  • les régions mundang et tupuri (arr. de Kaélé et de Kar-Hay) se détachent nettement de tout le reste (plus de 30 % de scolarisés, moins de 80 % d’analphabètes) alors que les zones de montagne (Mokolo, Mora, Méri) et les plaines rurales islamisées (Mindif, Bogo, Makari) sont très peu avancées (entre 16 et 10 % de scolarisés, plus de 90 % d’analphabètes) ;

  • rappelons que dans le Logone-et-Chari et dans le Mayo-Danay, les différences sont très fortes entre milieu rural et milieu urbain. Hors les villes (Kousseri, Yagoua), les chiffres seraient certainement beaucoup plus faibles qu’ils ne paraissent dans leur globalité.

TABLEAU IV. Taux de scolarisation et d’analphabétisme Synthèse par département Variations selon les sexes et l’habitat

Image 10000000000002E9000001E23202EF45.jpg

Source : Recensement général de la population et de l’habitat, avril 1976

TABLEAU V. Taux de scolarisation et d’analphabétisme par arrondissement

Image 100000000000021E000001C6D9E075AF.jpg

Source : Recensement général de la population et de l’habitat, avril 1976

Degrés de pénétration du français

146Ces données corroborent ce que l’on sait généralement des variations de la pénétration du français :

  • selon les régions : le Nord du Cameroun est très en retard par rapport au Sud ;

  • selon l’âge : les jeunes générations, plus scolarisées, parlent davantage le français ;

  • selon le sexe : les garçons maîtrisent davantage le français que les filles, phénomène particulièrement marqué en milieu rural ;

  • selon le milieu : dans les villes, le mélange des populations, le contact avec les centres administratifs, la variété et l’importance des infrastructures scolaires, font que le niveau scolaire est meilleur et que le afnr çais est davantage utilisé;

  • selon des facteurs ethniques et religieux : certaines populations comme les Tupuri, les Mundang ou les Mada, sont plus ouvertes à l’enseignement scolaire et à la pratique du français. Elles ont été touchées depuis longtemps par l’action des missionnaires.

147L’enquête de 1987 sur les riziculteurs de Maga va dans le même sens (tabl. VI). Elle met en évidence de grandes différences selon l’origine ethnique quant à la scolarisation et à la connaissance du français. Les populations les plus scolarisées (plus de 20 %) sont les Tupuri et « divers » ; ce sont eux qui parlent le plus le français (entre 47 et 43 %). Les moins scolarisées (moins de 5 %) sont les Arabes, les Kanuri et les Bege ; ce sont eux qui connaissent le moins le français (moins de 10 %).

Place des langues dans le développement

148Pour conclure sur la dynamique des langues, nous donnerons quelques éléments de réponse à des questions de politique linguistique.

Diversité et richesse du patrimoine

149La langue est partie intégrante de la culture d’une population, au sens fort, car si la langue disparaît, la culture ne tarde pas à se désintégrer comme on le constate aujourd’hui chez les Zumaya ou les Mbazla (Baldamu). Les populations qui adoptent le fulfulde, l’arabe ou le wandala comme langue première changent en même temps de mode de vie, de religion, en reniant leurs anciennes valeurs, leur histoire, l’essentiel de leur identité.

150La grande diversité linguistique de l’Extrême-Nord témoigne et fait partie de la richess culturelle de cette région. Conceptions du monde, rapports sociaux, histoire, perception du milieu naturel, techniques de production, tout passe à travers la langue. Face à cette réalité, la tâche première des linguistes et des anthropologues est d’inventorier, de décrire, de comparer les langues et les traditions orales. Dans cette perspective, toutes les populations, toutes les langues ont la même importance et valent d’être étudiées. La tâche est immense et urgente car nombre de « petites »langues sont condamnées à brève échéance.

Image 100000000000029F0000023B66058485.jpg

FIGURE 6. Taux de scolarisations des enfants de 6 à 14 ans
Source : Recensement général de la population et de l’habitat, avril 1976

Image 100000000000029F000002394DA14452.jpg

FIGURE 7. Taux d’analphabétisme des enfants de 10 ans et plus
Source : Recensement général de la population et de l’habitat, avril 1976

Extension des langues véhiculaires

151Si la fragmentation linguistique peut s’expliquer, historiquement, par un mode de vie isolationniste, notamment en milieu montagnard, actuellement les facilités de communication, l’attraction des villes (emploi, scolarisation) et la recherche de terres agricoles entraînent de nouvelles migrations vers la plaine et vers le sud qui accroissent le brassage ethnique. Dans la mesure où ces migrations se font à l’échelle de la région, les grandes langues véhiculaires régionales en profitent : fulfulde, arabe. Leur acquisition se fait oralement. Une bonne maîtrise suppose des contacts réguliers avec les locuteurs natifs (Fulbe, Arabes) et une longue présence dans le milieu (de trois à cinq ans).

152Il y aurait encore à mener beaucoup d’études détaillées par cantons et par ethnies pour évaluer les niveaux de connaissance des langues véhiculaires sur les plans quantitatif et qualitatif. Resterait aussi à compléter les études descriptives et à rédiger avec des pédagogues des manuels didactiques et des ouvrages de vulgarisation. Car jusqu’à présent ces langues, arabe classique mis à part, sont très peu enseignées et très peu lues.

L’enseignement des langues

153Dans l’Extrême-Nord, les taux de scolarisation encore très faibles entraînent un bas niveau de connaissance du français et il serait tout à fait illusoire, dans certaines zones, de miser à court terme sur l’utilisation du français pour promouvoir le développement d’un secteur donné, d’autant que parmi les populations concernées (agriculteurs, ouvriers), les scolarisés sont en nombre très limité. C’est le cas à Yagoua où, dans le cadre d’un projet de restructuration du milieu paysannal, la Semry a soutenu des recherches sur la langue masa, édité des manuels didactiques et organisé des stages d’alphabétisation et de formation dans cette langue. Des actions similaires pourraient fort bien être menées ailleurs, surtout lorsque l’on touche des masses de populations importantes, homogènes et peu scolarisées (Mafa, Musgum, Arabes, Mandara, Giziga, etc.).

154Dans l’enseignement primaire, la psycho-linguistique l’a démontré, les jeunes élèves apprendraient à lire et à écrire beaucoup plus rapidement dans leur langue maternelle ; et ils passeraient ensuite, armés de cet acquis, à l’apprentissage de la langue officielle. Dans l’Extrême- Nord, compte tenu des travaux disponibles ou en cours, une vingtaine de langues pourraient être, à moyen terme, dotées de manuels didactiques et de vulgarisation, et servir ainsi de vecteur d’enseignement initial.

155Quant à l’utilisation des langues véhiculaires pour l’alphabétisation des adultes, elle peut poser des problèmes. D’ordre technique d’abord : on perd tout l’avantage qu’il y a à utiliser la langue maternelle. Comment enseigner, par exemple, la longueur vocalique ou les accords de classes du fulfulde à des élèves qui n’ont jamais acquis ces distinctions ? L’enseignement est bien différent selon que l’on s’adresse à des locuteurs natifs ou que l’on enseigne une langue « étrangère ». D’ordre socio-politique ensuite : il y aurait certainement quelque risque à vouloir promouvoir à tout prix une langue véhiculaire, fut-ce dans le cadre limité d’une province : imposer le fulfulde aux Musgum ou aux Tupuri serait assez mal venu. Toutefois, là où les langues véhiculaires sont bien acceptées et bien implantées (comme l’arabe en milieu kotoko ou le fulfulde dans le Diamaré), en faire des langues de travail semble tout à fait possible.

TABLEAU VI. Connaissance déclarée du français à Maga

Image 10000000000002E90000017B4AC5D67E.jpg

Source : Enquête sociolinguistique réalisée auprès des riziculteurs de Maga en novembre 1987. Remarques : Les divers regroupent des populations jeunes provenant souvent du Diamaré ou du Tchad : Giziga, Mofu, Kera, Sara, Mundang, etc. Les Bege parlent un dialecte munjuk, au nord de la zone masa

156Reste enfin l’enseignement du français. Il gagnerait beaucoup à tenir compte de la réalité linguistique environnante. Pour ce faire, il conviendrait d’étudier le français tel qu’il s’écrit et se parle dans la région et de le décrire pour lui-même, comme toute autre langue, et non pas seulement pour ses « particularismes » phonétiques, syntaxiques ou lexicaux, ses « écarts » par rapport à la norme d’un idéal français standard.

157Les rapports entre langues vernaculaires, véhiculaires et officielles sont, on l’a vu, très divers selon les régions et les ethnies en contact et très fluctuants. Chaque cas est un cas particulier. Cependant, en nous fondant sur les données du recensement en matière de scolarisation et sur les résultats de notre enquête à Maga, nous pouvons proposer des seuils quantitatifs et des principes pour guider le choix entre ces trois types de langues dans des projets d’alphabétisation et de formation d’adultes.

158Français :

  • taux de scolarisation supérieur à 35 %

  • taux d’analphabétisme inférieur à 80 %

159Langue véhiculaire :

  • taux de scolarisation inférieur à 30 %

  • taux d’analphabétisme supérieur à 85 %

  • langue véhiculaire maîtrisée par plus de 60 % de la population

160Langue vernaculaire :

  • taux de scolarisation inférieur à 30 %

  • taux d’analphabétisme supérieur à 85 %

  • langue véhiculaire maîtrisée par moins de 50 % de la population

  • groupe homogène et numériquement important

  • études linguistiques avancées, documents didactiques disponibles.

161Cette grille ne saurait être appliquée qu’à des situations bien définies (canton par canton, langue par langue) en tenant compte des données du dernier recensement (cf. carte des taux de scolarisation par canton en 1986 dans L’enseignement).

162On notera enfin que certaines langues bénéficient d’un système d’écriture standardisé (correspondant aux normes de l’alphabet des langues camerounaises) et de manuels didactiques (livrets d’alphabétisation et de postalphabétisation). Ces manuels ont été élaborés généralement par des missions (catholiques et protestantes) qui ont développé, par ailleurs, toute une littérature religieuse (dont l’inventaire reste à faire). Ces opérations sont parfois relayées, mais trop rarement, par des organismes de développement, tels que la Semry ou la Sodecoton.

État des recherches

163L’examen de la bibliographie montre que certaines langues ont été relativement bien étudiées : arabe, fulfulde, kanuri, hausa, parəkwa, wuzlam, mafa, zəlɡwa, mofu-gudur, giziganord, ɡuɗe, munjuk, masa, dzəpaw, tupuri. Sur d’autres on ne dispose que d’esquisses descriptives : yedina, lagwan, wandala, ɡəlvaxdaxa, giziga-sud, psikyε. Enfin, des listes de mots, utiles aux comparatistes, ont été publiées, notamment par J. Lukas et J. Mouchet, à partir des années trente.

164Il existe une Bibliographie des langues camerounaises publiée par D. Barreteau, E. Ngantchui et T. Scruggs (1993). Nous nous limiterons donc à dresser ci-dessous la liste des principales bibliographies ou ouvrages de référence disponibles sur l’aire linguistique qui nous concerne ici et les études mentionnées dans le texte.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Awde (N.), 1988 — « A Hausa language and linguistics bibliography 1976-86 (including supplementary material for other years) ». In : Furniss G., Jaggar J.P. (eds), Studies in Hausa language and linguistics. In Honour of F.W. Parsons, London, P. Keagan, African languages- Langues africaines, Occasional publications 3 : 253-278.

Baldi (S.), 1977 — Systematic Hausa Bibliography. Rome, Istituto Italo-Africano, Collana di Studi Africani 3, 145 p.

Barreteau (D.) avec coll. Newman (P.), 1978 — « Les langues tchadiques ». In : Inventaire des études linguistiques sur les pays d’Afrique noire d’expression française et sur Madagascar, Paris, Conseil international de la Langue française : 291-330.

Barreteau (D.), Jungraithmayr (H.), 1993 — « Calculs lexicostatistiques et glottochronologiques sur les langues tchadiques ». In : Barreteau D. et von Graffenried C. (éd.), Datation et chronologie dans le bassin du lac Tchad, Paris, Orstom Colloques et séminaires : 103-139.

Barreteau (D.), Ngantchui (É.), Scruggs (T.), 1993 — Bibliographie des langues camerounaises. Paris, Orstom-ACCT, 270 p., 1 disquette.

Barreteau (D.), Breton (R.), Dieu (M.), 1984 — « Les langues ». In : Boutrais .(éd.), Le nord du Cameroun : des hommes, une région, Paris, Orstom, Mémoires 102 : 159-180, 528- 533, 537-539.

Boyd (R.), 1978 — « Les langues adamawa ». In : Barreteau D. (éd.), Inventaire des études linguistiques sur les pays d’Afrique noire d’expression française et sur Madagascar, Paris, Conseil international de la Langue française : 187-194.

Boyd (R.), 1989 — « Adamawa-Ubangi ». In : Bendor-Samuel J. (ed.), The Niger-Congo languages, Lanham/New-York/London, Univ. Press of America : 177-215.

Dieu (M.), Renaud (P.), éd., 1983 — Situation linguistique en Afrique Centrale. Inventaire préliminaire : Le Cameroun. Paris, Yaoundé, ACCT-Cerdotola-DGRST, 475 p., cartes.

Jouannet (F.), 1978 — « Les langues sahariennes ». In : Barreteau D. (éd.), Inventaire des études linguistiques sur les pays d’Afrique noire d’expression française et sur Maa gascar, Paris, Conseil international de la Langue française : 221-232.

Jungraithmayr (H.), éd., — Chadic Newsletter. Bulletin d’informations tchadiques. Mitteilungen zur Tschadsprachenforschung. Francfort, Goethe Universität,West African Linguistic Society.

Kordass (A.), Annett (M.), 1977 — Enquête mandara. Yaoundé, SIL, 125 p.

Kyburz (O.), 1991 — Bulletin de liaison des études peules n° 2, Spécial bibliographie. Paris, Inalco-CNRS, 128 p.

Lukas (J.), 1936 — Die Logone-Sprache im zentralen Sudan, mit Beiträgen aus dem Nachlass von Gustav Nachtigal. Leipzig, Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes 21(6), VIII-148 p.

Lukas (J.), 1937 — Zentralsudanische Studien. Wörterverzeichnisse der Deutschen Zentral- Afrika-Expedition 1910-1911, nachgelassene Aufnahmen von Gustav Nachtigal und einige Sammlungen. Hamburg, Friederichsen, De Gruyter, Hansische Universität Abhandlungen aus dem Gebiet der Auslandskunde 45.

Lukas (J.), 1937 — A study of the Kanuri language : Grammar and vocabulary. London, OUP, XVII-253 p.

Lukas (J.), 1939 — Die Sprache der Buduma im zentralen Sudan auf Grund eigener Studien und des Nachlasses von G. Nachtigal. Leipzig, Abhandlungen für die Kunde des Morgenländes 24 (2), 147 p.

Lukas (J.), 1941 — Deutsche Quellen zur Sprache der Musgu in Kamerun. Berlin, D. Reimer, Beihefte zur Zeitschrift für Eingeborenen-Sprachen 24, 121 p., 1 carte.

Lukas (J.), 1970 — Studien zur Sprache der Gisiga (Nord-Kamerun). Glückstadt-Hamburg, Verlag J.J. Augustin, 155 p.

Mohrlang (R.), 1972 — Higi phonology. Zaria, Institute of Linguistics, Studies in Nigerian languages 2, 106 p.

Mouchet (J.), 1947-1948-1956 — « Prospections ethnologiques sommaires de quelques massifs du Mandara : 1. Massif mboku, 2. Massif hurza, 3. Massif mora ». Bull. Soc. d’Études Camerounaises, n° 17-18, pp. 99-139 ; « 4. Massif udham », n° 19-20, pp. 93- 104 ; « 5. Massif mada », n° 21-22, pp. 105-119 ; « Massif de Gemjek », Études camerounaises, n° 55, pp. 3-15.

Mouchet (J.), 1950 — Vocabulaires comparatifs de quinze parlers du Nord-Cameroun. Bull. Soc. d’Études Camerounaises, n° 29-30 : 5-74.

Mouchet (J.), 1953 — Vocabulaires comparatifs de sept parlers du Nord-Cameroun. Bull. Soc. d’Études Camerounaises, 4 (41-42) : 136-206.

Newman (P.), 1971 — A Chadic bibliography (excluding Hausa). Journal of African Languages, Special Chadic Issue, 10 (1) : 101-109.

Newman (P.), 1977 — Chadic classification and reconstruction. Afroasiatic Linguistics, 5 (1) : 1-42.

Seignobos (C.), Tourneux (H.), 1984 — Note sur les Baldamu et leur langue (Nord-Cameroun). Africana Marburgensia, 17 (1) : 13-30, 2 cartes.

Seydou (C.), 1978 — Bibliographie générale du monde peul. Niamey-Paris, Études nigériennes, 43, 194 p.

Swadesh (M.), 1951 — Diffusional cumulation and archaic residue as historical explanation. Southwestern Journal of Anthropology, 7 : 1-21.

Tourneux (H.), Iyébi-Mandjek (O.), 1994 — L’école dans une petite ville africaine, Maroua, Cameroun. Paris, Karthala, 330 p.

Westermann (D.), Bryan (M. A.), 1952 — The languages of West Africa. London, Oxford University Press for Intern. African Institute, Handbook of African Languages, 2, 215 p.

Annexes

Annexe : extrait des listes comparatives

À titre d’exemple, voici les formes des items oeuf, nuit, deux et main dans les 58 langues tchadiques parlées au Cameroun et les jugements de cognation formulés par l’attribution d’un même indice d’identité aux formes rattachables, selon nous, à un même étymon.

Image 10000000000002D8000005EAF61ED98B.jpg

Notes

1 Nous remercions particulièrement MM. Roland Breton et Bikia Fohtung pour la réalisation des cartes.

2 À l’époque, l’ancienne province du Nord regroupait les actuelles provinces de l’Extrême- Nord, du Nord et de l’Adamaoua.

Auteurs

IRD, Centre du Burkina Faso

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540