Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Répartition et densités de la population

Christian Seignobos

Texte intégral

1La province de l’Extrême-Nord est une des plus peuplées du Cameroun, mais aussi de la zone soudano-sahélienne dont elle fait partie. Sa population de 1 395 231 habitants en 1976 est passée à 1855 678 en 1987 et à 2 141 000 en 1992. Elle est estimée en 1995 à 2 467 000 personnes (Minpat, délégation provinciale). Toutefois, la répartition du peuplement est marqué de fortes inégalités. Elle est aujourd’hui encore tributaire de l’héritage des siècles antérieurs. Les correctifs des périodes coloniale et post-indépendance sont sensibles dans un certain nombre de régions. Les charges démographiques les plus fortes intéressent les montagnes, hormis les vastes zones de plateaux, autrement dit les monts Mandara septentrionaux. Les plages de fortes densités qui se retrouvent en plaine concernent les régions de peuplements masa, wina et tupuri.

2Les groupes repliés près des massifs-îles offrent des densités beaucoup plus basses et plus inégalement réparties. Les densités des peuplements giziga et mundang sont assez voisines de celles des plateaux des Mandara centraux : Bana, Jimi, Gude. Ces derniers ont reproduit sur les hautes terres les mêmes phénomènes d’habitat défensif auprès de reliefs ruiniformes. On passe ensuite à des fourchettes de densités encore variables, mais qui se relèvent parfois sensiblement dans le cadre des entités musulmanes, comme dans les prolongements de l’empire du Bornou que sont les sultanats kotoko au sud du lac Tchad, de son vassal le Wandala et enfin, dans les lamidats peuls.

3Des vides demeurent, correspondant moins à des zones inhospitalières qu’à des zones tampons ou à des couloirs de razzia. Les deux capitalisations de peuplement possibles telles que les schématise P. Pélissier (1985 : 204) sont ici parfaitement décelables : « Dans un continent largement sous-peuplé, les fortes densités ne pouvaient naître que des deux situations contraires (...) à savoir l’organisation de peuplements régionalement étoffés par un pouvoir politique capable de leur assurer encadrement et protection, ou bien l’entassement dans des aires de refuges et la capitalisation sur place des effectifs de sociétés impuissantes à répondre à la croissance démographique par l’expansion spatiale. » La situation de l’habitat apporte une confirmation et une précision à ces plages d’inégales densités.

  • 1 « Localisation de la population », extrait de l’Atlas national du Cameroun (planche X), feuille No (...)

4Les densités sont calculées à partir de chiffres de population pris dans un cadre administratif qui, le plus souvent, n’autorise pas de différenciation entre zones de montagne et piémont, proximité de cours d’eau et interfluves... Si l’on reprend la carte – très signifiante en dépit de son échelle – de la « Localisation de la population »1, il apparaît que les populations sont regroupées sur les pentes des massifs, fuyant les plateaux intérieurs, ou sur les pentes en face de la plaine dans les massifs de bordure, ou encore en disposition auréolaire autour de reliefs résiduels. En plaine, elles s’alignent le long des cours d’eau, le Logone, le lac de Fianga et ses prolongements, le Guerléo, de même que tous les émissaires venus des monts Mandara.

5La base de ce commentaire – encore que nous ne suivions pas toutes les fourchettes de densités retenues – est la carte de la densité de la population de la province de l’Extrême- Nord de A. Beauvilain. Elle a été réalisée à partir du report de la population de chacun des villages sur une surface de 36 km2 au moyen d’un carroyage dont l’unité de base est de 4 km2. La population des villages a été estimée à partir de celle des recensements administratifs qui a été affectée d’un coefficient de redressement afin de la mettre en équivalence avec la population relevée par cantons lors du RGPH (Recensement général de la population et de l’habitat) de 1976 (Beauvilain, 1989 : 501, t. 2). J. Boutrais (1984 : 86) expose les relations entre les aptitudes naturelles des milieux (qualité agronomique des sols, distance de la nappe phréatique) et les densités de l’occupation humaine. Il souligne, en les commentant, les concordances et discordances rencontrées. Nous avons opté dans ce commentaire pour une autre approche, naturellement complémentaire, celle de confronter les densités à l’encadrement politique et social des différents groupes.

L’héritage historique précolonial

Les montagnes refuges

6L’hypothèse de zones refuges que constituent les massifs des Mandara fut prônée par les administrateurs. Cette hypothèse péchait en ce qu’elle désignait la conquête peule comme la cause de ce refoulement. On préféra ensuite y voir une terre d’élection, ce qui était étayé par une pluviosité supérieure à celles de la plaine et des piémonts. Le mil poussait mieux et le compartimentage du relief assurait une meilleure défense, du moins contre les menées des grands empires.

7Toutefois, les monts Mandara furent, à différentes périodes antérieures à l’émergence peule, un refuge pour les populations venues de plaine. Ils sont placés comme une butée sur le chemin des grands courants migratoires issus du nord-est et de l’est. Une fois établi, au nord, le verrou du Wandala (fin du XVIe siècle), les groupes en mouvement n’ont pu les contourner. Ils durent soit les investir par la porte d’accès principale : Mowo-Goudour, ou glisser le long des piémonts orientaux en direction du sud.

8L’aménagement des pentes en terrasses, caractéristique majeure des massifs septentrionaux et la permanence des cultures qui y sont associées sont à la fois cause et conséquence des plus fortes charges démographiques. Comme dans de nombreuses régions d’Afrique, la nécessité de capitaliser sur place la croissance démographique et de répondre aux besoins a débouché sur une pérennisation de l’agriculture. Il a fallu faire appel à des techniques de production intensive, les terrasses s’intégrant dans ce schème agronomique.

9La base de cet agrosystème très performant sera constituée par les sorghos adaptés aux lithosols, par la production poussée de légumineuses comme les niébés, par la gestion serrée d’un parc arboré sélectionné ainsi que la reconversion d’un élevage de bovins libres en celui de boeufs de case. Les paysanneries de montagne délimitèrent autant d’isolats qu’il y avait de massifs. La non-maîtrise de leur croissance démographique les conduisit à la réguler dans un cadre fermé. À partir de certains seuils, des « opérations de délestage démographique » (selon l’expression de P. Pélissier) deviennent obligatoires. Ils passaient généralement par le refoulement de clans ou de quartiers entiers, entraînant nombre de conflits armés.

Population de la province de l’Extrême-Nord par unité administrative (Chiffre du recensement de 1987 et estimations de 1992 à l’an 2000)

Population de la province de l’Extrême-Nord par unité administrative (Chiffre du recensement de 1987 et estimations de 1992 à l’an 2000)

Source : Minpat, Délégation provinciale.

10Une douzaine de cantons des monts Mandara septentrionaux accusent encore en 1997 des densités supérieures à 150 hab./km2. Les densités dépassent même 200 hab./km2 dans certains massifs comme l’arc de montagne au nord de Mokolo. On retrouve des densités très fortes dans les massifs de bordure de Wazang à Mbokou et un record dans les massifs podokwo et Kirdi Mora à l’extrémité septentrionale avec plus de 200 hab./km2.

11Les densités exceptionnelles rencontrées dans les montagnes sont nées de l’incapacité de leurs sociétés à gérer leur croissance démographique spatialement, conséquence d’un encadrement politique défectueux. Toutefois, les chefferies mofu de Wazang, Douroum et Douvangar présentent le même type de peuplement que des massifs aux formes d’autorité plus diffuses comme ceux de Méri, Guemzek... L’existence de ces fortes chefferies provient d’un report partiel sur la montagne d’institutions de plaine (Zumaya et Giziga), qui se sont superposées à des foyers démographiques existants.

Les places fortes démographiques de plaine

12Ces places fortes sont le fait des ethnies masa et tupuri issues de migrations croisées nord-est/sud-ouest. Ces mouvements d’origine méridionale ont été porteurs de la volonté d’agréger des groupes nombreux sur des espaces continus.

13Chez les Masa, la structure sociale évacue toute autorité marquée. Les chefs de terre, qui forment la seule institution, sont choisis parmi les clans vaincus ou « étrangers ». L’autorité s’élabore au quotidien avec le développement d’une clientèle qui renforce une nombreuse descendance. Les Masa ont pratiqué l’amalgame de clans ou pseudo-lignages par naturalisation. La manipulation généalogique est ici comprise comme un système politique. Elle permet sur de vastes espaces le contrôle de masses d’agnats, vrais ou ralliés.

14Les Tupuri ont institutionnalisé un partage de l’autorité tant sur les hommes (wan) que sur le religieux (goh) qui permet de représenter les clans localement les plus nombreux. La circulation des clans, tous reconnus sur un pied d’égalité, autorise une grande fluidité interne de peuplement. Cette structure sociale très ouverte va faciliter une intégration rapide des éléments allogènes. Dans la société tupuri, faussement acéphale, les détenteurs d’autorité sont les garants de l’éthique vécue par tout le groupe. La superstructure renvoie à une hiérarchie non contraignante. Ils purent ainsi répondre victorieusement aux bandes de razzieurs même si ces derniers pratiquèrent des prélèvements. Un quartier, quelques concessions pouvaient être soumis à des pillages, mais ils se reconstituaient, un peu comme s’opère le remplacement d’un tissu cellulaire. Toutefois la constitution de fronts pionniers ne procède pas de réflexes amibiens, mais plutôt d’une stratégie. Le peuplement passé tupuri à travers les clans dore prouve bien qu’il y a eu projection dans l’espace de colonies dore et apparentées.

15Ces fortes concentrations humaines, jointes à des milieux très amphibies une partie de l’année, ont largement contribué à l’efficacité des populations tupuri face aux États prédateurs. Ces densités ont été possibles grâce à des agrosystèmes qui favorisaient ici aussi une certaine pérennité des cultures avec des techniques de restitution associant élevage sédentaire et parc de Faidherbia albida, les Tupuri ajoutant, en plus des cultures de décrue, des sorghos repiqués, année après année sur les mêmes parcelles.

16Les no man’s lands inter-ethniques – et non ceux relatifs aux entités musulmanes – les plus significatifs sanctionnent des groupes à l’économie focalisée différemment ou qui présentent des types d’encadrement très dissemblables. On les observe entre pays tupuri et mundang, encore qu’ils soient en grande partie occupés par les Fulbe. Les deux groupes ne donnent pas aux bovins, même s’ils servent de composants de base dans les dots, la même valeur. Leurs institutions respectives restent très éloignées. Les no man’s lands entre Musey, Masa et Gisey sont eux aussi très significatifs et ils marquent une opposition entre gens du cheval et gens de la vache (Seignobos, 1987).

17On n’observe pas, en revanche, de no man’s lands entre Kera et Gisey, entre Masa et Wina, Wina et Tupuri. Dans cette zone tampon, on constate même un relèvement des densités supérieures à 100 hab./km2. Elle démontre une continuité de civilisation, une percolation des hommes, des modes de pensée, des traits de culture matérielle, exprimant des liens plus forts que celui de la langue qui prévaut pourtant entre Masa et Musey.

18Les densités moyennes de ces zones sont de 70 hab./km2. Elles regroupent les unités administratives de Kar-Hay, Wina, Guéré, Yagoua et Guidiguis, soit un peuplement de 322 500 habitants en 1987. Elles ont pu, par le passé, être du même ordre, mais sur un tissu de peuplement plus lacunaire. Ces densités du pays tupuri, celles des liserés masa des rives du Logone ou des rives du lac de Fianga peuvent-elles illustrer un seuil de peuplement optimal... et représentatif pour des populations agropastorales de plaine ? Le canton de Gobo, entièrement peuplé de Musey, avec ses 35 hab./km2, y compris sans doute des lambeaux de no man’s land, est en accord avec les densités de leur peuplement du côté Tchad. Il apparaît donc que les sociétés centrées sur le bovin sont plus « peuplantes » que celles focalisées sur le poney, le contrôle de l’espace induit étant fort différent.

Les densités nées des encadrements politiques centralisés de type « royaumes musulmans »

  • 2 Appelée chez les Fulbe garre ou mieux laamorde comme Zoumaya-Lamordé, la capitale zumaya. Laamorde(...)
  • 3 Dans les royaumes du Bornou et du Wandala, les éleveurs furent les Fulbe, rejoints par les fractio (...)

19Les royaumes musulmans étaient dotés d’un certain nombre d’institutions : une dynastie qui pérennise l’autorité, des charges de notables qui, dans leurs genèses, furent des pouvoirs concurrents ou préexistants et ralliés à la dynastie. La chefferie occupe une « capitale »2 qui concentre les appareils militaires, juridiques et administratifs. Auprès d’une « classe » de cultivateurs libres et d’une autre servile coexistent des groupes allogènes éleveurs et artisans (Bornou, Wandala, lamidats peuls)3. Au-delà de leur zone de peuplement, ils contrôlent des espaces périphériques de prédation et, entre les deux, se dessinent des auréoles vides : les marches, qui pourront devenir des régions de peuplement ultérieures. Les royaumes peuvent ainsi se déployer dans l’espace, dans leur aire d’encadrement et ce, grâce à la circulation des hommes dont ils assurent la sécurité. Ils peuvent ainsi éviter les accumulations humaines et offrir des densités de peuplement souvent plus équilibrées. Dans la partie septentrionale de la province, ce schéma ne se reproduit pas tout à fait car elle n’englobe que des marges de l’empire du Bornou, y compris son satellite le Wandala.

20La partie comprise entre la latitude de Kousseri et le lac Tchad est à envisager comme le prolongement de l’empire du Bornou. Les sultanats kotoko de Makari, Goulfey, Woulki, Afadé... étaient tributaires du may du Bornou et recevaient de lui leur investiture. Ces sultanats contrôlaient un peuplement intercalaire très mobile, composé de fractions arabes Showa, apparentées aux colonies showa du Bornou, ou de celles de la rive droite du Chari. Les densités s’échelonnent essentiellement de 10 à 25 hab./km2 avec des plages entre 25 et 50 hab./km2 sur les points d’ancrage de chefferies. Elles recouvrent les unités de Makari, Fotokol, Hilé-Alifa, Blangwa et Goulfey, soit 162500 personnes en 1987. Elles sont en accord avec celles du nord du Bornou.

  • 4 Cette traînée de peuplement kanuri suit l’ancien grand couloir de razzia, devenu un des axes du co (...)

21Le Wandala pouvait être placé dans cette catégorie. Vassal plus ou moins indépendant du Bornou, il disposait de sa propre autonomie pour s’alimenter, principalement auprès des massifs proches, en main-d’œuvre servile qu’il naturalisait progressivement. À ces densités moyennes s’ajoute une traînée de peuplement bornouan à partir de Bama (Nigeria), parallèlement au cordon du paléo-Tchad...4.

22Les densités de population des lamidats peuls sont dissemblables du fait de genèses différentes et d’un pourcentage variable de l’élément éleveur. En régle générale, ils n’eurent pas le temps de capitaliser d’importants stocks de peuplement.

  • 5 « Nous franchîmes le mayo Boula et longeâmes au début sa rive gauche. De l’autre côté, se trouvait (...)

23C’est le lamidat de Maroua qui apparut comme le plus peuplé aux premiers Européens, ainsi que le révèlent, en 1893, Passarge (1895)5 et que confirment les rapports de Dominik (1902), puis ceux des administrateurs militaires français en 1918. À l’origine de ces densités, plusieurs causes :

  • un milieu favorable, avec le rapprochement de deux cours d’eau qui en font des plaines riches avec des zones de karal très tôt exploitées ;
  • la proximité de réserves de main-d’œuvre servile, avec les massifs-îles vulnérables au chantage à la famine et des montagnes qui, à chaque période de disette, livraient aux Fulbe leurs contingents d’enfants ;
  • un pouvoir bicéphale, réparti entre lamido et kaygamma, moins despotique qu’ailleurs, sans fraction peule dominante ;
  • enfin, une politique favorable à l’immigration de lettrés et d’artisans.

24À l’opposé, le lamidat yillaga voisin, de Mindif, a toujours donné une impression de faible peuplement. L’habitat y était éclaté d’une part au nord sur les rives du mayo Zoumaya (actuellement Boula), de l’autre dans la proximité de Mindif-Garé et, ensuite au sud, à Kaya, où le peuplement a maintenant glissé à la suite des difficultés d’approvisionnement en eau à Moulvouday. Mindif ne peut remplir les vides, ni occuper l’ancien vaste no man’s land préexistant à la conquête peule, créé au sud du pays zumaya alors tributaire du Wandala. Cela valut à ce lamidat, avec des densités ne dépassant pas 20 hab./km2, durant toute la période coloniale, une réputation de coupeurs de routes.

25Quant au lamidat de Kalfou, il est né récemment et son centre ne s’est stabilisé que dans la deuxième partie du XIXe siècle. Les Fulbe Bagaarmi de Kalfou sont restés avant tout éleveurs. Ils n’ont que faiblement thésaurisé la main-d’œuvre servile, vouée à une assimilation progressive. Ce lamidat est mis à l’index des malloums de la région qui lui reprochent sa tiédeur religieuse pour avoir si peu islamisé par le fer et le livre les haa’be proches, Masa, Wina et Tupuri... En dépit des colonies tupuri qui cherchent à s’y établir, la zone de cet erg fixé de Kalfou reste faiblement peuplée, avec des densités qui peuvent descendre à moins de 8 hab./km2 (moins de 20 000 habitants). Ici encore, c’est moins la qualité médiocre des sols dunaires ou celle discutable des cuvettes alternativement engorgées ou asséchées, que le « poids de l’histoire » qui explique le vide du domaine dunaire de Kalfou.

  • 6 Au sud de Hina vers Mousgoy, la présence d’un pédiment sur socle, au sol sableux et pauvre, parsem (...)

26Certaines chefferies, surtout celles de taille réduite, ne se sont pas montrées aptes à capitaliser un peuplement. Leur action prédatrice se révéla, à l’inverse, uniquement négative. Il s’agit des chefferies païennes de Matafal, Mousgoy, Hina6... qui se prolongent par le petit lamidat de Gawar. Elles offrent des densités inférieures à 20 hab./km2 et qui furent plus faibles encore dans le passé.

Les vides

27Hormis les vides absolus que sont les réserves forestières ou zoologiques, comme à Waza ou celle, plus réduite, du mayo Louti au sud de Mokolo, ou encore celle de Gokoro au nord de Koza, les zones très faiblement peuplées comptent moins de 5 hab./km2. Ces vides sont tout aussi significatifs que les plages de fortes densités. Ils appartiennent aux maillages des no man’s lands hérités des affrontements des XVIIIe et XIXe siècles.

28Le plus grand d’entre eux, où s’inscrit la réserve de Waza et qui intéresse le grand yayré, est sans doute moins redevable à la nature amphibie du milieu qu’une fois encore à l’histoire. Cette région, ne serait-ce qu’à travers la constellation de buttes dites « saw », fut en d’autres temps bien peuplée. Les feux croisés des menées des empires du Bornou à l’ouest et du Baguirmi à l’est, et, avant eux sans doute, des Kuka Bulala et des grosses cités pré baguirmiennes du Chari, seraient à l’origine de ce dépeuplement. Cet étau de razzias était à l’œuvre plus en amont, sur les rives du Logone, en pays musgum, pendant la deuxième moitié du XIXe siècle (cf. la campagne menée par le royaume du Bornou et relatée par H. Barth, 1865). La région s’islamisa au XVIIIe siècle et les principautés comme Logone-Birni furent alternativement placées dans la dépendance du Bornou ou du Baguirmi. En dépit de l’arrivée d’éleveurs arabes Showa, elle demeura faiblement peuplée, entre 6,5 et 8 hab./km2. Les deux sous-préfectures de Logone-Birni et Waza ne comptent que 53 400 habitants en 1987.

  • 7 Nous sommes ici en présence d’un des derniers grands couloirs migratoires qui fonctionna sur des s (...)
  • 8 Le périmètre Kowro, Moulvouday, Kaya, Kassey, Barkaya et Madalam a fait l’objet d’un projet intitu (...)

29Le deuxième vide concerne le long couloir de razzia emprunté par les armées du Bornou. Il partait de Bama, contournait Balda, passait par Guirvidig – section du couloir aujourd’hui bien peuplée car il recoupe là un passage migratoire majeur est-ouest7 – , ensuite cette route s’enfonçait au sud parallèlement au cours du Guerléo, pour approcher la région du lac de Fianga. Cette large voie aboutissait au lamidat de Kalfou qui lui servait de base pour lancer ses attaques sur les réservoirs humains, grâce aux alliés de Kalfou, villages de Yagoua, Domo et Djondong. Elle constituait également un no man’s land entre les lamidats de Kalfou, Mindif et Bogo et les haa’be muzuk, musgum, masa... et n’a été que partiellement touchée par la remontée tupuri. Ce couloir a, de plus, été peu entamé à l’est par une avancée de Muzuk et de Masa qui renoncent difficilement à la proximité de l’eau8. À la nappe phréatique discontinue et souvent profonde s’ajoutent parfois des sols au potentiel agronomique médiocre, inconvénients qui contribuent à l’aspect négatif de cette zone.

30Un autre no man’s land, appelé « désert de Torok », dans la pénéplaine de Kaélé et ses prolongements septentrionaux est depuis les années 1970 rogné sur les marges orientales par l’avancée des Tupuri. Il est né de l’absence drastique d’eau pendant la saison sèche. En conséquence, la vacuité de la zone durant les pluies la fait rechercher par les éleveurs, d’autant plus que cette région, bien égouttée, est relativement préservée des mouches. C’est une pièce importante du dispositif qui intéresse la stratégie des éleveurs peuls du Diamaré, contrebalançant les pâturages de saison sèche des grands yayrés.

31Nous relevons des zones peu peuplées sur les plateaux des monts Mandara centraux, chez les Bana et Jimi... héritières des lambeaux de terres abandonnées car jugées trop ouvertes et vulnérables pendant tout le XIXe siècle. Le desserrement et l’abandon progressif des sites défensifs traditionnels s’effectuent ici à un rythme lent, accentué par des taux de natalité inférieurs à ceux des monts Mandara septentrionaux. Il convient de rajouter les nombreux vides interstitiels entre les zones à peuplement auréolaire autour des massifs-îles qui flanquent les Mandara, généralement mal approvisionnées en eau et inaptes à la culture du muskuwaari qui, dans ces régions de plaine, jouent un rôle de rééquilibrage des densités. Ainsi, la bande de terre vide entre les collines giziga de Moutouroua et celles de Midjivin, dont les populations eurent dans le passé des rapports très conflictuels, est aussi redevable à la médiocrité des sols.

32Si une carte des densités avait pu être levée à l’orée du siècle, elle aurait sans doute dessiné un liseré très significatif de vide sur les piémonts des monts Mandara. Aujourd’hui, ces zones sont non seulement occupées, mais elles concentrent de fortes densités qui prolongent celles des massifs.

Le correctif de la fin de la période coloniale et les tendances actuelles

33Les accumulations démographiques liées à la croissance ont généré, dans le nouveau contexte de liberté de circulation de la période coloniale, un certain nombre de migrations. Le desserrement est général et tend à réduire les écarts de densités, d’abord localement, puis entre plaine et montagne.

Les densités de piémont

34Grâce à leur taux de natalité maintenu à un niveau élevé, les massifs purent rester d’importants réservoirs de population et alimenter des « délestages » importants sur leurs piémonts. Les invasions acridiennes des années 1930-1932 poussèrent les premiers montagnards en plaine. Même si ces exodes furent suivis de retour, le mouvement était amorcé (9).

35Les réponses aux injonctions administratives coloniales de 1954 aboutirent à quelques descentes, comme dans la plaine de Koza. Celles de l’administration nationale, en 1963, conjuguées avec de mauvaises récoltes en 1966 (Boutrais, 1973), provoquèrent l’abandon de massifs entiers pour leurs piémonts. Il s’agit en particulier des massifs-îles au nord de Maroua et des massifs au sud de Mokong jusqu’à Loulou. Dès 1970, la moitié des 150000 montagnards de l’extrémité des monts Mandara vivent sur les piémonts, principalement dans les régions de Tokombéré et de Mora. Néanmoins ces descentes prirent des tournures assez dissemblables.

36 Boutrais (1973 : 93-95) a montré qu’il existait des seuils de sous-peuplement irréversibles qui faisaient que certains massifs ne pouvaient plus maintenir leur agrosystème, basé sur les terrasses, avec un parcellaire lacunaire menacé par l’érosion et les prédateurs. Ce qui explique la présence de massifs faiblement peuplés qui continuent à perdre des hommes, et celle d’autres qui, en revanche, densément peuplés n’alimentent aucune migration.

37Le cloisonnement des massifs et le maintien d’un droit de propriété du sol individuel et surtout par les lignages, même si les ressortissants sont descendus en plaine, empêchent tout passage d’un massif à l’autre, ce qui accentue les irrégularités de peuplement de la chaîne (Boutrais, 1973 : 268-269). Cette situation n’est pas vraiment nouvelle car auparavant les excédents de population de certains massifs s’opposaient aux vides d’autres où la population avait été décimée par une série d’épidémies ou de disettes, qui touchaient la montagne de façon différentielle. La redistribution de peuplement ne s’opérait que sur le long terme. Seuls les no man’s lands font l’objet de partage. Leur occupation s’effectue à des vitesses variables. Le plateau entre pays wula et mafa (sud de Mokolo) ne porte encore que des densités de 15 à 18 hab./km2, les Muktele et les Podokwo n’ont pas encore fait leur jonction...

38On remarque des zones qui sont à saturation comme le pays mafa avec ses massifs enclavés : Djinglia (220 hab./km2), Ziver (250 hab./km2) mais aussi Koza Montagne (230 hab./km2). Certains massifs ne peuvent s’accroître : canton de Podokwo-Centre (4 313 habitants en 1957, 4392 en 1976, 5 236 en 1987). Alors qu’à Koza, sur le piémont, la population passe de 16560 en 1956 à 27 028 en 1976 et à 36456 en 1987. Certains massifs se sont rapidement vidés comme ceux de Moskota, les pays mineo et mada (moins de 50 hab./km2) et pourtant ce dernier était fort bien pourvu en eau. Les Mada et les Muyang proches ont profité d’un piémont ouvert et du mayo Mangafé qui part de leur piémont. Ce mayo joua le rôle de frontière entre le Wandala et les lamidats peuls et constitua le refuge de tous les irréguliers, esclaves marrons, ressortissants de la secte tarbiiya... Dans cette zone, les montagnards descendus en plaine connurent moins de tracasseries qu’ailleurs.

39Comme sur toutes les rives des mayos issus des monts Mandara, les densités expriment une progression décroissante d’amont en aval. Les placages d’alluvions récentes des mayos, au sortir des montagnes, qui fournissent de bons sols retiennent la population, alors que l’appauvrissement des sols d’interfluves en aval est répulsif. Les berges des mayo Ngassawé (65 hab./km2), du Motorsolo maintiennent les densités de piémont. Les abords de la Tsanaga en amont de Maroua offrent les plus fortes densités avec 80 hab./km2. On reste toutefois surpris du peu d’ampleur de l’avancée des montagnards en plaine. Ils résident sur leurs piémonts, zones souvent saturées. Cette saturation s’opère parfois (massifs de Loulou, Mokyo, Tchéré...) en dépit de sols pauvres, souvent « hardéisés », engendrés sur des glacis de colluvions très érodés. Ces cas de discordances entre peuplement dense et conditions naturelles médiocres correspondent à des situations bloquées. Après leur descente des massifs-îles dans les années 1960, les populations ont été piégées sur les piémonts, sans pouvoir avancer dans les plaine tenues par les pouvoirs musulmans. À partir de là, une multiplicité de petits fronts pionniers se sont développés sur la montagne même. Les Mafa de Shougoulé poussent leurs voisins méridionaux à progresser hors de leur lieu traditionnel d’implantation en direction du sud. Les Mafa de Soulédé et de Roua se dirigent vers le sud-est, contraignant les Cuwok à orienter leur propre front dans le même sens, les Mafa occupant de fait les anciennes marches cuwok au nord de leur montagne.

40Les ressortissants des massifs de Douvangar et de Méri avancent en plaine face à l’est e voient leur route coupée par les Mboku dont le front pionnier se dirige vers Dougour. Le piémont oriental de Mbokou est bloqué par le gros massif de Molkwo-Mokyo. Les gens de Mbidimé (Molkwo) qui vivent sur le massif opposé n’ont pas accès au piémont à l’est de leur massif (Mokyo)... ce qui explique les graves tensions actuelles que connaissent ces deux massifs (Molkwo et Mbokou). Tous ces chevauchements pionniers sont par essence conflictuels et plus encore sur leurs limites au contact de groupes musulmans de plaine où la précarité de leur statut foncier est encore soulignée. Sur ces piémonts, les éleveurs venus les premiers, dès la paix coloniale, doivent faire face à une très forte pression foncière. Leurs réserves de pâturages, seules zones vides, comme à Zidim, Mbozo, Kaliao, sont de plus en plus violemment contestées. En revanche, dans la plaine de Gawar, par exemple, en arrière des bourrelets de berge du mayo Louti, les argiles noires au fort potentiel agronomique restent faiblement exploitées. Le droit foncier, issu de la conquête, est ici fermement maintenu par les Fulbe, pourtant peu nombreux. Les montagnards descendus sur les piémonts septentrionaux sont, eux, confrontés à des mouvements contraires de gens qui fuient la sécheresse du nord, et à des infiltrations de groupes partis du Bornou attirés, par les espaces libres du Cameroun.

Les mouvements en plaine

41On assiste ici aussi à un comblement progressif des espaces à faible densité. La population des cantons de Bogo, Mindif-Environs et Kaélé, par exemple, se situe dans la tranche des forts taux d’évolution (de 2 à 6 %) entre 1968 et 1987. On peut également parler d’une forte progression d’ensemble pour les pays masa et tupuri. Certaines zones, toutefois, restent stables, comme le canton Bangana. Les Masa n’ont pas créé, au Cameroun, de véritables fronts pionniers. Les mouvements migratoires très atomisés n’ont abouti qu’à un saupoudrage des villages peuls du nord du Diamaré.

42Les Tupuri développent une stratégie à l’opposé, celle du front pionnier en continu sur de grandes profondeurs. Ils poursuivent vers le nord (Dargala et Mindif) une remontée, qui avait été bloquée pendant la période peule. Au nord d’une base de départ que l’on peut situer de Ndoukoula à Guidiguis, ces régions présentent des densités encore bien moyennes (entre 25 et 35 hab./km2) si l’on se réfère à celles de départ.

43Les foyers démographiques, de montagne comme de plaine, se sont constitués sous la contrainte. C’est l’entassement dans les aires refuges qui les poussa à une agriculture intensive, qui se perpétue sur place tandis que, à l’extérieur, cette contrainte levée pour les migrants, ce sont les pratiques extensives qui sont spontanément adoptées. Elles ne peuvent que concourir à assurer des densités de peuplement modestes. La proximité ou l’éloignement des nappes phréatiques peut être un facteur discriminatoire du peuplement tupuri. Ainsi le peuplement dense de Datchéka pourrait être redevable à la présence d’une nappe phréatique subaffleurante. Néanmoins, pas très loin de là, dans la région de Ndoukoula, leur grande profondeur n’a pas gêné l’accumulation du peuplement. L’absence d’eau, encore accrue dans la région de Kaya et qui oblige, à chaque saison sèche, à des distributions d’eau par camions citernes, n’empêche pas les villages et quartiers tupuri de s’installer de plus en plus nombreux le long des routes. Le « vieux » pays tupuri, en particulier Ndoukoula, Tchatibali, comme leurs voisins Wina et Gisey, continuent d’enregistrer des croîts naturels importants. Toutefois, l’émigration se fait déjà sentir et dans un canton comme Doubané le taux d’évolution est nul.

44Les Tupuri concurrencent une remontée moins vivace, celle des Mundang à partir de Kaélé, le long de la route Kaélé-Maroua. Des colonies tupuri contribuent à l’évolution, encore modérée, du Diamaré, pays peul, avec ses 50 hab./km2. Le croît naturel du pays peul est traditionnellement beaucoup moins élevé que celui des haa’be. Pourtant les comportements de la société peule ne sont pas uniformes, ne serait-ce qu’en fonction de la présence plus ou moins forte d’éléments foulbéisés parmi elle. Ceux-ci manifestent des taux de fécondité intermédiaires entre ceux des islamisés anciens et des païens.

45Le renforcement du peuplement de la région de Maroua efface dans cette zone l’opposition plaine-montagne. Elle est alimentée par le glissement des groupes montagnards vers les deux rivières, la Tsanaga et le mayo Boula, et par la remontée du sud-ouest de fractions giziga. Les densités de la région sont relativement bien réparties grâce à la cohabitation de groupes vivifiant traditionnellement des zones différentes, depuis les piémonts jusqu’aux rives des mayos. La progression est accentuée par de forts accroissements de ces peuplements très marqués par la strate des nouveaux islamisés, juxtaposant des plages de 50, 100 et même 200 hab./km2. Maroua a indéniablement un rôle structurant et sa progression dans la hiérarchie administrative des villes, jusqu’à devenir chef-lieu de province, s’accompagne d’un gonflement corrélatif de son peuplement.

46À l’extrémité septentrionale de la province, une bande irrégulière de peuplement avec 30 à 50 hab./km2 suit le pourtour du lac Tchad, prolongée par un arrière-pays de densité moyenne. Ce renforcement local du peuplement, entériné par l’installation de nouveaux districts à Hilé-Alifa (1981) et à Blangwa (1986), est la conséquence des derniers stress climatiques. Au moment des plus fortes sécheresses, on observe une tendance à l’inversion des mouvements traditionnels entre villages de l’intérieur du delta fossile et les campements (dor) établis à l’amorce des hautes eaux du lac.

47Les villages installés près des mares temporaires, autorisant de grandes surfaces en sorghos repiqués et niébé et une auréole de parcelles de maïs autour des cases, étaient complétés par les dor qui assuraient les pâturages de décrue de saison sèche. Les séquences de sécheresse de 1973 détruisant les couvertures ligneuses, interdisant les cultures de berbere, limitant celles des niébés, poussèrent les Arabes Showa à inverser leurs pôles d’habitat. Les dor du lac eurent tendance à se substituer au « village », l’ancien village devenant le dor situé sur les pâturages de saison des pluies. À partir de 1983 et de 1987, le peuplement cherche à se cristalliser à l’ouest du cours du Taf-Taf, à Nganatir, entre Kinabari et Kobro (10). Les accès traditionnels vers le lac offrent de très forts chevauchements et cette course au lac est renforcée par la venue d’importants contingents nigérians, même si le pourcentage dominant reste le fait de ressortissants du district de Makari. À partir de Blangwa, sur le chenal du Chari et entièrement dans le territoire camerounais, on observe une véritable « rue » de villages et de campements de pêche qui réunissent des communautés de pêcheurs d’origines très diverses. Ils trouvent encore dans cette région, à l’embouchure, des stocks piscicoles à exploiter.

Les densités suscitées et encadrées

48Les mouvements de population, dus à des initiatives administratives, n’ont abouti – hormis les descentes autoritaires visant les piémonts – à aucun changement significatif dans le peuplement. Les expériences de casiers de colonisation, comme celui de Doulo-Ganay, furent sans lendemain. Quant aux « planteurs » recrutés et installés sur le périmètre rizicole de SEMRY-II, jusqu’à plus de 5 000 Tupuri et Wina en 1986, ils refluèrent trois ans plus tard de leurs « campements rizicoles » pour retourner chez eux ou gagner le nord-est Bénoué. La région de Maga, et Maga même, ne restera un pôle d’attraction que pour sa périphérie (Boutrais, 1971 ; Seignobos, 1987).

49Les infrastructures, comme le réseau de villes administratives de la province n’ont pas entraîné de véritables concentrations péri-urbaines, même à Maroua. Le cas de Kousseri qui enregistre, avec ses réfugiés tchadiens, une croissance de plus de 6 % de 1968 à 1987, est particulier. Quant au réseau routier, il n’a pas organisé ou suscité de peuplement. La route s’est indifféremment superposée aux différentes plages de densités, il n’y a guère que le pays peul, de Maroua à Guirvidig, qui donne une impression de recherche d’alignement sur la route. Ailleurs, la route draine des régions déjà peuplées et on constate une adéquation entre mayo-route et forte densité de peuplement. Toutefois, depuis les années 1980, on entrevoit des glissements progressifs vers les grands axes, en particulier sur le tronçon Maroua-Garoua, chez des groupes qui s’étaient jusqu’alors fort peu empressés de le faire. Il est encore prématuré de préjuger de l’impact de la voie Kaélé-Yagoua qui prend en écharpe la remontée tupuri. Les populations se sont également concentrées près du lac avant l’établissement des ponts sur le Serbéwel et le Taf-Taf et l’amélioration concomitante des routes.

50Hormis pour les cas extrêmes, il est malaisé de juger de la pertinence des plages de densités par unités administratives car les limites voilent des ruptures de densités significatives. Si les plages supérieures à 120 hab./km2 intéressent principalement les groupes montagnards septentrionaux et si celles de 70 à 80 apparaissent se superposer aux peuplements de haa’be cultivateurs-éléveurs, en revanche de vastes zones appartenant à des fourchettes de peuplement plus basses recouvrent des groupes bien différents. La tranche 50 à 70 hab./km2 semble difficile à percevoir comme l’héritière de causes historiques identifiables, que l’on peut rattacher à un type de peuplement antérieur. Ce ne sont souvent que des prolongements d’aires de forte densité. Quant aux fourchettes de densités entre 25 et 35 hab./km2 ou 40 hab./km2, qui couvrent encore plus de 25 % des surfaces pour 25 % du peuplement, elles intéressent des situations de peuplement très diverses : plateaux Kapsiki, grande partie des pays daba, bana et gude. On les retrouve aussi sur la dune attribuée au paléo-Tchad, à Limani, Magdémé et jusqu’à Petté. Les densités de 35 hab./km2 se répartissent en gros villages de cultures et d’autres plus réduits d’éleveurs. Ces villages privilégient le site dunaire, bien aéré, favorable au bétail, avec la proximité en contrebas de vertisols pour la culture de muskuwaari et, au-delà, des yayrés, vastes pâturages de saison sèche. Ici c’est un choix de situation, les densités fondant rapidement en direction des yayrés. Il faut également rappeler les 30 à 35 hab./km2 du pays musey...

51En dépit des mouvements qui progressivement tendent vers un étalement de la population, conséquence de l’occupation des marches libres et de la pénétration de zones à peuplement musulman par des colonies haa’be venues des foyers démographiques proches, les grandes oppositions de densités du début du siècle n’ont été que peu affectées. Le fort accroissement démographique, amorcé vers les années 1970, n’a fait que renforcer ces centres démographiques traditionnels.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Barth (H.) 1965 [1857-1858] — Travels and discoveries in North and Central Africabeing a journal of an expedition undertaken under the auspices of H.B.M’s in the years 1849-1855. Londres, F. Cass, t. I, 657 p. ; t. II, 709 p. ; t. III, 800 p.

Beauvilain (A.), 1989 — Nord-Cameroun, crises et peuplement. Coutances, impr. C. Bellée, t. I et t. II, 625 p.

Boutrais (J.), 1971 — Une enquête agricole sur un périmètre de colonisation (Nord-Cameroun). Paris, Orstom, 33 p. multigr.

Boutrais (J.), 1973 — La colonisation des plaines par les montagnards au Nord du Cameroun (monts Mandara). Paris, Orstom, Trav. et Doc. n° 24, 280 p.

Boutrais (J.) éd., 1984 — Le Nord du Cameroun. Des hommes, une région. Paris, Orstom, coll. Mémoires n° 102, 551 p.

Dominik (P.), 1902 — Expédition et combat contre Maroua. Yaoundé, ANY TA49.

Cabot (J.), Diziain (R.), 1955 — Population du Moyen Logone, Cameroun et Tchad. Paris, Orstom, 76 p.

Gourou (P.), 1973 — Pour une géographie humaine. Paris, Flammarion, 388 p.

Passarge (Dr S.), 1895 — Bericht über die Expedition des deutschen Kamerun-Komitees in den Jahren 1893-94. Berlin, Dietrich Reimer.

Pélissier (P.), 1985 — « Techniques d’encadrement et transformations de l’agriculture en Afrique Noire ». In : Des Labours de Cluny à la révolution verte, Paris, PUF, 258 p. : 201-222.

Pélissier (P.) et Diarra (S.), 1978 —Stratégies traditionnelles, prise de décision moderne et aménagement des ressources naturelles en Afrique soudanienne. Unesco, Notes et Techniques du MAB, 9 : 35-37.

Podlewski (A.M.), 1966 — La dynamique des principales populations du Nord-Cameroun (entre Bénoué et Tchad). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., vol. III, n° 4, 193 p.

Seignobos (C.), Tourneux (H.) et Lafarge (F.), 1986 — Les Mbara et leur langue (Tchad). Paris, SELAF, 317 p.

Seignobos (C.), 1983 — Pour une approche des civilisations agraires soudano-sahéliennes passées et présentes. II. Gens du poney et gens de la vache. Rapport dactyl. 108 p.

Seignobos (C.), 1987 — La situation des « planteurs » de SEMRY-II en août 1987 (proposition de remembrement). Semry, 35 p. multigr.

Seignobos (C.), Tourneux (H.), Hentic (A.), Planchenault (D.), 1987 — Le poney du Logone. Paris, IEMVT, Études et Synthèses n° 23, 213 p.

Notes

1 « Localisation de la population », extrait de l’Atlas national du Cameroun (planche X), feuille Nord, Orstom, 1/1 000 000. D’après le recensement de 1967-68.

2 Appelée chez les Fulbe garre ou mieux laamorde comme Zoumaya-Lamordé, la capitale zumaya. Laamorde vient de laamu (le pouvoir), employé aussi pour désigner le palais du lamido : sare laamu, véritable symbole du pouvoir, où les princes régnants se succèdent et sont enterrés.

3 Dans les royaumes du Bornou et du Wandala, les éleveurs furent les Fulbe, rejoints par les fractions arabes Showa, alors que dans les lamidats peuls, l’artisanat (tanneurs, maroquiniers, forgerons, teinturiers), mais aussi la majeure partie du « commerce » d’alors étaient tenus par les Kanuri.

4 Cette traînée de peuplement kanuri suit l’ancien grand couloir de razzia, devenu un des axes du commerce transversal, en même temps que la voie privilégiée des « contrebandiers » et commerçants nigérians qui ravitaillent l’État du Bornou.

5 « Nous franchîmes le mayo Boula et longeâmes au début sa rive gauche. De l’autre côté, se trouvait la grosse localité de Zongoya, mais, sur notre rive, se succédait une rangée de fermes. La région était densément peuplée et bien cultivée. On pouvait évaluer la population du district de 10000 à 12 000 personnes (...). Nous reprîmes la marche en longeant d’abord la rive gauche (mayo Tsanaga), puis en virant vers Miskin. Aussi loin que portait le regard, ce n’étaient partout que des fermes, des agglomérations, des villages. C’est de la sorte que Kattoual et Miskin se confondent presque. »

6 Au sud de Hina vers Mousgoy, la présence d’un pédiment sur socle, au sol sableux et pauvre, parsemé de hardés, n’était pas de nature à attirer de forts peuplements.

7 Nous sommes ici en présence d’un des derniers grands couloirs migratoires qui fonctionna sur des siècles entre Baguirmi et monts Mandara. Il fut alimenté par des groupes de type musgum-muzuk, qui se sont repoussés les uns les autres, tout en accusant les coups de buttoir des attaques du Baguirmi et du Bornou-Wandala. Les plus anciens Musgum sont les Murgur établis sur les massifs-îles : Mbokou, Molkwo, Mawasl, Mékéri... poussés par les Mogulna aujourd’hui dispersés entre Balda et Kossa, eux-mêmes refoulés et plus ou moins englobés par les Kadey. Les Kadey, centrés à Kossa, ont été chassés de Guirvidig par les Kalang qui subissaient les pressions de nouveaux groupes qui passaient le Logone, les Mpasay, ou ceux venus du sud de Bourkoumandji.

8 Le périmètre Kowro, Moulvouday, Kaya, Kassey, Barkaya et Madalam a fait l’objet d’un projet intitulé « Réserve forestière et de chasse de la région du Logone », le 13 janvier 1938, par l’Inspection forestière du Nord. Sur 40 000 ha, « il existe de très importants troupeaux de cobas et de tetels ; on évalue le nombre de girafes a environ une centaine; les autruches y sont également très nombreuses ». Dans cette région, on pouvait encore, dans les années 1970, rencontrer des chasseurs professionnels vivant sur un stock cynégétique suffisant pour alimenter leur commerce en viandes séchées.

Table des illustrations

Titre Population de la province de l’Extrême-Nord par unité administrative (Chiffre du recensement de 1987 et estimations de 1992 à l’an 2000)
Légende Source : Minpat, Délégation provinciale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540