Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Évolution de l’organisation politico-administrative

Olivier Iyébi-Mandjek et Christian Seignobos

Texte intégral

1L’évolution de l’organisation administrative de la Province suit une constante, celle de se superposer aux encadrements politiques traditionnels. Elle a d’abord entériné les grands ensembles, sultanats et lamidats, puis les découpages administratifs ont repris des principautés musulmanes secondaires ou des sous-groupes ethniques.

2Jusqu’à nos jours, même en les morcelant pour mieux les contrôler, le découpage administratif s’est déterminé en fonction des chefferies traditionnelles ou des entités ethniques. Ainsi, les chefferies ont perduré et subsistent aux côtés des rouages de l’administration ; mieux, elles en sont les rouages ultimes, les relais en direction des populations.

L’organisation politique précoloniale

3Les systèmes politiques traditionnels sont très variés. On a toutefois l’habitude de les classer schématiquement en deux groupes : les groupes politiquement structurés et les systèmes dits acéphales.

4Ils sont corrélés à des modes d’occupation des terres et à la religion. Aux densités modérées et à la présence de l’islam correspondent les systèmes politiques centralisés, alors qu’aux fortes densités et à la pratique des religions traditionnelles correspondent des organisations de type acéphale. Les encadrements politiques centralisés intéressent les plaines ouvertes, tandis que les groupes refoulés sont « retranchés » dans les montagnes et les zones amphibies à végétation touffue.

5Les formations politiques islamisées se caractérisaient par une organisation hiérarchisée reposant sur une lignée dynastique assistée par des conseils souvent spécialisés. Les charges de notables étaient héréditaires ou laissées à la discrétion du prince. L’ensemble de ces institutions reposaient sur les prélèvements de taxes, de tributs et sur la razzia qui, idéologiquement, s’appuyait sur des préceptes coraniques.

6Dans les plaines, les populations rétives à ce mode d’organisation (Masa, Musgum, Tupuri) réussirent à se maintenir grâce à l’adoption d’un habitat en semis dense et à la création de véritables places fortes démographiques. Elles se structuraient en grandes fractions, souvent rivales, dirigées par les aînés des clans les plus prolifiques, avec l’émergence de chefs de guerre au pouvoir limité dans le temps.

7Dans les monts Mandara, l’« acéphalité » de l’encadrement politique des populations est à nuancer. Il n’existe pas de liens évidents entre les principautés gude (Boukoula), la chefferie prédatrice de Hina – dont une coalition peul ne put venir à bout – et les chefs de massifs, maîtres de la pluie, mofu, ou encore les chefs de massifs mafa, confinés dans des rôles de ritualistes. La précarité semble être le trait dominant de ces « pouvoirs » constamment remis en question par des alliances de quartiers ou de clans. Les groupes les moins organisés étaient en situation défensive, bien avant la conquête peule.

8Toutefois, transcendant ces organisations mouvantes, la chefferie de type théocratique, Goudour, fut la seule à perdurer du XVIe au XIXe siècle (Seignobos, 1988). Elle reposait sur la maîtrise de la pluie et des acridiens et disposait de relais sur une grande partie des monts Mandara et même en plaine. Goudour est souvent présenté comme « La Mecque des païens ».

9En plaine, un certain nombre d’ethnies non musulmanes, Zumaya, Giziga et Mundang, avaient mis sur pied de puissantes chefferies. Le principe était le suivant : le chef plaçait dans chacun des établissements importants un membre de sa famille, qui était révocable et obligatoirement renouvelable au moment des changements de règne. Il s’adjoignait un chef religieux au pouvoir héréditaire et qui représentait les clans autochtones. Ces chefferies disposaient de cavaleries, les chevaux mâles étant, comme chez les musulmans, un monopole régalien. Seuls les systèmes politiques les plus performants purent tenir dans les plaines ouvertes comme celles du Diamaré. Néanmoins, les Zumaya, comme les Bi-Marva, durent s’inféoder au royaume du Wandala, avant de succomber sous les coups des Fulbe qui conquirent le pays à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.

10La pénétration coloniale, au début du XXe siècle intervint à la fin d’une guerre de 100 ans entre haa’be et Fulbe, elle-même faisant suite aux conflits engendrés par les menées du Bornou-Wandala et de leurs vassaux (cf. La mise en place du peuplement). Aux razzias peules, de plus en plus orchestrées par Yola (fin du XIXe siècle), répondaient d’incessantes incursions haa’be, coupant les voies caravanières, razziant les troupeaux.

L’encadrement des populations pendant la période coloniale

Une occupation allemande éphémère

11Après la bataille d’Ibba Sange, à l’entrée de Maroua, où le major H. Von Dominik écrasa les troupes peules et madhistes le 20 janvier 1902, les Allemands s’installèrent dans la région.

12L’organisation administrative du Nord-Cameroun, sous la colonisation allemande de 1902 à 1914, a été très sommaire. Elle répondait à la volonté d’une administration indirecte, dont le choix était dicté à la fois par la présence de royaumes structurés et le manque de personnel administratif. Dès l’installation allemande, deux provinces ont été créées, celle du pays du Tchad, dont le chef-lieu était Kousseri, plus tard transféré à Mora, et l’Adamaoua avec pour centre Garoua.

13La limite entre ces deux provinces suivait une ligne allant de Fianga à Madagali, via Balda et Méri (Lestringant, 1964 : 160). Elle matérialisait une séparation entre basses et hautes terres. Deux compagnies assuraient la sécurité dans ces provinces. La troisième compagnie stationnait à Mora avec des détachements à Dikoa et à Bongor (puis Yagoua à partir de 1912). La septième compagnie avait ses quartiers à Garoua et des détachements à Maroua, Mubi et Binder.

14Les Allemands n’eurent guère le temps d’aménager l’espace conquis. Séduits par l’organisation politique des peuples musulmans, ils confirmèrent dans leur pouvoir une dizaine de sultans et de lamidos (Goulfey, Kousseri et Logone-Birni pour les Kotoko ; le sultan du Wandala ; les lamidos de Maroua, Mindif, Bogo, Binder, Kalfou et Madagali dont dépendait Mokolo).

15Ce découpage territorial ignorait l’existence des groupements païens demeurés indépendants et placés de facto sous l’autorité des musulmans. Le lamido de Bogo commandait ainsi les Musgum de la rive gauche du Logone. Les limites du lamidat de Kalfou atteignaient à l’est virtuellement les confins du Baguirmi, incorporant des groupes masa et viri. Binder et Mindif se partageaient le commandement des Mundang, des Giziga et des Tupuri. Maroua prétendait régner sur les Giziga Nord et les Mofu. Entériner les prétentions peules et wandala à gouverner les groupes haa’be voisins avait pour les Allemands, outre l’intérêt de réduire leur encadrement administratif, celui de pousser à l’assimilation des populations dont ils tenaient les cultures en piètre estime.

16Les pouvoirs musulmans avaient rapidement collaboré avec l’administration militaire allemande qui, grâce à leur concours, leur permettait d’obtenir ce qu’ils n’avaient pu avoir en un siècle de lutte sur le terrain. Pour asseoir cette domination, les Allemands avaient distribué aux chefferies musulmanes un armement symbolique (parfois plus redoutable comme dans le cas du lamidat de Madagali). Ils leur prêtaient le concours de colonnes de miliciens pour mener des opérations de pacification.

17Les lamidos invoquaient le fait que les païens refusaient de payer (souvent en prestations) ce qu’ils considéraient comme un tribut ; qu’ils étaient réfractaires aux levées d’impôts, lesquelles s’apparentaient davantage à du brigandage. Cette situation entretenait un état de révolte endémique chez les haa’be de plaine, comme chez ceux des monts Mandara. L’accord franco-allemand de 1911, en modifiant les frontières, notamment par la cession du Bec-de- Canard, poussèrent les Allemands à s’occuper des païens du Logone et à les réorganiser. Ils créèrent les sultanats de Guirvidig et de Pouss. Ils firent descendre à Pouss la chefferie établie à Mogroum sur la rive gauche du Chari. Au sud, les groupements masa ne dépendant plus du poste de Bongor, devenu français, furent placés sous la tutelle d’un sultanat très artificiel, celui de Yagoua. Ils se soulevèrent et on les plaça sous l’autorité directe du chef de poste de Yagoua, créé en 1912. Ce fut la première tentative locale de règlement du problème païen.

Le temps des « commandants », l’époque de l’administration militaire française (1916-1932)

  • 1 Un détachement allemand résista jusqu’en 1916 sur les montagnes surplombant la région de Mora.

18Après la défaite allemande1, la France et l’Angleterre se partagèrent le Cameroun. Un arrêté du 14 mai 1916 réunit en un commandement unique les deux provinces allemandes sous le nom de « circonscription Garoua-Mora ». La nouvelle unité administrative, ayant pour chef-lieu Garoua, s’étendait du lac Tchad jusqu’à la falaise de Ngaoundéré. L’arrêté prévoyait en son article 3 que «... sur la proposition des commandants de circonscription, le territoire dont ils ont la direction peut être partagé en un certain nombre de subdivisions, confiées à des officiers ou sous-officiers, dépendant directement du Commandant de circonscription ».

19Un an plus tard, par arrêté du 27 mars 1917, est créée la circonscription du Logone, avec pour chef-lieu Maroua. Cette région éloignée de la capitale, avec des zones de montagne et des plaines inondables impraticables une partie de l’année, à une époque où les colonnes de porteurs font des étapes de 25 km par jour, sera dès le début soumise à un régime particulier. Il s’y déroule, de plus, des actions de « pacification » qui imposent un commandement militaire. Cette unité obéit encore à la distinction hautes et basses terres, instituée à l’époque allemande. Dans les basses terres, la circonscription du Logone comprend les subdivisions de Maroua, de Yagoua et du Logone proprement dit. Le 6 février 1922, la subdivision du Logone change de chef-lieu, qui passe de Logone-Birni à Kousseri. Kousseri, qui prendra le nom de Fort-Foureau, se situe sur la rive gauche du Chari, en face de Fort-Lamy, ce qui permet de remédier un peu à l’isolement de cette subdivision. Elle sera érigée en circonscription en 1925, puis redeviendra subdivision pour être reclassée circonscription en 1933, sous le nom de circonscription du Chari (arrêté du 27 mars).

  • 2 La région de Guider avait été érigée quelques années plus tôt en subdivision de Djougui- Bidzar, a (...)

20Dans les monts Mandara, la mise en place d’un encadrement administratif a été lente et tâtonnante. Le premier acte de contrôle et d’organisation a été la création d’un poste militaire à Mokolo en 1922, dépendant de la circonscription de Maroua. Il fut transformé en chef-lieu de subdivision en 1925 (subdivision du Mandara). Il deviendra une circonscription autonome (arrêté du 22 février 1931) par la volonté du commissaire de la République, P. Marchand qui comptait ainsi juguler les « incidents kirdis ». Deux subdivisions la composent, Mokolo et Mora (cette dernière correspondant au sultanat du Wandala). Elle comprendra aussi Guider où se posaient les mêmes problèmes de « pacification »2.

  • 3 Le massif giziga de Ouzal-Loulou passe, entre 1933 et 1937, du lawanat de Gazawa à celui de Zamay. (...)

21Le 13 octobre 1933, la subdivision de Mokolo s’agrandit des massifs de la région de Méri : Méri, Douvangar, Douroum, Wazang, Massakal, intégrés dans le canton de Mbozo, luimême rattaché au lawanat de Zamay. Il en fut de même du massif giziga de Loulou3. Les massifs de Méri seront rendus en juin 1937 à Maroua « pour complaire » au lamido de Maroua. Guider reviendra par la suite dans la région de la Bénoué.

22Le statut militaire de Mokolo lui permet de disposer de cadres européens nombreux et de détachements de gardes. Elle prend alors l’appellation de Margui-Wandala, associant le nom du royaume du Wandala à celui de Margui, terme par lequel se désignent les populations Kapsiki au sud de Mokolo.

23Cette période est dominée par la politique d’« apprivoisement » des kirdis. Les solutions apportées au problème furent diverses selon l’administration mandataire, militaire, puis civile. Il s’agissait en fait de l’application de deux méthodes radicalement différentes.

24Les militaires, surtout au début, poursuivirent la politique allemande et la solution au problème païen résidait dans une certaine conformation aux us et coutumes politiques des peuples musulmans. Cette politique n’a fait que renforcer la fronde des groupements païens envers l’administration. Jusqu’en 1923 et même au-delà, les opérations de police se succédaient contre les païens. De Midjivin-Boboyo jusqu’en pays musey, en passant par les monts Mandara, les campagnes de pacification se justifiaient toutes par le non-paiement de l’impôt, les coups de main contre les musulmans, l’attitude de méfiance et d’évitement envers l’administration. L’incident qui déclenchait le cycle agression-répression était souvent l’attaque de l’émissaire du chef de subdivision, choisi parmi les notables du lamido.

25Il fallut, par exemple, plus de trois campagnes successives, des moyens importants en hommes et en armement, et des centaines de morts pour ramener un semblant d’ordre chez les Giziga Sud et les Mundang (Beauvilain, 1989 : 316) ; autant de moyens et de pertes humaines pour briser la résistance des montagnards, Mofu et Uldeme. Les campagnes contre les Musey furent encore plus nombreuses pour une pacification sans cesse remise en question. Les Musey du Tchad, de l’autre côté de la frontière, ne commenceront à payer l’impôt qu’en 1936.

26Tactiquement, l’administration française reprit la théorie des « postes mobiles » en pays païens que préconisaient, dès 1912 les Allemands (capt. Schwartz). En 1922, les « détachements mobiles » inaugurés par le capitaine Monteil impliquèrent la résidence temporaire des « commandants » dans les groupes païens. Toutefois, alors que les campagnes de pacification se poursuivaient, les responsables essayaient de mieux appréhender le problème. Déjà, en 1918, le gouverneur Fourneau conseillait, dans une lettre au chef de subdivision de Maroua, de faire dépendre directement les haa’be de la circonscription ou de conduire parallèlement l’évolution des commandements des haa’be et des musulmans; et, en tout cas, de rendre les païens indépendants des Fulbe. En 1921, des instructions du commissaire de la République sont données dans ce sens. Elles recommandent dès cette époque de ne plus faire usage des armes et de ne pas recourir aux auxiliaires peuls car « il ne faut à aucun prix que les Kirdi puissent croire à une alliance contre leur indépendance, entre nous et les Foulbé » (Lestringant, op. cit.). L’idée selon laquelle seule une indépendance des groupements kirdis vis-à-vis des Fulbe pouvait assurer une paix durable avançait. Des études à caractères ethnologique et historique étaient menées en vue de délimiter des cantons à des groupements païens homogènes et indépendants des pouvoirs musulmans.

27Toutefois, avec l’application de cette politique, deux attitudes se manifestèrent sur le terrain, celle d’officiers préconisant la manière forte et celle d’officiers comme le capitaine C. Vallin qui, plus subtilement s’appliquait à l’« apprivoisement », puis à l’« éducation » des kirdis. « Kafte Vala », comme le dénomment encore les populations montagnardes fut le plus populaire car il mit fin à l’état de guerre endémique entre massifs et instaura les premiers marchés. En poste dans le Nord-Cameroun de 1923 à 1934, il réussit à imposer ses méthodes au point que l’on parlera de « politique Vallin ».

28L’émancipation des « commandements » païens a commencé par la plaine. Mais la « politique de race », c’est-à-dire consistant à trouver des cantons homogènes, s’est avérée difficile à mener. Elle fut rapidement conduite chez les Musgum et les Tupuri, plus hésitante chez les Masa et problématique chez les Musey. Certains de ces groupements, dans l’actuel Mayo-Danay, avaient déjà été affranchis, par les Allemands, des tutelles de Kalfou, de Bogo et du Baguirmi. Ceux de la région de Kaélé furent émancipés en 1924. Par l’arrêté n° 201 du 15 février, le gouverneur Marchand autorisait la création de cantons indépendants chez les Mundang, Giziga et Tupuri. Ces cantons étaient des groupements plus ou moins inféodés aux Fulbe et entretenaient un climat d’insécurité dans toute la région, mais ils présentaient l’intérêt d’une structuration autour de lignées de chefs reconnues.

29À la fin de l’époque de l’administration militaire, on comptait un canton chez les Giziga (Moutouroua), six chez les Mundang (Midjivin, Boboyo, Kilguim, Lara, Kaélé et Djidoma), cinq chez les Tupuri (Bizili, Doubané, Dziguilao, Doukoula et Tchatibali) auxquels s’ajoutait le canton des Wina (Djondong). Trois sultanats fondés par les Allemands étaient maintenus : Pouss, Guirvidig pour les Musgum et Yagoua pour les Masa. Le canton-sultanat de Yagoua commandait virtuellement quatre sous-ensembles : Sarafosso – l’actuel Bangana – Bougoudoum et les groupements dits musey et gisey. En 1925, l’organisation des commandements païens de la plaine était achevée dans ses grandes lignes (il fallut attendre 1932 pour celle des Musey).

  • 4 Cédile, chef de la subdivision de Maroua en 1926, signale comment le chef de canton de Boboyo, s’a (...)

30La volonté de trouver des entités administratives traditionnelles viables, en évitant un trop grand morcellement explique le tâtonnement dans certaines régions. Les hésitations pour rattacher tel groupement païen à tel autre ou à telle chefferie musulmane furent nombreuses. S’y entremêlaient les intrigues des chefs et des interprètes. La manipulation était constante. Les chefs de Moutouroua, Midjivin, Boboyo... étaient loin d’avoir soumis tous les villages périphériques qu’ils revendiquaient. S’appuyant sur l’administration coloniale, ils essayaient, tout comme les lamidos peuls, d’accroître leur pouvoir4, l’administration prêtant une oreille distraite afin de ne pas devoir gérer des unités de commandement trop morcelées. C’est ainsi qu’on s’achemine petit à petit vers le découpage des cantons, tels qu’ils se présentent actuellement.

31La structure du commandement indigène avait été conçue sur le modèle peul. Le canton correspondait au lamidat et le groupement au lawanat.

32Dans le reste de la plaine, chez les Fulbe comme chez les Mandara, leur organisation politique traditionnelle avait été plus ou moins entérinée. Des rectifications dues aux frontières ont été apportées, car une chefferie ne pouvait déborder les frontières coloniales, ni d’ailleurs les limites de subdivision. Le canton de Mokolo fut ainsi créé pour détacher de Madagali les Fulbe de la région. Les lamidats de Doumrou et de Guidiguis ont été instaurés afin que les Fulbe ne soient plus rattachés à leur centre de Binder (au Tchad). Kalfou ne régnait plus que sur son aire de peuplement peul et des zones de no man’s land et la tentative d’installation de son lamido à Domo fut éphémère.

33La circonscription de Maroua comptait encore trois lamidats : Maroua, Bogo et Mindif. Petté, ingouvernable, avait été rattaché à Maroua. Chacun d’eux était subdivisé en lawanats relativement homogènes.

34Le statut des chefs fut promulgué le 4 février 1933, il ne sera complété que bien plus tard par un texte sur l’« organisation des chefferies traditionnelles » du 15 juillet 1977.

35Les chefs, présentés comme « auxiliaires de l’administration » sont notamment chargés :

  1. de transmettre à la population les directives des autorités administratives et d’en assurer l’exécution ;
  2. de concourir, sous la direction des autorités administratives compétentes, au maintien de l’ordre public et au développement économique, social et culturel de leurs unités de commandement;
  3. de recouvrer les impôts et taxes de l’État et des autres collectivités publiques, dans les conditions fixées par la réglementation. »

36La hiérarchie des « chefs indigènes » comprend des chefs supérieurs, éventuellement assistés de chefs de groupement et de chefs de villages. L’arrêté confirme les chefs dans leurs prérogatives traditionnelles. Il prévoit, en son article 4, un salaire pris sur les impôts de capitation collectés, qui prendra la forme d’une ristourne jamais tout à fait officialisée. Ce système n’affecte en rien la perception des redevances coutumières, dont la fameuse zakkat.

37Parmi leurs domaines de compétences, un tribunal coutumier est maintenu pour le règlement de délits mineurs. Ses décisions sont soumises à l’approbation des chefs de subdivision.

38Par ailleurs, l’instauration du régime de l’indigénat (cf. Glossaire) accroît la puissance des chefs traditionnels et leur permet des exactions, contre lesquelles le pouvoir colonial ne sévissait que lorsqu’elles engendraient des troubles. Dans le cadre des pratiques traditionnelles, certaines, pourtant proscrites, ont perduré. Ainsi, jusqu’à la fin du régime militaire, un grand nombre de chefs furent arrêtés pour « faits de traite » ou connivence avec des bandes de voleurs.

39Toutefois, la hiérarchie des pouvoirs traditionnels connut bien des vicissitudes, comme en témoigne le rapport semestriel n° 2 du chef de circonscription de Maroua en 1932 : « À la suite de multiples circonstances, dont la principale est la vente des charges, le nombre de chefs s’était multiplié au point où le laouane n’était plus qu’un chef de village, le djaouro un chef de quartier et l’ancien djaouro fatoude un chef de famille agrandie. Le commandement ainsi éparpillé devenait difficile, l’autorité s’affaiblissait. Les inconvénients du système ne tardèrent pas à apparaître : recrutement pénible des travailleurs, difficulté de les maintenir sur les chantiers, rentrée tardive de l’impôt, opération de recensement malaisée, etc. ». Les Fulbe euxmêmes faisaient la différence entre les lamidos ou lawans lesdi (de la terre, sous-entendu issue de la conquête), et les lamidos ou lawans gomna (du gouvernement).

Les administrateurs civils, de 1932 à 1950

  • 5 Le premier administrateur civil de la circonscription de Maroua fut Chadourne, installé le 27 juil (...)

40L’administration civile s’est mise en place à des époques différentes selon les régions de la province5. Elle sera la plus tardive pour les monts Mandara où elle contribuera à l’émancipation des païens. En plaine, elle va parfaire le travail des commandants.

41Le plus grand changement en plaine est la création du poste de Kaélé en 1937 suivi de la fondation de la subdivision de Kaélé, le 17 mai 1938. À noter aussi, en août 1935, le détachement de Golonghini de la colonie du Tchad et son érection en canton indépendant.

  • 6 Depuis la période coloniale, il y a une équivalence très forte entre lawanat, canton et chefferie (...)

42L’avènement du pouvoir civil dans la circonscription du Margui-Wandala inaugure une période de réorganisation, qui passe par deux étapes. Vers 1939, un premier arrêté détache les villages de la zone d’influence peule ou mandara et les place sous administration directe du chef de subdivision (Mokolo ou Mora). Un deuxième arrêté fonde le groupement ou le canton autonome. L’objectif recherché est le même qu’en plaine, se doter d’une unité spatiale la plus homogène possible d’un point de vue ethnique6.

43Placer les groupements kirdis sous administration directe engendre deux inconvénients, la saturation administrative des postes et la concentration de trop de pouvoirs entre les mains de la gent des interprètes, dont certains arriveront par ce biais à se tailler des fiefs, comme à Gawar, par exemple. Il faut rappeler qu’il s’agit d’une époque de sous-administration chronique, qui atteindra son point culminant entre 1939 et 1944. Tout repose sur le chef de subdivision, qui rassemble tous les pouvoirs de police et de justice. Il est chef de chantier, de poste, de routes et promoteur des innovations agricoles. Il doit faire quinze jours par mois de tournées et écrire de nombreux rapports.

44La réorganisation commença d’abord dans les monts Mandara centraux, où, à l’exception de la chefferie de Hina, le pouvoir païen est très émietté. On confia les groupements païens à de petits établissements peuls (Gawar et Zamay) qui, pendant près d’un siècle, avaient pratiqué une traite assidue au détriment desdits groupements (Mafa, Mofu et Kapsiki).

45À partir de 1941, les villages daba du canton de Bourah sont placés sous administration directe du chef de subdivision de Mokolo (arrêté n° 717 du 20 juin 1941), puis vient le tour des villages bana de Bourah et de Gawar, qui bénéficient de la même mesure. En 1942, les villages kapsiki deviennent un groupement indépendant du lamido de Gawar.

46Les commandements mofu ont nécessité un certain nombre d’arrêtés pour être cohérents. Les changements de limites qui se succèdent dans cette région donnent l’impression que la solution choisie n’est jamais la bonne. Il a fallu rassembler les Mofu éparpillés dans les cantons de Mokong, Zamay et Gawar dans un commandement unique. Jugé trop vaste, il y fut par la suite découpé en deux groupements (Mokong et Boula) dépendant de la subdivision de Mokolo. Dans le Diamaré, les Mofu étaient répartis en six cantons : Méri, Douvangar, Mbozo-Débi, Tchéré, Godola et Mambang.

47Autour de Mokolo, le regroupement des Mafa a imposé le démantèlement des cantons peuls de Zamay et de Mokolo et celui du canton mandara de Mozogo. Il a commencé, ici aussi, par un rattachement direct à la subdivision de Mokolo en 1946. Les populations de Soulédé, Roua et Mazam ont été détachées de Zamay. Les Mabas, Hide de Tourou et les Mafa sis à l’ouest de la route Mokolo-Koza ont été affranchis de la tutelle du chef de canton de Mokolo. Plus au nord, le démembrement du canton de Mozogo aboutit à la création des cantons de Moskota, Gaboua, Koza et Mozogo.

48Partout où les païens se trouvaient directement soumis aux musulmans, l’administration s’est efforcée d’y susciter un commandement indépendant choisi parmi les autochtones.

49La nouvelle nature du pouvoir, indépendante des maîtres des rituels et, pour ainsi dire, laïcisée, qui tient sa légitimité non plus d’une charte de cohabitation issue de l’histoire, mais du chef de subdivision, fut longue à s’imposer. L’adhésion des populations à cette nouvelle organisation a été obtenue avec des résultats variables qui reposaient surtout sur la personnalité du chef mis en place. Les clivages de clans continuaient à jouer et les opposants réclamaient souvent (chez les Mafa) un retour à l’administration directe. Par ailleurs, l’autorité des nouveaux chefs de canton sur les villages périphériques était souvent incertaine. Jusque vers les années 1950, la politique des chefs de Région (circonscription) et de subdivision a consisté à consolider un pouvoir qu’ils avaient créé de toutes pièces chez les païens.

50Mais, de fait, les prérogatives des musulmans restaient les plus fortes et, dans la plupart des cas, les chefs païens, une fois nommés, se sont islamisés. Pour être élevés au rang de lawan ou de lamido, ils ont adopté le costume peul et se sont entourés d’une cour. Ces rapides mutations des chefs païens sont intervenues indépendamment de l’administration.

  • 7 Cette citation, bien que s’adressant aux populations haa’be de la subdivision de Poli, était parfa (...)

51Dans une réponse à un rapport de tournée de Flo’ch, chef de subdivision de Poli, en mars 1939 (ANY APA, 11770/D), le chef de la Région de la Bénoué, E. Genin, mentionne : « Qu’un chef kirdi ait tendance à jouer au petit lamido, à s’habiller de boubous au lieu de peaux de cabris, à posséder un cheval, une petite suite ne nous doit point scandaliser. Il importe au contraire de favoriser cette évolution naturelle et d’en tirer profit pour mieux administrer les autochtones chez lesquels l’anarchie est le principal obstacle que nous rencontrons (...). Il y aurait lieu de profiter de toute manifestation spontanée dans ce genre pour favoriser la création de chefferies chez les kirdis et mettre fin à l’administration des messagers souvent interprètes qui n’est qu’un pis-aller »7.

52Pour d’autres, elles ont été un sujet d’étonnement. H. Relly, dans un rapport de tournée de 1954 s’en fait l’écho : « On s’est toujours demandé dans le Nord-Cameroun s’il fallait laisser ou non les « kirdis » sous la coupe des islamisés ou s’il fallait leur imposer comme chef des gens de leur race pour éviter l’exploitation du païen primitif par les descendants des races conquérantes. Le problème s’est résolu de lui-même puisque dès qu’un groupement d’administration directe est suffisamment évolué pour se choisir un chef de canton de sa race, ce dernier n’a rien de plus pressé que de s’habiller à la musulmane, de se convertir à l’islam et de jouer au lamido, en trouvant quelques Bournouan ou Foulbé abâtardis qu’il nommera « ministres » et qui chanteront ses louanges ».

53Ces changements expriment une volonté de démarcation de la chefferie pseudo-islamisée par rapport au reste de la population et, par conséquent, au système païen. Ils sont la manifestation d’un pouvoir dont les assises ne sont plus traditionnelles et qui, tenant sa légitimité de l’extérieur, entend bien le montrer dans l’adoption d’un style nouveau. Les fonctions que cette chefferie est appelée à exercer sont commanditées de l’extérieur et leur exécution nécessite cette démarcation pour montrer le caractère imposé de la structure et justifier des exactions qui ne le seraient pas autrement.

54Chez les musulmans proprement dits, les conflits de pouvoir étaient réglés suivant des méthodes longuement éprouvées, l’administration jouant sur la liste des ayants droit de la dynastie au pouvoir. Le système peul de succession par primogéniture, qui assurait la légalité de ces pouvoirs, était préservé partout où c’était possible. Toutefois, l’appui de l’administration introduisit un biais en renforçant la puissance du lamido, seul interlocuteur devant l’administration.

55Les charges assumées jadis par les grands notables sont tombées en désuétude et leur pouvoir est affaibli.

56Dans la plupart des cas, ces relais de l’administration évoluent parallèlement à elle, maintenant ou aménageant la structure traditionnelle de la chefferie. Face aux grandes réformes qui se mettent en place dans les années 1950, le pouvoir traditionnel semble devoir se remettre en cause. Il reviendra néanmoins en force dans la période de la pré-indépendance car, dans le Nord, il a représenté pour l’administration coloniale un rempart contre les partis radicaux, comme l’Union des populations du Cameroun (UPC).

Les années 1950 et la mise en place d’une administration moderne

57C’est la décennie 1950 qui va donner les lignes principales de l’administration encore en place de nos jours. Elle est marquée par une densification du maillage administratif, conséquence de l’après-guerre du croît démographique et d’une volonté de promouvoir un développement économique et social. Il faut renforcer le nord du pays qui apparaît déjà en retard. Le 26 juillet 1952, est créée une « Délégation du Haut-commissariat de la République pour le Cameroun Nord », incluant l’Adamaoua, avec siège à Garoua. En 1956, la loi cadre qui prépare l’indépendance va encore accélérer le processus. En 1959, le vocabulaire administratif change et s’aligne sur le modèle français. Entre-temps, les circonscriptions avaient été rebaptisées « Régions » qui alors deviennent des départements (ou préfectures), les subdivisions des arrondissements (ou sous-préfectures) et les postes administratifs des districts. Le 30 juin 1958, la circonscription de Maroua (Région du Diamaré) se trouve amputée de la subdivision de Yagoua temporairement baptisée en Région puis en département du Mayo-Danay. Cinq arrondissements sont créés en 1959 : Méri le 8 juin, Serbéwel (qui succède au « poste administratif de Makari ») le 23 novembre, Bogo, Mindif et Kar-Hay (chef-lieu Doukoula) en décembre, toutefois ces trois derniers ne seront dotés de sous-préfets qu’en 1973.

  • 8 Canton Mada (1946) ; canton Zoulgo-Guemjek, actuel Méri (1947) ; cantons Gawel, Ndoukoula, Salak e (...)

58La majorité des cantons vont trouver leur géographie définitive dans cette période, entre la fin des années 1940 et les années 19508. À l’exception de la création de quelques districts, la situation demeurera inchangée pendant vingt ans.

59À la veille de l’indépendance, le pouvoir colonial laissait en place les grands découpages administratifs, avec leurs six chefs-lieux de département. Trois ont été fondés sur d’anciens centres de chefferie : Maroua, la ville la plus peuplée de l’Adamaoua à la fin du XIXe siècle ; Mora, dernière capitale du royaume du Wandala ; Fort-Foureau (qui sera rebaptisé Kousseri en 1974), cité kotoko centre d’un sultanat. Quant à Yagoua, Kaélé et Mokolo, ce furent des créations de postes administratifs ex-nihilo.

L’encadrement administratif après l’indépendance

60Après l’indépendance (1er janvier 1960), le Cameroun devient une République fédérale avec la réunification de l’ex-Cameroun britannique, jusqu’au référendum constitutionnel du 20 mai 1972 qui institue la République unie. L’existence d’une grande unité administrative du Nord est reconduite le 12 mars 1962 comme Région administrative sous l’autorité d’un inspecteur fédéral. Il en sera de même le 24 juillet 1972 lors du découpage de la République unie en provinces.

La continuité administrative de l’après-indépendance

(1960-1983)

61Pendant toute la période coloniale, le pouvoir s’est appuyé sur les chefferies pour gouverner. Le nouveau découpage administratif montre que la République a l’intention de leur substituer une administration sans intermédiaires.

62Le président Ahmadou Ahidjo, dans son ascension au pouvoir, a eu maille à partir avec les grands féodaux du Nord et ne leur est guère favorable. Il va s’appliquer à morceler l’espace où s’exerce leur pouvoir, surtout pour les « commandements » jugés trop vastes et susceptibles d’entraver l’action du gouvernement. Petté, Balaza-Alcali (Lamido), Dargala, Meskine, Gazawa et Ndoukoula sont érigés en chefferies de première classe (arrêté n° 177 du 3-12- 1959), autrement dit, les chefs de ces cantons autonomes peuvent s’arroger le titre de lamido et se détachent du lamidat de Maroua.

63Quant au grand sultanat de Goulfey, créé par Émile Gentil en 1901 après la chute de Rabah, il fut l’allié de première heure des Français (à la différence de Makari, qui était aux côtés de Rabah). Goulfey bénéficia du soutien de l’administration coloniale qui rattacha à cette chefferie les « terres » de Woulki, Makari, Afadé et Bodo. Par l’arrêté n° 232 du 15-11- 1960, ces « terres » devinrent quatre cantons indépendants. La création du district de Logone- Birni date de 1965.

  • 9 Décret n° 81/521 du 11 décembre 1981, portant réorganisation administrative de la province du Nord
  • 10 Cette zone jadis turbulente connut sous le président Ahidjo une crise sérieuse : l’’affaire de Dol (...)

64Le découpage recommence en 1979 avec les districts de Bourah et de Koza (arrondissement de Mokolo), de Guidiguis (arrondissement de Kaélé), de Guéré et de Maga (arrondissement de Yagoua), qui seront rapidement érigés en arrondissements. On a affaire à un rattrapage du découpage administratif, qui sera confirmé et complété à la fin de l’année 19819 avec les décrets qui portent sur la création des départements du Kaélé (chef-lieu : Kaélé), du Mayo-Tsanaga (chef-lieu : Mokolo), du Mayo-Sava (chef-lieu : Mora), ces deux derniers en remplacement du département du Margui-Wandala ; des arrondissements de Tokombéré et de Kolofata (département de Mayo-Sava) et de Logone-Birni (département du Logone-et-Chari). Il sera complété par les districts de Moutouroua, Moulvouday (département de Kaélé), de Kalfou et de Viri, chef-lieu Djondong, (département du Mayo-Danay), Hilé-Alifa10, Fotokol, Goulfey et Waza (Logone-et-Chari), Hina (Mayo-Tsanaga) et Gazawa (Diamaré).

65Deux objectifs président à cette densification, rapprocher l’administration des populations, suivre l’évolution démographique (les districts encadrent des unités de 30 000 à 40000 habitants) et mieux contrôler les frontières avec le Nigeria en rapprochant les centres administratifs de ces frontières. Le Cameroun traverse à ce moment-là une période de développement économique où tout semble permis. Les débouchés des techniciens et des administrateurs sortis des écoles semblent assurés.

66Parallèlement à la création des nouvelles divisions administratives, le gouvernement met sur pied une structure municipale pseudo-démocratique, dont le territoire correspond à un arrondissement et qui, dans son principe, vise une meilleure participation des paysans au développement.

67Cette époque est également marquée par une politique d’assimilation active des populations non musulmanes au mode de vie peul. Sous Ahidjo, la laïcité de l’administration était douteuse. Tous les préfets et sous-préfets étaient musulmans (cf. Les religions). Elle avait, avec le parti unique (l’Union nationale camerounaise), comme objectif une islamisation forcée des populations païennes, en commençant par les chefs. Les critères d’évaluation de l’administration reposaient sur leur efficacité à convertir leurs administrés. Dans la sous-préfecture de Koza, sur le piémont des monts Mandara, les rapports des chefs de canton consistaient pour l’essentiel à un état d’avancement de la politique d’islamisation. Les chefs tenaient un registre à l’intention des sous-préfets, qui permettait de suivre les progrès dans ce domaine. On y trouvait aussi bien la liste des circoncis que celle des néophytes.

Les évolutions de 1983 à 1996

68Paul Biya prend le pouvoir le 6 novembre 1982. En août 1983, un complot est dénoncé et le Premier ministre, Bello Bouba Maïgari, issu de la région de Garoua, est démis de ses fonctions. La conséquence fut immédiate, la province du Nord éclata en trois provinces : Adamaoua, Nord et Extrême-Nord. Cette décision montre la volonté de mettre fin au mythe d’un Nord uni face à un Sud divisé. Elle marque aussi la fin de la prépondérance de Garoua sur le nord du pays. Le choix de ce port fluvial sur la Bénoué et porte d’entrée de la pointe septentrionale du pays avait été opéré dès l’époque allemande. Il ne pouvait qu’être maintenu à l’indépendance, avec l’arrivée au pouvoir d’Ahidjo, également de la région.

69Avec la fin de la subordination de Maroua, qui devient chef-lieu provincial le 20 août, 1983 marque aussi un changement du personnel d’encadrement. Le tout-puissant inspecteur fédéral, puis gouverneur de la grande province du Nord pendant vingt-et-un-ans, Ousmane Mey, sera écarté, de même que la plupart des préfets et sous-préfets qui, à tour de rôle, occupaient les postes. La population y a vu la chute de la faada d’Ahidjo (cf. Glossaire).

70Le découpage administratif, lui, continue sur sa lancée. En 1983, le département du Logone-et-Chari est doté de deux nouveaux arrondissements, Waza et Goulfey, décision plus stratégique que politique.

71En 1986, le 21 avril, c’est la création d’un district à Blangwa (arrondissement de Goulfey) pour assurer un meilleur contrôle du bas Chari et de l’entrée du lac Tchad. Une population très mêlée de pêcheurs concentre ses campements sur un bras du Chari, Blangwa étant le centre le plus important pour la commercialisation du poisson au sud du lac, où s’approvisionne le Nigeria. Les notables du sultan de Goulfey y faisant régner un ordre précaire, l’État camerounais décidera d’élever ce district au rang de sous-préfecture, avec son encadrement de fonctionnaires et de gendarmes. La création de l’arrondissement de Waza répond au souci de l’existence d’un centre administratif entre Mora et Kousseri, sur l’axe nord, le long de la frontière avec le Nigeria et aussi de protéger le parc de Waza des incursions des braconniers.

72En 1991, neuf districts sont érigés en arrondissements : Hilé-Alifa, Blangwa, Fotokol, Gazawa, Hina, Kalfou, Moulvouday, Moutouroua, et Wina (ex-Viri). Quant à la création de nouveaux districts en 1992, elle part des mêmes intentions que dans les années 1980. Il s’agit de Zina, Petté, Dargala, Ndoukoula et, au coeur des monts Mandara, mais sur le plateau, Soulé dé-Roua chez les Mafa, avec Roua comme chef-lieu. Le district de Petté devient rapidement sous-préfecture et, toujours en 1992, dans le Mayo-Tsanaga, sont créés directement les arrondissements de Mogodé et de Mayo-Moskota (chef-lieu Mozogo).

73Alors que l’on assiste, après 1993, à un recul de l’administration, le maillage administratif continue à se densifier. Ces découpages administratifs vont aussi relever de préoccupations plus politiques.

  • 11 Tay pong, « unir en un », n’est pas redevable d’un toponyme comme porhi qui signifie « mare pérenne (...)

74Les trois sous-préfectures du pays tupuri, créées en 1995 dans le département du Mayo- Kani (ex-Kaélé), Porhi-Touloum et Taibong11 (chefs-lieux respectivement, Touloum et Doubané), et dans celui du Mayo-Danay, à Datchéka, sont aussi des créations directes non précédées d’un district. Il en va de même pour Vélé et Kaykay-Bourkoumandji chez les Masa et les Musgum. Vu l’impécuniosité de l’État, ce sont les « élites locales » qui ont payé les bâtiments. Ces arrondissements servent une des zones les plus peuplées de la province, mais sont en fait nés de la volonté politique d’un ministre tupuri et de son parti, le MDR (Mouvement pour la défense de la République). L’intérêt était de donner plus de représentativité à sa région et, avec l’installation de chefs-lieux d’arrondissement, d’attirer par la suite les infrastructures qui en découlent en matière de santé et d’enseignement. D’aucuns pourront s’étonner de ce morcellement excessif, faisant apparaître des centres distants entre eux de moins de 20 km.

75À la faveur d’une réforme de la constitution les 22 et 23 décembre 1995, le gouvernement a préconisé la suppression des provinces, qui seraient remplacées par des régions. Ce changement de terminologie serait le prélude à une décentralisation régionale.

Les rapports étroits de l’État avec la chefferie toujours d’actualité

76Les rapports entre l’État et les structures traditionnelles se sont compliqués par la volonté du gouvernement d’appliquer au Nord-Cameroun le système d’administration directe en vigueur ailleurs dans le pays.

77Cette volonté s’est traduite par la mise en place de structures intermédiaires qui « permettent au peuple, par l’intermédiaire des élus, de participer à la gestion des affaires du pays » (A. Ahidjo, deuxième congrès de l’UNC, Ngaoundéré, 1959). À partir de là furent créées les mairies, dont le fonctionnement s’opposait, par essence, aux intérêts des chefferies traditionnelles. Concilier les intérêts des chefferies avec ceux des structures générées par l’État s’avéra dès le début une manoeuvre délicate. D’un côté, le mode d’administration en vigueur dans le Nord depuis la colonisation suggérait qu’on ne balaie pas d’un revers de main les structures traditionnelles. De l’autre, la nécessité d’un État moderne et démocratique supposait la disparition de la chefferie ou, pour le moins son adaptation au rôle nouveau d’auxiliaire des pouvoirs publics.

78Les premières mesures ont visé à rassurer les chefs et à les conduire à un changement de comportement pour s’adapter aux nouvelles institutions. L’évaluation de ces mesures au congrès d’Ébolowa en 1962 laissait entendre que les obstacles au fonctionnement démocratique des chefferies étaient levés. Leur pouvoir judiciaire a été diminué, les prisons privées abolies et les « redevances coutumières perçues par les chefs du Nord, par exemple à l’occasion de la vente par les paysans de leur coton ou de leurs arachides, ont été supprimées » (A. Ahidjo, congrès d’Ébolowa, 1962). Pour parachever une intégration que l’on pensait en bonne voie, les chefs traditionnels ont été associés à la marche des nouvelles collectivités. Ainsi, dans le Nord-Cameroun, la plupart des chefs ou leurs proches parents sont membres du conseil municipal. Cette participation, dans des proportions non définies, peut aboutir à la paralysie d’une collectivité locale, soit parce que le chef s’oppose à des projets qu’il juge aller à l’encontre de ses intérêts, soit parce qu’il s’en accapare la réalisation.

  • 12 Les administrateurs civils accomplissent des séjours guère plus longs, en moyenne, que ceux de l’é (...)

79En voulant « civiliser » la chefferie traditionnelle, le nouveau gouvernement en a fait un auxiliaire encombrant. La valse des préfets et des sous-préfets12 et l’obligation pour chaque nouvel administrateur de s’appuyer à ses débuts sur la chefferie – qui assure la permanence du pouvoir – ont eu pour conséquence son maintien, voire son renforcement. Les chefs n’ont-ils pas l’habitude de rappeler à la population que le sous-préfet, alias, le « commandant » passe et la chefferie reste.

80L’exercice du pouvoir administratif devient une partie qui se joue à trois, les chefs traditionnels, les maires et les sous-préfets. Parfois perturbée (jusqu’en 1991) par le représentant local du parti unique, cette partie tourne alternativement en faveur des uns ou des autres, en fonction des alliances ou de la personnalité des acteurs en présence.

  • 13 Depuis les années 1980, le rôle des commerçants a pris une nouvelle dimension par la « sponsorisat (...)

81Par ailleurs, les riches commerçants et les hauts fonctionnaires que l’on désigne comme les « élites » échappent à l’emprise du pouvoir traditionnel. Ils peuvent même organiser un contre-pouvoir13 et, en fonction des intérêts à défendre, jouer la carte de l’administration ou du pouvoir traditionnel.

82Le nouvel État pratique l’administration directe et affiche la volonté de ne pas s’encombrer d’intermédiaires. Toutefois dans la pratique, les rouages intermédiaires apparaissent indispensables en raison des problèmes de langues, du manque d’effectifs des administrations et du faible degré d’instruction des populations. Aussi ces structures idéologiquement condamnées continuent-elles à survivre. Le dogme de l’unicité de l’administration nationale s’oppose à la disparité régionale. Paradoxalement, les pouvoirs traditionnels vont, après l’instauration du multipartisme de 1991, trouver un regain d’intérêt pour le gouvernement.

83Le pouvoir traditionnel est, lui, légaliste par essence. Dans leur immense majorité les chefferies ont rallié le Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir, souvent conforté par des sous-préfets qui, eux aussi, sont les héritiers d’une politique marquée par un parti unique. Les grands lamidos qui font voter pour le RDPC dans leur lamidat ont l’oreille du gouvernement. Le maintien de la chefferie a procédé d’un pari, celui de son intégration aux institutions démocratiques. Cela suppose une transformation de sa nature telle qu’elle est issue de sa genèse et de son remodelage à l’époque coloniale. Or, deux éléments majeurs sont susceptibles de la faire évoluer : la scolarisation et un changement dans la manière de gérer les populations. Une scolarisation bien menée permettrait à la population d’être au fait de ses droits élémentaires et de dialoguer directement avec les services administratifs. Aussi longtemps que, par ignorance ou par crainte, la grande majorité des administrés n’aura pas forcément accès aux bureaux des arrondissements, et aussi longtemps que l’administration n’aura pas fait la preuve qu’elle est au service des populations, la chefferie restera l’intermédiaire indispensable.

84Les administrateurs se comportent comme si tout le monde avait adhéré à l’idée de la République, mais la période de séduction, qui aurait dû être déployée pour « vendre la République », n’a pas eu lieu. L’administration n’est pas allée vers les populations et cet état de choses a entériné deux mondes déjà opposés : l’urbain et le rural. Si l’urbain s’accommode assez bien de la nouvelle administration, le rural en est tenu à l’écart ; on ne le sollicite que pour le paiement des impôts et des taxes, comme à l’époque coloniale. Force est de constater que le monde rural se retranche encore – car il en éprouve le besoin – dans le système des chefferies traditionnelles.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Archives nationales de Yaoundé.

Cameroun : Organisation administrative. Directives 1937. Aix-en-Provence, Archives de la France d’Outre-Mer, 12548.

Cournarie, Cédile, Diethman, 1937 — Monographie de Kaélé. 83 p. multigr.

Lavergne (G.), 1944 — Le pays et la population Matakam. Yaoundé, BSEC, 7 septembre : 7- 75.

Lembezat (B.), 1949 — Administration des primitifs du Nord-Cameroun. Aix-en Provence, Archives de la FOM CHEAM 10, APOM 366.

Lestringant (J.), 1964 — Les pays de Guider au Cameroun. Essai d’histoire régionale. Paris, 466 p. multigr., 13 cartes.

Martin (J.-Y.), 1970 — Les Matakam du Cameroun. Essai sur la dynamique d’une société préindustrielle. Paris, Orstom, coll. Mémoires n° 41, 215 p.

Nkamgang (R.) s.d. — Les chefferies traditionnelles dans l’organisation administrative du Cameroun. Aix-en Provence, Archives de la FOM CHEAM 10, APOM 1 268, 13 p.

Pélissier (P.), 1985 — « Techniques d’encadrement, transformations de l’agriculture en Afrique Noire ». In : Des labours de Cluny à la révolution verte, Paris, PUF : 201-222.

Seignobos (C.), 1988 — « Le rayonnement de la chefferie théocratique de Goudour (Nord- Cameroun) ». In : Actes du IVe Colloque Mega Tchad. Paris, CNRS/ORSTOM, sept. 1988, vol. 3 : 225-315.

Zang Atangana (J.-M.), 1989 — Les forces politiques du Cameroun réunifié : les groupes de pression. Paris, l’Harmattan, t. III, 301 p.

Notes

1 Un détachement allemand résista jusqu’en 1916 sur les montagnes surplombant la région de Mora.

2 La région de Guider avait été érigée quelques années plus tôt en subdivision de Djougui- Bidzar, avec comme chef-lieu Guider, au sein de la circonscription de Garoua.

3 Le massif giziga de Ouzal-Loulou passe, entre 1933 et 1937, du lawanat de Gazawa à celui de Zamay. En 1939, il est divisé en deux, les Giziga originaires de Moutouroua sont rattachés à Moutouroua (subd. de Kaélé), alors que ceux de Tsahay le sont au lamidat de Maroua (subd. du Diamaré). En mai 1944, tout le massif est incorporé au lamidat de Maroua, puis Ouzal-Loulou devient un canton indépendant la même année.

4 Cédile, chef de la subdivision de Maroua en 1926, signale comment le chef de canton de Boboyo, s’appuyant sur l’administration, rognait les prérogatives des chefs locaux qui ne dépendaient pas de lui (ANY APA 10051/L).

5 Le premier administrateur civil de la circonscription de Maroua fut Chadourne, installé le 27 juillet 1925, remplaçant à ce poste le capitaine Didier. Le remplacement des militaires par les civils dans les subdivisions intervint un peu plus tard, en 1927 pour la subdivision de Maroua, en 1930 pour Fort-Foureau et en 1932 pour Yagoua.

6 Depuis la période coloniale, il y a une équivalence très forte entre lawanat, canton et chefferie de 1er ou 2e degré.

7 Cette citation, bien que s’adressant aux populations haa’be de la subdivision de Poli, était parfaitement applicable à l’ensemble du nord du Cameroun.

8 Canton Mada (1946) ; canton Zoulgo-Guemjek, actuel Méri (1947) ; cantons Gawel, Ndoukoula, Salak et Zongoya (1949) ; canton Vamé-Brémé, actuel Mora-Massif (1950) ; canton Ouldémé-Poulatha (1953) ; cantons Matakam, Sud et Nord, (1957)... avec des aménagements comme Gaban et Kilguim rattaché à Lara en 1948, Djidoma incorporé à Kaélé en 1950...

9 Décret n° 81/521 du 11 décembre 1981, portant réorganisation administrative de la province du Nord.

10 Cette zone jadis turbulente connut sous le président Ahidjo une crise sérieuse : l’’affaire de Dolé, en 1979, où un village arabe Showa entré en rebellion fut rayé de la carte. Les populations arabes Showa sont largement majoritaires dans la partie septentrionale du Logone-et-Chari mais subordonnées aux Kotoko. Le district de Hilé-Alifa, découpé dans une zone de peuplement arabe Showa fut considéré par ces derniers comme une sorte de reconnaissance politique et l’amorce d’une « patrie ».

11 Tay pong, « unir en un », n’est pas redevable d’un toponyme comme porhi qui signifie « mare pérenne ».

12 Les administrateurs civils accomplissent des séjours guère plus longs, en moyenne, que ceux de l’époque coloniale (moins de deux ans).

13 Depuis les années 1980, le rôle des commerçants a pris une nouvelle dimension par la « sponsorisation » de candidats aux chefferies. Lawans et lamidos sont élus parmi les fils et les frères du chef défunt ; les premiers par les jawros, chefs de villages, les seconds par les lawans. Les grands commerçants (alhadjis) avancent les fonds qui permettent aux candidats de mener campagne et d’acheter les voix.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540