Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Parcs et végétations anthropiques

Christian Seignobos

Texte intégral

  • 1 Dans les textes des forestiers, botanistes et agronomes, généralement, la végétation anthropique é (...)

1La végétation de la province est à des titres divers fortement anthropisée. Elle l’est sous la pression des densités de peuplement et des charges de bétail, et aussi par l’aménagement de sélections arborées suscitées par certains agrosystèmes1. Les zones préservées se limitent à des niches écologiques ponctuelles, souvent ripicoles, où survivent certaines essences témoins d’associations végétales passées.

2Même si les ligneux recolonisent les massifs-îles de Mékéri, Dougour, Molkwo, Tchéré... après la descente forcée des montagnards dans les années 1960, l’anthropisme de départ marque encore cette végétation, en particulier par la sur-représentation des Ficus. Les sommets des monts Mandara septentrionaux (Ziver, Oupay, Vouzad...), chaos rocheux, offrent des végétations d’altitude également bien perturbées : Phoenix reclinata nain, exploité pour la sparterie ; Croton gratissimus, taillé pour une meilleure production de ses boutons floraux ; Albizia zygia et Syzygium guineense autour des sources, traités en têtard... et parfois Carissa edulis taillé dans les talwegs...

3Le fort degré d’anthropisme de la végétation fausse les strates naturelles. Si la place le permet, on peut trouver des Faidherbia albida dans des cuvettes sommitales ; des rôniers sur des lignes de crêtes chez les Zulgo, Dimeo, Muktele...

  • 2 Au vu des Isoberlinia doka de bonne venue de la réserve forestière du mayo Louti, le nanisme des I (...)

4Les plateaux centraux, à tapis graminéens ou à formations basses à Isoberliniadoka piquetées de Erythrina, ont été soumis à des pratiques de mise à feu liées à la présence ancienne d’élevages de taurins2.

5Les différentes jachères expriment des degrés d’anthropisme divers : celles sur sols ferrugineux, avec le cortège de végétations types qui drageonnent facilement, comme Dicrostachys glomerata, ou qui rejettent aisément tout en dispersant leurs graines, comme Piliostigma reticulatum, Combretum glutinosum, Annona senegalensis, Cassia singueana, Acacia hockii... comme celles plus anciennes avec Combretum fragrans, Strychnos spinosa, Bridelia ferruginea, Anogeissus leiocarpus...

6Sur les dunes, dominent Guiera senegalensis, Sclerocarya birrea, Terminalia avicennioides, Combretum glutinosum, Annona senegalensis...

7La dégradation des sols sous forme de hardés engendre un appauvrissement de la couverture de ligneux : Balanites aegyptiaca, Lannea humilis, Acacia gerrardii, A. hockii...

8Les végétations ripisylves au sud de Maroua ont pu être le résultat d’une sélection par l’homme dans un double but : assurer un maillage défensif naturel en laissant se développer Acacia ataxacantha et Ziziphus mucronata et assurer des réserves de soudure (Diospyrosmespiliformis, Ficus ingens, Tamarindus indica, mais surtout Ficus gnaphalocarpa et Andira inermis). Les autres composantes de ces associations se trouvent peu à peu écartées : Bridelia sp., Dichrostachys cinerea, Acacia sieberiana, Securinega virosa ex-Crataeva adansonii, Nauclea latifolia...

9Plus au nord, les formations ripicoles présentent des épaisseurs de plus en plus fines : Tamarindus indica, Celtis integrifolia, Diospyros mespiliformis, Ficus gnaphalocarpa et Kigelia africana l’emportant.

10Les sélections arborées, ou les reconstitutions de jachères, opèrent elles-mêmes sur des formations de plus en plus anthropisées où le stock d’essences soudaniennes est progressivement envahi par des éléments sahéliens. Dans certaines régions du Diamaré, des seuils d’irréversibilité ont été atteints, avec la diminution des réserves hydriques potentielles. L’aridité climatique s’accompagne d’un renforcement de l’aridité édaphique, ne serait-ce que par simple amoindrissement de l’épaisseur des sols (Floret, Pontanier, 1984).

  • 3 Balanites se rencontre souvent près des zones de quarantaine où l’on déplaçait les gens atteints de (...)

11La descente du Balanites aegyptiaca se remarque dans les utilisations qu’en font les populations, notamment les montagnards qui ne l’ont pris en compte que récemment. Dans bien des massifs, Balanites ne prospère que près des habitations3. Il en est de même de la descente de Boscia senegalensis, Cadaba farinosa, Bauhinia rufescens, Capparis sepiaria, ce dernier colonisant les pieds de gros ligneux maintenus dans des zones en voie de hardéisation.

  • 4 « Signalons, dans la plaine du mayo Mangafé, au pied des massifs mofu de Méri et Nguissar, à l’ext (...)

12Le cheminement méridional du palmier Hyphaene thebaica est marqué par l’action de l’homme au cours de certaines périodes de stress climatique. Ainsi les doums au pied du massif de Molkwo auraient été apportés, lors de famine, par les Arabes Showa venus à la recherche de mil avec des bœufs porteurs. Toutefois, on remarque des îlots de Hyphaenethebaica voire de véritables doumeraies peut-être redevables à des descentes de végétations sahéliennes fort anciennes : doumeraie de Herzadaw à Méri4, celle de l’autre côté de la frontière du Tchad autour des lacs de Léré et de Tréné, ou encore les doums le long du Guerléo.

13La compréhension de certains parcs passe par une reconstitution, parfois sur plusieurs siècles, des agrosystèmes antérieurs. Il convient de noter l’intérêt du cailcédrat Khayasenegalensis pour des populations non vêtues. L’huile produite à partir de ses graines plates torréfiées était la plus communément employée et aucune femme n’aurait accepté de se rendre à une quelconque cérémonie sans en être ointe. Cette huile, plus qu’un simple cosmétique durant la saison sèche, constituait une lotion anti-moustiques, son amertume repoussant, semble-t-il, les insectes. Avant la diffusion des cotonniers pérennes, des essences particulières, qui pouvaient alors intégrer le parc, étaient retenues par les femmes pour la fourniture de ceintures pelviennes et de garnitures.

14Il faut aussi imaginer les agrosystèmes privés d’une partie des légumes cosmopolites (gombo, Cerathotheca spp.) pour mieux comprendre l’intérêt du légume-feuille : brèdes de Celtis toka, Balanites aegyptiaca et l’utilisation passée de certaines jeunes feuilles de Ficus spp., de tamarinier... et aussi des fleurs de Bombax costatum. Il ne faut pas non plus oublier ces économies déficitaires en matière grasse où les cultures oléifères de cucurbitacées, sésames et arachides étaient peu répandues (Seignobos, 1982).

Les sélections arborées négatives

15Sous cette terminologie seront placées des formations, plutôt hétérogènes, qui demeurent après prélèvement d’essences utiles, avec pour vocation essentielle le bois de feu. Elles se constituent à partir de jachères ou indépendamment d’elles.

  • 5 Ces collines ont été surexploitées pour le bois, les Lannea acida, Combretum glutinosum, Entada su (...)

16Il peut s’agir de faciès à Daniellia oliveri, laissés à cause de leurs tailles et gênant peu les cultures grâce à leur houppier à cône renversé. Ils formaient, par exemple, un peuplement, vers 1970, autour du massif de Molkwo, avant d’être remplacés par Faidherbia albida. D’autres n’intéressent pas l’homme, tant leur performance comme bois de feu sont médiocres : Sclerocarya birrea, Sterculia setigera, Boswellia dalzielii, associés parfois à des Bombax costatum et à des Commiphora spp. Boswellia dalzielii peut apparaître en peuplement monospécifique sur les collines de roches vertes de la région de Maroua5. Sterculia setigera se présente plus localement en dominante, comme en pays cuwok par exemple. Sclerocaryabirrea, quant à lui, se développe sur les dunes au nord de la latitude de Mora, dans une situation édaphique favorable. Sa présence en peuplement est toutefois ambiguë car il fut dans un passé récent un arbre oléifère, comme Balanites aegyptiaca, et ses amandes étaient gardées dans les greniers (plaine de Mora, pays giziga...). Sterculia setigera ne fut pas, non plus, un arbre neutre. Ses graines servent encore à confectionner des bouillies et son liber donne des cordes comparables à celles fournies par le baobab. Son feuillage peut être utilisé en fourrage.

17Des formations mixtes de sélections laissées pour compte peuvent alterner avec des parcs construits. À Mogazang, par exemple, le haut des collines est peuplé de Boswellia dalzielii, Pterocarpus lucens ; les basses pentes de Sterculia setigera, Haematostaphis barteri, puis d’Anogeissus leiocarpus avant d’arriver sur le piémont avec Ficus gnaphalocarpa,Faidherbia albida et Ziziphus mauritiana.

18Jadis, les disciplines agraires étaient plus coercitives. Certains arbres ne pouvaient être abattus en raison de leur intérêt agronomique, alimentaire, et d’autres simplement parce qu’ils étaient réputés maléfiques. Les essences interdites variaient selon les ethnies, voire les clans. Dans de nombreux groupes, on ne peut couper, ni brûler Faidherbia albida, Ficusdicranostyla, F. abutilifolia, Vitex doniana, Kigelia africana... Les contrevenants contracteraient alors diverses maladies susceptibles d’entraîner leur mort ou celle de leurs descendants.

  • 6 Waala gudehi (en foulfouldé : passer la nuit sans manger), appelé ngwas siling (femme/jalousie) en (...)

19Certains arbres auraient une action néfaste et la fumée de leur bois ferait se « détacher » les charmes protecteurs du chef de famille et de sa concession. C’est le cas notamment de Combretum fragrans (magizibet en mofou et guisiga), dont le bétail ne consommera pas les feuilles, de Vepris heterophylla, de Kigelia africana. Pour certains groupes mofu, Cassia singueana (mbervek)enlèverait le goût à la nourriture et son bois introduit dans le foyer appauvrirait la famille. Certaines essences sont accusées de faire éclater les jarres sur le feu... On pourrait ainsi multiplier les exemples. Mais, c’est surtout Combretum molle6 qui est refusé car il est tenu pour responsable de la destruction des foyers et du départ des femmes. On ne le laisse pas pousser dans un champ de case, mais il peut parfois apparaître en surnombre épargné par les populations qui s’en détournent.

20Ce sont les montagnards qui, dans le microcosme de leur massif, entretiennent les rapports les plus intimes avec leurs arbres, et manifestent le plus grand nombre d’interdits.

Les constructions anthropiques anciennes

Les parcs complexes de montagne

21Ces parcs sont nés de situations obsidionales sur les reliefs les plus marqués des monts Mandara septentrionaux et les pointements qui dominent les plateaux centraux au sud de Mokolo. Plus qu’ailleurs, l’arbre devait répondre à une large gamme de besoins sur des espaces où la terre arable était mesurée.

22Généralement, dans les monts Mandara, la propriété, l’héritage et les transactions relatifs à l’arbre sont indépendants de ceux de la terre, pour la totalité des essences utiles ou seulement pour partie d’entre elles.

23Ceux qui manquaient de Faidherbia albida pour l’alimentation du bétail, de Khayasenegalensis pour l’huile, de Lannea microcarpa cherchaient à en acquérir des pieds chez leurs voisins ou parfois dans d’autres quartiers. En fait les « racines » étaient rarement cédées, on remettait la production, de graines, feuilles, fruits ou écorces pour une ou plusieurs années.

  • 7 A. Aubreville, 1950 : 332-333, signale Antiaris africana : « grand arbre de la forêt dense humide (...)

24Les arbres développant de grands houppiers sont situés sur les piémonts ou dans les blocs de rochers afin de ne pas priver les sorghos de l’ensoleillement nécessaire. Certains, comme le cailcédrat étaient semés entre les rochers afin de provoquer leur éclatement et accentuer leur désagrégation. Sur les terrasses, les arbres subissent des façonnements divers, où domine le traitement en tétard tous les trois ou quatre ans des Ficus spp., tamarinier (Tamarinus indicus), Anogeissus leiocarpus, Faidherbia albida,Vitex doniana et un élagage annuel avant les semailles. Khaya senegalensis sur les piémonts est taillé à partir des branches maîtresses, ce qui lui confère un port particulier. Antiaris africana, principalement en pays uldeme et mada, est traité en peuplier7. Une taille en une seule cime se retrouve pour les Celtis integrifolia (chez les Muktele) et aussi pour Terminalia brownii. La gestion de la croissance des arbres qui conditionne leur traitement ne favorise pas les gros spécimens.

25On observe une prépondérance des ligneux de moins de 1,5 m, l’existence d’une strate de plus de 2,5 m (environ 30 %) et une faible proportion de ligneux intermédiaires (Dury, 1991 : 14). Ces limites visent à ne pas gêner la croissance des sorghos, préoccupation majeure, à disposer de bois d’œuvre et aussi à répondre à des préoccupations rituelles. Un arbre vieux acquiert une personnalité qui rend malaisée son exploitation. Les populations des monts Mandara ne mentionnent jamais une crise du bois de chauffe, elles n’évoquent que l’insuffisance de bois d’œuvre. La gestion des longues tiges des sorghos des lithosols suffit pour alimenter les foyers. On ne fait appel au bois que pour brasser la bière et pendant les nuits de saison froide.

26Un certain nombre d’essences qui fournissent généralement des perches pour la construction ont également un rôle de soutien de terrasses en raison notamment de leur type d’enracinement. Elles sont traitées en taillis (Terminalia brownii, Holarrhena floribunda, Acacia polyacantha) donnant un à trois rejets à la différence de Ziziphus mauritiana. On rencontre aussi des Grewia vilosa, Grewia cissoides et des Indigofera spp.

27Si le jujubier (Ziziphus mauritiana) est de loin le plus abondant, certaines essences prennent parfois le pas sur lui. Chez les Podokwo, des quartiers entiers ont donné la préférence à Terminalia brownii qui offre de longues perches d’un bois très dense, d’excellente qualité. Il correspond à des densités plus fortes que le jujubier car il rejette moins de souches, une à trois tiges. Dans certains massifs (mada, uldeme), Anogeissus leiocarpus, Acacia polyacantha laissent les rives de mayos pour les bords de terrasses (pays zulgo, uldeme). On remarque aussi Annona senegalensis dans le massif d’Oupay. Quant à Holarrhena floribunda, il devient quasi exclusif dans cette fonction chez les Bana et les Jimi.

28Le jujubier reste un arbre particulièrement important pour les montagnards et il peut représenter plus de 50 % du parc. Traité en taillis à courte révolution (3 ou 4 ans) ou en taillis furetés, les cépées vont de deux à trois pieds jusqu’à une trentaine. Les groupes de rejets sont disposés en plateau, et parfois on fait taller les souches en plaçant au centre des pierres issues d’un épierrage ou simplement celles jetées par les enfants contre les troncs pour faire tomber les fruits. Ces larges souches, qui peuvent correspondre à trois ou quatre générations de cultivateurs, sont traitées ainsi chez les Kapsiki, Muktele de la région de Zouelva.

29Dans des milieux volcaniques qui dégagent peu de gros rochers, elles sont laissées au niveau des murs des terrasses peu élevés. Chez les Mofu, en revanche, on prélève peu de perches sur les jujubiers dans les terrasses afin de ne pas trop les renforcer et d’éviter de fragiliser le mur de soutènement. On les appelle leveo matrana (jujubier paralysé); on encercle souvent les rejets après avoir éliminé les tiges de mauvaise venue pour produire des tiges droites. On les émonde en laissant trois à quatre branchettes aux extrémités (dites herneh ma leveo, langue de jujubier). La taille se pratique au mois de mars et on recueille alors des perches de 5 à 6 m de longueur pour 10 à 15 cm de section. Lorsque l’arbre a dépassé sa période de taille il est appelé wudeo (toujours en mofou), ses perches ne sont plus utilisables comme chevrons, elles servent pour élever des hangars et jadis pour la confection de charbon de bois. Lorsqu’il a dépassé une génération, il devient leveo ma gwa (le jujubier du massif); on a peur de le tailler et il devient support d’un génie ; on se contente de l’émonder afin qu’il ne nuise pas à la croissance du sorgho et n’en blesse pas les panicules. Il est impossible d’éliminer un jujubier sans une offrande. Il faut en effet brûler ses racines, geste jugé dangereux car en temps normal, il est interdit de faire du feu à son ombre.

30Comme Faidherbia albida, Acacia polyacantha, A. ataxacantha... le jujubier est « un arbre qui garde l’eau » et allumer un feu mécontenterait les esprits du massif. Toutefois, les perches sont souvent blessées par le martelage visant à faire tomber les fruits. Ces fruits sont largement consommés, notamment dans certains massifs (à Douroum par exemple). Comme pour le mil, on en remplissait d’abord le silo de l’homme, puis celui de la première femme. Ils étaient conservés dans des cendres ou de l’argile fine. Le chef de famille exerçait sur le stock de jujubes un contrôle identique à celui du mil. Si un jujubier produisait peu, il était fumé et on le faisait élaguer par une femme ayant donné naissance à des jumeaux. Sur le plan de la symbolique, le jujubier reste un arbre bénéfique. C’est le seul bois admis dans la construction des armatures de greniers. Il sert aussi de civière pour les morts, pour creuser et mesurer les tombes. Son bois est requis pour la cuisson des ingrédients sacrificiels.

31Chez les Mafa, en revanche, l’intérêt pour le jujubier est moindre, sa production était du ressort des femmes et n’entrait pas dans le grenier.

  • 8 Le pourcentage de Ficus peut représenter entre 20 et 35 % des ligneux à Ziver (Seignobos, 1988) et (...)

32Les parcs complexes de montagnes sont souvent dominés par les Ficus, promus arbres à tout faire : brèdes, fruits, fibre, perches... Ils comptent parfois pour plus de la moitié dans les essences sélectionnées8. Cette sélection porte sur treize espèces dont certaines sont spécifiques de la montagne (F. abutilifolia, F. cordata, F. populifolia, F. umbellata, F. dicranostyla) ; d’autres, comme F. trichopoda, chez les Bana et Jimi, se teintent d’affinité soudano-guinéenne. Dans le cas de F. abutilifolia, le système racinaire aérien exceptionnellement développé fait qu’il prospère sur les rochers. Ce « Ficus des rochers » est dominant sur les massifs îles granitiques de la région de Maroua. Les Mofu semaient ses fruits dans les interstices des blocs de rocher. Ses sycones étaient encore préparés sous forme de boule dans les années 1940 (à Mowo, Tchéré, Dougour...). Ses jeunes feuilles et son liber entraient dans la composition de sauces. Il reste aujourd’hui un excellent fourrage.

  • 9 Les feuilles de Ficus dicranostyla peuvent faire l’objet d’un rituel de prémices comme pour toutes (...)

33Chez les Mafa, les Ficus à proximité de la maison sont aménagés avec un platelage en séchoir et peuvent accueillir la famille le soir, à la fraîcheur. Un Ficus l’emporte et peut même dominer la gamme : Ficus dicranostyla9 (mindek), qui fut jadis l’objet d’une diffusion de massif à massif. Ses brèdes récoltées en mai-juin sont le premier légume vert, avant même les feuilles de Vigna unguiculata. Fraîches ou séchées, elles sont commercialisées sur les marchés de piémont. Auparavant, on faisait sécher ses sycones pour la confection d’une boisson fermentée. Avec son liber, ou plus exactement celui de ses racines, on tresse de petits réticules. Son utilisation est telle que les mindek placés près des habitations sont souvent équipés de fourches pour y accéder.

  • 10 Les plus gros Faidherbia albida sont interdits d’abattage. Chez les Mofu, les jeunes gens ne pouva (...)

34Selon les montagnards, Faidherbia albida serait venu de la plaine, ses graines dans le ventre des bovins qu’élevaient pour les uns les Zumaya, pour les autres les premiers Fulbe apparus dans la région. Le zébu, et non le taurin, ou un métis, aurait été le vecteur de cette diffusion. Chez les Mofu, il fut longtemps le monopole des chefs de massifs puisqu’il se développait à partir du fumier des bœufs de case que possédaient chefs et notables. Les rapports que certains groupes entretiennent avec F. albida restent très complexes10 (Seignobos, 1996).

  • 11 Pour les Mofu, Faidherbia albida ne pourrait pousser près des habitations, car il ne supporterait (...)

35 F. albida est présent dans les montagnes, sur les basses pentes, dans les fonds de vallées hautes, partout où les terrasses s’élargissent. Il est favorisé par un sol profond où s’enfonce sa racine pivotante, qui, dans le cas contraire, deviendra traçante, fragilisant l’arbre face au vent, et gênera le paysan11. On gère sa croissance, en l’empêchant de devenir trop gros ; il est abattu entre dix et quinze ans. La limitation de trois à cinq pieds par demi-corde (environ 25 ares) semble un optimum.

36Dans certains massifs (Gemzek, Mada...), Faidherbia albida serait développé pour contrer la montée de Striga hermonthica sur les terrasses. En effet, d’une présence sporadique sur les piémonts au début du siècle, S. hermonthica se serait diffusé sur le haut des pentes avec le fourrage apporté aux bœufs de case.

  • 12 Son importance transparaît dans un proverbe mofu : « Celui qui abat gwalam finira par tuer sa prop (...)

37Jadis, sur les massifs, les techniques de restitution ne concernaient pas F. albida. L’arbre préservé et suscité pour l’enrichissement du sol sous son houppier était Acacia polyacantha, qui est encore désigné, après Faidherbia albida, comme l’arbre conférant le plus de fertilité. Il offre une bonne production en biomasse et ses feuilles se décomposent bien sur place. Il est fixateur d’azote. Son excellente croissance le fait passer en moins de trois ans à 3,25 m (Peltieret al., 1993). Ses feuilles sont très appétées par le bétail, qui consomme aussi les gousses et le propagent. Son influence sur les sorghos et l’éleusine en faisait un arbre interdit d’abattage12 et le contrevenant était convoqué chez le chef pour payer une amende. On l’observe dans certains massifs gemzek, zulgo, mada, uldeme, mais aussi chez les Kapsiki, en mélange avec F. albida dans des proportions de un pour trois, parfois à égalité et même en plages à dominante à proximité de talweg et sur les terrasses. A. Vaillant (1948 : 13) signale A. polyacantha dans une forme particulière de restitution : « Sur les terrasses en jachère, les Mofou ont soin de laisser pousser des arbustes utiles. On y rencontre fréquemment des boisements artificiels (Acacia polyacantha, Terminalia brownii) indépendamment d’un arbre particulièrement répandu sur les terrasses : Faidherbia albida dont nous avons signalé l’association aux cultures de céréales. »

  • 13 Les Mofu utilisaient également Digitaria horizontalis, graminée qui poussait plutôt dans les endro (...)

38On constatait aussi en montagne une large utilisation des cendres de Acacia sieberiana, de A.polyacantha, de jujubiers et surtout de Faidherbia albida, que l’on répandait pendant la saison des pluies sur les billons de souchet ou sur des pieds d’arachide13. De A.sieberiana et de A. ataxacantha, les montagnards disent : « c’est aussi de l’engrais ». Les lignes défensives de A. ataxacantha semés sur 20, parfois 30 m de largeur, servaient aussi à enrichir les arènes des piémonts immédiats. On les abattait régulièrement pour les avancer ou les reculer, et les bandes de terre étaient alors réputées très riches car elles avaient été couvertes par une légumineuse, également piège à éléments fins qui s’y déposaient comme un limon.

  • 14 L’utilisation jadis du charbon de bois donnait la priorité pour les bas-fourneaux à Acacia polyaca (...)

39La fourniture de bois d’œuvre, de bois de chauffe14, l’appui agronomique et les compléments alimentaires ne sont pas les seuls apports de cette végétation sélectionnée. Curieusement les besoins oléifères qui auraient pu être couverts par l’arbre le furent par des plantes cultivées (oseille de Guinée, sésame) et aussi par le suif des animaux claustrés. L’huile de Khaya senegalensis fut l’huile vestimentaire par excellence, mais aussi un ingrédient essentiel des rituels et de la pharmacopée.

  • 15 Strophantus est mentionné dans la rubrique « production de cueillette », in : Rapport Annuel du Sec (...)

40Mentionnons aussi les arbres à poison sagittaire, comme Strophantus sarmentosus, que l’on retrouve en abondance sur les pentes tournées vers la plaine de Mora et de Koza15. Des graines faisaient encore l’objet au début du siècle d’un négoce en direction du bassin du lac Tchad.

41En l’absence de cotonniers pérennes, les femmes avaient recours, pour leurs ceintures pelviennes, au liber d’un certain nombre d’arbres. Dans les zones ouvertes sur la plaine, elles prenaient Piliostigma reticulatum, arbuste qui pousse sur les piémonts, en concurrence avec Lannea microcarpa préservés sur les pentes et taillés en têtard. Toutefois, dans certains massifs, P. reticulatum pouvait prendre une forme nettement arborescente. L. microcarpa était parfois réservé aux seules femmes des chefs et des notables. Dans les massifs reculés ou sur les plus hautes pentes, elles utilisaient, outre Lannea microcarpa, certains Ficus, tandis que dans les massifs les plus enclavés, chez les Mafa, L. microcarpa est, de façon surprenante, peu présent et sans utilité.

42L’évolution des pratiques culinaires joue insensiblement sur la composition des parcs.

43Chez les Mofu, Lannea microcarpa (meleper) était « commandé », plutôt géré, par les femmes, qui en récoltaient les fruits. Ces fruits subissaient une longue préparation. Après avoir été mis à mûrir pendant une dizaine de jours dans la terre, ils étaient épluchés, lavés, mis à sécher, puis à reposer quatre jours dans une jarre. Ils donnaient alors une sorte de condiment (medlerbedek), consommé avec la pâte d’oseille de Guinée (use). Les graines elles mêmes étaient recueillies pour l’obtention d’une pâte oléagineuse, comparée à celle de l’arachide. C’est l’arrivée sur le massif, à la fin des années 1930, du poisson séché, mieux appété (Tilapia spp., paraway en foulfouldé), issu du vrac de décrue du Logone, qui mit fin à cette consommation. L’adoption tardive (vers 1960) de la pâte et de l’huile d’arachide fit reculer la pâte d’oseille, jusque-là accompagnatrice incontournable des sauces. Cet emprunt se doubla d’une suite de recettes n’incluant plus des ingrédients issus des arbres du massif. Enfin, la production de contre-saison des jardins, gombo, gubu’do, laalo... fit, depuis 1975-1980, reculer la demande en Grewia sp., qui pousse contre les terrasses et entre les rochers. Appelé sekwer, il fournissait avec la poudre de son liber (melbe) le fond de sauce le plus courant. Il en va de même pour les feuilles de Ficus dicranostyla et de Celtis integrifolia.

44L’accès au sucre (de canne ou industriel) a fait baisser l’intérêt de certains fruitiers comme Vitex doniana, qui servaient à accommoder les bouillies...

45En marge des parcs complexes de montagne, une formation quasi monospécifique anthropique de Khaya senegalensis occupait parfois en continu les piémonts immédiats. On en retrouve encore de beaux exemplaires dans la région de Mofu Sud. Les montagnards les préservaient là (plus rarement transplantés ou semés) afin que leurs vastes houppiers ne gênent pas la venue des mils sur les terrasses.

46Ces arbres, dont un grand nombre revendiqué par les chefs, étaient tous appropriés. Lors des guerres entre massifs, le parti vainqueur faisait une démonstration de force en abattant des cailcédrats du quartier vaincu (ce fut le cas pendant la guerre qui opposa Mbokou et Douvangar dans la deuxième partie du XIXe siècle).

47Ces parcs tendent actuellement à disparaître par suite de la mise en culture des piémonts et aussi en raison de la diffusion d’un type de bière, le valawa, qui utilise son écorce. Déjà J. Mouchet (1947 : 136) signalait que « le velawa » était le nom du cailcédrat en kirdi Mora et que « l’écorce du cailcédrat mise dans la bière de mil la conserve consommable pendant une dizaine de jours ». C’est son amertume qui est appréciée. Elle en fait pour ses consommateurs une boisson « hygiénique » qui neutraliserait l’effet d’éventuels poisons. En 1945-1950, les administrateurs déploraient la disparition des cailcédrats sur les piémonts nord-est des monts Mandara, jusqu’au pays uldeme, par suite des prélèvements abusifs d’écorce. Les gens vont aujourd’hui chercher les rouleaux d’écorce plus au sud, sur les marchés de Doulek, Gazawa, Mokong... Cette bière est de plus en plus prisée à Maroua même, si bien que tous les cailcédrats plantés par le service des Eaux et Forêts dans l’interfluve Ziling-Kaliao avaient crevé sur pieds dès la fin des années 1970. Ceux le long des rues du quartier Domayo ont été condamnés dans les années 1992 et 1993 dans l’indifférence générale des populations et de l’administration.

La proto-arboriculture du pays gude

  • 16 Il est encore signifié sur les cartes IGN (au 1/50000 de 1965, Mokolo 1b).
  • 17 Sur les plateaux des Mandara, le néré fut diffusé par l’homme, semé sur les champs. Ses plantules (...)
  • 18 Les fruits de Vitex doniana servent pour confectionner des bouillies à base de riz et, récemment e (...)

48Dans les monts Mandara centraux la maîtrise de l’arbre est plus évidente encore et les pratiques du semis et du bouturage sont généralisées. Les Gude ont construit un paysage arboré particulièrement riche, dans un bocage qui est, lui, en train de disparaître16. Sont semés le cailcédrat, le tamarinier, le néré (Parkia biglobosa)17, Vitex doniana, certains Ficus, les autres sont bouturés. Tous sont susceptibles d’être transplantés à l’état de plants, de recevoir de la fumure et une protection d’euphorbiacées. L’arbre est protégé à proximité des concessions, dans les champs de case et dans ceux de brousse. Le parc est remarquablement calibré et surprend par l’importance des spécimens jeunes : tamariniers, cailcédrats, Celtisintegrifolia, Ceiba pentandra, baobab... L’intérêt pour l’arbre se prolonge avec les fruitiers : papayers, citronniers, goyaviers, manguiers... Ce parc, d’une rare richesse, n’est pas un simple complément de plus en plus anecdotique des productions agricoles. Dans cette région frontalière du Nigeria, où tout se vend, le parc est rentable. On vend les graines de néré en sac (le dawadawa) dont chaque pied peut fournir jusqu’à 20-25 kg, des boules de gousses de tamarinier, des fruits de Vitex18, les feuilles de baobabs, de l’huile de cailcédrat...

49L’arbre signifiant du paysage sur les nouvelles emblavures du plateau est le néré, il se prolonge chez les Jimi et les Bana. Semé sur les champs, il a pour compagnon Vitex doniana.

50Ces essences étant mellifères, la région produit également du miel.

51L’arbre est pris en considération dans l’organisation du village. Outre les haies bordant les chemins, protégeant les champs de cases, on remarque sur les places des sortes de margelles de pierres enserrant le tronc des Ficus.

52Les parcs complexes de montagne font la démonstration de l’absence d’une différenciation absolue dans la génétique des parcs entre ceux dont les essences sont préservées, ceux où elles sont plutôt suscitées et ceux, enfin, où elles sont semées ou bouturées. Ils représentent les trois processus de mise en place pour une meilleure valorisation d’un milieu où l’espace est mesuré. Il existe donc des essences utiles de rochers, de proximité d’habitations et de champ.

53La cartographie de ces parcs est malaisée. On pourrait tracer les limites de certaines essences, comme celle du néré, dont la présence n’est significative qu’au sud de Mokolo; celles du baobab, présent chez les Kirdi Mora et les Vame, à la pointe des monts Mandara et qui ne réapparaît ensuite qu’en pays kapsiki. On peut tracer les isolignes de certaines espèces, comme Antiaris africana, ou signaler certaines absences, comme celle de Ziziphus mauritiana.

54Si les plages à Faidherbia albida ne font ressortir que les replats et les fonds de vallée, la cartographie des aires à Ficus renseigne sur les économies les plus enclavées et les plus archaïques.

Les parcs résiduels de plaine

55Ces parcs ne sont pas faciles à dégager ou à reconstituer. Ils se présentent à l’état d’îlots, voire de traces, parfois au sein de nouveaux parcs.

56Au nord de la latitude de Mora, sur les buttes anthropiques des yayrés et à proximité du Logone, on observe (à Ngodeni par exemple) des peuplement denses de tamariniers, souvent accompagnés de Celtis integrifolia, Kigelia africana, Diospyros mespiliformis et Anogeissus leiocarpus... Le tamarinier a pu, grâce à ses services, se maintenir à travers différents agrosystèmes successifs et en raison aussi de sa longévité.

57 Celtis integrifolia est à la fois un arbre oléifère — avec une multitude de petites graines — et un arbre légumier. Aujourd’hui, seule l’utilisation des feuilles en légume est retenue. Il joue également un rôle dans l’alimentation du bétail.

58La présence de Celtis integrifolia (ganki, pl. gande en foulfouldé) signale toujours des sites d’établissements anciens. Sur les rives du Logone et du Guerléo, il prospère à proximité d’anciens ngulmun (muraille des populations paléo-masa) (Seignobos, 1986) accompagné de vieux tamariniers, cailcédrats et de Ficus. On relève toutefois C. integrifolia en dominante sur un certain nombre de sites, sur les bords du mayo Ranéo et du mayo Tsanaga. À Mahel, dans le Diamaré, par exemple, chacune des strates de peuplement qui se sont succédé ont repris le parc de C. integrifolia. Les rôniers qui lui sont associés ont, en revanche, quasi disparu.

  • 19 A. Marliac : 1975-1976 : Salak ; 1979-1982 : Garey ; 1981 : Mongosi.

59La toponymie, en foulfouldé comme en guiziga, trahit une présence ancienne de C. integrifolia : Gandéo (près de Gayak), Vindé-Ganki (près de Godola), Gandé-Yaga, Gandéré... et les villages prenant le nom de Loubour (dlubur) chez les Giziga. Les fouilles archéologiques attestent également de sa présence dans les macrorestes végétaux19.

60Les traditions orales, enfin, confirment que des parcs très denses occupaient la zone de Balda à Maroua, non seulement le long des mayos, mais jusque sur les piémonts, à Gayak, Godola, Kaliao... On peut donc évoquer pour le XVIIIe siècle un peuplement anthropique de C. integrifolia sur cette latitude du Logone aux monts Mandara, avec localement de petites rôneraies.

61Les rôneraies (Borassus aethiopum) sont souvent le résultat d’une construction anthropique ou anthropo-biotique (Sillans, 1958) exemplaire, pour des populations acculées à la défensive, sur les bords des fleuves, rejetées dans les interfluves ou les redans des montagnes. C’est aussi l’arbre des terroirs réduits par une situation d’assiégés, mais aussi au service d’économies de pêcheurs peu portés sur l’agriculture, comme les Kotoko.

62Les vastes rôneraies fournissaient une base alimentaire que l’on pouvait récolter tout au long de l’année, parfaitement comparable à une production de tubercules ou de sorghos, par le fruit, l’albumen des graines — mature ou non — et surtout le germe. Celui-ci était cueilli non seulement aux pieds des rôniers femelles mais surtout on mettait en place systématiquement des jardins de drupes pour récolter, parfois au bout d’un mois seulement, les embryons.

63Les rôneraies peuvent inclure d’autres essences comme les Ficus, Celtis integrifolia... Toutefois leur densité est telle qu’elle offre une apparence monospécifique.

64Le rônier peut être aussi un arbre commensal, présent dans les habitats giziga et gidar.

65Chaque pied est largement exploité et les stipes sont marqués d’encoches pour accéder aux palmes et aux fruits. Une rôneraie peut, en fonction du contexte politique, gagner sur un parc précédent ou, au contraire, régresser. Le groupe bege, pris entre Musgum et Masa, a, sous les coups du Baguirmi durant les XVIIIe et XIXe siècles, favorisé ou repris une rôneraie qu’il identifia à son peuplement. En adoptant l’agrosystème de leurs voisins masa, les Bege développèrent un habitat dispersé, élevèrent le bovin et prirent du recul par rapport au fleuve et à ses activités. Aussi, depuis la seconde partie du XIXe siècle, Faidherbia albida a progressivement envahi la rôneraie. Dans un premier temps, les Bege refusèrent cet arbre, dont le couvert génait la bonne venue des germes de rônier, base de leur alimentation. Peu à peu toutefois, l’intérêt porté à de nouveaux sorghos et le manque de bois les ont poussés à accepter F. albida.

66La répartition géographique des rôneraies est redevable à l’histoire. Le bas Logone et le bas Chari furent longtemps une marche frontière entre les royaumes du Bornou et du Baguirmi. De plus, les cités kotoko vivaient dans des rivalités endémiques... ce qui explique la présence ici d’une ligne de rôneraies parfois jusqu’aux portes des cités emmuraillées (Bégué, Pouss, Goulmoun, Zimado, Logone-Birni, et, sur l’autre rive, Douvoul, Goffa, Houloum, Logone-Gana, encore à Kousseri au début du siècle). Le rônier se retrouve le long du Taf-Taf et dans le triangle Nganatir-Kobro-Blangwa. D’autres peuplements de rôniers, plus disparates, sont redevables aux mouvements de populations du Logone aux monts Mandara. Certains groupes le véhiculèrent sur tous leurs sites, sur les berges des mayos Boula et Tsanaga (à Diguir, Gaygay-Koumayré, Biriwo...). Le rônier s’est également développé à l’entrée des monts Mandara, à Movo, Goudour, Boudoum...

  • 20 «... comme la reproduction des figuiers nécessite la présence d’un minuscule hyménoptère qui vit e (...)

67Les Ficus se manifestent en plaine en formations plus ponctuelles. Ils ont également été suscités par des populations menacées, contraintes de disposer de productions de famine. Ils marquent fortement le paysage du pays musey, où plus qu’à un affrontement avec les Masa, des groupes minoritaires furent exposés aux remontées d’autres fractions musey méridionales. Les Ficus les plus répandus sont : F. glumosa (ndimma), F. ingens (goloona), F. platyphylla (boona catta ub jufa), F. gnaphalocarpa (tuluma) et F. thonningii (seywena). Les houppiers de ces Ficus peuvent, pour certains, dépasser 25 m de diamètre. Les quantités de fruits fournis sont appréciables. Le Ficus platyphylla, par exemple, fructifie deux fois par an (en mars et août), et les fruits se prolongent chez ces Ficus durant six mois20. Leur intérêt reposait exclusivement sur les sycones consommés mûrs, séchés, verts mais bouillis, pilés et mis en boules. La consommation de jeunes feuilles de F. ingens et de F. platyphylla était plus secondaire. La constitution de ces parcs de Ficus est passée — mais pas uniquement — par une pratique sociale, celle de bouturer des Ficus sur les tombes aux abords des villages. Comme les villages musey sont mobiles, les parcs de Ficus subsistent en dépit d’une déprise des cultures, suffisamment développés pour résister aux feux courants. Ces pseudo-parcs sont adaptés à des cycles de jachères longues, un peu comme les parcs de karités, également présents dans le paysage.

68On observe aussi dans le pays tupuri des îlots à Ficus dont la genèse est voisine. Ils sont parfois pris dans un parc de Faidherbia albida, les Tupuri s’étant convertis dès la fin du XVIIIe siècle à la civilisation agro-pastorale des Masa. D’autres îlots de Ficus peuvent être signalés, comme dans la région de Dogba (F. gnaphalocarpa, F. platyphylla), qui ici sont plutôt nés d’un interdit de coupe.

Les constructions anthropiques récentes

Les parcs de Faidherbia albida

69De nos jours, les parcs de Faidherbia albida se développent à partir des zones de parcs complexes, sur les piémonts des monts Mandara septentrionaux et sur le plateau Kaspiki.

70Les parcs de piémont des monts Mandara nord-orientaux, entre Méri et Mora, sont nés de la conjonction des Fulbe du Diamaré (Mangafé, Dogba...), venus faire pratiquer à leurs troupeaux des cures de légumineuses et des cultivateurs montagnards descendus en plaine. Ils furent pour l’essentiel élaborés entre 1965 et 1985. Ce sont des parcs quasi monospécifiques, et même les jujubiers en sont souvent absents. De la même façon, le parc de Faidherbia albida a investi la plaine de Koza. Il y est plus composite avec un pourcentage important de Stereospermum kunthianum et, dans sa partie orientale, des Anogeissus leiocarpus, tandis que Khaya senegalensis et les tamariniers se retrouvent sur les piémonts immédiats. Au nord de la plaine de Koza, le parc de Faidherbia albida se développe encore à partir de parcs anciens très denses, circonscrits autour des massifs-îles, comme celui de Kérawa, et à partir de ceux qui longent les mayos Ngassawé, Kolofata et Kérawa.

71 Faidherbia albida ne se développe en parc que lors de situations bloquées. Les Mafa piégés dans la plaine fermée de Koza, les Mada et Uldeme gênés dans leur progression par les ressortissants des massifs-îles de Molkwo, Mouyangué, Ourzo et des villages mandara ont reproduit le système intensif des montagnes, mais basé sur cette espèce. L’attitude est différente sur les piémonts orientaux des massifs de Molkwo et Mouyangué qui regardent vers une plaine ouverte où les cultivateurs ont construit plus tardivement leur parc à Faidherbia. Dans ces piémonts dégradés, on ne trouvait que des parcs issus de défrichements, à Daniellia oliveri accompagnés de Anogeissus leiocarpus et de Balanites aegyptiaca.

72L’occupation du plateau Kapsiki par les cultivateurs qui se sont peu à peu « déperchés » depuis les années 1960 a transformé cette zone savanisée. Les sols, en grande partie sur matériaux volcaniques, développaient d’épais tapis graminéens qu’emportaient les feux courants gênés par aucun obstacle rocheux. La répétition de feux pour la chasse et le regain nécessaire aux troupeaux avait refoulé l’arbre dans les seuls bas-fonds où, contrôlé par l’homme, il servait de couverture à des productions de soudure, comme Ensete gilletii. Cette savanisation a eu aussi pour conséquence le renvoi de l’arbre dans les périmètres habités ou vivifiés des réduits défensifs en contrebas des pointements volcaniques. Ainsi, à Mogodé, le baobab pousse près des habitations et Acacia polyacantha est abondant alors qu’il y a peu de Faidherbia albida, mal entretenus. On note quelques Acacia sieberiana, nérés, tamariniers, Ficus gnaphalocarpa,F. dicranostyla et même Haematostaphis barteri... Dans d’autres sites kapsiki, le pourcentage de Faidherbia albida remonte, de même que ceux de Khaya senegalensis et de Anogeissus leiocarpus. Depuis le début des années 1970, le plateau se piquette progressivement de jujubiers, dont les vecteurs de diffusion sont les petits ruminants. Le même processus se remarque au nord de Mokolo, sur le plateau intérieur. Les cultures font revenir l’arbre par l’entremise du couple Ziziphus mauritiana/Faidherbia albida.

73La construction d’un parc de Faidherbia albida est plus lente. Outre la nécessité de sa diffusion par le bovin, il faut trois ans pour constater une croissance notable sur champ car, en marge, il supporte mal la concurrence herbacée. Il ne protégera pas rapidement le sol car il adopte d’abord un port en cône renversé irrégulier avant de passer à un houppier couvrant. Il faut donc un certain temps pour obtenir un parc bien calibré avec vingt gros pieds par hectare, pouvant assurer 40 % de la couverture des champs.

74 F. albida était jadis présent dans les monts Mandara centraux, qui connurent un élevage taurin plus répandu que de nos jours, mais il ne se présentait que rarement en dominante de parc.

75Sur les rives du Logone, du Guerléo et du lac de Guissey, les formations anthropiques anciennes (rôniers, tamariniers, Ficus spp. et Celtis integrifolia) ont été englobées dans un vaste parc de Faidherbia albida. Pourtant, même si la postériorité de ce parc est patente, cela ne veut pas dire qu’il n’était pas présent auparavant.

  • 21 À la différences des architectures montagnardes, qui utilisent essentiellement les perches de juju (...)

76Ces parcs sont au service de systèmes agro-pastoraux fortement apparentés (masa, muzuk et tupuri). Les densités de peuplement sont relativement fortes (autour de 75 à 80 hab./km2), toutefois, le développement du parc chez les Masa est moins lié à la densité qu’à la volonté de maintenir des terroirs réduits qui puissent faire l’économie d’une dispersion des champs tout en restant à proximité des cours d’eau. Cet impératif permet de réaliser la trilogie masa : culture de sorghos hâtifs-pêche-élevage, grâce à la présence du fleuve et des pâturages du lit majeur. Le parc de Faidherbia albida présente un deuxième niveau avec les Ziziphusmauritiana traités en têtard bas, moins pour les perches21 que pour les émondes qui servent à monter des haies protégeant les soles de sorgho et canalisant les troupeaux. Celles-ci se relient à des tronçons de haies pérennes qui matérialisent le chemin du bétail. Les marges du parc qui accompagnent des champs de brousse réduits portent Stereospermum kunthianum, quelques Combretum nigricans et C.avicennioides. L’agriculture limitée à une gamme de sorghos rouges n’a pas engendré, en négatif, une complexité du parc.

77En marge des parcs se développent, après la récolte, des buissonnements de Faidherbia albida associés à des rejets de jujubiers d’une extrême densité pouvant couvrir 45 à 50 % du sol. Ces rejets peuvent être maintenus ainsi pendant deux ans (à Mémé, Dogba, Diguir, Balaza, Gazawa...). Cette pseudo-jachère est plutôt perçue comme un handicap par les cultivateurs, en raison des redémarrages trop rapides à partir des racines. Le nettoyage des champs s’apparente alors à un défrichement. Chaque année, le cultivateur coupe d’abord les jujubiers en même temps que les tiges de cotonniers, mais il attendra le dernier moment, un mois avant les pluies, pour Faidherbia albida qui, sans cela, repartirait. Entre temps le petit bétail vient le brouter. Toutefois, si l’enrichissement du sol est admis par le paysan, ce couvert de F. albida buissonnant n’entre pas dans une stratégie agraire bien définie. On devra extirper les racines si l’on veut mettre en place un jardin. Faidherbia albida a une croissance apicale rapide. Par le développement de ses houppiers, le parc de F. albida crée peu à peu son propre ordonnancement en empêchant le recrû de jeunes plants.

Les autres types de parcs

78Dans la zone de peuplement peul, les parcs hérités des groupes païens (Musgum, Giziga et Zumaya) ont été imparfaitement détruits, puis irrégulièrement reconstruits, moins en continu et calibrés que ceux des Masa. Comme ailleurs, les Fulbe ont après leur conquête hérité des parcs haa’be pré-existants. Ils véhiculèrent, en revanche, des essences liées aux cités soudaniennes du XIXe siècle et singulièrement au Bornou où ils avaient longtemps séjourné. Ce cortège d’arbres est encore présent : baobab, Ficus polita, Ziziphus spina-christi, Moringa oleifera, Cordia africana... L’instabilité de l’habitat peut favoriser le glissement de ces arbres sur les champs, ainsi par une sorte de balayage de l’espace par l’habitat, des « parcs » composés d’Adansonia digitata, de Ziziphus spina-christi et de Ficus polita peuvent être ébauchés.

79Certaines ethnies (Giziga, Gidar, Mundang) n’ont développé que des parcs circonscrits aux périmètres habités, c’est le parc sur champs de case. Il s’agit d’une sélection peu dense, mais variée. Toute la palette des ligneux utiles de la région est représentée : Ficus spp., rôniers, Celtis integrifolia, Anogeissus leiocarpus. Ce parc était complété, au début du siècle, par la forte anthropisation des reliefs ruiniformes protecteurs où dominent, comme à Moutouroua, Haematostaphis barteri, Bombax costatum et, bien sûr, les Ficus. Faidherbia albida est présent dans le périmètre habité, mais l’agrosystème ne le prend pas en compte.

  • 22 Acacia nilotica est appelé gawari en foulfouldé, mais l’utilisation de la gousse, gabde, est telle (...)

80On note l’existence de parcs de circonstance, comme à l’est de Maroua (à Kodek, Kongola, Balaza...) avec des peuplements anthropogènes de Acacia nilotica. Ils ne se contentent pas des zones de hardé et s’étalent en sous-parc de Faidherbia albida ou carrément en dominante. Ils sont nés des besoins de Maroua, dont la principale activité est l’artisanat, pour alimenter le travail du cuir, les gousses d’Acacia nilotica (gabde22) fournissant un ingrédient essentiel pour les bacs à tannage.

81Au Nord-Cameroun, le parc de Prosopis africana est circonscrit à une région frontalière du Tchad, de Guéré à Holom.

82À la différence du parc de Faidherbia albida construit méthodiquement par l’homme sur des champs permanents, le parc de P. africana est directement issu du défrichement. Néanmoins, étoffé et entretenu il paraît s’inclure dans une stratégie de jachères courtes, comme dans les terroirs des Musey d’Holom. P. africana possède un bois très dur, pratiquement imputrescible et inattaquable par les termites, bien qu’il s’agisse d’une essence à croissance rapide. Chez les Musey, hoyna (P. africana) servait de bâti aux tombes ostentatoires, composé parfois de dizaines de pieux vivement colorés. Le chef de terre choisissait l’arbre et seuls les guerriers pouvaient l’abattre lors d’un rituel. Ces tombes émaillent les parcs à Prosopis qui leur assurent la pérennité. Ici, le rôle social de l’arbre semble prendre le pas sur ses autres fonctions. D’autant que son intérêt agronomique est moindre que celui de Faidherbia albida. Toutefois, la composition chimique du sol sous les houppiers de Prosopis s’enrichit en azote ainsi qu’en bases échangeables, en particulier en magnésium et potassium (Bernard, 1996 : 82). Il serait donc favorable aux cultures de sorghos et d’éleusines. Les gousses fournissent un bon complément alimentaire pour le bétail lorsque les pâturages sont peu propices. Bovins et petits ruminants stationnent sous ses houppiers. Comme pour Faidherbia, c’est le bétail qui assure la dissémination et les scarifications faites par les dents des chèvres qui augmentent son pouvoir de germination.

83Naturellement bas et branchu, il subit un élagage systématique, de la même façon que pour Faidherbia. La taille intervient généralement avant la remise en culture, tous les quatre à cinq ans.

84Depuis le milieu des années 1980, les parcs à Prosopis sont en recul sous l’influence de plusieurs facteurs. D’une part, il ne sert plus socialement et, d’autre part, le sol sous les houppiers ne se montre pas particulièrement favorable au rendement de coton-graine. Or, l’agrosystème musey évolue irrémédiablement vers un modèle commun aux plaines de la province où le coton s’est développé dans une politique peu favorable à l’arbre. La saturation foncière, en contribuant à la suppression de la jachère, limite la reprise des jeunes Prosopis. Enfin, le développement récent des sorghos repiqués sur les sols vertiques sans arbres a achevé la désaffection envers le Prosopis. Les Prosopis qui peuvent dans certaines parties du terroir de Holom représenter 58 % des essences pour un parc de 6,3 arbres par hectare sont délaissés, 21 % seulement sont en bon état et 29 % en voie d’extinction (Bernard, 1996 : 61). Le parc est en voie de régression accélérée. L’intérêt de son bois pour le charbon ou comme bois d’œuvre ne semble pas prendre le relais. Il transparaît encore au sud des Masa Bugudum (à Nouldayna) où il subit actuellement un recouvrement par Faidherbia albida.

85On remarque l’absence de parcs de karité (Vitellaria paradoxa) qui n’apparaissent que de manière peu dense dans le triangle Bidzar, Djougi, Boudva, au-delà de la limite de la province. Le karité s’intègre pourtant dans les paysages depuis la latitude de Mouda. Son absence sur la montagne — hormis dans le no man’s land Kapsiki-Kortchi — est encore plus évidente.

86Arbre des jachères longues ou de marge de parc, il supporte bien les feux de brousse, non seulement adulte, mais aussi sa germination souterraine le met à l’abri du feu. Le choix des agrosystèmes de la région n’a pas privilégié son huile (la matière grasse étant fournie par le bétail ou des cultures oléifères) sauf très localement (Musey, Mundang). Seuls ses fruits sont grappillés et son latex sert de glu pour capturer des oiseaux.

87On peut aussi s’interroger sur un associé fidèle du karité : Parkia biglobosa, également peu représenté en plaine. La surexploitation de certaines essences comme Prosopis africana et même, localement, Ziziphus mauritiana, pourrait être à l’origine de leur quasi-disparition sur les massifs-îles de la région de Maroua et sur leurs abords où ces arbres produisaient autrefois un charbon recherché (cette région fut une zone très active de réduction du fer pendant les XVIIIe et XIXe siècles).

L’absence de parc

88Une grande partie de la province ne porte pas de constructions arborées en parc, simplement parce que les agrosystèmes concernés n’en ont pas besoin.

89L’existence d’un parc n’est pas obligatoirement associé à un seuil de peuplement et au choix de la culture intensive. Certains agrosystèmes intensifs se passent de l’arbre, notamment tous ceux basés sur les cultures de contre-saison. Or, les transformations de l’agriculture depuis une cinquantaine d’années — outre le coton — sont passées par la vulgarisation des sorghos repiqués (muskuwaari) qui occupent des surfaces de vertisols plus ou moins vastes et le développement du maraîchage irrigué. Ces deux formes de mise en valeur ne favorisent pas l’arbre.

  • 23 Ce processus a été décrit par J. Gallais (1967) dans le delta central du Niger au Mali. Sur la riv (...)

90C’est ainsi que les Tupuri dans leur remontée vers le nord jusqu’à Dargala n’ont pas reproduit dans leurs nouveaux établissements, ou alors avec retard, les parcs de Faidherbia albida de leur zone de peuplement originel. Leurs fronts pionniers s’appuient essentiellement sur l’exploitation des karals. Il en est de même pour les Fulbe qui, en arrière des bourrelets de berges des cours, ont défriché de vastes espaces de karal. Dans le même temps, les encadrements successifs de la production cotonnière, CFDT puis Sodecoton, ont manifesté un constant souci d’extirper les arbres des soles cotonnières. Sur les berges des fleuves, la double culture, sorghos hâtifs ou maïs, puis jardins irrigués entraîne le recul des Faidherbia albida23.

91Il en est de même pour les Kotoko et les Musgum des yayrés. L’exploitation de leur milieu ne pouvait reposer sur les ligneux, mais sur les seules phragmites et essences suffrutescentes présentes.

92L’indigence des végétations anthropiques dans la bande de terre allant de la latitude de Kousseri au lac est liée à de tout autres causes. Les stress hydriques répétés depuis le début du siècle ont fortement ébranlé les sélections arborées anthropiques. Lors des sécheresses de 1901-1904 et de 1913-1914 des peuplements de Khaya senegalensis disparurent des bords du Chari et du Serbéwel. Il ne reste que quelques toponymes arabes : murh, murhay, pour les rappeler. À cette même époque, autour de Makari et de Maladi, les parcs de Faidherbia albida périclitèrent. Après la sécheresse de 1973, des formations entières de ligneux séchèrent sur pieds sur des kilomètres carrés entre Serbéwel et Taf-Taf. Des peuplements de Acacianilotica, vers Hilé-Jamena, furent touchés, de même des Mitragyna inermis et des Acaciasieberiana sur des mares définitivement asséchées.

93Comme de l’autre côté du lac, au Kanem, on ne rencontre plus que des parcs fossiles dans des endroits préservés. Ici, les jujuberaies sont absentes, mais on découvre aussi des parcs de Ficus gnaphalocarpa, comme à Madagwa sur le Serbéwel, ou de vieux parcs de Faidherbia albida, comme à Ngouma.

94Les agrosystèmes qui se sont mis en place n’encouragent pas l’arbre sur le champ. Les cultures sous pluies des Arabes Showa se limitent aux champs de case auréolaires qui profitent d’un épandage de fumier. Le gros de la production est donnée par les champs de décrue et le maraîchage.

95Il n’existe pas à proprement parler de parcs arborés façonnés par les éleveurs. Toutefois, les villages d’éleveurs qui alternent avec ceux de cultivateurs sur des zones de peuplement récent, comme le mayo Mangafé, montrent qu’ils ne sélectionnent pas les mêmes arbres. Chez les éleveurs, on observe une auréole de Balanites qu’ils laissent prospérer par drageonnement et pas ou très peu de Faidherbia albida et de Ficus. Balanites aegyptiaca est souvent présenté comme un paratype de substitution, résistant au feu. Il a supplanté ici une végétation antérieure à base de Anogeissus leiocarpus, Prosopis africana et Combretum spp...

96On voit surtout apparaître, au nord d’une ligne qui va du mayo Ranéo à Balda en passant par Papata et Doubbel, une essence très appétée par le bétail : Boscia senegalensis. Les hommes aussi récoltent ses fruits qui sont commercialisés sur les marchés pour la confection de boules et de bouillies. Entre le mayo Ranéo et le mayo Mangafé, sur des sols de type ’yongkolde (foulfouldé), sableux, on est en présence d’une véritable association anthropique : B.senegalensis, façonné par le bétail en boule buissonnante très ramifiée, associé à Balanites aegyptiaca taillé en têtard. Sur la dune elle-même, couverte de Guiera senegalensis, Boscia senegalensis peut aussi faire son apparition. Buldumje (en foulfouldé) se serait récemment développé à cette latitude avec les éleveurs. Cette sélection s’effectue sur pacage de saison des pluies, les hurum, et en dehors de toute emblavure. Ces parcs de B. senegalensis auréo aires se retrouvent jusqu’au lac Tchad.

97Sur les hardés dabbaaji, espaces où stationne le bétail, de chaque village (à Malam, Yaga, Petté...) on observe un buissonnement plus ou moins dense de végétations maintenues en port bas par la dent du bétail : Piliostigma reticulatum, Bauhinia rufescens, Capparis sepiaria, Leptadenia hastata et surtout Balanites aegyptiaca, souvent pris dans des plaques de Cassia occidentalis.

98Le bétail récupère durant la saison sèche ou à certains moments de l’année (au début des pluies), une partie des fourrages aériens de Khaya senegalensis, Ficus gnaphalocarpa, Celtis integrifolia et, bien sûr, Faidherbia albida. Pour faire face aux surcharges pastorales, les cultivateurs développent de plus en plus les essences fourragères, ainsi Stereospermum kunthianum est-il de tous les parcs.

  • 24 Lors de la sécheresse de 1983, Uudaa’en et Biibe Woyla sont descendus avec leurs troupeaux jusqu’à (...)

99L’action des éleveurs est souvent négative sur les ligneux, en parc ou non. Les moutonniers, Uudaa’en, par exemple, s’attaquent à la ceinture des gommiers (A. senegal, A. seyal, A. sieberiana...) qui entourent les yayrés. Ils en coupent imparfaitement les branches pour les rabattre vers le sol et permettre à leurs moutons d’y accéder. Des zones entières présentent ainsi des arbres mutilés, affaiblis, les moisissures s’insinuant dans les parties tranchées. Les populations locales n’achèvent pas forcément le travail en récupérant le bois et en recueillant la gomme qui exsude. Ces mêmes éleveurs peuvent, lors de stress climatique, opérer des descentes sur les parcs de Faidherbia albida des piémonts des Mandara24.

Les haies

100Des anciennes constructions défensives végétales, il ne reste que des lambeaux. Quant aux bocages défensifs au service d’économies agropastorales (Kapsiki, Bana, Jimi et Gude), ils sont actuellement en complète désorganisation.

  • 25 Chez les Musey de Gounou-Gaya, de l’autre côté de la frontière du Cameroun, les rapports des « opé (...)

101Au début du siècle, les systèmes défensifs couvraient les zones de peuplement haa’be, avec une intensification sur les piémonts des massifs-îles. Ils combinaient plusieurs essences, bouturées ou semées (Seignobos, 1980). La région de Maroua et les piémonts des monts Mandara septentrionaux donnaient la priorité à Commiphora africana combiné avec Acacia ataxacantha. Les Giziga Nord, jusqu’à Mousourtouk, privilégiaient Commiphora africana et Euphorbia unispina. À partir de Moutouroua, Midjivin, du pays gidar et jusqu’aux lacs de Guissey et de Fianga, Adenium obaesum prenait le relais, toujours associé à Acaciaataxacantha. Par ses buissonnements impénétrables, A. ataxacantha fournit la fortification végétale la plus commune de la zone soudano-sahélienne25.

  • 26 Une des plus impressionnantes réalisations de ce style fut l’aménagement par des proto-Gude du poi (...)

102Les défenses végétales ne furent pas seulement réservées aux villages et aux populations haa’be, elles intéressèrent aussi les cités, comme dans le pays hausa, et même des capitales. Kérawa, capitale du royaume du Wandala avant Doulo, fut jusqu’au XIXe siècle défendue par un rempart végétal. Composée de Commiphora africana bouturés pour supporter Acacia ataxacantha, semés en arrière, cette barrière végétale enserrait la ville jusqu’au massif-île contre lequel elle se développait. Trois portes étaient aménagées dans ce dispositif. Des haies de Commiphora reliaient la montagne à la muraille végétale, cloisonnant la cité en quartiers. À l’époque antérieure à la conquête, les Fulbe se fortifièrent derrière des lingorwol, murs de pierres complétés par des kooraaje (A. ataxacantha), comme sur le site de Ouzal des Fulbe Buula26.

103Ces systèmes défensifs ont dû être démantelés très tôt à la demande de l’administration coloniale, comme signe de loyauté, mais ils furent détruits d’autant plus facilement qu’ils devenaient caducs. On retrouve encore des fragments de ces lignes qui suivent les courbes de niveau, de celles de Makabay par exemple, (Commiphora africana et Euphorbia unispina) qui disparurent en 1975 et 1976 et de celles de Tchéré et Mékéri, quelques années plus tard... On peut les reconstituer à partir de bourrelets en légers ressauts qu’elles ont laissés sur les piémonts

104(Dogba, Mékéri, Djebbé, Zawaye...) à quelques dizaines de mètres du knick. La toponymie giziga témoigne de ces anciennes défenses. Les villages ou quartiers appelés zlob (palissade, clôture vive) à Dogba, ou dedek (Commiphora africana) à Djebbé, ou encore hadawre (de hadaw : épine en guisiga)...

105On retrouvait des lignes de défense encore complètes en 1970 dans la région de Kortchi. Les dlara (murs de pierres sèches) de Rwatenjan, élevés contre les razzias des Fulbe de Madagali en provenance du plateau, protégeaient les pentes en contrebas où était implanté l’habitat. Ces dlara étaient composés d’un mur bas de grosses pierres et, à l’arrière, d’un mélange de Acacia ataxacantha, Commiphora africana et de Euphorbia unispina. Ces dernières resteront en place jusque vers 1990 avant d’être peu à peu démantelées.

106Certains faciès à épineux sur vertisol ont souvent servi de refuge naturel. L’abondance des sites d’habitat anciens sur les abords ou au sein de vastes zones de karals peuvent militer en faveur de leur rôle dissuasif durant la saison des pluies, à des époques plus humides qu’aujourd’hui. Ces argiles gorgées d’eau sont totalement impraticables pour les chevaux et parfois même les hommes. Pendant la saison sèche, la ceinture d’épineux très dense met à l’abri de toute attaque surprise. La région de Mérem, au nord de Kahéo, est encore assez représentative de cette situation. Les dernières populations qui y ont trouvé refuge sont des Humaka’en, groupe servile dont l’affranchissement était contesté par les Fulbe, qui les traitaient un peu en parias. On rencontre ces types de sites défensifs sur les berges du mayo Boula, ou de ses diverticules, comme à Zoumaya-Lamordé, avec, à l’arrière, de vastes étendues de karals ou encore des murailles, forcément attribuées aux Saw, comme à Mahel, toujours au milieu de karals.

107Les bocages défensifs ont subi un changement de nature des haies. Chez les Gude, elles étaient composées de Euphorbia kamerunica et de Euphorbia desmondi tandis que Acaciaataxacantha entourait les concessions. Le bocage n’empêchait pas l’existence, à l’avant, de lignes défensives, comme on peut le constater avec la haie de Ziziphus mucronata sur pierrier dans l’ancien site de Mogodé.

108Les euphorbes cèdent peu à peu la place à des Jatropha spp. Des anciens bocages il ne reste parfois que des ébauches de lignes ou des arbres de limite mis « en protection » des champs.

109Il s’agit, en montagne, de Euphorbia kamerunica et de Erythrina senegalensis. Sur les piémonts, Euphorbia unispina, au port en candélabre, peut être issu d’anciens éléments en ligne maintenus en cornière de champ, dans la région de Maroua, à Meskine, à Gazawa... De même, des pieds de Commiphora africana y sont encore parfois alignés. Sur les karals, un arbuste, Combretum aculeatum, qui trouve là son milieu d’élection, est toujours maintenu en lignes sur les limites.

Les arbres de l’administration

110On peut distinguer deux périodes bien différentes en ce qui concerne la politique de l’arbre.

111La première recouvre la période coloniale jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Les administrateurs, peu nombreux et avec de faibles moyens, se servirent de l’arbre comme élément de démonstration du pouvoir. Ils récupérèrent un certain nombre d’essences auparavant associées aux chefferies, en particulier certains Ficus, comme ceux bouturés sous l’administration allemande le long de la route Maroua-Meskine. Des arbres majestueux, mais aussi utiles, furent alors choisis : rôniers, kapokiers (Bombax sp.) et cailcédrats, en dépit des difficultés de multiplication rencontrées.

  • 27 S. Passarge (1893), qui décrit les villages de la périphérie de Maroua, comme Katoual, note que se (...)

112La ville peule était une ville sans arbre ou presque, hormis quelques Ficus ombrageant de petites places. Les arbres devaient porter le label de l’islam, c’est-à-dire être importés du Bornou. Ainsi, seuls les baobab, Phoenix dactylifera27, Ziziphus spina-christi et Lawsoniainermis avaient-ils droit de cité. C’est à peine si quelques pratiques païennes se glissaient ça et là avec la présence dans les concessions d’un Calotropis procera censé protéger des voleurs. Lawsonia inermis, près des espaces douches, ne servaient pas seulement à fournir les teintures corporelles, il participait au contrôle des naissances, par ses racines, requises comme puissant abortif.

113L’administration fit de la ville une sorte d’oasis qui devait achever de se couvrir d’arbres, toutes les rues en étant bordées, avec le neem, Azadirachta indica. Les administrateurs allaient chercher les plants à Maiduguri (Nigeria) en 1947-1948.

114L’arbre subit des modes. Les Allemands marquèrent leur préférence pour le teck et les Ficus ; les Français, pour le cailcédrat, le rônier, le kapokier et, parfois, le flamboyant. Ces plantations ou ces lignes d’arbres, particulièrement celles de cailcédrats sont encore présentes.

115Le neem, par sa facilité à être produit en plants, passe de la ville aux gros villages que l’on remodelait avec des rues en damier. Il devient rapidement le symbole de l’administration et de l’école, et les écoliers s’en firent également les diffuseurs.

  • 28 De nombreux rapports administratifs signalent ces prélèvements et certains s’inquiétaient même de (...)

116Arbre de prestige ou arbre utilitaire, l’autorité administrative s’arroge un droit de préemption sur plusieurs espèces pour son seul usage, le cailcédrat et surtout le rônier au stipe rectiligne et imputrescible. Un certain nombre de peuplements de rôniers furent ainsi détruits : à Goudour, Movo, Mahel, Balaza... et même à Pouss28, pour la construction de postes administratifs. Ce droit, abusivement appliqué, a pu parfois pousser certaines communautés rurales à se détourner de la préservation de ces essences.

  • 29 Pour son huile (Castor oïl) qui ne se figeait pas en altitude, elle était utilisée par les avions (...)

117Depuis 1916, l’administration coloniale française recommandait aux populations de cultiver du ricin29... mais pour le vendre à qui, s’interrogent ces mêmes administrateurs quelques années plus tard (in : Rapport annuel de la circonscription de Maroua, 1918, Gauthier, ANY/APA 12032). Curieusement, ce ricin s’est diffusé dans les villages de plaines, en arrière des concessions, trouvant une utilisation pour les soins des animaux (chevaux) et aussi pour son bois que les termites n’attaquent pas. On les taille même parfois à cet effet.

118Un arbre de traite, le gutta percha, nom improprement donné au Ficus platyphylla, fut l’objet de nombreuses campagnes de promotion. Les administrateurs en tournée enregistrent la fréquence de « ficus à gutta ». Il est recommandé, en 1923, au conducteur des travaux agricoles de la région du Nord de donner des « leçons de saignée » et aussi : « en vue de multiplier la culture de ces arbres, de donner aux chefs l’ordre d’en planter cinquante par village, à un intervalle de 10 mètres les uns des autres ». Mais par ailleurs, le chef de subdivision de Maroua, Marchand, toujours en 1923, essaie de faire régresser certaines pratiques jugées comme du « vandalisme ». « Dans ce rapport, vous me signalez la fâcheuse coutume qu’ont les indigènes de mutiler les arbres à gutta en vue d’en extraire le latex qui permet la capture des oiseaux. Vous voudrez bien interdire cette pratique d’une manière absolue. » (ANY/APA 11513/D). On essaya des plantations, et les rapports administratifs font état de milliers de pieds plantés, à Doumrou, Mindif, Maroua et même Mora. On prélevait le latex qui était conditionné en boulettes et écoulé par Garoua. Cette production n’intéressa jamais que de faibles tonnages. Dès 1932, les rapports semestriels de la subdivision de Maroua signalent que « faute de débouchés, les indigènes ont récolté peu de gutta ». De nos jours, il n’en reste rien.

  • 30 Dans les années 1950, dans la région de Golompoui, les Faidherbia albida sont rejetés sur les marg (...)

119Après-guerre, ce sont les spécialistes qui prennent en main l’agriculture et la gestion des forêts, avec la volonté d’aller vite et d’appliquer les recettes de développement en vigueur. On assiste à une véritable récession par rapport à l’époque précédente. Les administrateurs ayant une bonne connaissance des agrosystèmes et des ressources des ligneux, font place à des agronomes et forestiers souvent fermés aux économies en place. L’idéologie du développement, des années 1950 jusqu’aux années 1980 correspond, pour une majorité d’agronomes et de forestiers, à un refus de la compréhension des agrosystèmes soudaniens et sahéliens qui reposent sur une association étroite de l’arbre et du champ. Pour eux, l’arbre n’est acceptable qu’en bordure de champ, en boqueteaux. Les champs pris dans un parcellaire régulier doivent être dégagés pour permettre la culture attelée, le stade intermédiaire d’une motorisation que l’on croit proche. Les rideaux d’arbres devaient prévenir les risques de dégradation liés à un travail plus profond de la terre30.

120Les soles cotonnières de la CFDT, puis de la Sodecoton, furent dégagées des ligneux car l’on craignait que leur présence ne favorise les attaques des ravageurs. Le dessouchage fut recommandé pour faciliter le travail de la charrue. Le CMG (Centre de motorisation de Guétalé) fut créé en 1948 et avec lui un paysage du développement de ces années-là qui demeure inchangé jusque dans les années 1990. C’est un véritable musée des idées en matière de développement et de leurs réalisations. Les bâtiments eux-mêmes reflètent les différentes époques de développement dirigiste. Sur 700 hectares, de vastes bandes de terres, géométriques, alternent avec des blocs arborés de neems, au cœur du vaste parc de Faidherbia albida mafa qui ne cesse de se densifier. Guétalé n’enregistra que des échecs : celui de la culture arachidière motorisée, comme centre de motorisation « intermédiaire » et de production semencière, enfin comme « ferme-pilote » formatrice de jeunes agriculteurs. Aujourd’hui, des fonctionnaires résidant à Koza cultivent ces champs.

  • 31 Dans de nombreux parlers du Nord-Cameroun le terme « fore » (de « Eaux et Forêts ») désigne tout a (...)
  • 32 En 1990 (chiffres Onaref), on relève 546 hectares à Maga, 750 à Kousseri et 300 dans le canton de (...)

121Les Eaux et Forêts, en concurrence avec d’autres ministères, implantent des boisements d’essences allogènes à proximité des villes ou le long des principaux axes de circulation. Les populations locales ne sont aucunement concernées par ces périmètres, qui ne représentent pour elles qu’une marque supplémentaire de l’administration dans l’espace. De plus, les arbres allogènes promus sont eux-mêmes incompatibles avec les cultures : eucalyptus, neem, Cassia... C’est le règne de la trilogie : Azadirachta indica, Cassia siamea, Dalbergia sissoo. Au sud de Maroua, les plantations des Eaux et Forêts du mayo Tsanaga, sur la route de Mindif, ont pris d’excellentes terres obligeant les populations de la ville à aller cultiver encore plus loin. Ce reboisement est appelé « fore nganyaandi » (la forêt de la méchanceté gratuite)31. Les superficies de ces reboisements, régulièrement parcourues par des feux dévastateurs, sont mal connues et ne semblent faire l’objet d’aucun suivi. Ces arbres reflètent des époques : « journée de l’arbre », « sahel vert », actions qui se placent dans la continuité de la « Fête de l’Arbre » inaugurée durant la période coloniale, dans les années 1930, et qui visait à planter des arbres le long des routes32.

  • 33 Il y eut parallèlement un effort pour réhabiliter par le reboisement des zones dégradées vacantes (...)

122Des réseaux de rideaux brise-vent furent mis en place dans les années 1950 par les services des Eaux et Forêts, en application de la formation des forestiers et agronomes d’alors, influencés par le monde anglo-saxon et les actions menées par leurs homologues britanniques dans l’Est africain. Les implantations eurent lieu en pays tupuri (1953-54), à Ndoukoula, Tchatibali, Wina, puis sur le plateau Kapsiki, à Mogodé (1956), et à Mokolo dans les années 1960. Des bandes doubles — deux lignes d’arbres à écartement standard de 3,10 m, les pieds disposés en quinconce à même écartement sur les lignes — et des bandes sextuples (3 + 3) étaient placées, pour les premières, en bordure des soles de muskuwaari et le long des routes, et, pour les secondes, en encadrement de pistes à bétail33. Le choix des essences s’est concentré sur Cassia siamea, Dalbergia sissoo, dans les parties inondables, et sur Acacia scorpioides. À Mogodé, ce furent Cassia siamea, Albizzia lebbeck — qui se révéla trop sensible au bétail — et des eucalyptus. Ces programmes continuent à marquer le paysage. Guiscafre (1961 : 28) parle des « longues lignes (qui) partagent en figures géométriques la campagne et lui donnent un air ordonné. Le paysan tupuri, sans peut-être comprendre tous les effets des brise-vent, a su apprécier au moins certains avantages car il ne les détruit pas pour ses cultures et essaie de les préserver des dégâts du bétail ». Il est évident qu’aucun paysan n’aurait contesté, a fortiori défait, ce que l’encadrement administratif de l’époque avait construit et il est tout aussi patent qu’aucun quartier tupuri n’a jamais pris depuis leur implantation l’initiative de prolonger une de ces haies ou d’en créer d’autres, et on peut faire la même observation pour les Kapsiki et les Mafa dans les monts Mandara. L’intérêt de la sylviculture apparaît nul. Entre une perche de Dalbergia et une de Ziziphus, le paysan n’hésite pas. Quant au repos du bétail, il semble agronomiquement plus efficace sous le houppier de Faidherbia albida que sous ceux de Cassia siamea.

123Il est, bien sûr, malaisé d’évaluer l’intérêt agronomique et encore moins économique de ces travaux de préservation des sols. Néanmoins, ce qui fut perçu comme un impératif entre 1950 et 1960 tomba en sommeil par la suite. L’idée de ces brise-vent sembla vouloir rebondir en 1992 (FAO). Les modes forestières et agronomiques sont parfois récurrentes. Elles s’appuient sur d’autres arguments, issus de récents enseignements, sur les méfaits de l’harmattan, sur la reproduction des ligneux à certaines latitudes... Et puis, ce marqueur de paysage qui « lui donne un air ordonné » devrait être de nature à séduire les bailleurs de fonds.

124Plus récemment, on remarque un regain d’intérêt pour les essences locales. Cette mode, toute relative, est un lointain avatar de la vague écologique. On panache aujourd’hui les essences exogènes avec quelques arbres locaux. Dans les essais forestiers et les reboisements, il est de bon ton d’introduire Khaya senegalensis et quelques Acacia du cru, comme A. polyacantha, ou des gommiers.

125Dans ces végétations anthropiques promues par l’administration, le bilan n’est pourtant pas totalement négatif. La lente diffusion des fruitiers depuis le début de la période coloniale a abouti à de véritables changements alimentaires irréversibles. Les archives font régulièrement mention, jusque vers 1936-37, de l’absence de fruitiers dans l’extrême nord et d’efforts faits par les administrateurs pour les introduire et les développer. Dans le rapport du 1er semestre de 1933 (ANY/APA II 834/L), le chef de subdivision de Maroua annonce la création « d’un “bois” de kapokiers dans l’angle formé par la route de Missinguiléo et du mayo Kaliao, à l’ouest de la ville, avec une pépinière de kapokiers, dattiers, tamarins (sic) et d’acacias à tannin ». Il cherche aussi à « acclimater l’oranger et le bananier (autre que la banane kondo du nord) dans cette région où l’on manque totalement de fruits de table ». Si les bananiers et les citronniers ont connu plutôt une diffusion « spontanée », goyaviers, orangers, pamplemoussiers, anacardiers ont été, en revanche, diffusés par les services administratifs. La diffusion est partie des villes en direction des villages mandara et peuls, renforcée par la mode des vergers (jarne le’dde) chez les commerçants. Ce mouvement est évident si l’on compare les photographies aériennes de la région de Maroua, qui montrent un glissement du verger le long des mayos avec une progression parfois associée au maraîchage, en particulier dans la région de Meskine.

Les arbres et le développement

126Dans la province, les projets de développement se multiplient au rythme d’implantation des ONG qui toutes proposent un appui « reforestation » et un volet « agroforesterie ». Les populations ne voient guère de différences entre leurs actions et celles de l’administration, a fortiori quand les interventions sont conjointes : ONG avec Onaref (Office national pour la régénération des forêts) devenu, en 1990, Onadef, et l’IRA-CRF (Centre de recherche forestier).

127L’arbre, après avoir été par sa dominante à travers les parcs, une enseigne ethnique et, pour certaines essences, un emblème de pouvoir, devient un marqueur privilégié du « développement » dans le paysage.

128Les premières actions des ONG suivent la démarche forestière avec la plantation d’arbres exotiques à croissance rapide : Cassia, Dalbergia, neem et eucalyptus. Elles rappellent, avec des surfaces plus réduites, les plantations en régie de l’Onaref. On aboutit à des « bosquets communautaires » dont on n’avait pas prévu le mode de gestion. Composés d’essences exogènes, ils apparaissaient pour les villages comme un signe de modernité.

129Une deuxième étape intervient entre 1985 et 1990, c’est celle de « l’agroforesterie villageoise ». Elle tend à passer par une approche plus individualiste des « populations cibles » et repose encore sur des « moniteurs » et « encadreurs » s’occupant de « grappes de villages », répercutant un savoir technologique minimal et un message sur fond de menace de désertification. Les pépinières villageoises se multiplient. Puis, peu à peu, on se débarrasse des moniteurs, on privatise les pépinières villageoises et on se rabat sur les seules demandes effectives des populations, à savoir les fruitiers. Certaines ONG, prenant conscience que le fruitier est porteur, elles vont en faire leur cheval de bataille.

130Pour complaire aux bailleurs de fonds, on introduit des actions intégrant les femmes dans la plantation des arbres. L’échec est total. Les femmes, venues d’autres villages, sont étrangères à la communauté où elles vivent. Elles ne bénéficient d’aucun droit sur la terre, or la plantation et la gestion de l’arbre sont liées au système foncier. Jadis, chez certains groupes mofu, elles ne pouvaient pas même tailler les arbres.

131Après 1991-92, une réflexion a été conduite sur l’arbre et le foncier, et un besoin de réhabiliter le patrimoine traditionnel forestier poussa à mieux le connaître. Les forestiers n’en continuèrent pas moins à promouvoir les essences qui furent jadis le fer de lance de leurs interventions, avec néanmoins plus de discernement. Eucalyptus camaldulensis se voit moins sous la forme de boisement en plein, mais en brise-vent autour des vergers. Cassia siamea reste une essence toujours prisée à cause de son fort gradient de productivité. Elle a aussi l’avantage de pousser sur sol épuisé et, n’étant pas appété par le bétail, elle sert dans des opérations de boisement proches des villages.

132Les forestiers continuent les aménagements de bandes anti-érosives ou en bandes inter- « alleycropping ». Depuis 1988, enfin, est tolérée, pour les deux premières années, l’association des plantations avec les cultures, avant l’installation de pare-feu périmétraux. Si l’idée de jachère ligneuse améliorée (et pas uniquement pour le bois de feu) est pour l’instant aussi utopique qu’une sole fourragère intégrée aux rotations culturales, on pense de plus en plus à des propositions de type « paysagiste », autrement dit de réaménagement de parcs en place. Il ne s’agit pas seulement d’améliorer les densités de Faidherbia albida, mais de réaménager l’ensemble de l’assiette d’un parc. On peut aussi imaginer la construction de parcs volontaires avec un panel d’essences en accord avec l’agrosystème de certaines populations de migrants (ces projets intéressant plus les régions de la Bénoué).

133L’IRA-CRF travaille sur des essences de restitution comme le Faidherbia albida et Acaciapolyacantha, faisant même venir des semences de Faidherbia albida de Casamance... Il restera à tester — ce qui est moins évident — les formules de propositions pour les communautés villageoises.

134Un gros effort porte sur les haies (IRA, CRF avec ONG) pour répondre à des demandes, parfois non suscitées, de la part de paysans. Toutefois l’introduction de la haie n’est pas un épiphénomène agronomique. Le fait d’enclore les champs (hormis les petites parcelles de manioc doux et les vergers) devrait aller de pair avec une révision de la conception du droit de la terre et les pratiques d’attribution de titres fonciers. Il conviendrait de clarifier la situation entre le droit national et les droits coutumiers.

  • 34 Il aurait été apporté en 1957-1958 par des pèlerins de La Mecque, simultanément au Bornou et dans (...)

135Les haies de défense, consommatrices de trop d’espace et entraînant des effets dépressifs sur les cultures voisines, ont été délaissées, remplacées par des haies aux essences moins agressives, canalisant le bétail. Les euphorbes ont été peu à peu abandonnées et les Commiphora africana, qui demandent un complément d’épineux, ne sont que très localement maintenus. Les haies de Jatropha curcas et de Jatropha gossypiifolia les ont remplacés, mais elles demandent à être complétées de branchages d’épineux à l’encontre des caprins. Ipomoea fistulosa est apparue au début des années 196034. Cette Convolvulaceae est aujourd’hui omniprésente dans la province. Son nom en foulfouldé : tigga miccito (on bouture et on regrettes) semble de plus en plus immérité. Cette plante envahit les bords de mayos, spontanée ou bouturée, sur les berges concaves menacées. Elle est utilisée en haies de canalisation du bétail par les Fulbe comme par les Tupuri où elle prend le relais de Jatrophacurcas. Elle est présente en rideaux anti-érosifs sur les talwegs et les piémonts des Mandara, à Koza, sur les piémonts des Mada et des Uldeme. Perpendiculairement à la pente, elle retient les tiges de mil et la terre en un bourrelet, remplaçant les anciennes lignes de Commiphoraafricana. Cette diffusion spontanée a réussi là où les projets de développement avaient essayé en vain d’imposer des essences exogènes de haie.

136Celles-ci ne sont plus systématiquement boudées par les populations comme Parkinsonia aculeata, à condition de le traiter en haie basse et qu’il soit régulièrement taillé. La question de l’outil se pose, celui-ci étant absent du stock d’instruments traditionnels à base de serpettes et de haches. Aussi faudrait-il prévoir l’introduction de sécateurs adaptés.

137Le modèle normatif de développement forestier devrait faire peu à peu place à des actions plus ponctuelles d’agroforesterie « à la carte », reposant sur une connaissance des milieux et des hommes. Elles doivent viser le long terme et se défier des fausses démarches participatives.

138Le bilan de la progression des parcs est positif pour la province, particulièrement sur les piémonts des monts Mandara. On constate toutefois dans certaines régions une stagnation voire un reflux. Plusieurs causes sont à invoquer.

139En plaine, l’arbre perd en général de son intérêt alimentaire ou de pharmacopée, et même celui de bois d’œuvre, pour n’être, de plus en plus souvent, qu’un fournisseur de bois de feu. Auprès des collines de roches vulcano-sédimentaires du nord et du sud de Maroua, on brûle même le bois de Boswellia dalzielii. Il est pourtant si mauvais combustible qu’on le laisse pour les foyers extérieurs. Le bois de Piliostigma reticulatum, Anogeissus leiocarpus, Acacia senegal et de Balanites aegyptiaca est réservé à la vente. Le besoin en bois devient tel que les anciens interdits tombent peu à peu et dans la région de Maroua, seuls les vieux sont encore exigeants. On brûle Combretum fragrans et même C. molle. À Dogba, on brûle aussi Commiphora africana. À l’extrémité nord des monts Mandara, chez les Vame et les Kirdi Mora, les femmes déterrent les racines de jujubiers des piémonts pour faire cuire les aliments et brasser la bière, alors qu’il est généralement interdit de brûler les racines dans nombre d’ethnies et même chez les Fulbe. Cette demande ne semble pas engendrer pour l’instant des stratégies de mise en défens ou l’élaboration de pseudo-parcs ayant vocation de bois de chauffe. Les besoins continuent à être couverts tout à la fois par les sous-produits de l’agriculture et par les ligneux laissés sur des jachères ou des lambeaux de brousse.

140Ce sont les aînés qui gardent en main le patrimoine ligneux du terroir, non seulement par le biais de la possession des champs, mais aussi par la maîtrise du croît des arbres. Ce contrôle gérontocratique de l’arbre souligne toute son importance passée. Les arbres intéressés sont variables d’une ethnie à l’autre. Chez les Gidar, par exemple, tout le monde peut semer le rônier, mais seuls les hommes âgés sèment le cailcédrat et bouturent des Ficus. Chez les Giziga, rônier et cailcédrat sont du ressort des aînés ; chez les Musey, ce sont les Ficus. La gamme d’arbres est plus vaste chez les groupes montagnards, et les systèmes de défense végétaux même étaient de leur ressort. Si l’on reprend l’exemple de Faidherbia albida, chez les Uldeme par exemple, seuls les vieux peuvent abattre un jeune Faidherbia albida et ce faisant, ils placent une pierre sur sa souche. C’est à eux donc que revient le droit de régler la densité du parc. Chez la plupart des montagnards, ce furent — ou se sont encore — les vieux ou les hommes d’âge mûr qui sont autorisés à le tailler. Quant à l’abattage d’un gros Faidherbia albida, seul un homme ne pouvant plus procréer peut le décider. Il en est de même pour le jujubier, certains Ficus... Planter un arbre, « l’élever », c’est s’obliger à toute une suite de contraintes rituelles, de la gestion de la taille jusqu’à l’abattage. Une fois passé le temps de l’abattre, un arbre devient peu à peu un autel pour le propriétaire, voire un reposoir pour les esprits du quartier, du massif. Lorsqu’on récolte le mil sous leur houppier, on doit les circonvenir en cerclant le tronc de tiges de sorgho et ainsi « empêcher le mil de fuir ». On ne peut couper seul un arbre qui « a dépassé l’âge d’un homme » (Faidherbia albida, Khayasenegalensis, Ziziphus mauritiana, Ficus spp...), car ces essences sont généralement interdites d’abattage et le contrevenant, nous l’avons vu, — s’il est non protégé rituellement — se met en péril, ainsi que sa famille. Ces pratiques sont actuellement en recul, toutefois elles influencent encore bien des comportements.

141Le conservatisme des parcs arborés dans les monts Mandara est tel que les dernières générations ne sont pas les auteurs de ces paysages. Les paysans d’aujourd’hui restés dans leur massif ne font que gérer des sélections passées et continuent d’appliquer les mêmes disciplines agraires sous le contrôle des aînés. Quant à ceux qui sont descendus en plaine, ils en ont perdu l’utilisation optimale et sont déjà partiellement étrangers à ces constructions arborées. Par une sorte de retournement pervers de ces disciplines agraires, fondées sur l’interdit, les couches jeunes de la population refusent d’assurer cette gestion complexe des ligneux. Les jeunes qui émigrent sur les zones pionnières, changeant ou non de milieu, ne favorisent pas les parcs. Ils se sont affranchis de la tutelle des aînés, sans reprendre à leur compte leurs prérogatives sur les arbres. De plus, l’insécurité foncière dans les terres de conquête peule, ne les pousse pas, s’ils n’ont pas embrassé l’islam, à protéger l’arbre. Islamisés, ils se fondent alors dans les populations mandara ou peules, dont l’héritage historique n’a jamais été très favorable à l’arbre. Dans les anciens no man’s lands, ou les terres sous juridiction musulmane, le droit sur les arbres devient plus incertain, et celui qui fait pousser un arbre n’est pas sûr de pouvoir l’exploiter.

142La législation foncière, pour sa part, est peu adaptée à la zone soudano-sahélienne où le domaine sylvicole s’intègre à l’agriculture. Dans ce flou juridique, l’interprétation administrative conduit souvent à des abus. Lorsque le cultivateur veut abattre un arbre qu’il a lui-même planté, il doit en avertir le service des Eaux et Forêts, ce qui, vu le nombre d’agents, est irréaliste. Il doit s’acquitter alors d’une taxe à l’abattage. S’il ne le fait pas, il court le risque de se voir infliger une amende et ce parfois simplement pour avoir taillé ses arbres avec excès (sous-préfecture de Méri).

  • 35 Certains projets de développement comme CARE-Mokolo ont dû délivrer des certificats aux cultivateu (...)

143Dans les monts Mandara, cette surveillance s’exerce essentiellement sur les piémonts, ce qui tend à faire accréditer par les cultivateurs que la montagne reste leur domaine et qu’en plaine les arbres appartiennent à l’administration qui peut arbitrairement intervenir35. Cela naturellement n’est pas de nature à encourager la promotion de l’arbre sur les piémonts. En plaine, ce sont les chefs de canton qui, avec ou sans la complicité des agents des Eaux et Forêts, surveillent la coupe des arbres et trouvent une source de taxes occultes.

144L’encadrement administratif ne fait pas, non plus, la part belle à l’arbre sur le champ, que ce soit l’école, qui ne cherche à valoriser que des arbres allogènes venus des villes et quelques fruitiers, ou les services de l’Agriculture ou de la Sodecoton.

145La construction ou l’étoffement des parcs volontaires, conformes à la situation économique et au niveau technologique des populations, passerait par un réajustement des mentalités, d’abord chez les encadreurs et l’administration, et aussi chez les paysans.

Le village de Bourah-Wamgo en 1987

Bibliographie

Indications bibliographiques

Archives de Garoua, 1919 — Détermination botanique des espèces de kapok du Cameroun

(avec appréciation et estimations d’industriels allemands). 7 p.

Aubreville (A.), 1950 — Flore forestière soudano-guinéenne. Paris, Société d’Éditions Géographiques, Maritimes et Coloniales, 523 p.

Bergeret (A.), 1990 — L’arbre nourricier en pays sahélien. Paris, Éd. Maison des Sciences de l’Homme, 237 p.

Bernard (C.), 1996 — Étude d’un parc à Prosopis africana au Nord-Cameroun (cas du village de Holom, en pays musey). Montpellier, IRA - Cirad-Forêt - Orstom, 123 p.

Boutrais (J.), 1973 — La colonisation des plaines par les montagnards au nord du Cameroun (monts Mandara). Paris, Orstom, Trav. et Doc. n° 24, 280 p.

Delwaulle (J.-C.), 1978 — Définition des programmes forestiers dans des projets de développement au Nord-Cameroun : SEMRY II. Paris, CTFT.

Depommier (D.), 1983 — Aspects de la foresterie villageoise dans l’Ouest- et le Nord-Cameroun. Yaoundé, CTFT-IRA, 25 p., et annexes.

Depommier (D.), 1988 — Ziziphus mauritiana Lam., culture et utilisation en pays kapsiki (Nord-Cameroun). Bois et Forêts de Tropiques n° 218 : 57-62.

Dury (S.), 1991 — Approche ethnobotanique des Ficus au nord du Cameroun. Montpellier, Ensam, Rapport de stage, 53 p.

Eyog-Matig, 1993 — Étude comparée du fonctionnement hydrique de quatre espèces ligneuses utilisées dans les programmes de reboisement du Nord-Cameroun. Yaoundé, CRF, thèse doct.

Floret (C.), Pontanier (R.), 1984 — Aridité climatique, aridité édaphique. Bull. de la Soc. Bot. Fr., 131, Actual. Bot., (2, 3, 4): 265-275.

Fotius (G.), 1974 — Rapport préliminaire sur la végétation du Nord-Cameroun. Paris, Orstom, 19 p.

Gallais (J.), 1968 — Le delta intérieur du Niger. Étude de géographie régionale. Dakar, Mémoires IFAN n° 79, 2 t., 621 p.

Gillet (H.), Peyre de Fabrègues (B.), 1982 — Quelques arbres utiles en voie de disparition dans le Centre-Est du Niger. Rev. Écol. (Terre, Vie), vol. 36 : 465-470.

Gomse (A.), 1991 — La problématique du bois de feu à Maroua. Centre univ. de Dschang, mémoire, option foresterie, 105 p.

Goudet (J.P.), 1981 — Compte rendu de mission au Nord-Cameroun. Paris, CTFT, 20 p.

Goudet (J.P.), 1990 — « Les productions arborées ligneuses et non ligneuses ». In : Actes du colloque Montpellier, Cirad, 10-14 sept. 1990, Savanes d’Afrique, terres fertiles ? : 195- 214.

Guillard (J.), 1958 — « Bandes forestières dans le Nord-Cameroun (pays tupuri) ». In :

CCTA, Deuxième Conférence forestière inter-africaine, vol. 2 : 599-601.

Guiscafre (J.), 1961 — Conservation des sols et protection par bandes brise-vent. Cantons Doukoula, Tchatibali et Wina (Cameroun). Bois et Forêts des Tropiques n° 79 : 17-29.

Guiscafre (J.), 1961 — Restauration des savanes. Périmètre de Gashiga. Périmètre de Mayo Ibbé et de Missinguileo. Paris, CTFT, 25 p.

Guiscafre (J.), 1962 — Restauration des sols en pays Kaspiki. Bois et Forêts des Tropiques n° 83.

Halaire (A.), 1991 — Paysans montagnards du Nord-Cameroun. Paris, Orstom, coll. À travers champs, 253 p.

Harmand (J.M.), 1992 — Principaux résultats obtenus par la recherche forestière au Nord- Cameroun. Centre de Maroua, IRA, programme Forêts, 10 p.

Hijkoop (J.), 1992 — Monts Mandara, les hommes et l’environnement et les expériences du projet agroforestier. Archives de Mokolo, 42 p.

Kuiper (L.C.), 1992 — Enquêtes sur la gestion des ressources naturelles au Nord-Cameroun. Maroua, IRA-Forêt, 129 p.

Lericollais (A.), 1989 — « La mort des arbres à Sob, en pays Sereer (Sénégal) ». In : Paris, Orstom, Antheaume (B.) et al. (éd.), Tropiques, lieux et liens : 187-197.

Letouzey (R.), 1985 — Notice de la carte phytogéographique du Cameroun au 1/500 000, domaine sahélien et soudanien. Toulouse, ICIV, document S.S. pour légende feuille A et cartes 1, 2 et 4.

Libert (C.), 1990 — Influence de Faidherbia albida sur la production cotonnière au Nord-Cameroun. Maroua, Rapport CTFT-CRF, 16 p.

Libert (C.), 1990 — Influence des parcs arborés sur la production des cultures associées. Maroua, IRA-CRF, 62 p.

Libert (C.), 1992 — Fonctionnement de l’écosystème « Parc arboré », Tokombéré. Nord-Cameroun. Univ. de Montpellier-III, DEA, 28 p. + annexes.

Libert (C.), Eyog-Matig (O.), 1996 — « Faidherbia albida et production cotonnière, modification du régime hydrique et des paramètres de rendement du cotonnier sous couvert du parc arboré au Nord-Cameroun ». In : Montpellier, Cirad-Forêt, Orstom, Cahiers Scientifiques n° 12, Les parcs à Faidherbia : 103-123.

Marliac (A.), 1982 — Recherches ethno-archéologiques au Diamaré (Cameroun septentrional). Orstom, Trav. et Doc. n° 151, 80 p.

Nouvellet (Y.), 1987 — Fiches techniques de diverses essences de la région de Maroua (51 essences locales, 9 essences acclimatées ou exotiques). IRA, Antenne de recherche forestière de Maroua.

Otto (T.), 1994 — Phyto-archéologie de sites archéologiques de l’âge du fer au Diamaré, nord du Cameroun : le site de Salak. (Études de bois et de graines carbonisées). Thèse, univ. de Montpellier-II, t. I, 187 p. ; t. II : annexe I, 54 p., 2., 133 p.

Pélissier (P.), 1964 — « Types et genèses des paysages de parc élaborés par l’agriculture africaine ». In : XXe Congrès international de géographie, Londres, Abstracts of paper.

Pélissier (P.), 1966 — Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance. Fabrègues, impr. St-Yriex, 974 p. Pélissier (P.), 1980 — L’arbre dans les paysages agraires de l’Afrique Noire. L’arbre, la fonction et le signe. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., vol. 17 (3-4): 131-136.

Pélissier (P.), 1995 — Campagnes africaines en devenir. Paris, éd. Arguments, 318 p.

Peltier (R.), Eyog-Matig (O.), 1988 — Les essais d’agroforesterie au Nord-Cameroun. Bois et Forêts des Tropiques n° 217 : 3-31.

Peltier (R.), 1990 — « L’arbre dans les terroirs villageois ». In : Actes du colloque, Montpellier, Cirad 10-14 sept. 1990, Savanes d’Afrique, terres fertiles ? : 507-530.

Peltier (R.), Triboulet (C.), Njiti (C.F.), Harmand (J.M.), 1993 — Les fronts pionniers en zone soudanienne. Évaluation des défrichements par télédétection et contribution des projets de développement et de la recherche forestière à un aménagement durable. Bois et Forêts des Tropiques n° 236 : 5-22.

Raison (J.P.), 1988 — Les « parcs » en Afrique. État des connaissances et perspectives de recherches. Paris, EHESS, doc. de travail, 117 p.

Seignobos (C.), 1979 — Matières grasses et civilisations agraires. N’Djamena, Annales de l’univ. du Tchad, 65 p.

Seignobos (C.), 1979 — Stratégies de survie dans des économies de razziés(rôniers, Ficus, tubercules). N’Djamena, Annales de l’univ. du Tchad, 45 p.

Seignobos (C.), 1980 — Des fortifications végétales dans la zone soudano-sahélienne (Tchad et Nord-Cameroun). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., vol. 17 (3-4): 191-222.

Seignobos (C.), 1981 — L’arbre et la cité dans la zone soudano-sahélienne (Tchad et Nord-Cameroun). Yaoundé, Revue de Géographie du Cameroun, vol. 2 (1): 49-52.

Seignobos (C.), 1982 — Matières grasses, parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord-Cameroun). Cahiers d’Outre-Mer n° 139 : 129-269.

Seignobos (C.), 1982 — Végétations anthropiques dans la zone soudano-sahélienne : la problématique des parcs. Yaoundé, Revue de Géographie du Cameroun, vol. 3 (1): 1-23.

Seignobos (C.), 1983 — Un commerce méconnu du Nord-Cameroun : Crotonzambesicus, une plante à parfum des sommets des monts Mandara. Revue de Géographie du Cameroun, vol. 4 (1), p. 54.

Seignobos (C.), 1985 — Systèmes défensifs végétaux africains. Paris, Encyclopaedia Universalis, Grand Atlas de l’Archéologie : 322-323.

Seignobos (C.), Beauvilain (A.), Roupsard (M.), 1985 — Les « murs vivants » du pays yambassa (Cameroun). Revue de Géographie du Cameroun, vol. 5 (1): 39-46.

Seignobos (C.), 1987 — L’arbre et l’ethnie, quelques comportements passés et actuels (Nord- Cameroun). Séminaire National sur la désertification, Maroua, 6-9 juin 1987, 14 p.

Seignobos (C.), 1988 — « Le sommet du mont Ziver : un agrosystème montagnard relique ». In : Bordeaux, Sepanrit, L’homme et la montagne tropicale : 123-134.

Seignobos (C.), 1991 — Parcs complexes, parcs monospécifiques, absence de parcs. Quelques exemples du Nord-Cameroun et Tchad. Paris, ministère de la Coopération, association Silva, 7 p.

Seignobos (C.), 1992 — « Les paysages arborés comme gisements archéologiques. » In : Paris, Encyclopaedia Universalis, Grand Atlas de l’Archéologie : 330-331

Seignobos (C.), Iyebi-Mandjek (O.), 1993 — « Les jachères dans les terroirs giziga : l’exemple de Muda (Nord-Cameroun)». In : Paris, Orstom, Colloques et Séminaires, La Jachère en Afrique de l’Ouest : 147-169.

Seignobos (C.), 1993 — « L’évolution des parcs arborés des monts Mandara (Nord-Cameroun) ». In : Symposium ICRAF-CILSS-LTC, Ouagadougou, 25-27 oct. 1993, Lesparcs agroforestiers des zones semi-arides d’Afrique de l’Ouest, 12 p.

Seignobos (C.), 1993 — « Hardé et karal du Nord-Cameroun, leur perception agropastorale par les populations du Diamaré ». In : Paris, Cirad-Forêt, Cahiers Scientifiques n° 11, Les terres hardées. Caractérisation et réhabilitation dans le bassin du lac Tchad. : 9-28.

Seignobos (C.), 1996 — « Faidherbia albida comme élément décrypteur d’agrosystèmes (l’exemple du Nord-Cameroun)». In : Montpellier, Cirad-Forêt - Orstom, CahiersScientifiques n° 12, Les parcs à Faidherbia : 154-171.

Seignobos (C.), 1997 — « Antiaris africana, arbre relictuel de l’extrémité septentrionale des monts Mandara ». In : Paris, Orstom, Actes du colloque Méga-Tchad, L’homme et le milieu végétal dans le bassin du lac Tchad : 327-332.

Seignobos (C.), 1998 — « Pour une typologie des “arbres hors forêt” dans la zone soudano-sahélienne (référence dans le bassin du lac Tchad)». In : Atelier Orstom/FAO, Les arbres hors forêt, Orléans, 21-23 sept., 16 p.

Sillans (R.), 1958 — Les savanes de l’Afrique centrale. Paris, éd. Le Chevalier, Encyclopédie Biol. LV, 423 p.

Vaillant (A.), 1945 — Une enquête agricole chez les Mofou de Wazan. Archives la sous-préfecture de Maroua, Rapport de tournée agricole du 17 au 20 juillet 1945, 26 p. dactyl.

Vaillant (A.), 1948 — « L’érosion du sol dans le massif du Mandara (Nord-Cameroun). » In : Conférence africaine des sols, Goma, Congo belge, 8-15 nov., 22 p.

Vivien (J.), 1989 — Fruitiers sauvages du Cameroun. Fruits, 44 (10): 147-221.

Notes

1 Dans les textes des forestiers, botanistes et agronomes, généralement, la végétation anthropique équivaut à des degrés divers de dégradation. On trouve même des « faciès dégradés à Faidherbia albida » pour des parcs d’une densité appréciable. Il revient aux géographes d’avoir souligné l’aspect positif de l’anthropisation de la végétation avec la construction des parcs.

2 Au vu des Isoberlinia doka de bonne venue de la réserve forestière du mayo Louti, le nanisme des Isoberlinia du plateau Kapsiki serait d’origine anthropique.

3 Balanites se rencontre souvent près des zones de quarantaine où l’on déplaçait les gens atteints de variole (Zoulgo, Mada...), ses fruits recueillis en plaine étant recommandés aux varioleux comme diurétique et laxatif. Cette intrusion d’épineux nouveaux est modeste et, à la différence de la plaine, ils demeurent peu nombreux dans les monts Mandara. On remarque A. ataxacantha dans les bas talwegs, Acacia polyacantha sur les terrasses, et quelques rares Acacia sieberiana près des points d’eau, sans oublier bien sûr Faidherbia albida et Ziziphus mauritiana.

4 « Signalons, dans la plaine du mayo Mangafé, au pied des massifs mofu de Méri et Nguissar, à l’extrémité de la chaîne de Douvangar, une petite plaine alluvionnaire au confluent du mayo Zodoy, où l’on trouve un peuplement de palmiers doums d’une étendue et d’une beauté unique dans toute la région... Nul doute que le rônier n’y pousse, également bien. L’Administration pourra prévoir là, comme sur les bords du Logone, des peuplements intéressants en rôniers, en remplacement de tous ceux qui ont été abattus, depuis de nombreuses années, sans jamais être remplacés... » (Vaillant, 1948 : 7). Les Mofu disent que c’est un jeu inter-quartiers, le magiya, sorte de croquet où la balle est une drupe de rônier ou de doum, qui aurait contribué à la diffusion de ces arbres sur les massifs.

5 Ces collines ont été surexploitées pour le bois, les Lannea acida, Combretum glutinosum, Entada sudanica, Terminalia glaucescens et même Cassia singueana ont disparu...

6 Waala gudehi (en foulfouldé : passer la nuit sans manger), appelé ngwas siling (femme/jalousie) en guisiga, porterait malchance à sa simple vue.

7 A. Aubreville, 1950 : 332-333, signale Antiaris africana : « grand arbre de la forêt dense humide type “deciduous” (...) dans des amoncellements de rochers, dans les monts Mandara, au-dessus du 10e parallèle, et dans l’hosséré Gode, dans le Nord-Cameroun... ». Cette essence relictuelle est savamment entretenue dans cette suite de « massifs » très compartimentés (Mada, Uldeme, Zulgo et Muktele) et les populations ont parfaitement enregistré l’originalité de sa présence. C’est le plus grand arbre de la région. Il garde ses feuilles toute l’année et ne donne que peu de fruits. Les jeunes feuilles de cette moracée sont consommées en sauce pendant la saison sèche. On ne peut monter sur Antiaris sans précautions rituelles et on le taille qu’à la faucille. Il ne saurait être abattu car le fautif mourrait. Même s’il est tombé accidentellement, son bois ne peut être fendu et brûlé. On ne retrouve cette essence que 600 km plus au sud, souvent en situation ripicole.

8 Le pourcentage de Ficus peut représenter entre 20 et 35 % des ligneux à Ziver (Seignobos, 1988) et jusqu’à 66 % à Oupay (Dury, 1991).

9 Les feuilles de Ficus dicranostyla peuvent faire l’objet d’un rituel de prémices comme pour toutes les productions importantes : sorghos, niébés (feuilles puis graines), certains Grewia sp. Chez les Mada, par exemple, on ne peut cueillir les feuilles si le propriétaire du champ n’a pas déjà pris sa part.

10 Les plus gros Faidherbia albida sont interdits d’abattage. Chez les Mofu, les jeunes gens ne pouvaient y grimper, ni le tailler. Il est interdit aux femmes de séjourner sous son ombre. Il est même déconseillé de le désigner et d’en parler « car la bouche diminue la richesse ». Les plus imposants sont une sorte de substitut des chefs de famille : on les avertit avant de partir en voyage. S’ils sont abattus par le vent, on a recours au devin, on fait un sacrifice en plantant à sa place Euphorbia kamerunica, qui servira d’autel. Ce sacrifice sera hérité. Le bois, parfois réservé au chef, est utilisé pour les fêtes du maray et pour boucaner la viande du taureau claustré sacrifié...

11 Pour les Mofu, Faidherbia albida ne pourrait pousser près des habitations, car il ne supporterait pas la fumure qui en découle, elle le « paralyserait » et ses branches s’affaibliraient.

12 Son importance transparaît dans un proverbe mofu : « Celui qui abat gwalam finira par tuer sa propre mère ».

13 Les Mofu utilisaient également Digitaria horizontalis, graminée qui poussait plutôt dans les endroits humides et faisait l’objet d’âpres rivalités. Ils la plaçaient dans des fosses à compostière. Ce compost était ensuite disposé sous Faidherbia albida pour en piéger la litière. Ainsi enrichi, il était répandu sur les champs. A. Vaillant (1948 : 6) signale l’emploi d’engrais vert chez les Mofu de Wazang.

14 L’utilisation jadis du charbon de bois donnait la priorité pour les bas-fourneaux à Acacia polyacantha, Piliostigma reticulatum et à certaines combrétacées. Pour la forge, on recommandait le bois de Terminalia brownii, Prosopis africana, Balanites aegyptiaca, et celui du cailcédrat abattu lorsque les extrémités commencent à dépérir.

15 Strophantus est mentionné dans la rubrique « production de cueillette », in : Rapport Annuel du Secteur Agricole du Nord-Cameroun, 1951.

16 Il est encore signifié sur les cartes IGN (au 1/50000 de 1965, Mokolo 1b).

17 Sur les plateaux des Mandara, le néré fut diffusé par l’homme, semé sur les champs. Ses plantules furent parfois transplantées. Chez les Nupe (Nigeria) locust tree porte des noms hausa et aurait été également l’objet de diffusion, tout comme le baobab (BLENCH, 1988).

18 Les fruits de Vitex doniana servent pour confectionner des bouillies à base de riz et, récemment encore, d’éleusine.

19 A. Marliac : 1975-1976 : Salak ; 1979-1982 : Garey ; 1981 : Mongosi.

20 «... comme la reproduction des figuiers nécessite la présence d’un minuscule hyménoptère qui vit essentiellement dans ces fruits, il y a obligatoirement un minimum de petites “figues-relais” en permanence, sur quelques individus au moins, même en période non productive (...) on comprend qu’il y ait des figues vertes toute l’année, avec des périodes de plus fortes productions, particulièrement intéressantes en saison pluvieuse, quand les céréales manquent » (Dury, 1991 : 19).

21 À la différences des architectures montagnardes, qui utilisent essentiellement les perches de jujubier comme bois de charpente, les toitures masa sont encore des vanneries amovibles sans armature de bois.

22 Acacia nilotica est appelé gawari en foulfouldé, mais l’utilisation de la gousse, gabde, est telle que l’arbre lui-même tend à être désigné à partir d’elle, sous le terme de gabdehi. Celui-ci englobe en fait Acacia nilotica (ex-scorpioides), essence très hydromorphe et Acacia adstringens (ex-nilotica adansonii) qui, lui, prospère plutôt sur dune.

23 Ce processus a été décrit par J. Gallais (1967) dans le delta central du Niger au Mali. Sur la rive droite du Bani, les Faidherbia albida étaient abattus pour permettre les cultures de contre-saison, d’oignons et de tabac.

24 Lors de la sécheresse de 1983, Uudaa’en et Biibe Woyla sont descendus avec leurs troupeaux jusqu’à Doulek. Ils ébranchèrent systématiquement les Faidherbia albida, coupant même les individus de moins de 10 cm de diamètre. Les villageois, médusés, n’ont pas osé intervenir, pas plus que l’administration.

25 Chez les Musey de Gounou-Gaya, de l’autre côté de la frontière du Cameroun, les rapports des « opérations de police » des années 1930 décrivent de véritables villages construits sous d’immenses fourrés de Acacia ataxacantha ; chaque famille ayant aménagé une loge de part et d’autre de couloirs couverts où l’on circulait à cheval.
Le Rapport du lieutenant Givaudan, commandant le détachement de la 6e Compagnie en opérations en pays Banana-Sud, 5 juillet 1922 (ANY/APA/11513/D) signale chez les Musey du Cameroun : « Constamment en guerre, ils sont obligés de rester sur le qui-vive pour éviter les représailles, aussi ont-ils transformé leurs villages en véritables petits fortins. On ne trouve pas ici, comme il est de règle en pays kirdi, des cases éparpillées un peu partout dans la plaine, mais des agglomérations serrées, entourées d’une haute levée de terre et d’une ou plusieurs haies vives d’épineux. »
Le Rapport de tournée du chef de circonscription de Maroua, de Martin, 27 oct. au 12 nov. 1924 (ANY/APA/11513/D) indique pour les Giziga Lulu que : « La montagne est entourée d’une immense zeriba d’épineux qui n’offre que de rares étroites coupures ; les sarrés sont également entourés soit de murs de pierres sèches, soit d’une zeriba d’épineux ; c’est une excellente défense contre la cavalerie foulbé. »
Ici il s’agit de l’association Commiphora africana et Acacia ataxacantha. Plus loin, il note que : « Toute la crête du plateau de Gamboura est bordée d’un mur continu en pierres sèches, ce mur aurait été édifié il y a une quarantaine d’années par les Kirdis de Gamboura comme défense contre la cavalerie foulbé. ». Il décrit encore les villages de Guili et Schoua « installés sur les pentes de la montagne, protégés par plusieurs rangées de belles zeriba d’épineux fort touffus et par des murs de pierres sèches, les villages sont d’accès difficile, et les kirdis s’y sentent en sureté ». Le végétal défensif dans ce cas est dominé par Euphorbia kamerunica. On pourrait multiplier les exemples.

26 Une des plus impressionnantes réalisations de ce style fut l’aménagement par des proto-Gude du pointement volcanique de Mbéda, au-dessus de Maboudji, à la frontière du Nigeria. Les trois levés concentriques des blocs de basalte s’accompagnaient de lignes alternées de Commiphora africana et de Euphorbia desmondi.

27 S. Passarge (1893), qui décrit les villages de la périphérie de Maroua, comme Katoual, note que seuls « des papayers et des dattiers interrompent les lignes droites des murs ». Plus tard, l’administrateur Texier, dans un rapport de tournée à Bogo (1953), décrit ce centre de lamidat, sans arbre, et décide d’y ouvrir des routes ombragées de neems...

28 De nombreux rapports administratifs signalent ces prélèvements et certains s’inquiétaient même de leurs excès, ainsi le capitaine Maronneau (1932, Yagoua, ISH) pour ceux du Logone, et le capitaine Coste (1923, Mokolo, ISH) pour ceux de Goudour. Près de Gadala, l’administration fit abattre tous les rôniers dans les années 1920. Les dosses furent portées à tête d’homme jusqu’à Mokolo pour construire les bâtiments du Poste.

29 Pour son huile (Castor oïl) qui ne se figeait pas en altitude, elle était utilisée par les avions lors de la Première Guerre mondiale. Il existait une variété de Ricinus déjà naturalisée au Cameroun et en Oubangui.

30 Dans les années 1950, dans la région de Golompoui, les Faidherbia albida sont rejetés sur les marges des champs, ce qui constitue une aberration compte tenu de son rôle agronomique et de celui de brise-vent, seules ses ressources fourragères sont retenues. En 1989, une brochure de vulgarisation agronomique (à Mokolo) à l’intention des agriculteurs de montagne, montre Faidherbia albida confiné aux bordures de terrasses...

31 Dans de nombreux parlers du Nord-Cameroun le terme « fore » (de « Eaux et Forêts ») désigne tout arbuste malingre dont l’intérêt est nul.

32 En 1990 (chiffres Onaref), on relève 546 hectares à Maga, 750 à Kousseri et 300 dans le canton de même nom, 450 hectares à Logone-Birni et Kidam, 191 à Mora, 677 à Laf, 203 à Moumour, 125 à Balda, 589 à Mokyo...

33 Il y eut parallèlement un effort pour réhabiliter par le reboisement des zones dégradées vacantes des hardés (comme le faisait à la même époque la CFDT) en pratiquant le soussolage et le billonnage à l’aide d’une mécanique lourde. Ce fut un échec. Dans les années 1990, le CRF (Centre de recherche forestier) de Maroua maintient toujours cet objectif de réhabilitation.

34 Il aurait été apporté en 1957-1958 par des pèlerins de La Mecque, simultanément au Bornou et dans le Nord-Cameroun, comme plante-charme des concessions contre les voleurs et les serpents. Le premier à distribuer ces boutures habitait Dogba. Cette plante est sortie des concessions dans les années 1970 et s’est rapidement naturalisée sur les bords des mayos, où elle garde la réputation de ne pas abriter de serpents. Son pouvoir charmeur a naturellement disparu avec la généralisation de sa diffusion. Il a fallu attendre le début des années 1990 pour que Ipomoea fistulosa soit systématiquement utilisée pour les tores intérieurs des toitures des cases et même en vannerie pour les clôtures.

35 Certains projets de développement comme CARE-Mokolo ont dû délivrer des certificats aux cultivateurs, reconnaissant leurs droits sur les arbres plantés dans le cadre du projet.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Le village de Bourah-Wamgo en 1987
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 642k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540