Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Phytogéographie

Texte intégral

Végétation de bas-fond

1Dominantes : Anogeissus leiocarpus ; Panicum anabaptistum.

2Dominantes de second rang : Hexalobus monopetalus, Securinega virosa, Sterculia setigera.

3Compagnes : Crossopteryx febrifuga, Detarium microcarpum, Prosopis africana, Lonchocarpus laxiflorus, Holarrhena floribunda, Sclerocarya birrea, Tamarindus indica, Terminalia avicennioides, Grewia flavescens, Grewia barteri, Combretum nigricans ; Sporobolus pyramidalis.

4À Ligazan, par exemple, cette végétation des interfluves peut être considérée comme « originelle » de cette région, mais l’abondance de Combretum glutinosum laisse planer un doute sur le qualificatif employé.

5Dominantes : Anogeissus leiocarpus, Combretum glutinosum ; Andropogon pseudapricus, Loudetia togoensis.

6Dominantes de second rang : Sterculia setigera, Annona senegalensis ; Andropogon pinguipes, Hyparrhenia bagirmica, Pennisetum pedicellatum (à l’ombre).

7Compagnes : Strychnos innocua, Crossopteryx febrifuga, Pterocarpus erinaceus, Grewia mollis, Hexabolus monopetalus, Stereospermum kunthianum, Securidaca longepedunculata, Sclerocarya birrea, Terminalia laxiflora, Hymenocardia acida, Combretum molle, Steganotaenia araliace ; Andropogon gayanus, Cymbopogon giganteus, Digitaria gayana, Cochlospermum tinctorium, Cassia mimosoides, Lepidagathis anobrya, Borreria radiata, Borreria stachydea, Tacca leontopetaloides, Zehneria scabra, Ampelocissus africana, Ampelocissus pentaphyllla, Indigofera stenophylla, Crotalaria atrorubens, Hisbiscus asper, Stylochiton hypogeus, Kaempferia aethiopica, Amorphophallus aphyllus.

8D’une manière générale, les jachères se caractérisent par l’abondance relative de Acaciahockii dans le nord et de Piliostigma spp. dans la partie sud de la plaine. Nous ne donnerons qu’un exemple concernant des jachères récentes, les jachères anciennes se confondant avec la végétation environnante dont il est impossible de connaître le degré de secondarité. De Lara à Mindif, le peuplement ligneux est dense et de faible hauteur, dominé par des karités dispersés. La végétation correspond à celle d’un recru assez récent.

9Les espèces dominantes sont alors Piliostigma reticulatum, Dichrostachys cinerea et Tetrapogon cenchriformis.

10Les dominantes de second ordre sont nombreuses : Vitellaria paradoxa, Combretum collinum, Piliostigma thonningii chez les ligneux, et Chloris pilosa, Zornia glochidiata, Sporobolus festivus, Microchloa indica, Setaria pumila, Brachiaria stigmatisata pour les herbacées.

11Les espèces compagnes sont représentées par une quinzaine d’arbres et d’arbustes, dont Acacia hockii et Combretum glutinosum en quantité non négligeable, avec Anogeissus leiocarpus, Sterculia setigera, et 6 espèces herbacées.

Les formations à Acacia hockii et à Acacia gerrardii dominants

La formation végétale à Acacia hockii

12La niche écologique originelle de l’espèce Acacia hockii est difficile à cerner. Elle paraît être à son optimum sur sol argileux (plus ou moins vertique), gravillonnaire, à bon drainage général et en situation ensoleillée. Ces caractéristiques correspondent, actuellement, aux formations à Anogeissus leiocarpus et Sterculia setigera, claires, sur sols lourds avec affleurements rocheux où les ravines d’érosion sont souvent présentes.

13En formation secondaire, le cortège floristique est extrêmement variable, surtout en ce qui concerne les ligneux. Nous en donnerons deux exemples :

14Dans la partie nord des environs de Maroua, on recense Acacia hockii (80 %), Combretum glutinosum, Acacia senegal, Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Sclerocarya birrea, Lannea fruticosa, Combretum aculeatum.

15Les herbacées dominantes sont Aristida hordeacea, Schoenefeldia gracilis, avec Andropogon pseudapricus, Schizachyrium exile, Indigofera secundiflora.

16Dans la partie sud, région de Lara, les dominantes sont Acacia hockii, Acacia dudgeoni ; Schizachyrium exile, Setaria pumila.

17Quant aux compagnes, elles sont nombreuses : Anogeissus leiocarpus, Vitellaria paradoxa, Acacia gerrardii, Maytenus senegalensis, Combretum glutinosum, Dalbergia melanoxylon,Terminalia laxiflora, Entada africana, Sterculia setigera, et 20 autres espèces ligneuses. Pennisetum pedicellatum, Aristida hordeacea, Hyperthelia dissoluta, Loudetia simplex, Andropogon gayanus, Indigofera secundiflora, Blepharis linariifolia représentent les herbacées.

18Sur sol argileux gravillonnaire, le peuplement de Acacia hockii peut être considéré comme pur (région de Maroua et Gawel), car la dizaine d’autres espèces ligneuses (au maximum) n’est représentée que par des individus isolés. Chez les herbacées, trois plantes représentent plus de 90 % du tapis végétal : Aristida hordeacea, Schoenefeldia gracilis et, dans une moindre proportion, Schizachyrium exile.

19Lorsque le sol est plus humide (vallée du mayo Boula, extrême sud), apparaissent, en quantité non négligeable : Combretum glutinosum, Piliostigma reticulatum et Acacia gerrardii. De façon dispersée : Anogeissus leiocarpus, Combretum nigricans, Tamarindus indica, Cassia singueana. Le caractère vertique du sol se traduit par la présence de Acaciaseyal et/ou de Pseudocedrela kotschyi.

20Les dominantes herbacées sont alors : Andropogon pinguipes, Parahyparrhenia annua et Schizachyrium exile.Ischaemum amethystinum apparaît sur sol franchement vertique.

La formation végétale à Acacia gerrardii

21Végétation des sols intergrades entre planosols et vertisols, ou fortement érodés, cette formation présente une composition spécifique étroitement liée à la texture et au bilan hydrique du sol dont le processus de solodisation n’est pas encore amorcé ou n’en est qu’à la phase initiale.

22Sur sol érodé, dans la région de Kaélé, les dominantes sont : Acacia gerrardii ;Schoenefeldia gracilis, Loudetia togoensis et les autres espèces dispersées : Acacia hockii,Balanites aegyptiaca, Piliostigma reticulatum, Ziziphus mauritiana ; Pennisetum pedicellatum.

  • 1 Lors de sa création, la médiocre réserve de Laf a été délimitée avec difficulté. Si l’occupation h (...)

23Quant à la réserve forestière de Laf-Madiam1, il peut s’agir d’un sol intergrade ou d’une végétation que l’on dirait en voie de reconstitution sur sol érodé, car on observe :

24Dominantes : Acacia gerrardii ; Andropogon pseudapricus.

25Dominantes de second rang : Combretum nigricans, Acacia seyal, Combretum glutinosum, Sclerocarya birrea ; Andropogon pinguipes, Schizachyrium exile, Hyparrhenia cf. rufa.

26Parmi les espèces compagnes, on note toutes les espèces rencontrées dans la station de Kaélé, mais aussi : Anogeissus leiocarpus, Sterculia setigera, Entada africana, Securinega virosa ; Cymbopogon giganteus, Kaempferia aethiopica entre autres.

Les formations végétales des hardés à Lannea humilis et à Balanites aegyptiaca

27Typiquement dominées par Lannea humilis sur solonetz solodisé, ces formations sont variables en composition, quoique caractérisées par leur pauvreté floristique (surtout dans la partie septentrionale de la plaine sèche) et le faible recouvrement végétal, principalement chez les ligneux.

28Le hardé type à Lannea humilis en peuplement pur est rare. Cette espèce est généralement associée à Balanites aegyptiaca, dont l’abondance croît en raison inverse de l’intensité des processus de solodisation. Il en est de même pour les espèces compagnes qui réagissent cependant à l’apparition de tout phénomène d’hydromorphie. Il en résulte que le hardé à Balanites aegyptiaca reste, en fait, un semi-hardé même au stade ultime de l’appauvrissement du tapis végétal.

29Le hardé à Lannea humilis au nord du mayo Ranéo offre en dominantes : Lannea humilis, Balanites aegyptiaca ; Loudetia togoensis et, en compagnes, Dalbergia melanoxylon, Acacia seyal ; Eragrostis gangetica.

30Le hardé à Lannea humilis du sud (Guidiguis) présente les dominantes : Lannea humilis ; Loudetia togoensis, les dominantes de second ordre : Acacia gerrardii, Balanites aegyptiaca ; Chrysochloa hindsii, Mircrochloa indica, Zornia glochidiata.

31Compagnes : parmi les 11 espèces ligneuses, citons : Dalbergia melanoxylon,Grewia bicolor, Grewia flavescens, Anogeissus leiocarpus, Combretum aculeatum, Combretum glutinosum, Maerua crassifolia, Hexalobus monopetalus.

32Parmi les 14 herbacées : Tetrapogon cenchriformis, Setaria pumila, Brachiaria stigmatisata, Digitaria longiflora, Sporobolus cordofanus.

33Les hardés au nord (Balaza-Lamido) s’illustrent par des dominantes : Balanites aegyptiaca ; Chrysochloa hindsii avec comme dominantes de second rang : Bauhinia rufescens ; Setaria pumila, Dactyloctenium aegyptium, Tetrapogon cenchriformis.

34Compagnes : Faidherbia albida, Acacia seyal, Ziziphus mauritiana ; Sporobolus festivus, Zornia glochidiata, Schoenefeldia gracilis, Chloris pilosa, Chloris prieurii.

35À Nanikalou, entre Maroua et Mindif, Sporobolus cordofanus fait partie des dominantes et les autres espèces se comptent en nombre encore plus réduit (deux ligneux seulement : Combretum aculeatum et Tamarindus indica, et 6 herbacées, dont la mieux représentée est Panicum laetum).

  • 2 Si l’on se réfère aux quelques relevés des formations végétales des années 1930, on peut avancer q (...)

36Au sud (Guidiguis), les espèces ligneuses sont toujours aussi réduites en nombre2, mais les herbacées se révèlent plus diversifiées :

37Dominantes : Balanites aegyptiaca ; Chrysochloa hindsii, Zornia glochidiata.

38Dominantes de second ordre : Brachiaria xantholeuca, Sporobolus cordofanus et, dans une moindre mesure, Eragrostis gangetica, Chloris prieurii.

39Compagnes : Grewia flavescens, Acacia ataxacantha ; Aristida adscensionis, Mariscus squarrosus, Ophioglossum costatum, Heliotropium strigosum, Schoenefeldia gracilis, Dactyloctenium aegyptium

40En règle générale, les herbacées adaptées aux hardés, c’est-à-dire à des zones édaphiquement arides (Floret et Pontanier, 1984) sont celles qui se montrent capables d’accomplir leur phase végétative dans un temps court.

Les formations ripicoles

41Leur composition floristique est variable du nord au sud, ainsi qu’en fonction du substrat... et de l’intensité des défrichements. Du fait des conditions hydriques favorables, certaines espèces sensibles réussissent à s’y maintenir, alors qu’elles ont déjà disparu de la végétation adjacente. Nous en donnerons trois exemples :

42À Nanikalou, sur plaine d’épandage, la frange ripicole est constituée par Diospyrosmespiliformis en dominante avec comme codominantes : Andira inermis, Piliostigma reticulatum, Mitragyna inermis.

43Parmi les 12 autres espèces, nous citerons : Rytigynia senegalensis, Vitex doniana, Acacia sieberiana, Acacia polyacantha, Hexalobus monopetalus, Allophyllus africanus, Anogeissus leiocarpus, Securinega virosa, Ficus gnaphalocarpa, Tamarindus indica.

44Parmi les lianes et subarbustes : Saba senegalensis.

45La plaine d’épandage, essentiellement graminéenne, est constituée de : Hyparrhenia rufa,Andropogon gayanus var. genuinus, Brachiaria jubata, Panicum anabaptistum, Schizachyrium brevifolium et Bothriochloa cf. bladhii, entre autres.

46Sur le mayo Louti, à Ndoukoula, la végétation est très dégradée.

47Dominante : Anogeissus leiocarpus.

48Codominantes : Andira inermis et Piliostigma reticulatum

49Puis, on rencontre pêle-mêle : Khaya senegalensis, Sclerocarya birrea, Acacia sieberiana, Ficus gnaphalocarpa, Hexabolus monopetalus, Strychnos spinosa, Vitex doniana, Combretum molle, Guiera senegalensis, Phyllanthus reticulatus.

50Les îles sableuses supportent une végétation constituée surtout par Ficus capreifolia, Salix ledermannii, Polygonum senegalense et Echinochloa pyramidalis.

51Le long du mayo Sokoy (région de Mindjil) sur un substrat diversifié (roche, argile et sable), la végétation peut être considérée comme représentative des formations ripicoles de la région.

52Dominantes : Khaya senegalensis et, dans une moindre mesure, Anogeissus leiocarpus,Diospyros mespiliformis, Acacia sieberiana.

53Dominantes de second ordre : Andira inermis, Adina microcephala, Flacourtia flavescens, Mitragyna inermis.

54Autres espèces : parmi les 14 ligneux, nous citerons : Vitex doniana,Nauclea latifolia,Combretum paniculatum, Polysphaeria arbuscula, Woodfordia uniflora, Oxytenanthera abyssinica, Dalbergia melanoxylon, Erythrina senegalensis.

55Les herbacées, rares, sont représentées par Vetiveria nigritana et Chloris robusta.

56Sur le bourrelet de berge, en jachère, les ligneux ne sont guère plus de 6 espèces parmi lesquelles dominent Combretum collinum, associé à Khaya senegalensis, Piliostigma reticulatum et Acacia sieberiana. Les herbacées, en revanche, sont représentées par 14 espèces, dont les principales sont : Schizachyrium exile, Andropogon pseudapricus, Schoenefeldia gracilis, Setaria pumila, Digitaria gayana et Indigofera secundiflora.

57D’une manière générale, dans le Diamaré, le déboisement des ripisylves aboutit à un fin liseré le long des berges, composé de Andira inermis,Kigelia africana, Ficus gnaphalocarpa et Acacia sieberiana. S’il vient à disparaître, il peut être remplacé par des peuplements de Ipomoea fistulosa naturalisés ou placés là par des villageois en protection de certains secteurs de berge.

Les formations à Sclerocarya birrea et Terminalia avicennioides

58Situées sur sols dunaires, ces formations sont manifestement secondaires, mais il ne nous a pas été possible de rencontrer de témoin des végétations originelles, probablement en raison de la fragilité de ces dernières et de la pression anthropique sur ces sols faciles à travailler.

Végétation type

59Sur le cordon dunaire (à Fadaré), les dominantes sur la crête sont : Detarium microcarpum ; Eragrostis tremula et les dominantes de second rang : Annona senegalensis, Terminalia avicennioides ; Tephrosia platycarpa, Pandiaka leontopetaloides, Dactyloctenium aegyptium, Digitaria gayana.

60Compagnes : Guiera senegalensis, Piliostigma reticulatum, Securidaca longepedunculata, Swartzia madagascariensis, Hymenocardia acida, Combretum glutinosum, Amblygonocarpus andongensis ; Zornia glochidiata, Aristida stipoides, Borreria radiata, Crotalaria atrorubens, Blepharis linariifolia, Loudetia hordeiformis, Vernonia perrottetii, Polycarpaea linearifolia.

61Dans l’interdune prospèrent : Guiera senegalensis ; Eragrostis tremula, Sporobolus festivus, Zornia glochidiata avec comme compagnes : Bombax costatum, Daniellia oliveri, Celtis integrifolia, Prosopis africana, Ficus ingens, Strychnos spinosa, Strychnos innocua ; Hyparrhenia bagirmica, Merremia angustifolia.

62Sur la dune aplanie, les espèces dominantes deviennent : Guiera senegalensis et Eragrostis tremula avec, en seconde position : Annona senegalensis, Sclerocarya birrea ; Dactyloctenium aegyptium et Tephrosia platycarpa.

63La composition floristique de la végétation se présente comme un amalgame des espèces rencontrées dans les deux situations topographiques précédentes, et la disparition de Daniellia oliveri, Hymenocardia acida, Aristida stipoides est compensée par l’apparition, entre autres, de Sterculia setigera, Commiphora pedunculata, Gardenia erubescens ; Aristida sieberiana, Aristida mutabilis, Brachiaria villosa, Chrozophora brocchiana, Tephrosia purpurea.

64Entre Kalfou et Moulvouday, on observe la succession suivante, en fonction de la topographie.

Transect à Kalfou

Transect à Kalfou

65I-Crête : dominance de Guiera senegalensis. Autres espèces remarquables : Proposis africana, Combretum collinum, Sterculia setigera, Hymenocardia acida ; Monechma hispidum.

66II-Tiers supérieur de la pente : végétation ligneuse claire où co-dominent Amblygonocarpus andongensis et Terminalia avicennioides.

67III-Mi-pente : végétation ligneuse plus dense où co-dominent Guiera senegalensis, Combretum collinum et Detarium microcarpum, Terminalia avicennioides est moins abondant.

68IV-Bas de pente : dominance de Anogeissus leiocarpus, et, en seconde position : Hexalobus monopetalus. Les autres espèces sont surtout représentées par Detarium microcarpum et Terminalia avicennioides.

69V-Bas-fond : s’il s’agit d’un cours d’eau à lit marqué, on observe les dominantes Daniellia oliveri ; Panicum anabaptistum. En seconde position : Combretum glutinosum. Autres espèces : Terminalia avicennioides, Crossopteryx febrifuga, Tamarindus indica, Terminalia macroptera, Bridelia scleroneura, Xeromphis nilotica, Piliostigma reticulatum, Ficus platyphylla, Ficus ingens, Ficus gnaphalocarpa.

70Dans les bas-fonds humides parsemés de mares, on trouve en dominantes : Acacia gerrardii ; Panicum anabaptistum. Au second rang : Piliostigma thonningii, Piliostigma reticulatum. Autres espèces : Hexalobus monopetalus, Detarium microcarpum, Prosopis africana, Terminalia avicennioides, Combretum nigricans, Acacia sieberiana.

71Sur les placages sableux de la région de Goudoum-Goudoum, les sols, bien que sableux, sont compacts et la composition floristique de la végétation se modifie par l’apparition d’espèces liées aux formations à Anogeissus leiocarpus et Sterculia setigera, alors que les espèces typiquement psammophiles (pour la région) disparaissent. La végétation, composite, réagit alors aux moindres variations de texture du sol, ce qui, dans le cas de jachères, par exemple, conduit à des peuplements végétaux de composition floristique très variable en fonction de la compaction ou, au contraire, de l’augmentation de la friabilité des sols par érosion pendant le temps de culture.

72Sur le transect effectué sur le mayo qui passe à Mouda, la succession est la suivante.

Transect vers le mayo Mouda

Transect vers le mayo Mouda

73I-Sur le plateau de sable dur, en jachère ancienne (présence de Faidherbia albida) les dominantes sont : Terminalia avicennioides ; Hyparrhenia bagirmica, Andropogon pseudapricus. Codominantes : Maytenus senegalensis, Sclerocarya birrea ; Digitaria gayana, Hyperrhenia sp. Les autres espèces les mieux représentées sont : Sterculia setigera, Combretum nigricans, Piliostigma reticulatum ; Eragrostis tremula, Sporobolus festivus, Indigofera secundiflora.

74On note aussi la présence de Detarium microcarpum, Pterocarpus erinaceus, Prosopis africana ; Ctenium elegans.

75II-En haut de pente dominent Terminalia avicennioides, Piliostigma reticulatum ; Pennisetum pedicellatum. Codominantes : Guiera senegalensis, Sterculia setigera, Sclerocarya birrea, Combretum nigricans, Securinega virosa, Prosopis africana. Autres espèces : Commiphora pedunculata, Anogeissus leiocarpus, Pterocarpus erinaceus, Lannea barteri, Strychnos spinosa, Bombax costatum.

76III-En bas de pente la végétation ligneuse est plus ou moins identique à celle du haut de pente, mais les dominantes sont différentes, et la flore de la frange de contact avec le glacis humide (zone III2) est particulière. Dominantes : Daniellia oliveri, Securinega virosa ; Andropogon pseudapricus. Codominantes : Prosopis africana, Terminalia avicennioides, Piliostigma reticulatum ; Pennisetum pedicellatum. Autres espèces : Xeromphis nilotica, Bridelia scleroneura ; Hyparrhenia bagirmica.

77Au niveau de la ligne de contact entre III2 et IV, on observe la présence d’un rideau de Andira inermis associé à Vetiveria nigritana, sans variation perceptible de la topographie. Il est vraisemblable que cette végétation est due à une résurgence de la nappe phréatique.

78IV-Sur le glacis humide dominent : Piliostigma reticulatum ; Panicum anabaptistum. Autres espèces : Andira inermis, Ziziphus mauritiana, Ximenia americana, Antidesma venosum, Mitragyna inermis ; Eragrostis barteri, Vetiveria nigritana.

79V-Sur les berges du mayo les dominantes sont : Acacia sieberiana, Securinega virosa ; Setaria pumila. Codominantes : Piliostigma reticulatum, Ziziphus mauritiana ; Pennisetum pedicellatum, Sesbania cf. Leptocarpa. Autres espèces : Antidesma venosum, Combretum nigricans, Combretum glutinosum, Ficus gnaphalocarpa, Acacia seyal ; Sorghum purpureosericeum, Vetiveria nigritana.

80Le centre du mayo, déboisé, est occupé par une prairie à Oryza longistaminata et Vetiveria nigritana.

Les jachères

81Leur composition floristique très variable dépend des formations originelles, déjà secondarisées, et de l’intensité de l’occupation humaine dans la zone considérée. Grossièrement, ces formations se caractérisent par une abondance relative, forte à très forte, de Combretum collinum et (ou) de Guiera senegalensis.

82Les jachères sont à Guiera senegalensis dans la région de Bogo, où cet arbuste est très largement dominant. Au sud de cette zone, Combretum collinum est toujours présent, parfois en quantité non négligeable. Scleorcarya birrea et Prosopis africana, sont des compagnes fidèles, mais faiblement représentée. En revanche, la composition floristique du tapis herbacé très variable paraît liée à la structure-texture des horizons superficiels du sol.

83En dominantes : Guiera senegalensis ; Zornia glochidiata, Eragrostis tremula et pour les autres espèces : Bombax costatum, Prosopis africana, Combretum glutinosum, Combretum collinum, Ziziphus mauritiana, Acacia sieberiana, Cassia sieberiana, Cassia singueana, Capparis cf. sepiaria, Boscia senegalensis, Cadaba farinosa ; Loudetia togoensis, Chloris pilosa, Brachiaria xantholeuca, Digitaria longiflora, Leptadenia hastata, Cassia obtusifolia, Cissus cornifolia, entre autres.

84Plus au sud, entre Kalfou et Moulvouday, les espèces ligneuses se multiplient (17) dans le peuplement de Guiera senegalensis. On remarque quelques espèces herbacées parmi lesquelles Monechma hispidum et Brachiaria villosa constituent plus de 90 % de la biomasse.

85En pays tupuri, entre Taala et Guissia, sur sol sableux épuisé, on rencontre une jachère presque monospécifique à Guiera senegalensis avec quelques ligneux dont Pterocarpus erinaceus. Les herbacées dominantes sont Indigofera sp., Digitaria longiflora, Zornia glochidiata, Brachiaria xantholeuca...

86Dans la région de Wibiwa, les jachères à Combretum collinum s’accompagnent de Schizachyrium exile, Aristida kerstingii, Digitaria gayana avec en codominantes : Hymenocardia acida, Crossopteryx febrifuga, Terminalia avicennioides ; Loudetia togoensis, Andropogon pseudapricus, Cochlospermum tinctorium.

87Autres espèces : parmi les 18 ligneux, nous citerons : Lannea schimperi, Anogeissus leiocarpus, Sclerocarya birrea, Terminalia laxiflora, Detarium microcarpum, Parkia biglobosa, Bombax costatum, Acacia hockii, Guiera senegalensis.

88Quinze herbacées ont été recensées, dont Indigofera stenophylla, Indigofera prieureana, Tephrosia linearis, Hyperthelia dissoluta, Andropogon gayanus var. bisquamulatus, Vernonia perrottetii, Blepharis linariifolia, Hibiscus asper.

89Dans la région de Doubané, en jachère plus ancienne se présentant sous forme de savane arbustive haute et claire, Terminalia avicennioides est codominant avec Combretum collinum. La reconstitution de la strate ligneuse se marque par les dominantes de second ordre : Detarium microcarpum, Hexalobus monopetalus et Combretum glutinosum.

90Chez les herbacées, une seule espèce domine : Loudetia togoensis.

91Les sols ferrallitiques intéressent les surfaces les plus vastes de la plaine, mais sont très différenciés et, partout, ils influencent les successions post-culturales. Après abandon des parcelles, les rudérales des cultures n’en continuent pas moins de prospérer, accompagnées d’herbacées annuelles. Elles sont sensiblement différentes en fonction des pratiques culturales, traditionnelles ou en culture attelée. Certaines, comme Commelina benghalensis, seront favorisées par la fertilisation minérale et le travail du sol (Le Bourgeois, 1993). La flore commensale des cultures, Acalypha ciliata, Leucas martinicencis, Cyperus rotundus, Spermacoce stachydea... sera progressivement remplacée par des espèces pionnières et l’installation d’arbrisseaux.

92 Piliostigma reticulatum s’impose, favorisé par l’absence de feu de brousse dans les premières années. Il régressera à la sixième année de jachère. Les essences qui se régénèrent facilement à partir des souches sont favorisées : Annona senegalensis, Guiera senegalensis et certains Acacia spp.

93Les espèces drageonnantes auront le plus de chance de se trouver sur les jachères indépendamment des types de sol : Piliostigma thonningii, Cassia singueana, Bauhinia rufescens, Combretum glutinosum, Dichrostachys cinerea (Donfack, 1993).

94Pour les ligneux, la multiplication végétative prend le pas sur la multiplication par graines.

95Suit une période où se développent des espèces de liaison, comme les Andropogonées, entre pionnières et celles de pseudo-climax. Les Combrétacées vont peu à peu s’installer, amorçant un infléchissement vers un pseudo-climax de « départ ». Toutefois, pour une accessibilité au fourrage aérien et au bois de feu, ou simplement par suite de leur surexploitation, ces formations vont être maintenues entre savane arbustive (avec des sujets de moins de 3 m) et savane arborée.

96Les feux de brousse peuvent intervenir pour pénaliser certaines espèces comme Acacia ataxacantha ou en favoriser d’autres, peu sensibles au feu, comme Balanites aegyptiaca, Dichrostachys cinera, Ziziphus mauritiana et certains Acacia. Si bien qu’après une succession de stades de reconstitution végétale post-culturale, on n’enregistre par la suite que des degrés de perturbation anthropique.

97En définitive, on peut difficilement établir un modèle de succession de ces communautés végétales de jachère tant les paramètres en cause sont nombreux. D’abord, l’histoire agronomique du champ ou d’un lot de parcelles avec ses itinéraires culturaux, la nature des cultures... déterminera l’abondance des arbres, des souches, la dominante des mauvaises herbes.

98Aux aptitudes à rejeter et aux conditions de levée de dormance des graines, s’ajoute un potentiel séminal advectif disponible variable. Les aptitudes différentielles à l’installation et à la croissance des espèces jouent à plein, forcément influencées par les facteurs du milieu pédo-climatique et par l’action de l’homme. Cette dernière, qu’elle soit jugée « perturbatrice » ou « constructive », oriente localement et toujours fortement la succession végétale.

Les végétations ripicoles

99Dans les cas précis des formations sableuses de la plaine sèche, la végétation ripicole ne permet pas une extrapolation de ses composants floristiques au paysage environnant, mais sa diversité met en lumière l’intensité des modifications de la couverture végétale en général. Nous mentionnerons deux exemples situés près du cordon Yagoua-Limani, à 14 km de distance, dans la région de Petté. L’un concerne une dépression endoréique et l’autre, une forêtgalerie. Pour cette dernière, nous en donnerons la composition floristique in extenso, car c’est le seul témoin que nous ayons rencontré des formations ripicoles de mayel (petits cours d’eau temporaires) au pied du cordon.

100Au centre d’une mare située à proximité du cordon sableux, on rencontre une seule espèce de ligneux : Terminalia macroptera. En herbacées dominantes : Oryza longistaminata et, dans une moindre mesure, Vetiveria nigritana. Autres herbacées : Sporobolus pyramidalis, Hyparrhenia rufa, Panicum anabaptistum.

101En bordure immédiate (la frange est de faible largeur) : Pseudocedrela kotschyi avec, comme autres ligneux : Daniellia oliveri, Diospyros mespiliformis, Gardenia ternifolia.

102Ils peuvent être pris dans un buissonnement de Acacia ataxacantha ; Pennisetum pedicellatum, Eragrostis gangetica.

103Dominantes de second ordre : Anogeissus leiocarpus, Acacia gerrardii, Tamarindus indica, Guiera senegalensis ; Panicum anabaptistum.

104Parmi les 16 ligneux encore présents, nous citerons : Balanites aegyptiaca, Dalbergia melanoxylon, Sclerocarya birrea, Terminalia avicennioides, Combretum nigricans, Crossopteryx febrifuga, Flacourtia vogelii.

105En périphérie (boisement plus clair sur semi-hardé), les dominantes sont : Anogeissus leiocarpus, Acacia ataxacantha ; Loudetia togoensis, Pennisetum pedicellatum.

106Espèces secondaires : Balanites aegyptiaca, Guiera senegalensis, et 7 autres ligneux de moindre importance, dont Lonchocarpus laxiflorus ; Zornia glochidiata et Andropogon pseudapricus.

107Dans la forêt-galerie de mayel, les dominantes sont : Detarium microcarpum, Combretum molle, Diospyros mespiliformis, parfois pris dans un buissonnement avec Acacia ataxacantha et Ziziphus mucronata ; Panicum anabaptistum, Panicum afzelii, mais les herbacées sont peu abondantes.

108Dominantes de second rang : Anogeissus leiocarpus, Vitellaria paradoxa, Celtis integrifolia, Cassia sieberiana, Gardenia ternifolia.

109Autres espèces : Strychnos innocua, Catunaregam nilotica, Daniellia oliveri, Terminalia macroptera, Terminalia laxiflora, Mitragyna inermis, Bombax costatum, Combretum glutinosum, Maerua angolensis, Tamarindus indica, Albizia chevalieri, Pterocarpus erinaceus, Guiera senegalensis, Annona senegalensis, Bridelia scleroneura, Acacia gerrardii, Piliostigma reticulatum, Ficus glumosa, Ficus ingens, Sterculia setigera, Prosopis africana, Antidesma venosum, Stereospermum kunthianum, Pseudocedrela kotschyi, Sclerocarya birrea, Securinega virosa, Feretia apodanthera, Dalbergia melanoxylon, Lannea shimperi ; Cissus quadrangularis, Gymnema sylvestre, Abrus precatorius, Sporobolus pyramidalis, Pennisetum pedicellatum

Les formations secondaires à Acacia seyal

110Ces formations se développent préférentiellement sur les sols vertiques lato sensu et présentent un maximum d’extension sur sol vertique hydromorphe (plaine d’épandage des mayos, dépressions endoréiques de plateau et interdunaires). Toutefois, l’espèce se rencontre dans pratiquement toutes les autres formations à condition que celles-ci soient ouvertes car, si Acacia seyal est doté d’un grand pouvoir de dissémination allié à une bonne résistance à la sécheresse, cet arbuste ne supporte pas le surcîmage, à l’inverse de Acacia hockii, dont l’héliophilie est beaucoup moins stricte. Ces deux espèces, favorisées par les défrichements, ne cohabitent que sous certaines conditions de sol et de luminosité.

111Il résulte de ce qui précède que les formations à Acacia seyal sont très souvent secondaires (surtout dans la plaine sèche), même dans les zones hydromorphes où la pratique des cultures de décrue paraissent parfois les favoriser. La plante peut apparaître même sur le sol sableux de la partie sud, en végétation secondaire à Terminalia avicennioides à Doubané, ou à Guiera senegalensis près de Guidiguis.

112Dans la partie nord, à Magdémé (sur planosol) :

113Dominantes : Acacia seyal ; Panicum laetum, Eragrostis pilosa.

114Dominantes de second rang : Balanites aegyptiaca ; Schoenefeldia gracilis.

115Compagnes : Boscia senegalensis, Cadaba farinosa, Lannea humilis, Acacia senegal ; Zornia glochidiata, Setaria pumila, Aristida hordeacea, Dactyloctenium aegyptium, Cassia obtusifolia.

116À Maroua (sur sol vertique avec cailloutis), Acacia seyal ; Aristida hordeacea s’accompagnent de dominantes de second rang : Schoenefeldia gracilis, Tetrapogon cenchriformis.

117Autres espèces : 8 ligneux dont Dichrostachys cinerea, Piliostigma reticulatum, Acacia hockii, Tamarindus indica, Ximenia americana.

118Cinq herbacées : Schizachyrium exile, Aristida adscensionis, Merremia hederacea, Indigofera secundiflora.

119Dans la partie sud, à Garey, à l’ouest de Kaélé, la zone relativement très boisée à Acacia seyal très largement dominant dans la strate ligneuse serait une végétation en voie de reconstitution.

120Dominantes : Acacia seyal ; Pennisetum pedicellatum.

121Dominantes de second rang : Dichrostachys cinerea (en fourrés sur placages gravillonnaires) ; Setaria pumila, Rhynchosia sp., Brachiaria lata.

122Autres espèces : Piliostigma reticulatum, Combretum aculeatum, Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Anogeissus leiocarpus, Combretum nigricans, Sclerocarya birrea.

12312 herbacées, dont Rottboellia cochinchinensis, Chloris pilosa, Chrysanthellum americanum, Merremia hederacea, Andropogon pinguipes, Hibiscus pseudohirtus, Caperonia cf. serrata.

124Après défrichement et culture, le tapis herbacé se modifie nettement : Ischaemum afrum (dominant), Rottboellia cochinchinensis et Aristida hordeacea (dominantes de second rang), Panicum anabaptistum, Sesbania leptocarpa, Crotalaria glauca, Caperonia cf. senegalensis, Mnesithea granularis, Hibiscus panduriformis.

125La reconstitution de la végétation sur les vertisols commence par une compétition entre phorbes et graminées, dans laquelle ces dernières l’emportent. Les ligneux repartent avec Combretum aculeatum, Piliostigma reticulatum.... Puis, après six ans, Acacia seyal s’impose généralement.

126Lorsque leur couvert est important, les graminées diminuent au profit d’espèces de sousbois comme les Achyranthes spp. Il s’agit alors d’une compétition classique pour la lumière, les ligneux finissant par l’emporter.

Les approches des yayrés, prairies inondables

127Caractéristiques de la plaine inondable du Logone, elles existent dans la plaine sèche, dans les zones d’épandage des gros mayos venus des monts Mandara et dans les dépressions interdunaires comme, par exemple, le yayré Kaoum entre Korré et Goudoum-Goudoum.

Transect dans le yayré Kaoum

Transect dans le yayré Kaoum

128Le transect montre la succession suivante d’ouest à l’est.

129I-Dune (ou bourrelet) dégradé (e) : forte dominance de Guiera senegalensis associé à Sclerocarya birrea, Balanites aegyptiaca et Piliostigma reticulatum, rares Bombax nigricans et Strychnos spinosa.

130Ibis-Plateau sableux dégradé : mêmes dominantes que sur dune avec, dispersés : Pterocarpus erinaceus, Terminalia avicennioides, Ximenia americana, Annona senegalensis, Ziziphus mauritiana.

131II-Hardé avec quelques mares à Panicum anabaptistum : végétation ligneuse clairsemée dominée par Lannea humilis, Tamarindus indica. Autres espèces : Balanites aegyptiaca, Combretum nigricans, Combretum glutinosum, Acacia sieberiana, Sterculia setigera. Chez les herbacées : dominance de Loudetia togoensis associée à Schoenefeldia gracilis et Panicum anabaptistum.

132III-Bordure immédiate du yayré : la bordure extérieure, relativement boisée présente les dominantes : Piliostigma reticulatum ; Andropogon pseudapricus, Loudetia togoensis. Au second rang : Ziziphus mauritiana ; Schoenefeldia gracilis, Panicum anabaptistum, Setaria pumila. Compagnes : Ficus gnaphalocarpa, Combretum glutinosum, Combretum nigricans, Tamarindus indica, Gardenia cf. aqualla, Terminalia avicennioides ; Eragrostis gangetica, Echinochloa obtusiflora, Borreria filifolia, Panicum sp.

133La bordure interne, avec très peu de ligneux présente les dominantes : Ziziphus mauritiana, Piliostigma reticulatum ; Eragrostis barteri, Panicum anabaptistum. Les autres espèces étant Acacia sieberiana, Ficus gnaphalocarpa ; Vetiveria nigritana, Eragrostis gangetica, Hyparrhenia rufa, Panicum spp.

134IV-Yayré, prairie graminéenne sans ligneux a pour dominantes : Eragrostis barteri. Au second rang : Heleocharis acutangula, Limnophila indica. Autres espèces : Vetiveria nigritana, Echinochloa obtusiflora, Echinochloa colona, Melochia corchorifolia, Hygrophila africana, Rotala cf. mexicana, Tenagocharis latifolia, Pycreus macrostachyos.

135V-Au centre du yayré les dominantes sont : Oryza longistaminata, Heleocharis acutangula. Au second rang : Vetiveria nigritana, Melochia corchorifolia. Autres espèces : Acroceras amplectens, Echinochloa stagnina, Nymphaea guineensis, Limnophyton obtusifolium, Utricularia spp.

136En règle générale, les principales espèces herbacées qui colonisent les bas-fonds hydromorphes se répartissent en fonction de la nature du sol, de la hauteur et de la durée d’inondation de la façon suivante :

Sur sols vertiques

137Inondation de faible hauteur, faible durée : Echinochloa obtusiflora.

138Inondation de faible hauteur, longue durée : Pennisetum ramosum, Panicum anabaptistum.

139Inondation de hauteur moyenne, longue durée : Panicum anabaptistum, Ischaemum afrum.

Sur sols sableux

140Inondation de faible hauteur, faible durée : Panicum sp.

141Inondation de hauteur moyenne, longue durée : Eragrostis barteri.

Sur sol sablo-argileux à argileux

142Inondation de faible hauteur, faible ou moyenne durée : Echinochloa colona, Hyparrhenia rufa.

143Inondation de hauteur moyenne, longue durée : Hyparrhenia rufa (mais très variable avec les écotypes).

144Inondation forte, longue durée : Oryza longistaminata, Echinochloa pyramidalis.

145Inondation très forte, longue durée : Echinochloa stagnina.

  • 3 Plantés en protection de berge abrupte du Chari, à Kousseri, certains pieds ont survécu à une crue (...)

146Inondation de moyenne ou longue durée et forte de courte durée : Vetiveria nigritana3.

Les végétations post-culturales

147En zone hydromorphe, les défrichements sont exécutés essentiellement pour la culture du sorgho de décrue (muskuwaari) et concernent les prairies inondables comme les formations à Acacia seyal. La végétation secondaire qui s’installe sur les jachères, surtout en ce qui concerne les herbacées, permet rarement de déterminer la formation originelle, sauf dans les cas extrêmes.

148Dans la partie nord, à Djoulgouf, le grand karal de la plaine d’épandage de la Tsanaga est cultivé. En bordure, on relève une strate ligneuse très claire à Acacia seyal (dominant) et Bauhinia rufescens et une strate herbacée à Panicum laetum (très largement dominant) et Setaria pumila, Echinochloa obtusiflora, Eragrostis pilosa, Bergia suffruticosa, Stylochiton sp.

149Au centre, la strate ligneuse est absente et le couvert herbacé, dominé par Oryza longistaminata et Echinochloa obtusiflora, relègue Heleocharis setifolia, Eriochloa fatmensis, Cyperus procerus au second rang.

150Autres espèces : Panicum anabaptistum, Aeschynomene indica, Desmodium hirtum, Panicum laetum, Panicum antidotale, Hygrophila spinosa.

151Dans la partie sud, à Moumour par exemple, sur un karal humide où le recru ligneux ne dépasse pas 0,5 m de hauteur moyenne, la strate ligneuse est composée de : Pseudocedrela kotschyi (dominant), Acacia seyal, Combretum nigricans, Combretum aculeatum, Lannea humilis, Piliostigma reticulatum, Balanites aegyptiaca, Cassia singueana.

152La strate herbacée est dominée par Echinochloa obtusiflora et Echinochloa callopus, avec comme accompagnatrices : Setaria pumila, Rhamphicarpa fistulosa, Eragrostis gangetica.

153Autres espèces : Loudetia togoensis, Panicum laetum, Acroceras amplectens, Echinochloa colona, Andropogon pinguipes, Kyllingiella microcephalus, Cyperus pustulatus, Scleria tessellata, Ophioglossum costatum, Borreria filifolia, Cucurligo pilosa.

154Il convient de mentionner aussi l’anthropisation du couvert graminéen des vertisols en exploitation. Les populations les ensemencent en grains de Setaria pumila et de Setaria sphacellata (au nord de Mindif) pour mieux lutter contre certaines adventices et obtenir de meilleurs brûlis avant le repiquage des sorghos (muskuwaari), (Donfack et Seignobos, 1996).

La plaine d’inondation du Logone

155Immense, elle s’étend sur plus d’un degré du cordon Yagoua-Limani, au sud, à Kousseri au nord. Les zones exondées, encore que souvent marquées par l’hydromorphie, sont réduites au glacis nord du cordon, dont l’extension maximale se situe dans le triangle Kossa-Waza-Banki, et aux bourrelets de berge du Logone (anciens et actuel). Si la pédologie commande en grande partie la genèse des paysages au sud du cordon dunaire, au nord c’est l’hydrologie. En règle générale, les zones exondées à la périphérie du yayré, et encore plus les buttes témoins isolées, sont marquées par une secondarisation de la végétation due à l’occupation humaine ancienne et (ou récente). Un transect effectué près de Bala-Plata, au sud-est de Kossa, résume la succession des formations végétales qui se rencontrent sur le glacis du cordon.

156I-Bourrelet sableux : dominances de Sclerocarya birrea et Eragrostis tremula, Borreria radiata. Au second rang : Balanites aegyptiaca, Acacia senegal ; Indigofera prieureana, Cassia mimosoides. Autres espèces : 13 ligneux dont Anogeissus leiocarpus, Sterculia setigera, Terminalia avicennioides, Strychnos spinosa, Combretum glutinosum, Lannea humilis. Six herbacées dont Hyperthelia dissoluta, Tephrosia linearis.

157II-Sur le hardé à Balanites aegyptiaca de haut de pente les dominantes sont : Balanites aegyptiaca ; Pennisetum pedicellatum, Zornia glochidiata. Au second rang : Lannea humilis, Acacia ataxacantha ; Schoenefeldia gracilis. Autres espèces : huit ligneux dont Sclerocarya birrea, Anogeissus leiocarpus, Guiera senegalensis, Entada africana.

158III-Bas de pente de dune : dominances de Anogeissus leiocarpus ; Schoenefeldia gracilis, Pennisetum pedicellatum. Au second rang : Acacia ataxacantha. Autres espèces : Dalbergia melanoxylon, Sterculia setigera, Sclerocarya birrea, Acacia nilotica var. adansonii, Celtis integrifolia ; Indigofera prieureana.

159IV-Hardé à Lannea humilis (mixte, par solodisation de la zone III) avec Schoenefeldia gracilis. Au second rang : Balanites aegyptiaca ; Zornia glochidiata, Loudetia togoensis. Autres espèces : Acacia seyal, Acacia ataxacantha, Dalbergia melanoxylon, Sclerocarya birrea, Celtis integrifolia, Feretia apodanthera ; Asparagus africanus.

160Parfois, entre les zones IV et V, apparaît une petite ondulation de 15 à 20 mètres de largeur, plus ou moins sableuse en superficie, dont la partie amont supporte une végétation à Sclerocarya birrea et Anogeissus leiocarpus, tandis que la partie aval est un hardé à Lannea humilis et Loudetia togoensis, mais il reste toujours quelques Sclerocarya birrea.

161V-Hardé à boqueteaux : entre les boqueteaux le hardé est pratiquement pur à Lannea humilis et Eragrostis gangetica, très rares sont les Balanites aegyptiaca. Les boqueteaux à boisement très dense ont pour dominantes : Celtis integrifolia, Acacia ataxacantha. Au second rang : Anogeissus leiocarpus, Sclerocarya birrea. Autres espèces : Tamarindus indica, Balanites aegyptiaca, Acacia seyal, Acacia sieberiana, Entada africana ; une seule espèce herbacée est remarquable, Merremia pentaphylla.

162VI-Plaine hydromorphe semée de mares : dans la plaine, le boisement est très clair à Acacia seyal avec, dispersés, Lannea humilis et Balanites aegyptiaca. Chez les herbacées, large dominance de Panicum laetum accompagné de Schoenefeldia gracilis et Eragrostis pilosa.

163Les mares sont à Oryza longistaminata avec, en pourtour, Oryza barthii, Echinochloa colona, Eragrostis gangetica. Elles sont ceinturées par un boisement souvent dense de Mitragyna inermis, nombreux Celtis integrifolia et Acacia ataxacantha. Autres espèces : Tamarindus indica, Diospyros mespiliformis, Acacia sieberiana, Acacia nilotica var. adansonii, Anogeissus leiocarpus.

La végétation des terres exondées

Bourrelets de berge du Logone

164Occupées par l’homme depuis très longtemps (vestiges de villages saw), ces zones exondées sont soit cultivées, soit couvertes par un recru secondaire pouvant atteindre un stade forestier. La formation originelle n’existe plus, mais il est probable qu’il s’agissait d’une forêt sèche à Anogeissus leiocarpus, Khaya senegalensis, Acacia sieberiana, avec un faciès à Borassus aethiopum, comme il est encore possible d’en rencontrer au Tchad sur l’autre rive du Logone (Fotius, 1973).

165On observe en effet deux types de boisements :

  • une végétation de fourrés à épineux avec strate arborée claire, sur sol humide ;
  • des rôneraies sur sol sec4.

166La végétation à épineux de la région de Zimado :

167Dominantes : Acacia seyal ; Chloris pilosa, Dactyloctenium aegyptium.

168Dominantes de second rang : Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Acacia polyacantha ; Epaltes alata, Hygrophila spinosa, Digitaria ciliaris, Brachiaria xantholeuca, Brachiaria ramosa, Eragrostis gangetica.

169Autres espèces : Anogeissus leiocarpus, Hyphaene thebaica, Stereospermum kunthianum, Tamarindus indica, Acacia sieberiana, Boscia senegalensis, Ziziphus mucronata, Securinega virosa.

170Sur termitières : Acacia ataxacantha, Cordia sinensis, Cadaba farinosa ; Sansevieria sp., Panicum maximum, Abutilon pannosum.

171Les rôneraies de Zimado et de Dilga sont quasi monospécifiques : Borassus aethiopum ; Andropogon gayanus, Hyperthelia dissoluta.

172Dominantes de second rang : Hyphaene thebaica, Anogeissus leiocarpus, Khaya senegalensis.

173Autres espèces : Ziziphus mauritiana, Guiera senegalensis, Terminalia avicennioides, Stereospermum kunthianum, Kigelia africana, Vitex doniana, Combretum glutinosum.

174Par dégradation, Guiera senegalensis devient dominant avec Hyparrhenia bagirmica et Schoenefeldia gracilis. Une couverture variable de plantes herbacées annuelles remplace le tapis herbacé originellement constitué de plantes pérennes. Les graminées pérennes sont plus ou moins visibles suivant le stade de dégradation, ou de reconstitution, de la végétation.

Les buttes témoins de la plaine d’inondation

175Plus encore que les bourrelets de berge du Logone, ces buttes sont marquées par une occupation humaine dont l’ancienneté se répercute sur la composition floristique de la végétation de telle sorte que, pratiquement, chaque butte présente un couvert végétal différent.

176Les espèces dominantes sont en général : Balanites aegyptiaca, Tamarindus indica, Ficus gnaphalocarpa, Acacia sieberiana, Khaya senegalensis, Faidherbia albida, Hyphaene thebaica, Ziziphus mauritiana. Chacune de ces plantes peut dominer isolément ou par groupe de 2, 3, 4 ou plus.

177Par exemple : Tamarindus indica et Balanites aegyptiaca à Mourgouma, Acacia sieberiana et Crateva adansonii à Baram, Ficus gnaphalocarpa et Faidherbia albida à Bélé, Tamarindus indica et Khaya senegalensis à Zgagué...

Les hardés

178Du même type que ceux de la plaine sèche sur le glacis du cordon Yagoua-Limani, leur composition floristique change vers le nord par suite de l’affaiblissement des précipitations et de la pression anthropique. Lannea humilis est rarement dominant, remplacé par Balanites aegyptiaca et par d’autres espèces avec un cortège herbacé extrêmement pauvre.

179Par exemple, à Gomon, les espèces dominantes sont : Balanites aegyptiaca ; Brachiaria ramosa, Chloris pilosa. À Waza, la strate ligneuse est réduite à une seule espèce (Balanites aegyptiaca) et il n’y a que trois herbacées : Schoenefeldia gracilis (dominante), Eragrostis pilosa et Panicum laetum

180Les semi-hardés présentent bien sûr une végétation plus diversifiée avec en bordure du parc national de Waza, au nord de Badaday, sur sol sableux compact.

181Dominantes : Hyphaene thebaica ; Sporobolus capensis, Chloris prieurii.

182Dominantes de second rang : Balanites aegyptiaca ; Andropogon tectorum, Borreria chaetocephala.

183Autres espèces : Lannea humilis, Combretum aculeatum, Anogeissus leiocarpus ; Tephrosia linearis, Chloris pilosa, Schoenefeldia gracilis, Panicum maximum.

Les formations végétales de transition

184Elles recouvrent en partie la zone désignée par R. Letouzey (1986) comme « mosaïque boisée et arbustive sahélo-soudanienne » transdunaire du cordon avec, dans les bas-fonds, Anogeissus leiocarpus, Mitragyna inermis sur les hardés, Balanites aegyptiaca, et sur les buttes sableuses Combretum glutinosum et Sclerocarya birrea.

185Il s’agit surtout de formations forestières de plaine hydromorphe qui subissent une inondation occasionnelle d’importance extrêmement variable suivant les années. Il semble alors que ces zones ne permettent ni l’implantation de villages, ni celle de cultures en raison du haut risque de perte, soit par manque, soit par excès d’eau. Leur extension est toutefois limitée par les coupes de bois d’œuvre et le feu, car une souche recouverte par l’eau n’a que très peu de chance de survivre quand la submersion intervient peu de temps après la coupe.

186À Hama-Illé, sur sol très humide, la végétation est en mosaïque apparemment peu dégradée. Les dominantes sont : Anogeissus leiocarpus, Acacia ataxacantha, Celtis integrifolia ; Eragrostis gangetica, Panicum laetum.

187Dominantes de second rang : Mitragyna inermis, Diospyros mespiliformis, Balanites aegyptiaca, Feretia apodanthera ; Eragrostis pilosa, Echinochloa colona, Cassia mimosoides.

188Autres espèces : parmi les seize espèces de ligneux, on observe la présence d’espèces aux exigences écologiques diamétralement opposées, comme Guiera senegalensis et Crateva adansonii, ce qui montre la grande fragilité de l’équilibre écologique de cette formation. On note également la présence de Acacia seyal, Tamarindus indica, Hyphaene thebaica, Combretum glutinosum, Lannea humilis, Acacia sieberiana et même Salvadora persica. Les espèces herbacées sont en nombre réduit (quatre), mais elles montrent le même antagonisme écologique : Chloris pilosa et Hygrophila spinosa, Dactyloctenium aegyptium et Aeschynomene indica.

189À Guirvidig, vers Boko, une zone très boisée de savane humide en boqueteaux borde le Grand Yayré. Il s’agit d’un sol hydromorphe, probablement vertique en profondeur où les dominantes sont : Ziziphus mauritiana ; Oryza longistaminata, Echinochloa obtusiflora.

190Dominantes de second rang : Piliostigma reticulatum, Acacia seyal, Acacia polyacantha, Tamarindus indica, Securinega virosa ; Echinochloa colona, Thalia geniculata.

191Autres espèces : 7 ligneux dont Celtis integrifolia, Acacia sieberiana, Mitragyna inermis, Crateva adansonii, et neuf herbacées, dont Vetiveria nigritana, Hyparrhenia rufa, Aeschynomene indica, Sesbania rostrata, Sesbania sesban.

192En position topographique légèrement plus basse, les espèces dominantes sont alors : Andira inermis, Acacia sieberiana ; Oryza longistaminata et Vetiveria nigritana. Parmi les plantes compagnes, on remarque Ficus gnaphalocarpa, Acacia nilotica var. adansonii, Mimosa pigra ; Panicum anabaptistum, Heleocharis acutangula.

193Dans toutes ces formations apparaît Acacia seyal et il est possible que la plante puisse se multiplier à la faveur des défrichements.

Les grandes formations à Acacia seyal

194Les formations occupent potentiellement tout le pourtour de la plaine inondable stricto sensu et les petites élévations de terrain qui la parsèment. Toutefois, comme nous l’avons signalé, il s’avère extrêmement difficile de séparer les formations climaciques des formations secondarisées du fait de la multiplicité des faciès de ces dernières. Pourtant, une formation de fourré dense en boqueteau, apparemment résiduelle, de la région de Hinalé, nous est apparue comme la (ou une) formation originelle à Acacia seyal.

195Dominantes : Mitragyna inermis ; Setaria pumila. Dominantes de second rang : Balanites aegyptiaca, Acacia polyacantha, Acacia ataxacantha, Albizia chevalieri, puis Celtis integrifolia, Acacia seyal ; Echinochloa pyramidalis, Rottboellia cochinchinensis, Echinochloa colona, Setaria barbata, Brachiaria lata, Hibiscus diversifolius, Hygrophila spinosa.

196Compagnes : 7 ligneux dont Anogeissus leiocarpus et Combretum glutinosum, 12 herbacées dont Oryza longistaminata, Englerastrum schweinfurthii, Abutilon pannosum.

197Dans ce relevé, Acacia seyal n’est représenté que par un petit nombre d’individus limités aux clairières, mais sur une jachère contiguë ayant subi une coupe à blanc, les espèces dominantes sont : Acacia seyal, Acacia polyacantha, Echinochloa obtusiflora. Il reste encore Rottboellia cochinchinensis, si la mise en culture date de moins de cinq ans. Or, la formation à Acacia seyal et Acacia polyacantha est extrêmement répandue au nord du cordon Yagoua-Limani.

198Ces deux espèces peuvent représenter 100 % de la strate ligneuse alors que la composition du tapis herbacé se révèle beaucoup plus variable avec cependant, une très nette tendance à l’augmentation de l’hygrophilie.

199Il paraît certain, quoique le fait soit difficile à démontrer, que l’élimination du couvert forestier en zone hydromorphe entraîne une accentuation des phénomènes d’engorgement pendant la saison des pluies et une plus forte dessiccation du sol favorisant le développement de structures vertiques et le passage au vertisol dégradé, massif en superficie, à partir d’un sol qui n’était, au départ, qu’hydromorphe, mais probablement vertique en profondeur. Et ce, dans un délai extrêmement court que nous estimons de 5 à 10 ans ; le retour à la situation primitive paraissant, en revanche, fortement compromis dans les conditions actuelles, car la végétation secondaire est alors, dans le cas de la plaine inondable, une prairie hygrophile soumise au surpâturage et aux feux de saison sèche. Sans vouloir généraliser outre mesure, il est intéressant de constater que bon nombre des faciès végétaux du Petit Yayré répondent à ces critères.

200À Zina-Balam, en bordure du yayré, un sol hydromorphe d’ensemble ou vertique en profondeur offre une dominante, Acacia seyal, avec Acroceras amplectens et Thaliageniculata.

201Dominantes de second rang : Echinochloa colona, Oryza longistaminata, Panicum anabaptistum.

202Compagnes : Mitragyna inermis, Piliostigma reticulatum, Combretum glutinosum, Ziziphus mauritiana ; Panicum phragmitoides, Sphenoclea zeylanica, Hygrophila africana, Ipomoea aquatica...

203La composition de la végétation se rapproche de celle mentionnée pour la formation « originelle » à Acacia seyal. Toutefois, les espèces ligneuses autres que cette dernière sont très dispersées soit par suite de leur exploitation, soit en raison de l’intensité de l’hydromorphie plus ou moins régulière, due aux crues du Logone, ce qui expliquerait que le sol se comporte, malgré le déboisement, comme un hydromorphe d’ensemble.

204À Douboulé, la zone boisée sur sol vertique a comme dominante Acacia seyal avec Acroceras amplectens, Echinochloa colona.

205Dominantes de second rang : Echinochloa obtusiflora, Dinebra retroflexa, Cyperus sp., Pennisetum ramosum.

206Compagnes : Acacia polyacantha, 10 espèces herbacées parmi lesquelles Alysicarpus glumaceus, Celosia argentea, Aspilia kotschii, Hygrophila spinosa, Ischaemum afrum.

207Mais, pour une strate ligneuse identique, on observe une forte variabilité du tapis herbacé comme à Waza où Sorghum arundinaceum est très largement dominant dans une station alors que Hygrophila spinosa se révèle monospécifique dans une autre.

208À Zimado, sur le bourrelet de berge du Logone les dominantes sont : Acacia seyal ; Chloris pilosa, Dactyloctenium aegyptium.

209Dominantes de second rang : Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Acacia polyacantha ; Brachiaria xantholeuca, Epaltes alata, Digitaria cf. ciliaris, Hygrophila spinosa, Eragrostis sp.

210Compagnes : 8 espèces ligneuses dont Hyphaene thebaica, Anogeissus leiocarpus et trois sur termitières (Cordia sinensis, Cadaba farinosa, Acacia ataxacantha).

211Ces sols colluvio-alluviaux présentent une texture sablo-argileuse à sablo-limoneuse qui, par éradication de la couverture végétale, devient compacte à caractère de solonetz où prédominent alors Acacia seyal et Hyphaene thebaica avec, en seconde position sur le plan de l’abondance, Balanites aegyptiaca et (ou) Lannea humilis.

Les yayrés

212Ce terme d’origine peule s’applique aux grandes formations graminéennes soumises à une inondation temporaire annuelle, où la strate ligneuse est insignifiante ou concentrée sur les points hauts. Il s’agit de savanes herbeuses dont la hauteur varie de 50 cm à plus de 3 m, suivant les espèces constitutives. Néanmoins, à l’époque de l’année où il est possible d’y circuler, la hauteur moyenne est d’environ 1,3 m.

213Nous avons employé le terme de « prairie » pour définir ce type de végétation, car une grande part des principales graminées qui la composent sont rhyzomateuses (Oryza longistaminata, par exemple) ou se propagent par enracinement au niveau des nœuds (Echinochloa spp.). Les espèces cespiteuses strictes sont relativement peu nombreuses par rapport à la savane herbeuse soudano-guinéenne.

214En fonction de la hauteur et de la durée de l’inondation, essentiellement due aux crues du Logone, il est possible de diviser les yayrés en deux zones :

  • le Petit Yayré, où l’inondation est faible à moyenne, mais souvent de longue durée ;
  • le Grand Yayré où l’inondation est forte à très forte et toujours de longue durée.

215L’influence de la pluviométrie annuelle locale a donc beaucoup moins d’importance que dans le cas des yayrés de la plaine sèche, dont les groupements végétaux mentionnés n’apparaissent qu’en bordure des terres exondées, là où justement les eaux de crue n’arrivent qu’exceptionnellement ou, pour le moins, irrégulièrement.

Le Grand Yayré

216Selon les critères écologiques mentionnés lors de la description des yayrés au sud du cordon, les espèces dominantes sont réduites à Oryza longistaminata, Echinochloa pyramidalis, Echinochloa stagnina, Hyparrhenia rufa et Vetiveria nigritana en fonction des sols sableux ou vertiques qui prolongent les terres exondées. Toutefois, Echinochloa stagnina, peut-être par manque de compétitivité, n’apparaît en quantité importante que dans les dépressions où les autres espèces citées ne peuvent l’étouffer.

217Yayré à Hyparrhenia rufa : Tchédé

218Dominantes : Hyparrhenia rufa, Oryza longistaminata.

219Dominantes de second rang : Echinochloa pyramidalis, Rotala cf. mexicana.

220Compagnes : Vetiveria nigritana, Hygrophila africana, Bacopa floribunda.

221Lorsque le sol devient plus vertique, Hyparrhenia rufa tend à disparaître au profit de Vetiveria nigritana. En revanche, cet Hyparrhenia colonise rapidement les jachères sur culture de décrue, montrant par là sa faible compétitivité vis-à-vis des autres espèces.

222Yayré à Oryza longistaminata et Echinochloa pyramidalis : Zina

223Dominantes : Oryza longistaminata, Echinochloa pyramidalis.

224Dominante de second rang : Hyparrhenia rufa.

225Compagnes : Setaria sphacellata, Hygrophila africana.

226Dans certains types de yayrés, Echinochloa pyramidalis peut être dominant, comme à Diéguéré, Oryza longistaminata venant en seconde position. Autres espèces : Vetiveria nigritana et Brachiaria mutica. Mais il est très rare de rencontrer la première espèce sans la seconde. Ces deux espèces forment la base de la végétation du Grand Yayré.

227Yayré à Vetiveria nigritana : Zimado

228Dominante : Vetiveria nigritana.

229Dominantes de second rang : Eragrostis barteri, Panicum anabaptistum.

230Autres espèces : Echinochloa pyramidalis, Sesbania microphylla.

231Il s’agit d’un yayré « sec » de haut-fond. Dans le Grand Yayré, l’espèce Vetiveria est souvent présente, mais domine rarement. En revanche, sur les bordures vertiques à inondation faible à moyenne, la plante se montre beaucoup plus compétitive (partie orientale du parc de Waza).

232Les installations de la Semry (1979), mais aussi les endiguements du cours mineur du Logone sont accusés d’avoir mis hors de portée des crues 59000 ha et de freiner l’inondation pour 150000 autres. Cette gêne affecterait 45 % de la surface des yayrés (chiffres avancés dans les rapports du projet Waza-Logone, 1997).

233La péjoration du climat pendant cette même période entre également pour une part importante dans le non-ennoyage de la zone. Entre 1979 et 1989, l’inondation n’a touché le parc national de Waza qu’en 1982 et en 1986.

234Depuis 1979, on assiste à une diminution croissante des surfaces recouvertes de graminées pérennes endémiques, Echinochloa pyramidalis et Vetiveria nigritana, concurrencées par des annuelles : Sorghum arundinaceum, qui s’accommode d’une faible inondation, tout comme Melochia corchorifolia, Celosia argentea, Pennisetum ramosum, Dinebra retroflexa, Eragrostis sp... Parallèlement, on assiste au développement des ligneux à partir des zones déjà boisées ou des buttes anthropiques. La dégradation est naturellement plus sensible au fur et à mesure que l’on s’éloigne vers l’ouest de la Logomatya. La grande perdante est Vetiverianigritana, Echinochloa pyramidalis résistant mieux ; quant à Oryza longistaminata, elle semble souvent s’accommoder d’un faible ennoyage.

Les petits yayrés

235Situés approximativement à l’ouest de la ligne Kaykay-Jilbé, les petits yayrés occupent une vaste surface de sols à dominance vertique (vertisols, vertisols hydromorphes...). Outre la modification de l’aspect et de la composition floristique des prairies, on note l’apparition d’une strate ligneuse basse, souvent extrêmement dispersée, presque toujours liée à la présence d’un monticule formé par des termitières mortes, vestiges de périodes sèches. La végétation présente trois faciès principaux et un faciès secondaire ou tout au moins très localisé.

236Faciès à Vetiveria nigritana : Bélé

237Il se caractérise par une absence de ligneux, le sol présente de très fortes fentes de retrait. Dominantes : Vetiveria nigritana, Corchorus fascicularis.

238Dominantes de second rang : Oryza longistaminata, Melochia corchorifolia.

239Compagnes : Echinochloa pyramidalis, Ammania auriculata, Sacciolepis africana, Hygrophilaafricana, Sesbania microphylla, Hibiscus panduriformis.

240Faciès à Panicum anabaptistum : Goizinak, au sud de Logone-Gana

241C’est une bande de végétation en bordure des zones exondées. Vertisol à fort relief à gilgaï.

242Dominante : Panicum anabaptistum.

243Dominante de second rang : Echinochloa pyramidalis se développe particulièrement dans les effondrements.

244Compagnes : Oryza longistaminata, Sesbania microphylla, Corchorus fascicularis.

245Ce faciès de végétation est bien individualisé, couvre une surface non négligeable de la plaine d’inondation, mais l’extension géographique de chaque peuplement est trop faible pour être cartographié à moyenne échelle.

246Dans les plaines d’inondation au nord de Pouss, parfaitement inarbustives et dont les sols présentent encore des gilgaïs, deux espèces dominent très largement : Panicum anabaptistum et Ischaenum afrum.

247Faciès à Pennisetum ramosum : Jilbé

248Il se développe dans une savane arbustive claire à Acacia seyal dominant. Autres espèces : Acacia polyacantha, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana.

249Dominantes : Pennisetum ramosum, Dinebra retroflexa.

250Dominantes de second rang : Echinochloa colona, Merremia hederacea.

251Autres espèces : Ischaenum afrum, Celosia argentea, et Achyranthes sp. le plus souvent sous les arbustes. L’espèce codominante peut être aussi Eriochloa fatmensis, mais le cortège floristique est alors réduit à deux plantes : Echinochloa obtusiflora et Panicum laetum

252À Bélé, au contact du Grand Yayré, la strate ligneuse n’est représentée que par de très rares individus de Acacia seyal. Dans la strate herbacée, on observe la forte dominance de Pennisetum ramosum puis, par ordre d’importance décroissante : Echinochloa pyramidalis et Oryza longistaminata, ce dernier par taches, Vetiveria nigritana, Hyparrhenia rufa et Paspalum cf. scrobiculatum, Corchorus fascicularis, Melochia corchorifolia, Celosia argentea.

253Faciès à Sorghum arundinaceum : Waza

254Végétation ligneuse arbustive claire est à Acacia seyal (dominant) et Acacia polyacantha.

255Dominante : Sorghum arundinaceum.

256Compagnes : Acroceras amplectens, Cyperus sp., Ipomoea triloba, Caperonia serrata,Hibiscus panduriformis, Celosia argentea.

257Dépressions du vertisol à Echinochloa colona avec Thalia geniculata, Oryza longistaminata, Hygrophila spinosa.

258Ce faciès « Petit Yayré » qui se développe entre Waza et Jilbé seulement, est considéré ici comme secondaire. Toutefois, Sorghum arundinaceum paraît s’y comporter comme une plante envahissante (il en existe également quelques taches vers Logone-Birni), dont les peuplements, denses, peuvent acquérir une extension géographique importante dans des conditions favorables.

La végétation ripicole et celles des mares

259Dans le cas de la plaine inondable, la végétation ripicole et celle des mares sont étroitement liées. En effet, mis à part le Logone, tous les autres cours d’eau existants sont noyés ou semi-noyés (Guerléo, Loromé, chenaux du Grand Yayré) et fonctionnent souvent dans les deux sens comme voies préférentielles de pénétration de l’eau dans les yayrés au moment des crues et comme drains à la décrue. Compte tenu de la faiblesse de la pente, l’eau persiste longtemps dans le lit mineur, qui se présente comme un chapelet de mares dont la profondeur, entre autres, détermine la composition floristique de la végétation.

260Les berges hautes du Logone à la hauteur de Zimado, en allant de l’intérieur des terres vers le fleuve, se présentent de la façon suivante :

261Le bourrelet de berge porte une savane plus ou moins anthropisée avec comme dominantes : Borassus aethiopum et Andropogon gayanus var. bisquamulatus. La végétation des termitières est composées de : Anogeissus leiocarpus, Celtis integrifolia, Khayasenegalensis, Kigelia africana, Combretum paniculatum (nombreux), Crateva adansonii.

262Suit une savane arbustive claire à très claire à Mitragyna inermis avec toujours présence de termitières. Le tapis herbacé est composé de Hyparrhenia rufa (dominant) et d’Echinochloapyramidalis.

263Dans les dépressions, on relève Echinochloa stagnina et Brachiaria mutica.

264La berge inférieure est précédée d’une dépression fortement marquée. Au centre : Phyllanthus reticulatus, Ipomoea aquatica, Polygonum limbatum, Merremia hederacea, dominantes. Mimosa pigra, Morelia senegalensis ; Centrostachys aquatica, Vossia cuspidata, Phragmites australis, secondaires. Une 1re ceinture comporte Setaria sphacellata ; une 2e : Echinochloa pyramidalis et Oryza longistaminata (dominants), Vetiveria nigritana et enfin une 3e ceinture : Panicum fluviicola, puis Hyparrhenia rufa.

265Sur la berge inférieure proprement dite, Phyllanthus reticulatus est dominant, suivi de Salix subserrata et Mimosa pigra.

266Lorsque la hauteur du bourrelet diminue, le sol devient plus argileux et le peuplement ligneux est alors dominé par Mitragyna inermis. Dans certains cas, la végétation ligneuse de bourrelet de berge haute est mieux conservée et la rôneraie de Bédefka est parsemée de Khayasenegalensis, Anogeissus leiocarpus, Celtis integrifolia, Ficusgnaphalocarpa... avec Hypertheliadissoluta abondant.

Les peuplements à Mitragyna inermis

267L’espèce, déjà signalée dans la composition végétale des formations de mare et de mayel, devient abondante dans les formations de transition où les conditions écologiques lui sont plus favorables. Toutefois, c’est dans la plaine inondable (et dans le delta du Chari) que la plante forme de véritables forêts denses sur les berges basses du Logone et de ses défluents, le long des axes de drainage et certains hauts-fonds du yayré. La hauteur de la lame d’eau et la durée de l’inondation, ainsi que la nature du sol, conditionnent la composition du cortège floristique tant du point de vue des ligneux que des herbacées et, de manière extrêmement discriminante. Ajoutons que, dans certains boisements particulièrement denses, la strate herbacée n’existe plus. Il s’ensuit une variabilité importante de la composition floristique des peuplements à Mitragyna inermis, mais deux espèces y sont pratiquement toujours associées : Acacia sieberiana et Oryza longistaminata. Cette dernière est presque toujours dominante dans la strate herbacée dès que la luminosité est suffisante pour son développement.

268À Logone-Birni, la forêt dense à Mitragyna inermis est ici pratiquement pure avec de très rares individus de Acacia sieberiana et Diospyros mespiliformis.

269La strate herbacée éparse où dominent Oryza longistaminata et Hyparrhenia rufa fait place à cinq autres espèces, dont Eragrostis barteri et Paspalum scrobiculatum.

270Dans les forêts galeries de mayel, on note aussi une très large dominance de Mitragynainermis, mais Acacia sieberiana est bien représenté. Autre ligneux, rare : Ziziphus mauritiana.

271Chez les herbacées : codominance de Oryza longistaminata et de Brachiaria mutica, avec comme autres espèces : Nymphaea micrantha, Limnophyton obtusifolium, Aeschynomene sp.

272À Zimado, le boisement à Mitragyna inermis comprend d’autres ligneux : Acacia sieberiana (assez bien représenté), Acacia polyacantha, Crateva adansonii, Tamarindusindica.

273 Panicum anabaptistum domine la strate herbacée et s’accompagne de Panicum phragmitoides et Andropogon gayanus var. genuinus, Oryza longistaminata étant seulement présent.

274Dans les forêts de mayel, la strate ligneuse dominée par Mitragyna inermis comprend de nombreux Diospyros mespiliformis et Pseudocedrela kotschyi avec la présence d’Acacia sieberiana et Combretum glutinosum.

275Sur termitières coalescentes, c’est encore Diospyros mespiliformis avec Ziziphusmucronata.

276La strate herbacée est dominée par Hyparrhenia rufa et Andropogon gayanus var. genuinus. Oryza longistaminata est absent.

277Il est probable que les modifications du cortège floristique soient en relation avec l’accentuation des caractères vertiques du sol.

Les boisements à Acacia nilotica

278Ces boisements apparaissent principalement dans les petits yayrés, mais ils n’acquièrent leur maximum d’extension qu’au nord du 12e parallèle dans l’ancien delta du Chari. Acacia nilotica var. nilotica, espèce grégaire et très tolérante à la submersion, forme l’essentiel de ces boisements. Toutefois, en milieu hydromorphe, mais moins inondé, il est possible de rencontrer Acacia nilotica var. adansonii, qui est rarement dominant dans la strate ligneuse.

279La forêt galerie du mayo Ngassawé, au nord-est de Limani offre un faciès de transition entre les formations à Mitragyna inermis et celles à Acacia nilotica.

280Dominantes : Mitragyna inermis ; Oryza longistaminata, Brachiaria mutica, Vetiveria nigritana.

281Dominantes de second rang : Acacia nilotica, Phyllanthus reticulatus, Ziziphus mauritiana ; Panicum spp., Ipomoea aquatica.

282Autres espèces : Ficus gnaphalocarpa, Gardenia aqualla ; Coccinia grandis.

283Autour des mares résiduelles du mayo, on observe une prairie à Echinochloa stagnina avec Nymphaea cf. maculata.

284Au bord de la Kalia à Jilbé, la formation ligneuse monospécifique à Acacia nilotica s’accompagne d’une strate herbacée à Eriochloa fatmensis et Echinochloa colona. Autres espèces : Corchorus fascicularis, Melochia corchorifolia, Aeschynomene afraspera.

285Au centre du mayo s’étend une prairie à Echinochloa stagnina avec Cyperus dives, Nymphaea lotus et Centrostachys aquatica (ce dernier se développant par taches).

Les boisements à Tamarindus indica

286Les peuplements denses de tamariniers sont parcimonieusement distribués, compte tenu des conditions écologiques particulières qu’ils requièrent : sol argilo-sableux lourd sans être vertique, régime hydrique de submersion faible de courte durée, intermittente, mais régulière dans le temps.

287Dans la région de Ngodeni, on trouve ces formations accompagnées de Pseudocedrelakotschyi et de Piliostigma reticulatum. La couverture herbacée est dominée par Schizachyrium brevifolium.

288On trouve en marge de ces formations : Kigelia africana, Diospyros mespiliformis, Celtisintegrifolia et Anogeissus leiocarpus.

289À Logone-Birni, en pourtour des mares, on retrouve Tamarindus indica accompagné de Ziziphus mauritiana et de Celtis integrifolia. Vu l’intérêt économique passé du tamarinier et des essences qui l’accompagnent, on peut s’interroger sur le rôle de l’homme dans la genèse de ces formations.

Les boisements des berges des chenaux du yayré

290Ces boisements n’apparaissent qu’à la faveur de bourrelets de berge individualisés, sinon le cours d’eau n’est signalé que par une modification dans la strate herbacée qui, en fonction de la hauteur de l’inondation et de la nature du sol, se traduit par une dominance de Vetiveria nigritana et Hyparrhenia rufa, ou Panicum anabaptistum et parfois Eragrostis barteri.

291Un transect effectué entre Hinalé et Ngawani donne la succession suivante.

292I-chenal est peuplé de Echinochloa stagnina et Oryza longistaminata. Dominantes de second rang : Echinochloa pyramidalis, Centrostachys aquatica. Autres espèces : Merremia hederacea, Ipomoea aquatica.

293II-Bordure du chenal : frange ligneuse très étroite, très claire, à Mitragyna inermis et Acacia sieberiana dominants. Crateva adansonii est présent.

294III-Berge : boisement plus diversifié et plus dense qu’en II. Présence de termitières. Dominante : Acacia ataxacantha. Dominantes de second rang : Balanites aegyptiaca, Acacia polyacantha, Acacia seyal. Autres espèces : Mitragyna inermis, Acacia sieberiana, Ziziphusmucronata. Sur termitières : dominance de Tamarindus indica, Celtis integrifolia, les autres espèces présentes sont : Albizia chevalieri, Cadaba farinosa, Capparis sp., Anogeissus leiocarpus.

295IV-Bourrelet de berge : sur sol sablo-argileux. Végétation secondarisée dominée par Combretum glutinosum et quelques Albizia chevalieri et Borassus aethiopum ; Setaria pumila et Cassia mimosoides.

296V-Sur vertisol arbustif à dominantes : Pseudocedrela kotschyi ;Pennisetum ramosum. Dominantes de second rang : Combretum glutinosum, Piliostigma reticulatum ;Rottboellia cochinchinensis, Echinochloa obtusiflora, Scilla sp. Autres espèces : Mitragyna inermis, Acacia seyal, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana ; Sporobolus pyramidalis, Panicum anabaptistum, Sesbania leptocarpa.

297VI-Sur vertisol hydromorphe à boisement extrêmement clair à dominantes : Acacia seyal ;Oryza longistaminata, Panicum anabaptistum. Autres espèces : les ligneux sont rares et réfugiés sur micro-buttes (Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Celtis integrifolia, Cadaba farinosa, Piliostigma reticulatum). Chez les herbacées, on note la présence de Hygrophila spinosa, Celosa argentea et Hyptis spicigera.

298Si le bourrelet sablo-argileux disparaît, les formations III et V viennent au contact l’une de l’autre. Parfois, comme à Divel, le chenal n’est signalé que par un peuplement extrêmement clair de Acacia seyal.

Transect de Hinalé-Ngawani

Transect de Hinalé-Ngawani

Les mares

299En règle générale, la succession auréolaire de la végétation herbacée s’établit de la manière suivante des eaux libres aux berges : Vossia cuspidata (mare très profonde), Echinochloa stagnina et (ou) Centrostachys aquatica, Oryza longistaminata, Echinochloa pyramidalis, Hyparrhenia rufa avec comme variante : Jussiaea repens var. diffusa, Centrostachys aquatica et Polygonum senegalense, Echinochloa stagnina, Echinochloa pyramidalis, Oryza longistaminata, Hyparrhenia rufa.

300À signaler que Heleocharis dulcis peut former des peuplements denses dans les chenaux évasés.

301Ancien lit du Logone, le Loromé présente une végétation qui s’apparente plus à celle des mares et des chenaux qu’à celle de berges du Logone.

  • Dans les chenaux profonds on trouve : Vossia cuspidata, Jardinea congoensis, Echinochloa stagnina, Borreria paludosa, Polygonum limbatum ; Mimosa pigra ;
  • sur le bourrelet de berge, la strate ligneuse est extrêmement clairsemée à Ficusgnaphalocarpa, Hyphaene thebaica, Borassus aethiopum, Piliostigma reticulatum, Cratevaadansonii recouvre un couvert herbacé à Hyparrhenia rufa, dominant, et Eragrostis barteri, Vetiveria nigritana ;
  • les mares des lits majeur et mineur ont pour dominantes : Echinochloa stagnina, Diplachrum africanum, Cynodon dactylon. Autres espèces : Polygonum limbatum, Polygonum plebeium, Chrozophora cf. plicata, Coldenia procumbens, Glinus lotoides, Alternanthera sp., Eriocaulon sp., Setaria sphacellata ;
  • dans la plaine d’inondation voisine, la composition floristique du tapis herbacé de la prairie diffère de celle des petits yayrés, non par les espèces qui s’y rencontrent, mais par leurs proportions relatives, du fait que la zone, comprise entre deux anciens lits du Logone, possède une structure pédologique variée redevable à une sédimentation ancienne. Dominantes : Oryza longistaminata, Vetiveria nigritana. Dominantes de second rang : Echinochloa pyramidalis, Hyparrhenia rufa. Autres espèces : Brachiaria mutica, Setaria sphacellata, Panicum anabaptistum, Eragrostis barteri, Hygrophila spinosa, Sesbania sp., Phragmites australis, Panicum spp.

302Les mares du Petit Yayré de la région de Waza sont à peuplement d’Oryza longistaminata dense. Autres espèces : Luffa echinata, Nymphaea sp., Cyperus sp., Sesbania rostrata,Sorghum arundinaceum, Digitaria acuminatissima, Panicum antidotale.

303Les mares en zone boisée claire à Acacia seyal (Balanites aegyptiaca, Acacia nilotica) présentent des Nymphaea lotus, Ipomoea aquatica, Pistia stratioites, Oryza longistaminata dominants. Autres espèces : Sphenoclea zeylanica, Centrostachys aquatica, Limnophyton obtusifolium, Schoenoplectus senegalensis, Aeschynomene indica, Sesbania rostrata.

304La ceinture extérieure se caractérise par Echinochloa colona pratiquement pur.

Le delta du Chari

305Il s’agit en fait de l’ancienne zone de divagation du cours du Chari comprise entre l’El Beïd au sud, le Serbéwel au centre et le Chari actuel. La pente générale du delta est extrêmement faible (0,006 à 0,008 % contre 0,012 % pour la plaine d’inondation). Il s’ensuit que la moindre dépression du delta se transforme en mare pendant la saison des pluies, mais la région ne peut être considérée comme une plaine d’inondation en raison des multiples levées de terre (anciens bourrelets de berges) qui la parsèment dans la partie est (argileuse) et la présence de vastes placages sableux en bordure du lac Tchad, à l’ouest.

306Sous ces latitudes, la présence d’eau permanente, ou temporaire mais de longue durée, est un facteur favorable pour l’implantation humaine dont les activités s’orientent vers la pêche et l’élevage, en priorité, et vers les cultures de décrue et du mil pénicillaire. La végétation naturelle, surtout sur les terres exondées, est donc soumise à une pression anthropique extrêmement forte conduisant à un appauvrissement de la flore, à une homogénéisation du tapis végétal par les espèces les plus résistantes avec, à l’est, une modification certaine de la structure du sol entraînant l’augmentation des superficies couvertes par les hardés et semi-hardés.

Les hardés

307Typiquement dominés par Balanites aegyptiaca, les hardés se présentent sous plusieurs aspects suivant la nature du sol et le degré de secondarisation de la végétation.

308Dans la réserve forestière de la Kalamaloué avec Balanites aegyptiaca (à 95 %) ; Panicum laetum, Eragrostis pilosa, accompagnées de Chloris pilosa, Chloris prieurii. Autres espèces : Tamarindus indica, Bauhinia rufescens ; Dactyloctenium aegyptium.

309Le vaste hardé à végétation très clairsemée de Goulfey-Gana a une formation de Balanites aegyptiaca, Acacia seyal ; Panicum laetum, Sporobolus capensis.

310Autres espèces : Bauhinia rufescens, Cadaba farinosa, Capparis sp., Boscia senegalensis, Cordia sinensis, Acacia nilotica, Hyphaene thebaica ; Portulaca sp., Chloris prieurii,Brachiaria xantholeuca, Achyranthes aspera, Eragrostis cf. pilosa.

311Les espèces constitutives de la strate ligneuse sont représentatives des hardés de la partie orientale du delta. Au stade ultime de dégradation, la strate ligneuse est dominée par Calotropis procera, en peuplement très clair, et les autres espèces sont extrêmement dispersées : Acacia seyal, Balanites aegyptiaca et Boscia senegalensis. La strate herbacée est à Panicum laetum monospécifique.

Les formations à Acacia spp.

312Extrêmement diversifiées du fait de la secondarisation de la végétation, elles se rencontrent dans toute la zone de l’ancien delta entre les hardés et les terres exondées.

313Entre Fima et Magam, la région se caractérise par un sol argilo-sableux et la présence de mares temporaires nombreuses.

314Dominantes : Acacia seyal, Acacia senegal ; Panicum laetum, Eragrostis pilosa. Dominante de second rang : Balanites aegyptiaca. Autres espèces : Ziziphus mauritiana, Acacia nilotica, Bauhinia rufescens (rare) ; Dinebra retroflexa et, sur d’anciennes zones exploitées : Faidherbia albida. En zone plus sèche confinant au hardé, les dominantes sont alors : Acacia seyal et Sporobolus capensis. Les dominantes de second rang : Balanites aegyptiaca, Acacia nilotica et Panicum laetum. Les autres espèces sont réduites à Acacia senegal et Schoenefeldia gracilis.

  • 5 Mais, en l’absence de fruits, il n’est pas possible de les séparer de façon certaine et, dans ce c (...)

315Dans le delta existent au moins deux variétés de Acacia nilotica : adansonii sur les terres exondées et nilotica dans les bas-fonds à inondation temporaire de longue durée5.

316À Kala-Kafra, sur la zone sèche des cordons exondés on enregistre : Acacia seyal, Balanites aegyptiaca ; Chloris pilosa. Dominantes de second rang : Capparis sp., Cadabafarinosa ; Digitaria ciliaris, Brachiaria lata. Autres espèces : Piliostigma reticulatum, Tamarindus indica, Acacia sieberiana, Acacia nilotica var. adansonii, Acacia senegal.

317De Makari vers Fotokol, on rencontre des sols plus hydromorphes que les précédents, avec des dominantes : Acacia senegal, Acacia seyal ; Echinochloa colona, Panicum laetum, Acroceras amplectens. Autres espèces : Acacia nilotica, Balanites aegyptiaca, Capparis sp., Cadaba farinosa ; Dinebra retroflexa, Schoenefeldia gracilis, Indigofera crassifolia, Sporobolus helvolus, Hygrophila spinosa.

Des formations végétales intermédiaires menacées

318De composition floristique variable, ces formations se caractérisent par l’abondance de Ziziphus mauritiana. Le sol est, en général, sablo-argileux et il est possible qu’il s’agisse de végétation de jachère ancienne en raison de la présence fréquente de Faidherbia albida.

319À Maltam, dans la zone à micro-mares, à l’embranchement de la piste de Goulfey, on rencontre les dominantes : Acacia seyal, Ziziphus mauritiana ; Brachiaria lata, Panicum laetum. Autres espèces : Dichrostachys cinerea (relativement abondant) Balanites aegyptiaca, Acacia ataxacantha, Cadaba farinosa ; Cassia obtusifolia, Merremia pentaphylla.

320À Wélou, sur sol plus sableux, la végétation est plus dense : Ziziphus mauritiana, Acacia seyal et Bauhinia rufescens sont codominants, Acacia nilotica est abondant et les autres espèces sont représentées par Balanites aegyptiaca, Acacia sieberiana et Boscia senegalensis. Chez les herbacées peu denses, les espèces les mieux représentées sont Brachiariaxantholeuca, Chloris prieurii, Dactyloctenium aegyptium, Zornia glochidiata. Deux autres espèces sont seulement présentes : Panicum laetum et Eragrostis pilosa.

321À Kobro, zone fortement boisée avec dominantes : Ziziphus mauritiana, Piliostigma reticulatum, Acacia sieberiana, Acacia nilotica ; Chloris pilosa, Panicum maximum, Digitaria ciliaris. Dominantes de second rang : Dactyloctenium aegyptium. Autres espèces : Acacia seyal, Hyphaene thebaica, Combretum paniculatum. Chez les herbacées, on relève seize espèces, dont Aristida adscensionis, Brachiaria lata, Brachiaria xantholeuca, Cenchrus biflorus, Alysicarpus glumaceus.

322À Dougousmilio sur les buttes au sol sablo-argileux léger, les boisement clairs, avec dominantes : Acacia senegal ; Aristida adscensionis. Dominantes de second rang : Acacia nilotica, Boscia senegalensis, Cadaba farinosa ; Dactyloctenium aegyptium. Autres espèces : Ziziphus mauritiana, Faidherbia albida, Acacia seyal ; Chloris pilosa, Chloris prieurii, Digitaria sp., Eragrostis pilosa, Panicum laetum.

323En dépression, sous la butte, le boisement beaucoup plus fermé ne laisse qu’un tapis herbacé clair constitué par Chloris pilosa, Aristida adscensionis et Brachiaria ramosa. Chez les ligneux, Ziziphus mauritiana domine très largement alors que Acacia senegal n’est plus que présent. En revanche, les dominantes de second rang sont exactement les mêmes. Les autres espèces sont : Balanites aegyptiaca, Bauhinia rufescens et Maerua crassifolia (rare). Acacia seyal et Securinega virosa n’apparaissent que dans les micro-mares à Panicum laetum et Eragrostis pilosa.

324Les formations en limite de leur aire de répartition, comme celle de Anogeissus leiocarpus n’occupent plus que des surfaces réduites localisées sur les épais bourrelets de berge de la Kalamaloué, du Serbéwel et de l’El Beïd.

325Ils sont accompagnés de Stereospermum kunthianum, Balanites aegyptiaca, Terminalia avicennoides, Albizia chevalieri... Sur l’El Beïd et le Serbéwel, près de 80 % des individus sont morts à la suite de la sécheresse des années 1973.

Les formations végétales des zones sableuses

326Localisées à l’ouest du delta, ces formations végétales présentent deux aspects principaux : les boisements par Acacia senegal et ceux à Salvadora persica. Toutefois, compte tenu de l’état de dégradation de la végétation, il n’a pas été possible de séparer ces deux types de végétation sur le plan des sols ou de la topographie.

327À Lipter, sur la dune, Acacia senegal, Boscia senegalensis et, dans une moindre mesure, Bauhinia rufescens définissent parfaitement ce secteur. Les autres espèces sont : Balanites aegyptiaca, Cordia sinensis, Hyphaene thebaica, Cadaba farinosa. Les herbacées, peu visibles au moment du relevé, sont représentées par Chloris prieurii, Dactyloctenium aegyptium, Zornia glochidiata, Eragrostis ciliaris.

328Sur les sols sableux à sablo-argileux, la dominante est composée de : Acacia senegal,Salvadora persica ; Schoenefeldia gracilis, Aristida sp. Dominantes de second rang : Boscia senegalensis ; Sporobolus festivus, Brachiaria xantholeuca, Aristida adscensionis. Autres espèces : Cadaba farinosa, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana, Cordia sinensis, Acacia seyal, Securinega virosa, Hyphaene thebaica. On relève également huit herbacées dont Chloris prieurii, Chloris pilosa.

329Dans les dépressions, le peuplement végétal se modifie sensiblement. Dominantes : Salvadora persica, Balanites aegyptiaca ; Brachiaria ramosa. Dominantes de second rang : Acacia nilotica, Cadaba farinosa ; Brachiaria xantholeuca, Aristida adscensionis. Autres espèces : Ziziphus mauritiana, Acacia senegal.

  • 6 Dans les années 1950, un transect Nganatir-Blablin (près de Blangwa), fait par J. Guillard (archiv (...)

330À Blangwa, le boisement est relativement dense sur sol sablo-argileux humide, avec comme dominantes : Salvadora persica, Hyphaene thebaica ; Brachiaria ramosa. Dominantes de second rang : Cordia sinensis ; Brachiaria xantholeuca, Aristida adscensionis, Achyranthes aspera. Autres espèces : Acacia nilotica var. adansonii, Acacia seyal, Acacia sieberiana, Ziziphus mauritiana, Borassus aethiopum, Piliostigma reticulatum, Capparis sp., Boscia senegalensis, Cadaba farinosa, Bauhinia rufescens ; Commelina benghalensis, Panicum maximum, Pennisetum pedicellatum, Aerva javanica6.

331Mais les faciès (de dégradation ?) des formations végétales des zones sableuses sont multiples. À Mbassadéna, sur dune, les dominantes sont : Balanites aegyptiaca, Acacia senegal ; Chloris prieurii, Eragrostis pilosa, Panicum laetum. À Ngarkawa, sur semi-hardé, la strate herbacée est toujours dominée par Eragrostis pilosa et Panicum laetum, mais Chloris prieurii a disparu. En revanche, chez les ligneux, Boscia senegalensis prend la place de Balanites aegyptiaca qui n’a plus qu’une présence très faible.

332La très forte pression anthropique sur le delta ne permet pas de définir des végétations de jachère en tant que telles. Les faciès de jachère ne se signalent que par un couvert végétal très clair et la multiplication d’espèces ligneuses envahissantes comme Acacia senegal sur sol sableux, Ziziphus mauritiana sur sol sablo-argileux, Balanites aegyptiaca et Boscia senegalensis sur les sols compactés. À un stade avancé de dégradation de la végétation (et du sol ?), on observe le développement presque exclusif de Calotropis procera et de Leptadenia hastata.

La végétations des mares et des cours d’eau

333Comme dans le cas des yayrés, la séparation des végétations de mare et des végétations ripicoles est aléatoire dans la mesure où la grande majorité des mares se situent dans les anciens lits du Chari-Logone et, au moins les plus importantes, possèdent un exutoire. Néanmoins, on peut observer deux types de mares : celles à Acacia nilotica var. nilotica et celles à Mitragyna inermis. Ces deux espèces ont tendance à s’exclure l’une l’autre en fonction de la stagnation des eaux, ou de la variabilité de la hauteur d’inondation, car il est rare de rencontrer la première espèce citée le long du Chari et de certains tronçons de ses défluents trop longtemps inondés.

Les mares à Acacia nilotica var. nilotica

334À la latitude de Biang, un transect montre la succession végétale suivante.

Transect à Biang

Transect à Biang

335I-Mare temporaire à Acacia nilotica var. nilotica monospécifique : voir infra détail de la succession végétale.

336II-Hardé à Balanites aegyptiaca : présence de Boscia senegalensis ; pas d’herbacées visibles.

337III-Glacis à boisement clair à dominantes : Ziziphus mauritiana ; Panicum laetum. Dominantes de second rang : Acacia seyal ; Eragrostis pilosa. Autres espèces : Balanitesaegyptiaca, Cordia sinensis, Acacia nilotica ; Echinochloa colona, (sur micro-mares).

338IV-Bordure extérieure (boisée) de la mare à dominantes : Celtis integrifolia, Ziziphus spina-christi. Autres espèces : Faidherbia albida, Acacia nilotica, Tamarindus indica.

339V-Rive à dominantes : Acacia nilotica var. nilotica ; Echinochloa colona, Oryza barthii. Autre espèce : Mitragyna inermis.

340VI-Mare à dominantes : Acacia nilotica var. nilotica ; Pistia stratiotes, Echinochloastagnina. Autres espèces : Nymphaea lotus, Azolla pinnata, Limnophyton obtusifolium,Ipomoea aquatica, Aeschynomene pfundii.

341Dans les anciens lits, ou bras, des cours d’eau actuels où la circulation des eaux est lente, la végétation rappelle celle des mares temporaires déjà décrites, exception faite de la végétation des berges. Dans la région de Makari, en zone sableuse, on observe le transect suivant :

342Dans le centre, dominantes : Acacia nilotica var. nilotica ; Pistia stratioites. Autres espèces : Nymphaea lotus, Nymphaea maculata, Jussiaea repens var. diffusa, Ipomoea aquatica.

343Sur les berges : frange à boisement dense où le tapis herbacé est très clairsemé. Dominante : Acacia ataxacantha. Dominantes de second rang : Acacia nilotica, Acacia sieberiana, Mitragyna inermis. Autres espèces : Ziziphus mucronata, Phyllanthus reticulatus, Bauhinia rufescens, Balanites aegyptiaca, Gymnema sylvestre ; Oryza longistaminata, Echinochloa stagnina, Aeschynomene indica.

344En arrière des berges, la végétation très claire à Balanites aegyptiaca (dominant), Acacia senegal, Ziziphus mauritiana.

345Sur glacis sablo-argileux, c’est Bauhinia rufescens qui accompagne Balanites aegyptiaca et, en position topographique plus haute, on note la présence de Faidherbia albida et de Maerua crassifolia.

346Sur glacis argileux, domine Acacia seyal accompagné de Balanites aegyptiaca, Ziziphusmauritiana et (ou) Piliostigma reticulatum suivant le degré de compactation et d’hydromorphie du sol.

347À l’inverse des formations ripicoles à Acacia nilotica, celles à Mitragyna inermis se situent de préférence le long des cours d’eau permanents, ou semi-permanents, et autour de mares fonctionnant comme des aires d’épandage au moment des crues (bordure de yayré, dépressions en retrait des bourrelets de berge...).

Bordure du Serbéwel, en aval de Maltam

348I-Lit mineur du Serbéwel.

349II-Terrasse : prairie à Panicum anabaptistum avec une faible quantité de Andropogongayanus var. genuinus. En limite avec la zone III : rideau de Mitragyna inermis.

350III-Bourrelet de berge à dominantes : Anogeissus leiocarpus, Guiera senegalensis, Piliostigma reticulatum ; Chloris pilosa. Autres espèces : Stereospermum kunthianum, Diospyros mespiliformis, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana, Bauhinia rufescens ; Eragrostis tremula, Digitaria ciliaris, Zornia glochidiata, Brachiaria ramosa, Panicum maximum, Rottboellia cochinchinensis, Pennisetum pedicellatum, Cassia nigricans.

Transect en bordure du Serbéwel

Transect en bordure du Serbéwel

351IV-Contre-pente du bourrelet à dominantes : Guiera senegalensis ; Eragrostis pilosa, Chloris pilosa, Setaria pumila. Autres espèces : Ziziphus mauritiana, Piliostigma reticulatum, Mitragyna inermis ; Panicum laetum, Panicum antidotale.

352V-Dépression sous bourrelet : prairie hydromorphe à dominante : Echinochloa pyramidalis. Autres espèces : Alternanthera sessilis, Sphenoclea zeylanica, Hygrophila africana.

353VI-Bas-fond à Panicum anabaptistum séparé de la zone précédente par une levée de terre basse où se développe un peuplement à Mitragyna inermis.

354VII-Plaine : boisement arbustif relativement dense à Ziziphus mauritiana (dominant), Acacia sieberiana et Balanites aegyptiaca (dominantes de second rang), Bauhinia rufescens et Piliostigma reticulatum.

355La présence de berges hautes et d’eau toujours courante du système Chari-Logone et de leurs émissaires entraîne une certaine modification de la composition floristique de la végétation ripicole.

356Le long du Bahr Kobro, la végétation ligneuse est dense avec peu d’herbacées. Les espèces dominantes sont Crateva adansonii, Combretum paniculatum ; Panicum maximum. Dominante de second rang : Phyllanthus reticulatus. Autres espèces : Mimosa pigra, Acacia sieberiana, Allophyllus cf. africanus, Piliostigma reticulatum, Paullinia pinnata, Sesbania sesban, Cardiospermum halicacabum, Ipomoea asarifolia, Ipomoea rubens, Echinochloa pyramidalis, Brachiaria villosa, Digitaria abyssinica, Paspalum vaginatum.

357Dans l’eau : Echinochloa stagnina et Nymphaea lotus.

Kalamaloué (berge du Chari)

358De l’intérieur des terres aux berges du Chari, on observe la succession suivante.

Transect dans la Kalamaloué

Transect dans la Kalamaloué

359I-Berge inférieure : Morelia senegalensis (largement dominant), Crateva adansonii (abondant) ; Mimosa pigra, Vetiveria nigritana, Acroceras amplectens.

360II-Terrasse : peuplement ligneux dispersé à dominantes Mitragyna inermis, Acacia sieberiana ; Panicum anabaptistum, Echinochloa pyramidalis. Autres espèces : Crateva adansonii, Acacia polyacantha ; Andropogon gayanus var. genuinus, Chloris robusta dans la partie haute de la terrasse où domine Panicum anabaptistum, et Alternanthera sessilis, Sphenoclea zeylanica, Ipomoea asarifolia dans la partie basse à Echinochloa pyramidalisPanicum anabaptistum est moins abondant.

361III-Bas de pente du bourrelet de berge : boisement dense (pour la région) à dominantes : Celtis integrifolia, Ficus gnaphalocarpa, Allophyllus africanus, Ziziphus mucronata, Ziziphus mauritiana. Autres espèces : Diospyros mespiliformis, Tamarindus indica, Kigelia africana ; Andropogon gayanus var. bisquamulatus.

362IV-Bourrelet de berge : dans ce transect, le bourrelet de berge est réduit à un talus supportant un peuplement ligneux dominé par Ziziphus mauritiana et Balanites aegyptiaca. Les autres espèces sont : Acacia sieberiana, Bauhinia rufescens, Piliostigma reticulatum. Quand le bourrelet de berge est bien individualisé, on observe exactement le même type de végétation que sur le Serbéwel — composition floristique et dominance — avec, en plus, Albizia chevalieri.

363V-Contre-pente du talus de berge : végétation relativement dense, mais visiblement secondaire avec comme dominantes Balanites aegyptiaca ; Brachiaria xantholeuca, Echinochloa colona. Dominantes de second rang : Brachiaria ramosa, Panicum laetum, Hygrophila spinosa. Autres espèces : Faidherbia albida, Acacia seyal, Combretum aculeatum, Dichrostachys cinerea, Securinega virosa, Boscia senegalensis, Cadaba farinosa, Capparis sp., Bauhinia rufescens, Piliostigma reticulatum ; Panicum maximum, Cassia obtusifolia, Chloris prieurii, Chloris pilosa, Abutilon pannosum. La composition floristique de cette zone est très proche de celle des hardés en relation avec la modification de structure du sol.

364VI-Hardé à Balanites aegyptiaca.

Les formations végétales du lac Tchad

365Elles se divisent en deux types plus ou moins reliés entre eux : végétation des eaux libres et végétation des îlots-bancs et des rives. Les fluctuations du niveau du lac ne permettent pas de définir très précisément ces deux types de végétation car, par exemple, en période de hautes eaux, les îlots-bancs entrent dans la catégorie eaux libres, tandis qu’en basses eaux, il est plus indiqué de les considérer comme rives.

366Par ailleurs, la végétation des bordures de terre ferme est très variable en fonction de la durée et de la hauteur de la submersion. Un cas typique de changement total de végétation est celui du développement de l’ambatch (Aeschynomene elaphroxylon). Mis à part le phénomène de dormance, les graines ne germent que sur sol exondé, et de manière explosive ; la plante a une croissance très rapide et, lorsque l’eau revient, les peuplements se maintiennent formant de véritables forêts dans la zone des eaux « libres » de 1 à 1,5 m de profondeur. La hauteur de la lame de submersion augmentant, le vent et les vagues contribuent puissamment à la destruction de ces forêts constituées par une espèce de faible longévité. Les ambatch disparaissent alors totalement du paysage et ne réapparaîtront qu’à l’occasion de la prochaine séquence sèche.

La végétation des eaux libres

367Par définition, la présence des macrophytes y est rare, mis à part les kirtas occasionnelles d’îlots plus ou moins flottants à la dérive. Ils sont composés de Cyperus papyrus, Phragmites australis, Typha domingensis, Echinochloa pyramidalis. À ces grandes herbacées et s’implantant sur un matelas de racines et de tiges en décomposition, s’ajoutent d’autres cypéracées et des volubiles comme Ipomoea aquatica, Ipomoea rubens, Luffa echinata...

368La végétation se concentre dans les anses calmes où se rencontrent Ceratophyllumdemersum, Lemna aequinoctialis, Pistia stratiotes, Nymphaea lotus et Nymphaea guineensis.

Les îlots bancs

369Typiquement constitués par un peuplement monospécifique de Phragmites australis (qui n’a pu se développer qu’à la faveur d’une exondation), ces îlots montrent presque toujours une ceinture de Cyperus papyrus plus ou moins étendue, étroite au vent et plus large sous le vent, qui masque parfois le « noyau » central à Phragmites. Vossia cuspidata et Cyperus sp. arrachés aux prairies aquatiques du Chari par les crues, s’y amarrent aussi.

La végétation des rives

370Très variable suivant la nature du substrat et la pente, cette végétation est, en général, constituée par les espèces suivantes :

371Ligneux : Mimosa pigra, Aeschynomene elaphroxylon.

372Herbacées : Jussiaea repens var. diffusa, Jussiaea sp., Vossia cuspidata, Polygonum senegalense, Cyperus maculatus, Cyperus bulbosus, Cyperus articulatus.

373D’autres espèces peuvent, localement, être importantes comme : Jussiaea leptocarpa, Jussiaea erecta, Phragmites australis, Typha domingensis, Leersia hexandra, Ipomoea aquatica, Ipomoea rubens, Sacciolepis africana, Paspalidium geminatum, Aeschynomene pfundii, Sesbania rostrata.

374La présence occasionnelle de Sorghum arundinaceum et de Echinochloa pyramidalis est peut-être due aux cultures de décrue.

Conclusion

375On peut considérer qu’il y a 1500 ans, le domaine soudanien à karité (si l’on veut bien prendre ce marqueur en dépit de sa sélection anthropique) et à Afzelia africana remontait plus au nord que sa position actuelle. Le retrait vers le sud de cette végétation confère aux monts Mandara un rôle de refuge de flore soudanienne orographique. Toutefois, si les monts Mandara se révèlent un refuge botanique, ils le furent aussi pour les hommes, qui ont opéré une sélection parmi les essences soudaniennes.

376La déprise actuelle des massifs ne joue pas immédiatement en faveur d’un renforcement des éléments soudaniens, mais la végétation est influencée par les espèces pionnières, héliophiles, et la présence de semenciers majoritaires.

377En plaine, différentes formations anthropogènes soumises aux variations climatiques se sont succédées, faisant apparaître des dominantes à Combrétacées qui représenteraient une forme de dégradation de la savane sèche soudanienne ou celles à légumineuses qui traduiraient une plus forte pression démographique. Les relâchements de l’emprise anthropique laissent remonter une flore plus diverse à affinité soudanienne (Otto, 1993).

378Toutefois, les grands ensembles de sols présentent des associations végétales particulières. À pluviosité égale, les vertisols renferment moins de disponibilité en eau que les sols ferrugineux qui stockent l’eau en profondeur, favorisant les ligneux.

379Ces sols ferrugineux, floristiquement plus riches, portent (ou ont porté) des formations à Combrétacées à affinité plus soudanienne, alors que, sur les sols vertiques, la végétation demeure toujours plus sahélienne avec une dominante d’épineux.

380L’influence de l’homme, tant ancienne qu’actuelle, est telle que les déboisements ont conduit à la modification de la structure des sols par érosion et compaction de manière plus ou moins irréversible.

381La pression démographique est telle en cette fin de siècle que malgré une régénération importante et rapide de la strate ligneuse dans les zones les moins dégradées, elle n’atteint presque jamais son plein développement.

382Partout, dans les plaines, le raccourcissement du temps de jachère entraîne des changements profonds dans la flore. Les perturbations initiales des pratiques culturales et celles ultérieures, pression pastorale et prélèvement en bois, s’accentuent. La jachère ne joue plus son rôle de nettoyage des adventices de culture qui reviennent dès lors très rapidement. Les herbacées vivaces n’ont plus le temps de s’installer et les jachères sont dominées par les espèces annuelles.

383La strate ligneuse est composée d’espèces drageonnantes ou rejetant de souche. Les espèces à germination se raréfient. Si l’on passe rapidement de la jachère herbeuse à celle arbustive, elle demeure souvent à ce stade et n’évolue plus, ne faisant qu’enregistrer les degrés d’intervention de l’homme.

384D’une manière générale, la végétation qui s’installe dans les espaces dégradés s’accompagne d’une réduction de la richesse floristique, d’une diminution des éléments soudaniens et d’une augmentation corrélative liée à l’aridité édaphique d’essences sahéliennes, d’arbustes épineux et d’espèces herbacées à cycle court. La tendance actuelle, mais pour combien de temps encore, va vers une « sahélisation » de la région.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Aubreville (A.), 1947 — Les brousses secondaires en Afrique Équatoriale. Côte d’Ivoire, Cameroun. Bois et Forêts des Tropiques n° 2 : 24-49.

Aubreville (A.), 1948 — Étude sur les forêts de l’Afrique Équatoriale française et du Cameroun. Nogent sur Marne, Sect. Tech. d’Agr. Trop., Bulletin Sci. n° 2, 132 p.

Aubreville (A.), 1949 — Climats, forêts et désertification de l’Afrique Tropicale. Paris, Soc. Éd. Géogr. Mar. et Col., 351 p.

Aubreville (A.), 1950 — Flore forestière soudano-guinéenne AOF-Cameroun-AEF. Paris, Soc. Éd. Géogr. Mar. et Col., 523 p.

Barbery (J.), Gavaud (M.), 1980 — Carte pédologique du Nord-Cameroun au 1/100 000. Feuille de Bogo-Pouss. Paris, Orstom, Notice explicative n° 88, 58 p. + carte.

Chevalier (A.), 1903 — Mission scientifique au Chari et au Tchad. Bull. Soc.Géogr., VII : 354-360.

Chevalier (A.), 1907 — L’Afrique centrale française. Mission Chari-Tchad (1902-1904). Paris, Challamel, 776 p., 7 pl., 1 carte.

Daget (P.), Godron (M.), 1982 — Analyse de l’écologie des espèces dans les communautés. Paris, Masson, 163 p.

Dalziel (J.-M.), 1948 — The useful plants of West Tropical Africa. London, 612 p.

Donfack (P.), 1993 — Étude de la dynamique de la végétation après abandon de la culture au Nord-Cameroun. Univ. de Yaoundé, thèse 3e cycle, 192 p. + annexes.

Donfack (P.), Floret (C.), 1993 — « Régénération de la végétation spontanée d’un sol hardé. » In : Les terres Hardé, Cirad-Forêt, Mémoires et Travaux de l’IRA n° 6 : 71-79.

Donfack (P.), Seignobos (C.), 1996 — Des plantes indicatrices dans un agrosystème incluant la jachère : les exemples des Peuls et des Gizigas du Nord-Cameroun. Jatba, nvellesérie, 38 (1), : 231-250.

Drijver (C. A.), Marchand (M.), 1985 — Maîtriser les inondations, les aspects d’environnement du développement des plaines d’inondations africaines. Annexe C, La plaine d’inondation du Logon. Leiden, 96 p. et 20 p.

Floret (C.), Pontanier (R.), 1984 — Aridité climatique, aridité édaphique. Bull. Soc. Bot. France, Actual. Bota., 131. : 265-275.

Fotius (G.), 1973 — Étude phytosociologique du triangle Fort-Lamy-Bousso-Laï. Fort Lamy, CRT Orstom, 228 p. + annexes.

Fotius (G.), 1974 — Problèmes posés par l’évolution de la végétation liée à la baisse du lac Tchad. N’Djamena, Orstom, 29 p., 1 carte.

Fotius (G.), 1974 — Rapport préliminaire sur la végétation du Nord-Cameroun. Paris, Orstom, 19 p.

Gaston (A.), Fotius (G.), 1971 — Lexique de noms vernaculaires de plantes du Tchad. Tome I : Noms scientifiques-noms vernaculaires. Tome II : Noms vernaculaires-noms scientifiques, 173 p. et 182 p.

Gaston (A.), 1974 — Étude agrostologique des pâturages du Projet Assale-Serbéwel. IEMVT-CBLT, 143 p. + carte 1/200000.

Gaston (A.), Dulieu (D.), 1976 — Aménagement hydraulique pastorale des yaérés. IEMVT, Étude agrostologique n° 46, 50 p.

Gaston (A.), 1981 — La végétation du Tchad (nord-est et sud-est du lac Tchad). Évolutions récentes sous des influences climatiques et humaines. Thèse Univ. Paris-XII, 165 p.

Geerling (C.), 1982 — Guide de terrain des ligneux sahéliens et soudano-guinéens. Wageningen, 340 p.

Grijn (J. Van der), 1988 — La végétation des yaérés longtemps inondés au nord du Cameroun. Leiden, IRZ, Série Environnement et développement du Nord-Cameroun, 37 p.

Grondard (A.), 1964 — La végétation forestière au Tchad. Bois et Forêts des Tropiques n° 93 : 16-34.

Harmand (J. M.), 1998 — Rôle des espèces ligneuses à croissance rapide dans lefonctionnement biogéochimique de la jachère. Effets sur la restauration de la fertilité des solsferrugineux tropicaux (bassin de la Bénoué au Nord-Cameroun). Cirad, dépt Forêt, 213 p., annexes.

IRA-CNS — Réhabilitation et utilisation de terres marginales au Nord-Cameroun. Rapport de campagne 1990. Projet CEE-Mesires-IRA-CNRS-Orstom, TS 2A/OO77/M (C. D.), 50 p. multigr. + annexes.

Jacques-Félix (H.), 1968 — Évolution de la végétation au Cameroun sous l’influence de l’homme. Jatba, 15 (9-10-11) : 350-356

Lamotte (M.), 1993 — Les sols sableux à forte cohésion des zones tropicales arides.Étude du hardé Lagadgé au Nord-Cameroun. Inra-Orstom, 281 p. + annexes.

Le Bourgeois (T.), 1993 — Les mauvaises herbes dans la rotation cotonnière au Nord-Cameroun (Amplitude d’habitat et degré d’infestation, Phénologie). Thèse Univ. Montpellier-II, 249 p.

Le Bourgeois (T.), Seignobos (C.), 1995 — Végétations anthropophiles des villages de pasteurs et d’agriculteurs (région du Diamaré, Nord-Cameroun). Jatba, nvelle série, 37 (2) : 93-113.

Le Bourgeois (T.), Merlier (M.), 1995 — Adventrop, les adventices d’Afrique soudano-sahélienne. Montpellier, Cirad-CA, 629 p.

Lebrun (J.-P.), Audru (J.), Gaston (A.), Mosnier (M.) — Catalogue des plantes du Tchad méridional (sud du XVeparallèle). Paris, IEMVT, Ét. Bot. n° 1, 287 p.

Letouzey (R.), 1968 — Étude phytogéographique du Cameroun. Paris, Éd. Le Chevalier, Encycl. Biol. LXIX, 513 p. + cartes.

Letouzey (R.), 1986 — Notice de la carte phytogéographique du Cameroun au 1/500000.1. Domaines sahélien et soudanien. Yaoundé, IRA, Herbier national, Toulouse, ICIV, 26 p.

Maley (J.), 1981 — Études palynologiques dans le bassin du Tchad et paléoclimatologie de l’Afrique nord-tropicale, de 30000 ans à l’époque actuelle. Paris, Orstom, Trav. et Doc. n° 129, 586 p.

Malzy (P.) 1955 — Graminées du Nord du Cameroun et leurs utilisations. Jatba, 2 : 281-291.

Martin (D.), 1961 — Carte pédologique du Nord-Cameroun. Feuille de Mora au 1/100000. Paris, Ircam-Orstom, 100 p. + carte.

Nouvellet (Y.), 1987 — Fiches techniques de diverses essences de la région de Maroua(51 essences locales, 9 essences acclimatées ou exotiques). Maroua, IRA-CRF/Nkolbisson, 73 p.

Otto (T. W.), 1993 — Phyto-archéologie de sites archéologiques de l’âge du fer au Diamaré, nord du Cameroun : le site de Salak. Thèse Univ. Montpellier-II, 187 p. + annexes.

Peltier (R.), éd., 1993 — Les terres hardé (caractérisation et réhabilitation dans le bassin du lac Tchad). Cirad-Forêt-Orstom-IRA, Cahiers scientifiques n° 11, Mémoires et Travaux de l’IRA n° 6.

Peltier (R.), éd., 1996 — Les parcs à Faidherbia. Montpellier, Cirad-Forêt-Coraf-Orstom, Cahiers Scientifiques n° 12, 312 p.

Peyre de Fabrègues (B.), Lebrun (J.-P.), 1976 — Catalogue des plantes vasculaires duNiger. Maisons Alfort et Niamey, IEMVT, Ét. Bot. n° 3, 433 p.

Pias (J.), 1970 — la végétation du Tchad, ses rapports avec les sols, variationspaléobotaniques au quaternaire. Paris, Orstom, Trav. et Doc. n° 6, 47 p. + 1 carte.

Pomel (S.), Schulz (E.), 1992 — Les sols des savanes anthropogènes du Cameroun. Würzb. Géogr. Arb., 84. : 289-324.

Schrader (T.), 1986 — Les yaérés au nord du Cameroun : pâturages de saison sèche ? (Aspects socio-écologiques du développement pastoral dans la plaine inondable du Logone). Leiden, IRZ, Série Environnement et développement du Nord-Cameroun, 99 p.

Seghieri (J.), 1990 — Dynamique saisonnière d’une savane soudano-sahélienne au Nord-Cameroun. Thèse 3e cycle Univ. Montpellier-II, 200 p.

Seignobos (C.), Iyébi-Mandjek (O.), 1991 — « Jachère et terroir, l’exemple de Muda (Nord-Cameroun). » In : Atelier La Jachère en Afrique de l’Ouest, Montpellier 3-5 décembre 1991, Orstom-CNRS-Unesco, 12 p., 4 cartes.

Seignobos (C.), 1993 — « Hardé et karal du Nord-Cameroun, leur perception par les populations agro-pastorales du Diamaré. » In : Les terres hardé, caractérisation etréhabilitation dans le bassin du lac Tchad, Mémoires et Travaux de l’IRA n° 6 : 9-28.

Seiny Boukar (L.), 1990 — Régime hydrique et dégradation des sols dans le Nord-Cameroun. Thèse 3e cycle Univ. de Yaoundé, 226 p. + annexes.

Sillans (R.), 1958 — Les savanes de l’Afrique Centrale. Paris, Éd. Le Chevalier, Encycl. Biol. LV, 423 p.

Tobias (C.), Vanpreat (C.), 1981 — Notes d’écologique soudano-sahélienne : quelques révélations sols-végétation dans le parc national de Waza (Nd Cameroun). Rev. Sciences et Techniques, 1 (4) : 51-80.

Vaillant (A.), 1945 — La flore méridionale du lac Tchad. Bull. Soc. Ét. Camerounaises n° 9 : 15-98.

Vaille (J.), 1990 — Essais de mise en valeur des sols « hardés » du Nord-Cameroun. Agronom. Trop., 25 (5) : 472-490.

Oijen (C. H. J. Van), 1986 — Une description phytoécologique de la végétation de la plaine d’inondation du Logone, Nord-Cameroun, en 1985. Leyde, Univ. d’État, CML Centre des études de l’environnement, Garoua, École pour la formation des spécialistes de la Faune, 54 p.

Oijen (C. H. J. Van), Kemdo, 1986 — Les yaérés relevés. Une description phytoécologique de la végétation de la plaine d’inondation du Logone : Nord-Cameroun, en 1985. Leiden, IRZ, Série Environnement et développement du Nord-Cameroun, 68 p.

Vanpreat (C.), 1976 — L’écologie et l’aménagement du Parc National de Kalamaloé. Rome, FAO, CMR/72/025, Doc. n° 4.

Vanpreat (C.), 1977 — L’écologie et l’aménagement du Parc National de Waza. Rome, Pnud, FAO.

Wit (P.), 1975 — Preliminary note on the vegetation of Waza National Park. Rome, FAO, FO SF/CRM/72/005, Project working document n° 1.

Yen (P. E.), 1989 — « The domestication of environment in foraging and farming, the evolution of plant exploitation ». In : Unwin Hyman publischer, London, Harris (D. R.), Hillman (G. C.), eds. : 55-75.

Zon (A. P. M. Van der), 1992 — Graminées du Cameroun. Vol. I- Phytogéographie et pâturage. Wageningen. 86 p.

Zon (A. P. M. Van der), 1992 — Graminées du Cameroun. Vol. II- Flore. Wageningen. 557 p.

Notes

1 Lors de sa création, la médiocre réserve de Laf a été délimitée avec difficulté. Si l’occupation humaine de la région était peu importante, elle demeurait dispersée. Quant aux peuplements végétaux, ils s’avéraient pauvres et devaient, dès le début, être régénérés. Prospectée en 1938, la réserve forestière de Laf fait partie d’un dispositif d’ensemble défini dans le rapport n° 2 du 13 janvier 1938 de l’Inspection forestière du Nord Projets de réserve forestière et de chasse dans la Région du Logone : « Il a été décidé d’entourer cette importante zone de culture (le Diamaré) d’une ceinture de réserves forestières dont l’influence sur les facteurs climatiques pourra se faire sentir jusqu’au centre... les anciennes réserves de Kalfou et de Gokoro constituent les premières bases de cette ceinture qui a déjà été complétée au nord, cette année, par la mise en réserve des peuplements de gommiers et de palmiers de Waza ».

2 Si l’on se réfère aux quelques relevés des formations végétales des années 1930, on peut avancer que la zone de Guidiguis a connu un fort déboisement entre ces années-là et 1970. Dans un rapport de tournée de 1938, on trouve consigné : « À l’ouest du village de Goundeï (sud de Guidiguis)... les espèces les plus fréquentes sont Kotjoli, Tanni, Andakehi et divers acacia : allouki... », c’est l’époque où les forestiers utilisent les appellations en foulouldé, il s’agit de Anogeissus leiocarpus, Balanites aegyptiaca, Boswellia dalzielii et Acacia sieberana.

3 Plantés en protection de berge abrupte du Chari, à Kousseri, certains pieds ont survécu à une crue de 8 m.

4 Les rôneraies sont souvent d’origine anthropique ou ont été entretenues par l’homme. L’administration et les particuliers ont opéré de gros prélèvements sur certaines d’entre elles. Les forestiers ont essayé avec plus ou moins de bonheur, dans les années 1930 et 1950, de promouvoir le rônier. Dans un rapport de tournée du chef de l’inspection forestière, on peut lire : « Tous les villages bordant le Logone ont reçu l’ordre, en 1936 et 1937, de planter des fruits de rônier : à Pouss seulement, le succès s’est manifesté. Je pus dénombrer 5800 jeunes plants issus des nouveaux que le lamido Évélé a fait mettre en terre ».

5 Mais, en l’absence de fruits, il n’est pas possible de les séparer de façon certaine et, dans ce cas, l’espèce ne sera définie que par son binôme sans indication de la variété.

6 Dans les années 1950, un transect Nganatir-Blablin (près de Blangwa), fait par J. Guillard (archives personelles), ne montre aucun changement notable avec les relevés de G. Fotius.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Transect à Kalfou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Transect vers le mayo Mouda
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Transect dans le yayré Kaoum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Transect de Hinalé-Ngawani
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Transect à Biang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Transect en bordure du Serbéwel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Transect dans la Kalamaloué
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11555/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540