Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Préface

Jean-Félix Loung

Texte intégral

1Au Cameroun, les atlas régionaux, dont le premier parut en 1965, ont été réalisés initialement pour les besoins de la planification. Mais ils ont reçu un accueil très favorable chez diverses autres catégories d’utilisateurs. Compte tenu de l’épuisement de certaines éditions et de l’évolution rapide du pays, l’idée de créer une nouvelle génération d’atlas, plus complète, s’est imposée. Aussi importe-t-il de rappeler le contexte particulier dans lequel ces ouvrages avaient été conçus, et l’historique de leur réalisation, avant de présenter l’actuel Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun.

Des documents de base pour la planification

2En 1960, lorsque le pays accéda à l’indépendance, le gouvernement opta pour une politique de développement économique et social mi-libérale et mi-volontariste. Se distinguant, entre autres, par la pratique des plans quinquennaux et des grands projets, cette politique fut dénommée « libéralisme planifié ».

3Outre les dispositions communes applicables au territoire tout entier, ces plans devaient comporter également des mesures particulières correspondant à l’existence des régions et sous-régions géographiques nettement individualisées qui caractérisent le Cameroun : basses terres côtières, plateau sud-camerounais, hauts plateaux de l’Ouest, Adamaoua, cuvette de la Bénoué, monts Mandara, cuvette tchadienne, et leurs subdivisions. Quant aux grands projets de développement économique, notamment ruraux, ils avaient pour la plupart un ressort territorial régional ou sous-régional ; ainsi, dès les années 1950, les responsables agricoles coloniaux avaient réparti le pays en secteurs expérimentaux de modernisation : Semnord, Semest, Semcentre, Semlittoral, Semouest…

4Mais pour la préparation du tout premier plan quinquennal, un problème important avait surgi : la documentation disponible était dispersée, inégale, lacunaire. Un document de base présentant le milieu naturel et l’état social et économique du pays était nécessaire pour remédier à cette situation ; il devait comprendre des rubriques thématiques illustrées de cartes, graphiques, tableaux, etc.

5Or, peu avant l’indépendance, l’administration coloniale avait ordonné la réalisation d’un grand atlas général du territoire par l’Institut des recherches du Cameroun (Ircam), organe local de l’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom). Cet ouvrage devait prendre la relève du petit atlas schématique et incomplet édité en 1948 par le haut-commissariat de la République française au Cameroun. Les travaux étaient fort avancés. La conception des cartes et notices déjà publiées correspondait pratiquement, au niveau national, à ce que désiraient les planificateurs. L’élaboration des planches restantes fut poursuivie. Et on allait s’inspirer de cette formule pour le niveau régional.

6Le ministère des Affaires étrangères et du Plan, auquel était dévolue par ailleurs la tutelle suprême des organismes de recherche existants, passa donc une convention avec l’Orstom pour la réalisation d’une série de onze atlas régionaux. Cependant, au lieu de procéder à une délimitation des ressorts territoriaux respectifs correspondant, autant que possible, aux régions et sous-régions susmentionnées (dont on avait pourtant déjà une perception précise), on opta bizarrement pour un découpage du pays en onze parties délimitées suivant les méridiens et parallèles, avec des chevauchements par endroits.

7La convention laissait à l’Orstom une grande latitude en ce qui concernait les sujets à traiter, la nature, le nombre et l’échelle des cartes, ainsi que pour le volume des notices. Il fut toutefois entendu que, avec les données disponibles, complétées le cas échéant par des enquêtes sur le terrain, les auteurs devaient s’attacher à faire ressortir l’originalité de l’espace étudié : les particularités physiques, humaines et économiques, les héritages historiques, les potentialités, les dynamiques et les perspectives. Les ouvrages respectifs furent publiés de 1965 à 1975, selon un ordre régi par la disponibilité des chercheurs : Sud-Ouest 2 en 1965 par J. Champaud, Mandara-Logone en 1967 par A. Hallaire et H. Barral, Sud-Est I en 1969 par H. Barral et A. Franqueville, Sud-Ouest 1 en 1973 par A. Franqueville, etc.

Diversification des utilisateurs et nécessité de renouveler la collection

8Conçus au départ pour les besoins de la planification, les atlas régionaux intéressèrent par la suite une gamme variée d’utilisateurs. Les enseignants des lycées et de l’université, les étudiants (aux effectifs constamment croissants), les administrateurs et responsables des services provinciaux, les hommes politiques, les responsables religieux, et même des particuliers, appréciaient les connaissances que ces ouvrages dispensaient sur les régions couvertes. Et pour les chercheurs de tout genre, il s’agissait d’une introduction à la région servant de point de départ à des recherches plus approfondies.

9Au début de la décennie 1980, les stocks de certains atlas s’épuisèrent ; et, de toute façon, l’évolution rapide du pays exigeait le renouvellement de la collection. Entre-temps, le Cameroun avait mis en place ses propres organismes scientifiques opérationnels, à savoir d’une part l’Office national de la recherche scientifique et technique (Onarest), créé en 1974 puis transformé en Délégation générale de la recherche scientifique et technique (DGRST), et d’autre part les instituts et leurs centres spécialisés. C’est donc au Centre géographique national (CGN), établissement rattaché à l’Institut des sciences humaines (ISH), qu’incombait cette tâche, dans le cadre de son programme « Synthèses régionales ».

10Cependant, les imperfections constatées dans la première génération d’atlas exigeaient davantage qu’une simple actualisation. Les consultations préliminaires au sein et à l’extérieur de l’Institut des sciences humaines permirent l’ébauche de principes généraux additionnels pour la mise en œuvre d’une nouvelle génération d’atlas :

  • édition reliée (et non plus en feuilles pliées réunies dans un coffret fragile) ;
  • format facilement maniable à l’instar de l’atlas du Cameroun publié par les éditions Jeune Afrique1, permettant d’imprimer les plus grandes cartes sur double page, au prix cependant d’une forte réduction de l’échelle des cartes de première génération ;
  • adoption d’un découpage territorial combinant les critères géographiques et administratifs2 ;
  • introduction de nouveaux thèmes, eu égard aux situations particulières relevées dans certaines régions ;
  • étoffement des notices, notamment avec le renforcement de l’analyse des faits en profondeur, et un accent sur leur évolution ;
  • désignation des équipes de base comprenant deux à trois géographes par atlas, au lieu d’un seul, et recours à des spécialistes « extérieurs » pour traiter certains sujets.

11Par ailleurs, le personnel scientifique du Centre géographique national étant constitué en général de jeunes chercheurs, la direction de l’ISH avait préconisé de faire appel à l’Orstom pour obtenir la mise à disposition de géographes expérimentés : ainsi, on jumellerait un chercheur français et un ou deux chercheurs camerounais par atlas.

12Restait donc à déterminer les modalités pratiques d’application de tous ces principes. Cela devait s’effectuer en concertation notamment avec les chercheurs expérimentés attendus de l’Orstom.

De Mandara-Logone à Extrême-Nord

  • 3 Atlas régional Sud-Cameroun, Paris, Orstom/Minrest, 1994.

13Une demande de partenariat fut présentée à l’Orstom. D’une part, C. Santoir et A. Bopda furent désignés pour le remplacement de l’Atlas Sud-Ouest 23. D’autre part, C. Seignobos, géographe du CNRS détaché à l’Orstom, alors en mission dans le pays, fut mis à la disposition de l’ISH pour donner une suite à l’Atlas Régional Mandara-Logone. Il avait déjà réalisé divers travaux appréciables sur le Nord-Cameroun : certains figurent dans les bibliographies du présent ouvrage. De son côté, l’ISH désigna O. Iyébi-Mandjek, jeune géographe en service au Centre géographique national (CGN), établissement qui deviendra par la suite l’Institut national de cartographie (INC), après la dissolution de l’ISH en 1991.

14L’Institut des sciences humaines mit à la disposition de C. Seignobos et O. Iyébi-Mandjek un véhicule tout terrain, un local à Maroua, où ils étaient basés, et une dotation annuelle de fonctionnement.

15Les principes généraux énoncés pour la réalisation de la première génération d’atlas régionaux et pour la deuxième, sus-indiqués, furent exposés lors des réunions de lancement de l’opération, tenues en novembre 1982. Il était prévu que les mesures pratiques relatives au format des atlas, au volume maximal des notices, au nombre moyen et aux échelles des cartes, etc. seraient arrêtées ultérieurement. En effet, il fallait que les équipes respectives aient acquis une connaissance suffisante du terrain pour être à même de concevoir une ébauche technique de la nouvelle génération d’atlas et un sommaire indicatif de l’ouvrage que chacune devait réaliser.

16En octobre 1983, suite au démembrement des vastes provinces du Nord-Cameroun et du Centre-Sud respectivement en trois et deux circonscriptions, les instances camerounaises de la recherche optèrent pour un découpage des ressorts territoriaux des atlas régionaux qui suivrait les limites provinciales. L’ancien Atlas Mandara-Logone allait donc être remplacé par un nouveau couvrant uniquement la nouvelle province de l’Extrême-Nord, et excluant ainsi la partie septentrionale du département de Mayo-Louti.

17À ce propos, il y a lieu de se demander pourquoi cette option de découpage administratif n’a pas été finalement appliquée au remplacement de l’ancien Atlas Sud-Ouest 2. La modification du ressort territorial était pourtant encore possible, à quelques mois seulement du démarrage des travaux… La disparité entre les deux nouveaux atlas est réellement regrettable.

Déroulement des travaux

  • 4 Collection travaux et documents de l’Institut des sciences humaines, Yaoundé n° 16, 1978 et n° 19, (...)
  • 5 Roupsard (M.), 1987, Nord-Cameroun : ouverture et développement, Coutances, imprimerie C. Bellée, 5 (...)

18Depuis 1967, année de parution de l’Atlas Mandara-Logone, le Cameroun septentrional avait fait l’objet de nombreuses publications. Lorsque démarrait la préparation du nouvel atlas, il existait donc de nombreux documents plus ou moins récents : rapports de diverses administrations, articles, ouvrages, etc. Parmi cette documentation disponible ressortait une intéressante synthèse collective intitulée : Le Nord du Cameroun, bilan de dix ans de recherche, dont les deux volumes multigraphiés ont été publiés en 1978 et 19794, à laquelle C. Seignobos avait d’ailleurs collaboré, et d’autres ouvrages importants, attendus notamment de M. Roupsard et A. Beauvilain, allaient paraître sous peu5.

19Mais dans l’ensemble, cette abondante documentation s’est révélée insuffisante. D’une part, les publications susmentionnées comportaient des lacunes territoriales ou thématiques ; par exemple, l’ouvrage intitulé Le Nord du Cameroun, des hommes, une région excluait le département du Logone-et-Chari. D’autre part, la plupart des données quantitatives existantes étaient peu fiables ; et, avec la dégradation générale de la situation due à la crise économique, certaines étaient soit « reconduites », soit manipulées, selon les administrations provinciales concernées. Seuls sortaient du lot quelques services et organismes, comme la délégation provinciale de l’Éducation nationale et ses organes départementaux, ainsi que la Sodecoton. Force a donc été de collecter le plus possible de données de terrain pour mettre la documentation à jour.

20L’équipe a sollicité la collaboration de chercheurs travaillant de longue date ou ayant travaillé dans le Nord-Cameroun. La plupart de ceux-ci ont traité, seuls ou en équipes, des sujets spécialisés : géomorphologie, climatologie, hydrologie, hydrogéologie, phytogéographie, linguistique, archéologie, quelques productions agricoles, et infrastructures sanitaires. Les autres ont participé à la préparation de certains chapitres : Potentialités des sols et terroirs agricoles, Pêche dans le lac de Maga, et Les religions. Par ailleurs, la rédaction cartographique a été initiée au Centre géographique national (devenu par la suite Institut national de cartographie), à Yaoundé ; puis, les cartes ont été finalisées en infographie au Laboratoire de cartographie appliquée de l’Orstom, qui a accueilli deux dessinateurs de l’INC.

21Au départ, les difficultés et les délais de réalisation de l’entreprise n’étaient pas pressentis. Les enquêtes originales nécessaires ont duré pratiquement de 1983 à 1998. Certes, les chercheurs ont mené parallèlement d’autres travaux dans la région ; ces derniers ont contribué naturellement à alimenter les cartes et notices en éléments nouveaux. Et que de temps a-t-il fallu pour dépouiller la masse de données collectées, et les exploiter !

22Signalons d’autre part les difficultés inhérentes au déroulement des enquêtes dans un milieu physique contraignant, celui de la région sahélienne, et parmi des sociétés en majorité traditionnelles. Et déplorons certaines entraves telles que la réticence à coopérer manifestée par quelques services, ou les lourdeurs administratives rendant rébarbatives les démarches auprès de quelques autres. L’équipe a eu le mérite de parvenir à surmonter tous ces écueils et elle a réalisé une œuvre remarquable.

Un atlas régional traitant un large éventail de thèmes

23Le présent ouvrage est un atlas classique, mais qui se distingue par plusieurs particularités. La toute première réside dans cet important bataillon de spécialistes mobilisé pour participer à son élaboration. Les deux coordinateurs ont rallié vingt chercheurs de disciplines variées ; seule la pédologie n’a pu être traitée par des pédologues : elle est présentée à travers les terroirs pédologiques et la connaissance que les populations avaient de leurs sols. Même si cette ouverture de l’équipe à des membres extérieurs figurait parmi les recommandations formulées par les instances de l’Institut des sciences humaines, il est évident qu’une aussi large mobilisation, peu courante dans les milieux scientifiques pour un ouvrage régional, résulte manifestement de l’esprit convivial du tandem coordonnateur.

24Cette pléiade de compétences a permis de réaliser un atlas offrant un éventail très étendu de chapitres, à savoir trente-deux, dont le contenu révèle une grande richesse, avec ses trois catégories de thèmes.

25Parmi les trois catégories de thèmes, les sujets classiques de géographie constituent le soubassement physique, humain et économique : géomorphologie, climatologie, hydrologie, phytogéographie, mise en place du peuplement et répartition ethnique, répartition et densités de la population, évolution de l’organisation politico-administrative, productions agricoles, élevage, pêche, infrastructure, étude urbaine. À cela s’ajoutent des points qui revêtent un intérêt majeur dans la province à divers titres : hydrogéologie, archéologie, linguistique, potentialités des sols et terroirs agricoles, hydraulique villageoise, infrastructures sanitaires, enseignement, religions. Enfin, trois chapitres traitent d’éléments très particuliers à cette partie du pays : Parcs et végétations anthropiques, Aliments de famine, Stratégies de conservation du grain.

26Le fait de consacrer un chapitre spécifique à certains sujets en souligne soit leur importance dans le cadre provincial, soit leur singularité par rapport aux autres régions du pays. En voici quelques exemples significatifs.

27— Dans la zone soudano-sahélienne, où la très longue saison sèche engendre le problème de l’approvisionnement en eau, la connaissance des différents types d’aquifères s’impose : l’étude de l’hydrogéologie s’individualise ainsi, et le corollaire arrive par la suite, avec la place réservée à l’hydraulique villageoise parmi les infrastructures.

28— Pour les botanistes et forestiers, la végétation anthropique représente généralement divers degrés de dégradation avec une connotation péjorative et réprobatrice. Or, sous la pression des densités humaines et des charges de bétail, et grâce aux sélections arborées réalisées dans certains agrosystèmes, la végétation de l’Extrême-Nord est fortement anthropisée, et les paysages créés ne manquent pas d’intérêt. Le chapitre consacré aux parcs et végétations anthropiques vise donc à souligner, après l’étude de la phytogéographie, l’aspect positif de l’anthropisation aménagée de la végétation.

29— L’étude du milieu humain fait ressortir l’extrême morcellement ethnique, élément majeur du contexte provincial. Mais un chapitre spécial revient aux Fulbe, qui jouent ici un rôle primordial par leurs effectifs, l’espace qu’ils contrôlent, leur passé de conquérant et leur rayonnement face à l’émiettement et à l’humilité des autres groupes, en particulier la stupéfiante mosaïque montagnarde et des piémonts.

30— L’extrême morcellement ethnique justifie une étude linguistique de la région. Celle-ci permet de démêler l’écheveau, en identifiant les ethnies et en les classant par affinités. Apparaissent alors en fin de compte six groupes linguistiques dans la zone montagneuse, ce qui relativise la fragmentation. Le fait de souligner le multilinguisme et l’existence de langues véhiculaires atténue encore les clivages humains, même si le faible taux de scolarisation freine la diffusion du français, langue officielle.

31— Le traitement des activités agricoles sort des sentiers battus consistant à juxtaposer les cultures « vivrières » et les cultures « industrielles » ou « commerciales ». Chaque production fondamentale (sorghos, coton, arachide, riz), ou très significative dans le rôle de palliatif alimentaire ou commercial (niébé, produits maraîchers), fait l’objet d’un chapitre.

32— Enfin, dans cette province soudano-sahélienne où les fréquents aléas climatiques et invasions acridiennes se répercutent sur la production agricole, l’étude des aliments de famine vient révéler, d’une part, la répartition des périodes de pénurie, d’autre part, la gamme variée des produits de cueillette, dont certains sont très intégrés à l’agrosystème.

33Les coordinateurs regrettent que trois sujets n’aient pas pu être traités :

  • la pêche sur le lac Tchad, très important volet des activités piscicoles dans la province, par rapport à la pêche sur le lac Maga, toute récente ;
  • la géographie politique, à partir des résultats des élections législatives et présidentielles de 1992, qui inauguraient l’instauration du multipartisme ;
  • la présentation des villes secondaires : Kousseri, Yagoua, Mora, Mokolo et Kaélé, qui aurait été bien utile dans la mesure où les connaissances sur celles-ci demeurent limitées.

34Trois obstacles ont empêché d’accomplir cette tâche. D’une part, les enquêtes ont été interrompues sur les îles flottantes du lac Tchad à cause de l’insécurité qui régnait à la fin des années 1980. D’autre part, les chiffres des résultats des scrutins, disponibles uniquement par arrondissement, et non par canton ou bureaux de vote, manquaient de pertinence pour dresser des cartes électorales ; enfin, la présentation des villes secondaires aurait nécessité d’importants développements supplémentaires dans un ouvrage déjà volumineux.

Des thèmes traités en profondeur

35L’atlas se distingue aussi par la manière dont il est conçu : des notices étoffées, un grand nombre de cartes, graphiques, diagrammes, tableaux et des dessins évocateurs agrémentant certains chapitres.

36Pour la cartographie, base de l’atlas, on a eu recours à des échelles allant de 1/650000 à 1/6 500000, suivant les cas. En général, les cartes à l’échelle 1/650 000 occupent seules une planche ; mais certaines sont accompagnées de petits cartons, la forme triangulaire de la province autorisant cette disposition. D’autres planches comportent plusieurs cartons à des échelles variées.

37Le nombre élevé de cartes permet à chacune de n’illustrer, en général, qu’un seul fait, et de comporter une gamme limitée de signes, ce qui en facilite la lisibilité. Grâce à la saisissante expressivité due au choix judicieux des couleurs, l’appréhension des données devient aisée. Et la juxtaposition d’une série de cartons à plus ou moins petite échelle invite à des comparaisons, à moins qu’elle reflète l’évolution de certains phénomènes.

38Les dessins apportent une note originale et attrayante. Ils concrétisent en général les données difficiles à transcrire dans les cartes, croquis, graphiques, et complètent ainsi l’illustration de plusieurs notices.

39Les notices ne se cantonnent pas au commentaire des cartes. Comportant de nombreux tableaux, graphiques et diagrammes, elles analysent les faits en profondeur, et recourent au contexte historique pour mieux dépeindre les phénomènes actuels. Elles commentent les problèmes de la province, exposent les obstacles et les facteurs favorables, évaluent les diverses solutions appliquées en soulignant leurs avantages et leurs inconvénients, et esquissent les perspectives envisageables. Bref, elles contiennent des développements substantiels qui, non seulement dispensent des connaissances, mais offrent également, avec les illustrations, un fonds de documentation ; le tout pouvant servir d’aide, sinon à la décision, du moins à la réflexion.

40Un aspect particulier de cette incitation à la réflexion, si discret puisse-t-il paraître à certains yeux, réside dans le souci de signaler certains dangers, pour recommander des solutions favorables au développement durable, c’est-à-dire celui qui préserve l’environnement, et dont les populations peuvent maîtriser aisément les tenants et les aboutissants techniques, financiers et sociaux.

41Voici quelques exemples de cette incitation à la réflexion. Dans le chapitre consacré à l’hydrologie, l’auteur termine son exposé en attirant l’attention sur les dangers des grands aménagements pour l’irrigation, et invite à ne pas infliger au lac Tchad les conséquences de l’erreur commise envers la mer d’Aral. Et dans le même domaine de l’hydraulique, point particulièrement sensible dans cette province soudano-sahélienne, les lignes suivantes sont soumises à notre méditation : « En 1998, le dilemme réside moins entre (…) “techniques lourdes” et “techniques douces” qu’entre les choix techniques qui génèrent des rapports favorables aux ONG et ceux qui favorisent véritablement l’autonomie des paysans », et la postface reprend cet appel à la réflexion.

42Certes les auteurs ont quelquefois des points de vue que tout le monde ne partagerait pas. On ne saurait s’en étonner ni leur en tenir rigueur.

43Au total, cet atlas constitue une présentation saisissante de la province Extrême-Nord :

  • il décrit un milieu physique apparemment défavorable, mais qui offre des potentialités significatives dont il faut savoir tirer parti ;
  • il campe un milieu humain marqué par la fragmentation ethnique, la densité de population élevée de plusieurs zones et les contraintes naturelles, mais aussi de plus en plus réceptif à des actions de développement ;
  • au fil des chapitres, il indique les domaines dans lesquels se sont opérés les plus grands changements et les plus notables améliorations des conditions générales de vie, que la province a connus pendant les années 1980, avant le durcissement de la crise économique : tel est le cas de la gestion de l’eau, avec non seulement une remarquable multiplication des puits et des forages, mais aussi une façon nouvelle d’aborder les problèmes d’alimentation en eau qui se manifeste en particulier par l’aménagement des « biefs » dans les monts Mandara ;
  • il suggère, en leur donnant relativement plus de développement, les domaines économiques, sociaux et culturels à l’évolution importants pour l’avenir de la province : tel est le cas de la scolarisation ainsi que du rôle de l’islam et des missions chrétiennes.

44Enfin, la présence d’un glossaire de termes locaux, ou de mots entrés dans le français parlé et surtout écrit de la province, est bienvenue. Il éclaire le lecteur profane dans ce dédale que représente le vocabulaire très particulier usité au Cameroun septentrional.

Observations

45La toute première observation concerne la maniabilité de cet atlas. Voici un ouvrage qui risque un peu, par son encombrement, d’être réservé aux bibliothèques, salles de lecture et services de documentation. Les principes généraux qui devaient régir ses caractéristiques avaient bien été formulés lors de la prise de contact avec l’Orstom, puis lors du lancement de l’opération. Mais l’objectif de permettre la comparaison avec les atlas régionaux antérieurs a finalement prévalu, ce que je regrette un peu personnellement, imposant le choix d’échelles communes ou voisines. Il a donc fallu choisir aussi entre les inconvénients d’une version en feuilles pliées initialement prévue, composée d’un volume de notices et d’un coffret de cartes, et ceux de la version reliée de grand format ; c’est cette dernière qui a été retenue pour l’Atlas régional du Sud-Cameroun, et donc pour celui-ci. Le CD-Rom qui accompagne l’ouvrage atténue ces inconvénients et permet de plus une recherche indexée, la visualisation détaillée à l’écran, ainsi que l’impression à diverses échelles de sortie.

46Les autres observations se rapportent aux lacunes décelées çà et là. Par exemple, une présentation générale des activités agricoles et pastorales, donnant une idée des exploitations paysannes ainsi qu’un essai d’étude régionale décrivant les divisions géographiques caractéristiques de la province auraient été appréciés. Mais l’ouvrage est déjà si riche, si intéressant...

Notes

1 Les Atlas Jeune Afrique : République Unie du Cameroun, sous la direction de G. Laclavère et la coordination de J.-F. Loung et G. Mainet, éditions Jeune Afrique, Paris, 1979, 72 p.

2 Les provinces, créées en 1961 sous la dénomination « Inspections Fédérales d’Administration », et naguère appelées couramment « régions », avaient déjà acquis une personnalité incontestable. Toutefois l’opinion souhaitait le démembrement des unités trop vastes, telles le Nord, l’Est et le Centre-Sud : cela sera en partie réalisé en 1983.

3 Atlas régional Sud-Cameroun, Paris, Orstom/Minrest, 1994.

4 Collection travaux et documents de l’Institut des sciences humaines, Yaoundé n° 16, 1978 et n° 19, 1979. Un ouvrage a été publié en 1984 avec un texte remanié sous le titre Le Nord du Cameroun, des hommes une région (Paris, Orstom, coll. Mémoires n° 102, 551 p.)

5 Roupsard (M.), 1987, Nord-Cameroun : ouverture et développement, Coutances, imprimerie C. Bellée, 516 p. ; Beauvilain (A.), 1989, Nord-Cameroun : crises et peuplement, Coutances, imprimerie C. Bellée, t. 1 et t. 2, 625 p.

Auteur

Géographe, ancien directeur de l’ex-ISH, Yaoundé

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540