Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Résumé

Texte intégral

1Les interactions entre les sociétés humaines et l’environnement constituent un véritable défi largement porté sur la place publique. Depuis une vingtaine d’années, les conférences internationales (Rio, Kyoto, Johannesburg, etc.) l’ont largement abordé, mais avec toute l’ambiguïté et tous les enjeux économiques et politiques nationaux qui s’y exprimaient. Finalement, les lignes d’action adoptées sont peu suivies, quand elles ne sont pas carrément dénoncées par certains pays parmi les plus puissants.

2Dans ce contexte hautement politique, les scientifiques observent le décalage persistant entre leurs analyses et les réponses des politiques publiques, et constatent les difficultés à créer des convergences qui répondent aux besoins des populations et à une gestion environnementale appropriée. C’est bien là toute la difficulté du développement durable. Dans cet esprit, tout au long de cet ouvrage, nous insistons sur un nécessaire renouvellement des problématiques scientifiques et sur l’importance des études au niveau local. Car c’est à ce niveau que se trouvent confrontées les stratégies des sociétés et les réponses qu’elles apportent aux multiples contraintes auxquelles elles ont à faire face. On y constate ainsi la grande diversité des situations démo-environnementales pourtant relevées dans la même zone bioclimatique méditerranéenne.

3De fait, l’histoire a forgé l’esprit et les pratiques des sociétés ; ainsi les régions du bassin méditerranéen ont-elles été façonnées depuis des millénaires par le nomadisme pastoral, alors que l’exploitation de colonisation récente caractérise encore la IVe région du Chili. Le point commun est sans doute la croissance récente des populations humaines et celle de leurs activités. La nature de celles-ci et des rapports sociaux qui les régissent constituent les éléments déterminants de la spécificité observée. Notons cependant que presque partout les ménages ruraux sont de plus en plus dépendants du marché du travail non agricole. La pluriactivité et les revenus qu’elle génère occupent une position centrale dans le processus de transformation des exploitations familiales. Or, les politiques de développement prennent peu en compte les modifications de perception du terroir par les populations rurales locales et le fait que la terre, traditionnellement nourricière, n’est plus l’unique support de ressources et de revenus.

4Ceci amène à évoquer les questions de développement rural qui constituent la toile de fond de la plupart des études et qui sont largement évoquées dans la troisième partie de cet ouvrage. Le problème majeur ici est celui du changement d’échelle. Aller du local au global pour l’identification des problèmes de développement, redescendre du global au local pour mettre en œuvre des actions de développement tout en tenant compte des interactions entre les différents centres de décision et des spécificités régionales constitue certainement la difficulté principale et la pierre d’achoppement de l’élaboration des politiques publiques. Celles-ci tardent à intégrer l’apport des scientifiques, parce que cet apport n’est pas forcément ni directement opérationnel, ni facile à décrypter, mais surtout parce que les politiques et les décideurs publics agissent à travers des plans globaux, par des lois et des réglementations qui localement ne trouvent pas toujours leur pleine adéquation et application. Enfin et surtout, il apparaît que si les sociétés locales sont porteuses – elles l’ont démontré au fil des millénaires écoulés – de savoirs féconds et de capacités d’adaptation et d’innovation remarquables, ceux-ci sont insuffisamment connus et reconnus, en particulier dans les processus de prise de décision concernant l’utilisation des ressources, la gestion de l’environnement et le développement rural.

5Ces difficultés ne sont pas insurmontables. Dans nombre de pays, la volonté politique tend à reconsidérer les stratégies globales en promouvant des actions territorialisées avec la prise en compte des sociétés locales, des spécificités régionales et de la multifonctionnalité de l’agriculture et de l’espace rural. Cette évolution des politiques publiques est loin d’être généralisée, mais on peut y voir une amorce de rapprochement avec les problématiques d’innovation rurale qui émergent des travaux des scientifiques et dont nous nous faisons ici l’écho.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540