Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Conclusion

Michel Picouët

Texte intégral

1Les interactions entre les sociétés et l’environnement de plus en plus exploité et modifié en raison du développement des activités humaines, représentent un véritable défi largement porté sur la place publique. Depuis une vingtaine d’années, les conférences internationales (Rio, Kyoto, Johannesburg, etc.) l’ont largement abordé, mais avec toute l’ambiguïté et tous les enjeux nationaux économiques et politiques qui s’y exprimaient. Finalement, comme l’actualité internationale le montre, les lignes d’action adoptées sont peu suivies, quand elles ne sont pas carrément dénoncées par certains pays parmi les plus puissants.

2Dans ce contexte hautement politique, les scientifiques s’interrogent sur le bien-fondé de diagnostics alarmistes ou par trop imprégnés de considérations économiques hégémoniques. Ils observent le décalage persistant entre leurs analyses et les réponses des politiques publiques, et constatent les difficultés à créer des convergences qui répondent aux besoins des populations et à une gestion environnementale appropriée. C’est là toute la difficulté du développement durable. La complexité des problèmes et, pour une large part, leur nouveauté laissent encore trop de place, dans leur prise en compte, aux points de vue idéologiques, qui ne peuvent être démentis que par une connaissance plus étendue des relations entre les sociétés et leurs environnements.

3Pour cela, il apparaît nécessaire de multiplier les expériences de terrain, de ne pas les limiter à des observations globales où les caractéristiques et les problèmes réels des populations sont négligés, sous-estimés, voire oubliés. Tout au long de cet ouvrage nous avons Insisté sur l’importance des études au niveau local où se trouvent confrontées les stratégies des sociétés et les réponses qu’elles apportent aux multiples contraintes auxquelles elles ont à faire face. De là, l’intérêt de l’approche en termes de problématiques environnementales localisées qui permet de cadrer les potentialités des ressources, les pratiques d’usage, et les stratégies familiales dans le contexte d’une pluralité d’acteurs. À l’issue de cet ouvrage, les constatations que font les auteurs montrent cependant tout le chemin qui reste à parcourir pour appréhender et opérationnaliser la complexité des relations société-environnement dans une optique de développement durable.

4La première constatation est que le référent théorique est encore loin de pouvoir satisfaire des analyses réellement pluridisciplinaires. En effet, la recherche de solutions alternatives fait appel à de nouveaux concepts tels que l’incertitude, la viabilité, la vulnérabilité, la complexité, ou encore à ceux liés aux processus de compétition et de négociation entre acteurs. Concernant ce dernier aspect, les concepts se révèlent difficiles à manier au niveau des observations, même si les nouvelles méthodes de simulation et de modélisation (multi-agents, par exemple) permettent de mieux préparer la collecte d’informations. Le recours à l’analyse systémique est une voie permettant d’aborder des problématiques environnementales élaborées. Cette démarche est mise en avant dans les études présentées dans cet ouvrage, mais celles-ci en montrent également les limites d’exécution. Ces limites tiennent principalement aux méthodes qui sont encore de nature très disciplinaire et au langage qui leur sert de support. L’exemple du programme Dypen, présenté dans la première partie, donne une illustration de ces difficultés : l’intervention de disciplines variées (démographie, agroéconomie, phytoécologie, hydrologie, géo- matique, etc.) a apporté une connaissance plus précise des mutations rurales notamment en ce qui concerne les processus d’adaptation des populations à leur milieu, mais elle reste en deçà d’un diagnostic réel sur l’état des ressources et sur la durabilité des pratiques et de leur usage.

5La seconde constatation tient à la grande diversité des situations démoenvironnementales que l’on observe à travers les différentes études. Bien que le contexte géographique retenu soit relativement homogène, puisque qu’il s’agit de la zone bioclimatique méditerranéenne, les stratégies d’exploitation des ressources, les adaptations aux changements de tous ordres et surtout la mise en œuvre de régulations collectives sont très variées. Cela tient autant à l’histoire de l’usage des ressources et à leur état actuel qu’aux trajectoires culturelles et migratoires des sociétés en présence. On conçoit aisément les différences existantes entre des zones écologiques aux conditions bio-climatiques relativement proches mais qui n’ont pas subi les mêmes activités humaines, à la fois dans l’espace et dans le temps. Les études qui sont consacrées aux régions du bassin méditerranéen ne peuvent observer des situations humaines semblables par exemple à celle que l’on rencontre dans la IVe région du Chili. Le nomadisme pastoral a marqué les premières depuis des millénaires, l’exploitation de colonisation récente caractérise la seconde. Le point commun est sans doute la croissance récente des populations humaines et celle de leurs activités. L’appréciation de cette évolution et de son impact sur l’environnement dépend également de l’échelle à laquelle se situe l’observation (région, zone, groupe d’exploitations familiales, etc.) ; ainsi des zones à l’intérieur d’une même région peuvent être affectées par des phénomènes de désertification humaine et d’abandon agricole, alors que d’autres sont soumises à une forte croissance démographique et à une pression accrue sur les ressources. Mais quelles que soient les situations appréhendées, c’est la nature des activités exercées et celle des rapports sociaux qui les régissent, qui constituent les éléments déterminants de la spécificité observée.

6La troisième constatation a trait à l’équation rural = agricole. En fait, les ménages ruraux sont de plus en plus dépendants du marché du travail non agricole. La pluriactivité et les revenus qu’elle génère occupent une position centrale dans le processus de transformation des exploitations familiales. Ils peuvent donner naissance ou renforcer des stratégies d’agriculture marchande dans certaines situations, ou au contraire conduire à l’abandon de l’activité agricole et à la rupture avec le monde rural. Ce processus de pluriactivité, que l’on rencontre sous des formes différentes aussi bien en Tunisie qu’au Chili, ou encore dans le sud de la France, a d’importantes retombées en matière de développement qui ne peut plus être sectoriel. Or les politiques de développement prennent peu en compte les modifications de perception du terroir par les populations rurales locales et le fait que la terre, traditionnellement nourricière, n’est plus l’unique support de ressources et de revenus. Elles considèrent encore la migration rurale comme une migration de régulation, alors qu’elle est bien plus aujourd’hui un élargissement de la base territoriale de l’espace de vie.

7Ceci nous amène à évoquer les questions de développement rural qui constituent la toile de fond de la plupart des études et qui sont largement évoquées dans la troisième partie de cet ouvrage. Le problème majeur ici est celui du changement d’échelle. Les populations et les espaces locaux sont en effet intégrés dans des ensembles socio-économiques et politiques de plus en plus larges : régionaux, nationaux, internationaux et transnationaux. Ces différents niveaux sont interconnectés en termes d’activités humaines et de processus de prise de décision, tant en ce qui concerne leurs déterminants que leurs conséquences. Aller du local au global pour l’identification des problèmes de développement, redescendre du global au local pour mettre en œuvre des actions de développement tout en tenant compte des interactions entre les différents centres de décision et des spécificités régionales constitue certainement la difficulté principale et la pierre d’achoppement de l’élaboration des politiques publiques. La distinction entre les politiques agricoles, qui firent office durant longtemps de politiques de développement rural, et un ensemble d’initiatives touchant les secteurs agricole et non agricole qualifiées de stratégie de développement rural, fut un premier pas vers un renouvellement des conceptions du développement en milieu rural. Au centre de cette distinction, l’hypothèse fondamentale est que le développement rural doit être un processus permettant de résoudre les apparentes contradictions qui se sont développées dans les relations population-environnement, comme les conflits entre la nécessaire augmentation des productions et des revenus, l’amélioration des niveaux de vie et du bien-être social, et la préservation environnementale.

8Cette nouvelle notion du développement rural associe territorialité, multi- sectorialité et forte implication des acteurs locaux. Elle marque sans aucun doute tant les travaux des chercheurs (étude des logiques d’acteurs, élaboration d’indicateurs d’interfaces, articulation d’échelles, etc.) que l’élaboration des politiques publiques (décentralisation, actions intégrées, etc.), mais le décalage persiste entre ces deux champs qui manquent encore largement de synergies. La réduction de ce décalage apparaît complexe et difficile à mettre en œuvre. En effet, si les chercheurs s’intéressent de plus près à des diagnostics circonstanciés, aux référentiels techniques, ou aux effets des actions de développement, avec comme objectif d’apporter une aide précise aux acteurs locaux, ils tendent encore à rester plus une force d’explication que de proposition et de soutien à l’action. Quant aux politiques et aux décideurs publics ils tardent à intégrer l’apport des scientifiques, parce que celui-ci n’est pas forcément ni directement opérationnel, ni facile à décrypter, mais surtout parce qu’ils agissent à travers des plans globaux, par des lois et des réglementations qui localement ne trouvent pas toujours leur pleine adéquation et application. Enfin et surtout, il apparaît que si les sociétés locales sont porteuses – elles l’ont démontré au fil des millénaires écoulés – de savoirs féconds et de capacités d’adaptation et d’innovation remarquables, ceux-ci sont insuffisamment connus et reconnus, en particulier dans les processus de prise de décision en ce qui concerne l’utilisation des ressources, la gestion de l’environnement et le développement rural.

9Ces difficultés ne sont pas insurmontables. Dans nombre de pays, la volonté politique tend à reconsidérer les stratégies globales en promouvant des actions territorialisées avec la prise en compte des sociétés locales, des spécificités régionales et de la multifonctionnalité de l’agriculture et de l’espace rural. Dans ces cas, il est possible de procéder à l’identification des dynamiques sociales et économiques propres à développer des « espaces de vie » compatibles avec une gestion appropriée de l’environnement. Cette évolution des politiques publiques est loin d’être généralisée, mais on peut y voir une amorce de rapprochement avec les problématiques d’innovation rurale qui émergent des travaux des scientifiques. Ce type de questionnement, que nous avons cherché à établir à partir de recherches sur le terrain, engage nécessairement un dialogue entre les acteurs locaux, les chercheurs, les décideurs. Face aux risques d’une globalisation marchande porteuse d’inégalités croissantes, de conflits sociaux majeurs et de graves crises environnementales, ce dialogue peut devenir une « culture » avec de nouveaux espaces de concertation, de nouvelles bases de réflexion pour l’allocation et l’usage des ressources naturelles, ouvrant vers des stratégies alternatives de développement rural. C’est le sens que nous souhaitions donner aux « regards croisés » que nous avons portés sur ce qui nous paraît être un enjeu fondamental pour les devenirs de nos sociétés.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540