Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Enjeux sur les ressources et politiques de développement rural

Problématique scientifique, gestion environnementale et politiques de développement rural

Pierre Campagne

Texte intégral

1Les études qui analysent les relations entre population rurale et environnement insistent souvent sur la nécessité d’identifier les phénomènes dans leurs spécificités locales. Pourtant, les processus observés sont aussi l’objet de politiques publiques et plus particulièrement de politiques de développement rural qui nécessairement traitent les problèmes au niveau national. Le texte qui suit souhaite apporter une contribution à ce débat. Il a donc comme objectif de déterminer quelles sont les relations actuelles et souhaitables entre la problématique scientifique des relations entre population rurale et environnement, la gestion environnementale et les politiques de développement rural.

2Il s’agit donc de changer d’échelle et de tenter de passer, pour employer une expression à la mode, du local au global. Comme on le verra d’ailleurs, le choix de s’arrêter davantage, à l’intérieur des politiques publiques, sur les politiques de développement rural, rend sans doute ce passage difficile tant le développement rural est considéré par de plus en plus de chercheurs, de décideurs et de développeurs dans son « inscription locale », pour reprendre l’expression de B. Kayser(1990).

3Ce passage est également rendu délicat par le peu de données homogènes sur le sujet et par les disparités observées dans la compréhension du concept de développement rural et dans sa mise en œuvre.

  • 1 Espagne, France, Grèce, Italie, Turquie et Albanie pour le « Nord », Algérie, Égypte, Liban, Maroc (...)
  • 2 Les résultats de cette étude, si modestes soient-ils, traduisent la réflexion de vingt-cinq cherch (...)

4L’étude récente que vient de mener le réseau Rafac (Réseau agricultures familiales comparées) sur onze pays méditerranéens du Nord et du Sud1 (Rafac, 2000) a tenté de réduire un peu ces incertitudes et de mieux comprendre ces disparités2.

5Cette étude met en lumière un certain nombre de faits qui touchent de près aux relations entre population et environnement.

Pression sur les ressources au Sud, sous-exploitation au Nord

6On va noter d’abord la progression de la population rurale de ces pays, même si elle est modeste, 16 % en trente ans. Cette évolution globale s’explique par des dynamiques contraires. On observe une forte augmentation de la population rurale des pays du Sud (+ 62 %) concomitante avec une faible diminution de celle des pays du Nord (- 9 %), qui est elle- même le résultat d’une forte diminution dans les quatre pays de l’Union européenne étudiés et d’une augmentation sensible de la population rurale turque.

7Ce constat global s’accompagne d’autres phénomènes (densité de population, hétérogénéité spatiale dans le peuplement), qui vont tous dans le même sens.

8Ce qui domine au Sud est, globalement, une pression croissante sur les ressources naturelles. Celle-ci se traduit notamment par une augmentation de la surface agricole utile (SAU) de près de 25 % en trente ans et d’une forte diminution de la surface cultivée par actif agricole (1,64 ha/actif en moyenne dans les années quatre-vingt-dix contre 2,3 ha/actif dix ans auparavant).

9Par contre, dans les pays du Nord et plus particulièrement dans les pays de l’Union européenne, c’est une sous-utilisation croissante des terres agricoles qui se traduit notamment par une diminution de la SAU. Celle-ci est elle-même concomitante d’une forte augmentation de la SAU par actif qui atteint près de 12 ha en 1990 dans les quatre pays de l’UE étudiés, soit huit fois la moyenne des pays du Sud. Cette sous-utilisation relative des ressources a entraîné derrière elle une diminution de la population rurale qui, même si elle s’est actuellement fortement ralentie dans la plupart des pays, reste une tendance lourde de l’évolution démographique (Abaab et al., 2000).

Des politiques de développement rural convergentes

10Cette même étude montre par ailleurs que malgré ces différences, les politiques actuelles de développement élaborées pour le monde rural dans les onze pays présentent un certain nombre de traits communs.

11Tout se passe en effet comme si, avec des évolutions historiques extrêmement contrastées, les zones rurales du Nord et du Sud étaient en train d’être l’objet de politiques publiques si ce n’est semblables, tout au moins convergentes.

  • 3 C’est notamment le cas au Maroc qui adopte ce terme pour exposer son programme à long terme (2020) (...)

12Au Nord comme au Sud, on a opéré une distinction entre les politiques agricoles qui jusque-là tenaient lieu de politiques de développement rural, et un ensemble de mesures et d’actions agricoles et non agricoles qui sont regroupées plus ou moins explicitement sous le terme de stratégie de développement rural3.

13Ces politiques se présentent comme des politiques « de développement ». Elles ont donc l’objectif d’appuyer, si ce n’est de provoquer, des processus d’augmentation de la production et des revenus, d’amélioration des niveaux de vie et plus généralement de meilleure satisfaction des besoins des populations concernées.

  • 4 Pour être plus précis, il faudrait plutôt parler des zones qui sont situées hors des périmètres ir (...)

14Mais elles touchent aussi les relations entre les populations rurales et leur environnement. Les espaces ruraux concernés sont en effet en priorité des espaces qui connaissent tous des problèmes consécutifs à une surexploitation ou à une sous-exploitation de leurs ressources. L’étude Rafac montre en effet que les zones rurales impliquées dans ces politiques sont surtout celles qui ne peuvent mettre en œuvre le « modèle dominant de développement agricole », pour reprendre l’expression de G. Allaire (Allaire et Boyer, 1995). On veut dire par là qu’il s’agit des zones à productivité agricole faible ou moyenne, qui, pour les pays du Nord, sont essentiellement situées dans les piémonts ou les montagnes et, pour les pays du Sud, représentent globalement les espaces d’agriculture pluviale4. Cette restriction ne diminue en rien leur importance démographique puisque tout le monde s’accorde sur le fait qu’elles abritent, au Nord comme au Sud, une large majorité de la population rurale.

Développement agricole et développement rural

  • 5 Cf. déclaration finale du séminaire international sur le développement rural, Rabat, avril 2000, C (...)
  • 6 Cf. déclarations finales des deux dernières conférences des ministres de l’Agriculture des pays mé (...)

15Il y a donc derrière le développement rural et les politiques censées l’accompagner une hypothèse fondamentale qui est au centre de nos préoccupations : le développement rural est devenu, pour les pays du nord de la Méditerranée comme pour les pays du Sud, un nouveau processus permettant sans doute de mieux tenter de résoudre les contradictions dans lesquelles les dynamiques populations-environnement se sont développées dans un certain nombre de zones, dans les différents pays. On en voudra pour preuve le succès du dernier séminaire organisé par le Ciheam à Marrakech sur le « Développement rural durable » qui a rassemblé de nombreux décideurs et chercheurs5, et les thèmes abordés dans la déclaration finale des dernières conférences des ministres de l’Agriculture des pays méditerranéens6.

  • 7 Les ministres de l’Agriculture ont par ailleurs décidé de mettre en place une coopération original (...)
  • 8 Cf. déclaration finale du séminaire de Rabat, op.cit.

16Ces rencontres ont contribué à faire émerger, chez les chercheurs méditerranéens comme chez les décideurs, ce qui pourrait devenir un concept commun de développement rural en Méditerranée7. Tout le monde s’accorde en effet à trouver dans la trilogie qui qualifie maintenant le développement rural pour un certain nombre de scientifiques, à savoir, territorialité, multisectorialité et forte gestion par les acteurs locaux, une définition suffisamment adaptée aux processus observés au nord comme au sud de la Méditerranée8.

17Le développement rural est-il alors le remède-miracle – un de plus – ou s’inscrit-il dans un processus historique qui en fait la façon actuelle dont les populations rurales cherchent à résoudre les contradictions dans lesquelles elles sont insérées ? C’est la première question que nous voudrions poser dans les lignes qui suivent.

18La logique de ce processus peut-elle se lire globalement dans la façon dont les faits ont été pris en compte par les problématiques scientifiques, d’une part, et par les politiques publiques, d’autre part ? Telle est la deuxième question qui sera abordée.

19Enfin, on voit bien que la complexité des problèmes et des solutions adoptées par les différents acteurs nécessite un va-et-vient permanent entre les problématiques scientifiques et les politiques publiques. Celles-ci s’appuient sur les analyses de celles-là qui à leur tour sont questionnées par les effets des politiques mises en œuvre. Comment cette dialectique peut-elle fonctionner et avec quels instruments et quels dispositifs ? Telle est notre troisième interrogation.

20Les réponses aux deux premières questions supposent un rapprochement entre l’analyse du processus historique des relations entre populations rurales et environnement d’une part, les recherches auxquelles ces phénomènes ont donné lieu et les réponses des politiques publiques d’autre part. Ce rapprochement est présenté ici en distinguant trois grandes périodes, celle qui précède le début des années soixante, celle qui va s’étendre jusqu’au milieu des années quatre-vingt et enfin la période qui comprend les quinze dernières années.

21La première période est celle qui précède la décolonisation au Sud et le traité de Rome au Nord. La deuxième période représente les vingt-cinq premières années des indépendances des pays du Sud. Elle s’arrête aux programmes d’ajustement structurel. Au Nord, c’est la période de mise en œuvre de la PAC, c’est aussi celle des « trente glorieuses ». Elle s’arrête aux premières réformes de la PAC et aux premières mesures européennes d’envergure relatives au développement rural. La période actuelle est, comme on le verra, celle qui est davantage l’objet des politiques de développement rural auxquelles nous nous référons.

  • 9 Le partage habituel « Nord-Sud » réclamant pour certains d’être remplacé par un découpage prenant (...)

22Comme on l’a annoncé dès les premières lignes, les développements qui vont suivre n’ont pas la prétention de l’exhaustivité, ne serait-ce que parce que les données sur lesquelles ils s’appuient ne concernent que les onze pays étudiés par le Rafac. Ils ont par ailleurs surtout comme objectif de poser autrement des questions qui ne sont ni nouvelles ni originales, en rapprochant des faits qui ne sont pas toujours présentés comme liés entre eux. Enfin, comme le rappelle dans son introduction le livre du réseau Rafac, bien qu’il soit souvent difficile de poser les questions à partir d’un découpage Nord-Sud des pays de la Méditerranée9, c’est cette approche comparative que nous proposons.

23En effet, le rapprochement entre des évolutions aussi différentes que le sont celles des pays du nord et du sud de la Méditerranée nous a paru assez riche d’enseignements pour pouvoir être malgré tout systématiquement utilisé dans les lignes qui suivent.

24Enfin, le processus historique qui sous-tend les relations populations rurales-environnement mériterait que l’on définisse avec assez de précision les périodes qu’il semble contenir. Mais on sait que des décalages existent entre les pays et que l’on ne peut donc proposer que des points de repères.

La période avant les années soixante : les populations gèrent seules leur rapport à l’environnement

25Cette période se caractérise par un certain nombre de phénomènes internes et externes aux zones rurales. Ces phénomènes vont favoriser une gestion relativement équilibrée par les intéressés, des relations entre population rurale et environnement. Elle se caractérise aussi par des stratégies de reproduction à long terme de l’écosystème qui témoignent chez eux d’une forte capacité pour maîtriser les évolutions dont ils sont l’objet. Ces processus expliquent au moins en partie que, pendant cette période, les recherches se soient peu préoccupées des relations entre population et environnement et que les politiques publiques concernant ces relations aient été relativement peu nombreuses.

Dans les zones rurales du Nord et du Sud, une économie relativement équilibrée

  • 10 Au sens de C. Meillassoux, cf. Femmes, Greniers et Capitaux, Maspéro, 1972.

26L’agriculture est encore au Nord largement dominée par l’association agriculture-élevage, qui fonde une économie agricole de type paysan au sens de Chayanov (1925). Au Sud, l’agriculture de ces mêmes zones connaît une prédominance de l’autoconsommation qui pourrait la classer souvent dans une économie plus domestique10 que paysanne. Dans les deux cas, on est en présence de sociétés rurales qui maîtrisent correctement la relation entre production et consommation, sauf dans les zones soumises à des aléas climatiques trop importants (Benatya et Zagdouni, 1991). L’autosuffisance alimentaire locale est donc en général assurée, même si la ration alimentaire est parfois peu diversifiée (Padilla, 1985).

27C’est aussi le temps de l’autosuffisance alimentaire des pays et même de l’exportation des biens agricoles avec pour l’Égypte, en plus, une production agro-industrielle très importante (Khaled, 1999). Cet environnement agro-économique national laisse aux agriculteurs une grande liberté dans leurs stratégies, ce qui ne sera pas le cas à partir de la deuxième période.

28Mais cette économie agricole est fortement articulée à des activités non agricoles, artisanales, commerciales et de services, en général assez correctement calibrées par rapport à la dimension économique et sociale des espaces ruraux, qui sont eux-mêmes fortement structurés par des bourgs relativement peuplés. Au Nord, certaines zones de montagne et de piémont connaissent même une forte articulation agriculture-industrie, comme c’est par exemple le cas dans les Cévennes en France avec les industries liées à la culture du ver à soie. Ces activités sont génératrices de revenus qui ont un effet sensible sur les niveaux de vie. Elles améliorent aussi le fonctionnement des économies locales. Au Sud, elles permettent même, dans certaines zones, des achats alimentaires à l’extérieur qui diminuent d’autant la production locale et la pression sur les ressources qu’elle pourrait entraîner. L’agriculture reste cependant l’activité dominante, particulièrement dans les espaces ruraux du Sud. L’économie des zones rurales est entraînée par elle, gérée par elle et à partir d’elle (Abaab et al., 2000).

29L’environnement économique national, européen et international est assez porteur des « équilibres » constatés dans l’économie de ces zones rurales. En Europe, on est dans la première moitié des « trente glorieuses » dont le fort taux de croissance permet déjà des transferts vers le Sud et qui, surtout, incitera fortement à rendre pertinent un modèle de développement économique fondé sur l’industrie, que l’on tentera d’appuyer dans les pays du Sud dans la deuxième période.

Une gestion relativement harmonieuse des relations population rurale-environnement

30La gestion technique et sociale du système agricole ou d’élevage de type « paysan » suppose en effet une grande attention à la reproduction de la fertilité pour les terres labourées et du couvert végétal pour les parcours. Sans elle, la plupart des systèmes ne peuvent se reproduire car les apports extérieurs sous forme de fumure ou de produits phytosanitaires sont encore peu importants. Cette gestion est particulièrement utile dans les zones de montagne et de piémonts des pays du Nord, les animaux assurant un « entretien » des forêts qui permet leur utilisation constante comme parcours et leur donne ainsi une valeur économique spécifique (Hubert et Guerin, 1987 b). La jachère joue encore un rôle important dans la gestion de la fertilité au Sud, les associations agriculture-élevage étant souvent insuffisantes pour en assurer la reproduction (Mazoyer et Roudart, 1998).

31Par contre, les steppes maghrébines étaient déjà, depuis le début Du siècle, l’objet de transformations profondes. C’est sans doute quelques années avant la Seconde Guerre mondiale que celles-ci devinrent irréversibles (Boukhobza, 1982). La conjonction entre la sédentarisation des nomades et ce que Boukhobza appelle la « décapitalisation économique et culturelle dont fut l’objet cette société » a eu un fort impact sur la gestion de l’espace par les populations nomades. Le développement de l’agropastoralisme qui a suivi ces évolutions s’est accompagné d’une privatisation de fait de ces espaces (Bedrani et Bensouiah, 2000) dont l’intensité est cependant très variable d’un pays à l’autre. Il en est résulté une forte régression de la mobilité et un changement des modes de déplacement des pasteurs et de leur troupeau. Celle-ci a alors provoqué une transformation importante des systèmes alimentaires animaux (Bourbouze et Rubino, 1992 ; Bessaoud, 1997).

32Ces systèmes agricoles et d’élevage obéissent donc pendant cette période à une logique d’utilisation des espaces qui révèlent leur propre stratégie. Au Nord comme au Sud, tout se passe en effet comme si la priorité pour ces paysans souvent pauvres mais qui maîtrisent malgré tout une production suffisante pour satisfaire leurs besoins était de maintenir à tout prix la situation dans laquelle ils sont. Cette priorité va se décliner par une attention particulière à la reproduction à moyen et long terme des espaces utilisés par l’agriculture et l’élevage. Ce rapport à l’environnement s’exprime notamment par des savoirs paysans très riches (Darré, 1991, 1996 ; Benatya et Zagdouni, 1991) qui s’appliquent à ces formes de reproduction des espaces et de leur fertilité. Celles-ci apparaissent bien en effet comme une des préoccupations prioritaires des paysans.

Peu de recherches et peu d’interventions publiques

33Les recherches de cette période sont essentiellement monodisciplinaires. Elles sont dominées, pour l’Europe, par la résolution de problèmes techniques de sélection variétale ou de réponse aux fertilisants (Servolin, 1989).

34Les recherches en sciences sociales seront dominées par les problèmes d’économie et de gestion de l’exploitation, ce qui est parfaitement normal puisque l’agriculture des zones auxquelles nous nous référons entre progressivement dans les rapports marchands. C’est l’époque des premières analyses sociologiques de la logique des acteurs. On découvre comment les populations gèrent leur rapport aux ressources et les équilibres qui en découlent. Il faut signaler aussi quelques travaux sur la pluriactivité qui montrent déjà que ce processus a des chances de devenir permanent dans l’agriculture française (Lacombe, 1972). Enfin, les premières études méso-économiques des géographes permettent de voir apparaître des analyses plus territoriales.

35Dans les pays du Sud, comme l’Algérie par exemple, les publications dont on peut encore disposer dénotent une attention particulière de la recherche aux conditions techniques de production (Bessaoud, 1997).

36Pendant cette première période, on trouve peu de politiques pour le développement agricole des zones concernées. L’essentiel des initiatives de l’État portera sur la commercialisation (promotion des coopératives), partiellement sur l’appui aux agricultures (mesures diverses concernant la vulgarisation avec des initiatives comme les « foyers de progrès » en France, les « paysannats », ou les « sociétés indigènes » au Sud). On aura aussi des mesures ponctuelles de régulation du marché (marché du vin, des fruits, etc.).

37Pour les États, le fait que les populations gèrent elles-mêmes leur économie et leur rapport à l’environnement leur permet de ne pas intervenir directement dans ces problèmes. Le seul problème qui apparaîtra bientôt concerne l’insuffisance des productions des agriculteurs pour les villes, ce qui déclenchera les politiques de la période suivante.

1960-1985 : développement agricole, gestion de l’environnement et État

38Cette deuxième période est celle de la rupture des processus qui régissaient auparavant, au Nord comme au Sud, les relations entre population rurale et environnement. On peut la caractériser de la façon suivante.

Modernisation de l’agriculture, pression sur les ressources au Sud et désertification au Nord

  • 11 On fait ici référence à la loi d’orientation agricole de 1960 en France mais aussi à toutes les me (...)

39Le début de cette période est marqué par les lois d’orientation agricole11 consécutives au traité de Rome dans les pays de l’Europe des six et par les débuts de la décolonisation dans les pays du Sud.

40Le processus de modernisation sera rapide dans le Nord (Servolin, 1989). Il a pour conséquence une baisse gigantesque des effectifs des actifs agricoles dans les pays de l’Union européenne. Il y aura au contraire stabilisation, voire augmentation de la part de la population active agricole en Turquie (55 % en 1995) ou en Albanie (76 %). La France, l’Espagne, l’Italie et même la Grèce, dont l’évolution est sensiblement décalée dans le temps, perdent entre la moitié et les trois quarts de leurs actifs agricoles pendant la période. Au début des années quatre-vingt-dix, il ne reste plus en France que 5 % d’actifs employés dans l’agriculture, 7 % en Italie, 9 % en Espagne et 19 % en Grèce. Cette évolution entraîne derrière elle, pour 80 % de l’espace agricole européen (Andrienssens, 1988), le processus largement connu de « déprise agricole » qui va lui-même provoquer la régression rurale. Pour les autres pays européens de la Méditerranée, l’évolution est différente comme le sera celle de la relation entre leur population rurale et son environnement.

41Les pays du Sud vont connaître eux aussi un fort processus de modernisation (Abaab et al., 1997) mais celui-ci va se dérouler dans un contexte démographique et économique radicalement différent, ce qui explique que ses effets sur les agricultures sont largement inégaux selon les pays et les régions.

42On connaît les composantes des facteurs démographiques. La forte baisse de la mortalité infantile provoque une croissance démographique sans précédent non « maîtrisée » par les populations, alors que dans la période précédente, l’évolution démographique était maîtrisée, même si le relatif équilibre que l’on constatait était la traduction du « rattrapage » de la forte mortalité infantile par un taux de natalité très élevé. Dans la période concernée, le taux de natalité ne baisse que faiblement, surtout dans certains pays, ce qui crée, on le sait, une situation nouvelle difficile à maîtriser.

43Les facteurs économiques sont eux aussi largement connus. Ceux qui sont communs à l’ensemble des pays du Sud relèvent de l’étroitesse de l’offre d’emplois non agricoles et du mode d’intervention de l’État.

44La différence fondamentale entre le Nord et le Sud de ce point de vue-là, a souvent été exposée (Abaab et al., 2000). Au Sud, les offres d’emplois urbains sont limitées dans cette période, alors qu’elles ne cessent d’augmenter dans les pays du Nord jusqu’en 1980. L’exode rural est donc obligatoire dans le Nord – pour libérer de la main-d’œuvre qui ira travailler dans l’industrie – alors qu’au Sud, non seulement il n’est pas « économiquement » nécessaire mais il devient rapidement socialement difficile à supporter par les intéressés.

45Iln’y a donc que peu d’intensification au Sud et le processus imaginé par Boserup ne se produit globalement pas parce que l’intensification est limitée par les contraintes des milieux naturels (Jouve, 1992), par le peu de capital disponible dans les familles agricoles et par la faiblesse des systèmes d’appui.

46On répond donc à la progression démographique en mettant en culture tout ce qui peut l’être. Mais la SAU augmente surtout dans les zones dites marginales. On est alors en plein dans le processus des rendements décroissants. Les rendements moyens du blé restent inférieurs à 10 q à l’hectare pour l’ensemble du Maghreb. C’est aussi pendant cette période que le déficit en céréales des pays du Sud s’aggrave, les contraignant à des importations parfois massives achetées sur le marché mondial (Ben Hammouda et al., 1988). Certes, des efforts très importants sont faits en direction de la maîtrise de l’eau. Les surfaces irriguées augmentent de 80 % dans les pays du Sud. Elles doublent dans les pays du Nord (Abaab et al., 2000). Mais ces transformations sont insuffisantes pour conserver aux familles rurales la sécurité alimentaire dont elles disposaient et pour nourrir les villes dont la croissance démographique est devenue très importante.

47Ainsi la crise des relations entre population rurale et environnement s’est construite parallèlement au Nord et au Sud à la même période.

48Au Nord, c’est le dépeuplement et la désertification de beaucoup de zones rurales. Au Sud, c’est le surpeuplement et la pression sur les ressources. Il y a crise parce que les populations ne peuvent plus gérer : au Nord, il n’y a plus que des vieux dans beaucoup de zones rurales, au Sud, il y a trop de monde. Il faut donc arbitrer entre la survie à court terme et la conservation des ressources à long terme (Abaab et al., 1995), le prélèvement sur les ressources disponibles étant la seule façon de résoudre les problèmes alimentaires à court terme, même si les agriculteurs sont conscients des irréversibilités que crée celui-ci à moyen et long terme.

49Tout se passe donc dans cette deuxième période comme si le problème stratégique n’était plus les rapports avec l’environnement mais le rapport entre la production et la consommation, c’est-à-dire la productivité du travail et la régularité de la production. La gestion des ressources naturelles, qui vont avoir de plus en plus de mal à se reproduire, ne peut plus être considérée comme prioritaire par les populations.

50De plus, la pression « familiale » sur les ressources est accompagnée d’une forte incitation à produire de la part des gouvernants : « Paysans, développez-vous », telle est leur injonction. Ceux-ci sentent en effet monter le spectre de la dépendance alimentaire et tentent d’y remédier en optimisant la production. Pour y parvenir, on va procéder à des « incitations » à la « modernisation » en développant, par exemple, la motorisation ou en subventionnant les aliments de bétail ou encore en développant la céréaliculture à tout prix dans certains pays comme l’Algérie.

51Tout ceci s’accompagne d’une monétarisation générale de l’économie rurale. Celle-ci touche aussi la consommation en raison de la pénétration des modes de consommation urbains jusque dans les zones les plus marginales (Sahli, 1980). Elle contribue à dégrader l’autonomie alimentaire des familles.

52Pendant ce temps, dans la steppe maghrébine, c’est « la révolution silencieuse » (Bourbouze, 2000) due à trois phénomènes plus ou moins liés les uns aux autres : sédentarisation des pasteurs, apparition des agropasteurs et privatisation de fait d’une partie des espaces et pas seulement pour y pratiquer l’agriculture mais aussi pour s’approprier les parcours et donc les zones d’élevage (Bensouiah, 1999). Les effets sont multiples et fort inquiétants : déstructuration sociale, exode, abandon et mise en place d’une classe d’agropasteurs qui risque de dominer l’activité pastorale. De plus, cette transformation sociale peut aussi augmenter la pression sur les ressources.

53Comme on va le voir, les problématiques scientifiques et les politiques vont apporter aux phénomènes de déprise et de dépopulation au Nord et de pression démographique constante au Sud un seul type de réponse : la « protection des ressources naturelles », les parcs nationaux, les mises en défens, etc. Il s’agit d’une législation « protectrice » dont l’hypothèse implicite est que l’homme détruit les ressources naturelles et que celles-ci doivent donc être « protégées ».

Les réponses des chercheurs (1960-1985)

54Dans cette deuxième période, la recherche va surtout analyser la fragilité des équilibres écologiques dans les régions sensibles du Sud et les contraintes que cela entraîne pour l’élevage (Galal et al., 1989) ou l’agriculture (Sghaier, 1997). Les analyses sur les conditions de reproduction – ou de non-reproduction – des écosystèmes dans lesquels s’exercent l’activité agricole et d’élevage sont nombreuses et vont toutes dans le même sens (Bouaouach, 1978).

55Par ailleurs, dans les pays du Nord, les recherches sur les zones qui peuvent appliquer le « modèle dominant de développement de l’agriculture » (Allaire et Boyer, 1995) vont s’intensifier (Servolin, 1989). De plus, la prise de conscience des inégalités régionales (Mazoyer, 1981) va provoquer un certain nombre de recherches sur les zones défavorisées dont certaines examineront systématiquement les contraintes et les opportunités dont disposent ces zones-là (Réseau Medef, 1992).

56Il faut noter enfin les recherches des géographes et des sociologues sur l’émergence des premiers processus de développement rural (Kayser, 1990 ; Mendras, 1984).

Les réponses des politiques publiques (1960-1985)

57Dans cette deuxième période, la politique agricole vise essentiellement l’augmentation rapide de la productivité du travail. C’est l’époque où le productivisme est roi (Servolin, 1989) au Nord. Les politiques au Sud sont du même type mais les moyens préconisés concernent peu les zones rurales dont il est ici question dans la plupart des pays. Au Maroc, on s’occupe surtout de la grande hydraulique, en Algérie du secteur socialiste, en Tunisie des anciennes zones de coopératives (Abaab et Elloumi, 1996), en Égypte, on est dans l’époque étatiste avec un système très contraignant qui sera petit à petit libéralisé avec succès (Khaled, 1999).

58La « modernisation » de l’agriculture appuyée par les États va de fait, au Nord comme au Sud, par les choix qu’elle suppose, déséquilibrer le rapport population-environnement, sans que des politiques publiques puissent encore redresser la situation.

59Mais l’intervention des États va connaître aussi des différences importantes. Au Nord, grâce à la Politique agricole commune, un transfert massif de capital vers l’agriculture se met en place. Au Sud au contraire, on va favoriser les mécanismes bien connus de prélèvement sur les agricultures qui permettent de mettre en place un modèle d’accumulation industriel dans les villes. Enfin, le mode d’intervention de l’État dans la modernisation sera lui aussi très différent. Au Sud, l’État sera très présent et tentera ce que A. Meister appelle le développement par la rupture. Au Nord, au contraire, les politiques seront plus largement incitatives et donc moins contraignantes et sans doute plus efficaces.

60Dans le domaine de la gestion des espaces ruraux fragiles, les États constatent les problèmes que rencontrent les populations rurales et vont tenter de se substituer à elles. Ils le feront en appliquant partout la politique de « protection » des espaces fragiles mise en place auparavant dans la plupart des pays pour les forêts publiques. Ce sera sans effet réel au Sud à cause de la pression sur l’espace. Au Nord, les effets seront limités, ne serait-ce que parce que ces espaces « protégés » seront entourés d’espaces abandonnés qui les mettront en danger, par la généralisation des friches et donc des probabilités d’incendies.

61Au Sud, il n’y a donc que peu de politiques publiques concernant à proprement parler la relation population-environnement. Il faudra attendre 1995 pour que les premières mesures apparaissent autrement que sous la forme de mesures de protection de certains espaces (Bedrani, 1993).

62De plus, la réponse des États par la « protection » ne résout pas les problèmes de « survie et de subsistance » que rencontrent les populations.

63Les États vont « mettre en défens » un certain nombre d’espaces fragiles. Ce sera d’abord la création des parcs nationaux (en France, la Vanoise date de 1964) ; c’est aussi la date de la création dans certains pays du Sud des travaux de défense et restauration des sols (DRS) et de reforestation (chantiers populaires de reboisement, barrière verte...). Mais on découvre alors que, dans certaines zones habitées, il y a aussi un réel problème de protection. C’est tout le sens des débats en France menés par la Datar (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) sur le concept de Parc naturel régional (PNR) à partir de 1966, débats qui deviendront beaucoup plus importants à partir de 1988, date à laquelle la responsabilité des PNR est transférée aux régions (Stambouli, 1999).

1985-2000 : l’émergence des processus et des politiques de développement rural

64Cette troisième période débute après les premiers programmes d’ajustement structurel au Sud et les premières mesures de réforme de la PAC au Nord. Elle se situe dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale et de remise en cause du rôle de l’État.

65Par ailleurs, comme on vient de le voir, au milieu des années quatre-vingt, l’ensemble des éléments de la crise de ces espaces ruraux est en place, au Nord comme au Sud. Les « réponses » des politiques publiques étant contradictoires, les populations vont inventer leurs propres réponses. Elles vont se situer dans trois domaines distincts mais qui vont représenter les fondements du développement rural de ces zones.

Déclin de l’agriculture et émergence d’autres activités rurales

66À partir du milieu des années quatre-vingt, il y a donc retrait de l’État au Sud et abandon des illusions concernant les effets réels d’un développement industriel induit par les pôles au Nord. Ainsi, beaucoup de zones rurales au Nord comme au Sud se trouvent livrées à elles-mêmes, sans appui, ni étatique ni privé. Cet abandon est compensé au Nord par l’effort important d’équipements collectifs réalisé dans la période précédente. Ce même effort a été beaucoup moins important au Sud, sauf dans certains pays comme la Tunisie (Rafac, 2000).

67Au niveau local, on prend alors conscience des limites d’un développement fondé sur la seule agriculture. Celle-ci est devenue une activité largement minoritaire dans beaucoup de zones rurales au Nord, et les populations rurales du Sud perçoivent ses limites, ne serait-ce que parce que la production agricole locale est souvent insuffisante pour nourrir la population.

68Il faut donc acheter à l’extérieur. Mais pour cela, il faut de nouveaux revenus et c’est le développement d’une pluriactivité qui était déjà bien implantée dans certaines zones (Elloumi, 1991 ; Bourenane et Campagne, 1991). Les agriculteurs inventent une nouvelle façon de survivre, de se maintenir et de se développer. Au Nord, cela prendra rapidement la forme d’une valorisation locale des ressources locales, grâce aux politiques qui vont être mises en place. Au Sud, on cherchera toutes les opportunités, du petit commerce au travail salarié même s’il est saisonnier.

69Ainsi, beaucoup de zones rurales s’installent dans des activités qui commencent à être multisectorielles. Ce que l’État avait eu beaucoup de difficultés à amorcer avec ses « projets de développement rural intégré » (Abaab et al., 2000) qui, on le sait, ont connu un succès limité, les populations vont tenter de le mettre en place avec plus d’efficacité, même si cela n’obéit pas toujours dans les zones rurales concernées à une programmation très stricte.

70La deuxième mutation concerne les bases territoriales de l’organisation du « développement ». Dans tous les pays, au Nord comme au Sud, la période précédente avait été celle des grands projets, gérés par des structures plus ou moins étatiques. Avec le désengagement de l’État au Sud et la montée en puissance du développement rural au Nord, on assiste à un mouvement général de réduction et de relative homogénéisation de la taille des « zones de développement » (Campagne, 1997). L’espace « méso-économique », au sens de la méso-économie spatiale des géographes (Brunet et al., 1993), est né. Même si sa taille démographique est très variable d’un pays à l’autre et d’une zone à l’autre, il aura pour caractéristique d’être un espace assez réduit pour être « gérable » par les acteurs locaux, mais suffisamment grand pour permettre des synergies entre les secteurs (Campagne, 1997).

71La troisième caractéristique de cette mutation, qui est sans doute la plus importante, est l’entrée en scène des acteurs locaux. Pendant cette troisième période, il y a de moins en moins de « projets » au sens classique du terme et il n’y a donc plus de structure de « direction » et de gestion du développement. Les seules structures qui existent sont, au mieux, des structures administratives, ce qui est le cas général au Nord mais s’avère moins fréquent au Sud (Rafac, 2000). D’autres structures sont certes apparues qui ont en général pris des formes associatives et sont relativement spécialisées. Mais personne ne peut s’arroger un droit quelconque ni même une vocation de prendre en charge les processus de développement qu’il faudra bien provoquer si l’on veut survivre au niveau local. Il faut donc Inventer des structures de développement qui permettent à tous les acteurs locaux (publics, privés et associatifs) de participer à la gestion locale. Cette démarche sera systématique au Nord car fortement influencée par les politiques mises en œuvre, elle sera plus timide mais bien réelle au Sud et plus particulièrement dans certains pays (Rafac, 2000 ; Oziol, 2000 ; Oukelmoun, 1997), avec notamment la montée en puissance des élus locaux dans le rapport de force population-État et dans l’organisation et la gestion du processus de développement.

72Cette « relocalisation » de la gestion des problèmes locaux va faire réapparaître la nécessité de gérer aussi l’environnement local. Ce sera systématique au Nord, toujours en raison des politiques d’accompagnement qui seront mises en place. Cela va bientôt apparaître comme une nécessité au Sud, en raison de l’urgence de certains problèmes liés à la pression sur les ressources (Abaab, 1999).

73Ainsi, l’émergence de processus de développement rural caractérisés par les trois composantes, territorialité, multisectorialité et gestion par les acteurs locaux, va faire apparaître la nécessité d’un nouveau mode de gestion des relations entre populations rurales et environnement. Ce sera une gestion locale mais dans des espaces plus méso-économiques que micro-économiques. Dans la première période, ce sont les populations, au niveau familial, voire clanique, qui avaient pris en charge cette gestion. Dans la seconde période, l’État avait tenté de gérer essentiellement en « protégeant » les espaces ruraux qu’il jugeait essentiels à l’équilibre écologique du pays. Dans la troisième période, c’est à nouveau le tour des populations de gérer mais dans un cadre économique, social et institutionnel différent.

Les réponses des chercheurs (1985-2000)

74Elles sont nombreuses. Il est donc impossible d’en détailler le contenu. Pour en comprendre les enjeux, peut-être faut-il citer la formule inquiétante de Edgar Pisani au séminaire Ciheam de Malte en septembre 1993 : « Au Sud, il faut produire plus, en employant davantage de monde et en abîmant moins l’environnement, alors que l’on sait que le développement agricole en Europe a permis de produire plus, en employant de moins en moins de monde et en abîmant de plus en plus l’environnement. »

75Parmi les nombreuses études dont nous disposons maintenant, peut-être faut-il en retenir certaines qui sont davantage centrées sur les liens avec le développement rural.

76Il s’agit d’abord des analyses des stratégies d’acteurs au Nord comme au Sud, pour tenter de trouver de nouvelles voies dans la relation population-environnement. On peut noter ensuite les études qui montrent comment les populations « font du développement rural » et inventent ainsi le « nouveau processus de développement des zones rurales » qui fait suite au désengagement de l’État au Sud et à la diminution de l’influence des pôles dans les zones rurales au Nord.

77La recherche a permis aussi d’analyser les nouvelles institutions et les nouvelles organisations qui se mettent en place. Elle permet enfin de définir à leur vrai niveau – le niveau local – les questions de la durabilité écologique et de commencer à se poser les questions de la durabilité socio-économique du développement local.

Les réponses des politiques publiques (1985-2000)

78En fait, la prise de conscience qu’au Sud les agropasteurs ont une stratégie claire de développement et les moyens de la mettre en œuvre (Bensouiah, 1999 ; Bourbouze, 2000) et qu’au Nord l’environnement ne pourra pas être protégé sans l’aide des agriculteurs et des éleveurs, conduit à inventer au Sud l’intégration agrosylvopastorale (Bedrani, 1993) et au Nord l’agro-environnemental.

79Pour les pays de l’Union européenne, on va donc avoir une nouvelle orientation à partir de 1985, avec l’inclusion des mesures agro-environnementales dans le Livre vert de la Commission des communautés européennes. Mais la réforme de la PAC qui inclut effectivement ces mesures ne sera finalement adoptée qu’en 1992 (Bonnieux et Vermersch, 1999). Pour les pays du Sud, l’orientation est moins nette (Bedrani, 1993).

80En effet, l’intégration « agrosylvopastorale » au Sud a du mal à être autre chose qu’un vœu pieux. Le passage au « développement rural intégré », qui en est un des moyens principaux, est en effet concomitant des programmes d’ajustement structurel et donc de la réduction de fait des moyens de l’État (Abaab et al., 2000). Au Nord, les mesures agro-environnementales ne suffisent pas non plus. Il faut dans les deux cas passer au développement rural au sens où il a été défini ci-dessus. On va aborder le problème d’abord par l’agriculture dont on va développer la multifonctionnalité (Petit, 2000). Mais la multifonctionnalité qui doit être prise en compte est aussi celle de l’espace et celle des agriculteurs et pas seulement celle de l’agriculture. Il faudra alors compléter cette approche par des mesures nationales et internationales (communautaires) qui donnent au développement rural un contenu et des appuis.

81On assiste donc, à partir de 1982, dans certains pays européens, à l’émergence de véritables politiques de développement rural, c’est-à-dire d’accompagnement des processus observés et décrits précédemment.

82En fait, les mesures ne seront généralisées qu’avec la réforme de la PAC qui débouche en 1989 sur le programme Leader 1. Les choses seront moins nettes au Sud dans la plupart des pays, sauf au Maroc qui le premier élabore un document officiel de politique de développement rural à long terme (ministère de l’Agriculture, 1999). Ce document consacrera une partie importante de ses développements à la relation entre populations rurales et environnement.

83C’est ainsi que pour certains pays et notamment ceux de l’Union européenne, mais aussi le Maroc, au Sud, les politiques de développement rural sont devenues l’outil public principal de protection de l’environnement et donc un nouveau mode de résolution de la contradiction population- ressources. Comment et pourquoi ?

84Au Nord, l’espace est devenu un bien public et sa protection, sa gestion et sa reproduction ne peuvent se faire que dans une perspective de gestion de sa multifonctionnalité. Elle sera assurée par l’agriculture, par les agriculteurs mais aussi par les autres acteurs locaux. L’espace rural passe ainsi progressivement à une gestion qui est promue par les trois types d’acteurs, publics, privés et associatifs qui vont gérer le développement local. C’est tout au moins la teneur, pour les pays de l’UE, des recommandations élaborées dans le cadre de l’Agenda 2000 de l’Union européenne.

85Au Sud, on doit d’abord passer au multisectoriel, pour pouvoir élaborer des revenus autres qu’agricoles et qui consomment donc moins de ressources naturelles (Campagne, 2000). C’est la condition sine qua non de tout le reste. Il faut ensuite passer d’une politique dirigiste à une politique d’incitation parce que seule l’initiative privée individuelle et collective peut créer ces activités (ministère de l’Agriculture du Maroc, 1999). Mais cette initiative privée a besoin d’une politique d’incitation.

86On peut alors faire l’hypothèse que ce nouveau processus de développement rural suppose des changements administratifs (décentralisation, communalisation, bref mettre le « public », l’État à l’échelle du local), institutionnels (que l’État dresse le cadre législatif – les règles du jeu – et organisationnel, les structures, pour faire émerger ou consolider les initiatives locales), territoriaux (nouveaux espaces de développement obtenant un statut officiel), financiers et budgétaires (notion de partenariat), sociaux et identitaires (Abaab et al., 2000 ; Campagne, 2000).

87Ainsi, les politiques publiques concernant la relation populations rurales- environnement vont devoir changer de contenu. Pour les deux premières périodes, il s’agissait de politiques qui finalement tentaient au Nord comme au Sud de freiner la régression et la destruction soit de l’environnement, soit de l’agriculture compte tenu de la dégradation de ses conditions d’exercice. Avec le développement rural, on est dans quelque chose de plus positif, qui s’appuie sur des initiatives individuelles et collectives, et qui donc vise à instaurer des processus de développement.

L’articulation entre les problématiques scientifiques et les politiques de développement rural

88Cette articulation est quelque chose de nouveau comme le sont les politiques et actions de développement rural. On peut en discerner quelques composantes essentielles.

Une convergence difficile ?

89L’articulation entre ces deux éléments a d’abord, elle aussi, une longue histoire que l’on peut résumer par les étapes suivantes.

90Les premières recherches dans ce domaine étaient orientées essentiellement sur le fonctionnement de l’écosystème et sur ses réactions et son comportement face aux transformations opérées dans les pratiques agricoles et d’élevage. Il s’agissait de recherches monodisciplinaires qui ne deviendront pluridisciplinaires qu’à partir des années quatre-vingt-dix (Bourbouze et Rubino, 1992).

91Par la suite, malgré leur caractère pluridisciplinaire, ces recherches débouchent d’abord sur des politiques de protection. Les solutions qui permettraient de développer ces espaces sans remettre en cause leur équilibre écologique, de l’aveu même des chercheurs qui s’y consacrent, ne sont pas prêtes et on ne peut donc pas les vulgariser (Bourbouze et Rubino, 1992). Elles ne le seront que beaucoup plus tard et, par leur contenu, prépareront d’ailleurs les politiques de développement rural.

92Les politiques vont alors adopter des mesures dichotomiques, au Nord comme au Sud.

93D’un côté, on encourage le développement agricole sans trop se préoccuper sérieusement de ses effets sur l’environnement. On est en effet en plein débat sur les décalages existant entre un Nord qui abîme par surexploitation et destruction des ressources mais ne veut pas perdre ses « parts de marché » et un Sud qui abîme en n’intensifiant pas assez mais qui doit absolument produire plus pour nourrir sa population !

94De l’autre, on « met en défens » les zones qui subiraient des évolutions irréversibles si elles étaient mises en valeur par les populations ou par les structures de développement, et on essaie – difficilement – de rendre effectives ces politiques de protection !

95Il faut attendre les années 1995 et la double pression, internationale avec la montée en puissance des problèmes de l’environnement et du développement durable, et nationale avec des tensions chaque année plus graves entre populations et environnement que masquent parfois des sécheresses dramatiques ou des pluviométries exceptionnelles, pour que l’on songe alors à appliquer les « solutions » préconisées par la recherche.

96Mais les problèmes de pression sur l’environnement qu’elles sont censées réduire sont alors traités comme des problèmes généraux parce qu’ils existent dans beaucoup d’espaces ruraux et de sociétés rurales. Ce sont en quelque sorte des problèmes récurrents. On peut, dans un certain nombre de cas, raisonner de la façon suivante : « Dans tel état de l’écosystème, on peut appliquer tel système de culture et telle pratique culturale et disposer ainsi de la solution technique adéquate que l’on aura “validée” sur le plan socio-économique. »

97C’est alors que la recherche et notamment la recherche socio-économique qui se mobilise pour observer les « effets » des solutions préconisées dans le milieu réel va permettre une double prise de conscience.

98Tout d’abord, les difficultés de mise en œuvre des solutions techniques se heurtent à la fois à des problèmes plus socioculturels qu’agro-économiques qui n’en bloquent pas moins le processus (Hadji, 1994). De plus, les solutions proposées ont du mal à résoudre le problème fondamental d’un certain nombre de zones qui est celui de la survie. Ces solutions, en effet, en restant dans la sphère agricole, ne peuvent pas résoudre les problèmes nés du constat de base qui s’est petit à petit généralisé, à savoir, surpeuplement au Sud et sous-peuplement au Nord. Dans les deux cas, on découvre que l’on est plus en présence d’un problème d’emploi de nature essentiellement plurisectoriel que d’un problème agro-démographique !

99Par contre, les chercheurs découvrent de plus en plus d’expériences de survie qui sont chacune spécifiques aux zones dans lesquelles elles se mettent en œuvre. C’était déjà l’hypothèse d’une partie du projet Medef (Réseau Medef, 1992). Ce sera la base du programme Leader de l’Union européenne.

100Les chercheurs se mettent alors à observer les solutions imaginées par les populations concernées et s’aperçoivent qu’elles sont le plus souvent, locales, Intersectorielles, gérées par les acteurs locaux et spécifiques à chacune des zones concernées.

101Les solutions préconisées ne sont donc pas toujours transposables et généralisables parce qu’elles dépendent de facteurs trop complexes et trop dépendants des spécificités locales. Ces solutions sont donc peu « imaginables » par la recherche et peu planifiables ou programmables.

102Peuvent-elles alors faire l’objet de politiques publiques nécessairement générales ?

103Avec le passage au développement rural, on est donc contraint de changer de type de politique. On passe à l’incitatif, à la régulation. L’État fixe les règles du jeu, appuie les initiatives locales positives, donne les moyens aux acteurs locaux de pouvoir réaliser. Il donne aussi le cadre législatif et institutionnel pour que ce développement rural puisse exister. Il imagine et met en place les systèmes de financement appropriés.

Un décalage entre les pratiques des populations, la recherche et les politiques

104Les chercheurs étudient d’abord ce qui se passe, ils se veulent explicatifs et mettent parfois du temps à être « propositionnels ».

105Ainsi, quand les pasteurs sont en train de se sédentariser et de devenir agropasteurs, la recherche est quasi exclusivement orientée sur la dégradation, ses effets, et les modalités de « mise en défens ». Il aurait sans doute alors fallu des recherches montrant comment la dégradation est la conséquence de pratiques de survie pour les populations. La recherche et les populations étaient dans des logiques différentes.

106Quant aux politiques, elles vont suivre l’évolution générale des politiques. Elles auront, elles aussi, leur logique propre. C’est pour cette raison que l’on fera d’abord des plans globaux puis des « grands projets » puis des lois et réglementations de protection. Ce n’est qu’après 1985, avec la « troisième période », que l’on va imaginer des projets plus adaptés et notamment les projets de développement intégré au Sud, qui visent à la fois à lutter contre la pauvreté, à mieux gérer l’environnement et à améliorer les équipements collectifs.

107Il y aura donc aussi un « retard » des politiques publiques sur les pratiques, essentiellement parce que l’on est dans deux types de logiques différentes, si ce n’est contradictoires.

Problématique scientifique et politique publique : une complémentarité nécessaire

108Les décalages entre les recherches, les politiques et les pratiques des populations, d’une part et le changement de type de politique d’autre part, ne condamnent pas pour autant la recherche. Celle-ci va avoir des missions différentes qui sont tout aussi essentielles que les précédentes.

109Les chercheurs peuvent aider les acteurs locaux à faire de vrais diagnostics sur leur propre situation, c’est-à-dire sur les enchaînements causals – causes-effets – des processus dont ils sont l’objet.

110Ils peuvent aussi fournir aux acteurs locaux des référentiels techniques élaborés à partir des processus observés.

111Ils auront aussi à mesurer les effets des stratégies des populations appuyées par les politiques publiques.

112Cela veut dire que l’on met en place un nouveau type de relations entre chercheurs, populations et décideurs publics.

Conclusion

113Originellement, ou plutôt dans la première période, le développement agricole était « rural » mais largement dominé par l’agriculture. On a vu qu’il était aussi commercial, artisanal, et incluait donc les services. Par ailleurs, il ne faut pas l’oublier, la pluriactivité n’est pas l’invention de la troisième période, car elle existait bien avant.

114Quand le développement des zones rurales est devenu sectoriel, c’est-à- dire surtout agricole, le développement et la reproduction des autres secteurs d’activité ont régressé dans les zones rurales parce que toutes les activités non agricoles ont été transférées en ville. Les « grands projets » ont bien tenté de freiner ce mouvement. Mais l’industrialisation de ces activités secondaires et tertiaires est rapidement apparue comme une nécessité. Il fallait répondre en effet à des impératifs de compétitivité et donc d’économies d’échelle, les regrouper et par là les laisser se retirer des zones rurales.

115Maintenant, le développement des zones rurales redevient rural, local, multisectoriel et géré par les acteurs locaux. Peut-on alors parler d’un processus nouveau ? Les chercheurs et les décideurs ont déjà répondu affirmativement à cette question.

116Mais certains pourraient avancer que le rapprochement Nord-Sud qui est fait à propos du développement rural est trop rapide et que cette nouveauté du processus de développement rural est plutôt réservée au Nord. On peut en effet argumenter que les zones rurales qui s’auto-organisent dans le Sud ne sont pas nombreuses et qu’elles sont moins bien organisées que ne l’étaient les zones rurales européennes dans les années quatre-vingt. Ce raisonnement peut aussi être contredit par les faits.

117Si l’on considère en effet le programme Leader, on peut constater que le premier programme (1989-1993) a appuyé 217 zones rurales en Europe. Pour le deuxième programme, on a dépassé les mille zones ! Cela veut dire que le fait qu’il existe une politique d’appui qui fixe des règles du jeu et propose des financements a considérablement accéléré le processus d’auto-organisation des zones rurales en Europe. On ne voit donc pas pourquoi il n’en serait pas de même au Sud.

118Le problème fondamental est donc un problème de politique publique. Mais on sait aussi que ce problème pourrait être en partie résolu par une coopération internationale d’un type nouveau, entre les zones rurales du Nord et du Sud (Campagne, 2000). Ce nouveau type de coopération s’est déjà développé entre les zones Leader au Nord, sous la forme d’une coopération dite « transnationale ». Il est effectivement prévu pour les zones Leader dans le programme Leader +, qui doit débuter en 2002 avec les zones rurales des pays du Sud, selon certaines modalités notamment financières. Il est fortement recommandé par la conférence des ministres de l’Agriculture des pays méditerranéens.

119Au moment où chercheurs et décideurs s’interrogent sur les effets de la mondialisation sur les agricultures familiales et les espaces ruraux (Elloumi, 2002), un tel programme de coopération permettrait sans doute d’apporter une contribution nouvelle aux relations entre le local et le global.

Bibliographie

Références

Abaab A., 1999 – La modernisation agricole et ses effets sur les systèmes de production : le cas de la région de Sidi Bouzid en Tunisie centrale. Thèse de Ph.D., université de Gand, Belgique, 331 p.

Abaab A., Bessaoud O., Bouderbala N., Elloumi M., Jouve A.M., 1997 – « Conclusion et perspectives sur la modernisation des agricultures méditerranéennes ». In : La modernisation des agricultures méditerranéennes, Montpellier, Ciheam-IAM, Options méditerranéennes A, n° 29 : 299-307.

Abaab A., Bedrani S., Bessaoud O., Campagne P, Cena Delgado F., 2000 – « Synthèse ». In : Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée, Paris, Karthala- Ciheam : 535-605.

Abaab A, Bourbouze A., Chiche J., 1995 – « Les politiques agricoles et la dynamique des systèmes pastoraux au Maghreb ». In : Les agricultures maghrébines à l’aube de l’an 2000, Montpellier, Ciheam-IAM, Options méditerranéennes B, n° 14 :139-165.

Abaab A., Elloumi M., 1996 – « L’agriculture tunisienne, de l’ajustement à la mondialisation : résultats et perspectives ». In : Politiques agricoles et stratégies paysannes, Tunis, Alif-IRMC : 114-145.

Abaab A., Elloumi M., Mezghani C., 2000 – « Tunisie ». In : Rafac (2000), Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée, Paris, Karthala-Ciheam : 449-501.

Allaire G., Boyer R., 1995 – La grande transformation de l’agriculture. Paris, Inra-Economica.

Andrienssens G., 1988 – L’avenir du monde rural. Bulletin des Communautés européennes, supplément 4/88, communication au conseil des ministres de la CEE, Bruxelles.

Bedrani S., 1993 – Les politiques maghrébines dans les zones arides et désertiques. Document pour le « Cours spécialisé sur le développement des zones arides et désertiques », Montpellier, Ciheam-IAM.

Bedrani S, Bensouiah R., 2000 – « La relation homme-environnement dans la steppe algérienne : cas de la région de Djebel Amour ». Communication au séminaire international Medenpop Médénine, Tunisie, 25-28 octobre 2000, 11 p.

Benatya D., Zagdouni L., 1984 – « Éléments de réflexion sur la transformations des systèmes de production familiaux ». In : Séminaire « Recherche comparée sur les systèmes de production familiaux », 23-28 janvier 1984, Montpellier, Ciheam-IAM.

Benatya D., Zagdouni L., 1991 – « Quelques remarques méthodologiques. Stratégies de production et aléas climatiques ». In : Choix technologiques, risques et sécurité dans les agricultures méditerranéennes, Actes de l’atelier-séminaire de Tiaret 2-5 octobre 1988, Montpellier, CIHEAM-IAM/CREAD, Options méditerranéennes A, n° 21 :45-47.

Ben Hammouda B., Bedrani S., Dembri M.S., Beachenhva A., Bélala A., 1988 – La dépendance alimentaire. Alger, INESG, 183 p.

Bensouiah R., 1999 – Dynamique socio-économique des espaces pastoraux algériens. Thèse de Master of Science, Montpellier, IAM.

Bessadoud O., 1997 – « Le paradigme de l’agriculture coloniale et la modernisation au Maghreb ». In : La modernisation des agricultures méditerranéennes, Montpellier, Ciheam- IAM, Options méditerranéennes : 129-138.

Bonnieux F., Vermersch D., 1999 – La dimension environnementale dans la réforme de la PAC. Paris, Économie rurale.

Bouaouach A., 1978 – Développement agricole en zone aride. La commune de Ben Ameur (Tunisie). Thèse de Master of Science, Montpellier, Ciheam-IAM.

Boukhobza M., 1982 – L’agropastoralisme traditionnel en Algérie : de l’ordre tribal au désordre colonial. Alger, OPU, 458 p.

Bourbouze A., 2000 – Pastoralisme au Maghreb : la révolution silencieuse. Fourrages, mars 2000.

Bourbouze A., Rubino R., 1992 – « Grandeur, décadence... et renouveau sur les terres utilisées en commun dans les pays de la Méditerranée ». In : Terres collectives en Méditerranée, Rome, FAO, Réseau Parcours.

Bourenane N., Campagne P. (éd.), 1991 – Pluriactivité et revenus extérieurs dans l’agriculture méditerranéenne. Montpellier, Ciheam-IAM, Options méditerranéennes B, n° 5 : 227 p.

Brunet R., Ferras R., Thery H., (sous la direction de) 1993 – Les mots de la géographie : dictionnaire critique. Montpellier, GIP Reclus.

Campagne P., 1997 – « Le Rafac d’hier à demain ». In : Agricultures familiales et politiques agricoles en Méditerranée, Montpellier, Ciheam-IAM, Options méditerranéennes B, n° 12 : 297-323.

Campagne, P., 2000 – « Conclusion ». In : Rafac (2000). Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée, Paris, Karthala- Ciheam : 607-616.

Chayanov A.V., 1985 [1925] – La théorie de l’économie paysanne. Paris, A. Cujas.

Darré J.P., 1991 – « Fonds commun et variantes dans un système local de connaissance technique ». In Dupré G. (éd.) : Savoirs paysans et développement, Paris, Karthala- Orstom : 343-345.

Darré J.P., 1996 – L’invention des pratiques dans l’agriculture. Vulgarisation et production locale de connaissance. Cahiers de l’Apad, 220 p.

Elloumi M., 1991 – « Revenus et travail extérieurs dans la dynamique des exploitations agricoles : région de Zaghouan, Tunisie ». In : Pluriactivité et revenus extérieurs dans l’agriculture méditerranéenne, Montpellier, Ciheam-IAM, Options méditerranéennes B, n° 5 : 127- 145.

Elloumi M. (ed.), 2002 – Mondialisation et sociétés rurales en Méditerranée. Paris, IRMC-Kharthala, 523 p.

Galal E.S.E., Aboul-Ela M.B., Shafie M.M., 1989 – Ruminant production in the dry subtropics : constraints and potentials ; Proceedings of the International Symposium. Cairo, Egypt, 5-7 November 1988, Pudoc, Wageningen.

Hadji A., 1994 – « Portée et limites de l’aménagement pastoral en zone présaharienne ». In : Stratégie de mise en œuvre du développement pastoral. Séminaire du Réseau Parcours, 14-18 septembre 1993, Montpellier, Parcours, Ciheam.

Hubert B, Guérin G., 1987 a – « Politique forestière et évolution de l’élevage : bilan et évolution récente ». In : « La forêt et l’élevage en région méditerranéenne française », Fourrages.

Hubert B., Guérin G., 1987 b – « Problèmes et perspectives pour une approche multi-usages des espaces forestiers ». In : « La forêt et l’élevage en région méditerranéenne française », Fourrages.

Jouve Ph., 1992 – La lutte contre l’aridité au Maghreb et au Sahel par l’adaptation des systèmes de production agricole. Thèse de doctorat, Montpellier, Cirad-CNEARC, 170 p.

Kayser B., 1990 – La Renaissance rurale. Paris, Armand Colin,.

Khaled T., 1999 – Les impacts socio-économiques du programme d’ajustement structurel sur l’agriculture égyptienne. Thèse de Master of Science, Montpellier, Ciheam-IAM.

Lacombe Ph., 1972 – Les transformations structurelles de l’agriculture languedocienne. Thèse de doctorat d’État, Montpellier, Inra.

Mazoyer M., 1981 – « Origines et mécanismes de reproduction des inégalités régionales de développement agricole en Europe ». Congrès de l’Association européenne des économistes agricoles, 31 août- 4 septembre 1981, Belgrade.

Mazoyer M., Roudart L., 1998 – Histoire des agricultures du monde. Paris, Seuil, 534 p.

Meillassoux C., 1972 – Femmes, greniers et capitaux. Paris, Maspéro.

Mendras H., 1984 – La fin des paysans, suivi d’une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après. Arles, Actes Sud, 370 p.

Oukelmoun M., 1997 – Le rôle de la pluriactivité dans la formation des revenus des exploitations agricoles du Haut-Atlas Central : cas du tourisme de montagne dans la vallée d’Aït Bouguemmez. Thèse de Master of Science, Montpellier, Ciheam-IAM.

Oziol S., 2000 – Institutions et sociétés locales face aux enjeux de développement et d’aménagement de l’espace : la commune marocaine de Tamchachat. Mémoire de Mastère spécialisé de la conférence des grandes écoles, Montpellier, Ciheam-IAM, 242 p.

Padilla M., 1985 – « Évolution comparée des consommations alimentaires dans les pays du Maghreb ». In : Séminaire international sur les modèles de consommation et les politiques alimentaires dans les pays du Maghreb, Montpellier, Ciheam-IAM : 336-354.

Petit M., 2000 – La multifonctionalité des agriculteurs. Montpellier, Ciheam-IAM.

Rafac, 2000 – Agricultures familiales et développement rural en Méditerranée. Paris, Karthala- Ciheam, 693 p.

Réseau Medef, 1992 – Les facteurs de résistance à la marginalisation dans les zones de montagne défavorisées méditerranéennes communautaires. Paris, Inra.

Royaume du Maroc (ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes), 1999 – Stratégie 2020 de développement rural, tome I et II. Conseil général du développement agricole, Rabat,

Sahli Z., 1980 – Développement rural et processus de marginalisation : le cas des zones de piémont et de montagne de la vallée du Cheliff. Thèse de Master of Science, Montpellier, Ciheam-IAM.

Servolin C., 1989 – L’agriculture moderne. Paris, Le Seuil, « Coll. Points ».

Sghaier M., 1997 – « Modernisation agricole et impératifs de durabilité méditerranéenne ». In : La modernisation des agricultures méditerranéennes. Actes du séminaire de Montpellier, septembre 1995, Montpellier, Options méditerranéennes : 243-247.

Stambouli S., 1999 – Contribution à l’enrichissement d’une méthodologie d’évaluation pour les parcs naturels régionaux. Mémoire de Mastère spécialisé de la conférence des grandes écoles, Montpellier, Ciheam-IAM.

Notes

1 Espagne, France, Grèce, Italie, Turquie et Albanie pour le « Nord », Algérie, Égypte, Liban, Maroc et Tunisie pour le « Sud ».

2 Les résultats de cette étude, si modestes soient-ils, traduisent la réflexion de vingt-cinq chercheurs sur le développement rural en Méditerranée, réflexion qui est étayée dans chaque cas sur des analyses de terrain. Le contenu de nos réflexions s’appuie en partie sur eux ou sur les sources qui ont permis de les obtenir.

3 C’est notamment le cas au Maroc qui adopte ce terme pour exposer son programme à long terme (2020) de développement rural (Royaume du maroc, 1999).

4 Pour être plus précis, il faudrait plutôt parler des zones qui sont situées hors des périmètres irrigués publics ou privés. Il y a souvent en effet dans les pays du Sud coexistence entre une agriculture pluviale et une pratique partielle de l’irrigation avec des puits et des forages (Abaab, 1999).

5 Cf. déclaration finale du séminaire international sur le développement rural, Rabat, avril 2000, Ciheam.

6 Cf. déclarations finales des deux dernières conférences des ministres de l’Agriculture des pays méditerranéens,

Rabat, mai 2000, et Athènes, juin 2001.

7 Les ministres de l’Agriculture ont par ailleurs décidé de mettre en place une coopération originale entre les zones rurales du nord et du sud de la Méditerranée sur des opérations de développement rural. Cette dernière démarche apporte ainsi une justification supplémentaire à une approche Nord-Sud des problématiques de développement rural.

8 Cf. déclaration finale du séminaire de Rabat, op.cit.

9 Le partage habituel « Nord-Sud » réclamant pour certains d’être remplacé par un découpage prenant davantage en compte les spécificités régionales, pays de l’Union européenne, du Maghreb, de l’Europe non communautaire, du Moyen-Orient et de l’Europe centrale et orientale.

10 Au sens de C. Meillassoux, cf. Femmes, Greniers et Capitaux, Maspéro, 1972.

11 On fait ici référence à la loi d’orientation agricole de 1960 en France mais aussi à toutes les mesures publiques qui vont accompagner dans les autres pays de l’Europe des six la signature du traité de Rome.

Auteur

Agro-économiste, Ciheam-IAM, Montpellier, France.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site