Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Espaces agraires et sociétés rurales en mouvement : des réflexivités interrompues ?

Dynamique et gestion paysanne des parcs agroforestiers dans le bassin arachidier (Sénégal)

Astou Sène

Texte intégral

Introduction

1L’accroissement de la population et la densification de l’occupation de l’espace rural se sont traduits entre autres par une remise en cause progressive des disponibilités foncières et une modification des modes d’utilisation et de gestion des ressources naturelles dans le bassin arachidier sénégalais (Isra/CNBA, 1996). Avec l’échec des modèles productivistes basés sur l’utilisation des intrants commerciaux, de nombreuses études ont mis en évidence les rôles multiples et fondamentaux que les parcs agroforestiers peuvent jouer dans l’alimentation humaine et animale, d’une part, et le maintien et la restauration de la fertilité des sols, d’autre part (MDRH, 1993). C’est dans ce cadre que des recherches ont été menées dans deux parcs du bassin arachidier sénégalais. Elles avaient pour objectif de mieux cerner l’importance réelle des parcs agroforestiers pour les populations rurales, d’identifier leurs potentialités et leurs contraintes afin de dégager des axes prioritaires pour leur réhabilitation.

  • 1 lcraf : International Center for Research in Agroforestry.

2Le parc agroforestier est défini par l’Icraf1 comme « un système d’utilisation des terres dans lequel les végétaux ligneux pérennes sont délibérément conservés en association avec les cultures et/ou l’élevage dans un arrangement spatial dispersé et où existent à la fois des interactions écologiques et économiques entre les ligneux et les autres composantes du système ».

3Cet article, axé sur la dynamique et les stratégies de gestion des parcs à Cordyla pinnata et Acacia albida, donne des éléments de réponses aux questions suivantes :

  • quelles sont les motivations qui expliquent ou justifient le maintien ou non de certains arbres dans les parcelles de culture ?
  • quelle est l’appréciation paysanne sur la dynamique évolutive des principales espèces ligneuses de ces parcs ?
  • quelles sont les espèces ligneuses préférées par les populations rurales et les critères sous-jacents ?
  • quelles sont les potentialités et les contraintes à la valorisation des espèces prédominantes des parcs ?

Matériel et méthode

4Les données proviennent essentiellement des enquêtes effectuées au centre-nord et centre-sud du bassin arachidier sénégalais dans une vingtaine de villages choisis de manière raisonnée selon des critères comme l’état du parc et son accessibilité. Quant au choix des exploitants, il s’est fait de manière aléatoire et, dans chaque village retenu, les enquêtes ont été menées sur un tiers des exploitations, soit un échantillon total de 230 exploitations agricoles. Dans la mesure où l’utilisation faite d’une espèce peut différer d’un individu à un autre, les enquêtes ont concerné, dans chaque ménage, trois catégories d’exploitants agricoles, à savoir une personne âgée, une femme et un homme adulte. L’analyse des données a été faite sur ordinateur à l’aide du logiciel SPSS/PC+ et les principaux outils utilisés ont été les statistiques descriptives et la méthode des attributs multiples. Cette dernière permet de procéder à des classifications dans la détermination de choix ou de préférences. La technique de pointage utilisée est faite à partir d’une échelle numérique en ordre décroissant. Les pointages totaux sont calculés en faisant, la sommation des produits, c’est-à-dire les valeurs d’échelle multipliées par les fréquences de choix. Un pointage plus élevé indique par exemple une préférence plus grande.

Composition et dynamique des parcs agroforestiers

5Le choix des espèces maintenues dans les parcelles de culture fait intervenir des considérations d’ordre autant socioculturel qu’économique (Sène, 1994). Les parcelles cultivées portent des peuplements arborés dont la composition et la densité diffèrent selon le type de champs. Si certaines espèces sont communes aux champs de case et de brousse, d’autres par contre sont spécifiques soit aux parcelles de case, soit à celles de brousse.

6Dans le parc à Acacia albida, le couvert végétal est constitué par une flore sahélo-soudanienne avec quelques reliques d’espèces soudano-guinéennes (Sall, 1995). Les principales essences recensées et associées à l’espèce dominante (Acacia albida) sont au nombre de trente-deux et l’analyse des résultats permet de distinguer trois groupes (Sène, 1999). Le premier regroupe environ 4 % des espèces recensées, lesquelles sont jugées abondantes par les populations locales. Il s’agit de Acacia albida, Adansonia digitata, Azadirachta indica, Bauhinia rufescens, Celtis integrifolia et Guiera senegalensis. Le deuxième groupe est constitué des arbres dont la disponibilité est considérée comme moins importante, il s’agit principalement de vieux sujets et nous y retrouvons : Piliostigma reticulatum, Tamarindus indica et Acacia nilotica. Les espèces du troisième groupe (60 %) ont une population très faible, voire négligeable, ce sont : Diospyros mespiliformis, Sclerocarya birrea, Acacia sieberiana, Anogeisus leiocarpus, Morus mesozygia, Mitragyna inermis et Ficus platyphilia. Globalement, le couvert arboré dans certaines parties du parc à Acacia commence à être remplacé par des arbustes à l’image de Guiera senegalensis. Constatation a été faite aussi d’une intégration progressive d’espèces exotiques telles que Azadirachta indica et Prosopis juliflora.

7Dans le parc à Cordyla, trente espèces ont été répertoriées dans l’ensemble des parcelles de culture (tabl. XIX). Il a été dénombré dix-huit et vingt-cinq espèces respectivement dans les parcelles de case et celles localisées en brousse. Les espèces qui sont communes aux deux types de champs sont au nombre de treize. Comparé au premier parc, il a été noté une plus grande diversité des espèces ligneuses dans les champs de brousse.

8Au total, le nombre d’espèces identifiées dans les champs varie de 1 à 12 au niveau des exploitations enquêtées. L’effectif quant à lui varie de 2 à 88 individus dans l’ensemble des champs avec des densités de 4 et 6 arbres par hectare, respectivement dans les champs de case et de brousse (Sène, 1995).

9Le peuplement est qualifié de moyen en terme d’individus pour 21 % des espèces, marginal pour 38 %, alors que 13 espèces qui ne sont représentées que par quelques individus sont considérées comme en voie d’extinction. Les espèces qui se manifestent par une relative abondance sont respectivement Cordyla pinnata et Azadirachta indica dans le parc à Cordyla, Acacia albida, Balanites aegyptiaca et Acacia tortillis (tabl. XX).

10Pour ce qui est des perspectives d’avenir, il ressort des réponses des paysans que seul le tiers des espèces présentes dans ce parc connaîtront une évolution croissante les prochaines années. Parmi ces espèces, nous constatons que quatre sont des espèces introduites, dont les techniques de plantation sont maîtrisées par les paysans. Les personnes interrogées jugent qu’environ 50 % des espèces du parc à Cordyla ne résisteront probablement pas aux conditions écologiques et à la pression anthropique et verront leur peuplement diminuer. Cependant pour 12 % d’entre elles, cette tendance peut être inversée par des mesures de protection (Balanites aegyptiaca, Acacia macrostachya et Zizyphus mauritania) ou le rétablissement d’une bonne pluviométrie (Diospyros mespiliformis, Crossopteryx febrifuga et Sclerocarya birrea). Quant au reste, les paysans considèrent qu’elles ne connaîtront pas un changement quantitatif au plan de l’effectif du fait de leur résistance à la sécheresse, leur forte capacité de régénération et leur longévité. Il s’agit de Ficus vogeli, Adansonia digitata, Commiphora africana et Cassia sieberiana.

Tabl. XIX — Répartition des espèces ligneuses dans le parc à Cordyla pinnata.

Tabl. XIX — Répartition des espèces ligneuses dans le parc à Cordyla pinnata.

Tabl. XX — Évolution de la composante ligneuse dans le parc à Acacia albida.

Tabl. XX — Évolution de la composante ligneuse dans le parc à Acacia albida.

11Dans l’ensemble, 57 % des personnes interrogées ont déploré la disparition d’espèces ligneuses dans leurs champs. Les essences disparues les plus fréquemment citées sont Cordyla pinnata, Anogeissus leiocarpus, Sclerocarya birrea, Detarium microcarpum, Adenium obesum, Ostryosderiis stuhlman, Hymenocardia acida et Sterculia setigera. Parmi ces espèces, certaines ont totalement disparu du centre-sud du bassin arachidier. Mis à part la sécheresse, les paysans ont mentionné l’abattage clandestin, l’absence de jachère, la vieillesse, le feu et le dessouchage comme étant des causes de disparition de certaines espèces.

Tabl. XXI — Comportement des espèces du parc à Cordyla.

Tabl. XXI — Comportement des espèces du parc à Cordyla.

Tendance : 1 = croissante, 2 = decroissante, 3 = stable.
Disponibilite : T. marg = tres marginale, Abond = abondante, Marg = marginale, Moy = moyenne.
Raison evolution : Sech = secheresse, cp = coupe, divag = divagation.

12Dans la plupart des cas, c’est la quantité d’arbres qui n’est pas suffisante pour fournir un apport significatif à la nourriture et aux besoins des populations. La faible disponibilité de certaines espèces perçue par les paysans peut être appréhendée comme un critère de rareté et donc d’intérêt pour ces dernières (tabl. XXI). On note une certaine prise de conscience de l’appauvrissement des ressources. La reproduction et la pérennité de ces ressources sont menacées et les arbres, ayant poussé naturellement, ne font l’objet d’aucune protection.

Gestion sociale des parcs et préservation du couvert ligneux

13Les arbres et arbustes des parcs sont gérés en fonction d’objectifs qui peuvent être contradictoires, ce qui conduit souvent à des choix qui tiennent compte des cultures avec lesquelles ils sont associés. Même si les techniques utilisées par les paysans en matière de gestion et de conservation des arbres restent assez sommaires, force est de constater que les actions menées visent à éviter toute concurrence entre les arbres et les cultures. Les espèces maintenues sont gérées par les paysans en vue d’une exploitation rationnelle permettant de disposer du fourrage, du bois pour divers services. Cette gestion s’effectue en général au début de la saison culturale, elle consiste à élaguer les branches basses pour éviter un ombrage direct sur les cultures avoisinantes. Les arbres à grosse couronne sont élagués pour réduire leur effet négatif sur les cultures et l’approche de l’hivernage est la période propice pour cette gestion. Pour ne pas compromettre la production des essences fruitières, les paysans élaguent les branches secondaires. Cependant, la majorité des enquêtés ne procède à aucune taille.

14Seul le quart de l’échantillon enquêté dans les deux parcs s’approprie les arbres de leurs champs. Parmi ceux-ci, 33 % affirment que leur droit de propriété n’est respecté qu’en hivernage. Ceux qui considèrent que les arbres ne leur appartiennent pas avancent les raisons suivantes :

  • l’existence de la loi sur le Domaine national ;
  • ils n’ont pas planté ces arbres ;
  • ils n’ont aucune autorité sur les arbres ;
  • les liens de parenté.

15S’agissant de l’emplacement et de la densité des peuplements, les paysans estiment que la distance minimale entre les arbres dans les parcelles de culture doit se situer dans un intervalle de 10 à 50 m. La densité jugée normale est comprise entre 5 et 12 pieds à l’hectare. 22 % estiment que les plantes ligneuses doivent être maintenues sur la limite des champs. 72 % pensent qu’elles doivent être dispersées dans les champs, alors que 6 % ne jugent pas nécessaire leur présence dans les champs.

Les espèces considérées comme les plus importantes

16Plusieurs raisons expliquent le maintien des arbres dans les parcelles de cultures et les rares zones de parcours. Environ 20 % des espèces recensées servent à l’alimentation humaine et près de 65 % sont exploitées pour d’autres usages : fertilisation, alimentation du bétail, pharmacopée traditionnelle, bois de service et de chauffe. Cependant, il ressort des réponses des paysans que les raisons alimentaires (apport en nourriture, fourrage) et écologiques priment sur les autres. Les espèces qui sont maintenues pour leur rôle économique sont surtout les fruitiers (Adansonia digitata, Zizyphus mauritiana, Balanites aegyptiaca, Cordyla pinnata, Sclerocarya birrea, Parkia biglobosa et Tamarindus indica). Acacia albida, Celtis integrifolia et Guiera senegalensis sont entre autres les espèces conservées dans les parcelles de culture par les paysans du Centre-Nord pour leur fonction fertilisante.

17Dans le parc à Cordyla, les populations rurales reconnaissent aux feuilles de Tamarindus indica, Cordyla pinnata, Anogeissus leiocarpus, Acacia seyal, Terminalia macroptera, Commiphora africana, Ficus iteophylla et Ficus thonningui un rôle fertilisant (tabl. XXII) et les espèces dont la présence protège les terres de culture contre l’érosion éolienne et hydrique sont les suivantes : Guiera senegalensis, Anogeisus leiocarpus et Piliostigma reticulatum.

Tabl. XXII — Aspects utilitaires des ligneux du parc à Cordyla pinnata.

Tabl. XXII — Aspects utilitaires des ligneux du parc à Cordyla pinnata.

AH = alimentation humaine, PH = pharmacopee, AB = aliment betail, Fert = fertilisation, fr = fruit, fe = feuille, po = pousse, fl = fleur, en = energie, sr = service, ec = ecorce, ra = racine, fi = fibre.

Les critères d’appréciation des espèces du parc

18Avec la méthode des attributs multiples, les calculs de fréquence montrent que les paysans citent, par ordre de préférence, les espèces qui contribuent à l’alimentation humaine, celles qui fournissent du bois de chauffe et de service, les espèces fertilisantes et finalement celles qui contribuent à l’alimentation du bétail. Presque tous les arbres cités sont à usages multiples, mais les paysans ont exclusivement mentionné des utilisations fonctionnelles. Dans le premier parc, Cordyla pinnata obtient le plus grand score ; suivent Acacia albida, Tamarindus indica, Combretum glu- tinosum, Pterocarpus erinaceus, Entada africana, Guiera senegalensis, Anogeisus leiocarpus, Acacia macrostachya et Piliostigma reticulatum (tabl. XXIII).

Pasteur peul et son troupeau en saison sèche.
Le Ferlo, forage de Tatki (Sénégal).

Tabl. — XXIII classification des espèces préférées dans les parcelles de culture.

Tabl. — XXIII classification des espèces préférées dans les parcelles de culture.

Tabl. XXIV — Liste des principales espèces non souhaitées dans les parcelles de culture et les motifs avancés.

Tabl. XXIV — Liste des principales espèces non souhaitées dans les parcelles de culture et les motifs avancés.

19Les nombreux avantages écologiques et socio-économiques que procurent les arbres n’ont pas pour autant occulté certains inconvénients que les paysans ont eu à souligner. Ainsi, les principales espèces non souhaitées dans les champs sont par ordre décroissant : Ficus vogeli, Ficus platyphylla, Azadirachta indica, Calotropis procera, Prosopis africana, Gardenia ternifolia, Ficus thonningui, Balanites aegyptiaca et Commiphora africana. Parmi les inconvénients recensés, quatre sont le plus fréquemment cités (tabl. XXIV).

  • L’ombrage : les arbres à grand houppier et les arbustes à branchage bas et étalé ont tendance à réduire les rendements du fait de leur action compétitive vis-à-vis de la lumière et de l’espace qu’ils occupent.
  • Le parasitisme : certaines essences servent d’abris à des animaux nuisibles aux cultures tels que singes, écureuils, oiseaux granivores ou insectes.
  • L’entrave à la traction : la présence d’arbres à racine traçante ou d’espèces à nombreux rejets partant de la souche constitue une gêne lors des travaux champêtres.
  • La sécrétion de substances toxiques nocives aux cultures.

Régénération

20Le principal mode de propagation des espèces reste la régénération naturelle. Il a été noté par les paysans une grande capacité de régénération pour certaines espèces identifiées (tabl. XXV). Parmi celles qui se régénèrent spontanément, certaines sont préservées et leur croissance est favorisée. Ainsi, cette mise en valeur de la régénération se fait presque exclusivement par la protection des rejets naturels.

21Les principales entraves à la régénération mentionnées par les paysans concernent la pression exercée par les hommes et les animaux, la mécanisation, la contrainte pluviométrique, la cueillette prématurée des fruits et la vieillesse des sujets. La bonne germination des graines est souvent entravée par le manque de pluies qui limite aussi la croissance des rejets.

22L’échec de l’enrichissement par semis, plantation ou repiquage, tenté par les structures de développement, est aussi expliqué par le manque d’eau et la divagation des animaux en saison sèche. Les rares espèces plantées sont : Azadirachta indica, Anacardium occidentale, Mangifera indica et Prosopis sp. Le manque d’expérience en termes de production de plants et les problèmes d’entretien constituent les principaux facteurs explicatifs de l’absence de plantation d’espèces locales.

Tabl. XXV — Comportement de la régénération dans le parc à Acacia albida.

Tabl. XXV — Comportement de la régénération dans le parc à Acacia albida.

Culture de mil sous parc à Cordyla pinnata.
Parc arboré classique, en début de saison des pluies. Les fruits sont des produits de cueillette à la période de soudure alimentaire (juin-juillet). Terres neuves (Sénégal oriental).

Techniques de régénération et de préservation du couvert ligneux

23Elles consistent principalement en des actions de protection des rejets, il s’agit en premier lieu d’éviter, lors de la mise en culture (préparation des champs et sarclages), de brûler ou couper à ras les pousses épargnées par les animaux. Cette pratique traditionnelle est reconnue par les populations même si elle n’est pas adoptée par tous. Les autres initiatives sont surtout menées au nord bassin arachidier dans le parc à Acacia albida, elles se font sous l’égide des structures d’intervention et consistent souvent à tuteurer et à mettre en place des grilles de protection. Les avantages associés à ces pratiques sont l’accroissement des espèces ciblées et un meilleur développement des rejets.

24En saison sèche, la divagation des animaux empêche une régénération naturelle satisfaisante. Cependant, la protection des arbres adultes et la plantation sont les pratiques de préservation et de maintien mises en œuvre par les populations. 82 % des répondants ont planté des arbres au cours des dix dernières années. Les essences concernées sont : Mangifera indica, Moringa oleifera, Eucalyptus sp., Azadirachta indica, Papaya carica et Ficus thonningui (tabl. XXVI). L’infestation par les termites et la divagation des animaux en saison sèche constituent les principales contraintes pour les planteurs. Le reste de la population adopte une attitude passive et l’explique par l’indisponibilité de plants et le manque de connaissances forestières. En plus des espèces arborées citées, les populations souhaiteraient disposer de plants d’Acacia albida, Cordyla pinnata, Citrus sp., goyavier et banane.

Tabl. XXVI — Répartition des espèces plantées dans le parc à Cordyla pinnata.

Tabl. XXVI — Répartition des espèces plantées dans le parc à Cordyla pinnata.

Conclusion

25L’agriculture dans les parcs agroforestiers se trouve confrontée à une contrainte foncière très pesante qui a entraîné la disparition de la jachère dans le système de rotation. On est en présence de parcs vieillissants caractérisés par une plus grande diversité d’arbres mais avec des densités plus faibles. Leur production est souvent insuffisante pour fournir un apport significatif à la nourriture et aux autres besoins des populations. Même si les populations sont conscientes de l’appauvrissement et de la dégradation des ressources, on constate que la diminution, voire la raréfaction des ressources forestières n’a pas pour autant entraîné un changement notable des comportements paysans en vue d’un renouvellement des deux parcs étudiés.

26De plus en plus, les produits forestiers non ligneux, même avec leur faible disponibilité, contribuent à la subsistance des populations et génèrent parfois plus de revenus nets que l’agriculture et l’élevage. Les fruits de dimb (Cordyla pinnata) et les gousses de kaad (Acacia albida) commencent à être valorisés hors de l’économie familiale rurale et, depuis quelques années, il a été noté une croissance très rapide de la demande urbaine en produits forestiers. Cette augmentation, qui reflète un certain changement dans les habitudes alimentaires, a beaucoup contribué à la régression de nombreuses espèces ligneuses des parcs agroforestiers qui sont souvent surexploitées. D’autres facteurs tels que la sécheresse, les coupes abusives d’arbres et la mécanisation ont aussi fortement contribué à l’accélération de la dégradation des parcs. On peut aussi retenir que la coexistence arbres-cultures comporte encore une certaine dimension conflictuelle bien que l’effet bénéfique de quelques espèces sur le sol soit reconnu. Même avec ce constat, la réduction de la superficie disponible, la prolifération des oiseaux et autres déprédateurs, l’ombrage qui peut nuire aux cultures constituent pour les paysans d’autres facteurs qui ne militent pas en faveur d’un accroissement de la densité du couvert végétal ou d’une meilleure préservation du disponible ; le grand nombre d’espèces disparues ou en voie d’extinction en est un indicateur.

27Le code forestier a été remanié en vue d’impliquer davantage les populations rurales dans la protection, la conservation et la restauration du patrimoine forestier, mais il n’en demeure pas moins que la loi sur le Domaine national définit un cadre qui ne facilite pas les solutions préconisées face à l’inquiétante dégradation des ressources forestières. En effet, les populations rurales lient souvent l’appropriation des arbres à celles des terres, ce qui fait que certaines dispositions comme l’appropriation privée des arbres plantés risquent de ne pas avoir tout l’impact attendu.

28Il découle des résultats de cette étude que la recherche se trouve interpellée sur plusieurs fronts. Il s’agit entre autres de trouver des arguments scientifiques éprouvés pour confirmer certains jugements positifs ou infirmer des appréhensions concernant des types d’interactions entre les arbres et les cultures. Ces connaissances techniques constitueront un outil indispensable de dialogue avec les paysans. Ces derniers, à défaut d’arguments convaincants, raisonnent sur la base de préjugés ou d’expériences empiriques dont tous les paramètres qui peuvent entrer en jeu ne sont pas toujours maîtrisés.

Bibliographie

Références

Isra/CNBA, 1996 – Plan stratégique nord bassin arachidier. Document interne, Isra/CNRA, Sénégal.

MDRH, 1993 – Plan d’action forestier, vol. n° 2. Dakar, Sénégal.

Sall P.N., 1995- Les parcs agroforestiers au Sénégal. Centre international de la recherche en agroforesterie, Nairobi, Kenya.

Sène A., 1994 – Étude socio-économique des systèmes à parc dans le bassin arachidier : cas de Sterculia setigera et Cordyla pinnata. Mémoire de confirmation à I’Isra.

Sène A., 1995 – Quelques éléments d’analyse du parc à Cordyla pinnata à Darou Keur Balla. Document interne Isra/DRPF, secteur Centre-Sud, Kaolack.

Sène A., 1999 – Caractérisation socio-économique et étude de la régénération du parc à Acacia albida dans le nord bassin arachidier. Isra/Icraf.

Seyler J.R., 1990 – Enquêtes sur les facteurs biophysiques internes et externes et les facteurs socio-économiques liés à la diminution, l’entretien ou l’extension du système à Acacia albida dans le nord du bassin arachidier. Rapport intérimaire, DRPF/Isra.

Notes

1 lcraf : International Center for Research in Agroforestry.

Table des illustrations

Titre Tabl. XIX — Répartition des espèces ligneuses dans le parc à Cordyla pinnata.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Tabl. XX — Évolution de la composante ligneuse dans le parc à Acacia albida.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Tabl. XXI — Comportement des espèces du parc à Cordyla.
Légende Tendance : 1 = croissante, 2 = decroissante, 3 = stable.Disponibilite : T. marg = tres marginale, Abond = abondante, Marg = marginale, Moy = moyenne.Raison evolution : Sech = secheresse, cp = coupe, divag = divagation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Tabl. XXII — Aspects utilitaires des ligneux du parc à Cordyla pinnata.
Légende AH = alimentation humaine, PH = pharmacopee, AB = aliment betail, Fert = fertilisation, fr = fruit, fe = feuille, po = pousse, fl = fleur, en = energie, sr = service, ec = ecorce, ra = racine, fi = fibre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Pasteur peul et son troupeau en saison sèche.Le Ferlo, forage de Tatki (Sénégal).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Tabl. — XXIII classification des espèces préférées dans les parcelles de culture.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tabl. XXIV — Liste des principales espèces non souhaitées dans les parcelles de culture et les motifs avancés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tabl. XXV — Comportement de la régénération dans le parc à Acacia albida.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Culture de mil sous parc à Cordyla pinnata.Parc arboré classique, en début de saison des pluies. Les fruits sont des produits de cueillette à la période de soudure alimentaire (juin-juillet). Terres neuves (Sénégal oriental).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Tabl. XXVI — Répartition des espèces plantées dans le parc à Cordyla pinnata.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1125/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

phyto-écologue

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.