Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Introduction

Michel Picouët

Texte intégral

  • 1 Lubchenko et al., 1991 – The Sustainable Biosphere Initiative ; an Ecological Research Agenda. Eco (...)

1De par ses activités grandissantes, son occupation de l’espace, ses formes d’utilisation des ressources et ses modes de vie, l’homme a pris une part déterminante dans l’évolution et la gestion de la biosphère. C’est ainsi que le thème des évolutions croisées entre les populations humaines et les milieux dans lesquels elles vivent constitue de nos jours un des enjeux scientifiques majeurs. Mais le champ est vaste et complexe ; les objets et les phénomènes qui en relèvent ne sont généralement corrélés qu’à partir d’approches intuitives dont sont souvent déduites des formules explicatives généralisantes. Ces considérations soulèvent deux préoccupations : tout d’abord, l’exigence d’une meilleure conceptualisation permettant de mieux cerner les champs d’interactions entre populations humaines et environnement, ensuite l’utilité d’approches partielles, d’une subdivision de la complexité des interrelations homme-nature. Cela suppose une conscience des enjeux qui dépend de nos connaissances objectives concernant l’état de l’environnement replacé à des échelles perceptibles et signifiantes par rapport aux actions humaines. De ce fait, les notions d’échelles et d’emboîtement d’échelles apparaissent fondamentales à sérier car, comme le soulignent justement Lubchenko et al.1 : « Les causes anthropiques de changements planétaires dans l’hydrosphère, l’atmosphère et le climat impliquent des processus qui s’inscrivent à des échelles régionales (détournement d’eau, consommation de combustibles fossiles, déforestation, libération de clhorofluorocarbone et autres polluants). Cependant, les conséquences écologiques de ces changements globaux sont d’abord ressentis aux niveaux des individus, puis des populations et des communautés ».

2Le monde rural est parmi les premiers acteurs de ces processus. Il est à la fois un utilisateur direct des ressources naturelles (eau, sols, végétation), un agent prépondérant de leur évolution et de celles des facteurs biotiques et abiotiques qui les supportent et les génèrent et aussi un récepteur frontal de leurs dégradations. Par ailleurs, il est l’incontournable source de notre alimentation tant en quantité qu’en qualité. La première révolution verte des années cinquante, dominée par l’augmentation des rendements et la diminution du risque agricole était le pendant de la forte croissance démographique et de la recherche d’autosuffisance alimentaire qui caractérisent encore aujourd’hui la plupart des agricultures des pays du Sud.

3Cet accroissement de la productivité agricole, devenu une préoccupation prioritaire, prend peu ou mal en compte les limites de l’écosystème au delà desquelles il va se dégrader et donc diminuer l’offre de ressources naturelles pour les populations concernées. Celles-ci devront alors ajuster leur demande selon divers moyens : modifications des modes de vies et de consommation, des techniques agricoles ou recours à l’émigration et à la pluriactivité, à l’abandon des terres, etc. Ces mutations rurales sont en prise directe avec la dynamique de l’environnement sous la forme de coévolutions interactives complexes. En effet, les regards croisés portés sur ces phénomènes mettent en évidence l’irréductible diversité des situations locales et régionales, mais aussi celle des thématiques et des méthodes du vaste champ de recherches qu’elles constituent.

4C’est là l’esprit de cet ouvrage, qui s’il réfute dans sa forme brute l’influence systématiquement négative de la population sur l’environnement, se trouve de ce fait engagé dans une réflexion ouverte et par là même non aboutie sur les perceptions, les régulations, les adaptations, les contraintes et les risques des comportements humains face aux dégradations et aux pénuries. Ces options épistémologiques amènent d’une part, à la définition d’un espace conceptuel d’analyse qui favorise les zones d’interface entre les approches sociales et « naturalistes » et d’autre part, à une analyse réaliste du développement et en particulier du développement rural, de ces méthodes et de ces résultats. Ce sont là des défis majeurs pour les chercheurs tenus d’apporter des éléments concrets d’aide à la décision pour la gestion des ressources naturelles et pour des nouvelles formes de développement humain dans des contextes en dynamique toujours accrue.

  • 2 Se référer à la liste des auteurs.

5Dans cet ouvrage, scientifiques provenant des sciences de la nature et des sciences sociales2 se rencontrent dans une exigence partagée de connaissances sur des phénomènes analysés conjointement. Ce fonds commun d’analyses est assez rare pour être souligné, tant il est vrai que seule une approche transversale peut attaquer de front le problème de l’éventuelle inadaptation de l’humanité actuelle aux ressources de son environnement.

6Chaque partie est ainsi introduite par un texte de cadrage permettant de replacer dans des perspectives conceptuelles et dans des problématiques plus larges les contributions qui se réfèrent à une thématique environnementale particulière ou à une analyse approfondie d’une situation locale.

7Dans la première partie, l’exposé sur le « renouvellement des théories population-environnement » (Picouet et al.), en introduisant les notions d’incertitude et d’imprédictibilité, éclaire le lecteur sur les difficultés à formaliser cette relation et à utiliser des outils adaptés. Il propose également une grille de lecture réaliste des possibilités d’expérimentation qu’offre l’analyse concrète des nœuds d’interactions population-environnement à partir de cadres d’analyse systémiques et holistiques. En ce sens, les études réalisées en Tunisie, au Chili, en Afrique, en focalisant l’attention sur les modes d’observation et les outils de restitution, vont plus loin qu’une simple description de protocole de recherche ; elles introduisent une réflexion sur la complexité, sur les moyens de l’aborder à l’aide d’indicateurs et d’analyses spatialisées.

8La deuxième partie est introduite par un texte de cadrage (Genin et Elloumi) qui aborde la complexité et la diversité des systèmes d’interactions entre référents socio-culturels, techniques et politiques, contraintes naturelles, perceptions de l’environnement, statuts sociaux et situations économiques des sociétés rurales au niveau local. Le cadre conceptuel part du principe que les ressources ne se conçoivent que par rapport à leur perception par l’homme comme source de richesse et d’usages ; elles sont le plus souvent localisées dans l’espace et dans le temps et présentent des dynamiques plus ou moins marquées selon leur nature et les usages auxquels elles sont soumises. Ces considérations amènent leurs auteurs à proposer une ossature méthodologique d’étude des relations sociétés rurales-environnement basée sur le triptyque « ressources, pratiques, stratégies familiales » qui a l’avantage d’intégrer les natures multidimensionnelles et dynamiques des concepts impliqués, ainsi que des niveaux d’échelles variés.

9La contribution de cadrage de la troisième partie (Abaab et Guillaume) tend à souligner, à partir de quelques processus clés (mondialisation/localisation, transformation des pouvoirs étatiques et des modes d’exercice de l’action publique, montée en puissance du niveau local ou méso-économique), comment les phénomènes relatifs aux relations entre les modes d’exploitation des ressources, les dynamiques environnementales et les stratégies des populations rurales s’inscrivent aujourd’hui dans des champs d’interaction élargis, qui deviennent prédominants. Les populations et les espaces locaux sont en effet intégrés dans des ensembles socio-économiques et géopolitiques interconnectés, obligeant à des analyses entrecroisées et multiscalaires des activités humaines et des processus de décision, de leurs déterminants et de leurs conséquences. Ces nouvelles configurations impliquent désormais un spectre élargi de niveaux d’interventions et d’acteurs : communautés rurales, lobbies et corporations, décideurs nationaux, relais étatiques et collectivités territoriales..., dont la multiplicité est porteuse d’une pluralité d’intérêts et de logiques, de représentations et systèmes de valeurs, de normes, de contraintes et de stratégies.

10L’impératif de conduire aujourd’hui des stratégies négociées à long terme visant une gestion viable des ressources naturelles est reconnu par tous et pourtant, bien des obstacles s’y opposent que nous nous sommes efforcés de circonscrire : certains d’ordre idéologique ou politique (malthusianisme, globalisation économique, etc.), d’autres scientifiques et conceptuels (coévolution, complexité, incertitude, interdisciplinarité). Mais l’ambition de cet ouvrage est aussi de montrer que, sur la base d’études comparatives de terrain, il est possible de réduire les raccourcis théoriques excessifs, notamment en ce qui concerne la relation entre croissance démographique et dégradation, de cerner de nouveaux modes de régulation pour l’usage des ressources naturelles et enfin d’engager la mise en œuvre de stratégies alternatives de développement durable qui exigent la constitution de nouveaux espaces de concertation et de médiation.

11Pour servir de cadre à cette étude, nous avons retenu le contexte bioclimatique méditerranéen aride dans lequel se sont déroulées la majeure partie des expériences de terrain ayant servi de base à nos analyses. Ce contexte couvre de nombreux espaces non limités au bassin méditerranéen. Cela explique les « détours »que l’on trouvera dans cet ouvrage notamment vers la IVe région du Chili, zone méditerranéenne située entre la partie désertique de l’Atacama et les zones tempérées de Santiago.

Notes

1 Lubchenko et al., 1991 – The Sustainable Biosphere Initiative ; an Ecological Research Agenda. Ecology, 72 : 371-412.

2 Se référer à la liste des auteurs.

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.