Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Préface

Jacques Claude et Houcine Khatteli

Texte intégral

IRD/D. Genin - Village de montagne, Maroc

IRD/D. Genin - Village de montagne, Maroc

1Les milieux scientifiques entretiennent depuis toujours avec les acteurs et décideurs du développement économique et de l’aménagement des territoires un dialogue, parfois ponctué de vifs débats, sur le concept de développement et sur les voies et moyens d’assurer aux populations une meilleure qualité de vie dans des environnements souvent contraignants. De nombreux indicateurs servent à mesurer ce mieux vivre et prennent en compte le développement humain (éducation, santé, culture...) ou l’environnement (accès aux ressources, qualité de l’eau et de l’air, habitat...) pour compléter la sécheresse des seules données économiques souvent réduites au seul produit intérieur brut ou au revenu per capita. Depuis tout aussi longtemps, la question de l’insertion des sociétés humaines dans un environnement qu’elles exploitent et modifient a fait surgir la nécessité d’une approche globale, intégrée et systémique des problèmes de développement. L’intérêt d’une telle démarche est double : elle permet, d’une part, d’analyser les interactions entre dynamiques naturelles et dynamiques sociales et, d’autre part, la prise en compte de « l’acceptabilité sociale », c’est-à-dire de l’adéquation des stratégies de développement aux spécificités et aux opportunités des populations, que l’on oppose souvent à tort au « tout technique » qui tend à forcer le développement à coups d’investissements productifs, d’infrastructures modernes et d’innovations technologiques.

2Loin d’être opposées ces deux conceptions et pratiques du développement doivent être complémentaires ; en effet, si les planificateurs doivent raisonner en termes de politiques sectorielles à moyen terme dans un contexte général de globalisation, ils maîtrisent souvent mal la mise en œuvre locale de ces politiques par manque d’analyse des dynamiques locales et des stratégies socio-économiques des groupes qui occupent les espaces aménagés. La complémentarité doit donc s’exercer dans la mise au point commune d’outils d’aide à la décision qui associent la mobilisation des moyens d’action sur les milieux aux multiples facteurs des prises de décision individuelles et collectives à l’échelle du terrain. Cette complémentarité représente aujourd’hui un véritable défi pour les chercheurs et les décideurs participant à un même dialogue. La teneur de ces débats est largement portée sur la place publique et le concept actuel de développement durable ainsi que les grandes conventions internationales sur l’environnement planétaire en sont les manifestations les plus actuelles. C’est dans le droit fil de ces questionnements et analyses que se place aujourd’hui cet ouvrage qui marque une étape importante dans les travaux collectifs sur la coévolution des milieux et des sociétés. De la conférence de Nairobi sur la Désertification (1977) à la conférence de Johannesbourg (2002), en passant bien sûr par la Conférence mondiale de la Terre de Rio de Janeiro (1992), on peut suivre le fil rouge des contributions des chercheurs francophones spécialisés dans l’étude des milieux à fortes contraintes bioclimatiques et y remarquer la permanence des apports du sud de la Méditerranée. Le partenariat entre l’institut des régions arides (IRA) et l’institut de recherche pour le développement (IRD, ex-Orstom) a été un puissant moteur d’expression de ces contributions.

  • 1 Dypen (Dynamique des populations et environnement, 1996-2000) : programme de recherche pluridiscipl (...)

3Le séminaire international « Medenpop 2000 », organisé par le collectif de recherche sur la dynamique des populations et l’environnement (Dypen1) et qui a généré cet ouvrage, avait pour objectif principal de présenter les derniers résultats de recherche en matière de « Population rurale et environnement en contexte bioclimatique méditerranéen » sous leurs différents aspects : approches théoriques, conceptuelles et méthodologiques, problématiques environnementales et contributions aux politiques de développement local dans le contexte des nouveaux processus de globalisation. À travers ces trois composantes des questionnements et finalités des recherches entreprises, les éditeurs et les auteurs de cet ouvrage contribuent de façon significative au progrès des connaissances et à l’enrichissement des expériences sur les relations entre les sociétés et leurs environnements. Il s’agit majoritairement d’expériences en milieux méditerranéens, qui sont utilement associés à d’autres situations comme le nord du Chili. Il ne saurait être question de leur accorder une pertinence universelle mais la démarche a valeur d’exemple et nous souhaitons qu’elle stimule d’autres remises en question et d’autres dialogues visant à relever le défi de la préservation des ressources naturelles et du développement humain.

Notes

1 Dypen (Dynamique des populations et environnement, 1996-2000) : programme de recherche pluridisciplinaire associant l’IRD à plusieurs institutions de recherche tunisiennes sur le thème des interactions entre démographie et environnement en milieu rural.

Table des illustrations

Titre IRD/D. Genin - Village de montagne, Maroc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.