Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnement et sociétés rurales en mutation

 | 
Michel Picouet
, 
Mongi Sghaier
, 
Didier Genin
, 
et al.

Hommage à Roger Pontanier

Texte intégral

1Roger nous a quittés par un triste jour de décembre. La dernière fois qu’il est venu en Tunisie, c’était en octobre 2001 pour le séminaire de clôture du programme Dypen ; où, mieux que dans ces pages, pouvons-nous le retrouver et lire les messages qu’il nous laisse ? Cet ouvrage est en grande partie le sien, nous le lui dédicaçons. Nous ne nous aventurerons pas à retracer son parcours, sa vie de chercheur, sa quête d’une recherche utile au développement équitable, son réseau d’amis et de partenaires, son rayonnement auprès des jeunes ; nombreux sont ceux qui ont travaillé avec lui, qui sont ses amis et lui sont redevables de tant de choses.

2Deux raisons particulières justifient que cet ouvrage lui soit dédié. Roger était profondément enraciné dans le Sud tunisien. Du Nefzaoua à Zougrata, du Bou Hedma aux Matmata, il n’est pas un arpent de terrain qu’il n’ait parcouru, pas une question du devenir de ces terroirs qui ne lui ait échappé. Spécialiste de l’évolution édaphique de ces régions arides, il ne s’est jamais limité au champ restreint de sa discipline et a, très tôt, élargi son activité à tous les processus de dégradation et de restauration des milieux pré-désertiques, entraînant dans son sillage géographes, hydrologues, écologues, pastoralistes, télédétecteurs et modélisateurs... ; à tous, il a fait aimer le Sud.

3Roger était aussi et surtout un humaniste qui incarnait parfaitement la devise « qu’il n’est de richesse que dans l’Homme ». Il savait mieux que quiconque qu’une terre ne vaut rien sans les hommes qui y vivent et la transforment, et que le devenir « des gens d’ici » est plus important que tout projet techniciste. Son ouverture d’esprit, sa curiosité scientifique et sa disponibilité permanente ont fait de lui le premier et plus actif défenseur du programme Dypen, le premier à accueillir des chercheurs en sciences humaines et sociales sur ses terres de prédilection et à contribuer à l’émergence des recherches sur les interactions entre société et environnement et les dynamiques d’adaptation réactives. Ces idées sont maintenant largement répandues et, de Rio à Johannesburg, c’est de notre destin commun qu’elles nous parlent.

4Ami Roger, que ta fortitude et ton enthousiasme continuent d’inspirer tous ceux qui continuent sur ta route et à qui tu manques déjà tant.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© IRD Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.