Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les savoirs des sciences sociales

 | 
Laurent Vidal

Partie 3. Vulgarisation et restitution

La restitution comme épreuve de la recherche

Cyril Farnarier

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie Aline Sarradon-Eck pour ses suggestions et les relectures qu’elle a pu faire de ce tex (...)

1Les écrits de sciences sociales1 qui abordent la question de la restitution s’accordent en général sur le point d’analyse suivant : la restitution d’un travail de recherche, c’est-à-dire le principe de faire part des résultats de l’analyse aux personnes auprès de qui la recherche a été menée, est à envisager soit comme un moment à part entière de l’enquête, soit comme une étape obligée de celle-ci (Zonabend, 1994 ; Vidal, 2010).

2Considérée comme un moment de l’enquête, la restitution participe de l’épistémologie de la recherche en tant que nouveau terrain. Par les interactions qu’elle provoque, les échanges qui en émanent entre le chercheur et ceux auxquels il s’adresse, ce moment est souvent l’occasion de confronter les premières analyses au point de vue de ceux sur qui, auprès de qui ou pour qui elles ont été conduites. Ce moment sert alors au chercheur à tester son travail en vue d’affiner ou de corriger ses analyses et interprétations des données recueillies, et de faire émerger de nouvelles pistes de travail.

3Toutefois, la restitution peut aussi être considérée comme une étape obligée de la recherche et cela pour deux raisons. La première s’appuie sur une éthique de la recherche et rappelle que le retour aux enquêtés est un droit de ces derniers. La restitution est alors un moment pour le chercheur au cours duquel il va rendre compte du travail réalisé. Dans certaines situations, c’est même le respect de ce droit des enquêtés à bénéficier d’une restitution des analyses qui conditionne la réalisation d’une recherche. En ce cas, la restitution fait partie du contrat initial que le chercheur passe avec les acteurs de terrain (parce qu’il s’agit d’une commande, que c’est une clause d’attribution du financement ou autre…). Sans retour aux enquêtés prévu, nul accès au terrain de recherche n’est accordé. Cette contractualisation place alors le chercheur dans une posture de dette et la restitution est le moment et le moyen pour celui-ci de rendre des comptes (Vidal, 2010).

4Ces réflexions, auxquelles je souscris, seront dans le cadre de cet article considérées comme acquises et placées en toile de fond de mon propos. Dans ce chapitre, je souhaite analyser ce moment particulier d’une recherche qu’est la restitution en tant qu’épreuve de la recherche. Nous verrons donc comment ces séquences de restitution sont révélatrices de la posture du chercheur sur son terrain et permettent plus largement de questionner les objectifs généraux de production de connaissances en sciences sociales. En effet, l’idée avancée ici est que la position occupée par le chercheur sur son terrain ainsi que ses intentions – scientifiques, personnelles, de carrière, etc. − déterminent le type de connaissances produites, tout autant que la façon de les restituer et donc de les partager avec les premiers acteurs concernés ou dans des cercles plus large de diffusion.

5Arrêtons-nous en premier lieu sur ce que j’entends ici désigner par le terme de restitution.

Ce que restituer veut dire

6Le CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales) propose trois définitions principales au verbe restituer qui, aussi distinctes qu’elles soient, peuvent s’appliquer aux chercheurs, à leur travail ou à leurs travaux et ce à différents niveaux.

Rétablir dans son état premier, original

7La première définition, dans l’intention de rétablir ce qui a subi des altérations, peut s’appliquer au travail ethnographique qui s’attache à la description des faits, de tous les faits, mais uniquement des faits, au plus près du réel, à des fins d’objectivation des situations étudiées. La simple présentation aux acteurs de terrain d’une ethnographie fine des situations dans lesquelles ils sont engagés appelle ces derniers à un exercice de réflexivité.

8Aussi partielle et située que soit la lecture du chercheur sur une situation (Jaffré, 2003), elle n’en demeure pas moins distante et distincte de celle de l’acteur impliqué qui, souvent, fait lui-même partie de l’objet ethnographié. La confrontation de la lecture du chercheur à celle de l’acteur est déjà en soi une manière de reconstituer la complexité du réel et du quotidien et lors des « moments » de restitution, ces confrontations de points de vue ne manquent pas de se manifester (Flamant, 2005).

9Bien souvent, la diffusion des savoirs scientifiques à destination du grand public tend, du point de vue du chercheur, à déformer plus ou moins le message scientifique. Allant d’un exercice de traduction, en transférant les termes du débat scientifique dans un langage accessible aux non-spécialistes du domaine, à un exercice de simplification, nécessaire à la vulgarisation de propos limités à un champ spécifique de recherche, en passant par la trahison, où les termes du débat et/ou les connaissances qu’il établit sont réappropriés et déformés pour des raisons et objectifs extérieurs au domaine scientifique concerné.

10Ainsi, en miroir à ces déformations de la pensée scientifique lors de la diffusion, les acteurs faisant partie du champ d’étude de la recherche, ceux-là mêmes à qui est destinée la restitution, pourront recevoir la parole scientifique, ses analyses et ses descriptions comme une lecture déformée, partielle et orientée de leur situation et de leur quotidien. L’ethnographe devenant « une sorte de décepteur du social » (Zonabend, 1994 : 10) puisqu’il ne permet pas aux acteurs de terrain de s’identifier à l’image qu’il leur renvoie d’eux-mêmes.

Rendre ce qui a été pris ou possédé

11Cette deuxième définition renvoie au niveau des stratégies d’enquête mises en œuvre pour accéder à des données inaccessibles autrement. Sans faire état ici des recherches menées « à couvert » où le chercheur se présente sur son terrain d’enquête sous un autre rôle que le sien, il est, d’une façon générale, toujours nécessaire de laisser planer un doute, une imprécision, un flou, sur le sujet exact de l’enquête au moment où elle est conduite. Autant pour sauvegarder l’intégrité des données recueillies que parce que la recherche elle-même se construit par itération (Olivier de Sardan, 2008), par tâtonnements et modifications de ses hypothèses et objectifs. Par exemple, en travaillant sur la relation médecin-malade, Sylvie Fainzang (2006) explique que pour ne pas éveiller le soupçon, ni chez les soignants, ni chez les soignés, et ne pas modifier ni leur comportement ni leur parole, elle annonce aux uns que le sujet de la recherche porte sur les autres et réciproquement. « Focaliser l’objet de l’enquête sur l’autre permettait d’induire chez chacun une moindre surveillance de ses paroles et de ses conduites » (Fainzang, 2006 : 21).

12Face à ces stratégies déployées par le chercheur pour assurer le recueil de ses données d’enquête, c’est bien souvent au moment de la restitution finale de son travail que l’objet de la recherche est exposé en détail et que les acteurs de terrain en prennent pleinement connaissance.

Rendre sous une autre forme ce qui a été absorbé

13Cette troisième définition renvoie quant à elle à la production scientifique dans son ensemble, à ce que fait le chercheur des données qu’il a recueillies, à la façon dont il va les utiliser et à celle dont il va diffuser les résultats de ce travail d’incorporation et d’analyse. Cette activité de transformation des données de terrain en connaissances scientifiques et de diffusion sous une forme ou sous une autre de ces savoirs constitue l’objectif même de tout travail de recherche.

La restitution dans la dynamique du don

14À partir de ces quelques éléments de définition, une des questions qui se pose est de savoir ce que doit restituer un chercheur qu’il ait pris ou qui lui ait été donné ?

15La dynamique du don au fil de l’enquête peut être présentée de la façon suivante : les acteurs de terrain donnent leur temps, leurs informations, leur quotidien, ouvrent leur vie et parfois leur intimité. Le contre-don au cœur de l’enquête s’exerce sous la forme de la présence et de l’écoute du chercheur, de la gratification symbolique que peut retirer l’enquêté de l’attention qui lui est portée et peut aussi s’exercer de façon plus directe, sous une forme d’aide, matérielle ou non ; mais il faut l’admettre, bien souvent « le chercheur n’a finalement “rien” à proposer aux enquêtés pour changer la condition qui est la leur » (Bouillon, 2005 : 93).

16Toutefois, au-delà du temps de la conduite de l’enquête, une fois passé ce moment du recueil des données, la dynamique du don continue de jouer et c’est, à ce moment-là, la restitution des résultats de la recherche qui incarne le contre-don.

17De nouveau, le chercheur va être confronté aux attentes des acteurs de terrain et l’exercice consistera à éviter la frustration, sans pour autant s’obliger à répondre à ces attentes. Frustration des acteurs qui peut aussi bien être due au fait qu’ils ne se reconnaissent pas dans ce que donne à voir le chercheur − par une lecture trop partielle ou une analyse par trop distincte de la perception habituelle de la situation − qu’aux attentes précises nourries par les acteurs vis-à-vis de la recherche et de ses résultats et qu’ils seront déçus de ne pas voir comblées.

18Pour le chercheur, l’enjeu de telles situations est d’arriver à tenir l’indépendance de sa pensée, tout en ménageant l’engagement social des acteurs en présence. Cela équivaut souvent à détourner la demande initiale, à déplacer la question posée au départ pour, au final, interroger ce qui n’était pas supposé l’être. À propos de telles configurations, Didier Fassin écrivait que « la justesse d’une analyse peut se mesurer à l’inconfort qu’elle suscite chez celui qui la produit comme chez celui qui la reçoit, cette fois non par masochisme intellectuel, mais au regard de la valeur heuristique de l’ébranlement des certitudes » (Fassin, 2009 : 203).

19S’il ne faut pas donner trop d’importance à une séquence de restitution pour ne pas surestimer l’impact du travail anthropologique et se leurrer sur ses effets éventuels (Zonabend, 1994), il est tout de même nécessaire de prêter attention aux enjeux divers que peut recouvrir une telle situation. En effet, si les acteurs de terrain peuvent nourrir des attentes vis-à-vis des résultats d’une recherche, l’importance d’une séquence de restitution peut être à lire du côté du chercheur lui-même et de sa dépendance au terrain, de son exposition lors de ces moments où il met à nu sa pensée, son travail et la raison de sa présence sur le terrain (Guffanti, 2011). Cela pose la question de l’engagement du chercheur, en tant qu’individu pris dans des relations sociales, mais aussi en tant que professionnel pris dans des engagements contractuels, qu’ils soient moraux ou écrits.

20Alors, assurément, une dynamique du don et du contre-don est à l’œuvre dans la relation d’enquête, et plus largement dans la conduite d’une recherche, et la restitution se présente comme un moyen pour le chercheur d’assurer ce contre-don, que ce soit en répondant ou non aux attentes des enquêtés. Mais il faut bien se rappeler que dans cette dynamique du don, le contre-don est avant tout un moyen de maintenir sa position sociale (Mauss, 1950). Ainsi, en situation de dépendance économique et professionnelle, il n’est pas assuré que ce soit toujours la scientificité des analyses qui prime lors des ces situations de rencontre entre enquêteur et enquêtés. Il est en effet impératif de comprendre ce moment du « rendre public » comme « un moment clé d’articulation des savoirs et des pouvoirs » (Cefaï et Amiraux, 2002). Il me semble alors qu’interroger ce que le chercheur doit rendre, à qui il doit rendre et sous quelle forme ne peut se faire sans une prise en compte des conditions de production de la recherche. Cela pose la question du statut du chercheur dans ses multiples dimensions et rejoint un questionnement plus profond sur la pratique des sciences sociales, leurs objets, leur finalité comme leur raison d’être.

Faire de l’anthropologie dans une équipe médico-sociale

21Pour poursuivre cette réflexion, je présenterai quelques éléments, relatifs à une situation personnellement vécue de chercheur socioanthropologue travaillant au sein d’une équipe médico-sociale et salarié par la même institution que l’ensemble des professionnels qui la composent.

22Afin de comprendre les enjeux inhérents à cette position, une présentation de quelques aspects essentiels de ce dispositif médicosocial et quelques éléments historiques de son développement semble nécessaire.

Un dispositif « innovant »

23Cette équipe médico-sociale mène une action d’accompagnement et de soin à destination de personnes sans-abri souffrant de troubles psychiatriques sévères. Initié en 2006, ce projet était au départ porté par un collectif citoyen et militant, qui bénéficia quasiment dès son origine de l’appui logistique d’une ONG. Selon ce collectif, les soins en santé mentale, pour avoir un effet bénéfique pour la personne sur le long terme, ne peuvent être prodigués sans que celle-ci ne bénéficie d’un « chez soi ». À la fin des années 2000, le constat de ce collectif porte sur la très grande difficulté qui existe pour une personne vivant dans la rue de retrouver un logement, sans être préalablement entrée dans un parcours de soin et avoir stabilisé ses symptômes. Afin de proposer un moyen de rompre ce cercle vicieux (pas de soins efficaces sans logement préalable, mais pas de logement sans soins préalables), un des actes fondateurs de cette équipe fut d’ouvrir au début de l’année 2007, un « squat » à vocation thérapeutique, permettant de proposer mise à l’abri, hébergement et accompagnement au logement. Dans le courant des années 2007 et 2008, une succession de négociations et un important travail de lobbying auprès des instances politiques, médicales et sociales au niveau tant local que national, aboutit à la légalisation de ce squat et à l’institutionnalisation de ce dispositif qui devint, dans le courant de l’année 2010 une unité fonctionnelle hospitalière avec une triple mission de soin, de formation et de recherche.

  • 2 La notion de rétablissement en santé mentale renvoie à la fois à un rétablissement biologique et p (...)

24À travers ce travail de lobbying et l’institutionnalisation de son action, les objectifs de cette équipe étaient à la fois d’ordre politique et d’ordre sanitaire. D’un point de vue politique, il s’agissait de rendre publique et visible l’absence de solution adéquate pour l’accompagnement des personnes sans-abri souffrant de troubles psychiatriques sévères. Il s’agissait aussi d’obliger les pouvoirs publics à se saisir de ce problème auquel ne s’intéressaient jusqu’ici que des ONG et des associations. D’un point de vue sanitaire, là aussi l’enjeu était double, puisqu’il s’agissait d’un côté de mettre en place un dispositif adapté à l’accompagnement de ces personnes et d’un autre côté de s’inscrire dans un autre paradigme en santé mentale que le paradigme biomédical dominant en psychiatrie hospitalière, en revendiquant le concept de rétablissement2 en général et plus particulièrement pour les personnes vivant dans la rue.

Une posture sous tension

25En janvier 2011, une anthropologue de la santé est recrutée par cette équipe. Ce recrutement est alors motivé par une volonté de l’équipe de produire des données, de publier et valoriser scientifiquement son action. La réponse à un appel d’offres de l’Agence régionale de santé (ARS) au tout début de l’année 2011 permet mon recrutement par l’équipe en septembre de la même année. Le projet soutenu par l’ARS porte alors sur une « évaluation par une recherche-action participative d’un programme expérimental ». Les deux objectifs majeurs de cette « recherche-action participative » sont : 1) de décrire et d’analyser la culture soignante de l’équipe et le modèle de soin mis en œuvre, et 2) d’ouvrir la « boîte noire » d’une intervention en santé pour en explorer les ressorts (process evaluation).

26Au cours des dix-huit premiers mois passés dans l’équipe, quatre moments me semblent intéressant à présenter.

Entrée dans l’équipe

  • 3 La description du modèle de soin de ce dispositif a été publiée dans la revue Anthropolgy & Medici (...)

27Le premier moment est celui de ma rencontre officielle avec l’équipe, au cours duquel je présente les objectifs de ma recherche et la méthodologie envisagée pour la réaliser. J’imagine alors suivre pas à pas pendant une semaine, chaque professionnel de l’équipe dans ses activités et dans tous les lieux où il intervient, afin de me familiariser avec chacun d’entre eux, d’observer leurs différentes activités professionnelles, de découvrir les lieux dans lesquels ils se rendent, etc. L’objectif étant d’accéder à une vue d’ensemble de ce dispositif complexe qui intervient directement dans la rue, mais accompagne aussi au logement et dispose de lits intersectoriels dans le service de psychiatrie auquel il est rattaché3. Le chef d’équipe réagit alors de façon véhémente à ma présentation pour signifier qu’il serait nettement plus intéressant de travailler sur le « vécu » des personnes de la rue et leur réception du travail de l’équipe que sur le quotidien et les pratiques des professionnels. Il présente alors ce premier centre d’intérêt comme une nécessité pour l’équipe, alors que le second n’apporterait que peu de choses aux professionnels, si ce n’est à l’anthropologue lui-même qui y trouverait satisfaction.

28Cette première confrontation s’explique alors par différents éléments. Avant d’intégrer l’équipe, j’avais déjà réalisé quelques entretiens avec des professionnels nouvellement recrutés et y avais passé quelques jours en observation. Fort de ces quelques éléments de terrain, je participais à l’écriture d’un premier texte initié par ma collègue anthropologue qui était déjà présente dans l’équipe depuis six mois. Ce texte visait à décrire le travail de soin mené par ce dispositif, mais présentait aussi des éléments critiques sur son organisation. Ce premier texte, dans sa phase d’élaboration, avait particulièrement déplu au chef d’équipe, et c’est quelques semaines après cette lecture que je faisais mon entrée sur le terrain. Ainsi, ce premier accrochage avec le chef d’équipe était à la fois une réaction de défense du fonctionnement de son équipe vis-à-vis d’une analyse organisationnelle insuffisamment mise en forme et argumentée par rapport au caractère critique qu’elle présentait. Mais il correspondait aussi à l’envoi d’un message fort : l’équipe ne sait pas comment est perçu et utilisé le programme par ses destinataires et certaines données sur le vécu des personnes à la rue seraient utiles à l’équipe médico-sociale pour travailler et améliorer l’offre de soin. Si recherche il doit y avoir, elle doit avant tout, selon le chef d’équipe, se centrer sur ces dimensions.

29Pour autant, au moment de ma prise de fonction, l’équipe venait de connaître un important renouvellement de ses membres, notamment suite au départ de trois « anciens », dont deux qui jouaient des rôles de coordination ; et une série de recrutements venait d’accroître significativement le nombre de professionnels. D’importants dysfonctionnements perduraient et le soutien que me témoignèrent certains membres de l’équipe pour les aider à comprendre les difficultés rencontrées dans leur travail quotidien m’aida à maintenir une entrée sur le terrain par le suivi des professionnels.

30D’un côté, se trouve l’attente d’un acteur de terrain, ici, le chef d’équipe, qui plaide pour un travail orienté sur le « vécu » des personnes sans-abri avec comme intérêt prioritaire l’équipe. De l’autre, les intentions des chercheurs et leur volonté de décrire un modèle de soin. L’ambiguïté relationnelle entre ces deux approches réside dans les termes mal définis de la réponse à l’appel d’offres de l’ARS de « réaliser une évaluation par une recherche-action participative ».

Restitution de mi-parcours

31Le deuxième moment est une restitution dite de mi-parcours qui consista, à l’issue des sept premiers mois passés au sein du dispositif, à rendre compte en une matinée de nos observations et de nos premières analyses. Ces sept mois d’observations et d’entretiens multiples avaient été très riches en recueil de données et en ouverture de pistes de recherche. Mais compte tenu du très faible recul dont nous disposions, il était impossible de faire part de ces éléments qui n’étaient encore que de l’ordre de l’hypothèse. Nous avons décidé alors de faire un retour essentiellement basé sur des éléments factuels et qui portait avant tout sur un diagnostic organisationnel de l’équipe. Nous y pointions une série de dysfonctionnements qu’il semblait possible de corriger rapidement. À cette réunion participait la personne qui venait d’être recrutée pour devenir le nouveau coordinateur, mais qui n’avait pas encore pris ses fonctions. Nous avons justifié alors notre démarche en revendiquant qu’il était nécessaire de « parer au plus pressé » et que la prise en compte de ces premiers éléments d’analyse descriptive participerait à une amélioration du fonctionnement général.

32Cette première restitution permit d’asseoir la légitimité de notre démarche au sein de l’équipe en montrant l’intérêt qu’il pouvait y avoir à étudier le quotidien des professionnels. Ne sachant comment ces premiers retours pourraient être interprétés, il nous semblait important de ménager les susceptibilités et de ne pas compromettre notre position. Mais il nous semblait important de ne pas trahir les données recueillies et de faire part de nos analyses sur les dysfonctionnements constatés. Cette présentation fut plutôt bien reçue, même si certains nous ont reproché d’être insuffisamment critiques dans nos retours. Après coup, le texte de cette présentation fut envoyé aux professionnels pour leur en permettre une relecture « à tête reposée ».

Restitution de « fin d’évaluation »

33Un an après mon recrutement, une seconde restitution eu lieu. Comme pour la précédente, une demi-journée fut consacrée à la présentation de ce travail face à l’ensemble de l’équipe (désormais composée de 21 professionnels). Cette présentation démarrait par le rappel des enjeux de notre travail et l’importance des retours qui pourraient nous être faits pour la rédaction du rapport de recherche. Nous avons précisé que certaines analyses seraient volontairement présentées de façon un peu abrupte afin de faire réagir. La présentation portait quant à elle sur les oscillations de l’équipe entre deux modèles de soin (l’urgence et le rétablissement) et sur l’importance qu’il y avait à choisir le modèle de référence et à stabiliser les pratiques des professionnels autour de celui-ci. Une partie de l’intervention fut consacrée à discuter les fondements théoriques et idéologiques revendiqués par l’équipe et nous pointions certaines actions qui entraient en contradiction avec ces modèles. Nous avons conclu sur la nécessité qu’il y avait pour l’équipe à changer soit de manière de faire, soit de référentiel théorique.

34Cette seconde restitution donna lieu à des échanges très vifs, notamment avec le coordonateur de l’équipe, qui trouvait certes nos analyses pertinentes, mais qui ne voyait pas ce qu’elles permettraient de résoudre concrètement en termes de fonctionnement quotidien ou de soins délivrés aux patients. Il reprochait en somme à notre travail de ne pas « servir à grand-chose », alors qu’il y avait tant à faire. Cette fois aussi, le texte de la présentation fut adressé à l’ensemble des professionnels quelques jours après la réunion.

35Dans les semaines suivantes, une série de discussions informelles permirent à chacun d’expliquer ses prises de position et de retrouver sa place dans l’équipe. Les professionnels ont apprécié nos interventions par le regard différent qu’elles apportaient sur leur quotidien. Cela les a amenés à réfléchir et à prendre du recul sur les difficultés rencontrées. Pour autant, ces analyses apparaissaient en décalage avec l’urgence du quotidien et ancrées dans une autre temporalité. Le rythme de travail et la pression quotidienne ne permettaient pas aux membres de l’équipe de prendre en compte ces analyses pour résoudre les problèmes qu’elles soulevaient. Face à cela, nous insistions sur le fait que la résolution au jour le jour des problèmes et dysfonctionnements n’était pas du ressort des chercheurs anthropologues. Mais il nous semblait important que les différentes pistes de recherche suivies et les analyses produites puissent « servir à quelque chose ». De fait, pour que les professionnels de l’équipe puissent se les approprier, encore fallait-il que le dispositif de présentation, tout comme les éléments d’analyses présentés, soient adaptés aux situations quotidiennes. Le principe même des présentations condensées sur une demi-journée fut remis en cause, ces séances étant trop longues et trop denses pour permettre une véritable discussion, condition sine qua non à une appropriation des analyses présentées par les professionnels de l’équipe.

Analyser les « staffs »

36En fin d’année, en accord avec le coordonnateur, nous proposons alors de présenter à l’équipe un travail réalisé quelques semaines auparavant et exposé dans un colloque universitaire, dans lequel nous menions une analyse de la prise de décision dans les réunions (appelées « staffs ») au cours desquelles sont discutées les situations cliniques et sociales des personnes et de la catégorisation des situations en cas urgents.

37D’un format nettement plus bref que les précédentes restitutions, cette présentation eut lieu avant une réunion d’échanges sur les pratiques et les finalités dans le travail de rue. Désireux de se retrouver exclusivement entre professionnels intervenant directement dans la rue pour tenir cette discussion, cette réunion excluait la participation de tout membre extérieur au pôle rue, mais les professionnels souhaitaient entendre nos analyses de staff avant de mener leurs propres réflexions.

38L’analyse des différentes logiques à l’œuvre dans les prises de décision donna lieu à un certain nombre de questions informatives sur l’usage que nous faisions de tel ou tel terme ou sur notre méthodologie de traitement des données. Cependant, elle souleva peu de questions sur le fond de notre propos… tout le monde s’accordant à dire qu’une phase de « digestion » serait nécessaire avant de pouvoir réagir pleinement. On envoya alors le texte de l’intervention aux membres de l’équipe et n’en entendîmes plus parler.

39Deux mois plus tard, à l’occasion d’une réunion de présentation des différentes pistes de recherches envisagées pour les mois à venir, nous avons questionné les membres de l’équipe sur une éventuelle utilité perçue de notre travail et sur les moyens à mettre en œuvre pour qu’ils puissent mieux se l’approprier. L’un des médecins nous appris alors que, s’il trouvait nos présentations intéressantes parce que conviviales et ouvertes aux échanges, elles étaient souvent trop denses et détachées des pratiques quotidiennes de l’équipe pour pouvoir générer instantanément de véritables réactions. C’est en relisant les textes de nos interventions qu’il arrivait davantage à réfléchir sur nos analyses et à s’en approprier le contenu. Quant à l’utilité de notre travail, il nous apprit que l’analyse des « staffs » avait fait évoluer son regard sur ces réunions souvent longues en montrant les enjeux sous-jacents des discussions parfois décousues qui s’y tiennent et qu’il participait désormais aux « staffs » avec un intérêt renouvelé.

Objectifs et posture : les chercheurs et la recherche

40Les quatre séquences qui viennent d’être présentées éclairent d’un angle particulier ces questions de posture et de positionnement du chercheur sur son terrain comme celles des intentions qui l’animent dans la conduite d’une recherche.

Les objectifs de la recherche

41Schématiquement, deux voies opposées peuvent être tracées quant aux objectifs de la recherche. Pour reprendre les termes de Laurent Vidal (2010), la recherche en anthropologie peut être « légitimiste » ou « partagée ». La première voie regroupe des objectifs purement scientifiques. Elle sera dite légitimiste dans la mesure où elle ancre sa légitimité « dans la seule production de connaissance, à l’exclusion de toute intervention explicite sur les pratiques et situations existantes » (Vidal, 2010 : 246). La seconde voie, consistant à l’inverse en une anthropologie exclusivement axée sur la réponse aux demandes qui lui sont adressées, s’inscrit dans des dynamiques collectives et se développe dans le souci d’agir sur l’existant (ibid.).

42Cette dichotomie entre anthropologie légitimiste et anthropologie partagée recouvre en grande partie l’opposition diversement nommée entre la « recherche d’excellence » et la « recherche socialement utile », entre le fondamental et l’appliqué, ou formulée en termes de gradation entre l’anthropologie qui serait « inutile », car trop conceptualisée pour concerner les acteurs de terrain, et l’ethnologie qui serait « utile » par les déconstructions descriptives qu’elle permet.

  • 4 « Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine, si elles ne devaient avo (...)

43Cette dichotomie est depuis longtemps discutée et remise en question. En son temps déjà, Émile Durkheim rejetait une conception des sciences sociales qui seraient trop détachées des problématiques sociales. Il introduisait De la division du travail social (1893) par une formule devenue célèbre4 ou concluait son étude sur le suicide par une série de recommandations visant à « conjurer » le phénomène (Durkheim, 1897).

  • 5 La conduite de cette anthropologie critique appellerait la tenue de trois exigences principales : (...)

44Bien que remise en question quasiment depuis l’origine des sciences sociales, cette opposition schématique entre deux directions continue d’être travaillée. Cette dichotomie éclaire en effet des pratiques de recherche et des positionnements qu’il est important de distinguer. Ainsi entre ces deux postures antinomiques, Laurent Vidal défend l’existence d’une voie moyenne qu’il appelle une « anthropologie critique ». Forme de recherche qui ne serait ni marquée par l’indépendance totale et « le refus de tout compromis », mais qui ne serait pas non plus une recherche « dissolue dans des démarches et des objectifs définis par d’autres » (Vidal, 2010 : 262)5.

45Cette voie médiane implique la production de recherches élaborées dans une dynamique de proximité et de distanciation avec les acteurs de terrain, ceux avec qui, auprès de qui et sur qui l’anthropologue travaille. Qu’ils soient salariés, simples citoyens ou hauts fonctionnaires, c’est auprès d’eux que se font ou que doivent se faire les restitutions.

La posture du chercheur et les demandes des acteurs

46Cette réflexion sur les objectifs de la recherche nécessite d’interroger également les objectifs du chercheur, son positionnement, sa posture et le rapport qu’il entretient avec son terrain d’enquête et le sujet qu’il y traite.

47En 1998, Didier Fassin proposait une représentation de la posture du chercheur sur son terrain et de son rapport à l’objet de recherche selon deux axes (analyse/action), chacun allant de la proximité à la distanciation. La construction de cet espace bidimensionnel lui permettait de définir trois positions idéales, typiques du chercheur par rapport à son objet.

« La première position réalise la conjonction d’une proximité à la fois par rapport à l’action et par rapport à l’analyse : on la qualifiera d’appliquée. (…) La deuxième position en est le symétrique dans la mesure où elle prend ses distances, à la fois en termes d’action et d’analyse : on l’appellera critique. (…) La troisième position se présente comme l’association d’une proximité de l’action et d’une distance dans l’analyse : on la désignera comme impliquée »
(Fassin, 1998 : 54).

48Par rapport aux trois voies possibles pour l’anthropologie proposées par Vidal (2010), s’il existe une variation dans les termes employés, on retrouve une proximité dans le diagnostic et une correspondance entre voie de la recherche et posture du chercheur (tabl. 1).

Tableau 1. Correpondance entre posture du chercheur et voie de la recherche

Voie de la recherche (V idal , 2010)

Posture du chercheur (F assin , 1998)

Légitimiste
Ancre sa légitimité dans la seule production de connaissance, à l’exclusion de toute intervention explicite sur les pratiques et situations existantes

Critique
Prend ses distances à la fois en termes d’action et d’analyse

Critique
Voie moyenne entre une anthropologie légitimiste et une anthropologie partagée

Impliquée
Proximité de l’action et distance dans l’analyse

Partagée
Dissolue dans des démarches et des objectifs définis par d’autres

Appliquée
Proximité à la fois par rapport à l’action et par rapport à l’analyse

49De la conjugaison du statut du chercheur et de la position à laquelle il aspire vis-à-vis de son objet de recherche dépendra le rapport entretenu par le chercheur avec les demandes sociales émanant de son terrain. Faut-il y répondre, doit-il y répondre, peut-il y répondre ? C’est, en fin de compte, dans ces moments de restitution que les réponses à ces questions s’exposent et si certains enjeux de la restitution sont connus de tous à l’avance, d’autres, propres à certains des acteurs concernés ne se dévoileront qu’après coup (Flamant, 2005).

La diffusion des savoirs au quotidien

50À la lumière de ces quelques réflexions, reprenons les quatre moments présentés en début de chapitre.

51La première séquence, de présentation à l’équipe, a opposé une requête d’anthropologie partagée (posture appliquée), revendiquée par le chef de l’équipe, aux choix des chercheurs davantage portés sur une anthropologie critique (posture impliquée).

52La deuxième séquence a illustré l’affirmation de la posture impliquée des chercheurs et son intérêt se retrouve dans les effets de cette restitution. Lors de cette séquence, nous sommes revenus sur l’historique de l’équipe, son élaboration sur la base d’un collectif militant et avons interrogé la référence fréquente qui était faite dans les actes et les discours à l’acte fondateur de ce dispositif − l’ouverture d’un squat.

  • 6 Le fait de l’analyser et de le présenter de cette façon permit à une part importante de l’équipe d (...)

53Nous analysions alors les références faites à ce moment de l’histoire du dispositif comme la mobilisation d’un mythe fondateur. Élément structurant de l’identité de l’équipe, la récurrence de ces références à l’histoire, en se rapportant systématiquement à ce qu’il fut, empêchait selon nous de penser l’évolution du dispositif au présent. Nous proposions donc de « rompre avec le mythe des origines » pour ouvrir de nouveaux espaces de réflexion et considérer sous un autre angle les dysfonctionnements constatés. Sans être spécifiquement relevée par les participants, cette suggestion eut pourtant un effet très net sur ce rapport à l’histoire6.

54Le même type de postures des chercheurs et de répercussions sur le fonctionnement de l’équipe est ressorti de la troisième séquence. Bien que fortement critiquée sur l’aspect non utilitaire de nos travaux, notre analyse sur l’oscillation des modèles de soin fut rapidement reprise par plusieurs professionnels, dont le chef d’équipe, et influa sur les transformations organisationnelles qui suivirent, notamment en créant une répartition effective des professionnels et de leurs activités entre un « pôle rue » et un « pôle logement ».

55Lors de ces deux restitutions, il n’y a pas eu de production de connaissance anthropologique nouvelle, mais plutôt une lecture anthropologique de la vie quotidienne et de l’évolution de cette équipe.

56La quatrième séquence s’est référée quant à elle à une autre posture de recherche, à une autre voie de l’anthropologie et mérite un plus ample développement. Dans ce travail sur les « staffs », nous avons analysé la catégorisation des situations en cas urgents. Nous avons décrit un certain nombre d’éléments qui participent aux prises de décisions, comme les différents registres de langage, l’usage de l’humour ou la mobilisation des affects des professionnels. In fine, notre analyse montre qu’il existe plusieurs logiques distinctes, mais non exclusives selon lesquelles les situations des personnes sans-abri et souffrant de troubles psychiatriques sévères pouvaient être catégorisées comme urgentes. Pour la réalisation de ce travail, nous avions choisi, en tant que chercheurs, de travailler sur un objet qui nous intéressait personnellement, sans penser aux éventuelles applications dont pourrait bénéficier l’équipe. Nous étions donc assez clairement dans une anthropologie légitimiste.

57Alors que la restitution orale de ce travail ne généra que peu de réactions, son passage sous la forme d’un écrit scientifique suscita au sein de l’équipe de bien nombreux débats. En effet, ce qui paraissait clair à l’oral devenait inacceptable à l’écrit pour de nombreux professionnels qui trouvaient ce texte dévalorisant pour l’équipe et le travail qu’elle réalise.

58Pour les anthropologues, il semblait intéressant de montrer que la logique médicale n’était pas la seule à intervenir dans les prises de décisions et que le mode de fonctionnement général de l’équipe accordait une place non négligeable à la relation sociale, ouvrant la voie à l’expression des émotions des individus. Cette idée nous semblait pertinente au regard des référents théoriques de ce dispositif médico-social. Mais les professionnels se sentaient trahis. Ils y lisaient une analyse dévalorisante dans laquelle ils passaient pour des « blagueurs » choisissant leurs patients au gré de leurs émotions du moment. Un des reproches qui nous étaient adressés portait sur le fait que nous mettions en avant le rôle joué par « les à-côtés » du travail (l’humour, le langage familier, les affects…) sans pour autant parler de l’ensemble du travail réalisé par l’équipe. Une série de discussions par courriel puis en face à face avec plusieurs membres de l’équipe nous a permis de rappeler le cadre de publication du texte, l’intention de l’article et l’intérêt anthropologique qu’il y avait à s’intéresser aux éléments souvent négligés dans les analyses et généralement dissimulés par les professionnels dans la présentation de leurs pratiques. Ces échanges nous permirent de reprendre le texte, d’y ajouter certains éléments que nous n’avions pas perçus, de dissiper les ambiguïtés et nous amenèrent à en modifier le plan et la hiérarchisation des arguments (Sarradon-Eck et Farnarier, 2014).

Conclusion : épreuve de la restitution

59Le pacte initialement conclu, parfois de façon tacite, assure à ceux auprès de qui et/ou grâce à qui le chercheur a pu travailler, le maintien d’une dynamique d’échange : « contre l’offrande des clés d’un terrain de recherche, la promesse d’une restitution responsable de l’enquête » (Fassin, 2008 : 319). Pour autant, des contraintes, contrats et engagements qui lient le chercheur à son objet de recherche dépendront les conditions de cet échange. Du statut du chercheur sur son terrain dépendront le type de données collectées, les analyses produites autant que les possibilités de diffusion et de partage des connaissances.

60Les transformations actuelles du monde de la recherche et de sa structuration, notamment en France, appellent au développement de la recherche contractuelle et donc à la multiplication des situations relationnelles complexes entre chercheurs et acteurs de terrain. En effet, la recherche sur contrat, « si elle permet d’avoir accès à des matériaux inédits, s’opère dans des conditions de production de la connaissance qui bousculent les temporalités de la recherche et ne sont pas propices à la valorisation scientifique » (Guillaume et Pochic, 2011 : 133). Ces situations de recherche aux contraintes particulières font courir le risque d’un usage exclusivement utilitaire et instrumentalisé des chercheurs comme employés contractuels. Dans son article sur l’engagement et la distanciation en anthropologie, Didier Fassin identifiait trois postures possibles pour un chercheur vis-à-vis de son terrain. Il présentait sa réflexion selon un espace bidimensionnel. En toute logique, ce mode de présentation devrait ouvrir sur quatre situations possibles, mais il laissait de côté une quatrième posture au titre qu’elle « ne correspond [ait] pas à une situation effectivement identifiable » (Fassin, 1998 : 54). À l’issue de la réflexion qui vient d’être menée, il me semble que cette quatrième posture peut ici être énoncée. Joignant une proximité dans l’analyse et une distanciation dans l’action, elle peut être lue comme une posture de plaidoyer. Elle ne correspond en effet plus strictement à une activité de recherche, mais figure la mise à disposition de chercheurs au service d’une cause où ils usent de leurs statuts et de leurs savoir-faire discursifs et analytiques pour appuyer et soutenir une action sociale sans en questionner le bien-fondé.

61Face à de telles situations où ne subsisterait qu’un usage méthodologique des sciences sociales en oblitérant leur rigueur épistémologique, il semble important et urgent de pouvoir y opposer une anthropologie critique portée par des chercheurs impliqués. Ces conditions de recherche peuvent rendre possible la coproduction des savoirs entre chercheurs et acteurs, condition idéale pour une appropriation efficace des connaissances produites. Mais il ne faut pas rêver. L’implication contractuelle a de multiples revers à sa médaille, au premier rang desquels se trouve la difficulté d’associer les objectifs et temporalités de la recherche aux contraintes et impératifs des équipes opérationnelles.

62Pour autant, il semble que dans cette troisième voie, des territoires méthodologiques et épistémologiques entiers restent à découvrir.

Bibliographie

Bibliographie

Bouillon F., 2005 − « Pourquoi accepte-t-on d’être enquêté ? Le contre-don au cœur de la relation ethnographique ». In Bouillon F., Fresia M., Tallio V. (dir.) : Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Centre d’études africaines, EHESS : 75-96.

Cefaï D., Amiraux V., 2002 − Les risques du métier. Engagements problématiques en sciences sociales. Partie 2. Cultures & Conflits, 47 (http://conflits.revues.org/832).

Durkheim E., 1893 − De la division du travail social. Paris, PUF.

Durkheim E., 1897 − Le suicide. Paris, PUF.

Fainzang S., 2006 − La relation médecin-malades : information et mensonge. Paris, PUF, 160 p.

Fassin D., 1998 − « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique ». In Becker C., Dozon J.-P., Obbo C., Touré M. (dir.) : Vivre et penser le sida en Afrique, Paris, Codesria, Karthala & IRD : 41-66.

Fassin D., 2008 − « Répondre de sa recherche. L’anthropologue face à ses autres ». In Fassin D., Bensa A. (dir.) : Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte : 299-320.

Fassin D., 2009 − Une science sociale critique peut-elle être utile ? Tracés. Revue de Sciences humaines [en ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011. http://traces.revues.org/index4465.html

Flamant N., 2005 − Observer, analyser, restituer. Terrain [En ligne], 44 | 2005, http://terrain.revues.org/2505;DOI:10.4000/terrain.2505.

Guffanti L., 2011 − Le retour permanent : communiquer l’enquête en situation d’ethnographie réflexive. Revue ¿Interrogations ?, 13. Le retour aux enquêtés, [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Le-retour-permanent-communiquer-l

Guillaume C., Pochic S., 2011 − « Peut-on enquêter sur l’égalité professionnelle sans intervenir ? Retour sur une recherche en entreprise ». In Naudier D., Simonet M. (dir.) : Des sociologues sans qualité. Pratique de recherche et engagement, Paris, La Découverte : 117-134.

Jaffré Y., 2003 − « La description en actes. Que décrit-on, comment, pour qui ? ». In Blundo G., Olivier de Sardan J.-P. (dir.) : Pratiques de la description, Enquête 3, Paris, Éditions de l’EHESS : 55-73.

Kobelinski C., 2008 − « Les situations de retour. Restituer sa recherche à ses enquêtés ». In Fassin D., Bensa A. : Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Recherches, La Découverte : 185-204.

Mauss M., 1950 − « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques ». In Mauss M. : Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, coll. Quadrige : 145-284.

Naudier D., Simonet M., 2011 − « Introduction ». In Naudier D., Simonet M. (dir.) : Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte : 5-21.

Olivier de Sardan J.-P., 2008 − La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socioanthropologique. Anthropologie prospective, Academia Bruylant.

Sarradon-Eck A., Farnarier C., 2014 − « Les points rouges ou les critères de l’urgence dans une équipe mobile psychiatrie précarité ». In Lachenal G., Lefeve C., Nguyen V. : La médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie, Cahiers du Centre Georges Canguilhem, PUF : 161-178.

Sarradon-Eck A., Farnarier C., Hymans T. D., 2014 − Caring on the margins of the health care system. Anthropology & Medicine, 21 (2) : 251-263.

Vidal L., 2010 − Faire de l’anthropologie. Santé, science et développement. Paris, La Découverte, Recherches.

Zonabend F., 1994 − De l’objet et de sa restitution en anthropologie. Gradhiva, 16 : 3-14.

Notes

1 Je remercie Aline Sarradon-Eck pour ses suggestions et les relectures qu’elle a pu faire de ce texte à différentes étapes de son élaboration.

2 La notion de rétablissement en santé mentale renvoie à la fois à un rétablissement biologique et psychologique, mais aussi à un rétablissement social et citoyen. Il s’agit d’un modèle d’intervention qui s’appuie sur les forces et les préférences de l’individu, et qui met en avant la participation des usagers aux processus décisionnels et organisationnels les concernant.

3 La description du modèle de soin de ce dispositif a été publiée dans la revue Anthropolgy & Medicine (Sarradon-Eck et al., 2014).

4 « Nous estimerions que nos recherches ne méritent pas une heure de peine, si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est au contraire pour nous mettre en état de les mieux résoudre » (Durkheim, 1893 : 43).

5 La conduite de cette anthropologie critique appellerait la tenue de trois exigences principales : la capitalisation des travaux déjà menés ; la discussion continue des termes de la recherche collective (aussi bien sur les méthodes et outils d’enquête que sur les contours de l’objet étudié) ; un véritable travail de réflexivité permettant « d’analyser les conditions d’exercice de l’anthropologie » ( : 272).

6 Le fait de l’analyser et de le présenter de cette façon permit à une part importante de l’équipe de mettre à distance les réflexes et habitudes de fonctionnement émanant de cette « période historique » au profit d’une plus grande considération des contraintes et caractéristiques présentes du dispositif dans son ensemble.

Auteur

Socio-anthropologue, UMR Centre Norbert Elias
cyril.farnarier@gmail.com

© IRD Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540