Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 4. Amélioration génétique et déterminisme du sexe du palmier dattier

État des lieux sur l’amélioration génétique du palmier dattier

Michel Ferry

Texte intégral

Introduction

1Chez le palmier dattier, la création traditionnelle de variétés a été réalisée par la sélection d’individus dans des populations puis par leur multiplication végétative à partir des rejets. De manière conventionnelle chez cette espèce, le terme variété correspond donc exclusivement à un clone. Plusieurs milliers de variétés adaptées aux conditions écologiques et socio-économiques propres à chaque région et même à chaque oasis ont ainsi été créés. Ce patrimoine très riche est menacé d’érosion (voir par exemple la monoculture devenue largement dominante de la Deglet Nour en Tunisie) en raison de la pression à l’uniformisation créée par le marché international.

2Très peu de programmes d’amélioration génétique ont été engagés chez cette espèce. Cela s’explique entre autre par :

  • sa nature dioïque : chaque pied issu de graine est le résultat d’une hybridation entre deux génomes distincts. L’hétérozygotie est très forte chez le dattier ;
  • la première fructification ne se produit que 5 à 7 ans après le semis ;
  • à partir d’un croisement, la disponibilité en plants identiques est au départ limité à une dizaine de rejets qui, de plus, ne peuvent être transplantés qu’une quinzaine d’années après le semis.

3Malgré ces difficultés, deux programmes d’amélioration génétique ont vu le jour : celui de la station de recherche agronomique américaine à Indio et celui de la recherche agronomique marocaine pour lutter contre le bayoud.

Programme de la station de recherche de l’ARS à Indio (1948-1981)

Objectifs

4Créer des variétés femelles :

  • produisant une datte de qualité égale ou supérieure aux meilleures variétés présentes (dimension, texture, saveur, apparence, sans décollement peau/chair) ;
  • idem pour le rendement ;
  • indemnes de black nose, maladie à laquelle la Deglet Nour est très sensible ;
  • adaptées à la mécanisation de la récolte et du conditionnement ;
  • avec un long pédoncule de l’inflorescence ;
  • à vitesse de croissance du stipe limitée. C’est une caractéristique de la variété Khadrawy.

Méthodes

5Elles sont les suivantes :

  • obtention à partir des meilleures variétés femelles de génotypes mâles améliorés par sélection récurrente, jusqu’à 5 back cross. Sélection des génotypes mâles sur les caractères phénotypiques ;
  • à partir du pollen des back cross, croisement avec les meilleures variétés femelles ;
  • évaluation des caractéristiques des nouveaux génotypes femelles obtenus ;

6Je fournis dans le tableau 1 la liste des variétés femelles de référence avec leurs principaux atouts (Barret, 1973).

Variety

Desirable Characters

Abada

Attractiveness, glossy black fruit with frostlike bloom, midseason maturity

AmirHaji

High Quality fruit little spoilage of fruit in wet weather

Barhee

High quality fruit, heavy yield, late maturity, low tannin in khalal stage

Badrayah

Large fruit, firm texture, midseason maturity

Dayri

High quality, distinctive rich flavor, moisture tolerance, good size, semidry texture

Deglet Beida

Light-colored fruit, smooth skin, very firm texture, early maturity

Deglet Noor

Superior quality, distinctive rich flavor, semidry texture, early maturity

Empress

High quality, attractiveness, good size distinctive rich flavor

Halawy

high quality, distinctive rich flavor, moisture tolerance, early maturity

Horra

Good size, very firm texture, long fruitstalks, midseason maturity

Khadrawy

High quality, dwarf stature, moisture tolerance, precocious flowering, sparse spines early maturity

Kush Zebda

Superior fruit quality, distinctive rich flavour, long fruitstalks

Medjool

Large fruit, moisture tolerance, early maturity, good quality

Tadala

Large fruit, moderate moisture tolerance, attractiveness, earl maturity

Thoory

Light-colored fruit, moderately large fruit., very firm, moisture tolerance late maturity

tableau 1

Liste des variétés femelles de référence avec les principaux atouts (Barret, 1973)

7Les back cross obtenus (Krueger, 1998) sont listés dans le tableau 2.

Accession N°

PI

Name

66-11-50

555405

Amir Hajj BC2

66-11-53

555406

Amir Hajj BC2

60-270-9

555412

Barhee BC3

70-41-53

555415

Barhee BC4

70-31-50

555419

Barhee BC4

60-271-2

555413

Dayri BC2

60-271-7

555414

Dayri BC2

70-41-53

555416

Dayri BC3

70-39-53

555417

Dayri BC3

64-354-22

555402

Deglet Noor BC4

69-150-52

555432

Deglet Noor BC5

69-150-50

555433

Deglet Noor BC5

64-351-1

555403

Halawy BC3

64-351-18

555404

Halawy BC3

69-152-50

555434

Halawy BC4

63-394-25

555444

Khadrawy BC3

69-154-28

555435

Khadrawv BC4

61-411-2

555423

Khalasa BC2

69-155-51

555436

Khalasa BC2

69-157-51

555439

Medjool BC3

69-156-52

555438

Medjool BC4

69-158-51

555440

Tazizoot BC3

62-431-3

555445

Thoory BC3

70-43-50

555418

Thoorv BC4

66-14-52

555408

Zahidi BC2

66-14-50

555407

Zahidi BC2

66-15-51

555409

Zahidi BC2

? Tableau 2
List des back cross obtenus (Krueger, 1998)

Résultats

8– Parmi les back cross : assez bonne transmission de la taille des fruits (grosse taille pour les descendants de la variété Medjoul, taille réduite pour les descendants de la variété Khadrawy). Bonne ressemblance des fruits pour la Barhee mais mauvaise pour la Deglet Nour. Sa saveur qui la rend si particulière n’a pas été conservée alors que cette variété a bénéficié de 5 back cross.

9– Parmi les croisements : la plupart de qualité inférieure (taille, saveur, texture et apparence des fruits), tolérance insuffisante à la pluie au stade kalal, mauvaise conservation. Seul 1 % des nouveaux génotypes obtenus a été retenu. Aucun des descendants à partir de BC KHD n’a été conservé (voir tableau 3).

Tableau 3
Nouveaux génotypes obtenus après croisements
(source : Krueger, 1998)

10Aucun des génotypes de type demi-sec obtenus n’a été comparable à la variété demi sèche de référence qui est la Deglet Nour.

11De plus, certains caractères délétères sont apparus : perte de vigueur, faible productivité en pollen, palmes albinos.

Conclusion

12Ce programme de plus de 30 ans n’a abouti à aucun résultat exploitable au stade commercial.

Programme d’amélioration génétique de la recherche agronomique marocaine pour lutter contre le bayoud

Quelles méthodes de lutte contre le bayoud, maladie vasculaire mortelle du dattier ?

Les méthodes chimiques

13Le traitement des sols en profondeur est irréalisable. Les chlamydospores du Fusarium oxysporum f. sp. albedinis responsables de la maladie sont présentes en profondeur où elles se conservent de nombreuses années. Ce type de traitement n’est envisageable qu’en cas de détection précoce d’un nouveau foyer.

14L’utilisation de fongicides systémiques est très problématique car :

  • la détection de la maladie est souvent tardive ;
  • l’application d’insecticides prolongée toute la vie du palmier n’est ni réaliste ni souhaitable : coût, difficultés d’application, pollution environnementale, risque d’apparition de souches résistantes.

La prophylaxie

15L’interdiction du transport de rejets et de matériel végétal à partir d’oasis infestées permet, avec une totale sécurité, d’éviter la propagation de la maladie. Elle nécessite la réalisation de campagnes d’information intenses et périodiques ainsi que la mise en place de mesures de contrôle efficaces. Cette stratégie s’est révélée parfaitement efficace en Algérie : depuis le milieu des années 1970, aucun nouveau foyer n’a été observé et les oasis de l’est algérien ont été préservées.

La résistance génétique

16Elle est apparue très vite comme la seule voie disponible pour restaurer les oasis dévastées par le bayoud au Maroc et dans l’ouest algérien.

Le programme de création de variétés résistantes au bayoud

17Ce programme a été initié par Toutain, Saadi et Louvet (Inra Maroc, Inra France) au début des années 1960. Il a été ensuite poursuivi par Sedra et son équipe (Inra Maroc). Je présente ici les méthodes et résultats en me basant sur deux publications de Saaidi (Saaidi, 1981 ; Saaidi, 1992).

18Le programme a consisté en :

19- 1) un intense travail de prospection dans les palmeraies marocaines afin de sélectionner des variétés et des génotypes résistants et de prélever les rejets correspondants : 850 000 sairs (issus de graine) ont été observés ; 309 génotypes femelles ont été sélectionnés dont 262 provenant de zone bayoudée. Le tableau 4 présente les notes données à ces génotypes en comparaison avec quatre variétés de référence marocaines ;

Tableau 4
Notes données à différents génotypes en comparaison avec quatre variétés de référence marocaines (Saaidi, 1981)

20- 2) la plantation des rejets prélevés sur des foyers actifs du bayoud à Zagora. Pour les variétés, un dispositif expérimental impressionnant a été mis en place : 120 plants par variété à tester, 2 205 plants de la variété Bou Feggous (témoin sensible) et 840 de la variété Iklane (témoin résistant). Ce dispositif a permis de confirmer ou d’infirmer la résistance et a abouti à la mise en évidence de trois type de variétés : des variétés résistantes, des variétés très sensibles et des variétés intermédiaires (Saaidi, 1992) ;

Figure 1
Classement des cultivars de palmier dattier en fonction des attaques de bayoud au bout de 25 années (Saaidi, 1992)

21- 3) la création de variétés résistantes et de qualité par hybridation contrôlée.

22Pour cela, le schéma suivant a été adopté :

  • 33 génotypes mâles résistants ont été multipliés à 10 variétés de haute qualité mais sensibles : 155 000 graines ont été obtenues de ces croisements ;
  • le pollen provenant de 19 back cross mâles du programme américain (génotypes améliorés supposés sensibles) a servi à polliniser 8 génotypes femelles résistants mais de qualité médiocre : 76 000 graines ont été obtenues de ces croisements.

23Les plantules issues de ces graines ont été soumises à un premier test de résistance sur substrat infesté par des souches virulentes de Fusarium oxysporum f. sp. albedinis. Le tri des plants résistants a été opéré. Ils ont été ensuite plantés en pleine terre de nouveau sur foyers actifs. La qualité des dattes produites ultérieurement par les plants résistant a été évaluée. Cela a permis de sélectionner les génotypes qui étaient à la fois résistants et de qualité. Sur l’ensemble des croisements opérés, très peu de génotypes ont présenté ces deux caractéristiques.

24Des recherches pour la multiplication par culture in vitro (organogenèse) des génotypes les plus prometteurs ont été engagées. Quelques variétés nouvelles ont pu être créées grâce à cette technique et les vitroplants obtenus distribuées aux agriculteurs.

Conclusions

25Aucun des descendants du programme américain n’est utilisé commercialement.

26Environ 300 000 vitroplants du programme marocain ont été plantés (prévisions initiales : 3 millions de 1987 à 2007) mais près de 90 % de variétés sensibles et principalement un seul cultivar résistant et de qualité.

27En raison des autres problèmes concernant la culture du palmier dattier (faiblesse des rendements liée à de mauvaises pratiques culturales, conservation et commercialisation des dattes, problèmes socio-économiques), en raison du coût et de la durée de mise en œuvre d’un programme d’amélioration génétique, en raison de l’importance des ressources génétiques existantes, l’amélioration génétique du dattier, sauf dans quelques cas particuliers, constitue-t-elle une priorité ?

Bibliographie

Bibliographie

Barret H. C., 1973 – Date breeding and improvement in North America. Fruit Var J., 27 : 50-55.

Krueger R., 1998 – « Date Palm Germplasm: Overview and Utilization in the USA. First International Conference on Date Palms (Al-Ain, UAE, March 8-10, 1998) ». Faculty of sciences UAE : 2-37.

Saaidi M., Toutain G., Bannerot H., et al., 1981 – La sélection du palmier-dattier (Phœnix dactylifera L.) pour la résistance au bayoud. Fruits, 35 (4) : 241-249.

Saaidi M., 1992 – Comportement au champ de 32 cultivars de palmier dattier vis-à-vis du bayoud : 25 années d’observations. Agronomie, 12 (5) : 359-370.

Table des illustrations

Légende Tableau 3Nouveaux génotypes obtenus après croisements(source : Krueger, 1998)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Tableau 4Notes données à différents génotypes en comparaison avec quatre variétés de référence marocaines (Saaidi, 1981)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Figure 1Classement des cultivars de palmier dattier en fonction des attaques de bayoud au bout de 25 années (Saaidi, 1992)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search