Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 3. Intérêts et limites de la micropropagation du palmier dattier

Intérêts, limites et perspectives de la multiplication in vitro du dattier pour le développement de cette culture

Michel Ferry

Texte intégral

Intérêts

1Le principal intérêt de la multiplication in vitro du palmier dattier est de répondre aux besoins en plants beaucoup plus rapidement que par le recours aux rejets : en moyenne dix tous les dix ans à partir de rejet contre doublement tous les mois dans le cas de la multiplication par organogenèse in vitro. Mais, il faut noter que ce potentiel de multiplication végétative à partir de rejets peut être considéré comme tout à fait suffisant comme l’illustre les deux exemples suivants :

  • les planteurs californiens continuent à utiliser les rejets pour le renouvellement de leur plantation alors que c’est en Californie qu’a été mise au point, pour la première fois il y a trente ans, la multiplication in vitro du dattier par embryogenèse somatique à partir de rejet (Tisserat, 1979) ;
  • en Tunisie, le développement considérable de plantations de la variété Deglet Nour à partir des années 1970 a été entièrement basé sur l’utilisation de rejets.

2En fait, c’est surtout dans les pays de la péninsule arabique que l’emploi des vitroplants a pris une certaine importance, en raison entre autres d’un pouvoir d’achat très élevé dans cette région.

3Le recours à la multiplication in vitro s’il présente l’avantage de rendre rapidement disponible un très grand nombre de plants clonés présente néanmoins le risque d’accélérer encore l’appauvrissement de l’agrodiversité par la réduction à quelques cultivars de réputation internationale le nombre des variétés proposées par les laboratoires commerciaux de culture in vitro.

4A l’opposé, la multiplication in vitro présente l’avantage de permettre la multiplication de génotype de très grande qualité rare ou encore sans rejet. Dans ce dernier cas, cette opération est réalisable à partir de divers type d’explants :

  • bourgeons indifférenciés, apex ou très jeunes feuilles. Mais, cela entraîne le sacrifice du palmier correspondant au génotype unique ;
  • jeunes feuilles en s’inspirant de la technique utilisée pour le palmier à huile ;
  • jeunes inflorescences. Le prélèvement d’inflorescences même très jeunes ne nécessite pas le sacrifice du palmier si son mode de floraison a été soigneusement établi et si une technique d’extraction adaptée est utilisée.

5Un autre intérêt très important de la multiplication in vitro est de permettre l’échange de matériel sain et, plus particulièrement indemnes vis à vis des deux principaux organismes mortels du dattier connus aujourd’hui : le Fusarium oxysporum f. sp. albedinis responsable de la maladie mortelle du bayoud et le charançon rouge des palmiers. Dans les deux cas, c’est, en totalité ou en grande partie, à cause de l’échange de rejets infestés que ces organismes ont été disséminés et continuent à l’être.

Limites : des vitroplants pour produire des dattes mais dans quelles conditions et pour quels débouchés ?

6Depuis les premiers travaux sur la multiplication in vitro du dattier, cette technique a connu un engouement qui n’a pas été toujours justifié par les besoins réels et raisonnables en plants. De manière plus large, cet engouement reflète d’ailleurs celui porté depuis une trentaine d’années sur le développement de la culture du dattier en général.

7Depuis le début des années 1970, on assiste à une augmentation spectaculaire de la production de dattes dans le monde. Par contre, on constate une diminution des rendements par rapport à la période antérieure (fig. 1).

Figure 1
Evolution des rendements de 1961 à 2007

8L’essentiel de l’augmentation de la production mondiale ne repose pas sur une augmentation des rendements mais sur une croissance exponentielle du nombre de palmiers plantés.

9D’un point de vue mondial, le problème principal ne consiste pas en réalité en un manque de plants mais en leur très faible productivité. La production moyenne des dattiers à l’échelle mondiale ne s’élève qu’à 30 à 35 kg par pied et par an alors que le potentiel normal de production d’un palmier est en moyenne de 100 à 120 kg. La faible productivité moyenne des palmiers ne repose pas sur des limites génétiques mais sur des raisons agronomiques et socio-économiques. Parmi ces dernières, il faut souligner celle du mouvement général d’abandon des oasis par les jeunes.

10La principale raison agronomique du faible rendement des palmiers est le fort déficit d’irrigation dont ils souffrent. Dans les régions où se pratique cette culture, les ressources en eau sont limitées alors que l’évapotranspiration est très élevée. Le développement des cultures a contribué, depuis une trentaine d’année, à l’émergence d’une situation de pénurie en eau extrêmement grave. Dans la grande majorité des pays où est cultivé le palmier dattier, l’exploitation des ressources en eau dépasse leurs capacités de renouvellement ou repose sur des ressources fossiles d’extraction de plus en plus problématique.

11Avec la mise en œuvre de nouvelles technologies d’exploitation des ressources en eau, on est passé d’une gestion équilibrée à une exploitation minière aux conséquences souvent désastreuses : disparition de l’artésianisme, abaissement des nappes phréatiques, intrusion de nappes marines, salinisation des nappes et des sols. La situation est tellement grave que, dans de nombreux pays, on peut observer le dessèchement total de certaines palmeraies. Ce phénomène est particulièrement marqué dans les pays où l’extension des palmeraies a été considérable. C’est le cas entre autres des Emirats Arabes Unis qui sont devenu en une vingtaine d’années le pays qui possède de loin le plus grand nombre de dattiers. Il compte plus 40 millions de pieds alors que ce chiffre ne s’élevait qu’à 2-3 millions il y a trente ans.

12La question majeure que soulève ce développement non durable avec dégradation souvent irréversible des ressources est celle de sa finalité. Planter plus de dattiers et produire plus de dattes, pour quel marché, à quel prix de vente et dans quelles conditions de rentabilité économique pour les exploitants ?

Figure 2
Évolution de la production et des exportations de 1961 à 2005

13Comme on le voit sur la figure 2, 90 % ou plus des dattes produites dans le monde sont consommées dans les pays mêmes de production.

14Les débouchés à l’exportation sur lesquels misent beaucoup trop les promoteurs de la culture du dattier pour justifier leurs projets sont limités. La datte est en effet un fruit qui est consommé principalement, soit sur les lieux mêmes de production où elle constitue une part importante de l’alimentation, soit par des sociétés de religion ou de culture musulmanes. La consommation de dattes y accompagne de manière traditionnelle la rupture du jeûne pendant le ramadan et les principales fêtes religieuses et familiales. Même dans ces pays, la tendance est à la diminution de la consommation avec l’accroissement de la vie citadine et l’augmentation des revenus.

15Par contre, avec l’augmentation des revenus, les consommateurs deviennent plus exigeant sur la qualité.

16Tout à fait à l’opposé du développement incontrôlé et explosif de plantations de dattiers auquel on a assisté depuis une trentaine d’années, l’objectif doit être de produire mieux des dattes de meilleure qualité.

17Produire mieux signifie produire sans dégrader les ressources naturelles, tout en offrant à l’exploitant une rentabilité économique suffisante qui va reposer entre autres sur un prix de vente rentabilisant ses efforts et ses dépenses.

18Produire des dattes de meilleure qualité ne signifie pas seulement disposer de plants de variétés de qualité, mais repose aussi sur des techniques de culture, des procédés de conservation, des méthodes de commercialisation permettant de mettre sur le marché un fruit sain et attractif pour l’acheteur.

19La multiplication in vitro a un rôle à jouer dans cette perspective, mais le recours à cette technologie ne sera vraiment utile que si l’ensemble des composantes de la filière est pris en compte.

Perspectives

20Il existe des besoins en vitroplants pour des créneaux bien spécifiques, en particulier celui des variétés réputées et peu disponibles.

21Mais il faut bien prendre garde que ces variétés ne s’adapteront pas forcément partout. C’est par exemple le cas de la Deglet Nour, variété internationalement très réputée dont plusieurs laboratoires ont entrepris la multiplication industrielle dans l’espoir de la commercialiser au Moyen Orient. Or, c’est une variété peu plastique, et les essais d’introduction de cette variété ont abouti à des échecs.

22Dans la lutte contre le bayoud, la multiplication in vitro de variétés résistantes continue à représenter la seule perspective. Les résultats ne sont cependant pas à la hauteur des attentes. Vingt cinq ans après la mise en route du programme de multiplication in vitro au Maroc, seulement 300 000 vitroplants ont été produits dont 90 % sont sensibles à la maladie et pratiquement un seul génotype à la fois résistant et de qualité a été diffusé en milieu paysan (Nejda). Il faut néanmoins souligner qu’afin d’éviter tout risque de diffusion de plants anormaux, ce qui aurait été catastrophique, le programme de recherche engagée a porté sur l’organogenèse et non sur l’embryogenèse somatique. La maîtrise de l’organogenèse à l’échelle industrielle et pour une gamme de variétés est beaucoup plus difficile à obtenir que l’embryogenèse somatique par contre elle assure la conformité du matériel obtenu comme cela a été vérifié une nouvelle fois au Maroc.

23Pour l’extension de la culture du dattier hors de sa zone traditionnelle, le recours à la multiplication in vitro apporte un avantage considérable.

24Au sahel, depuis des dizaines d’années, de nombreux projets se sont succédés pour introduire la culture du dattier, en s’approvisionnant en rejets à partir des quelques palmeraies du nord de la bordure sahélienne. Malgré, les importants efforts engagés, aucun de ces projets n’a abouti. Si des considérations socio-économiques expliquent en grande partie ces échecs, les difficultés représentées pour l’acquisition et le transport de ces rejets n’ont pas contribué à leur réussite. Disposer de vitroplants constitue un changement complet de perspective.

25Mais, avant de diffuser des vitroplants au Sahel, il convient impérativement d’assurer des essais de comportement des variétés. L’extension de la culture du dattier dans cette région se heurte en effet à un facteur limitant d’importance cruciale : il est impératif que la maturation des dattes ait lieu avant le démarrage de la saison des pluies, faute de quoi les dattes pourriraient avant de pouvoir être récoltées. Plus on descend en latitude, de la bande sahélo-saharienne vers la bande sahélo-soudanaise, plus ce risque de concomitance s’élève.

26Des essais de comportement, dont les premiers ont été réalisés par moi-même il y a vingt ans dans la région de Gao, sont d’autant plus indispensables que l’on s’éloigne de la bande sahélo-saharienne. Depuis quelques années, plusieurs variétés ont été diffusées dans des régions situées à la latitude de Niamey sans que de tels essais aient été réalisés. Cela constitue une erreur grave. De plus, l’une des variétés diffusées, la Barhee, est de type ultra-mou, mûrissant très rapidement, ce qui d’emblée en fait une très mauvaise candidate pour sa diffusion, en raison de l’extrême difficulté de sa conservation.

27Dans certaines palmeraies du sud de la bande sahélienne, on observe des palmiers qui fleurissent deux fois. Un important travail de recherche a été réalisé sur ce phénomène (Jahiel, 1996). Complétant ce travail, j’ai constaté que certains de ces palmiers étaient à floraison anormale prédominante. Je donne (tabl. 1), à titre d’exemple, les observations que j’ai réalisées sur un palmier à Kojimeri (Niger) où tous les régimes et les inflorescences ont été localisés par l’établissement de l’organisation phyllotaxique de ce palmier et en suivant très exactement leur rang sur la spirale chronologique. Ce palmier porte en même temps 14 régimes de dattes mûres ou sur le point de mûrir (stade kalal) correspondant à la floraison anormale (induite par la saison des pluies de l’année antérieure) et 7 inflorescences correspondant à la floraison normale de l’année en cours.

Rang

Observations

1

régime à peine sorti non récolté

2

régime de 5 kg

3

régime de 5,5 kg

4

régime de 5,5 kg

5

régime de 4,5 kg

6

régime de 7 kg

7

régime de 7,5 kg

8

régime de 6 kg

9

régime de 7,5 kg

10

régime de 6,5 kg

11

régime de 7,5 kg

12

régime de 4,5 kg

13

régime intermédiaire dattes au stade kalal

14

régime intermédiaire dattes au stade kalal

15

inflorescence

16

inflorescence

17

inflorescence

18

inflorescence

19

inflorescence

20

inflorescence

21

inflorescence

Tableau 1
Double floraison. Observations réalisées à Kojimeri (Niger) le 15/5/95

28Ces génotypes constituent des candidats très intéressants pour un programme de création variétale s’il s’avère que ce caractère est à dominante génotypique forte. En effet, cela permettrait de disposer de variétés murissant leurs dattes bien avant la saison des pluies.

29En dehors ce ces contraintes écologiques, l’extension de la culture du dattier au Sahel est rendu souvent difficile par un contexte socioculturel bien spécifique.

30Une grande partie des populations qui vivent dans la bande sahélienne est essentiellement constituée d’éleveurs nomades, sans aucune tradition de cultivateur, excepté, dans certains cas, celle de la pratique de cultures pluviales. Les sécheresses récurrentes de ces dernières années ont cependant conduit à l’émergence d’un agropastoralisme encore loin d’être maitrisé. Même si, pour des raisons culturelles, ces agropasteurs expriment un intérêt de principe pour la culture du dattier, celui-ci ne correspond pas toujours ni à une réelle volonté ni à une réelle possibilité de consacrer du temps et des moyens à cette culture. L’identification des personnes qui sont véritablement prêtes à entreprendre cette culture nécessite une très bonne connaissance du milieu et une intervention très progressive. L’expérience acquise dans ce domaine démontre que l’adoption de cette culture n’a de chance de réussir que si elle est intégrée à des systèmes de production familiaux diversifiés, comprenant diverses autres cultures (en particulier vivrières annuelles) et une activité associée d’élevage.

31Par la suite, les candidats à l’acquisition de plants de dattiers vont avoir besoin d’une formation aux différentes pratiques très spécifiques de cette culture et d’un appui technique régulier et prolongé jusqu’au moins les trois ou quatre premières récoltes. Les initiatives portant la distribution massive de vitroplants sans aucune mesure d’accompagnement et sans même disposer de formateurs formés aux pratiques phoenicicoles sont vouées à l’échec.

32Sur le plan économique, il est essentiel que les variétés proposées, en plus de l’adaptabilité agro-climatique dont la nécessité a été soulignée plus haut, fournissent des dattes compétitives avec celles qui sont habituellement importées. La sélection des variétés doit donc reposer sur une approche multicritères avant leur multiplication et leur diffusion.

33Dernier point d’une très grande importance, il faut fournir à ces candidats à la phoeniciculture non seulement des variétés bien adaptées mais également des plants normaux.

34Cette normalité est garantie quand les vitroplants ont été obtenus par organogenèse stricte (sans aucune formation de cal aussi minime soit-elle). Par contre, les vitroplants obtenus par embryogenèse somatique indirecte (passage par une phase de callogenèse) ont souvent présenté des anomalies graves. Les deux plus importantes connues sont celle portant sur l’absence de fécondité des fleurs femelles et le nanisme. Pour la variété Barhee, les lots produits par certains laboratoires ont été anormaux à 100 % (Al-Wasel, 2005). Un ou deux laboratoires ont maintenant modifié leur protocole (en particulier réduction importante du nombre de repiquages) et ont réussi à réduire ce risque d’anomalie. A noter qu’il ne faut pas confondre ces anomalies avec un certain nombre de caractères qui ne sont que la conséquence du processus de rejuvénilisation du à la culture in vitro (Ferry, 2005).

Conclusion

35La multiplication in vitro est un outil parfois indispensable au développement de la culture du dattier, mais il faut y recourir dans le cadre d’une approche globale et participative.

Bibliographie

Bibliographie

Al-Wasel A., 2005 – « A Surrey study on somaclonal variations in in vitro-derived date palm trees ». Proceedings of The International Workshop On True-ToTypeness of Date Palm Tissue Culure-Derived Plants Morocco 2325 May 2005. Inra edition : 113-118.

Ferry M., 2005 – « Mixed inflorescence vegetative axillary development: a trait of rejuvenation in the date palm from tissue culture ». Proceedings of The International Workshop On True-ToTypeness of Date Palm Tissue Culure-Derived Plants Morocco 2325 May 2005. INRA edition : 113-118.

Jahiel M., 1996 – Phénologie d’un arbre méditerranéen acclimaté en région tropicale : le dattier au sud du Niger et son appropriation par la société Manga. Thèse Université de Montpellier 2, 268 p.

Tisserat B., 1979 – Propagation of date palm (Phœnix dactylifera L.) in vitro. Journal of Experimental Botany, 30 : 1275-1283.

Table des illustrations

Légende Figure 1Evolution des rendements de 1961 à 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 2Évolution de la production et des exportations de 1961 à 2005
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search