Desktop versionMobile version

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

La palmeraie historique d’Elche

Susi Gómez Vives and Michel Ferry

Full text

Situation générale

1Le palmier dattier, arbre de vie de la Bible, est à la base de l’existence des oasis, îlots de vie et d’agriculture irriguée intensive, qui parsèment le désert aride chaud s’étendant de l’Inde au Maroc. Sous ces latitudes marquées par un climat d’une extrême rudesse, le palmier dattier crée un microclimat favorable à la vie des hommes et à l’existence d’un agrosystème oasien complexe et diversifié.

2La localisation de ces oasis est en relation avec leur fonction initiale d’escale dans la traversée du désert.

3En Espagne, et comme témoignage de huit siècles de domination arabe, quelques palmeraies ont résisté jusqu’à nos jours.

4La plus importante d’entre elles est la palmeraie d’Elche. Sur une extension de 500 hectares, environ 200 000 palmiers composent cette incroyable oasis européenne. Déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2000, la palmeraie est le fruit d’un agrosystème complexe dont le palmier dattier n’était que l’une de ses composantes. Comme dans la plupart des oasis traditionnelles à travers le monde, la culture du palmier était associée, à Elche, à d’autres cultures (luzerne, coton, céréales, légumes, grenadiers), ainsi qu’à l’élevage.

5À Elche, cette association a pris un caractère particulier dans l’occupation de l’espace : les palmiers étaient généralement plantés, en suivant les canaux d’irrigation (acequias), à la périphérie des parcelles de culture, elles-mêmes organisées en bassins d’irrigation de 500 à 1 000 mètres carrés environ.

Photo 1
La procession du dimanche des Rameaux à Elche

6Les palmiers ont constitué ainsi un « maillage parcellaire » qui a pris le nom de hort. Les horts de palmiers sont des propriétés relativement petites, entre 9 000 et 66 500 mètres carrés, parfaitement délimitées par chemins, acequias, marges, murets, etc. et identifiés par un nom particulier : Hort del Gat, Hort del Cura, Hort de La Seca, etc.

7Cette disposition a répondu à Elche à des contraintes climatiques. Contrairement à la situation qui prévaut dans les déserts sahariens, ces conditions ne permettent pas le développement satisfaisant d’autres cultures directement à l’ombre des palmiers, d’où la localisation de ceux-ci en périphérie des parcelles où se trouvaient les autres cultures. Un réseau de acequias, développé à l’époque arabe, conduit l’eau du fleuve Vinalopó jusqu’aux parcelles. Dans une zone de faibles précipitations (250 mm par an en moyenne avec une grande variabilité), ce réseau permit la création de la palmeraie d’Elche.

8Placés à la marge des parcelles de culture, les palmiers ne sont pas particulièrement irrigués et, surtout, ils sont plantés à haute densité (souvent en deux files côte à côte avec une distance d’environ 2 mètres entre les palmiers). Cette configuration entraîne une très forte compétition entre les sujets et un développement lent et hétérogène.

9Ce mode de culture s’explique parce que à Elche, comme dans de nombreuse oasis, le palmier était cultivé pour plusieurs usages : dattes pour l’alimentation humaine et animal, palmes pour la fabrication de divers produits (balais…) et comme bois de feu, troncs pour construire tables, bancs, poutres, etc. Mais la production la plus emblématique de cette palmeraie reste celle de la palme blanche pour le dimanche des Rameaux (photo 1) dans la tradition catholique. Ce mode d’exploitation du palmier remonte au moins au XVe siècle et a joué un rôle essentiel dans le développement et le maintien de la palmeraie d’Elche.

Photo 2
Palmiers encapuchonnés pour la production de palme blanche

Les contraintes

10Cette diversité d’utilisation explique pourquoi le palmier, à Elche comme dans d’autres pays (près d’un tiers des palmiers en Egypte), a été multiplié par graines et non par sélection et reproduction végétative de pieds sélectionnés. Ce type de multiplication aboutit à la création d’une population dont tous les génotypes sont distincts et avec une grande variabilité phénotypique. A Elche, le travail de sélection engagé par la station Phœnix, a mis en évidence que seuls quelques palmiers produisaient des dattes de qualité commerciale. Malheureusement, ces rares palmiers étaient en plus dépourvus de rejets, car ceux-ci, n’étant pas utilisés, sont traditionnellement éliminés.

11Ce mode de culture, et l’agrosystème auquel il est associé, n’ont pratiquement pas varié depuis l’époque arabe, et se sont révélés satisfaisants jusque dans les années 1950, mais ils se trouvent gravement inadaptés à l’évolution socio-économique de la seconde moitié du XXe siècle. Les dattes sont fortement concurrencées par l’importation. Le petit élevage associé, qui valorisait les dattes de mauvaise qualité, a régressé. A l’exception de la palme blanche, l’usage des sous-produits du palmier a quasiment disparu.

12Parallèlement, le coût de main-d’œuvre a augmenté, de nouveaux agrosystèmes se sont développés avec la mobilisation de nouvelles ressources en eau, le recours à la mécanisation et l’apparition de nouveaux marchés. Enfin, pour presque la moitié de la palmeraie située en bordure d’une ville en pleine expansion industrielle et démographique, l’urbanisme est devenu largement prédominant.

13Les quelques rares éléments de l’agrosystème traditionnel qui demeurent sont représentés par l’exploitation de la palme blanche et la production de dattes fraîches pour les marchés environnants, réalisées par un nombre toujours plus réduit de familles. Mais, ces activités sont à elles seules très insuffisantes pour assurer la durabilité de l’agrosystème (une centaine de tonnes de dattes, 200 000 palmes blanches par an).

14Les familles qui récoltent les dattes ou produisent la palme blanche ont maintenu jusqu’à présent un savoir-faire exceptionnel, en particulier dans les pratiques de la montée au palmier et du travail à leur sommet (photos 2 et 3). A ce savoir-faire est associée l’utilisation d’un outillage manuel performant et original, très différent de celui existant dans les autres palmeraies du monde.

Photo 3
La cueillette des dattes : un savoir-faire ancestral
Source : J. A Laurent. Biblioteca Nacional de España

Activités de recherche

15Pour ne pas disparaître, l’agrosystème de la palmeraie d’Elche, unique en Europe et dans l’histoire de la phoeniciculture, originellement propre au monde musulman, doit évoluer en vue d’une nouvelle rentabilité.

16Avec l’objectif original de relancer la culture du dattier à Elche par une production rentable de dattes, la mairie d’Elche a décidé de créer avec l’Inra, le Cirad et d’autres partenaires espagnols (région de Valence, universités d’Elche et d’Alicante) un centre de recherche, de formation et d’information dédié exclusivement au palmier dattier et aux systèmes de production oasiens en zones arides (photo 4).

17Les recherches actuelles portent sur quatre thèmes jugés prioritaires à l’issue de l’analyse globale de la situation réalisée au départ du projet :

  • la culture in vitro ;
  • la technologie de la datte ;
  • la protection sanitaire par la lutte biologique ;
  • l’étude des systèmes de production.

Photo 4
La station Phœnix d’Elche

Les recherches en culture in vitro

18Confrontées à deux contraintes majeures, l’absence totale de variétés et l’âge élevé des quelques palmiers intéressants, les recherches engagées par le laboratoire ont porté tant sur l’organogenèse que sur l’embryogenèse somatique (photo 5). Elles ont été précédées d’une étude très fine de l’anatomie comparative du dattier adulte et du rejet. Cette étude a abouti à l’établissement d’un modèle morphogénétique original des productions axillaires.

19Les résultats obtenus sur la propagation de palmiers adultes par organogenèse a reposé sur la mise au point de modalités novatrices : le prélèvement d’explants sans désinfection, la culture de méristèmes vrais et le passage des explants par une première phase de culture en milieu liquide. L’évolution végétative de bourgeons indifférenciés extraits de palmiers adultes a été obtenue. Malheureusement, cette évolution est rare. Elle ne permet pas de baser, sur cette technique, la multiplication in vitro de palmiers adultes avec une garantie de réussite suffisante.

Photo 5
Vitroplants de palmier dattier

20En conséquence, la station Phœnix a travaillé sur un protocole mixte nouveau d’embryogenèse/organogenèse. La technique de multiplication in vitro de palmiers adultes passe par une phase initiale d’embryogenèse somatique. Elle suit un processus particulier qui a pour objectif de réduire au minimum le risque de non-conformité. La callogenèse est réduite à deux ou trois cycles de repiquage et, même dans certains cas, absente. Dès l’apparition des premiers embryons, ceux-ci sont cultivés selon un processus identique à celui mis au point pour la multiplication par organogenèse à partir de bourgeons axillaires de rejets.

21Parallèlement à la mise au point de cette méthode, la sélection dans la palmeraie d’Elche de palmiers producteurs de dattes qui arrivent à mûrir et soient d’excellente qualité commerciale était poursuivie. Cette sélection a été complétée par un essai de comportement de variétés étrangères.

22Deux génotypes ont finalement été retenus : la Confitera, un génotype local multiplié par embryogenèse/organogenèse et la Medjoul. Cette dernière a été multipliée par organogenèse directe à partir de rejets.

23Plus de 15 000 palmiers de ces deux variétés produits par l’unité de production industrielle créée au sein de la station Phœnix ont été déjà plantés à Elche. La première récolte des palmiers plantés en 2002 a été obtenue en 2005. Près de 6 000 vitroplants ont également été plantés dans divers pays d’Afrique et d’Amérique latine.

24Comme cela était prévisible, aucun vitroplant de la variété Medjoul n’a présenté la moindre anomalie puisqu’ils avaient été obtenus par organogenèse stricte, technique qui, quand elle est respectée scrupuleusement, garantit la conformité des vitroplants. Avec le procédé mixte d’organogenèse/embryogenèse bien que les facteurs inducteurs de variation aient été réduits au minimum, il subsistait un risque. Cependant, tous les vitroplants de la variété Confitera obtenus selon ce procédé se sont révélés parfaitement conformes.

25Grâce au procédé novateur mis au point pour la conservation de la datte fraîche qui a été protégé par un brevet, les dattes produites par les vitroplants ont permis le démarrage d’une industrie nouvelle de la datte à Elche.

Les recherches en lutte biologique

26Jusqu’à il y a une vingtaine d’années, le palmier dattier à Elche n’était notablement affecté par aucune maladie ni aucun ravageur. Mais une forte demande de palmiers d’ornement, de plus de deux mètres de stipe, a entraîné de nombreuses importations en provenance, en particulier, d’Egypte. Ces importations ont eu comme résultat l’introduction de cochenilles et de ravageurs mortels comme le charançon rouge. Un important travail de recherche a été engagé dans notre laboratoire pour le controle intégré de ce ravageur. Un système de lutte performant a été au point. Il est appliqué par de nombreuses villes dans divers pays méditerranéens.

27Un laboratoire de production d’auxiliaires pour la lutte biologique contre les cochenilles du palmier a été implanté et fonctionne depuis dix ans.

Coopération internationale

28Les problèmes auxquels sont confrontés les cultivateurs de dattiers à Elche sont, sur plusieurs points, semblables à ceux rencontrés par les cultivateurs des oasis du reste du monde : perte de rentabilité des systèmes de production familiaux, vieillissement des plantations et insuffisance de plants de dattiers de qualité, nécessité d’une amélioration globale de la qualité de la datte, plusieurs problèmes phytosanitaires graves.

29En raison de cette similitude, les recherches conduites par la station Phœnix intéressent de nombreux producteurs, projets de développement et organismes de recherche du monde phoenicicole.

30La station Phœnix fournit un appui technique et des formations pour le développement de jardins oasiens familiaux (JOF) à base de dattier. Elle a également mis en place des essais de comportement de variétés de grande valeur commerciale en divers pays d’Afrique et d’Amérique latine.

31A la demande de plusieurs partenaires privé et publics, elle s’est également engagée dans des opérations de transfert de la technologie de multiplication in vitro par organogenèse à l’échelle industrielle.

List of illustrations

Caption Photo 1La procession du dimanche des Rameaux à Elche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10744/img-1.jpg
File image/jpeg, 157k
Caption Photo 2Palmiers encapuchonnés pour la production de palme blanche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10744/img-2.jpg
File image/jpeg, 223k
Caption Photo 3La cueillette des dattes : un savoir-faire ancestralSource : J. A Laurent. Biblioteca Nacional de España
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10744/img-3.jpg
File image/jpeg, 339k
Caption Photo 4La station Phœnix d’Elche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10744/img-4.jpg
File image/jpeg, 185k
Caption Photo 5Vitroplants de palmier dattier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10744/img-5.jpg
File image/jpeg, 180k

© IRD Éditions, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search