Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

Note sur l’origine et le développement de la palmeraie de l’Adrar mauritanien

Pierre Bonte

Texte intégral

1Les informations sur l’origine de la palmeraie de l’Adrar, la plus ancienne et la plus importante des palmeraies mauritaniennes, amènent à évoquer les légendaires Bafours, une population non musulmane dont l’histoire remonte au-delà du XIe siècle, du mouvement almoravide charte mythique de l’islamisation des territoires ouest-sahariens.

Les palmiers bafours

2Légendaires « gens d’avant », les Bafours ont néanmoins laissé des traces jusqu’à nos jours dans le peuplement de l’Adrar, où des lignées familiales et des fractions de tribu se réfèrent à cette origine, ainsi que dans celui de la Gebla (Trarza). Il pourrait s’agir d’une population berbère, « préchamelière », anciennement installée au Sahara et mélangée avec des « Noirs » sahariens héritiers des civilisations néolithiques de Tichit, peut être anciennement islamisée par les commerçants et missionnaires berbères kharidjites (Bonte, 1998). Parmi d’autres caractérisations (habitat de pierre semi-sédentaire, petite agriculture irriguée, chasse et cueillette, élevage de petit bétail…), il leur est attribué l’exploitation des premières palmeraies de la région, encore désignées comme des « palmeraies Bafours » (nekha bavûr, amendûr, insîl). Ces palmeraies « sauvages », non plantées mais issues de noyaux, sans sélection des mâles entraînant le manque de fixation des espèces, donnent des dattes petites et peu sucrées (calaf) dont j’ai en partie répertorié la diversité. Ces palmeraies Bafours sont clairement identifiées (Munier, 1955) et sont distribuées dans l’ensemble de l’Adrar avec une prédominance dans la partie occidentale du massif. Elles ont parfois été absorbées par des palmeraies « domestiques » là où les conditions de la plantation étaient favorables.

3Il s’agit d’une forme ancienne d’exploitation de la palmeraie qui correspondait à une sorte de cueillette (comme celle des baies des jujubiers qui était aussi d’une certaine ampleur), effectuée pendant la période de fructification : la getna est restée une saison d’installation des nomades dans les palmeraies et une période festive jusqu’à nos jours. Cette pratique est encore assez généralisée au XVIe siècle pour que les explorateurs portugais s’en fassent l’écho de manière très claire. « C’est la coutume chez eux, écrit Valentim Fernandes en 1506-1507, de se rendre à une certaine période de l’année dans les montagnes où poussent les palmiers sauvages. Ils recueillent autant de dattes qu’ils peuvent, les exposent au soleil, les font sécher et les gardent comme provision toute l’année. Ces dattes ne sont pas bonnes. Les cueilleurs de dattes sont des barbaros plus basanés que les autres habitants qui habitent les montagnes » (Description de la Côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal). L’auteur parle par ailleurs de l’Adra comme « la montagne des Bafours » témoignant de leur présence réelle dans le pays.

Cueillette et/ou plantation

4Ces observations soulèvent plusieurs questions intéressantes quant à l’origine et a développement de la palmeraie.

5Je ne ferai qu’évoquer la première évoquée par Munier. Les palmeraies Bafours pourraient représenter les restes de palmeraies naturelles, « spontanées ». Munier note que certains de ces palmiers peuvent correspondre à la description que fait Auguste Chevalier des Phœnix atlantica. Il avance l’hypothèse selon laquelle le chapelet d’oasis qui s’étend de l’Egypte à la Mauritanie serait en fait l’extension d’anciens peuplements de phœnix « spontanés » bordant la zone désertique, vestige d’une flore de climat chaud et humide datant d’avant la dernière désertification du Sahara. Selon de Candolle, ces peuplements auraient survécu jusqu’à l’époque historique sur les versants sud de l’Atlas Saharien. Mon incompétence en ce domaine de l’histoire génétique m’interdit d’aller plus loin.

6Une seconde question, apparentée à la première, nous est plus accessible. Ya t-il continuité entre ces palmeraies Bafours et les plantations attestées historiquement ? A quand remontent celles-ci ? La plus ancienne indication de la présence d’une palmeraie en Adrar remonte à al Bakri qui évoque la présence de 20 000 palmiers autour d’Azûgi en 1068 (Kitab al Mansalîk wa el Mamalîk). Le chiffre est invérifiable et on ne sait s’il s’agit de palmiers plantés ou sauvages ! Les références à l’origine des plantations remontent aux XVII-XVIIIe siècles. De manière fort intéressante elles évoquent la constitution de cultivars à partir de palmeraies bafours particulièrement propices. Dans les récits smâsîd, la grande tribu d’Atar, les dattes rouges (lahmar) viendraient ainsi de Tûjûnîn al kabîr, une petite palmeraie nichée dans la falaise au nord d’Atar. Les dattes jaunes réputées (saqâniyya) de Wadân viendraient pour leur part d’al Malha à proximité du qsar. D’autres traditions, dont la chronologie s’estompe dans les récits d’origine des tribus et des qsûr, rapportent cependant l’origine de ces cultivars à des dattes extérieures, ramenées en particulier du pèlerinage à La Mecque : c’est le cas de la medina très appréciée pour la consommation locale immédiate, ou encore de la tingeden provenant aussi de Médine.

Un faux archaïsme

7La question de l’origine des plantations reste ouverte et le restera sans doute. Deux traits du développement de ces palmeraies plantées méritent cependant de retenir l’attention dans cette perspective. Nulle part, comme au Maghreb septentrional, les palmeraies ne s’organisent d’une part en fonction d’une gestion collective d’un réseau hydraulique ; l’eau est exploitée à partir des parcelles individuelles par des puits à balancier (ashilâl). D’autre part, les plantations sous palmiers, de céréales en particulier, largement attestées aussi au nord sont de même l’exception, de nos jours encore, du moins jusqu’à quelques décennies et les activités du projet Oasis ; elles ne sont réellement développées qu’à Wadân, Shingîti, Tungad et, sans doute plus récemment autour d’Atar où la présence coloniale était forte.

8Ces deux traits apparaissent relativement anciens à travers les informations recueillies. Renonçant à une enquête historique qui reste imprécise, on peut s’interroger sur leur signification en soi. Ils pourraient être considérés comme les signes d’un certain « archaïsme » des plantations dans cette société nomade. En fait, ils correspondent à un système technique cohérent qui induit de fortes contraintes sociales et s’appuie sur les règles juridiques de l’islam malékite géré par les tribus « religieuses » zawâya qui détiennent une part importante des plantations.

9La base de l’exploitation est la parcelle privative (zriba) sur laquelle est foncé un puits à balancier, à exhaure manuelle à partir duquel l’eau est stockée dans des bassins (hawdh) puis, par gravitation le long de rigoles régulièrement refaites, amené au pied du rejet. Les palmiers sont arrosés exclusivement pendant la période de croissance et jusqu’à ce qu’ils atteignent la nappe. On compte une année d’arrosage pour une profondeur de un mètre de la nappe (la nappe à 10 mètres correspond à dix ans d’arrosage). Le travail est temporaire mais intense. Ensuite la palmeraie demande peu de soins : nettoyage sommaire, fécondation et naturellement récolte lors de la getna. Souvent il n’est plus nécessaire de ce fait d’entretenir clôtures et puits. La situation convenait assez bien à des planteurs qui étaient avant tout des éleveurs nomades Le principal goulot d’étranglement était, dans ces conditions, la disposition de la force de travail durant la période de plantation.

Faire-valoir direct et esclavage

10En faire-valoir direct, ce besoin en travail limitait le développement de la palmeraie. C’est la situation que l’on observe dans les tribus znâga, politiquement et statutairement dominées, qui ne pratiquaient cependant qu’un petit élevage à courte transhumance et des activités agricoles elles aussi temporaires (Bonte, 1986) permettant des investissements en travail dans la palmeraie. C’est au sein de ces tribus que sont attestées souvent des traditions Bafours. L’extension de la force de travail permettant le développement de la plantation va surtout bénéficier cependant de l’utilisation du travail esclavagiste. Ce développement concerne surtout les zawâya qui maîtrisent les activités d’élevage et de commerce (Bonte, 1998). La période du XVIIIe et surtout du XIXe siècle, celle-ci voyant, avant la conquête coloniale et lié au commerce mondial et aux guerres africaines, un considérable essor de la production esclavagiste.

11Le système fortement privatif d’exploitation en faire valoir indirect va favoriser le développement des plantations utilisant le travail des esclaves et surtout celui des haratîn esclaves « affranchis » par leurs maîtres qui travaillent sur les terres de ceux-ci, recevant en contrepartie une part des arbres productifs (contrats de complant, mughârâsa) (Bonte, 2001). La forte sélection des espèces cultivées correspond à l’orientation de cette production vers l’échange : les dattes « rouges » lahmar représentent près de 80 % de la production dans la région d’Atar et Awjevt, chez les Smasîd. Les dattes, avec le sel, représentent les principaux produits locaux qui peuvent être échangés au sud contre des céréales et d’autres produits soudanais.

12La conjoncture sociale et économique favorable à la multiplication des plantations a pu être plus ancienne mais les informations disponibles laissent à penser que l’essor de la palmeraie a été particulièrement marqué à partir du milieu du XIXe siècle. Une première approximation, en date de 1861, est celle du capitaine Vincent, premier européen à visiter l’Adrar depuis les Portugais, qui parle d’environ 60 000 palmiers. Les premiers recensements coloniaux, en 1910, juste après l’occupation de l’Adrar, parlent de plus de 100 000 palmiers. On estime à plus de 200 000 le nombre de palmiers en 1940 et à près de 400 000 aux lendemains de l’indépendance (1960). Le rôle de la colonisation a donc été considérable dans cette augmentation des espaces plantés. Elle a contribué aussi à introduire le palmier dans d’autres régions, en particulier dans l’cAssaba. Cette politique coloniale répondait à une volonté d’augmenter les productions locales pour le bénéfice de l’impôt et au souci de fixation des nomades, toujours potentiellement dangereux.

Conclusion

13Comme l’ensemble du secteur rural, la palmeraie a connu une grave crise à partir des années soixante dix, en partie pour des raisons climatiques, mais surtout par suite d’évolutions sociales irréversibles dont les effets sont accentués par le désintérêt de l’Etat. La cause première est le départ massif de la main d’œuvre servile. Il est compensé par l’usage massif des motopompes qui permettent en un premier temps de continuer à augmenter la superficie des espaces plantés, mais aux dépens des capacités des nappes. L’accès de plus en plus profond à l’eau, que favorise l’usage des motopompes, a comme conséquence la nécessité d’arroser durant des périodes de plus en plus longues les arbres, voire de manière définitive. Il en est résulté un déclin des plantations attesté sur le terrain tant dans des palmeraies plus anciennes (autour d’Atar) que dans des zones plus récemment exploitées (exemple de Tawaz). Le projet oasis dont j’ai procédé à l’évaluation de la première phase n’a pas, tant s’en faut, réglé tous les problèmes qui résultent de cette situation.

Bibliographie

Bibliographie

Bonte P., 1985 – The constitution of the emirate and the transformations of systems of production in the Adrar (Mauritania). Bulletin Production Pastorale et Société, Paris, 16 : 33-53.

Bonte P., 1986 – Une agriculture saharienne : les grayr de l’Adrar. Revue de l’Occident Musulman et Méditerranéen, Aix-en-Provence, 41-42 : 379-396.

Bonte P., 1998 – Fortunes commerciales à Shingiti (Adrar mauritanien) au XIXe siècle, Journal of African History, 39 : 1-13.

Bonte P., 1998 – L’émirat de l’Adrâr. Histoire et anthropologie d’une société tribale du Sahara occidental, Thèse de doctorat d’Etat en ethnologie et anthropologie sociale, EHESS.

Bonte P., 2000 – Droit musulman et pratiques foncières dans l’Adrâr mauritanien, Etudes rurales, 155-156 : 93-106.

Modat lieutenant-colonel, 1919 – « Les populations primitives de l’Adrar mauritanien ». In Bulletin du Comité des Etudes Historiques et Scientifiques de l’AOF : 372-392.

Munier P., 1955 – Le palmier-dattier en Mauritanie, Annales IFAC, 12.

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search