Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

Problématique de la phœniciculture au Maroc

Présentation des acquis et des perspectives de recherche sur la maladie fatale du palmier dattier, le bayoud

El Faïza Abouraïcha, Fatima Jaiti et Ismaïl El Hadrami

Texte intégral

Importance écologique et socio-économique du palmier dattier

1Le palmier dattier (Phœnix dactylifera L.) est « l’arbre » fruitier par excellence du désert où il constitue le pivot de l’agriculture oasienne caractérisée par une stratification et une association de plusieurs cultures sous jacentes. Aussi, le dattier présente l’immense bénéfice de lutter contre la désertification par l’interception du rayonnement solaire intense et la mise en place d’un « barrage vert et productif », l’oasis. La présence de cet « arbre » fruitier dans ces zones lui confère un rôle écologique indéniable en y limitant la progression des espaces steppiques et l’ensablement des terres agricoles.

2Dans le milieu oasien, la culture du palmier dattier revêt une importance socio-économique certaine permettant la subsistance de nombreuses familles dont les moyens d’existence reposent sur les produits générés directement et indirectement par cet arbre fruitier. En effet, le palmier dattier est cultivé essentiellement pour ses dattes qui représentent la base de l’alimentation des populations oasiennes et la composante vitale dans les oasis compte tenu de leur importance nutritionnelle et économique. Les dattes sont des fruits hautement énergétiques riches en hydrate de carbone, en éléments minéraux et en vitamines en plus d’un grand pouvoir antioxydant attribué à leur richesse en composés phénoliques. Ceci permet de classer la datte parmi les fruits les plus chers au monde faisant ainsi de la phœniciculture un des secteurs les plus rémunérateurs. À titre indicatif, une plantation qui s’étend sur un hectare peut comporter 100 pieds de palmier dont chacun peut produire jusqu’à 100 kg de dattes au cours d’une seule récolte. Dans ce cas, le bénéfice du phœniciculteur peut être de 1 200 000 DH annuellement pour des variétés de dattes de première qualité (Mejhoul), et de 200 000 DH pour des variétés de qualité moindre telles que la variété Bousthami noir. Ce calcul, aussi simplifié soit-il, reflète toute l’importance économique du secteur dattier en tant que principale culture de rente dans les palmeraies.

Principaux problèmes de la phœniciculture marocaine

3La production nationale des dattes plaçait le Maroc, il y a plus d’un siècle, au troisième rang mondial. Cette place honorable dont jouissait le pays s’explique par l’importance accordée au palmier dattier et à sa culture qui occupait des superficies importantes avec plus de 15 millions de pieds. Actuellement, le palmier dattier occupe une superficie de 48 000 ha pour un effectif de 4 450 000 pieds (El Hadrami et El Hadrami, 2008) installés dans des cuvettes présentant une nappe phréatique affleurante ou semi affleurante où prospèrent au voisinage des cours d’eau, d’où la répartition des principales palmeraies marocaines sous forme de longs cordons qui longent l’oued Drâa et l’oued Ziz (El Hadrami et al., 1998). Ces palmeraies recèlent un patrimoine phœnicicole diversifié représenté par plus de 223 cultivars et deux millions d’hybrides. Ces génotypes sont communément multipliés par graines et par rejets.

4La régression de la superficie consacrée au dattier s’est répercutée sur la diversité qualitative des dattes qui se trouve de plus en plus appauvrie. Par conséquent, le Maroc qui était exportateur de dattes est devenu un pays importateur. Par ailleurs, force est de constater que la production annuelle des dattes au Maroc est estimée en moyenne à 72 000 tonnes avec un rendement moyen de l’ordre de 20 kg/pied. En termes de comparaison, un pied de palmier dattier peut produire jusqu’à 200 kg par an dans les pays où la phœniciculture moderne est pratiquée, soit une pollinisation mécanisée ainsi qu’une irrigation localisée et fumigation intensive (El Hadrami et al., 1998). Cette faible productivité nationale est non seulement attribuée à la nature traditionnelle de gestion des plantations de palmiers et au manque d’entretien des palmeraies mais également à leur mauvaise exploitation par l’introduction des cultures sous jacentes. Ce système de culture très intensif, tant pratiqué par les agriculteurs oasiens, est imposé par la rareté des terres arables et par le morcellement poussé des parcelles. Bien que cette stratégie agricole s’avère favorable à la sauvegarde du patrimoine génétique des espèces et des variétés cultivées appartenant aux strates moyennes et inférieures, elle demeure non respectueuse des pratiques culturales indispensables à la bonne productivité de la strate supérieure, celle du palmier dattier. Le patrimoine phœnicicole marocain connaît ainsi tous les ingrédients d’une crise dont les principales causes sont essentiellement liées à (i) la sécheresse et la mauvaise gestion des ressources en eau, (ii) l’ensablement, (iii) l’absence de rajeunissement des palmeraies et la non modernisation du secteur phœnicicole et son délaissement au profit d’autres cultures et activités plus rémunératrices et (iv) la pression sélective exercée par diverses maladies notamment la maladie du bayoud. Dénommé à juste titre la maladie fatale du palmier dattier, le bayoud à lui seul, est responsable de la destruction des deux tiers des palmeraies marocaines (Djerbi, 1988 ; Fernandez et al., 1995).

Degré d’intégration des programmes de sélection des génotypes intéressants

Contribution des marqueurs moléculaires et biochimiques dans la réhabilitation des palmeraies

5Devant la situation alarmante de la phœniciculture, le repeuplement des palmeraies représente une démarche urgente qui rentre dans le cadre des programmes de réhabilitation et de rajeunissement de ces palmeraies transformées en de véritables clairières.

6Ce repeuplement requiert la mise en place d’un programme de sélection de génotypes possédant des traits agronomiques intéressants notamment la qualité dattière et la résistance au bayoud qui constitue le caractère le plus convoité par les sélectionneurs eu égard au grand pouvoir destructeur de cette maladie. De longs travaux de sélection et de prospection sur le terrain ont abouti à la sélection de six variétés dotées d’un niveau de résistance très élevé (Saaidi, 1992 ; Sedra, 1995). Cependant, ces variétés connues pour leur résistance ne peuvent être utilisées en masse par les phœniciculteurs du fait de leur faible qualité dattière. L’intégration d’un second programme de sélection des descendants issus de croisements contrôlés s’impose en vue d’obtenir des génotypes alliant résistance au bayoud et bonne qualité fruitière (Sedra, 1993). Ainsi, l’Institut national de la recherche agronomique, partie prenante dans les programmes de sélection du dattier, a pu mettre à la disposition des agriculteurs de nouvelles variétés/clones issus de croisements contrôlés tels que Bourrihane, Mabrouk, Al Faida et Nejda.

7Parallèlement à ces travaux de sélection menés sur le terrain, l’évaluation de la résistance du dattier au bayoud a été appuyée par l’utilisation de marqueurs moléculaires et biochimiques qui représentent un outil indispensable pour restructurer les protocoles de sélection entrepris, depuis plusieurs décennies, sur le palmier dattier (El Hadrami et El Hadrami, 2008).

8Par ailleurs, la petite taille du génome de cet arbre fruitier, en comparaison avec d’autres monocotylédones et les plantes pérennes, a aiguillonné les chercheurs vers la recherche de marqueurs moléculaires liés à la résistance au bayoud (Ouenzar, 2003 ; Ouenzar et al., 2001). Dans ce sens, la caractérisation moléculaire des génotypes de dattier a permis la sélection de quelques marqueurs candidats. Le bilan des résultats obtenus en ce qui concerne le développement d’outils moléculaires de sélection précoce de génotypes intéressants reste largement au deçà des objectifs escomptés.

9Des marqueurs biochimiques de nature phénolique, relevant de l’étude de l’interaction palmier dattier-Foa (Fusarium oxysporum f. sp. albedinis), ont révélé une accumulation massive des composés phénoliques constitutifs et induits chez les cultivars résistants en comparaison avec les cultivars sensibles au bayoud (Ziouti et al., 1996 ; El Hadrami et al., 1997 ; El Hadrami, 2002).

10Une telle réponse de défense a été nettement améliorée et les plants sensibles au bayoud ont été partiellement protégés grâce au phénomène de potentialisation des réactions de défense de la plante, phénomène connu sous le nom du « priming ». Il s’agit bien entendu d’un état physiologique dans lequel les plantes mettent en place des réponses de défense rapides et intenses qui ne seront déclenchées qu’après la perception d’une attaque par un pathogène (Conrath et al., 2006 ; Beckers et Conrath, 2007). L’état potentialisé des jeunes plants du dattier est obtenu via l’utilisation des agents d’origines diverses tels que (i) des microorganismes non pathogènes à savoir un isolat non agressif du Foa (AHD) (El Hassni et al., 2004a), des bactéries antagonistes vis-à-vis du Foa (El Hassni et al., 2007), des champignons endomycorhiziens (Jaiti et al., 2008), un produit naturel dénommé le chitosane (El Hassni et al., 2004b), une molécule signal, l’acide jasmonique (Jaiti et al., 2004) et également via un produit naturel commercialisé sous le nom de Stifénia, une poudre végétale à base de graines de fenugrec (Abouraicha et al., 2008). Une application combinée de ces agents inducteurs du priming devrait également être envisagée dans une approche de lutte intégrée afin d’optimiser le comportement des variétés sensibles au sein des palmeraies infestées.

11Il est important de signaler que le repeuplement urgent des palmeraies, aussi bien par les plants sélectionnés pour leur résistance que par ceux mis en état d’alerte, nécessite un nombre élevé de plants qui ne peut être obtenu par les seules méthodes conventionnelles de multiplication.

Apport de la multiplication et de la sélection in vitro

Application au programme de repeuplement des palmeraies marocaines

12Les graines représentent le mode de dissémination le plus facile pour assurer la pérennité des plants du dattier. Toutefois, les vergers à graine sont peu utilisés à cause du caractère dioïque du palmier et des difficultés de reconnaissance des pieds mâles et femelles à un stade précoce. Néanmoins, la multiplication par graines est envisagée pour créer de nouveaux génotypes et fournir une base pour le choix d’arbres élites.

13Par ailleurs, les rejets constituent un moyen de reproduction fidèle des caractéristiques variétales. Cependant, le nombre restreint de rejets produits par un plant potentiel, compris entre 0 et 3 par an et entre 10 et 40 pendant toute sa durée de vie, limite leur utilisation en tant que principale technique de multiplication du palmier dattier. A titre indicatif, les deux modes de multiplication, décrits ci-dessus, ne sont pas pratiqués sur les 223 cultivars et les 2 millions d’hybrides mais concernent principalement les meilleures variétés commerciales à savoir Mejhoul, Boufeggous, Bouskri et Jihel. Aussi, des laboratoires spécialisés dans la multiplication in vitro du palmier dattier, localisés entre autres en Namibie, Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes unis, ne produisent en masse que quelques variétés du dattier en répondant à la seule demande des dattiers-culteurs et du marché international. La mise en place, à moyen et long termes, de palmeraies oligovariétales constitue ainsi un risque considérable qui mérite ici d’être signalé touchant ainsi de près la diversité qualitative des dattes qui a été déjà largement appauvrie.

14Le recours donc à l’outil biotechnologique, fondé sur les techniques de culture des tissus, constitue sans doute le moyen le plus prometteur pour la réhabilitation des palmeraies marocaines dévastées via une multiplication à grande échelle de l’espèce. Deux méthodes de micropropagation ont été adoptées, l’organogenèse et l’embryogenèse somatique (El Hadrami, 1995 ; Loutfi et Chlyah, 1998 ; El Hadrami et El Hadrami, 2008). Ces méthodes biotechnologiques concernent les variétés commerciales les plus intéressantes (Mejhoul, Boufeggous, Bouskri et Jihel) et également celles issues de croisements contrôlés entre des génotypes sélectionnés pour leur résistance au bayoud, leur bonne qualité dattière ou encore pour leur adaptabilité aux conditions environnementales.

15Actuellement, la demande nationale en plants et en vitroplants est loin d’être satisfaite. Ce déficit peut être lié à trois contraintes majeures :

  • contraintes institutionnelles qui relèvent du manque d’infrastructures adéquates (laboratoires spécialisés) et de compétences humaines dans le domaine ;
  • contraintes inhérentes à la plante même qui tiennent compte (i) du nombre très restreint d’explants réactifs car seuls les cœurs de rejets et les inflorescences peuvent être utilisés pour la multiplication de l’espèce, et (ii) de la lenteur de croissance du dattier : deux années et demi à cinq années sont requises pour obtenir un plant apte à être cultivé en plein champ ;
  • contraintes liées à la multiplication in vitro : la récalcitrance relative des explants, les contaminations, le brunissement trop accusé des explants et du milieu ainsi que la vitrification (El Bellaj et El Hadrami, 2004 ; Loutfi, 1999 ; Zouine, 2007).

16L’application des méthodes biotechnologiques chez le dattier, particulièrement au Maroc, se trouve encore à l’état embryonnaire et ce même si un laboratoire spécialisé (Domaines Royaux) fait de son mieux pour subvenir aux besoins du marché en vitroplants. Les coefficients de multiplication souhaités sont loin d’être atteints et tout reste à faire en ce qui concerne les stratégies de transformation et d’amélioration génétique de cet « arbre » fruitier. De nombreux projets de recherche doivent être entrepris pour l’étude à l’échelle moléculaire et génétique des mécanismes d’adaptation du palmier à la sécheresse et à la salinité, deux volets très peu abordés au Maroc.

17Les travaux doivent également s’orienter vers l’étude des moyens de lutte contre l’ensablement et la désertification.

18La mise en application des résultats probants obtenus à partir des travaux de recherche réalisés, en cours et à venir, nécessite une réelle coopération de l’ensemble des intervenants : agriculteurs, techniciens, chercheurs et décideurs scientifiques et politiques dont l’appui devient de plus en plus indispensable pour la sauvegarde de cette espèce de grande importance économique.

Bibliographie

Bibliographie

Abouraicha E., Bounnit T., Jay-Allemand C., Coumans M., Martinez M., El Hadrami I., 2008 – The paradox of the ‘Stifenia’ utilization as a potential elicitor of the date palm defence reactions against bayoud disease. Polyphénols Comm., 2, 531-533.

Beckers G., Conrath U., 2007 – Priming for stress resistance: from the lab to the field. Current Opinion in Plant Biol., 10, 425-431.

Conrath U., Beckers G. J. M., Flors V., Garcia-Agustin P., Jakab G., Mauch F., Newman M. A., Pieterse C. M. J., Poinssot B., Pozo M. J., Pugin A., Schaffrath U., Ton J., Wendehenne D., Zimmerli L., Mauch-Mani B., 2006 – Priming : getting ready for battle. Mol Plant Microbe., 19 : 1062–1071.

Djerbi M., 1988 – Les maladies du palmier dattier (Phœnix dactylifera L.). Projet régional de lutte contre le bayoud, Alger FAO : 127.

El Bellaj M., El Hadrami I., 2004 – Characterization of two non constitutive hydroxycinnamic and derivatives in date palm (Phœnix dactylifera L.) callus in relation with tissue browning. Biotechnology, 3 (2) : 155-159.

El Hadrami I., 1995 – L’embryogenèse somatique chez Phœnix dactylifera L. : quelques facteurs limitants et marqueurs biochimiques. Thèse d’Etat. Université Cadi Ayyad. Fac. Sci. Semlalia, Marrakech, 227 p.

El Hadrami I., Ramos T., El Bellaj M., El Idrissi Tourane A., Macheix J. J., 1997 – A sinapic derivative as induced defence compound of date palm against Fusarium oxysporum f. sp. albedinis, the agent causing bayoud disease. J. Phytopathol., 152 : 182-189.

El Hadrami I., El Bellaj M., El Idrissi A., J’aiti F., El Jaafari S., Daayf F., 1998 – Biotechnologies végétales et amélioration du palmier dattier (Phœnix dactylifera L.), pivot de l’agriculture oasienne marocaine. Cahiers Agricultures, 7 : 463-468.

El Hadrami I., 2002 – Infections racinaires localisées et rôle des dérivés hydroxycinnamiques dans la résistance du palmier (Phœnix dactylifera L.) au Fusarium oxysporum albedinis, agent causal du bayoud. Polyphénols Actualités, 22 : 19-26.

El Hadrami I., El Hadrami A., 2008 – « Breeding date palm ». In Breeding plantation tree crops : Tropical species, Jain Shri Mohan ; Priyadarshan, P.M. (eds.), 2008, Approx. 660 p., Hardcover ISBN: 978-0-387-7199-7.

El Hassni M., J’aiti F., Dihazi A., Ait Barka E., Daayf F., El Hadrami I., 2004a – Enhancement of defense responses against Bayoud disease by treatment of date palm seedlings with an hypoaggressive Fusarium oxysporum isolate. J. Phytopathol., 152 : 182-189.

El Hassni M., El Hadrami A., Daayf F., Ait Barka E., El Hadrami I., 2004b – Chitosan, antifungal product against Fusarium oxysporum f. sp. albedinis and elicitor of defence reactions in date palm roots. Phytopathol. Mediterr., 43 : 195-204.

El Hassni M., El Hadrami A., Daayf F., Chérif M., Ait Barka E., El Hadrami I., 2007 – Biological control of bayoud disease in date palm: Selection of microorganisms inhibiting the causal agent and inducing defense reactions. Environmental and Experimental Botany, 59 : 224–234.

Fernandez D., Lourd M., Ouinten M., Tantaoui A., Geiger J.-P., 1995 – Le bayoud du palmier dattier, une maladie qui menace la phœniciculture. Phytoma., 469 : 36-39.

Jaiti F., Dihazi A., El Hadrami A., El Hassni M., El Hadrami I., 2004 – Effect of exogenous application of jasmonic acid on date palm defense reaction against Fusarium oxysporum f. sp. albedinis. Phytopathol. Mediterr., 43 : 325-331.

Jaiti F., Meddich A., El Hadrami I., 2008 – Effectiveness of arbuscular mycorrhizal fungi in the protection of date palm (Phœnix dactylifera L.) against bayoud disease. Physiol. Mol. Plant Pathol., 71 : 166-173.

Loutfi K., Chlyah H., 1998 – Vegetative multiplication of date palms from in vitro cultured inflorescences: effect of some growth regulator combinations and organogenetic potential of various cultivars. Agronomie, 18 : 573-580.

Loutfi K., 1999 – Organogenèse et embryogenèse somatique à partir des tissus floraux du palmier dattier (Phœnix dactylifera L.) cultivés in vitro. Aspects histologiques et caryologie des vitroplants. Thèse de Doctorat d’État. Université Cadi Ayyad. Fac. Sci. Semlalia, Marrakech. 190 p.

Ouenzar B., Trifi M., Bouachrine B., Hartmann C., Marrakchi M., Benslimane A. A., Rode A., 2001 – A mitochondrial molecular marker of resistance to bayoud disease in date palm. Theo. App. Gen., 103 : 366-370.

Ouenzar B., 2003 – Contribution à l’amélioration du palmier dattier (Phœnix dactylifera L.): Recherche de marqueurs moléculaires pour la détermination précoce du sexe et de la résistance au bayoud. Thèse de doctorat. Université Cadi Ayyad, Fac. Sci. Semlalia, Marrakech, 219 p.

Saaidi M., 1992 – Comportement au champ de 32 cultivars de palmier dattier vis-à-vis du bayoud. 25 années d’observations. Agronomie, 12 : 259-270.

Sedra H., 1993 – Lutte contre le bayoud, fusariose vasculaire du palmier dattier causée par Fusarium oxysporum f. sp. albedinis : Sélection des cultivars et clones de qualité résistants et réceptivité des sols à la maladie. Thèse de doctorat. Université Cadi Ayyad, Fac. Sci. Semlalia, Marrakech, 128 p.

Sedra H., 1995 – Triage d’une collection de génotypes de palmier dattier pour la résistance au bayoud causé par Fusarium oxysporum f. sp. albedinis. Al Awamia, 90 : 9-18.

Ziouti A., EL Modafar C., Macheix J. J., El Boustani E., 1996 – Apects biochimiques de l’interaction Phœnix dactylifera-Fusarium oxysporum f. sp. albedinis : rôle des composés phénoliques. Polyphenols Comm., 2 : 345-346.

Zouine J., 2007 – Embryogenèse somatique chez Phœnix dactylifera L. : Amélioration des conditions de culture et étude de paramètres biochimiques impliqués dans la multiplication, la maturation et la germination des embryons somatiques. Thèse de Doctorat. Université Cadi Ayyad, Fac. Sci. Semlalia, Marrakech, 152 p.

Auteurs

Biotechnologiste et physiologiste végétal
Faculté des Sciences Semlalia Marrakech
BP 2390, 40000 Marrakech, Maroc
abouraichaelfaiza@yahoo.fr

Biotechnologiste et physiologiste végétal
Faculté des Sciences Semlalia,
BP 2390, 40000 Marrakech, Maroc

Biotechnologiste et physiologiste végétal
Faculté des sciences Semlalia
BP 2390, 40000, Marrakech, Maroc
hadrami@ucam.ac.ma

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search