Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

Synthèse des résultats de travaux de recherche sur le palmier dattier au Mali

Abba Sekou Maiga

Texte intégral

Introduction

1Le Mali, de par sa situation géographique, constitue la plaque tournante dans le commerce de dattes entre le Maghreb et l’Afrique au Sud du Sahara. La datte a joué et joue encore un rôle primordial dans l’alimentation des populations des régions du Nord (Gao, Tombouctou, Kidal et Kayes) principalement les nomades.

2Les statistiques récentes montrent que les quantités destinées à la consommation locale et celles en transit pour l’intérieur et l’extérieur du pays sont importantes et s’élèvent pour l’année 1997 à 3 743 tonnes et pour l’année 2002 à 6 115 tonnes (statistiques douanières de Gao 1997 et 2002) avec une moyenne de prix par kilogramme variant entre 700 et 1 000 FCFA (franc de la communauté financière d’Afrique). Toutes ces quantités proviennent de l’Algérie.

3L’étendue des terres favorables à la production de dattes d’exportation était estimée à 10 000 ha (boucle du Niger, zone lacustre de Goundam). Actuellement ces superficies ont diminué en raison de l’aménagement de certaines plaines pour la riziculture irriguée dans la zone lacustre (Munier, 1963).

4Historiquement, l’Adrar des Ifoghas est la zone où le palmier est le plus anciennement cultivé au Mali. La première mention est faite par Aboulfeda voyageur arabe du XIVe siècle qui visita le Mali en 1321 (Munier, 1963).

5De nos jours, des tentatives de culture du dattier sont réalisées un peu partout au Mali.

6On peut ainsi citer parmi les plus importantes réalisations : les plantations de la région de Kidal ; la plantation de Hombori (Mopti), Indélimane, Goléa et Diéfilani dans la région de Gao ; Trougounbé, Nioro dans la région de Kayes.

7Le palmier dattier existe aujourd’hui sur toute la bande sahélienne soit dans les concessions, soit dans certains jardins et même sur les digues de l’office du Niger en plantation ornementale ou en pousse spontanée.

8Cependant malgré l’importance socio-économique, environnementale que constitue le palmier dattier pour les régions sahariennes du Mali ; les interrogations se posent.

9– Quel est l’effectif de ce patrimoine saharien le plus précieux au Mali ?

10– Existe-t-il une diversité variétale ?

11– Existe-t-il des cultivars intéressants au Mali pouvant permettre le développement de la phœniciculture au Mali ?

12– Les conditions naturelles sont-elles favorables au développement de la phœniciculture au Mali ?

13Pour répondre à ces questions, le projet « amélioration des techniques de production du palmier dattier » a été mis en œuvre. Le présent rapport fait la synthèse des résultats obtenus pendant l’exécution du projet.

Objectifs

Objectif global

14L’objectif global du projet est de promouvoir la culture du palmier dattier au Mali.

Objectifs spécifiques

15Les objectifs spécifiques sont de :

  • déterminer le patrimoine phœnicicole des régions nord du Mali et la variabilité génétique des cultivars / variétés de palmier dattier des palmeraies prospectées ;
  • mettre en place une collection de cultivars locaux et variétés exotiques performantes.

Matériels et méthodes

16Ce projet comporte deux activités :

  • activité I: inventaire et caractérisation des cultivars des palmeraies existantes (nombre de pieds, structure par sexe, caractéristique morphologique des plants, caractéristiques des fruits et des graines) ;
  • activité II: caractérisation de cultivars et variétés exotiques de palmier dattier en parcelles de collection.

Activité I : inventaire et caractérisation des cultivars des palmeraies existantes

17Les données secondaires et les informations collectées auprès des personnes ressources ont été mis à profit pour établir un répertoire des palmeraies existantes et le choix des sites d’étude. Les palmeraies prospectées ont été choisies sur la base de l’importance des effectifs de palmier dattier, l’ancienneté de la pratique de la phœniciculture dans la zone et l’accessibilité pendant la période de fructification du palmier dattier.

18Au niveau de chaque site, il a été tenu une assemblée villageoise pour informer les autorités locales de l’objectif de la mission et identifier les phœniciculteurs. Il a été procédé à une visite de terrain avec l’ensemble des partenaires afin d’établir un chronogramme des activités.

19Pour la collecte des données, une enquête a été réalisée. La méthode utilisée consistait à parcourir le terrain puis à procéder à une enquête auprès des producteurs. Les informations collectées ont porté sur les techniques culturales du dattier, les conditions hydriques, les caractères ethnobotaniques, les caractéristiques végétatives, les caractéristiques des fruits et des graines, l’effectif de palmier dattier par site et leur état phytosanitaire.

20Cette opération s’est déroulée en deux phases (période de maturité du plus grand nombre des cultivars ou pieds francs de la localité et période de maturité des variétés tardives). L’effectif de l’échantillon par site est fonction de la diversité génétique. Tous les cultivars d’un site sont échantillonnés si leur nombre ne dépasse pas 50 tandis que, au-delà de cet effectif, les 50 meilleurs cultivars seront échantillonnés.

21Le matériel végétal est constitué de cultivars de palmier dattier.

22Des sachets en plastique ont été utilisés pour la collecte des fruits, des marqueurs pour le marquage des cultivars sélectionnés, des appareils photos pour la prise des images des cultivars, des outils de sevrage et de plantation des rejets.

Activité II : caractérisation de cultivars et variétés de palmier dattier en parcelles de collection

23Les travaux d’installation de la collection ont démarré en 2000 à la sous-station recherche agronomique de Gao de Bagoundié avec les cultivars et variétés sélectionnés dans les sites prospectés.

24Le matériel végétal est constitué des rejets de 19 meilleurs cultivars locaux, de 4 variétés exotiques et de vitroplants de 3 variétés étrangères.

25Les vitroplants issus des 3 variétés (Zaïdi, Confitera et Mejool) ont été mis en place en 2002 au niveau de la collection.

26Il n’existe pas de dispositif précis dans la mesure où la disponibilité des vitroplants et des rejets transplantables était le facteur limitant. Les observations et mesures ont porté sur :

  • les mesures des paramètres biophysiques (hauteur, circonférence du tronc) ;
  • la notation de la date de floraison ;
  • le comptage du nombre de spathe (inflorescence) ;
  • les mesures de la longueur et du diamètre des spathes ;
  • le comptage du nombre de spadicelles / inflorescence.

Résultats attendus

27– Le patrimoine phœnicicole et la variabilité génétique des cultivars / variétés connues de palmiers dattiers du Mali.

28– Une collection de matériel végétal performant de palmier dattier est mise en place.

Résultats obtenus et discussions

Activité I: inventaire et caractérisation des cultivars des palmeraies existantes

29Au cours des prospections des palmeraies de Gossi, Hombori, Kobokiré, Drawal, Ebanguemalangue, Iimbossotane et Gao, il a été recensé un effectif de 3 139 pieds dont 42 % de pieds femelles, 25 % de pieds mâles et 32 % des individus à sexe non différencié (tabl. 1). Cette structure indique un début d’amélioration des pratiques culturales dans ces zones en comparaison avec celle de la région de Kidal où on dénote 47 % de femelle et 41 % de mâle (Togo, 1997). Le ratio normal recommandé dans une plantation moderne de palmier dattier la répartition par sexe est de 80 % femelles pour 20 % mâles. Dans les localités prospectées, il a été recensé 1 311 pieds productifs avec une production annuelle moyenne d’environ 39 tonnes.

30Les sites prospectés renferment une grande diversité variétale ; cependant les paysans des localités ne donnent pas de nom aux dattes.

31Pour ces paysans, le caractère végétatif n’est pas discriminant, car tous les pieds d’un même âge se ressemblent. Cette thèse confirme les études de Hannachi (1992) ; Bellala et Behaz (1997).

32Les critères de différenciation des cultivars sont basés sur la morphologie, le goût et la valeur marchande des fruits. Les noms attribués aux cultivars par l’équipe de recherche sont en relation avec la localité (ex. Cultivar : Seno, cultivar : Hombori Tondo), le propriétaire du jardin (cultivar : Hawa-Garba) ou le goût (cultivar : Sukar, Adagla).

Tableau 1
Effectifs des pieds recensés par site et par sexe

33Les cultivars comme Hombori - Tondo, Hombori Hondo, Hawa-Garba, Sukar peuvent être comparés aux variétés internationales comme : le Barhee, le Mejool ou la Deglet-Nour du point de vue calibre, goût et consistance.

34Une soixantaine de cultivars a été répertoriée et caractérisée pendant l’étude. Les caractéristiques de quelques cultivars sont présentées en annexe.

35Cette prospection a également révélé :

  • la disparition de la palmeraie de Bamba introduite au XIIIe siècle par les Marocains après la chute de l’empire Songhoi, le vieillissement et la forte densité des plants de dattiers dans les palmeraies de Hombori Kobokiré, Hondomyo et Drawal qui sont pour la plupart des pieds francs (plants issus de semis de noyau) ;
  • la faible maîtrise des techniques culturales du palmier dattier (sevrage, pollinisation, taille, technique d’irrigation et de fertilisation) au niveau de toutes les palmeraies ;
  • la présence de la cochenille blanche Parlatoria blanchardi Targ sur toutes les palmeraies prospectées excepté celles de Hombori Kobokiré, Hondomyo et Drawal.

Activité II : Caractérisation des cultivars locaux et variétés exotiques de palmier dattier en parcelle de collection

Comportement des rejets issus des variétés exotiques

36Les paramètres de comparaison des variétés sont consignés dans le tableau 2. Par rapport à l’accroissement moyen annuel de la hauteur, les variétés Boufeggous et Zaidi sont les plus performantes. Pour l’accroissement moyen annuel de la circonférence du tronc (2003/2004), les variétés Mejool et Tori ont donné les meilleurs résultats.

37Ce niveau d’accroissement de la hauteur et de la circonférence explique leur bon comportement.

38Toutes les variétés ont produit des fruits en 2003 et 2004 sauf Mejool.

39La fructification des plants pourrait s’expliquer par leur âge, leur poids à la plantation ou d’autres caractéristiques variétales.

Tableau 2
Hauteur, diamètre et stade phénologique des plants

Tableau 3
Évaluation des paramètres biophysiques et phœnologiques des cultivars au niveau de la collection

Comportement des cultivars locaux

40L’accroissement moyen annuel en hauteur des plants est de 75,5 cm (tabl. 3). Les plus grandes valeurs ont été observées au niveau des cultivars Tergal, Beni, Ntekoi, Tassak, Tigaza et Hombori Hondo (175 à 93 cm/an). Par rapport à l’accroissement moyen de la circonférence, les cultivars Tergal, Tigaza, Kowa, Ntekoi, N’Talla, Ouknout, Sukar, Hombori hondo et Tassak se sont démarqués des autres (26 à 90 cm/an) en 2003/2004. En conclusion, les cultivars Tergal, Tigaza, NTekoi, Hombori hondo sont les plus performants dans l’évolution des paramètres biophysiques.

41Les cultivars Hombori hondo, Hombori tondo, Bagoundié, Tigaza ont tous fructifié en 2003 (tabl. 3). Au cours de la campagne 2004, parmi les cultivars ayant fructifié en 2003, seulement Bagoundié et Tigaza ont fructifié. La non fructification des cultivars Hombori tondo et Hombori hondo en 2004 pourrait être due à une attaque de la cochenille blanche, qui n’est pas encore signalée à Hombori, ou à un phénomène d’alternance.

42Les cultivars Ouknout, Sukar, N’Talla, Goura ont fructifié en 2004 pour la première fois.

Comportement des vitroplants de palmier dattier

43Les variétés Zaïdi et Confitera sont les plus performantes pour la croissance en hauteur et en circonférence du tronc (tabl. 4).

Tableau 4
Croissance moyenne des vitroplants 2003/2004

Évaluation des paramètres de production des variétés et des cultivars locaux

44D’une manière générale la période de floraison des plants se situe entre février et mars ce qui correspond au début de la saison sèche et chaude dans la région de Gao (tabl. 5).

45La variété Boufeggous et le cultivar Bagoundié, qui possèdent les plus longues spathes ont fleuri les premiers. Ce qui confirment les résultats obtenus par Péreau-Leroy (1956) selon lesquels les variétés précoces ont un pédoncule plus long que les tardives. La variété Boufeggous est reconnue par sa précocité dans plusieurs pays (Maroc, Tunisie et Algérie) ; au Mali, elle fleurit à partir de janvier.

Tableau 5
Évaluation des paramètres de production (période de floraison ; nombre, largeur et longueur des spathes) en 2003/2004

Conclusion et perspectives

46Les activités d’inventaire de caractérisation effectuées en 2001 ont permis de recenser 3 139 pieds dans les zones prospectées. La production annuelle moyenne est d’environ 39 tonnes pour 1 311 pieds productifs. La zone de Hombori possède les meilleures conditions pedo-climatiques pour le développement de la phœniciculture. Les sites prospectés renferment une grande diversité génétique. Environ une centaine de cultivars a été identifiée dans les régions prospectées.

47Il a été constaté, au niveau des palmeraies prospectées, une forte densité des plants et une faible maîtrise des techniques culturales par les producteurs. La totalité des palmerais visitées était infestée par la cochenille blanche exceptées les palmeraies de la zone de Hombori.

48Les cultivars Hombori tondo, Hombori hondo, Tigaza et Bagoundié ont fructifiés, deux années après plantation au niveau de la collection. La non fructification des cultivars Hombori tondo et Hombori hondo en 2004 pourrait être due à une attaque de la cochenille blanche qui n’est pas encore signalée à Hombori ou à un phénomène d’alternance. Tous les rejets issus des variétés ont produit des fruits en 2003 et 2004 sauf Mejool. La précocité des variétés et cultivars est en relation avec la longueur des spathes. La bonne croissance en hauteur et la circonférence du tronc, des cultivars, des variétés et des vitroplants témoigne leur adaptabilité aux conditions locales.

49Cette prospection a également révélé :

  • la disparition de la palmeraie de Bamba introduite au XIIIe siècle par les Marocains après la chute de l’empire Songhoi, le vieillissement et la forte densité des plants de dattiers dans les palmeraies de Hombori Kobokiré, Hondomyo et Drawal qui sont pour la plupart des francs (plants issus de semis de noyau) ;
  • la faible maîtrise des techniques culturales du palmier dattier (sevrage, pollinisation, taille, technique d’irrigation et de fertilisation) au niveau de toutes les palmeraies ;
  • la présence de la cochenille blanche Parlatoria blanchardi Targ sur toutes les palmeraies prospectées excepté celles de Hombori Kobokiré, Hondomyo et Drawal.

50Pour promouvoir la culture du palmier dattier au Mali les efforts doivent être orientés sur :

  • le développement de la lutte biologique contre la cochenille blanche ;
  • la production de vitroplants de palmier dattier issus des variétés de renommée internationale.

Bibliographie

Bibliographie

A. Zaïd, de Wet P. F., 1999 – « Date palm propagation ».

In: date palm cultivation FAO, 156 p.

Bella A., Behaz Y., 1997 – Évaluation de la variabilité génétique des palmeraies des piémonts des Aurès. Thèse ingénieur d’État en agronomie saharienne de l’Institut de formation supérieure en agronomie saharienne (INFSAS) Ouargla/Algérie : 32-34.

Bouguederan, 1991 – Connaissance de la morphogenèse du palmier dattier. Etude in situ et in vitro du développement des appareils végétatifs et reproducteurs. Thèse de Doctorat, USTHB, Alger : 7-27.

Le palmier dattier. Méthodologie de prospection, 1990 – Atelier d’El-Goléa du 6 au 10 mai 1990 ; Réseau Apama (Amélioration de la productivité agricole en milieu aride) : 87-89.

Hannachi S., 1992 – Inventaire variétal de la palmeraie algérienne. Recueil de communication au symposium de date de Biskra du 24 au 25 novembre 1992, 12 p.

Jahiel M. 1996 – Phénologie d’un arbre méditerranéen acclimaté en région tropicale : Le dattier du sud du Niger et son appropriation par la société Manga. Thèse de Doctorat Université de Montpellier II, 250 p.

Togo I., Maïga A., 2002 – Rapport de campagne PAL1.

Brun J., 1990 – Prospection écologique de la VIIe Région du Mali.

Munier P., 1963 – Le palmier dattier. Etude de faisabilité de la culture du palmier dattier au Mali. Rapport de mission.

Munier P., 1973 – Prospection phœnicicole du territoire de la république du Mali.

Irfa/Paris, 43 p.

Diarra O., 1989 – Experience phœnicicole de Forgho Sonrhaï.

Péreau-Leroy P., 1958 – Le palmier dattier au Maroc.

Togo I., 1998 – Inventaire des palmeraies et évaluation de la variabilité génétique des cultivars de palmiers dattiers (Phœnix dactylifera L.) dans la région de Kidal au nord du Mali. Mémoire d’Ingénieur d’État en Agronomie.

Table des illustrations

Légende Tableau 1Effectifs des pieds recensés par site et par sexe
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Tableau 2Hauteur, diamètre et stade phénologique des plants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Tableau 3Évaluation des paramètres biophysiques et phœnologiques des cultivars au niveau de la collection
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Tableau 4Croissance moyenne des vitroplants 2003/2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Tableau 5Évaluation des paramètres de production (période de floraison ; nombre, largeur et longueur des spathes) en 2003/2004
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteur

Agronome
IER-CCRA de Gao
BP 117, Gao, Mali
abbasekou@yahoo.fr
abba.maiga@ier.ml

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search