Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

Les ressources génétiques du palmier dattier en Tunisie

État actuel et perspectives de recherche développement

Mokhtar Trifi, Ali Ould Boukhary Ould Mohamed Salem, Salwa Zehdi, Emira Cherif, Soumaya Rhouma, Ahmed Othmani, Sonia Dkhil-Dakhlaoui et Mohamed Marrakchi

Texte intégral

Introduction

1De part sa situation géographique et ses conditions climatiques favorables, la Tunisie est réputée pour sa richesse considérable en ressources génétiques favorisant ainsi l’installation d’une agriculture très diversifiée. Cette situation est bien illustrée dans le cas du palmier dattier. En effet, cette espèce qui constitue l’ossature principale de l’agro-système oasien fragile est présente dans toutes les zones désertiques (fig.1 et photo 1), faisant que le patrimoine local de dattier est caractérisé par une richesse considérable, comme en témoigne la présence d’au moins 250 cultivars identifiés (Rhouma, 1994 ; 2005).

Figure 1
Carte de la Tunisie avec les principales régions phoenicicoles (Trifi, 2001)

Érosion génétique

2En dépit de cette diversité, on assiste de nos jours à une érosion génétique sévère des espèces végétales notamment celles des ressources phoenicicoles, due aux changements des systèmes agraires, à l’urbanisation intensive, à la déforestation et à la destruction des écosystèmes. Ce constat alarmant de l’érosion génétique constitue l’une des caractéristiques de la situation actuelle de nos palmeraies. En effet, outre les irrégularités pluviométriques et les pratiques agricoles qui sont encore artisanales, on assiste à l’établissement d’une agriculture industrielle basée sur l’adoption rapide d’un nombre restreint de cultivars à grande valeur marchande. Il en résulte, une réduction de la base génétique et ce par une raréfaction voire une disparition totale de nombreux cultivars qui sont certes non conformes aux exigences économiques actuelles, mais bien adaptés aux conditions locales.

Valorisation du patrimoine

Étude préliminaire

3Ainsi, tenant compte de l’importance de la richesse de la diversité phoenicicole dans le maintien de l’équilibre écologique des écosystèmes, la conservation et la valorisation de cette diversité s’imposent pour entreprendre une gestion rationnelle du patrimoine phytogénétique du palmier dattier. A ce sujet, l’élaboration d’un programme de recherche visant la préservation et l’amélioration de cette espèce a constitué l’un des impératifs de plusieurs acteurs à savoir les agronomes, les chercheurs et les agriculteurs. Dans ce contexte, le patrimoine local de dattier a fait l’objet de plusieurs études basées sur des critères morphologiques et des paramètres analytiques (Reynes et al., 1994 ; Rhouma 1994 ; 2005 ; Bouabidi et al., 1996). Il en ressort qu’une classification des cultivars a été établie permettant de caractériser et de dresser l’inventaire des écotypes étudiés. De même, des études mettant à profit les possibilités offertes par les techniques d’analyse de la diversité des protéines enzymatiques ont été également effectuées (Ould Mohamed Salem et al., 2001a ; 2001b ; Ould Mohamed Salem, 2001). Notons que si leur apport est considérable, ces études se sont avérées peu significatives pour l’analyse de la diversité génétique ainsi que pour la discrimination des cultivars chez cette espèce. En effet, ces critères sont connus pour être fortement influencés par les conditions environnementales, ainsi que par l’état physiologique de la plante. Toutefois, hormis les descripteurs du fruit, tous les autres critères morphologiques se rapportant notamment aux appareils végétatif et reproducteur se montrent sensibles aux conditions du milieu et sont délicats à recueillir. Ceci rend très difficile voire impossible une caractérisation variétale précise.

Étude de la diversité génétique

4Afin de surmonter ces difficultés, la mise à profit de l’outil moléculaire a été entreprise et a clairement montré son apport dans le domaine de la connaissance des ressources génétiques phoenicicoles. Ce qui a permis d’ores et déjà de mettre en évidence de hauts niveaux de polymorphisme dans différentes régions du génome du palmier dattier, d’explorer les relations génétiques entre les cultivars et d’établir les empreintes génétiques du patrimoine tunisien, facilitant ainsi une meilleure exploitation et une gestion rationnelle de sa conservation (Ben Abdallah et al., 2000 ; Trifi et al., 2000 ; Trifi, 2001 ; Zehdi et al., 2002 ; Zehdi et al., 2004 ; Zehdi, 2004 ; Zehdi-Azouzi, 2005 ; Rhouma et al., 2007 ; Rhouma et al., 2008 ; Sakka et al., 2004). A ce sujet, l’établissement des empreintes génétiques des principales variétés tunisiennes de dattier constitue un outil précieux pour leur identification.

Photo 1
Photos illustrant l’induction de l’embryogenèse somatique et la régénération de vitroplants issus de la culture d’explants foliaires d’une variété tunisienne de palmier dattier (Othmani et al., 2009)

5Par ailleurs, étant conscients de l’importance de la conservation des cultivars caractérisés par leur bonne qualité fruitière et leur rareté, nous avons tenté de mettre à profit les possibilités offertes par les techniques de culture in vitro afin de contribuer à l’amplification de ces formes menacées d’extinction et ce aussi bien par organogenèse que par embryogenèse somatique. Les résultats qui en découlent, montrent clairement que ces techniques constituent une approche attractive pour obtenir plusieurs centaines de vitroplants susceptibles d’être utilisés pour répondre aux besoins des phoeniciculteurs dans leurs actions visant la rénovation des anciennes palmeraies et/ou l’établissement de nouveaux vergers (Othmani et al., 2009). En effet, ces méthodes ont été adaptées avec succès pour plusieurs cultivars dont ‘Deglet Bey, Boufeggous, Gondi et Cheddakh… (photo 1).

Maladies et ravageurs

6Par ailleurs, et à l’instar des plantes cultivées, le palmier dattier est menacé par divers ravageurs dont :

  • la cochenille blanche (Parlatoria blanchardi Targ, Homoptera, Diaspididae) qui colonise toutes les parties aériennes du palmier (palmes, pennes et parfois les régimes et les fruits) ;
  • les Oryctes sp. (Coleoptera, scarabeidae), observés pour la première fois en Tunisie en 1995, dont les larves occasionnent des dégâts importants au niveau des collets des arbres et des racines en creusant des galeries larges et assez profondes exposant ainsi le palmier à l’arrachage éolien (Khoualdia et al., 1997) ;
  • la pyrale des dattes ou Ectomyelois sp. (Lepidoptera. Pyralidae) qui constitue le ravageur le plus redouté en Tunisie (Mzali et al., 2002). En effet, la présence de la chenille et ses déchets rend les dattes impropres à la consommation conditionnant ainsi une mesure sévère dans les actions de commercialisation notamment à l’exportation. A ce sujet, plusieurs mesures préventives ont été efficacement prises en considération par les services compétents, afin de limiter l’attaque par ce ravageur.

7En outre, le palmier est sujet à diverses maladies dont les plus importantes sont :

  • le bayoud : une fusariose vasculaire due à un champignon imparfait Fusarium oxysporum f.sp. albedinis, qui constitue une menace réelle pour les palmeraies tunisiennes étant donné sa progression rapide en détruisant plusieurs millions d’arbres au Maroc et dans l’ouest algérien (Djerbi, 1988 ; Haddouch, 1996). La recherche de marqueurs moléculaires précoces liés à la résistance à la fusariose a permis de mettre en évidence des « plasmides-like » mitochondriaux qui semblent être en relation avec le comportement du palmier visà-vis de la fusariose (Benslimane et al., 1994; Ouenzar et al., 2001) et dont la présence est fortement corrélée avec la résistance à l’agent pathogène. Notons que si les palmeraies tunisiennes sont indemnes du bayoud, le dattier tunisien est sujet à d’autres maladies menaçantes dont :
  • la maladie du dessèchement apical des palmes, observée dans les palmeraies du Djérid (Takrouni et al., 1988) et dont les symptômes se résument dans le fait que l’extrémité des palmes de la couronne moyenne prend une couleur vert pale à blanc jaunâtre, les pennes de cette extrémité restent serrées et se dessèchent. Ces premiers symptômes apparaissent dans la partie interne, intermédiaire ou externe de la couronne pour s’étendre ensuite jusqu’à affecter la totalité de l’arbre. La croissance du palmier atteint est perturbée et la production des dattes est sérieusement affectée. L’agent responsable de cette maladie reste encore inconnu. Afin de contribuer à élucider l’étiologie de cette maladie, une analyse cytopathologique et une analyse protéomique comparée ont permis de mettre en évidence l’implication du chloroplaste dans la manifestation de la MFC ;
  • la maladie des feuilles cassantes (MFC) qui a été observée pour la première fois en 1985 dans la corbeille de Nefta (Takrouni et al., 1988) et qui, depuis, n’a cessé de prendre de l’ampleur. Elle s’est répandue vers de récents foyers dont les oasis de Dégache, Tozeur et Kébili. Touchant actuellement environ 40 000 arbres (Triki et al., 2003). Cette maladie touche l’arbre indépendamment du génotype, et de son âge, y compris les rejets, les jeunes plants et les pollinisateurs et même les rejets transplantés en remplacement des palmiers décimés (Takrouni et al., 1988). Elle se manifeste au premier stade par un jaunissement particulier de couleur d’huile d’olive de la foliole qui devient translucide, ses cellules perdent leur turgescence ce qui la rend facilement cassable, d’où l’appellation de la maladie (Takrouni et al., 1988) (photo 2). Ces premiers symptômes apparaissent dans la partie interne, intermédiaire ou externe de la couronne pour s’étendre ensuite jusqu’à affecter la totalité de l’arbre. La croissance des palmiers affectés s’arrête et leur mort survient au bout de 4 à 6 ans (Takrouni et al., 1988). L’arbre continu à produire une ou deux années durant lesquelles le nombre de régimes diminue avec des dattes petites et arrondies n’arrivant jamais à leur bonne maturité habituelle (Takrouni et al., 1988).

Photo 2
Palmiers atteints de la maladie des feuilles cassantes : stade 1 (Rhouma, 2008)

8Afin de contribuer à élucider l’étiologie de cette maladie, une analyse cytopathologique et une analyse protéomique comparée ont permis de mettre en évidence l’implication du chloroplaste dans la manifestation de la MFC.

Conclusion

9Une meilleure connaissance de la variabilité chez cette plante serait d’un grand apport pour l’établissement d’une stratégie de lutte contre les différentes maladies et stress associés au palmier dattier. Quoiqu’il en soit, les travaux déjà effectués sur le dattier tunisien doivent être complétés dans le contexte global de l’établissement d’un programme répondant aux objectifs préconisés, tout en ouvrent plusieurs perspectives. Il s’agirait notamment de :

  • la mise à profit des possibilités offertes par ces techniques pour l’établissement des empreintes génétiques de tout le germoplasme phoenicicole local ainsi que ceux d’autres pays afin de mieux apprécier la diversité moléculaire et d’en déduire les spécificités de chacun d’entre eux ;
  • la mise à profit des possibilités offertes par les techniques de culture in vitro afin de contribuer à l’amplification des cultivars menacés d’extinction et ce aussi bien par organogenèse que par embryogenèse ainsi que pour la production de semences artificielles sous forme de forme d’embryons somatiques ;
  • l’analyse du génome chloroplastique afin de mieux préciser son implication dans la MFC ;
  • l’exploitation de toutes les données morphologiques, isoenzymatiques et moléculaires pour contribuer au moins en partie à l’établissement de la cartographie chez cette espèce.

Bibliographie

Bibliographie

Ben Abdallah A., Stiti K., Lepoivre P., Du Jardin, P., 2000 – Identification de cultivars de palmier dattier (Phœnix dactylifera L.) par l’amplification aléatoire d’ADN (RAPD). Cahiers Agriculture, 9 : 103-107.

Benslimane A. A., Rode A., Quétier F., Hartmann C., 1994 – Charactérization of two minicircular plasmide-like dans isolated from date-palm mitochondria.

Curr. Genet., 26 : 535-541.

Bouabidi H., Reynes M., Roussi M. B., 1996 – Critères de caractérisation des fruits de quelques cultivars de palmier dattier (Phœnix dactylifera L.) du sud tunisien. Ann. De l’Inrat, 69 : 73-87.

Djerbi M., 1988 – Les Maladies du palmier dattier, projet régional de lutte contre le Bayoud.

Algeria, FAO, (RAB/88/018).

Haddouch M., 1996 – Situation actuelle et perspectives de développement du palmier dattier au Maroc. Options méditerranéennes, 28 : 63-79.

Khouldia O., Rhouma A., Marro J. P., Brun J., 1997 – Premières observations sur Oryctes Agamemnon, ravageur du palmier dattier en Tunisie.

Fruit vol., 52 : 111-115.

Mzali M. T., Lasram M., Rhouma A., 2002 – L’arboriculture fruitière en Tunisie. Les arbres à noyaux et le palmier dattier. T. 2 : 201-235.

Othmani A., Bayoudh C., Drira N., Marrakchi M., Trifi M., 2009 – Somatic embryogenesis and plant regeneration in date palm Phœnix dactylifera L., cv. Boufeggous is significantly improved by fine chopping and partial desiccation of embryogenic callus. Plant Cell. Tiss. Organ. Cult., 97 : 71–79.

Ouenzar B., Trifi M., Bouachrine B., Hartmann C., Marrakchi M., Benslimane A. A., Rode A., 2001 – A mitochondrial molecular marker of resistance to bayoud disease in date palm. Theor. appl. Genet., 103 : 366–370.

Ould Mohamed Salem A., Trifi M., Sakka H., Rhouma A., Marrakchi M., 2001a – Genetic inheritance analysis of four enzymes in date palm (Phœnix dactylifera L.). Genet. Resour. Crop Evol., 48 : 361-368.

Ould Mohamed Salem A., Trifi M., Salhi-Hannachi A., Rhouma A., Marrakchi M., 2001b – Genetic variability analysis of Tunisian date palm

(Phœnix dactylifera L.) cultivars. J. Genet. Breed., 55 : 269-278.

Ould Mohamed Salem A., 2001 – Contribution à l’évaluation des resources phytogénétiques du palmier dattier (Phœnix dactylifera L.), par l’analyse du polymorphisme isoenzymatique. Thèse de Doctorat de Biologie. Faculté des Sciences de Tunis, 134 p.

Reynes M., Bouabidi H., Piombo G., Risterucci A. M., 1994 – Caractérisation des principales variétés de dattes cultivées dans la région du Djérid en Tunisie. Fruits, 49 (4) : 289-298.

Rhouma A., 1994 – Le palmier dattier en Tunisie. Le patrimoine génétique, Vol. I. Arabesques Editions et Créations, Tunis, Tunisie.

Rhouma A., 2005 – Le palmier dattier en Tunisie. Le patrimoine génétique, Vol. II. Ipgri, Rome, Italy.

Rhouma S., Zehdi S., Ould Mohamed Salem A., Rhouma A., Marrakchi M., Trifi M., 2007 – Genetic diversity in ecotypes of Tunisian date-palm (Phœnix dactylifera L.) assessed by AFLP markers. Journal of horticultural Sciences & Biotechnology, 82 (6) : 929-933.

Rhouma S., Dakhlaoui-Dkhil S., Ould Mohamed Salem A., Zehdi-Azouzi S., Rhouma A., Marrakchi M., Trifi M., 2008 – Genetic diversity and phylogenic relationships in date-palms (Phœnix dactylifera L.) as assessed by random amplified microsatellites polymorphism markers (RAMPOs). Scientia Horticulturae, 117 : 53-57.

Sakka H., Zehdi Sould Mohamed Salem A., Rhouma A., Marrakchi M., Trifi M., 2004 – Genetic polymorphism of plastid DNA in Tunisian date-palm germplasm (Phœnix dactylifera L.) detected with PCR-RFLP. Genetic Resources and Crop Evolution, 51 : 479-487.

Takrouni L., Rhouma A., Khoualdia O., Allouchi B., 1988 – Observations préliminaires sur deux graves « maladies » d’origine inconnue du palmier dattier en Tunisie. Ann. Inst. Nat. Rech. Agr de Tunisie, 61 : 2-16.

Trifi M., Rhouma A., Marrakchi M., 2000 – Phylogenetic relationships in Tunisian date palm (Poenix dactylifera L.) germplasm collection using DNA amplification fingerprinting. Agronomie, 20 : 1-7.

Trifi M., 2001 – Polymorphisme et typage moléculaire de variétés tunisiennes de palmier dattier (Phœnix dactylifera L.): relation avec la résistance au bayoud. Thèse de Doctorat d’État Es-Sciences Naturelles. Faculté des Sciences de Tunis, Avril 2001.

Triki M. A., Zouba A., Khoualdia O., 2003 – Maladies des feuilles cassante or brittle leaf disease of date palms in Tunisia: biotic or abiotic disease? Journal of plant pathology, 85 (2) : 71-79.

Zehdi S., Trifi M., Ould Mohamed Salem A., Rhouma A., Marrakchi M., 2002 – Survey of inter simple sequence repeat (ISSR) in Tunisian date-palms (Phœnix dactylifera L.). Journal of Genetics and Breeding. 56 : 77-83.

Zehdi-Azouzi S., 2004 – Analyse du polymorphisme moléculaire chez le palmier dattier (Phœnix dactylifera L.). Thèse de Doctorat en Biologie, Université de Tunis El Manar, Faculté des Sciences de Tunis, 179 p.

Zehdi S., Trifi M., Billotte N., Marrakchi M., Trifi M., Pintaud J. C., 2004 – Genetic diversity of Tunisian date-palms (Phœnix dactylifera L.) revealed by nuclear Microsatellite polymorphism. Hereditas. 141 : 278-287.

Table des illustrations

Légende Figure 1Carte de la Tunisie avec les principales régions phoenicicoles (Trifi, 2001)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Photo 1Photos illustrant l’induction de l’embryogenèse somatique et la régénération de vitroplants issus de la culture d’explants foliaires d’une variété tunisienne de palmier dattier (Othmani et al., 2009)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Photo 2Palmiers atteints de la maladie des feuilles cassantes : stade 1 (Rhouma, 2008)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 374k

Auteurs

Généticienne et biologiste moléculaire
Faculté des sciences de Tunis,
Laboratoire de génétique moléculaire
Campus universitaire El Manar I, 2092 Tunis, Tunisie
szehdi@yahoo.fr

Biotechnologiste
Faculté des sciences de Tunis,
Laboratoire de génétique moléculaire
Campus universitaire El Manar I, 2092 Tunis, Tunisie
degletbey@yahoo.fr

Généticienne et biologiste moléculaire
Faculté des sciences de Tunis,
Laboratoire de génétique moléculaire
Campus universitaire El Manar I, 2092 Tunis, Tunisie
sodakhlaoui@yahoo.fr

Généticien et biologiste moléculaire
Généticien et biologiste moléculaire
Faculté des sciences de Tunis,
Laboratoire de génétique moléculaire
Campus universitaire El Manar I, 2092 Tunis, Tunisie
sodakhlaoui@yahoo.fr

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search