Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Partie 1. État des lieux de la culture du palmier dattier

Le palmier dattier en Algérie

Situation, contraintes et apports de la recherche

Nadia Bouguedoura, Abderrahmane Benkhalifa et Malika Bennaceur

Texte intégral

Introduction

1Dans le Sahara algérien, le palmier dattier (Phœnix dactylifera L.) est le pilier des écosystèmes oasiens où il permet de limiter les dégâts d’ensablement, joue un rôle protecteur contre le rayonnement solaire intense pour les cultures sous-jacentes (arbres fruitiers, cultures maraîchères et céréales). Par sa présence dans ces zones désertiques, les diverses formes de vies animales et végétales, indispensables pour le maintien et la survie des populations, sont possibles.

2Il a de plus un rôle socioéconomique majeur pour les populations de ces régions pour lesquelles il fournit d’une part un fruit, la datte dont les qualités alimentaires sont indéniables et qui constitue une source de revenus très appréciables pour plus de 100 000 familles du Sud algérien avec 9 % des exportations agricoles, d’autre part une multitude de sous produits (culinaire, artisanal et menuiserie…).

3Cette ébauche de synthèse résume la situation de la culture du palmier dattier, ses contraintes et décrit brièvement les recherches menées par les équipes algériennes depuis la prise en charge des problèmes liés au développement de cette espèce.

Situation de la culture du palmier dattier en Algérie

4L’Algérie est un pays phoenicicole classé au sixième rang mondial et au premier rang dans le Maghreb pour ses grandes étendues de culture avec 160 000 ha et plus de 2 millions de jardins et sa production annuelle moyenne de dattes de 500 000 tonnes.

5Le palmier dattier en Algérie est établi en plusieurs oasis réparties sur le Sud du pays où le climat est chaud et sec (zone saharienne).

6Sa culture s’étend depuis la frontière Marocaine à l’ouest jusqu’à la frontière tuniso-lybienne à l’est et depuis l’Atlas Saharien au nord jusqu’à Reggane (sud-ouest), Tamanrasset (centre) et Djanet (sud-est).

7Près d’un millier de cultivars a été inventorié et les trois régions principales de culture se distinguent sur le plan de la diversité génétique (tabl. 1). A cette catégorie, il faut ajouter un grand nombre de pieds francs ou « Khalts » qui poussent au hasard dans les oasis et qui représentent une source appréciable pour de nouvelles sélections de cultivars appréciables pour leur datte et pour leur résistance au bayoud.

Inventaire variétal (cultivar) dans les trois régions phoenicicoles d’Algérie

8La distribution des cultivars principaux montre une répartition estouest très marquée. Une cinquantaine de cultivars se retrouvent dans deux ou trois régions mais la majorité des cultivars reste endémique à leur région ou à leur zone d’origine.

9A l’est, le cultivar Deglet Nour, dont les dattes sont destinées à l’exportation vers les pays du Nord, continue à prendre de l’ampleur et frôle aujourd’hui les 50 % de la population des palmiers dattiers plantés.

10Les cultivars produisant des dattes sèches (Degla Beida, Tinnaser) sont exportés vers les pays d’Afrique subsaharienne. Parfois, les dattes comme celles du cultivar Hmira sont exportées vers la Russie ou la Chine. Parmi les cultivars émergeants, Tafezwin est exportable vers les pays d’Amérique du Sud, Bentqbala, en mode congelé, est très renommé sur le marché local à Ghardaïa (est). Agaz, datte primeur produite au Tidikelt (ouest), se commercialise bien sur les marchés de Ouargla et de Ghardaïa.

11Actuellement, des moyens sont mis en œuvre dans le cadre du projet RAB 98/ G31 (Gestion participative des ressources génétiques du palmier dattier dans les oasis du Maghreb) pour sauvegarder la diversité génétique en luttant contre les forces du marché.

Passé et présent de la culture du palmier dattier en Algérie

12Dans un passé lointain (début du xxe siècle), la culture du palmier dattier était une culture de subsistance mais diversifiée et basée sur l’économie de l’eau grâce au système des Foggaras. Il n’en demeure pas moins que 4 500 000 palmiers étaient exploités. Puis durant la période coloniale, les superficies augmentent (6 700 000 palmiers), les techniques culturales s’améliorent et les cultures sous jacentes en particulier d’arbres fruitiers sont introduites. La variété Deglet Nour devient la datte de table et d’exportation. Le Fusarium oxysporum fsp albedinis, champignon responsable de la maladie du bayoud, est identifié alors qu’il a été signalé pour la première fois à Béni Ounif en 1898. La diversité génétique est ramenée à trois types de dattes : molles, demi-molles et sèches. La restructuration de la phoeniciculture débute avec les années de l’indépendance où des actions de lutte contre le bayoud sont menées avec le soutien de la FAO et la création de stations de recherche dans le Sud algérien. Mais c’est aussi la période d’un exode rural qui aboutit à la perte de savoirs et de savoir faire, les cultivateurs s’intéressant de plus en plus à des cultures plus rapidement rentables : céréaliculture, cultures maraîchères. Les palmeraies traditionnelles déclinent et les Foggaras sont moins entretenues.

13Au cours des années 1980, de nouveaux périmètres de culture saharienne sont crées et des actions de plantation de palmier sont menées en particulier à Tindouf, Béchar et Tamanrasset en même temps que se développe dans ces régions un réseau électrique et que les ressources hydriques sont mobilisées. Le nombre de palmiers passe à 8 000 000.

14Ce chiffre passera à 9 000 000 dans les années 1990 grâce à un soutien aux investisseurs qui permet la création de grands périmètres à Biskra, El Oued, Guerrara, El Meniaa, Adrar, In Salah. Les recherches en biotechnologie se développent et des vitroplants sont plantés à Adrar, Touggourt et El Méniaa. La maladie de la feuille cassante est signalée à Adrar, Biskra et Ghardaïa.

15A partir de l’année 2000, on observe un rajeunissement de la palmeraie algérienne qui atteint d’abord 13 500 000 palmiers sur 120 830 ha en 2002 pour être aujourd’hui à 17 000 000 d’individus sur 160 000 ha. Le système goutte à goutte est généralisé, les études sur la diversité génétique et les approches biotechnologiques sont développées par les équipes de recherche de l’Inra, INPV et du LRZA. Cependant, le Bayoud qui s’était cantonné dans le sud-ouest grâce à une surveillance drastique fait une apparition à Zelfana (2002) située à 150 km de Ouargla par suite d’un relâchement du système de surveillance.

16Les exportations de la Deglet Nour vers le Nord et d’autres variétés vers les pays d’Afrique reprennent. Mais la recherche reste limitée à quelques équipes éparpillées et l’usage des sous produits du palmier et de la datte ne s’est pas développé. Les premières actions pour la mise en place d’un réseau national de recherche sur le palmier dattier ne se sont pas concrétisées.

Contraintes

17Le palmier dattier étant un élément clé de l’écosystème oasien, en Algérie, cet écosystème est affecté par :

  • l’érosion génétique causée la maladie du bayoud (fusariose mortelle causée par un champignon, Fusarium oxysporum f. sp. albedinis) et par la généralisation du cultivar Deglet Nour pour augmenter les exportations (cultivar très sensible) ;
  • la pression démographique liée à l’urbanisation : la population de la zone saharienne a quadruplé entre 1956 et 1999 (5 000 000) ;
  • la désertification et l’ensablement de plus en plus importants ;
  • la salinisation du sol et de l’eau due à une mauvaise prise en charge du drainage ;
  • le vieillissement de beaucoup de palmeraies, près de 30 % des palmiers ont dépassé l’âge de production et affichent des rendements égaux ou inférieurs à 15 kg/arbre (1996). Ce rendement reste très faible par rapport à ceux enregistrés par la Tunisie (50 kg/arbre) ou l’Egypte (60 kg/arbre). Cependant, ce problème est pris en charge par un programme de réhabilitation de la palmeraie Algérienne qui a permis la création de nouvelles surfaces de culture donc le rajeunissement du patrimoine phoenicicole ;
  • les maladies cryptogamiques et parasitaires (dégénérescence des palmiers dattiers, altérations dans la qualité du fruit et baisse importante du rendement) dont le bayoud.

Travaux de recherche développés

18Les travaux de recherche sur le palmier dattier ont pris de l’importance à partir des années 1970 autour de la problématique du Bayoud soutenue par la FAO pour les trois pays du Maghreb : Maroc, Algérie et Tunisie et c’est l’approche biotechnologique qui a prévalue. Cependant, cette approche a nécessité le passage par des travaux sur la connaissance de la biologie du palmier (Bouguedoura et al.,1980 ; Bouguedoura, 1982, 1991), l’identification du fusarium et les relations hôte-parasite (Bounaga, 1985) ainsi que la caractérisation morphologique des cultivars qui a aboutit à l’inventaire variétal (Hannachi et al., 1998).

19De nombreux résultats se sont accumulés sans que la maladie du bayoud ne soit éradiquée.

20Les quelques variétés supposées résistantes se sont avérées de qualité commerciale peu intéressante mais elles restent importantes dans le cadre de leur utilisation dans la lutte contre le bayoud. C’est pourquoi leur multiplication par voie biotechnologique principalement par embryogenèse somatique se poursuit.

21Une autre approche se développe au sein des équipes de recherche ; c’est la création de variétés alliant la résistance et la bonne qualité dattière soit par mutagenèse soit par fusion de protoplastes (Chabane et al., 2007). En effet, cette création n’est pas aisée par les voies classiques de croisements dirigés, la plante étant dioïque et hétérozygote.

22Les premiers individus obtenus par mutagenèse (équipe Inra) et supposés résistants, car issus de cals sélectionnés par screening sur un milieu contenant le champignon, sont actuellement évalués sur terrains bayoudés à Ghardaïa.

23Les premières plantules obtenues par fusion de protoplastes issus du cultivar résistant Taquerbucht et du cultivar sensible Deglet Nour, ont montré un niveau de ploïdie double de celui des plants d’origine, mais la phase de fusion et la caractérisation des hybrides somatiques restent à approfondir. C’est pourquoi la caractérisation variétale par les approches biochimiques ou moléculaires demeure fondamentale.

24En effet, la caractérisation morphologique la plus simple reste basée sur les caractères des fruits mais ceux-ci ne sont produits qu’après une phase végétative de plusieurs années.

25Les marqueurs biochimiques, (isoenzymes et polyphénols) ont été utilisés pour l’analyse de la diversité génétique. C’est ainsi que, sur sept systèmes enzymatiques (ADH, DIA, GOT, PAC, Endo, LAP, PGM) retenus et testés sur 181 individus appartenant à 31 cultivars, les résultats montrent une grande diversité génétique et l’existence d’une variabilité intracultivar. La clé d’identification a permi d’identifier 20 cultivars. Cependant, sur un plus grand nombre de cultivars, la technique de marquage génétique utilisant les isoenzymes, n’est pas discriminatoire pour différencier tous les génotypes (Bennaceur et al., 1991).

26L’établissement de marqueurs invariables a fait l’objet de travaux à la fin des années 90.

27En attendant le développement des microsatellites du palmier dattier, des marqueurs microsatellites du cocotier (Cocos nucifera L.) et du palmier à huile (Elaeis guineensis Jacq.) ont été testés chez le palmier dattier (Phœnix dactylifera L). Cette étude préliminaire montre la présence d’un certain polymorphisme au sein des cultivars de palmier dattier mais le nombre de marqueurs polymorphes est insuffisant pour permettre l’identification des cultivars et étudier l’organisation et la structuration de la variabilité génétique du palmier dattier.

28Après des années d’incertitude, l’établissement d’une banque de microsatellites du palmier dattier (Billote et al.,…) apparaît actuellement comme le meilleur outil à utiliser par nos équipes. Vu les difficultés à maîtriser, dans la pratique, ces outils au sein des laboratoires algériens, les autres marqueurs biochimiques (enzymes et polyphénols) continuent d’être prospectés.

Bibliographie

Bibliographie

Belguedj M., 2002 – « Les ressources génétiques du palmier dattier : caractéristiques des cultivars de dattiers dans les palmeraies du Sud-Est algérien ». Dossiers Documents Débats - N° 1 Inra Alger.

Bennaceur M., Lanaud C., Chevallier M. H., Bounaga N., 1991 – Genetic diversity of the date palm (Phœnix dactylfera L.) from Algeria revealed by enzyme markers. Plant Breeding, 107 : 56-69.

Bouguedoura N., 1980 – « Morphologie et ontogenèse des productions axillaires du palmier dattier, Phœnix dactylifera L. ». C.R.Acad.Sc. Paris, Série D, t. 291 :.857-860.

Bouguedoura N., 1982 – « Development and distribution of axillary buds in Phœnix dactylifera L. ». Proceeding of first symposium on the date palm. El Hassa Saudi Arabia.

Bouguedoura N., 1991 – Connaissance de la morphogenèse du palmier dattier: étude in situ et in vitro du développement morphogénétique des appareils végétatif et reproducteur. Thèse de Doctorat d’Etat USTHB Alger.

Bounaga N., 1985 – Contribution à l’étude du Fusarium oxysporum f. sp. albedinis (Killian et Maire) Gordon, agent de la fusariose du palmier dattier. Thèse de Doctorat d’Etat. USTHB. Alger.

Chabane D., Assani A., Bouguedoura N., Haïcour R., Ducreux G., 2007 – « Induction of callus formation from difficult date palm protoplasts by means of nurse culture ». C.R.Biologies, 330 : 392-401.

Hannachi S., Khitri D., Benkhalifa A., Brac de la Perrière R. A., 1998 – Inventaire variétal de la palmeraie algérienne.

Table des illustrations

Légende Tableau 1
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteurs

Biologiste végétal

Biologiste végétal

Biotechnologiste

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search