Version classiqueVersion mobile

Biotechnologies du palmier dattier

 | 
Frédérique Aberlenc-Bertossi

Avant-propos

Texte intégral

1Le palmier dattier est une plante d’intérêt écologique, économique et social majeur pour de nombreux pays des zones arides qui comptent parmi les plus pauvres du globe. Le développement de la phœniciculture permet de lutter durablement contre l’insécurité alimentaire dans les régions où la désertification est accélérée par les changements climatiques. En effet, le palmier dattier, en créant au milieu du désert un microclimat favorable au développement de cultures sous-jacentes, constitue l’axe principal de l’agriculture dans les régions désertiques et assure la principale ressource vivrière et financière des oasiens.

2Cependant, avec l’évolution économique et sociale des pays, les palmeraies se sont réorganisées pour satisfaire une demande croissante en dattes de qualité supérieure à l’instar des cultivars Deglet Nour et Medjool. Cette réorganisation a conduit la phœniciculture d’un système de culture traditionnelle riche et diversifiée vers un système industriel axé sur une oligoculture monovariétale. Cette situation constitue un risque potentiel d’érosion génétique du patrimoine phœnicicole local. L’appauvrissement du germplasme est aggravé par les contraintes biotiques (maladies et ravageurs) et abiotiques (sécheresse et salinisation des sols) auquelles sont soumises les palmeraies.

3Par ailleurs, dans les pays d’Afrique subsaharienne, la culture du palmier dattier est encore peu développée malgré les besoins formulés par différents États. En effet, des variétés traditionnelles, ainsi que des cultivars adaptés aux conditions du Sahel, ont été identifiés mais les plants disponibles sont insuffisants pour couvrir la demande des planteurs.

4L’utilisation des biotechnologies végétales présente donc un intérêt majeur pour caractériser la diversité phœnicicole afin de recenser les ressources génétiques et organiser leur conservation et leur sauvegarde, et pour multiplier les plants sélectionnés et participer ainsi au développement d’une agriculture oasienne dans la zone sahélienne.

5Le réseau « Palmier dattier dans le Sahel » a été créé en 2006. Son objectif est de faciliter les échanges entre les scientifiques travaillant sur l’utilisation des outils biotechnologiques pour la multiplication du palmier dattier. Il regroupe des chercheurs des universités du Sénégal, de Mauritanie et d’Algérie, du Centre d’études et de recherches de Djibouti (Cerd) et de l’IRD de Montpellier. Ce réseau est ouvert aux chercheurs intéressés par les biotechnologies du palmier dattier, notamment dans la zone sahélienne.

6Dans le cadre de ce réseau, un premier séminaire a été organisé à Dakar (Sénégal) en 2006. Les échanges scientifiques ont porté essentiellement sur les améliorations méthodologiques de procédés de régénération du palmier dattier par embryogenèse somatique. En 2007, le 2e séminaire a été organisé à Atar (Mauritanie). Les thématiques abordées ont été élargies à l’évaluation, la conservation et la multiplication du patrimoine génétique du palmier dattier dans le Sahel. Les biotechnologies végétales comme l’utilisation des microsatellites pour la caractérisation génétique des cultivars, les procédés de micropropagation in vitro ou les marqueurs moléculaires du sexe constituent des outils d’intérêt considérable dans cette perspective.

7Le 3e séminaire, qui s’est tenu en 2008 à Montpellier, a rassemblé soixante chercheurs de douze nationalités. L’objectif était de dresser un état des lieux des problématiques rencontrées dans les différents pays en termes d’évaluation, de conservation et de valorisation des ressources génétiques du palmier dattier et des solutions pouvant être apportées par les biotechnologies végétales. Des chercheurs d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Mauritanie, du Sénégal, de Djibouti, du Niger, du Mali, d’Espagne et d’Italie ont présenté la problématique du palmier dattier dans leur pays. L’avenir des ressources génétiques et moléculaires du palmier dattier a été discuté. La pluridisciplinarité des recherches menées sur le palmier dattier a été présentée grâce à la présence de physiologistes, biologistes moléculaires, botanistes, biochimistes, généticiens, bio-archéologues, sociologues et anthropologues. Les communications orales ont illustré les dernières avancées scientifiques en matière de production à grande échelle, de variations somaclonales et d’amélioration génétique. Enfin, les discussions ont permis de poser les bases de projets de recherche internationaux sur la conservation des ressources génétiques du palmier dattier.

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search