Version classiqueVersion mobile

Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu / Coastal Fisheries Atlas of Vanuatu

 | 
Espérance Cillaurren
, 
Gilbert David
, 
René Grandperrin

La pêche à l'échelle des îles / Vanuatu island fisheries

La pêche à l’échelle des îles

Vanuatu island fisheries

Texte intégral

Introduction

1Les informations fournies par les associations ont permis de détailler l’activité de pêche villageoise commerciale des poissons de profondeur à l’échelle de l’île. L’étude ne concerne donc ni les îles inhabitées, ni celles pour lesquelles il n’y a pas de données.

2Certaines îles ont été étudiées individuellement ; tel est le cas de Santo, Malakula, Ambrym, Efate et Tanna. D’autres ont été regroupées car leur proximité autorise les pêcheurs d’une île à fréquenter les zones de pêche des autres îles : il s’agit des archipels des Torres et des Banks et des groupes Ambae-Maewo-Pentecost et Paama-Epi-Shepherds. L’étude suit l’ordre nord-sud ; elle commence donc par l’archipel des Torres pour s’achever par Tanna. Elle s’articule autour d’une caractérisation de l’environnement physique et humain et d’une description de la pêcherie et de son évolution spatio-temporelle. Douze cartes-types illustrent cette démarche pour chaque île ou groupe d’îles.

3Pour faciliter les comparaisons, les mêmes classes de rendements globaux représentées par les mêmes couleurs, ont été utilisées pour toutes les cartes. Il en est de même en ce qui concerne les rendements par espèce. Les aplats de couleur bleue correspondent aux zones pour lesquelles les données de pêche sont trop peu nombreuses pour être significatives et conduire à une estimation correcte de l’abondance.

4Le calcul de la prise maximale soutenue (PMS) pour une zone de pêche donnée a été réalisé avec la PMS estimée pour l’ensemble de Vanuatu (586 tonnes) pondérée à la surface de cette zone. Pour chaque île ou groupe d’îles, le nombre optimum d’embarcations pouvant capturer la PMS a été déterminé en se basant sur les conditions moyennes d’exploitation des bateaux des associations de pêcheurs de 1982 à 1991, soit 150 sorties par an et par embarcation, chacune d’elles réalisant une prise de 31 kg par sortie (Brouard et Grandperrin, 1984).

La pêche des poissons de profondeur aux îles Torres et aux îles Banks

5Les îles Torres et les îles Banks sont des archipels isolés du reste du pays par des fonds de profondeur supérieure à 1 000 m. Leur relative proximité de la zone équatoriale les soustrait en partie à l'influence des alizés pendant l'hiver austral. Les conditions de travail à la mer y sont néanmoins difficiles en raison des houles croisées générées par la rencontre des courants et de ces petites îles. C'est probablement une des raisons pour laquelle la pêche des poissons de profondeur y est très peu développée. Les foyers de population sont petits et pour certaines îles inexistants. Le marché de consommation de poisson frais est donc très réduit.

Torres
Carte 1.1 - La bathymétrie

L'archipel des Torres est situé à l'extrémité nord de Vanuatu. Récemment étudiée (Pelletier et al., 1997 ; Baudry, 1997), la bathymétrie entourant les îles Torres montre, entre 10 et 100 m de profondeur, une pente récifale intermédiaire qui couvre une grande superficie. Entre 100 et 500 m, la pente récifale profonde ne paraît pas très accore ; sa superficie a été estimée à 34 286 hectares.
Carte 1.2 - L'exposition des zones de pêche

Venant du sud, les houles et les vents dominants intéressent la presque totalité des pentes récifales des îles dont certaines, comme celles de Toga, située au sud, sont très exposées et difficilement exploitables par des pêcheurs qui ne possèdent que de petites embarcations. Toutefois, de nombreuses périodes de calme interviennent au cours de l'été austral.
Carte 1.3 - Les réseaux et villages

Peu habitées, les îles Torres ne bénéficient pas de routes carrossables. Situé sur l'île de Linua, l'aéroport est le principal lien de cet archipel avec le reste du pays ; son éloignement de la capitale le pénalise fortement d'un point de vue économique. Les autres îles ne sont accessibles que par bateau. La taille réduite des embarcations et les conditions de navigation difficiles – en raison des turbulences et des houles croisées générées par les courants et par les îles – rendent les transports périlleux.

Carte 1.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1981 et 1991

Pour la période étudiée, l'effort de pêche déployé a été insuffisant pour étudier la répartition de l'abondance des espèces. Cependant, avec une CPUE moyenne égale à 13,6 kg/j. l., ces îles présentent un potentiel intéressant. Les estimations de PMS basées sur les surfaces exploitables sont de 21 tonnes par an.

Banks
Carte 2.1 - La bathymétrie

L'archipel des Banks est composé de huit îles que sépare l'isobathe 500 m et pour certaines l'isobathe 1 000 m. Au nord, le groupe constitué de Vanua Lava entourée d'un chapelet de trois îles est l'ensemble le plus important. D'une taille équivalente, Gaua est isolée au sud. Les pentes récifales externes sont très accores, le tombant de certaines îles comme Merig étant pratiquement vertical ; leur superficie a été estimée à 66 122 hectares entre les isobathes 100 et 500 m.
Carte 2.2 - L'exposition des zones de pêche

En provenance du sud, les houles et les vents dominants concernent l'essentiel des zones de pêche, seules les côtes nord des îles étant susceptibles d'être abritées. Les effets d'îles, générateurs de turbulences, rendent la navigation difficile pour les petites embarcations.
Carte 2.3 - Les réseaux et villages

La presque totalité des îles sont habitées. Les routes carrossables sont rares ; seule Vanua Lava en possède une entre l'unique aéroport de l'archipel et Sola. Néanmoins, des pistes relient les villages, notamment sur les deux plus grandes îles des Banks, Vanua Lava et Gaua.

Carte 2.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1982 et 1991

L'effort de pêche est localisé à l'est de Vanua Lava et de Gaua. La profondeur de pêche se situe essentiellement entre 100 et 300 m. Les CPUE moyennes sont élevées ; elles dépassent 13 kg/j. l. autour de Gaua. Les CPUE augmentent avec la profondeur pour atteindre une valeur maximale proche de 20kg/j. l. entre 300 et 400 m.

Carte 2.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1982 à 1991
Exception faite d'un essai timide en 1982 à Mere Lava, la pêche villageoise des poissons de profondeur n'a commencé aux îles Banks qu'en 1987. Les zones de pêche entourant Vanua Lava, Mota et Gaua sont les plus exploitées. L'effort de pêche se poursuit jusqu'en 1991 et affiche un maximum en 1989. Les CPUE ne sont disponibles que pour deux ans, les valeurs annuelles moyennes fluctuant entre 9 et 13 kg/j. l. selon les zones. La PMS annuelle a été évaluée à 40 tonnes pour l'ensemble des îles Banks ; la flotte de pêche pouvant opérer serait alors constituée de 9 unités.

La pêche des poissons de profondeur à Santo

6Montagneuse, la façade occidentale de Santo est bordée par la fosse des Nouvelles-Hébrides ; les fonds y plongent de façon abrupte, de telle sorte que les superficies exploitables entre 100 et 500 m de profondeur sont très réduites (carte 3.1). Malgré sa situation abritée des houles et des vents dominants, du moins dans sa partie nord (carte 3.2), cette zone est peu propice au développement d'une pêche de poissons de profondeur, d'autant que le littoral est très peu peuplé. En revanche, les côtes est et sud, qui se prolongent au large par des pentes récifales de plus grande superficie, concentrent la majorité de la population littorale et bénéficient d'une bonne desserte routière (carte 3.3). Luganville, deuxième centre urbain du pays, exerce comme Port Vila une action stimulante sur le développement halieutique dont les produits sont consommés sur place ou exportés vers Port Vila. L'effort de pêche est de préférence déployé sur des lieux à partir desquels l'écoulement de la production est aisé (carte 3.4).

7Les activités de pêche autour de Santo montrent un développement très net à partir du milieu des années quatre-vingt, avec une extension progressive des zones de pêche vers les côtes nord et ouest. L'évolution des CPUE dans le temps n'indique pas de surexploitation des stocks (carte 3.5).

8La grande extension verticale de l'effort de pêche est la traduction d'une pêche diversifiée portant sur plusieurs espèces cibles. Alors que Etelis carbunculus, Etelis coruscans, Pristipomoides multidens et Lutjanus malabaricus sont abondantes sur la presque totalité des zones, d'autres espèces ne sont capturées, avec des bons rendements, que dans des zones restreintes (cartes 3.6, 3.7, 3.8, 3.9 et 3.10).

9La zone sud, la plus exposée aux vents et houles, voit ses rendements diminuer au cours de l'hiver austral. C'est alors que la capture de P. multidens est prédominante, alors que celle des Etelis spp. semble marquer le pas (cartes 3.11).

10En résumé, la pêche de poissons de profondeur est à Santo une activité dynamique qui, bénéficiant de nombreux facteurs favorables, est encore appelée à se développer, notamment dans le nord (carte 3.12).

Santo
Carte 3.1 - La bathymétrie

Santo constitue avec Malakula un bloc circonscrit par l'isobathe 500. L'île est caractérisée par une pente récifale externe relativement accore, notamment dans sa partie occidentale. La superficie de la zone comprise entre 100 et 500 m de profondeur a été estimée à 152 528 hectares. Elle se prolonge toutefois par un plateau relativement étendu.
Carte 3.2 - L'exposition des zones de pêche

Toute la côte orientale, comprise entre Sakao et le sud de Malo est très exposée aux vents qui soufflent du sud-est. La côte ouest est bien protégée sauf lors des dépressions tropicales de l'été austral. Big Bay est un havre encastré à l'intérieur des terres.
Carte 3.3 - Les réseaux et villages

Les plus grandes concentrations de population se situent sur la façade orientale et au sud où se trouve Luganville, deuxième centre urbain du pays. Toute cette région est bien desservie par une route carrossable qui rejoint la plupart des villages, de Tangoa à Big Bay. À l’opposé, l'ouest de Santo, bien que regroupant des villages importants comme Tasiriki, est extrêmement mal desservi : on n’y accède que par la voie maritime ou par des pistes très peu carrossables.

Carte 3.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1981 et 1991

Pour l'ensemble des onze années étudiées, l'essentiel de l'effort de pêche a été déployé sur la côte est, notamment en face de Port Olry et dans le sud, de Aore à Tangoa. L'effort de pêche se distribue entre 50 et 400 m de profondeur avec un maximum marqué à 200 m. Les zones situées au large de Tasiriki et en face de Cap Queiros, qui sont parmi les moins exploitées, affichent les rendements les plus élevés (16 et 26 kg/jour-ligne). Les zones situées à Big Bay, entre Hog Harbour et Natawa présentent également des fortes CPUE (proches de 16 kg/j. l.). Sur la côte sud, particulièrement exploitée, les CPUE n'excèdent pas 12 kg/jour-ligne. Les rendements augmentent de façon progressive avec la profondeur et présentent un léger maximum à 350 m.

Carte 3.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1981 à 1991
D'abord localisé dans la région de Port Olry et Hog Harbour, l'effort de pêche s'est déployé dès 1984 au sud de Tangoa. À partir de 1987, deux grands pôles de pêche se développent, l'un sur l'ensemble de la côte est, l'autre dans le sud, la mise en place d'une école de pêche à Luganville jouant un rôle moteur dans cette évolution. En 1990, s'amorce une extension de l'effort de pêche vers la côte ouest, en face de Tasiriki. Deux zones cibles se précisent en 1991, l'une englobant la pente en face de Port Olry et de Hog Harbour, l'autre située à l'est de l'île d'Aore. De manière presque générale, les CPUE annuelles moyennes ont tendance à augmenter au fil des années, ce qui traduirait un accroissement de la productivité des pêcheurs, les stocks restant toutefois sous-exploités. Ceci est particulièrement net au large de Port Olry et de Tangoa. L'essentiel des côtes ouest et nord font l'objet d'une exploitation trop récente pour évaluer des tendances dans les fluctuations annuelles des rendements.

Cartes 3.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

Les trois espèces étudiées, Etelis carbunculus, E. coruscans et E. radiosus sont surtout capturées à des profondeurs supérieures à 150 m. Les rendements maximaux sont observés entre 300 et 400 m de fond pour E. carbunculus et E. coruscans. E. radiosus est l'espèce la moins abondante. La zone commune de concentration des trois espèces se situe au large de la côte est de Santo, entre Port-Olry et Luganville.

Cartes 3.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Les trois espèces du genre Pristipomoides sont essentiellement pêchées à moins de 200 m. P. filamentosus et P. flavipinnis se capturent à des profondeurs moindres que P. multidens. Cette espèce est la plus abondante des trois et son aire de répartition est la plus vaste ; elle concerne les pentes externes situées au nord, à l'est et au sud, de Pesena à Pelmol. P. filamentosus est plutôt capturé à Big Bay et au large de Hog Harbour. Des rendements maximaux sont réalisés pour P. flavipinnis au sud de Aore et au large de Wusi.

Cartes 3.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Beaucoup moins abondantes que les précédentes, ces espèces peuvent toutefois, pour Epinephelus morrhua et E. septemfasciatus, faire l'objet de bonnes CPUE dans des zones réduites, notamment au large de Port Olry et au sud de Malo. La première se capture jusqu'à 350 m, la seconde de préférence entre 200 et 300 m.
Carte 3.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 3.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Pêché principalement entre 100 et 200 m de profondeur, Lutjanus malabaricus est aussi abondant que les Etelis spp. Bien qu'il ait été, depuis plusieurs décennies, occasionnellement capturé au large de Port-Olry, les meilleures zones de pêche le concernant se situent à Big Bay et au sud de Malo et de Tangoa. Aphareus rutilans est pêché avec des bons rendements entre 150 et 300 m de fond dans une zone restreinte au large de

Cartes 3.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Le premier semestre est caractérisé par la prédominance de Etelis carbunculus et d'E. coruscans dans les captures. Le troisième trimestre est marqué par de très bons rendements en Pristipomoides multidens. À Big Bay, les rendements maximaux sont plutôt réalisés en fin d'année.

Carte 3.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 92 tonnes pour l'ensemble de Santo. On peut distinguer trois régions selon la valeur de leur PMS. Il s'agit :
- de l'ensemble de la côte ouest et d'une partie du sud où la PMS totale annuelle est évaluée à 22 tonnes avec une moyenne de 2,4 tonnes par zone de pêche,
- d'une partie de la côte est, entre Port-Olry et Natawa, et du sud de Malo où la PMS s'approche de 42 tonnes,
- de Big Bay où une PMS totale de 13 tonnes est réalisable.
La flotte de pêche pouvant opérer autour de Santo comprendrait 20 unités.

La pêche des poissons de profondeur à Ambae, Maewo et Pentecost

11Du fait de leur formation géologique – une structure de terres soulevées (horst) à Maewo et Pentecost et une île volcanique à Ambae – les pentes récifales de ces îles sont très abruptes (carte 4.1). Les façades orientales de Maewo et de Pentecost étant particulièrement exposées aux houles et aux vents du sud-est, les conditions de travail à la mer y sont très difficiles (carte 4.2). D'une manière générale, ces îles sont peu peuplées et mal desservies par les réseaux de transport (carte 4.3).

12L'effort de pêche s'exerce essentiellement dans les zones abritées. Toutefois, les meilleurs rendements sont observés entre les îles, là où les phénomènes de turbulences induits par les vents et les courants sont importants (carte 4.4). Si l'essentiel de l'effort est déployé à des profondeurs inférieures à 200 m, qui correspondent à l'habitat des Pristipomoides spp. et de Lutjanus malabaricus, c'est vers 350 m que se situent les maximums de CPUE correspondant aux captures des Etelis spp..

13Au fil des ans, l'activité de pêche tend à se déplacer du nord d'Ambae vers les zones situées entre les îles (carte 4.5). On y constate d'ailleurs une augmentation des CPUE dans le temps, ce qui indique que le stock n'est pas surexploité. Ces zones sont propices à la capture des espèces des genres Etelis et Pristipomoides (cartes 4.6 et 4.7). En revanche, les autres espèces y semblent moins abondantes (cartes 4.8, 4.9 et 4.10). Les aires exploitées se réduisent de juillet à septembre, au cours de l'hiver austral (cartes 4.11), période qui correspond à des CPUE minimales pour E. carbunculus. Cette espèce constitue bien une des cibles principales de la pêche de poissons de profondeur.

14En résumé, le développement de la pêche des poissons de profondeur à Ambae, Maewo et Pentecost est limité par des pentes récifales très accores et par une faible densité de population. Bien que la zone nord de Maewo présente un certain potentiel, un essor de la pêche n'est envisageable que dans la région située entre Maewo et Ambae qui offre de bonnes conditions de travail à la mer et peut être accessible par les bateaux des trois îles.

Ambae - Maewo – Pentecost
Carte 4.1 - La bathymétrie

Ambae, Maewo et Pentecost constituent un groupe d'îles circonscrit par l'isobathe 500 m. Leurs pentes récifales sont les plus escarpées de tout l'archipel, particulièrement sur la côte ouest de Pentecost. Leur superficie a été évaluée, entre les isobathes 100 et 500 m, à 25 277 hectares pour Maewo, 18 525 hectares pour Ambae et 30 644 hectares pour Pentecost.
Carte 4.2 - L'exposition des zones de pêche

Les houles et les vents dominants rendent précaires les conditions de travail à la mer sur les côtes est de Maewo et de Pentecost. Les pentes situées entre ces deux îles sont influencées par des effets d'îles qui induisent des courants turbulents. Ambae est protégée par Maewo et Pentecost.
Carte 4.3 - Les réseaux et villages

Des trois îles, Maewo est la moins peuplée ; sa zone côtière orientale, presque inhabitée, est inaccessible car dépourvue de routes et de pistes. Les franges littorales nord pour Ambae et ouest pour Pentecost sont les plus peuplées et les mieux desservies. Si à Ambae la totalité de la zone côtière est accessible par route ou par piste, tel n'est pas le cas à Pentecost où la région comprise entre Levetlis et Varsare est dépourvue d'habitants et de voies de communication. Avec trois aéroports, Ambae est l'île la mieux desservie par les liaisons aériennes.

Carte 4.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1981 et 1991

L'essentiel de l'effort de pêche se situe à moins de 300 m de profondeur, mais un maximum est aussi observé vers 400 m. Les rendements globaux augmentent régulièrement en fonction de la profondeur, atteignant les valeurs les plus élevées (22 kg/j. l.) à 350 m de fond. Le plus gros de l'effort de pêche a été déployé sur les pentes situées entre Ambae et Maewo et entre Maewo et Pentecost. C'est dans ces régions que les meilleurs rendements ont été obtenus. Les franges littorales situées au nord de Ambae et à l'ouest de Pentecost ont également été bien exploitées, mais avec de faibles CPUE (inférieures à 12 kg/j. l.).

Carte 4.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1981 à 1991
Au début des années quatre-vingt, la pêche est localisée au large de Nduindui, à Ambae, et de Melsisi à Pentecost. L'exploitation s'interrompt ensuite et ne reprend que vers 1985. L'effort de pêche se déplace ensuite au cours des années vers les zones de pêche situées dans les passages entre les îles. Dans ces régions, les CPUE augmentent régulièrement pour atteindre des valeurs maximales les dernières années.

Cartes 4.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

Si Etelis carbunculus et E. coruscans apparaissent dans les captures à partir d'une centaine de mètres de profondeur, les CPUE les plus élevées se situent vers 350 m de profondeur pour E. carbunculus et vers 300 m pour E. coruscans. Les trois espèces d'Etelis sont essentiellement pêchées entre Ambae, Maewo et Pentecost, bien que la côte ouest de Pentecost soit aussi une zone où les rendements sont élevés pour E. carbunculus et E.

Cartes 4.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

L'espèce la plus abondante est Pristipomoides multidens, pêchée principalement dans les 150 premiers mètres. Moins abondant, P. flavipinnis se répartit de manière comparable sur les mêmes zones et aux mêmes profondeurs. En revanche, P. filamentosus se concentre plutôt vers 300 m – profondeur habituellement peu fréquentée par cette espèce – entre Ambae et Maewo.

Cartes 4.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Des rendements maximaux sont observés pour Epinephelus septemfasciatus au large de Nduindui à Ambae et sur la côte ouest à Pentecost. Les CPUE les plus élevées sont observées entre 200 et 300 m. E. magniscuttis et E. morrhua sont moins abondants, leurs rendements maximaux se situant vers 200 m de profondeur.

Carte 4.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 4.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Pêché entre 100 et 200 m, Lutjanus malabaricus est particulièrement abondant sur la côte nord d'Ambae et entre cette île et Maewo. C'est également dans cette zone que les meilleurs rendements ont été obtenus pour Aphareus rutilans dont la distribution verticale est d'ailleurs proche de celle de L. malabaricus.

Cartes 4.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Les rendements de pêche sont minimes durant le troisième trimestre. La grande abondance d'Etelis carbunculus durant le premier trimestre est remarquable ; elle diminue ensuite jusqu'à juillet-septembre, puis amorçe une remontée en octobre-décembre. À cette période, l'augmentation des CPUE d'Epinephelus septemfasciatus est notable.

Carte 4.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

Les PMS annuelles ont été évaluées à 15 tonnes pour Maewo, 11 tonnes pour Ambae et 19 tonnes pour Pentecost. Maewo se distingue d'Ambae et de Pentecost avec une PMS totale de 10 tonnes pour la frange littorale qui s'étend de l'est au sud-ouest.
Avec la PMS pour objectif, les flottes de pêche pourraient être constituées de deux unités à Ambae, trois à Maewo et quatre à Pentecost.

La pêche des poissons de profondeur à Malakula

15Malgré des pentes récifales offrant des faibles superficies (carte 5.1) les activités de pêche de poissons de profondeur sont parmi les plus développées du pays. Elles se concentrent essentiellement sur les façades septentrionale et occidentale de l'île qui sont abritées des houles et des vents dominants et qui présentent des baies protégées (carte 5.2). En revanche, ni les îles Maskelynes qui disposent d'une large pente récifale à priori propice à la pêche, ni la côte sud-est de Malakula qui abrite des densités élevées de population, ne présentent une activité intense (cartes 5.3 et 5.4). Celle-ci semble donc largement déterminée par l'exposition des zones de pêche aux houles et aux vents dominants.

16Limitée dans un premier temps à deux ou trois zones, la pêcherie n'a commencé à s'étendre que vers la fin des années quatre-vingt. Elle reste cependant dispersée et, compte tenu de l'évolution dans le temps des CPUE, n'a pas entraîné de surexploitation (carte 5.5).

17L'effort de pêche fluctue avec la profondeur (carte 5.4) ; les deux maximums observés correspondent aux deux habitats différents visés par les pêcheurs dans leur recherche d'espèces-cibles : Pristipomoides spp. et Lutjanus malabaricus entre 100 et 300 m et Etelis spp. au delà (cartes 5.6, 5.7, 5.8 et 5.9).

18Efforts et rendements varient selon les saisons. Durant l'hiver austral, l'activité se concentre sur la côte ouest abritée des vents et les rendements de pêche y sont les plus élevés. C'est également à ce moment que l'abondance d'Etelis carbunculus s'accroit pour atteindre son niveau maximal en fin d'année (cartes 5.11).

19En résumé, la pêche des poissons de profondeur à Malakula, actuellement plutôt localisée au nord et à l'ouest de l'île, pourrait encore se développer dans des zones peu abritées mais où les potentialités sont bonnes, notamment dans le sud (carte 5.12).

Malakula
Carte 5.1 - La bathymétrie

Malakula forme avec Santo un bloc séparé du reste de l'archipel. La superficie de ses pentes récifales comprises entre 100 et 500 m est de 135 851 hectares. L'île est entourée de tombants abrupts, particulièrement sur la façade est, à l'exception du sud où la pente récifale forme un vaste plateau. Proche des côtes, l'isobathe 1 000 m marque à l'ouest le début de la fosse des Nouvelles-Hébrides et à l'est la limite de la cuvette océanique située au sud d'Ambae.
Carte 5.2 - L'exposition des zones de pêche

Toute la côte est et sud, du nord de Atchin à Milip, est exposée aux houles et aux vents dominants ; les conditions de navigation y sont donc difficiles sauf à l'abri des petits îlots rencontrés tout au long de la côte. La zone protégée s'étire à l'ouest entre Tomman et le nord de Malakula.
Carte 5.3 - Les réseaux et villages

La presque totalité de la frange littorale est accessible par une route carrossable, à l'exception des agglomérations du sud qui sont reliées par une piste. Bien que les villages se répartissent de manière homogène le long des côtes, la plus grande partie de la population se concentre sur la côte est, les petites îles comme Atchin, Wala, Rano et Uripiv accueillant les densités les plus fortes. Les trois aéroports de Norsup, Lamap et Wintua font de Malakula une des îles les mieux reliées à la capitale.

Carte 5.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1981 et 1991

L'essentiel de l'effort de pêche a été déployé au nord-est, entre Atchin et Uripiv, et à l'ouest entre Unmet et Milip, avec des valeurs maximales au large de Lambumbu ; deux pics sont observés vers 200 et 300 m. Les CPUE augmentent régulièrement de 100 à 300 m, profondeur à laquelle elles dépassent 15 kg/j. l.. Les meilleurs rendements sont réalisés au sud-est, notamment entre Tisman et Lamap, tandis que les plus faibles sont observés au nord-est de l'île, alors que cette zone est bien exploitée.

Carte 5.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1981 à 1991
Bien que la Commission du Pacifique Sud ait implanté dès 1974 son « Projet de petite pêche à l’extérieur du récif » (Hume, 1975) à Lamap, la pêche villageoise de poissons de profondeur n'a réellement démarré qu'en 1982 au large d'Uripiv. À partir de 1985, cette activité a gagné le nord d'Atchin, la côte ouest entre Lambumbu et Dixon Reef et les zones à proximité de Tomman et de Milip au sud. Ailleurs, l'effort de pêche reste faible et de courte durée.

Cartes 5.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

Si Etelis carbunculus et E. coruscans sont principalement capturés entre 300 et 400 m, E. radiosus apparaît dans les prises à deux profondeurs distinctes ; cette dernière espèce est toutefois trop peu abondante pour que ce double pic ait une réelle signification. Les rendements maximaux de E. carbunculus et de E. coruscans s'observent dans les mêmes zones, notamment le long de la côte ouest.
Cartes 5.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Comme partout, les Pristipomoides spp. sont présents entre 100 et 300 m. Pristipomoides multidens, trois à quatre fois plus abondant que les deux autres espèces, est principalement capturé entre 100 et 200 m sur la façade occidentale. P. filamentosus et P. flavipinnis se localisent dans des petites zones disséminées autour de Malakula.

Cartes 5.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Les trois espèces présentent des rendements inférieurs à 1 kg/j. l.. Les CPUE les plus élevées sont réalisées vers 200 m de fond pour Epinephelus magniscuttis, essentiellement entre Milip et Akhamb et entre Unmet et Lambumbu.
Carte 5.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 5.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Si Lutjanus malabaricus est bien capturé sur la moitié nord de l'île et entre Milip et Akhamb, tel n'est pas le cas d'Aphareus rutilans dont les rendements n'atteignent pas 0,5 kg/j. l.. Seule une petite zone située au large de Leviamp montre une concentration de cette espèce qui, comme la précédente, est pêchée principalement vers 200 m de fond.

Cartes 5.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Les rendements maximaux sont observés sur la côte sud-est au cours du second trimestre. Les CPUE moyennes d'Etelis carbunculus augmentent progressivement tout au long de l'année. Lutjanus malabaricus semble moins abondant au cours du second trimestre.

Carte 5.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 82 tonnes pour l'ensemble de Malakula. Trois régions se distinguent selon la valeur de leur PMS. Par ordre d'importance décroissante, il s'agit- :
- du sud-est de Lamap, où la PMS est de 38 tonnes pour deux zones,
- du sud, entre Tomman et Akhamb, où la PMS est de 10 tonnes pour trois zones,
- de l'est, où la PMS est inférieure à 15 tonnes pour sept zones.
La flotte de pêche pouvant opérer autour de Malakula pourrait dans ces conditions compter 18 unités.

La pêche des poissons de profondeur à Ambrym

20Les pentes récifales d'Ambrym sont très accores le long des côtes est et ouest. Celles du sud représentent un potentiel de pêche conséquent, tant par leur superficie (carte 6.1) que par les rendements qui y ont été obtenus ; l'effort de pêche y est toutefois minime car elles sont directement exposées aux vents dominants, ce qui rend les conditions de travail à la mer difficiles (carte 6.2). La zone littorale est presque partout accessible par piste ou par route, à l'exception de la partie nord qui, paradoxalement, regroupe le foyer de population le plus important de l'île (carte 6.3). Deux aéroports, situés aux pointes est et ouest de l'île, permettent une desserte régulière vers Port-Vila. L'effort de pêche est concentré en zone abritée (carte 6.4). Les CPUE sont assez constantes entre 150 et 300 m de profondeur, signe d'une production bien diversifiée ciblant toutes les espèces. Même les zones les plus pêchées ne sont pas surexploitées (carte 6.5).

21Les captures les plus fréquentes portent sur cinq espèces : Etelis carbunculus et E. coruscans, Pristipomoides multidens, Lutjanus malabaricus et Epinephelus septemfasciatus. Les espèces moins abondantes semblent présenter des concentrations bien localisées (cartes 6.6, 6.7, 6.8, 6.9 et 6.10).

22L'examen des fluctuations saisonnières des rendements fait ressortir une spécialisation des activités selon le moment de l'année. Ainsi, au cours du premier trimestre, l'effort de pêche se concentre sur la côte ouest et conduit à la capture majoritaire de Etelis carbunculus, E. coruscans et de Epinephelus septemfasciatus (cartes 6.11).

23En résumé, le développement de la pêche de poissons de profondeur à Ambrym est conditionné par la capacité des embarcations à investir la zone sud, peu abritée des houles et des vents mais présentant de fortes potentialités (carte 6.12).

Ambrym
Carte 6.1 - La bathymétrie

Ambrym est reliée au nord à Pentecost et au sud à Paama et Epi, par l'isobathe 500 m. Pour l'ensemble de l'île, la superficie de la pente récifale comprise entre 100 et 500 m a été estimée à 72 305 hectares dont la majeure partie est située au sud de l'île. À l'ouest, l'isobathe 1 000 m est proche de l'isobathe 500 m, ce qui traduit une accentuation de la pente.
Carte 6.2 - L'exposition des zones de pêche

Vents et houles dominants intéressent toute la côte, du détroit de Selwyn, au nord, jusqu'à Craig Cove, à l'ouest. L’île est protégée à l'est par le relief très montagneux d'Ambrym et à l'ouest par Malakula qui n'est distante que d'une quinzaine de milles.
Carte 6.3 - Les réseaux et villages

Une route quasi continue relie les villages situés sur la frange littorale, de Ranon au nordouest jusqu’à Craig Cove situé sur la pointe sud-ouest. En revanche, toute la côte, de Craig Cove à Ranon, est inhabitée et dépourvue de voies d'accès. Deux aéroports desservent l'île, l'un à Craig Cove et l'autre à Sameo sur la pointe est. Or, l'essentiel de la population se trouve concentrée à Olal au nord, zone la plus éloignée des deux aéroports !

Carte 6.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1980 et 1991

L'effort de pêche est essentiellement déployé au nord de Craig Cove et sur la côte sud. Les zones de pêche situées au nord, en face de Olal sont les plus productives avec des CPUE dépassant 16 kg/j. l.. L'effort de pêche maximal a été déployé à 250 m. Les CPUE moyennes fluctuent peu en fonction de la profondeur ; les rendements les plus élevés, qui dépassent 15 kg/j. l., sont réalisés vers 350 m de profondeur.

Carte 6.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1980 à 1991
Sur toute la côte ouest, et en particulier au large de Craig Cove, l'exploitation couvre la période 1981-1986 avec une interruption d’une année en 1983. Dans la moitié orientale de l'île, le déploiement de l'effort de pêche est plus récent ; il ne s'est maintenu jusqu'en 1988 que sur les zones de pêche situées au nord.

Cartes 6.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

Ces espèces se capturent essentiellement entre 200 et 350 m, les rendements maximaux s’obtenant aux profondeurs les plus grandes pour Etelis radiosus. E. carbunculus semble uniformément réparti sur la quasi-totalité des zones de pêche étudiées tandis que E. coruscans est localisé de préférence sur les côtes ouest et sud. Malgré des CPUE très inférieures à celles des autres Etelis spp., E. radiosus présente toutefois une petite concentration au large de Olal.

Cartes 6.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Les abondances moyennes sont toutes maximales entre 100 et 150 m de profondeur. Pristipomoides multidens, l'espèce la plus pêchée, apparaît principalement localisée au nord de Craig Cove et entre Konkon et Ulei sur la côte est. P. flavipinnis est aussi capturé de préférence à l'est d'Ambrym. P. filamentosus est moins abondant que les deux autres espèces.

Cartes 6.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Epinephelus magniscuttis et E. morrhua présentent des rendements inférieurs à 1 kg/j. l. avec des maximums se situant entre 200 et 300 m de profondeur. Les rendements de E. septemfasciatus sont de même ordre de grandeur que ceux d'Etelis coruscans, ce qui est tout à fait inhabituel. Si les trois espèces se pêchent communément sur la côte ouest, seules E. magniscuttis et E. septemfasciatus sont capturées sur la côte est.

Carte 6.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 6.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Alors qu'Aphareus rutilans est généralement peu abondant partout ailleurs dans l'archipel, à l’est d’Ambrym cette espèce se caractérise par des rendements comparables à ceux de Lutjanus malabaricus.

Cartes 6.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Durant la première moitié de l'année, les rendements d'Etelis carbunculus sont trois à cinq fois supérieurs à ceux obtenus entre juillet et décembre. Parallèlement, l'abondance d'E. coruscans décroît à partir du second trimestre. Inversement, les CPUE de Lutjanus malabaricus et de Pristipomoides multidens augmentent plutôt en fin d'année.

Carte 6.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 44 tonnes pour l'ensemble d'Ambrym. Les pentes récifales situées au sud de l’île présentent une potentialité annuelle équivalente à 30 tonnes, largement supérieure à celle des autres zones de pêche dont la PMS moyenne est, pour chacune d'elles, d'environ deux tonnes par an. La flotte de pêche pouvant opérer, sans surexploiter les stocks, comprendrait neuf unités.

La pêche des poissons de profondeur à Paama, Epi et aux îles Shepherds

24Paama, Epi et les îles Shepherds forment un ensemble circonscrit par l'isobathe 500 m (carte 7.1). Les pentes récifales de ces îles offrent de grandes superficies. Ces zones sont caractérisées par leur exposition aux vents et aux houles (carte 7.2). Si Paama et les îles Shepherds sont de petite taille mais densément peuplées, Epi est une île plus vaste à population plus clairsemée, exception faite de la partie nord (carte 7.3). Les zones les plus propices à la pêche des poissons de profondeur se situent autour de Paama et du nord d'Epi, donc à proximité d'importants foyers de consommation et des aéroports qui assurent une bonne desserte vers Port Vila. L'exploitation y a débuté dès 1982 et se poursuit toujours, continuité qui témoigne de sa vitalité et de sa viabilité. Tout aussi productives, les îles Shepherds ont été beaucoup moins exploitées, probablement à cause de conditions climatiques, hydrologiques et géographiques moins favorables (cartes 7.4 et 7.5).

25Les pêches apparaissent plutôt concentrées entre 100 et 200 m de profondeur, ce qui se traduit par des captures de Pristipomoides spp. pratiquement aussi conséquentes que celles d'Etelis spp., malgré une répartition géographique moins étendue (cartes 7.6 et 7.7). Les autres espèces sont peu abondantes et, contrairement à ce qu'on observe dans d'autres îles, ne présentent pas de concentrations localisées (cartes 7.8, 7.9 et 7.10). Le troisième trimestre est la période privilégiée pour la pêche de E. carbunculus au large de Paama. De bons rendements de Pristipomoides multidens sont observés dans le sud durant la première moitié de l'année. Les conditions à la mer peuvent ainsi déterminer le choix d'une saison et d'une zone de pêche conduisant à privilégier la capture de certaines espèces (cartes 7.11).

26En résumé, bien que le sud semble potentiellement plus riche que le nord (carte 7.12), la côte nord de Epi et des Shepherds présente d'intéressantes perspectives pour le développement de la pêche qui y trouve des débouchés. Les zones sud d’Epi et des Shepherds pourraient toutefois être exploitées, à condition d'y améliorer l'acheminement de la production vers les foyers de consommation.

Paama - Epi - Shepherds
Carte 7.1 - La bathymétrie

Reliées à Ambrym par l'isobathe 500 m, Paama, Epi, Tongoa et Tongariki constituent l'extrémité sud d'un grand ensemble de neuf îles (Maewo, Ambae, Pentecost, Ambrym, Paama, Lopevi, Epi, Tongoa, Tongariki). Les pentes récifales ont des déclivités réduites ; la superficie comprise entre les isobathes 100 et 500 m est estimée à 171 700 hectares, ce qui est considérable.
Carte 7.2 - L'exposition des zones de pêche

Avec une houle et des vents dominants en provenance du sud-est, la plupart des zones de pêche sont exposées à des conditions précaires de travail en mer. Seule la frange littorale située au nord-ouest d'Epi, entre la baie de Revolieu et la baie de Lamen, est relativement protégée.
Carte 7.3 - Les réseaux et villages

En comparaison d’Epi qui est sept à huit fois plus vaste, les îles de Paama, Tongoa et Emae apparaissent surpeuplées et un fort exode rural à destination de Port-Vila y est observé. L'essentiel de la zone côtière d'Epi est accessible soit par route soit par piste. La majorité de la population de Paama se concentre à l'ouest. Tongoa et Emae sont particulièrement bien desservies par des voies carrossables. Proches de Port‑Vila, chacune de ces îles bénéficie d'un, voire de deux aéroports, les liaisons aériennes avec Efate étant fréquentes.

Carte 7.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1981 et 1991

Pratiquement inexistant à Emae, à l'est et au sud d'Epi, l'effort de pêche apparaît très localisé autour de Paama et au nord-ouest d'Epi. Deux maximums sont observés entre 100 et 200 m de profondeur et vers 300 m. Les zones de pêche situées autour de Paama, dans la partie sud d'Epi et autour de Tongoa et de Tongariki, apparaissent les plus productives. Les CPUE particulièrement élevées observées autour d'Emae n'ont qu'une valeur indicative compte tenu du faible effort de pêche qui y a été déployé. Les CPUE moyennes augmentent régulièrement avec la profondeur pour atteindre un maximum vers 350 m.

Carte 7.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1981 à 1991
L'effort de pêche observé en 1980 au nord de Paama et de Tongoa est le résultat des campagnes expérimentales réalisées par les pêcheurs professionnels du Service des Pêches, ainsi qu'en témoignent les rendements élevés. En 1982, une association de pêcheurs se met en place sur l'île Lamen dans le cadre du VFDP. Par la suite, on assiste à une intensification de l'effort de pêche avec deux maximums en 1984 et en 1987, particulièrement au nord de Paama et au nord-ouest d'Epi. Toutefois, les séries excédant trois années consécutives étant rares, le suivi des rendements dans le temps s'avère difficile.

Cartes 7.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

L'abondance d'Etelis carbunculus apparaît grande dans la plupart des zones de pêche. La distribution d'E. coruscans est plus hétérogène avec des rendements élevés autour de Paama et de Lopevi et faibles au sud d'Epi. Les CPUE augmentent régulièrement entre 100 m et 350 m.
Cartes 7.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Pristipomoides flavipinnis et P. multidens présentent des CPUE élevées sur la presque totalité des zones exploitées. Les prises de P. filamentosus sont essentiellement réalisées au sud d'Epi et autour de Tongoa et de Tongariki. Les distributions verticales des CPUE sont similaires pour les trois espèces, les meilleures pêches étant réalisées entre 100 et 200 m.

Cartes 7.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Epinephelus magniscuttis est pratiquement inexistante dans les captures. Les rendements en E. morrhua et en E. septemfasciatus sont trop faibles pour que les distributions verticales des CPUE soient interprétables.
Carte 7.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 7.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Capturé aux environs de 100 m de profondeur, Lutjanus malabaricus est principalement pêché sur la côte ouest d'Epi, entre l'île Lamen et Port Quimie. Avec des CPUE inférieures à 0,2 kg/j. l., Aphareus rutilans peut être considéré comme très peu abondant dans cette région.

Cartes 7.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Les rendements maximaux sont observés durant le premier semestre au sud d'Epi. Ils se déplacent vers Paama durant la seconde moitié de l'année et sont alors attribuables à Etelis carbunculus.

Carte 7.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 103 tonnes pour Paama, Epi, Tongoa, et Tongariki. Elle est d'environ 13 tonnes pour Paama, 56 tonnes pour Epi et 34 tonnes pour les îles Shepherds. Compte tenu de l'étendue de sa pente récifale, Emae présenterait une potentialité de 25 tonnes. Sur les autres îles, trois régions se distinguent selon leurs PMS :
- la zone de pêche qui relie Epi et Tongoa où la PMS s'élève à près de 13 tonnes,
- la partie nord-est d'Epi et Paama où la PMS est d'environ 16 tonnes,
- les autres zones, où la PMS moyenne se situe à trois tonnes. Pour Emae, les évaluations de la PMS restent indicatives compte tenu du peu d'activité halieutique qui a pu y être enregistrée. Pour réaliser ces PMS, les flottes de pêche pourraient être constituées de trois unités à Paama, huit à Epi et deux à Tongoa et à Tongariki.

La pêche des poissons de profondeur à Efate

27Les pentes récifales offrant les plus grandes superficies sont situées au sud de l'île (carte 8.1) ; elles sont les plus exposées aux houles et aux vents dominants (carte 8.2). Aucune route ne pénétrant l'intérieur, vide d'hommes, la population se concentre sur la frange littorale, notamment dans le quart nord-ouest de l'île et à Port-Vila, la capitale, où l'aéroport international et le port constituent les principales ouvertures du pays vers l'extérieur (carte 8.3).

28Deux périodes caractérisent l'évolution de la pêcherie commerciale. Au début des années quatre-vingt, elle est essentiellement le fait des pêcheurs du Service des Pêches qui exploitent surtout la côte sud-ouest. À partir de 1985, les associations de pêcheurs villageois prennent le relais, l'effort de pêche se déployant alors dans le nord de l'île qui reste actuellement une des zones les plus fréquentées d'Efate (carte 8.5). En revanche, les façades est et sud-est d'Efate sont peu exploitées malgré les bons rendements qui y ont été obtenus (carte 8.4). L'évolution dans le temps des CPUE ne semble pas traduire une surexploitation.

29Etelis carbunculus, E. coruscans et Pristipomoides flavipinnis sont les espèces les plus abondantes. Elles sont présentes tout autour de l'île (cartes 8.6 et 8.7). Moins représentée dans les prises, Epinephelus septemfasciatus a néanmoins de bons rendements dans certaines zones (cartes 8.8 et 8.9).

30Efforts et rendements sont marqués saisonnièrement. Les rendements sont maximaux de janvier à mars (cartes 8.11) pour l'essentiel des espèces, hormis Epinephelus septemfasciatus plutôt pêchée au cours du second trimestre. Durant l'hiver austral, de juillet à septembre, une extension des zones pêchées s'accompagne d'une diminution des rendements.

31En résumé, la pêche des poissons de profondeur à Efate bénéficie de la présence sur l'île du gros marché de la capitale et d'un bon réseau routier. Un accroissement de cette activité halieutique est envisageable, notamment au large de la partie sud-est de l'île qui demeure très sous-exploitée bien que les potentialités y soient certaines (carte 8.12).

Efate
Carte 8.1 - La bathymétrie

Efate occupe une position isolée par rapport aux autres îles. La pente récifale externe, d'une surface de 117 456 hectares entre les isobathes 100 et 500 m, est l'une des plus étendues de l'archipel. De manière générale, elle est moins abrupte que celle d'autres îles hautes comme Maewo, Ambae ou Pentecost. L'isobathe 500 m se situe à 5-6 milles des côtes.
Carte 8.2 - L'exposition des zones de pêche

Du fait de son isolement, Efate est pleinement exposée aux alizés du sud-est, notamment entre la baie de Teouma et la Pointe de Forari où les conditions de travail à la mer sont particulièrement difficiles. Seule la partie nord-ouest est abritée des vents dominants.
Carte 8.3 - Les réseaux et villages

Efate est l'île la plus peuplée de l'archipel. Sa population se concentre sur le littoral, notamment dans la baie de Port-Vila et sur la façade comprise entre les îles Lelepa et Emao. Mis en place par l'armée américaine durant la dernière guerre, le réseau routier, régulièrement entretenu, permet l'acheminement du poisson vers Port-Vila, principal foyer de consommation du pays, qui exerce une présence stimulante sur l'activité halieutique des zones rurales.

Carte 8.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur de 1981 à 1984 et de 1986 à 1991

L'effort de pêche est distribué de manière hétérogène, la côte sud-est étant peu exploitée contrairement au nord où la pression de pêche est particulièrement forte. Les rendements sont toutefois maximaux à l'est où les plus fortes CPUE, comprises entre 13 et 16 kg par jour de ligne, ont été réalisées entre Takara et Eton. Ils sont également élevés autour de Lelepa. À Nguna, région la plus exploitée de l'île, les CPUE sont comprises entre 9 et 13 kg par jour de ligne, ce qui correspond à la valeur moyenne enregistrée pour l'ensemble de l’archipel. L'effort de pêche présente un net maximum entre 200 et 300 m, les CPUE les plus fortes intervenant aux environs de 300 m.

Carte 8.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1981 à 1984 et de 1986 à 1991
La côte sud-ouest a surtout été exploitée entre 1981 et 1985. L'effort de pêche a ensuite migré vers le nord, se concentrant autour de Lelepa, de Nguna et d'Emao entre 1987 et 1991. À l'exception du sud-est, Efate a été exploitée sur des périodes couvrant plusieurs années. La réponse de la ressource à la pression de pêche est peu marquée ; seule la zone de Lelepa semble montrer une diminution de la CPUE au cours du temps. Ailleurs, les rendements restent stables.

Cartes 8.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

La distribution verticale des CPUE ne varie pas réellement d'une espèce à l'autre, les maximums se situant entre 300 et 400 m. L'espèce la plus abondante est Etelis carbunculus qui est répartie sur l'ensemble des zones de pêche. La distribution d'E. coruscans est plus hétérogène, avec des rendements maximaux au nord, autour de Nguna et de Emao, et au sud-ouest, de la baie de Port-Vila jusqu'à Lelepa. Les rendements observés pour E. radiosus sont très faibles sauf à proximité de Forari et de Port-Vila.
Cartes 8.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Pristipomoides multidens est partout abondant dans les captures à l'exception de la pointe sud-ouest de l'île. Avec des rendements moindres, P. flavipinnis reste une espèce fréquente dans les captures, contrairement à P. filamentosus. Ces espèces sont réparties entre 100 et 300 m de profondeur.

Cartes 8.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Epinephelus magniscuttis et E. morrhua présentent des rendements inférieurs à 0,5 kg/j. l.. Les CPUE les plus élevées (1,5 kg/j. l.) sont réalisées entre 300 et 400 m pour E. septemfasciatus, essentiellement sur la côte ouest en face de Tukutuku et au large de Forari.
Carte 8.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 8.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Lutjanus malabaricus est peu pêché autour d'Efate ; les meilleurs rendements ont été obtenus sur la côte sud-est entre 100 et 200 m de profondeur. Aphareus rutilans est l'espèce la moins représentée dans les captures.

Cartes 8.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Le premier trimestre est la période de l'année où les CPUE les plus fortes ont été enregistrées, les zones les plus productives étant situées sur la côte sud-ouest (Port-Vila et Lelepa) d'une part, et sur le littoral nord-est (Nguna, Emao et Forari) d'autre part. Majoritaires dans les captures, Etelis carbunculus et E. coruscans sont surtout abondants durant la première moitié de l'année. Les rendements de Epinephelus septemfasciatus sont maximaux au cours du second trimestre.
Carte 8.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 71 tonnes pour l'ensemble d'Efate. Trois régions se distinguent selon la valeur de leur PMS. Il s’agit, par ordre d'importance décroissante :
- du sud-est, entre Forari et Rentapao, où la PMS est de 29 tonnes pour l'ensemble des deux zones,
- du sud-ouest, entre Rentapao et Natapao et d'une fraction du nord-est au large de Forari, où la PMS est de 22 tonnes pour l'ensemble des cinq zones.
- du nord-est, entre Lelepa et Emao, où la PMS est de 20 tonnes pour l'ensemble des quatre zones.
La flotte de pêche pouvant opérer autour d'Efate se situerait autour de15 unités.

La pêche des poissons de profondeur à Tanna et à Aniwa

32Bien qu'un volcan y soit en activité, Tanna est une île volcanique ancienne datant de la fin du tertiaire ; à la différence des îles volcaniques plus récentes, les pentes récifales y couvrent des superficies importantes (carte 9.1). L'orientation générale de Tanna est telle que la presque totalité des côtes est exposée aux vents et aux houles dominants (carte 9.2), ce qui crée des conditions de navigation difficiles, peu propices à l'activité halieutique. En revanche, le milieu humain s'avère favorable à l'émergence d'un marché, Tanna étant la plus densément peuplée des grandes îles de l'archipel. Une nombreuse population habite l'intérieur des terres que dessert un réseau routier unique dans le pays (carte 9.3).

33Malgré ces facteurs favorables, l'activité de pêche des poissons de profondeur a été de courte durée en comparaison des îles du nord. L'effort s'est principalement déployé dans le sud-est de l'île (carte 9.4). Compte tenu de l'absence de pêche après 1987 (carte 9.5), on peut considérer que les stocks de poissons de profondeur sont redevenus vierges.

34En ce qui concerne la diversité des espèces, le sud-est de Tanna semble privilégié. Etelis spp., Pristipomoides spp. et Epinephelus septemfasciatus y sont capturées avec des rendements maximaux (cartes 9.6, 9.7 et 9.8). La quasi-absence de Lutjanus malabaricus à ces latitudes est une caractéristique biogéographique à relier à la température des eaux (carte 9.9). C'est durant l'été austral que les captures de Pristipomoides filamentosus sont les plus abondantes, supérieures même à celles réalisées dans le reste de l'archipel (cartes 9.11).

35En résumé, la pêche de poissons de profondeur à Tanna a été une activité éphémère. Pourtant son développement n'est limité ni par le manque de consommateurs potentiels, ni par l'absence de voies de transport, ni par de faibles rendements. Dans cette île essentiellement tournée vers l'intérieur des terres, la tradition socio-économique – particulièrement forte – n'a simplement pas intégré une pêche artisanale à vocation commerciale.

Tanna - Aniwa
Carte 9.1 - La bathymétrie

Tanna constitue avec Erromango, Aniwa et Aneityum, un groupe d'îles isolé du reste de l'archipel par l'isobathe 1 000 m. Tanna et Aniwa possèdent de larges pentes récifales, dont la superficie s'élève à 61 914 hectares entre 100 et 500 m de profondeur.
Carte 9.2 - L'exposition des zones de pêche

La presque totalité des zones de pêche, du Cap Enangiang, au nord, à la baie de Lenakel à l'ouest, est exposée aux vents et aux houles du sud-est, ce qui rend les conditions de pêche difficiles.
Carte 9.3 - Les réseaux et villages

Tanna se distingue des autres îles de l'archipel par l'occupation de son espace terrestre. L'intérieur des terres est sillonné par un réseau dense de pistes qui relient entre eux de nombreux villages. En comparaison, la frange littorale est moins habitée ; une route, prolongée d'une piste, fait toutefois le tour de l'île. Un seul aéroport relie Tanna à Port-Vila.

Carte 9.4 - L'effort et le rendement de la pêche de poissons de profondeur entre 1984 et 1990

L'effort de pêche, principalement ciblé sur la profondeur de 150-200 m, apparaît maximal au sud-est de Tanna, au large de Port Resolution, et minimal au sud de Lenakel. Ailleurs, il semble réparti de manière relativement homogène, excepté sur la côte est de Tanna où il est pratiquement inexistant. Les CPUE moyennes sont plus élevées que dans les autres îles. Ainsi, deux rendements maximaux, situés autour de 20 kg/j. l., sont observés respectivement à 100 m et à 400 m de profondeur. La meilleure zone de pêche se situerait au sud de Tanna, particulièrement au large de Green Point où des CPUE dépassant 16 kg/j. l. ont été réalisées. Les autres zones de pêche apparaissent toutes productives avec des rendements moyens de 11 kg/j. l.

Carte 9.5 - L'évolution des efforts et des rendements de pêche de 1984 à 1990
Débutant en 1984, la pêche de poissons de profondeur ne s'est maintenue que trois à quatre années ; cette activité a donc été relativement éphémère par rapport aux autres îles. Les séries de CPUE ne dépassant pas trois années, il est difficile d'évaluer la réponse de la ressource à la pression de pêche ; la diminution de la CPUE, concomitante à une augmentation de l'effort de pêche au large de Port Resolution, est néanmoins remarquable.

Cartes 9.6 - Les rendements des espèces du genre Etelis

Les zones où l'effort de pêche a été suffisant pour étudier la répartition des espèces sont limitées à l'ouest, entre Lownapik Ruan et Lenakel, au sud-ouest en face de Green Point, et au sud-est entre Kwamera et Sulphur Bay. Comme dans les autres îles, Etelis carbunculus est pêché avec des rendements supérieurs à ceux des autres espèces. E. carbunculus et E. coruscans présentent des CPUE maximales vers 400 m de profondeur.
Cartes 9.7 - Les rendements des espèces du genre Pristipomoides

Pristipomoides flavipinnis et P. multidens sont abondants sur la plupart des zones de pêche. P. filamentosus est plutôt capturé dans la partie sud de l'île mais avec des rendements qui sont les plus forts de l'archipel. Les distributions des CPUE en fonction de la profondeur sont par ailleurs similaires pour les trois espèces.

Cartes 9.8 - Les rendements des espèces du genre Epinephelus

Epinephelus septemfasciatus est, comme P. filamentosus, pêchée avec des rendements maximaux comparés à ceux obtenus sur les autres îles. Ces CPUE sont réalisées vers 300 m de fond, au nord-ouest et au sud-est de l'île. Avec un rendement moins élevé (1 kg/j. l.), E. magniscuttis se capture dans les mêmes zones.
Carte 9.9 - Les rendements de Lutjanus malabaricus
Carte 9.10 - Les rendements d'Aphareus rutilans

Tanna se situe pratiquement à la limite sud de la distribution de Lutjanus malabaricus. Aphareus rutilans est pêché entre 100 et 200 m, avec de faibles rendements moyens (0,4 kg/j. l.) à l'échelle de l'île, et se econcentre au large de Green Point.

Cartes 9.11 - Les fluctuations saisonnières de l'abondance

Les CPUE moyennes sont maximales au cours du troisième trimestre ; elles diminuent ensuite le reste de l'année. Les CPUE de Pristipomoides filamentosus (12 kg/j. l.) réalisées de janvier à mars sont les plus importantes observées dans tout l'archipel. Elles diminuent ensuite pendant le reste de l'année, comme celles de P. multidens. Epinephelus septemfasciatus est surtout capturé au cours du troisième trimestre.

Carte 9.12 - L'estimation des prises maximales soutenues (PMS)

La PMS annuelle a été évaluée à 37 tonnes pour l'ensemble de Tanna et Aniwa. La pente récifale externe située à l'est de l’île produirait potentiellement 12 tonnes par an ; cette valeur est toutefois à considérer avec prudence car l'effort de pêche y a été très faible. Trois régions se distinguent par ailleurs, il s’agit :
- de l’ouest, où la PMS est de 14 tonnes,
- du nord-est et du sud où la PMS est de cinq tonnes,
- du reste de la pente récifale où la PMS moyenne par zone se situe à environ quatre tonnes.
Dans ces conditions, la flotte de pêche autour de Tanna pourrait compter 10 unités.

Introduction

36Commercial village deep-sea fisheries activities were characterized on an island scale on the basis of information supplied by fishermens’ associations. Uninhabited islands and others lacking fisheries data are therefore not covered in this review.

37Some islands were studied separately, including Santo, Malakula, Ambrym, Efate and Tanna. Other islands located in close proximity were grouped because of their overlapping fisheries activities, e. g. Torres and Banks archipelagos, and Ambae-Maewo-Pentecost and Paama-Epi-Shepherds Island groups. Vanuatuan islands are dealt with in north-south order, starting with the northernmost archipelago of Torres and ending with the southernmost island of Tanna. The physical and human environment are characterized in this study, while fisheries activities and their spatiotemporal development are described and illustrated on twelve standard maps for each specific island or group of islands.

38The same general and per-species yield classes (represented by the same colours) are used on all of the maps. Blue shades correspond to zones where not enough fisheries data was available to make significant comparisons or accurate abundance estimates.

39The maximum sustained yield (MSY) for a given fishing zone was calculated with the mean MSY for Vanuatu (586 t) weighted according to the area of this zone. For each island or group of islands, the optimal number of boats required to achieve MSY was determined on the basis of average operating conditions for fishing association boats over the 1982-1991 period, i. e. 150 fishing trips/boat/year for a mean catch of 31 kg/trip (Brouard & Grandperrin, 1984).

Deep-sea fishing around Torres and Banks Islands

40Torres and Banks archipelagos are isolated from the rest of the country by very deep waters (more than 1 000 m). These islands are close to the equatorial zone and therefore not markedly affected by trade winds during the southern winter. However, the ocean fishing conditions are quite harsh because of cross swells that occur when currents flowing around these small islands meet at an angle. Deep-sea fisheries are thus not very developed in this region. As the population centres are quite small and some islands are uninhabited, the fresh fish market is limited.

Torres
Map 1.1 – Bathymetry

The Torres archipelago is located in the northernmost part of Vanuatu. A recent bathymetric survey (Pelletier et al., 1997; Baudry, 1997) around these islands revealed a very large intermediate reef-slope area at 10-100 m depth. By comparison, from 100 to 500 m depth, the deep reef-slope area (estimated at 34 286 ha) does not seem very steep.
Map 1.2 - Exposure of fishing areas

The southerly prevailing winds and waves affect almost all of the island reef slopes. Some southern islands such as Toga are highly exposed, thus hampering fishing operations, especially for fishermen with small boats. But many calm periods occur during the southern summer period.
Map 1.3 - Transportation system and villages

Torres Islands have very few inhabitants and carriageways. An airport on Linua Island provides the main link with the rest of Vanuatu—the archipelago’s remoteness from the capital is very economically detrimental. The other islands can only be reached by boat—which is often risky because of the small size of the boats, turbulent weather, and cross swells that occur with the meeting of ocean currents around the islands.

Map 1.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1991 period

The fishing effort expended during the study period was insufficient to assess species distributions and abundance. These islands still have an interesting deep-sea fisheries potential, with a mean CPUE for deep-sea fish of 13.6 kg/d. l. and an estimated MSY (based on the fishable area) of 21 t/year.

Banks
Map 2.1 – Bathymetry

The Banks archipelago is formed by eight islands separated by a 500 m depth contour, and a few others separated by a 1 000 m depth contour. In the north, the largest group of islands includes Vanua Lava and the surrounding string of three islands. Gaua, which is about the same size, is isolated in the southern part of the archipelago. The outer-reef slopes are very steep, i. e. even vertical around some islands such as Merig. The estimated reef-slope area in the 100-500 m depth range is 66 122 ha.
Map 2.2 - Exposure of fishing areas

The southerly prevailing winds and swells affect all fishing areas, and only those off the northern coasts are partially sheltered. Navigation is difficult for small fishing craft due to the turbulence generated by currents around the islands.
Map 2.3 - Transportation system and villages

Almost all of the islands are inhabited but there are very few carriageways, i. e. there is only one on Vanua Lava between the only airport of the archipelago and Sola. However, the villages are linked by trails, especially on Vanua Lava and Gaua—the two largest Banks Islands.

Map 2.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1982-1991 period

The fishing effort was expended east of Vanua Lava and Gaua, with fishing carried out at 100-300 m depth. The mean CPUEs were quite high, above 13 kg/d. l. around Gaua. The CPUEs increased with depth to reach a maximum of around 20 kg/d. l. at 300-400 m depth.

Map 2.5 - Fisheries patterns over the 1982-1991 period
Village deep-sea fishing only began around Banks Islands in 1987 (except for a brief trial period around Mere Lava in 1982). The most extensively fished areas are around Vanua Lava, Mota and Gaua. The fishing effort continued until 1991 with a peak in 1989. Only 2 years of CPUE data were available and the mean annual levels ranged from 9 to 13 kg/d. l., depending on the fishing area. The annual maximum sustained yield (MSY) for all Banks Islands was calculated at 40 t. A fishing fleet of nine boats could ensure these earnings.

Deep-sea fishing around Santo Island

41The New Hebrides trench cuts along the western mountainous side of Santo—the seabed drops sharply and hence there is very little fishable area at 100-500 m depth (Map 3.1). This region is relatively unsuitable for deep-sea fisheries development, despite being sheltered from waves and prevailing winds—especially in the northern part (Map 3.2)—and there are very few coastal inhabitants. In contrast, most of the population is concentrated along the southern and eastern coasts which have vast reef slopes. There are also good service roads in this region (Map 3.3). Luganville is the second-ranking urban centre of Vanuatu and, like Port Vila, activities in this city foster fisheries development. Fisheries products are consumed domestically or exported to Port Vila. The fishing effort is preferentially focused in areas from which the production can be readily distributed (Map 3.4).

42As of the mid-1980s, there was very marked development of fisheries activities around Santo, with a progressive extension of fishing areas to the northern and western coasts. Time-course CPUE patterns do not highlight any problem of overfishing (Map 3.5).

43The marked vertical extension of the fishing effort was the result of diversified fishing operations targeting several different species. Etelis carbunculus, Etelis coruscans, Pristipomoides multidens and Lutjanus malabaricus were found to be abundant everywhere, while other species were only caught at high yield in limited areas (Maps 3.6, 3.7, 3.8, 3.9 and 3.10).

44Yields declined during the southern winter in the windswept southern area which is not sheltered from oceanic swells. P. multidens was the main species caught during this period, while Etelis spp. catch volumes seemed to remain stable (Maps 3.11).

45In summary, deep-sea fisheries activities are dynamic in Santo, but they should be further developed, especially off the northern coast where the conditions are highly favourable (Map 3.12).

Santo
Map 3.1 – Bathymetry

Santo and Malakula form a block circumscribed by a 500 m depth contour. The island has a relatively steep outer reef slope, especially along the western side. The east coast is extended by a relatively large plateau. The estimated reef-slope area at 100-500 m depth is 152 528 ha.
Map 3.2 - Exposure of fishing areas

Southeasterly winds have a substantial effect on the whole eastern coast from Sakao to south of Malo. The western coast is quite sheltered but still affected by tropical storms during the southern summer. Big Bay is an enclosed inland harbour.
Map 3.3 - Transportation system and villages

The largest population concentrations are located on the eastern and southern side of the island—this includes Luganville, which is Vanuatu’s second largest urban centre. A carriage road links most villages throughout this region from Tangoa to Big Bay. Conversely, the road system is almost nonexistent in western Santo despite the fact that there are relatively large villages such as Tasiriki, i. e. the only access is by sea or trails that are almost impassable for vehicles.

Map 3.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1991 period

Over the entire 11-year study period, all of the fishing effort was focused off the east coast, mainly just off Port Olry, and off the south coast from Aore to Tangoa. Fishing was carried out at depths of 50 to 400 m, with the peak fishing effort expended at 200 m. The highest yields (16 and 26 kg/d. l.) were obtained off Tasiriki and Cape Queiros, which were some of the least fished areas. High CPUEs (around 16 kg/d. l.) were also noted for fishing areas in Big Bay, and between Hog Harbour and Natawa. CPUEs were no higher than 12 kg/d. l. along the highly fished south coast. Yields increased gradually with depth, reaching a slight peak at 350 m depth.

Map 3.5 - Fisheries patterns over the 1981-1991 period
Fishing was initially undertaken in the Port Olry and Hog Harbour region, and then south of Luganville and Tangoa as of 1984. Two important fisheries centres developed as of 1987—one along the whole east coast and the other in the south—the Luganville fisheries school was founded and provided a driving force for this development. In 1990, the fishing effort was extended to the west coast, off Tasiriki. Two target fishing areas were clearly delineated in 1991, one on the reef slope off Port Olry and Hog Harbour and the other east of Aore Island. There was a rising trend in the annual mean CPUEs over the years, which could indicate an increase in fishermens’productivity, despite the fact that the available fish stock was under-tapped. This trend was especially marked in areas off Port Olry and Tangoa. Fishing began too recently in areas along the western and northern coasts to be able to determine annual yield patterns.

Maps 3.6 - Yields of Etelis spp.

The three Etelis species studied, i. e. E. carbunculus, E. coruscans and E. radiosus, were caught at depths below 150 m. Peak yields of E. carbunculus and E. coruscans were achieved at 300-400 m depth—E. radiosus was the least abundant species caught. All three species were caught in an area located off the east coast of Santo, between Port Olry and Luganville.
Maps 3.7 - Yields of Pristipomoides spp.

The three Pristipomoides species were mainly caught at less than 200 m depth. P. filamentosus and P. flavipinnis were caught in shallower waters than P. multidens. The latter species was the most abundant and had the widest distribution range, i. e. the outer reef slopes located off the northern, eastern and southern coasts from Pesena to Pelmol. P. filamentosus was chiefly caught in Big Bay and off Hog Harbour. Maximum yields of P. flavipinnis were achieved south of Aore and off Wusi.

Maps 3.8 - Yields of Epinephelus spp.

Although these species were much less abundant than Etelis spp. and Pristipomoides spp., high CPUEs were noted for Epinephelus morrhua and E. septemfasciatus in some limited fishing areas such as off Port Olry and south of Malo. E. morrhua could go as deep as 350 m while E. septemfasciatus was mainly caught in the 200-300 m water layer.
Map 3.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 3.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Lutjanus malabaricus, which was mainly caught from 100 to 200 m depth, was as abundant as the different Etelis spp. Although for several decades it was occasionally caught off Port Olry, the best fishing areas for L. malabaricus were located in Big Bay and south of Malo and Tangoa. Aphareus rutilans was caught with good yields within the 150-300 m layer in a small area off Natawa.

Maps 3.11 - Seasonal abundance patterns

The first 6-months of the year were characterized by catches with a predominant abundance of Etelis carbunculus and E. coruscans. The third quarter was marked by very high yields of Pristipomoides multidens. Peak yields in Big Bay were mainly achieved late in the year.

Map 3.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated MSY for Santo was 92 t. The following three regions stood out on the basis of the MSY data:
- the entire western coast region and part of the south, where the total annual MSY was estimated at 22 t (mean 2.4 t/fishing area),
- part of the east coast between Port Olry and Natawa and south of Malo, where the MSY was around 42 t,
- Big Bay, where the total MSY was 13 t.
20 boats in the Santo fishing fleet would be sufficient to achieve these profits.

Deep-sea fishing around Ambae, Maewo and Pentecost Islands

46The reef slopes of Maewo, Pentecost and the volcanic island of Ambae are very steep (Map 4.1) as a result of their geological highland formation (Horst). Fishing conditions are quite harsh along the eastern sides of Maewo and Pentecost as they are very exposed to sea swells and southeasterly winds (Map 4.2). These islands are generally not very inhabited and the transportation service is sparse (Map 4.3).

47The fishing effort was mainly focused in sheltered areas, whereas the best yields were obtained between islands where there is considerable turbulence caused by prevailing winds and currents (Map 4.4). Fishing was mainly undertaken at depths of less than 200 m, i. e. the habitat of Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus, but peak CPUEs were obtained at around 350 m depth where Etelis spp. flourish.

48Over the years, fishing activities have gradually been shifting from areas north of Ambae to new areas between the islands (Map 4.5). There was a noticeable CPUE increase over time, indicating that the fish stock was not being over-tapped. These areas are suitable for catching Etelis and Pristipomoides species (Maps 4.6 and 4.7), but other species do not seem to be as abundant (Maps 4.8, 4.9 and 4.10). Fishing areas were reduced from July to September, during the southern winter (Maps 4.11), when CPUEs for E. carbunculus were minimal. This species is one of the main targets of deep-sea fisheries.

49In summary, at Ambae, Maewo and Pentecost, deep-sea fisheries development is hampered by the very steep reef slopes and by the low population density. The area north of Maewo has some fisheries potential, but development could only be expected in the region between Maewo and Ambae, where the conditions are suitable for fishing, with access by boat from all three islands.

Ambae - Maewo - Pentecost
Map 4.1 – Bathymetry

The Ambae, Maewo and Pentecost Island group is circumscribed by a 500 m depth contour. The steepest reef slopes of Vanuatu are found around these islands, especially off the west coast of Pentecost. At 100-500 m depth, the estimated reef-slope area is 25 277 ha for Maewo, 18 525 ha for Ambae and 30 644 ha for Pentecost.
Map 4.2 - Exposure of fishing areas

Fishing conditions off the eastern coasts of Maewo and Pentecost are difficult because of the prevailing winds and waves. Island effects have an impact on the reef slopes located between these two islands, i. e. inducing turbulent currents. Ambae is sheltered by Maewo and Pentecost.
Map 4.3 - Transportation system and villages

Maewo is the least populated of the three islands. Its almost uninhabited eastern coastal area is inaccessible as there are no roads or trails. The northern coastline of Ambae and western coastline of Pentecost are the most populated and have the best transportation system. The whole coastal region of Ambae can be reached by road or trail, whereas in Pentecost the region between Levetlis and Varsare is uninhabited and there are no transportation routes. Ambae has three airports and thus the best air service.

Map 4.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1991 period

The fishing effort was mainly focused at less than 300 m depth, but a peak was also noted around 400 m. The overall yields increased constantly with depth, peaking at 350m (22 kg/d. l.). Most fishing was carried out on the reef slopes between Ambae and Maewo and between Maewo and Pentecost—where the best yields were obtained. Considerable fishing was undertaken off the northern coast of Ambae and the western coast of Pentecost, but the CPUEs were low (less than 12 kg/d. l.).

Map 4.5 - Fisheries patterns over the 1981-1991 period
In the early 1980s, most fishing was done off Nduindui (Ambae) and Melsisi (Pentecost). Activities then halted and did not begin again until around 1985. The fishing effort then gradually shifted over the years to fishing areas located between the islands, where the CPUEs increased steadily to peak in the early 1990s.

Maps 4.6 - Yields of Etelis spp.

Etelis carbunculus and E. coruscans were never caught in waters shallower than 100 m, and peak CPUEs were obtained at 350 m depth for E. carbunculus and around 300 m for E. coruscans. The three Etelis species were mainly caught between Ambae, Maewo and Pentecost, but high yields of E. carbunculus and E. coruscans were also obtained off the west coast of Pentecost.
Maps 4.7 - Yields of Pristipomoides spp.

Pristipomoides multidens was the most abundant species caught—usually within the 150 m surface layer. P. flavipinnis was less abundant but had a similar distribution range in the same fishing areas and was caught at the same depths. In contrast, P. filamentosus was generally caught between Ambae and Maewo at around 300 m—a depth at which this species is usually not found.

Maps 4.8 - Yields of Epinephelus spp.

Maximum yields of Epinephelus septemfasciatus were obtained off Nduindui (Ambae) and off the west coast of Pentecost. The highest CPUEs were achieved at 200-300 m depth. E. magniscuttis and E. morrhua were the least abundant species, and peak yields were obtained at around 200 m depth.
Map 4.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 4.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Lutjanus malabaricus, which was caught in the 100-200 m water layer, was especially abundant off the north coast of Ambae and between Ambae and Maewo. The best yields of Aphareus rutilans were also obtained in the latter area, and its vertical distribution matched that of L. malabaricus.

Maps 4.11 - Seasonal abundance patterns

Fish yields were minimal during the third quarter of the year. There was a remarkably high abundance of Etelis carbunculus during the first quarter, with a subsequent decline until July-September, followed by an increase from October to December. During this period, there was a marked CPUE increase for Epinephelus septemfasciatus.

Map 4.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated MSYs were 15 t for Maewo, 11 t for Ambae and 19 t for Pentecost. The results for Maewo differed from those of Ambae and Pentecost, with a total MSY of 10 t for the east to southwest coastline where the fishing area that links this island with Ambae is located.
Fishing fleets of two boats at Ambae, three boats at Maewo, and four boats at Pentecost would be sufficient to achieve these profits.

Deep-sea fishing around Malakula Island

50Despite its small reef-slope area (Map 5.1), this island has one of the highest levels of deep-sea fisheries development in Vanuatu. Fisheries activities are mainly focused off the northern and western coasts, which have protected bays and shelter from prevailing winds and swells (Map 5.2). However, there is no intensive fisheries activity around Maskelynes Islands—which have a large reef slope that should be conducive for fishing—or off the highly populated southeast coast of Malakula (Maps 5.3 and 5.4). This seems to mainly due to the vulnerability of these fishing areas to prevailing winds and waves.

51Fisheries activities were initially limited to two or three areas and only began expanding in the late 1980s. These activities are still quite dispersed, which could explain why the fish stocks have not been depleted despite the temporal increase in CPUEs (Map 5.5).

52The fishing effort varied with depth (Map 5.4): the two peaks correspond to two different habitats tapped by fishermen in their quest to catch target species, i. e. Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus in the 100-300 m water layer, and Etelis spp. at deeper levels (Maps 5.6, 5.7, 5.8 and 5.9).

53Fishing effort and yield patterns varied with the seasons. During the southern winter, fishing activities were focused along the sheltered west coast and yields were maximal in this area. Etelis carbunculus abundance also increased at this time but peaked at the end of the year (Maps 5.11).

54In summary, deep-sea fisheries activities are currently centred off the northern and western coasts of Malakula, but they could be further developed in less sheltered areas (e. g. in the south) which have a considerable fisheries potential (Map 5.12).

Malakula
Map 5.1 – Bathymetry

Malakula and Santo form an island block that is separated from the rest of the archipelago. The reef-slope area at 100-500 m depth is 135 851 ha. Apart from the large reef plateau along the south coast, Malakula is surrounded by steep reef slopes, especially off the eastern coast. Close to the coastline, the western side of the 1 000 m depth contour marks the beginning of the New Hebrides trench and the eastern side borders the ocean basin located south of Ambae.
Map 5.2 - Exposure of fishing areas

The entire eastern and southern coastline, from north of Atchin to Milip, is exposed to prevailing winds and swells. Small islands found all along the coast provide some shelter, but navigating conditions are otherwise difficult in this region. The protected area extends from Tomman in the west to Malakula in the north.
Map 5.3 - Transportation system and villages

Almost the entire coastal region—except for population clusters in the south that are linked by trails—can be reached by carriage roads. Villages are uniformly distributed along the coastline, but most of the population is concentrated along the east coast, with small islands such as Atchin, Wala, Rano and Uripiv having the highest population densities. Three airports (Norsup, Lamap and Wintua) provide an efficient link with the capital, which is better than the service from any other Vanuatuan island.

Map 5.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1991 period

The entire fishing effort was focused in the northeast, between Atchin and Uripiv, and in the west, between Unmet and Milip, with peak CPUEs obtained off Lambumbu (two peaks around 200 and 300 m depth. CPUEs increased regularly from 100 to 300 m depth, i. e. higher than 15 kg/d. l. at the latter depth). The best yields were obtained in the southeast, especially between Tisman and Lamap. Minimum yields were obtained northeast of the island, despite the fact that this is a heavily fished area.

Map 5.5 - Fisheries patterns over the 1981-1991 period
Although the South Pacific Commission set up the” Outer Reef Fisheries Project” at Lamap as early as 1974 (Hume, 1975), village deep-sea fisheries activities actually only began in 1982 off Uripiv. From 1985, this activity was extended to areas north of Atchin, the west coast between Lambumbu and Dixon Reef, and areas around Tomman and Milip in the south. Elsewhere, the fishing effort was low and of short duration.

Maps 5.6 - Yields of Etelis spp.

Etelis carbunculus and E. coruscans were mainly caught between 300 and 400 m depth, whereas E. radiosus was caught at two different depths—this double peak was not statistically significant because of the lack of sufficient abundance results for this species. Peak yields for E. carbunculus and E. coruscans were obtained in the same areas, especially along the west coast.
Maps 5.7 - Yields of Pristipomoides spp.

As noted throughout Vanuatu, Pristipomoides spp. were caught between 100 and 300 m depth. Pristipomoides multidens, which was 3-to 4-fold more abundant than the two other species, was mainly caught between 100 and 200 m along the western coast. P. filamentosus and P. flavipinnis were located in small areas scattered around Malakula.

Maps 5.8 - Yields of Epinephelus spp.

Yields for all three species were lower than 1 kg/d. l.. The highest CPUEs were obtained at around 200 m depth for Epinephelus magniscuttis, mainly between Milip and Akhamb and between Unmet and Lambumbu.
Map 5.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 5.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Lutjanus malabaricus was caught with high yields north of the island and between Milip and Akhamb, but Aphareus rutilans yields were never greater than 0.5 kg/d. l.. Concentrations of this latter species are observed, as for L. malabaricus, in a small area off Leviamp—with catches mainly around 200 m depth.

Maps 5.11 - Seasonal abundance patterns

The best yields were obtained off the southeast coast during the second quarter of the year. Mean CPUEs for Etelis carbunculus increased steadily over the course of the year. Lutjanus malabaricus seemed to be less abundant during the second quarter.
Map 5.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated annual MSY for Malakula was 82 t. The three following regions clearly stood out on the basis of the MSY results, which are listed in descending order of importance:
- southeast of Lamap, where the MSY for a single fishing area was 38 t,
- in the south, between Tomman and Akhamb, where the MSY for three areas was 10 t,
- in the east, where the MSY for seven areas was less than 15 t.
A fishing fleet of 18 boats around Malakula would be sufficient to achieve these profits.

Deep-sea fishing around Ambrym Island

55The reef slopes around Ambrym are very steep along the eastern and western coasts. The slopes off the south coast have a substantial fisheries potential considering their area (Map 6.1) and the fish yields that have already been obtained. However, the fishing effort is minimal because these areas are directly affected by prevailing winds that hamper fishing operations (Map 6.2). Almost the entire coastal area can be reached by trail or road, except for the northern region where (surprisingly) the largest population on the island is clustered (Map 6.3). There is regular air service to Port Vila via two airports located on the eastern and western sides of the island. The fishing effort was focused in a sheltered area (Map 6.4). The CPUEs were relatively constant between 150 and 300 m depth, indicating that the fisheries production is quite diversified with all species targeted. Even the most heavily fished areas are under-tapped (Map 6.5).

56The most commonly caught species were: Etelis carbunculus, E. coruscans, Pristipomoides multidens, Lutjanus malabaricus and Epinephelus septemfasciatus. Less abundant species seemed to be concentrated in very specific locations (Maps 6.6, 6.7, 6.8, 6.9 and 6.10).

57An analysis of seasonal yield patterns indicated that specialized fishing activities were undertaken at different times of the year. During the first quarter, for instance, the fishing effort was focused along the west coast, with Etelis carbunculus, E. coruscans and Epinephelus septemfasciatus being the main species caught (Maps 6.11).

58In summary, at Ambrym, deep-sea fisheries development is dependant on how easily fishing boats can operate in the very promising southern area that is not very sheltered from prevailing winds and swells (Map 6.12).

Ambrym
Map 6.1 – Bathymetry

A 500 m depth contour links Ambrym with Pentecost to the north and Paama and Epi to the south. The estimated reef-slope area between 100 and 500 m depth is 72 305 ha, most of which is located south of the island. To the west, a 1 000 m depth contour runs close to a 500 m contour, indicating a sudden drop in slope.
Map 6.2 - Exposure of fishing areas

Prevailing winds and swells affect the entire coast from Selwyn Strait in the north to Craig Cove in the west. The island is sheltered by the very mountainous landscape of Ambrym in the east and by Malakula in the west, which is only about 15 miles away.
Map 6.3 - Transportation system and villages

A more or less continuous road connects all of the coastal villages from Ranon in the northwest to Craig Cove on the southwestern tip. The entire coastline from Craig Cove to Ranon is inhabited but there are no access roads. There are two airports, one at Craig Cove in the west and the other at Sameo on the eastern tip. Most of the population is concentrated in the north around Olal, i. e. the furthest point from the two airports!

Map 6.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1980-1991 period

The fishing effort was mainly focused north of Craig Cove and in the south coast. The northern areas off Olal were the most productive, with CPUEs above 16 kg/d. l.. The fishing effort peaked at 250 m depth. The mean CPUEs varied little with depth, and the highest yields (above 15 kg/d. l.) were obtained at around 350 m depth.

Map 6.5 - Fisheries patterns over the 1980-1991 period
Over the 1981-1986 period, fisheries activities were under way along the entire west coast, especially off Craig Cove, with a 1 year interruption in 1983. These activities halted more recently along the eastern side of the island, and lasted until 1988 in the northern fishing areas.

Maps 6.6 - Yields of Etelis spp.

Etelis spp. were mainly caught at 200-350 m depth, with peak yields of Etelis radiosus at the lowest depths. E. carbunculus seemed to be uniformly distributed throughout all of the fishing areas studied. E. coruscans was chiefly caught off the west and south coasts. However, there was a small concentration of E. radiosus in an area off Olal, but the CPUEs recorded for this species were markedly lower than those of the other Etelis species.
Maps 6.7 - Yields of Pristipomoides spp.

The mean abundances of all of these species were maximal at 100-150 m depth. Pristipomoides multidens, the most commonly caught species, was mainly located north of Craig Cove and between Konkon and Ulei on the east coast. P. flavipinnis was also preferentially caught off the east coast of Ambrym. P. filamentosus was the least abundant species.
Maps 6.8 - Yields of Epinephelus spp.

Epinephelus magniscuttis and E. morrhua had yields of less than 1 kg/d. l., with peaks at 200-300 m depth. Yields of E. septemfasciatus were within the same range as those noted for Etelis coruscans, which was quite unusual. All three species were caught off the west coast, but only E. magniscuttis and E. septemfasciatus were caught off the east coast.
Map 6.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 6.10 - Yields of
Aphareus rutilans

In Ambrym, off the east coast, yields of Aphareus rutilans—which is generally not very abundant in Vanuatu—were within the same range as those of Lutjanus malabaricus.

Maps 6.11 - Seasonal abundance patterns

During the first 6 months, Etelis carbunculus yields were 3-to 5-fold higher than those obtained between July and December. From the second quarter, there was a simultaneous decline in E. coruscans abundance. Conversely, CPUEs recorded for Lutjanus malabaricus and Pristipomoides multidens increased late in the year.

Map 6.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated annual MSYs were 44 t for Ambrym. The annual potential MSY for the reef slopes south of Ambrym is 30 t, which is much higher than those of other fishing areas where the mean MSYs were around 2 t/year. A fishing fleet of nine boats would be sufficient to achieve this goal without risk of depleting the fish stocks.

Deep-sea fishing around Paama, Epi and Shepherds Islands

59Paama, Epi and Shepherds form an island group circumscribed by a 500 m depth contour (Map 7.1). The reef slopes of these islands are vast and the fishing areas are exposed to prevailing winds and swells (Map 7.2). Paama and Shepherds are small but densely populated islands, while Epi is larger but has a more scattered population, except in the northern part of the island (Map 7.3). The most suitable areas for deep-sea fishing are around Paama and north of Epi—close to important consumer centres and airports that provide efficient air service to Port Vila. Fisheries operations began in 1982 and are still flourishing, thus highlighting the vitality and sustainability of the industry. Shepherds Islands are as productive but the fisheries resources have not been tapped to the same extent, probably because of the more adverse climatic, hydrological and geographical conditions (Maps 7.4 and 7.5).

60Fishing seemed to be mainly focused within the 100-200 m water layer, with yields of Pristipomoides spp. being almost as high as those of Etelis spp. despite a more limited geographical distribution (Maps 7.6 and 7.7). The other species were not very abundant and not found in local concentrations, contrary to the situation around the other islands (Maps 7.8, 7.9 and 7.10). The third quarter of the year was the most favourable period for catching E. carbunculus off the coast of Paama. High yields of Pristipomoides multidens were obtained in the south during the first 6 months of the year. Ocean conditions are critical for determining fishing seasons, areas and thus target species (Maps 7.11).

61In summary, the south seems to have a much greater fisheries potential than the north (Map 7.12), but the northern coasts of Epi and Shepherds look promising in terms of fisheries development and outlets. Fishing areas south of Epi-Shepherds could be tapped if the distribution network to consumer centres were improved.

Paama - Epi - Shepherds
Map 7.1 – Bathymetry

Paama, Epi, Tongoa and Tongariki, which are located at the southern tip of a large group of nine islands (Maewo, Ambae, Pentecost, Ambrym, Paama, Lopevi, Epi, Tongoa and Tongariki), are linked with Ambrym by a 500 m depth contour. The reef slopes are quite gradual and the estimated reef-slope area between 100 and 500 m depths is 171 700 ha, which is quite large.
Map 7.2 - Exposure of fishing areas

Fishing operations are difficult in most of the fishing areas since they are affected by southeasterly prevailing winds and swells. The only relatively sheltered area is along the northwestern coast of Epi, between Revolieu Bay and Lamen Bay.
Map 7.3 - Transportation system and villages

Paama, Tongoa and Emae Islands are overpopulated by comparison with Epi Island, which is 8-fold larger—very high outmigration to Port Vila was noted. Most of the coastal region of Epi is accessible by road or trail. Most of the population of Paama is concentrated on the western side of the island. There is a good passable road system on Tongoa and Emae. Each of these islands, which are quite close to Port Vila, has one or two airports, and there are regular air connections with Efate.

Map 7.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1991 period

The fishing effort was found to be specifically located around Paama and northwest of Epi, but almost non-existent around Emae and east and south of Epi. Two peaks were noted at 100-200 m depth and around 300 m. Fishing areas around Paama, south of Epi, around Tongoa and Tongariki seemed to be the most productive. The especially high CPUE results obtained around Emae are only of guide value considering the low fishing effort expended. The mean CPUEs increased steadily with depth and peaked around 350 m depth.

Map 7.5 - Fisheries patterns over the 1981-1991 period
The fishing effort noted north of Paama and Tongoa in 1980 was expended in experimental programs carried out by professional fishermen of the Fisheries Department, thus explaining the high yields. In 1982, a fishermens’ association was created on Lamen Island within the framework of the VFDP. The fishing effort subsequently intensified, with two peaks in 1984 and 1987, especially north of Paama and northwest of Epi. However, long-term monitoring of this situation was difficult because there were very few series of more than 3-years long.

Maps 7.6 - Yields of Etelis spp.

Etelis carbunculus seemed to be highly abundant in most of the fishing area. The distribution of E. coruscans was more scattered, with high yields obtained around Paama and Lopevi and low yields south of Epi. The CPUEs increased steadily between 100 m and 350 m depth.
Maps 7.7 - Yields of Pristipomoides spp.

Pristipomoides flavipinnis and P. multidens had high CPUEs in almost all of the fishing areas. P. filamentosus was chiefly caught south of Epi and around Tongoa and Tongariki. The vertical CPUE distributions were similar for all three species, with the best results obtained at 100-200 m depth.

Maps 7.8 - Yields of Epinephelus spp.

Epinephelus magniscuttis was absent from most of the catches, and yields of E. morrhua and E. septemfasciatus were too low to be able to explain the vertical CPUE distributions.
Map 7.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 7.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Lutjanus malabaricus was caught at around 100 m depth, mainly along the west coast of Epi, between Lamen Island and Port Quimie. Aphareus rutilans, which had CPUEs of less than 0.2 kg/d. l., were considered to be scarce in this region.

Maps 7.11 - Seasonal abundance patterns

Peak yields were obtained during the first 6 months of the year south of Epi, shifting to Paama during the last 6 months of the year (mainly Etelis carbunculus).

Map 7.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated annual MSY was 103 t for Paama, Epi, Tongoa and Tongariki, i. e. around 13 t for Paama, 56 t for Epi and 34 t for Shepherds Islands. Emae, because of its vast reef slopes, had a potential of 25 t. Concerning the other islands, three regions stood out on the basis of their MSYs:
- the fishing area linking Epi and Tongoa, where the MSY was around 13 t,
- the area northeast of Epi and Paama, where the MSY was around 16 t,
- the other areas, where the mean MSY was around 3 t.
For Emae, the MSY estimates are only of guide value since very little fisheries activity was recorded. Fishing fleets of three boats at Paama, eight boats at Epi and two boats at Tongoa and Tongariki would be sufficient to achieve these figures.

Deep-sea fishing around Efate Island

62The largest reef slopes around Efate are located along the south coast (Map 8.1), but they are affected by prevailing winds and swells (Map 8.2). There are no roads running inland—which is uninhabited—and all inhabitants live along the coastline, especially along the northwestern coast and in the capital of Port Vila. There is an international airport and harbour in Port Vila providing access to the outside world (Map 8.3).

63There were two periods in the development of commercial fisheries in Efate. In the early 1980s, fishing was mainly undertaken by fishermen of the Fisheries Department, whose activities were mainly focused off the southwest coast. From 1985, village fishermens’ associations took over, focusing their fishing effort north of the island, which is still one of the most heavily fished areas around Efate (Map 8.5). In contrast, very little fishing was carried out along the eastern and southeastern sides of Efate, despite the high yields that had been obtained (Map 8.4). The temporal increase in CPUEs did not indicate that fish stocks were being depleted.

64Etelis carbunculus, E. coruscans and Pristipomoides flavipinnis were the most abundant species caught around the island (Maps 8.6 and 8.7). Epinephelus septemfasciatus is generally not as present in the catches, but high yields were obtained in some specific areas (Maps 8.8 and 8.9).

65A seasonal trend was noted with respect to fishing effort and yield. Yields peaked from January to March (Maps 8.11) for all species except Epinephelus septemfasciatus, which is mainly caught during the second quarter of the year. During the southern winter, from July to September, there was a substantial increase in fishing areas and a concomitant decline in yields.

66In summary, in Efate, deep-sea fisheries clearly benefit from the presence of the large Port Vila market and the efficient road system. Fisheries activities could be increased, especially off the southeastern coast, where there is considerable potential that has not yet been tapped (Map 8.12).

Efate
Map 8.1 – Bathymetry

Efate is quite isolated relative to the other islands. The outer reef slope is one of the largest in the archipelago, i. e. 117 456 ha within the 100-500 m depth range. It is generally not as steep as that of other high islands such as Maewo, Ambae and Pentecost. A 500 m depth contour extends around the island about 5-6 miles from the coast.
Map 8.2 - Exposure of fishing areas

Efate, due to its isolated location, is completely exposed to the prevailing southeasterly trade winds, especially between Teouma Bay and Forari Point, where fishing conditions are quite difficult. Only the northwestern coastal area is sheltered from these prevailing winds.
Map 8.3 - Transportation system and villages

Efate is the most populated island in the archipelago. The population is concentrated along the coastline, especially in Port Vila Bay and along the coasts between Lelepa and Emao Islands. The road system, which was developed by the US army during WWII, is regularly maintained. Fish can be hauled by road to Port Vila, the main consumer centre in Vanuatu, thus stimulating fisheries activities in rural areas.

Map 8.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1981-1984 and the 1986-1991 periods

The fishing effort was found to be relatively scattered—resources off the southeastern coast were not tapped to a significant extent, whereas fisheries activities in the north coast area were substantial. Yields were maximal in the east, with maximal CPUEs obtained between Takara and Eton (13 and 16 kg/d. l.). Yields were also high around Lelepa. At Nguna, the most intensively fished area of the island, CPUEs ranged from 9to 13kg/d. l., corresponding to the mean for Vanuatu. The fishing effort clearly peaked between 200 and 300 m depth, with maximum CPUEs obtained at around 300 m.

Map 8.5 - Fisheries patterns over the 1981-1984 and the 1986-1991 periods
Fishing activities were intense off the southwestern coast between 1981 and 1985. The fishing effort then shifted northwards to areas around Lelepa, Nguna and Emao, where activities were focused from 1987 to 1991. Fishing activities flourished for many years around Efate, except in the southeastern region. Fish stocks did not seem to be depleted despite this high fishing pressure—only the area around Lelepa seemed to show a declining CPUE over time. Fish yields remained stable elsewhere.

Maps 8.6 - Yields of Etelis spp.

The vertical CPUE distribution did not markedly vary between species, with peaks noted between 300 and 400 m depth. Etelis carbunculus was the most abundant species, which was caught in all of the fishing areas. E. coruscans distributions were more scattered, with peak yields in the north, around Nguna and Emao, and in the southwest between Port Vila Bay and Lelepa. E. radiosus yields were very low, except around Forari and Port Vila.
Maps 8.7 - Yields of Pristipomoides spp.

Pristipomoides multidens was abundant in catches everywhere except around the southwestern tip of the island. P. flavipinnis yields were lower but this species was still quite common, contrary to P. filamentosus. These species were chiefly caught between 100 and 300 m depth.

Maps 8.8 - Yields of Epinephelus spp.

Epinephelus magniscuttis and E. morrhua had yields of less than 0.5 kg/d. l.. The highest CPUEs (1.5kg/d. l.) were obtained between 300 and 400 m depth for E. septemfasciatus, mainly along the west coast off Tukutuku and Forari.
Map 8.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 8.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Very few Lutjanus malabaricus were caught around Efate—the best yields were obtained along the southeastern coast at 100-200 m depth. Aphareus rutilans was the least represented species in the catches.

Maps 8.11 - Seasonal abundance patterns

The first quarter of the year was the period when the highest CPUEs were recorded. The most productive areas were located along the southwestern coast (Port Vila and Lelepa) and the northeastern coast (Nguna, Emao and Forari). Etelis carbunculus and E. coruscans were the main species caught and were especially abundant during the first 6 months of the year. Epinephelus septemfasciatus yields peaked during the second quarter.

Map 8.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated annual MSY was 71 t for Efate. The following three regions—listed in decreasing order of importance—stood out on the basis of their MSY results:
- the southeast, between Forari and Rentapao, with an MSY of 29 t for both areas,
- the southwest, between Rentapao and Natapao and part of the northeastern area off Forari, with an MSY of 22 t for all five fishing areas,
- the northeast, between Lelepa and Emao, with an MSY of 20 t for all four fishing areas.
A fishing fleet of 15 boats would be sufficient around Efate to achieve these profits.

Deep-sea fishing around Tanna and Aniwa Islands

67Tanna—which still has an active volcano—is an ancient volcanic island formed during the Tertiary period. Tanna’s reef-slope area is very substantial, contrary to that of more recent volcanic islands (Map 9.1). Almost all of the coasts of this island are affected by prevailing winds and swells (Map 9.2), which hampers navigation and fishing activities. The social environment in Tanna, which is the most densely populated of all of the large islands in Vanuatu, would be conducive to market development. There is a large inland population which benefits from one of Vanuatu’s most efficient road systems (Map 9.3).

68Despite the presence of favourable factors, deep-sea fisheries activities did not last as long as around the islands further north. The fishing effort was mainly focused southeast of the island (Map 9.4). Fisheries activities halted in 1987 (Map 9.5), suggesting that there are again virgin deep-sea fish stocks in this region.

69The area southeast of Tanna seemed to have the widest range of fish species, i. e. peak yields of Etelis spp., Pristipomoides spp. and Epinephelus septemfasciatus were obtained (Maps 9.6, 9.7 and 9.8). Lutjanus malabaricus was almost completely absent from catches around this latitude, which could be explained biogeographically in terms of water temperatures (Map 9.9). Pristipomoides filamentosus were caught in high abundance during the southern summer—yields were higher than anywhere else in the archipelago (Maps 9.11).

70In summary, deep-sea fisheries was a short-lived activity in Tanna despite the fact that its development was not stalled by a lack of potential consumers, by a lack of an efficient transportation system, or by low fish yields. This island has a very strong socioeconomic tradition where activities are mainly focused inland, but small-scale commercial fisheries have never been fully adopted.

Tanna - Aniwa
Map 9.1 – Bathymetry

Tanna, Erromango, Aniwa and Aneityum form an island group that is isolated from the rest of the archipelago by a 1 000 m depth contour. Tanna and Aniwa have extensive reef slopes covering an area of 61 914 ha at 100-500 m depth.
Map 9.2 - Exposure of fishing areas

Fishing operations are difficult in almost all of the fishing areas from Cape Enangiang in the north to Lenakel Bay in the west because of the southeasterly winds and swells.
Map 9.3 - Transportation system and villages

Tanna differs from other Vanuatuan islands because its inland area is quite populated. This area has a complex system of trails linking many villages. The coastal area is less inhabited, despite the fact that there is a road and trail extending all around the coastline. There is only one airport with service to Port Vila.

Map 9.4 - Deep-sea fishing effort and yields over the 1984-1990 period

The fishing effort was generally focused at 150-200 m depth and peaked in the area southeast of Tanna, off Port Resolution, and was minimal south of Lenakel. Elsewhere its distribution seemed to be relatively uniform, except along the east coast where it was almost non-existent. Mean CPUEs were higher than those recorded for the other islands. Two peak yields of around 20 kg/d. l. were obtained at 100 m and 400 m depth, respectively. The best fishing area was south of Tanna, especially off Green Point, where CPUEs of more than 16 kg/d. l. were noted. The other fishing areas all seemed to be productive, with mean yields of 11 kg/d. l..

Map 9.5 - Fisheries patterns over the 1984-1990 period
Deep-sea fishing activities were quite short lived, i. e. carried out for 3-4 years beginning in 1984. Hence, the CPUE results only covered a 3-year period, which made it difficult to assess the significance of the resource response to fishing pressure. There was still a marked decrease in CPUEs along with an increase in the fishing effort off Port Resolution.

Maps 9.6 - Yields of Etelis spp.

There were few areas in the west (between Lownapik Ruan and Lenakel), southwest (off Green Point), and southeast (between Kwamera and Sulphur Bay), where the fishing effort was high enough to assess species distributions. In line with the results recorded for the other islands, Etelis carbunculus is caught at higher yield than those of other species. E. carbunculus and E. coruscans had peak CPUEs at around 400 m depth.
Maps 9.7 - Yields of Pristipomoides spp.

Pristipomoides flavipinnis and P. multidens are abundant in most of the fishing areas. P. filamentosus is mainly caught south of the island at the highest yields recorded anywhere in Vanuatu. The CPUEs, ranked according to depth, were similar for all three species.

Maps 9.8 - Yields of Epinephelus spp.

Like P. filamentosus, Epinephelus septemfasciatus was caught with yields that were higher than anywhere else in Vanuatu. The CPUEs were recorded northwest and southeast of Tanna at around 300m depth. E. magniscuttis was caught at lower yields (1 kg/d. l.) in the same areas.
Map 9.9 - Yields of Lutjanus malabaricus
Map 9.10 - Yields of
Aphareus rutilans

Tanna is located near the southernmost boundary of the distribution range of Lutjanus malabaricus. Aphareus rutilans was caught in the 100-200 m water layer around Tanna at very low mean yield (0.4kg/d. l.)—and the catches were mainly concentrated in the area off Green Point.

Maps 9.11 - Seasonal abundance patterns

The mean CPUEs peaked during the third quarter, and then declined over the rest of the year. The CPUEs recorded from January to March for Pristipomoides filamentosus (12 kg/d. l.) were the best results obtained in Vanuatu. They subsequently declined over the rest of the year, as noted for P. multidens. Epinephelus septemfasciatus was chiefly caught during the third quarter.

Map 9.12 - Estimates of maximum sustained yield (MSY)

The estimated MSY was 37 t for Tanna and Aniwa. The outer reef slope east of Tanna has a yield potential of 12 t/year, but this estimate should be considered with caution since the fishing effort in this area was very low. The three following areas stood out:
- the western area where the MSY was 14 t,
- the northeastern and southern areas where the MSY was 5 t,
- the rest of the reef slope, where the mean MSY/fishing area was around 4 t.
A fishing fleet of 10 boats would be sufficient to achieve these profits.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search