Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu / Coastal Fisheries Atlas of Vanuatu

 | 
Espérance Cillaurren
, 
Gilbert David
, 
René Grandperrin

La pêche villageoise commerciale de poissons de profondeur / Commercial village deep-sea fisheries

La pêche villageoise commerciale de poissons de profondeur

Commercial village deep-sea fisheries

Volltext

1. Introduction

1.1. Historique

  • 1 Dans la suite du texte, ces associations seront désignées par l’expression « associations étudiées  (...)

1À Vanuatu, les premières données disponibles sur la pêche de poissons de profondeur sont issues des campagnes exploratoires réalisées par la CPS (Humes, 1975, 1976 ; Fusimalohi, 1979). Toutefois, ce n’est qu’en 1981, date de la mise en place d’un Service des Pêches bien structuré, qu’un programme intensif de développement de la pêche artisanale, le Village Fisheries Development Programme (VFDP) fut lancé. Il conduisit rapidement à la création de plus de 200 associations de pêcheurs réparties dans tout l’archipel. Le suivi des activités de 119 d’entre elles (carte 56, annexe 1) fut assuré1 par le VFDP et par l’ORSTOM afin de déterminer les potentialités d’exploitation et les paramètres de sa gestion, et dans le but d’aider la prise de décision en matière de développement halieutique.

Figures 8 - Répartition géographique et évolution annuelle du nombre des associations

Figures 8 - Répartition géographique et évolution annuelle du nombre des associations

Répartition géographique

Évolution annuelle du nombre

Carte 56 - Localisation et durée de vie des associations de pêcheurs à Vanuatu de 1982 à 1991
La plupart des 119 associations de pêcheurs étudiées se localisent à proximité des voies de communication et des foyers de population. Les deux principaux centres urbains du pays, Port Vila – la capitale – et Luganville, rassemblent à eux seuls 12 associations de pêche.

Source : David, 1985

2Les associations étudiées sont assez représentatives de l’ensemble des associations, en particulier de leur répartition géographique et de leur évolution dans le temps (figures 8). Leur durée de vie fluctue selon les îles (carte 56).

1.2. Les techniques de pêche

  • 2 Les pêcheurs indépendants ne bénéficient pas d’aide financière, matérielle et de formation de la pa (...)

3Jusqu’à la fin des années quatre-vingt, la pêche a été pratiquée presque exclusivement avec un moulinet manuel en bois gréé avec une ligne mono-filament se terminant par un bas de ligne métallique portant trois hameçons auto-ferrants et un poids (figures 9). Cette pêche se déroule de jour ou de nuit, le plus souvent en dérive, la technique de mouillage profond avec grappin (Guldbransen, 1977 ; Crossland et Grandperrin, 1980) s’étant peu généralisée. La palangre de fond est restée une technique marginale jusque dans les années quatre-vingt-dix où elle a été peu à peu adoptée par les pêcheurs indépendants2 puis par certaines associations. Moulinet et ligne servent aussi pour les pêches à la traîne, principalement des thonidés, pratiquées autour des DCP et lors des trajets conduisant aux lieux de pêche profonde. Les sorties de pêche excèdent rarement deux jours et la plupart d’entre elles ne dépassent pas douze heures (figures 10).

1.3. Origine, qualité et traitement des données

4Compte-tenu du grand nombre d’associations et de leur dispersion dans tout l’archipel, il n’était pas envisageable d’affecter des enquêteurs au suivi des débarquements. Chacune d’elles fut donc sollicitée pour remplir ses propres fiches de pêche (annexe 2). Outre les informations concernant les dates 9 et les heures de sortie, la zone fréquentée, les profondeurs (évaluées par le nombre de tours de moulinet), le poids des captures, les dépenses et les revenus, ces fiches prévoyaient des mesures de longueur à 10 la fourche des onze espèces les plus fréquemment capturées (figure 11). Pour cela, les pêcheurs ont été formés à remplir les fiches, à identifier les espèces et à mesurer les poissons. À ce sujet, il est tout à fait remarquable de constater l’étonnante faculté dont firent preuve les pêcheurs à nommer les espèces par leur nom scientifique. De 1983 à 1991, 119 associations ont fourni des informations sur des périodes de quelques mois à neuf années (tableaux 7). Au total, avec les pêches expérimentales, 10 632 sorties de pêche ont été recensées et 136 307 poissons ont été mesurés entre 1981 et 1991.

Figures 9 - Le matériel de pêche
Le moulinet à main est un engin en bois de type artisanal mis au point par la FAO1 en 1976 et largement adopté dans le Pacifique insulaire (Guldbransen, 1977). À Vanuatu, il a remplacé le pédalier à bicyclette ; il équipe le plus souvent une embarcation motorisée mais peut aussi être utilisé sur les pirogues traditionnelles. La ligne montée sur le moulinet est employée à la fois pour la pêche à la traîne et pour la pêche de fond. Dans ce cas, elle est mise à l’eau verticalement, le bateau à l’arrêt. Trois hameçons, disposés à un demi-mètre les uns des autres, sont appâtés avec de la bonite ou des sardines. La ligne est lestée par un petit poids, son séjour au fond étant de courte durée.

Le moulinet manuel de pêche (type Samoa Occidental)

Le bas de ligne

Figures 10 - La durée des sorties de pêche
Sur la totalité des sorties de pêche recensées, environ 70 % se font dans la journée ; 28 % durent deux jours et, en raison de la faible autonomie des bateaux, aucune n’excède cinq jours. L’essentiel des sorties à la journée ont une durée comprise entre 5 et 12 heures.

Distribution du nombre de sorties selon leurs durées en jours

Distribution du nombre de sorties journalières selon leurs durées en heures

Tableau 7a - Les pêches expérimentales

Tableau 7a - Les pêches expérimentales

note: decimal points are represented by commas

Tableau 7b - La pêche villageoise

Tableau 7b - La pêche villageoise

note: decimal points are represented by commas

Le retour d’une bonne pêche

Mesure de la longueur à la fourche du poisson capturé

Nettoyage et vidage des poissons

Figure 11 - Dessins de poissons

Figure 11 - Dessins de poissons

Sources : d'après les illustrations de l'ouvrage Vol. 6 & 16, Rome, 1985, 1993

5L’unité d’effort retenue est le nombre de jours-lignes, c’est-à-dire le nombre de lignes multiplié par le nombre de jours. Cette durée a été préférée au nombre d’heures, les pêcheurs ne pouvant noter les durées de pêche effective au cours d’une sortie. En revanche, il leur est aisé de reporter le nombre de lignes qui correspond au nombre de moulinets en place sur l’embarcation. Le rendement, c’est-à-dire la capture par unité d’effort (CPUE), a été exprimé par la capture effectuée avec une ligne au cours d’une journée (jour-ligne). Ainsi, l’ensemble des sorties étudiées représente un total de 12 700 jours, la capture totale s’élevant à 331 tonnes pour un effort de 28 619 jours-lignes et avec un rendement moyen de 11,6 kg par jour-ligne.

Tableau 8 - Données sélectionnées pour l’étude des onze principales espèces
Il est possible, à partir des longueurs de poissons, de calculer une prise en poids au moyen de la relation : P = a x Lb, où :
- P est le poids en grammes,
- L est la longueur à la fourche en cm,
- a et b sont des constantes déterminées pour les onze principales espèces (Brouard et Grandperrin, 1984, Schaan et al., 1987).

note: decimal points are represented by commas
La prise totale, toutes espèces confondues, est déclarée ; elle peut être comparée à la prise calculée. Un ratio établi entre le poids déclaré et le poids estimé permet de sélectionner les sorties de pêche pour lesquelles on est sûr que la totalité des poissons capturés a été identifié et mesuré. Après sélection des sorties de pêche en fonction d’un ratio établi entre le poids déclaré et le poids estimé, la base statistique utilisée a été élaborée à partir d’une production de 110 tonnes et de 51 260 poissons capturés lors de 9 775 jours-lignes. Ainsi, environ un tiers des informations a été utilisée pour l’étude des espèces.

6S’assurer de la validité des données constitue un préalable essentiel à l’analyse. Dans un premier temps, les fiches présentant des anomalies flagrantes ont été éliminées : dates de retour antérieures à la date de départ, heures de pêche excédant la durée estimée entre les heures de départ et de retour, nombre de jours supérieurs à la durée d’autonomie des embarcations, etc. Dans un second temps, trois opérations ont été successivement réalisées :

    • 3 L’écart de 20 % toléré entre le poids total déclaré sur le formulaire et le poids total calculé à p (...)

    pour l’étude des espèces, ont été sélectionnées les fiches pour lesquelles le poids déclaré par les pêcheurs ne s’éloigne pas de plus ou moins 20 % du poids calculé à partir des relations longueur-poids établies pour chacune des onze espèces étudiées3 (Brouard et Grandperrin, 1984 ; Schaan et al., 1987) (tableau 8) ;

  • parmi les fiches précédentes, n’ont été retenues que celles pour lesquelles les profondeurs reportées par les pêcheurs sont compatibles avec les habitats des espèces capturées tels qu’ils ont été déterminés par Brouard et Grandperrin (1984),

  • pour calculer les CPUE, un effort de pêche minimum de 26 jours-lignes a été requis (annexe 3).

2. Situation générale de la pêche

2.1. La production de la pêche profonde à Vanuatu

7À Vanuatu, la prise totale de poissons de profondeur est la somme des prises réalisées par les associations de pêcheurs et par les pêcheurs indépendants. Les données disponibles sur leurs activités respectives sont résumées dans le tableau 9. Elles sont incomplètes puisque, selon les cas, ne sont disponibles que les prises de profondeur ou les prises totales, traîne comprise. Afin d’estimer la production totale, plusieurs démarches ont donc été effectuées :

  • pour les associations non étudiées, on a fait l’hypothèse que la composition des prises était la même que celle des associations étudiées, ce qui a permis de calculer les prises de poissons de profondeur de 1983 à 1987 ; on a ensuite extrapolé les valeurs ainsi obtenues à la période 1988-1991 en utilisant la relation liant les captures au nombre d’associations (annexe 4) ;

    • 4 Ces derniers, bien que vendant prioritairement aux hôtels et aux restaurants, font aussi appel à Na (...)

    pour les pêcheurs indépendants, on a eu recours aux cahiers d’achats de Nataï, le marché aux poissons de Port Vila, grâce auxquels tous les vendeurs de poissons de profondeur ont pu être sélectionnés (tableau 9, annexe 4). Parmi ceux-ci, on a distingué les vendeurs réguliers4, auxquels a été affecté le rendement moyen annuel des associations de pêcheurs.

Tableau 9 - Les informations disponibles de la pêche commerciale (1983-1991)

Tableau 9 - Les informations disponibles de la pêche commerciale (1983-1991)

8La production totale annuelle réalisée sur l’ensemble de l’archipel est la somme des productions respectives des associations étudiées ou non et des pêcheurs indépendants. L’évolution annuelle de la production totale de poissons de profondeur est représentée sur la figure 12. Les trois premières années d’exploitation ont été assurées exclusivement par les bateaux du Service des Pêches, relayés en 1982 par les bateaux du VFDP. La production amorce une croissance très nette dès 1984, qui s’accélérera en 1987 et atteindra son maximum en 1989 pour décroître ensuite.

Figure 12 - Évolutions annuelles des productions en fonction de leur provenance
La production totale augmente de manière remarquable jusqu’en 1985, accuse une diminution en 1987 puis réaugmente pour atteindre un maximum en 1988 et reste ensuite élevée jusqu’en 1990. La production réalisée par les pêcheurs privés assure environ 15 % de l’ensemble de la production de l’archipel et son évolution est parallèle à celle réalisée par les associations non étudiées. La production communiquée par les associations étudiées stagne de 1983 à 1985, probablement en raison du délai nécessaire à la mise en place de la base statistique.

2.2. Les rendements

2.2.1. Les rendements moyens sur l’archipel

9Les évolutions annuelles de l’effort de pêche, des rendements (en poids et en nombre) et des captures moyennes sont présentées sur les figures 13. Dès 1983, on assiste à une croissance continue de l’effort de pêche global qui traduit une augmentation constante du nombre d’associations. À partir de 1989, la situation s’inverse, les associations étant trop nombreuses pour le volume du marché et les capacités locales d’encadrement ; nombre d’associations cessent alors toute activité faute de rentabilité.

Figures 13 - Évolutions annuelles de l’effort de pêche, des captures globales par unité d’effort et du poids moyen

Figures 13 - Évolutions annuelles de l’effort de pêche, des captures globales par unité d’effort et du poids moyen

Figure 13 a - L’effort de pêche

Figure 13 b - La capture en nombre par unité d’effort et le poids moyen des captures


Carte 57 - Évolutions annuelles de l'effort de pêche et de la CPUE par profondeur entre 1980 et 1991

La couche d’eau la mieux exploitée se situe pour toutes les îles entre 100 et 300 m de profondeur. Dans les îles où la pêche est la plus intensive, c’est-à-dire à Santo, Malakula et Efate, la distribution verticale de l’effort de pêche possède deux maxima, un vers 200 m et l’autre entre 300 et 400 m. Les rendements augmentent significativement avec la profondeur à Santo, Malakula, Efate et Maewo. En revanche, des CPUE maximales sont observées entre 100 et 200 m à Tanna.

10L’effort de pêche des « associations étudiées » suit bien l’évolution globale de la pêcherie, excepté de 1983 à 1985 où il diminue (figure 13 a). En 1980 et 1981, l’effort de pêche porte exclusivement sur des pêches exploratoires réalisées par les maîtres pêcheurs de la CPS et du Service des Pêches. Leur compétence explique les rendements élevés observés durant cette période. À partir de 1984, l’expérience grandissante des pêcheurs des associations se traduit par une augmentation notable des rendements en nombre (figure 13b) ; la croissance des rendements en poids (figure 13 c) est beaucoup moins marquée en partie à cause d’une diminution du poids moyen des captures.

2.2.2. Les variations régionales des rendements

11Sur l’ensemble de la période étudiée, les rendements moyens par île n’ont pas été uniformes ; ils furent notamment moins élevés à Ambae, Paama, Epi et Aniwa que dans le reste de l’archipel (tableaux 7). Les variations annuelles de l’effort de pêche et des rendements en poids sont présentées pour chaque île sur la carte 57. Excepté à Santo, Paama et Efate, où un effort de pêche particulièrement important fut déployé durant les premières années, l’essentiel de la pêche s’est déroulé à partir de 1985. Malakula et Santo affichent une activité continue durant une dizaine d’années ; tel n’est pas le cas des autres îles où une interruption de la pêche en profondeur a été observée durant une voire plusieurs années. Aucune tendance nette n’est constatée en ce qui concerne l’évolution annuelle des rendements.

2.3. Les espèces et leurs habitats

2.3.1. Présentation générale

12Plus de 80 % de la production est composée de onze espèces représentant deux familles, les vivaneaux ou Lutjanidae et les loches ou Serranidae. Sur la totalité de la production identifiée, près de la moitié des poissons sont des Etelis spp., le tiers sont des Pristipomoides spp., et le reste est composé de Epinephelus spp., de Lutjanus malabaricus et de Aphareus rutilans (figure 14). Leurs tailles moyennes sont des longueurs modales observées lors des campagnes expérimentales (Brouard et Grandperrin, 1984). Les tailles des captures réalisées par la pêche villageoise oscillent selon les espèces entre 20 et 100 cm pour les Etelis spp. et Aphareus rutilans (le lantanier), entre 16 et 120 cm pour les Epinephelus et de 25 à 80 cm pour les Pristipomoides spp. et Lutjanus malabaricus (figures 15). Les tailles particulièrement grandes observées pour certaines espèces, comme Etelis carbunculus, semblent spécifiques à la région.

Figure 14 - Composition spécifique de la production démersale

Figure 14 - Composition spécifique de la production démersale

note: decimal points are represented by commas

13La ligne munie de trois hameçons a été pratiquement le seul engin de pêche utilisé par les vil-lageois. Sa sélectivité est reconnue pour les tailles inférieures à 45 cm (Ralston, 1982) ; il est donc probable que les Pristipomoides spp. et Lutjanus malabaricus soient sous échantillonnés. Compte tenu des tailles de maturité sexuelle (Brouard et Grandperrin, 1984), la pêcherie exploite principalement des adultes.

14L’extension verticale de l’effort de pêche est caractérisée par deux maxima situés respectivement entre 150 et 200 m et entre 250 et 300 m ; il décroît ensuite brusquement pour atteindre des valeurs minimales vers 400 m. Les rendements (en poids) de pêche augmentent régulièrement de la surface jusqu’à 400 m, où ils sont les plus élevés (figure 16). À partir de 500 m, l’effort de pêche devient presque inexistant.

Figures 15 - Fréquences des tailles des onze principales espèces

Figures 15 - Fréquences des tailles des onze principales espèces

15La distribution verticale des espèces montre une stratification nette des habitats (figures 17). Les Pristipomoides spp. occupent avec Lutjanus malabaricus la couche d’eau comprise entre 25 m et 300 m de profondeur. Les Etelis spp. sont prédominants dans les captures faites au delà de 200 m, Etelis carbunculus étant l’espèce pêchée aux plus grandes profondeurs. Les loches ou Epinephelus spp. sont avec Aphareus rutilans des espèces fréquentant les profondeurs intermédiaires entre 100 et 350 m ; ces poissons apparaissent les moins bien localisés selon la profondeur.

Figure 16 - Distribution verticale des rendements en poids et de l’effort de pêche
La répartition verticale de l’effort de pêche indique la préférence des pêcheurs pour les profondeurs inférieures à 300 m. Curieusement les rendements maximaux sont observés entre 300 et 400 m, région où l’effort de pêche decroît. Il est vrai que d’une part la pratique de la pêche avec une ligne verticale est difficile à trop grande profondeur – ce qui explique la localisation vers la surface de l’effort de pêche – d’autre part, Brouard et Grandperrin (1984) ont montré que les plus grandes espèces se situent en profondeur, ce qui expliquerait l’augmentation des CPUE en poids, en fonction de la profondeur.

16Visiblement les deux groupes d’espèces principalement visés par la pêche sont les Pristipomoides spp. avec Lutjanus malabaricus entre 100 et 250 m et les Etelis spp. entre 200 et 400 m de profondeur. Ces espèces apparaissent beaucoup plus grégaires que les Epinephelus spp. qui sont considérés comme solitaires et inféodés à un territoire (Moffit, 1993). Les loches semblent se nourrir directement sur le fond alors que les Lutjanidae peuvent également prospecter jusqu’à quelques mètres au-dessus du fond. Pour toutes les espèces étudiées, les larves et les juvéniles sont pélagiques, colonisent de préférence les eaux côtières, et migrent verticalement avec le nycthèmère en s’éloignant des eaux de surface pendant le jour (Parrisch, 1987).

2.3.2. Les variations régionales

17La distribution verticale de l’effort de pêche varie peu d’une île à l’autre (carte 57). De manière générale, les rendements les plus élevés ne correspondent pas aux maxima d’effort de pêche.

18Les espèces le plus pêchées, Etelis spp. et Pristipomoides spp. sont réparties autour de toutes les îles (carte 58). Quelques tendances peuvent toutefois être distinguées avec la capture préférentielle des Etelis à l’est de l’archipel et une production plus importante des Pristipomoides à l’ouest et au sud. La quasi disparition de Lutjanus malabaricus dans le sud de Vanuatu est remarquée.

2.4. Le potentiel de pêche

19Le potentiel d’exploitation est une notion complexe qui intègre des éléments divers liés au contexte socio-économique et à la disponibilité de la ressource. En ce qui concerne cette dernière, une des préoccupations majeures des planificateurs est d’estimer la prise maximale soutenue (PMS) et le niveau optimal d’exploitation. Ces indicateurs sont donnés par deux types de modèles. Les modèles globaux (Schaefer, 1957 ; Fox, 1970) décrivent l’évolution des captures et prédisent la taille du stock en tenant compte d’un seul paramètre, la pression de pêche. Les modèles analytiques (Allen, 1966 in Sainsbury, 1984 ; Beverton et Holt, 1957 ; Leslie in Ricker, 1980) intègrent des paramètres liés à la fois à la biologie des espèces (croissance, reproduction, mortalité) et à l’exploitation (recrutement dans la pêcherie, mortalité par pêche, capturabilité) pour évaluer la prise maximale soutenue. Il est toutefois clair que ces estimations, PMS ou effort de pêche optimal, ne peuvent être établies que si effectivement le niveau d’exploitation atteint cet optimum (Hilborn et Walters, 1992).

Figures 17 - Distribution verticale des captures pour les onze principales espèces

Figures 17 - Distribution verticale des captures pour les onze principales espèces

Carte 58 - Composition spécifique des captures
Les deux principales espèces du genre Etelis, E. carbunculus et E. coruscans, sont essentiellement pêchées dans les îles bordant la partie orientale de l’archipel et bien exposées aux vents du sud-est. La troisième espèce du groupe, E. radiosus, apparaît plutôt bien répartie avec toutefois des rendements maximaux enregistrés à Tongoa et à Tanna. De même, des rendements particulièrement élevés sont réalisés à Maewo et à Paama pour E. carbunculus et à Maewo pour E. coruscans.
Comme les Etelis spp., les trois espèces appartenant au groupe des Pristipomoides semblent largement réparties sur de nombreuses îles. Leur extension présente toutefois des similitudes avec les distributions géographiques observées pour E. radiosus. Tongoa enregistre les plus fortes CPUE pour P. multidens alors que l’exploitation de P. filamentosus a fait l’objet de rendements très élevés à Tanna.
Le groupe des Epinephelus spp. est principalement capturé à Ambrym, Pentecost et Tanna. Lutjanus malabaricus décroît du nord au sud mais également d’ouest en est. Les captures de Aphareus rutilans sont particulièrement localisées à Maewo.

Figure 18 - Relations entre la production totale et l’effort de pêche réalisé par la pêche commerciale entre 1980 et 1991
Il existe une progression linéaire entre la production totale et l’effort de pêche. Une stagnation de la production est observée entre 1987 et 1989, années où l’exploitation a été la plus intensive, sans qu’il soit possible de conclure à un équilibre.

20Comme le montre la figure 18, c’est loin d’être le cas. En effet, les progressions parallèles de l’effort de pêche et des captures au fil des ans montrent que la réponse du stock à la pression de pêche, réponse qui devrait s’exprimer par une diminution des captures suite à l’augmentation de l’effort de pêche, est inexistante. Cette figure indique donc bien que les stocks restent sous-exploités. Dans ce cas, l’application de modèles globaux s’avère problématique. La diminution des captures entre 1989 et 1991 est plutôt liée à une diminution des activités de pêche. Les figures 19 à 23 présentent globalement et par année, les rendements moyens, les coûts et les bénéfices par île ou groupes d’îles. Les rendements augmentent avec les années d’exploitation sur presque toutes les îles, excepté à Epi et aux Banks. La progression des coûts et des bénéfices, témoignage du développement de la pêche n’apparaît qu’à Santo et à Pentecost. À Malakula, le déficit est évident, et à Efate, premier centre urbain, les coûts grèvent lourdement les gains de la pêche. À l’échelle de l’archipel, la comparaison des coûts et des bénéfices montre que les activités de pêche augmentent en rentabilité au cours des ans. C’est la pêcherie de Santo qui apporte la principale contribution à cette figure. En effet, l’atomisation des bases de pêche a progressivement régressé et dans les années 1990, la pêche artisanale est principalement concentrée à Santo.

21L’application de modèles analytiques a permis d’estimer à partir des paramètres de croissance une mortalité par pêche optimale pour chaque espèce. Cette valeur théorique est utilisée pour évaluer ce que pourrait être le potentiel de pêche dans le cadre d’une exploitation optimale. Les résultats sont présentés dans l’annexe 5. Toutes espèces confondues, la prise maximale soutenue a été estimée à 586 tonnes. Cette valeur est proche de celle évaluée par Brouard et Grandperrin (1984). Dans l’état actuel, il apparaît clairement que l’effort de pêche peut être augmenté de deux à trois fois sans craindre la surexploitation. Toutefois, il faut considérer cette évaluation avec précaution puisqu’elle ne s’appuie que sur une situation virtuelle, à savoir une PMS qui n’a jamais été atteinte.

Figure 19 - Comparaison des rendements moyens réalisés sur 15 îles ou groupes d’îles, de 1983 à 1990

Figure 19 - Comparaison des rendements moyens réalisés sur 15 îles ou groupes d’îles, de 1983 à 1990

22La forte dispersion des lieux de pêche et la difficulté d’accès à certaines côtes peut rendre une partie de la biomasse inaccessible. Dans le contexte du modèle de Schaefer (1957), Laloë (1989) a montré par exemple que si la moitié de la biomasse vierge est hors d’atteinte de l’exploitation, alors l’effort de pêche peut être augmenté à l’infini avec une capture tendant vers la prise maximale soutenue. Toutefois, l’analyse des fréquences annuelles de taille montre que les espèces exploitées sont de croissance lente (annexe 5) et que leur maturité sexuelle tardive (Brouard et Grandperrin, 1984) les rend particulièrement sensibles à la pression de pêche. La ressource étant peu mobile (Cillaurren et al., 1998), un risque de surexploitation localisée existe, en particulier avec l’usage des palangres de fond qui sont plus performantes que la ligne verticale. Il apparaît judicieux de contrôler la croissance de l’effort de pêche et d’identifier des zones à risque selon leur isolement d’une part et la présence d’abondances localisées d’autre part. Ainsi Tanna, Erromango et Aniwa séparées des autres îles par des grands fonds (supérieurs à 1 000 m) sont des lieux des captures de Serranidae. Les archipels des Banks et des Torres sont également très isolés mais l’accès à leurs zones de pêche est extrêmement difficile. À l’est, le groupe d’îles constitué par Ambae, Maewo et Pentecost constituent, de part leur morphologie d’îles hautes aux pentes étroites, des isolats au sein desquels des captures conséquentes d’Etelidae ont été réalisées. Enfin Lutjanus malabaricus qui disparaît du nord au sud de l’archipel est particulièrement capturé à Santo et Malakula.

Figure 20 - Évolution annuelle des CPUE sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 20 - Évolution annuelle des CPUE sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 21 - Évolution annuelle des coûts de la pêche sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 21 - Évolution annuelle des coûts de la pêche sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 22 - Évolution annuelle des bénéfices sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 22 - Évolution annuelle des bénéfices sur sept îles ou groupes d’îles, de 1987 à 1990

Figure 23 - Comparaison des coûts et des bénéfices de la pêche villageoise à Vanuatu de 1987 à 1990

Figure 23 - Comparaison des coûts et des bénéfices de la pêche villageoise à Vanuatu de 1987 à 1990

Carte 59 - Répartition géographique des prises maximales soutenues et des efforts optimaux estimés
La détermination d’une prise maximale soutenue (PMS) par île est à priori délicate compte tenu du fait que l’effort et la production totale n’ont pas été établis par zone géographique. La démarche qui consiste à déterminer une production optimale par unité de surface est destinée à permettre une meilleure gestion pour une pêcherie qui est spatialement éclatée. Les régions offrant le meilleur potentiel de pêche regroupent Santo, Malakula et Efate qui par ailleurs sont les trois îles principales de l’archipel en terme de population et d’infrastructures ; c’est en effet dans ces îles que la pêcherie villageoise s’est principalement développée.

23Un potentiel d’exploitation a été évalué pour chaque île en rapportant à la surface exploitable la PMS estimée pour l’ensemble de l’archipel ; les résultats sont présentés sur la carte 59. Santo, Malakula et Efate occuperaient une place prépondérante dans l’exploitation commerciale des poissons de profondeur. Les îles Banks et Erromango présenteraient également des potentialités intéressantes qui n’ont pas encore été exploitées. Selon l’activité des bateaux estimée par Brouard et Grandperrin (1984) à 150 sorties annuelles de pêche profonde avec un rendement de 31 kg par sortie, correspondant aux rendements moyens réalisés au cours de la période 1982-1991, le potentiel d’exploitation optimal pourrait être réalisé par une flottille de 130 bateaux environ. En se basant sur un prix moyen de vente établi au marché de Port Vila et équivalent à 500 vatu le kg, cette production représenterait un chiffre d’affaires annuel d’environ 300 millions de vatu.

24Cette évaluation est à considérer avec précaution ; elle apporte toutefois une indication sur un potentiel d’exploitation permettant ainsi au départ de fixer des quotas ou un prix initial pour les licences de pêche. Il est clair toutefois que le système de collecte de l’information doit être maintenu de manière à pouvoir réajuster ces estimations, ce processus ne pouvant réellement se réaliser que lorsque l’effort de pêche sera assez conséquent pour induire une réponse du stock.

1. Introduction

1.1. Background

25The first datasets available on deep-sea fishing were obtained in SPC exploratory expeditions in Vanuatu (Humes, 1975, 1976; Fusimalohi, 1979). In 1981, after the formally structured Fisheries Department was set up, the Village Fisheries Development Programme (VFDP) was launched to promote the intensive development of small-scale deep-sea fishing. This soon led to the creation of more than 200 fishermens’ associations throughout the archipelago.

  • 5 Hereafter, these associations are referred to as "studied associations", while those whose activiti (...)

26The activities of 119 of these associations (Map 56, Appendix 1) were monitored5 by VFDP and ORSTOM to determine their fisheries potential and management parameters—the overall aim of this incentive was to come up with a fisheries development decision-support tool.

Figures 8 - Geographical distribution and annual patterns of fishermens’ associations

Figures 8 - Geographical distribution and annual patterns of fishermens’ associations

Geographical distribution

Map 56 - Locations of fishermens' associations in Vanuatu (1982 to 1991)
Most of the 119 studied fishermens’ associations have access to communications networks and are near populated areas. There are 12 fishermens’ associations in Port Vila, the capital, and Luganville, the other urban centre in Vanuatu.

Sources : David, 1985

27The geographical distribution and temporal development patterns of the studied associations clearly reflect the patterns of all of the fishermens’ associations (Fig. 8), and the length of time these associations lasted was found to vary according to the island (Map 56).

1.2. Fishing techniques

  • 6 Independent fishermen do not receive any financial, material or training aid from the Fisheries Dep (...)

28Until the late 1980s, most fishing was done with a manual wooden reel, monofilament line fitted with a metal leader, three hooks and a weight (Fig. 9). This fishing was undertaken during the day or at night, usually drifting—very little deepwater mooring with a grab anchor was practised (Guldbransen, 1977; Crossland & Grandperrin, 1980). Deep longline fishing was only a marginal technique until the 1990s when it was gradually adopted by independent fishermen6 and some associations. Reel and lines are also used for troll fishing, mainly for tuna, around FADs and on the way to deep-sea fishing grounds. Fishing trips are rarely longer than 2 days, and most are less than 12 h long (Fig. 10).

1.3. Data sources, quality and processing

29It was not possible to send survey agents everywhere to monitor the landings as there were many associations scattered throughout Vanuatu. Each association was thus asked to fill in its own fisheries questionnaire (Appendix 2). Information on fishing trip dates and hours, fishing grounds, fishing depths (evaluated in terms of the number of reel turns) were noted, along with catch weights, income and expenses, fork length measurements of the most common catch species (Fig. 11). Fishermen were thus instructed on how to fill in the questionnaires, identify the different species, and measure the fish. Interestingly, the fishermen had little trouble in quoting the scientific names of the different species. From 1983 to 1991, 119 associations supplied information on periods ranging from a few months to 9 years (Tables 7). Overall, 10 632 fishing trips, experimental fisheries included, were recorded and 136 307 fish measured between 1981 and 1991.

  • 7 FAO: Food and Agriculture Organization of the United Nations

Figures 9 - Fishing gear
The manual wooden fishing reel is a home-made device developed by FAO7 in 1976 which has been widely adopted in the Pacific Islands (Guldbransen, 1977). In Vanuatu, this device has replaced the bicycle pedal mechanism and is generally used on powerboats, but sometimes also on traditional dugout canoes. The fishing line on these reels is used for trolling and deep-sea fishing. In this latter case, it descends vertically from the fishing boat with the motor off. Three hooks set at about 50 cm intervals are baited with skipjack tuna or sardines. The line is only fitted with a small weight as it remains in the water for a very short amount of time.

Fishing reel (Western Samoa model)

Leader

Figures 10 - Fishing trip times
Of all of the fishing trips surveyed, about 70% lasted a day or less, 28% lasted 2 days, and none of them lasted more than 5 days. Most of the day trips lasted 5-12 h.

Distribution of the number of fishing trips according to their duration in days

Distribution of the number of daily trips according to their duration in hours

Table 7a - Experimental fisheries

Table 7a - Experimental fisheries

note: decimal points are represented by commas

Table 7b - Village fisheries

Table 7b - Village fisheries

note: decimal points are represented by commas

Return from a good fishing trip

Fish fork length measurement

Figure 11 - Fish illustrations

Figure 11 - Fish illustrations

Sources : from the illustrations in the "FAO Species catalogue", Vol. 6 & 16, Rome, 1985, 1993

30The number of days-lines was selected as the unit of effort, i. e. the number of lines multiplied by the days spent on fishing. The days number was selected over the number of hours, as fishermen usually cannot accurately note fishing times during a trip. On the other hand, they have no problem in noting the number of lines since they correspond to the number of reels used on the fishing vessel. The yield, i. e. the catch per unit effort (CPUE), was expressed in terms of the catch with a line over a day (day-line). For all of the fishing trips studied, there were 12 700 days, with a total catch of 331 t for an effort of 28 619 days-lines and a mean yield of 11.6 kg/day-line.

Table 8 - Data used for studying the 11 main species
Based on the fish length, a weight yield can be calculated by the following formula: W = a x Lb, where
W = weight (g)
L = fork length (cm)
a and b = constants determined for the 11 main species (Brouard & Grandperrin, 1984, Schaan et al., 1987).

note: decimal points are represented by commas
The total yield for all species is established and can be compared to the calculated yield. A ratio between the established weight and the estimated weight can be used to select the fishing trips for which the whole catch was identified and measured. After selecting the fishing trips as a function of the ratio between the established weight and estimated weight, the statistical analysis highlighted a total production of 110 t and 51 260 fish caught during 9 775 days-lines. Hence, about a third of the information was considered for the species study.

31Valid data is essential for the purposes of analyses. Questionnaires with obvious mistakes were first eliminated, e. g. return dates before departure dates, fishing hours longer than the total time between the departure and the return, number of days greater than the endurance range of the fishing vessel, etc. A series of three operations was then performed:

    • 8 The acceptable 20% difference between the total declared weight on the questionnaire and the total (...)

    for the species study, questionnaires were selected when the catch weight reported by the fishermen was not more or less than 20% of the weight calculated on the basis of length-weight ratios drawn up for each of the 11 species studied8 (Brouard & Grandperrin, 1984; Schaan et al., 1987) (Table 8);

  • of these latter questionnaires, we only considered those for which the depths reported by the fishermen were in line with the habitats of the fish caught, as described by Brouard & Grandperrin (1984);

  • a minimum fishing effort of 26 days-lines was required to calculate the CPUEs (Appendix 3).

2. The overall fisheries situation

2.1. Deep-sea fisheries production in Vanuatu

32In Vanuatu, the total deep-sea fish catch represents the sum of catches of the fishermens’ associations and the independent fishermen. Available data on their respective activities are summarized in Table 9—but these data are incomplete as, depending on the case, they only concern deep-sea fish catches or total catches, including trolling catches. Several methods were thus used to assess total production:

  • for the non-studied associations, it was assumed that the catch compositions were the same as those of the studied associations. Deep-sea fish catches were calculated on this basis for the 1983-1987 period, and these results were subsequently extrapolated for the 1988-1991 period using the ratio of the catches to the number of associations (Appendix 4);

    • 9 Although they sell most of their fish to hotels and restaurants, part of the catches are sold in Na (...)

    for the independent fishermen, the purchase record book of the Natai fish market in Port Vila was consulted—it lists all of the deepsea fish sellers (Table 9, Appendix 4). The regular sellers were identified9, and their yields were estimated close to the mean annual yield of the fishermens’ associations.

Table 9 - Available commercial fisheries information (1983-1991)

Table 9 - Available commercial fisheries information (1983-1991)

33The total annual production for the archipelago is the sum of the production of the studied and non-studied fishermens’ associations and of the independent fishermen. The annual total deep-sea production patterns are shown in Figure 12. Surveys were only undertaken by the Fisheries Department boats during the first 3 years, with the VFDP vessels involved as of 1982. There was a sharp increase in production in 1984, which accelerated in 1987 to peak in 1989, followed by a decline.

Figure 12 - Annual production patterns according to sources
The total production increased sharply until 1985, decreased in 1987, increased again to reach a peak in 1988, and remained high until 1990. Independent fishermens’ production represented about 15% of the entire production for Vanuatu and the patterns parallelled those of the non-studied associations. Production data reported by the studied associations stagnated from 1983 to 1985, probably because of the time required to establish the statistical database.

2.2. Fishing yields

2.2.1. Mean yields in the archipelago

34Annual patterns concerning the fishing effort, yields (total catch weights and fish numbers), and mean catches are presented in Figures 13. As of 1983, there was a steady rise in the overall fishing effort, as shown by the regular increase in the number of fishermens’ associations. As of 1989, this trend was reversed as there were too many associations for the market volume and local outlet potential. Many associations were therefore disbanded due to a lack of sufficient income.

Figures 13 - Annual overall fishing effort, catch patterns per unit of effort and mean weight

Figures 13 - Annual overall fishing effort, catch patterns per unit of effort and mean weight

Figure 13 a - Fishing effort

Figure 13 b - Catch in numbers per unit of effort and mean catch Weight

Figure 13 c - Catch in weight per unit of effort

Map 57 - Annual overall fishing effort and CPUE patterns per depth from 1980 to 1991

For all islands, the most fished water layer is between 100 and 300 m. In islands with highly intensive fishing activities, i. e. Santo, Malakula and Efate, the vertical distribution of the fishing effort shows two peaks, one around 200 m and the other between 300 and 400 m. Yields increased substantially with depth at Santo, Malakula, Efate and Maewo. On the other hand, maximum CPUEs were noted between 100 and 200 m at Tanna.

35The fishing effort patterns of the studied associations were in line with the general fisheries trends in Vanuatu, except between 1983 and 1985 when this effort declined (Fig. 13a). In 1980 and 1981, the fishing effort only involved exploratory fishing carried out by master fishermen of SPC and the Fisheries Department. The skills of these fishermen could account for the high yields obtained over this period. As of 1984, as the association fishermen gained experience, there was a marked rise in fish number yields (Fig. 13b). However, there was a much less substantial increase in weight yields (Fig. 13c) in part beause the mean catch weights had declined.

2.2.2. Regional fishing yield patterns

36The mean fishing yields per island were not uniform over the study period, i. e. they were lower in Ambae, Paama, Epi and Aniwa than in the rest of the country (Tables 7). The annual fishing effort and weight yield patterns for each island are shown on Map 57. Apart from Santo, Paama and Efate, where there was a very high fishing effort during the initial years, the main fishing effort began in 1985. For about 10 years, fisheries activities did not decline in Malakula and Santo, contrary to other islands where deep-sea fishing activities were stalled for one to several years. There were no clear trends in annual fishing yields.

2.3. Species and their habitats

2.3.1. Overview

37Eleven species belonging to two families, i. e. red snappers or Lutjanidae and groupers or Serranidae, account for more than 80% of the fisheries production of Vanuatu. Almost half of the production identified are Etelis spp., a third are Pristipomoides spp., and the rest includes Epinephelus spp., Lutjanus malabaricus and Aphareus rutilans (Fig. 14). The mean sizes are represented by modal lengths determined during experimental fishing trips (Brouard & Grandperrin, 1984). Village fisheries catch sizes range from 20 to 100 cm for Etelis spp., and Aphareus rutilans spp. (jobfish), from 16 to 120 cm for Epinephelus, and 25-80 cm for Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus (Fig. 15). Some quite large fish were recorded for some species like Etelis carbunculus, but this seems to be a regional phenomenon.

38Villagers mainly fished with lines fitted with three hooks. This technique is known to be selective in favour of fish smaller than 45 cm in length (Ralston, 1982), indicating that Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus were undersampled. In the light of the reported sizes of fish at sexual maturity (Brouard & Grandperrin, 1984), mainly adult fish are caught by the fisheries industry.

Figure 14 - Specific composition of bottom-dwelling fisheries production

Figure 14 - Specific composition of bottom-dwelling fisheries production

note: decimal points are represented by commas

39The vertical distribution of the fishing effort shows two peaks located between 150 and 200 m and between 250 and 300 m depths, with a subsequent sharp decline to a minimum at around 400 m. Fishing yields (weight) increase steadily from the surface to reach a maximum at 400 m depth (Figure 16). There is almost no fishing effort below 500 m depth.

Figures 15 - Size frequencies of the 11 main species

Figures 15 - Size frequencies of the 11 main species

40The vertical distribution of fish species shows clear habitat stratification (Fig. 17). Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus inhabit the water layer between 25 m and 300 m depth. Etelis spp. are the main fish caught below 200 m depth, and E. carbunculus is caught at the deepest levels. Groupers (Epinephelus spp.) and Aphareus rutilans are the most common species in the intermediate waters between 100 and 350 m depth—these fish do not seem to be very depth-specific.

Figure 16 - Vertical distribution of yields according to weight and fishing effort
The vertical distribution of the fishing effort highlights that fishermen preferred to fish at depths of less than 300 m. Surprisingly, maximum yields were obtained at 300-400 m depth, a level at which the fishing effort declines. Fishing with a vertical line is difficult at great depths, which could account for the fact that most of the fishing effort was focused closer to the surface. Moreover, Brouard & Grandperrin (1984) showed that the largest species inhabit the deepest strata, thus explaining the increased CPUE in weight as a function of depth.

41Two groups of species are the main targets of fishermen, i. e. Pristipomoides spp. and Lutjanus malabaricus within the 100-250 m layer, and Etelis spp. in the 200-400 m layer. These species seem to be much more gregarious than Epinephelus spp., which are considered to be solitary territorial fish (Moffit, 1993). Groupers seem to be bottom feeders and Lutjanidae species can also seek food close to the seabed. For all of the fish species studied, larval and juvenile forms are pelagic, preferentially colonizing coastal waters, and nycthemerally migrate vertically—surfacing only at night (Parrisch, 1987).

2.3.2. Regional patterns

42The vertical fishing effort distribution patterns differed little between the islands (Map 57). Generally, the highest fishing yields do not correspond to maximum fishing efforts.

43The most commonly caught species (Etelis spp. and Pristipomoides spp.) are found around all of the islands (Map 58). A few trends were noted in the catches: Etelis spp. are preferential targets in the eastern part of the archipelago, and there is higher Pristipomoides production in the western and southern sectors. Note also that Lutjanus malabaricus had almost completely disappeared in southern Vanuatu.

Figures 17 - Vertical distribution of catches for the 11 main species

Figures 17 - Vertical distribution of catches for the 11 main species

2.4. The fisheries potential

44The fisheries potential is a complex concept involving various factors associated with the socioeconomic setting and resource availability. In terms of resources, assessing maximum sustained yield (MSY) and optimal fishing effort are key resource management concerns. These indicators can be simulated by two types of models. Surplus yield models (Schaefer, 1957; Fox, 1970) describe catch patterns and predict catch sizes solely on the basis of one parameter, i. e. fishing pressure. Analytical models (Allen, 1966 in Sainsbury, 1984; Beverton & Holt, 1957; Leslie in Ricker, 1980) integrate parameters associated with the biology of the fish species (growth, reproduction, mortality) and the fishing process (fisheries recruitment, fishing mortality, catchability) to assess MSY. Nevertheless, MSY or optimal fishing effort clearly can only be assessed if resource use is optimal (Hilborn & Walters, 1992).

Map 58 - Specific composition of catches
The two main Etelis species, E. carbunculus and E. coruscans, are mainly fished near islands in the archipelago that are exposed to southeasterly winds. E. radiosus, the third species of the group, seems to be widely distributed but with maximum yield recorded at Tongoa and Tanna. Moreover, especially high yields were recorded at Maewo and Paama for E. carbunculus and at Maewo for E. coruscans.
As noted for Etelis spp., the three Pristipomoides species seemed to be widely distributed around many islands, but there were similarities with respect to the geographical distributions noted for E. radiosus. Tongoa recorded the highest CPUEs for P. multidens while there were very high yields of P. filamentosus at Tanna.
The Epinephelus group is mainly caught in Ambrym, Pentecost and Tanna. Lutjanus malabaricus has declined throughout Vanuatu from north to south and east to west. Aphareus rutilans catches are specifically localized around Maewo.

Figure 18 - Relations between total production and fishing effort in commercial fisheries between 1980 and 1991
Catches and effort increased in parallel. However, between 1987 and 1989 yields remained stable despite intensive fishing during this period, but an equilibrium was clearly not reached.

45This is far from being the case, as illustrated in Figure 18. Indeed, the parallel progression of the fishing effort and fisheries catches over the years indicates that there is no clear response of the fish stock to fishing pressure—it could be expected that an increase in fishing effort would prompt a decline in catches. This indicates that the fish stocks remain underfished. In this context, it would be difficult to assess the situation with a surplus-yield model. The decrease in catches between 1989 and 1991 was likely due to the decline in fisheries activities. The general yearly mean yields, and the costs and benefits per island or group of islands are given in Figures 19-23. Yields increased over the years of fisheries resource use for all islands except Epi and Banks. An increase in costs and benefits—an indicator of fisheries development—was only noted for Santo and Pentecost.

Figure 19 - Average yield patterns on 15 islands or group of islands (1983-1990)

Figure 19 - Average yield patterns on 15 islands or group of islands (1983-1990)

46There was a clear deficit at Malakula, and Efate, the main urban centre, as fisheries costs cut seriously into the profits. For the whole country, a cost-benefit analysis highlighted a gradual increase in profits from fisheries activities over the years, mainly thanks to the income generated by Santo fisheries. The fisheries bases became increasingly fragmented, leading to a decline in small-scale fisheries—which was mainly focused in Santo in the 1990s.

47Analytical models were used to assess optimal fishing mortality for each species on the basis of growth parameters. This theoretical value is used to estimate the fisheries potential under optimal fishing conditions. The results are presented in Appendix 5. For all species, MSY was estimated at 586 t, close to the results reported by Brouard & Grandperrin (1984). It now seems clear that the fishing effort can be increased 2- to 3-fold without risking overuse of the resources. However, it should be kept in mind that such estimates are based on virtual situations, i. e. the MSY is never reached and should thus be considered with caution.

48Moreover, some of the biomass is relatively inaccessible because of the widely dispersed fishing grounds and poor accessibility along some coasts. Using the Schaefer model (1957), Laloë (1989) demonstrated that, as around half of the untouched biomass is beyond the reach of fishermen, the fishing effort could be increased infinitely without the MSY ever being reached. An analysis of annual size frequencies revealed that fished species have slow growth rates (Appendix 5), and the fact that they are slow in reaching sexual maturity (Brouard & Grandperrin, 1984) increases their susceptibility to fishing pressure. As this is a sedentary resource (Cillaurren et al., 1998), there could be localized incidents of overuse, especially with the increased use of longlines, which are more efficient than standard fishing lines. It would thus be advisable to delineate risk zones on the basis of their isolation and the presence of localized abundant fish stocks. Serranidae species are caught around Tanna, Erromango and Aniwa, which are separated from the other islands by deep waters (more than 1 000 m in depth). Banks and Torres archipelagos are also very isolated but there is very poor access to their fishing areas. In the eastern part of Vanuatu, another group of islands, including Ambae, Maewo and Pentecost, are very high, with sharp slopes, thus forming isolated fishing grounds where Etelidae species are caught. Finally, Lutjanus malabaricus, which has more or less disappeared from northern to southern Vanuatu, is mainly caught around Santo and Malakula.

Figure 20 - Annual CPUE patterns on 7 islands or group of islands between (1987-1990)

Figure 20 - Annual CPUE patterns on 7 islands or group of islands between (1987-1990)

Figure 21 - Annual fishing cost patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)

Figure 21 - Annual fishing cost patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)

Figure 22 - Annual fishing benefit patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)

Figure 22 - Annual fishing benefit patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)

Figure 23 - Costs and benefits of village fisheries

Figure 23 - Costs and benefits of village fisheries

Map 59 - Geographical distribution with respect to maximum sustained yields and optimal fishing effort
It is theoretically difficult to determine the maximum sustainable yield (MSY) per-island as the effort and total production are not established on a geographical zone basis. Determining optimal production per unit area is aimed at enhancing management of fisheries activities that are spatially dispersed. The best fisheries development potentials could likely be encountered in Santo, Malakula and Efate, i. e. the three main inhabited and infrastructured islands of the archipelago. Village fisheries are well developed in these regions.

49The fisheries potential of each island was assessed with respect to the potential fishing area and the estimated MSY for Vanuatu (Map 59). Santo, Malakula and Efate are important islands for commercial deep-sea fisheries. Banks and Erromango also have a considerable fisheries potential that has not yet been tapped. Based on the fishing vessel activity estimated by Brouard & Grandperrin (1984), i. e. 150 deep-sea fishing trips a year with a yield of 31 kg of fish per trip, corresponding to mean yields for the 1982-1991 period, the optimal fisheries potential could be achieved with around 130 vessels. This production potential would represent annual incomes of around 300 million vatus, based on a mean selling price of 500 vatu/kg on Port Vila markets.

50This assessment should be considered with caution, but it still gives an indication of the fisheries potential, and could be used for establishing initial quotas and fishing license costs. It would also be essential to maintain an efficient data collection system in order to be able to adjust these estimates, but this is not very easy to implement when the fishing effort is not sufficient to induce a response from the fish stock.

Anmerkungen

1 Dans la suite du texte, ces associations seront désignées par l’expression « associations étudiées ». À l’inverse, les associations dont les activités n’ont pas fait l’objet d’un suivi statistique seront désignées par l’expression « associations non étudiées ».

2 Les pêcheurs indépendants ne bénéficient pas d’aide financière, matérielle et de formation de la part du Service des Pêches; bien qu’ils vendent leurs prises en priorité aux hôtels et aux restaurants, une partie de leurs captures peut être vendue au marché de poissons Nataï.

3 L’écart de 20 % toléré entre le poids total déclaré sur le formulaire et le poids total calculé à partir de la relation longueur-poids permet de ne pas tenir compte des différences dues aux pesées de poissons vidés et à la capture occasionnelle d’espèces autres que les onze espèces principales.

4 Ces derniers, bien que vendant prioritairement aux hôtels et aux restaurants, font aussi appel à Nataï pour écouler leur production. Ils ont été déterminés comme ceux dont les ventes annuelles dépassaient la moyenne des ventes annuelles de l’ensemble des pêcheurs indépendants.

5 Hereafter, these associations are referred to as "studied associations", while those whose activities were not monitored statistically are referred to as "non-studied associations".

6 Independent fishermen do not receive any financial, material or training aid from the Fisheries Department. They sell most of their fish to hotels and restaurants, but some is also sold on the Natai fish market.

7 FAO: Food and Agriculture Organization of the United Nations

8 The acceptable 20% difference between the total declared weight on the questionnaire and the total weight calculated on the basis of the length-weight ratio makes it possible to overlook differences due to weighing cleaned fish or to occasional catches of species other than the 11 main species.

9 Although they sell most of their fish to hotels and restaurants, part of the catches are sold in Natai market. They were identified as sellers whose annual sales volumes were higher than the mean annual sales volumes of all independent fishermen.

Abbildungsverzeichnis

Titel Figures 8 - Geographical distribution and annual patterns of fishermens’ associations
Bildunterschrift Geographical distribution
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Bildunterschrift Annual patterns
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 48k
Titel Table 7a - Experimental fisheries
Bildunterschrift note: decimal points are represented by commas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Titel Table 7b - Village fisheries
Bildunterschrift note: decimal points are represented by commas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Bildunterschrift Return from a good fishing trip
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Bildunterschrift Fish fork length measurement
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift Fish gutting
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Titel Figure 11 - Fish illustrations
Bildunterschrift Sources : from the illustrations in the "FAO Species catalogue", Vol. 6 & 16, Rome, 1985, 1993
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Titel Table 9 - Available commercial fisheries information (1983-1991)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Titel Figures 13 - Annual overall fishing effort, catch patterns per unit of effort and mean weight
Bildunterschrift Figure 13 a - Fishing effort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Bildunterschrift Figure 13 b - Catch in numbers per unit of effort and mean catch Weight
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Bildunterschrift Figure 13 c - Catch in weight per unit of effort
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 376k
Titel Figure 14 - Specific composition of bottom-dwelling fisheries production
Bildunterschrift note: decimal points are represented by commas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 68k
Titel Figures 15 - Size frequencies of the 11 main species
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Titel Figures 17 - Vertical distribution of catches for the 11 main species
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Titel Figure 19 - Average yield patterns on 15 islands or group of islands (1983-1990)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 48k
Titel Figure 20 - Annual CPUE patterns on 7 islands or group of islands between (1987-1990)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Titel Figure 21 - Annual fishing cost patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 64k
Titel Figure 22 - Annual fishing benefit patterns on 7 islands or group of islands (1987-1990)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-30.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Titel Figure 23 - Costs and benefits of village fisheries
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-31.jpg
Datei image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10693/img-32.jpg
Datei image/jpeg, 116k

© IRD Éditions, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540