Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu / Coastal Fisheries Atlas of Vanuatu

 | 
Espérance Cillaurren
, 
Gilbert David
, 
René Grandperrin

La pêche villageoise de subsistence / Subsistence village fisheries

La pêche villageoise de subsistance

Subsistence village fisheries

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 L’ORSTOM est devenu l’IRD (Institut de recherche pour le développement) en novembre 1998.

1Par le nombre de personnes qu’elle concerne et par les tonnages qu’elle produit, la petite pêche villageoise de subsistance constitue un secteur essentiel pour la sécurité alimentaire de Vanuatu. Jusqu’au début des années quatre-vingt, cette pêche est mal connue : les données bibliographiques la concernant sont peu nombreuses et anciennes, qu’il s’agisse de récits de voyage (compte-rendus d’escales de navire, rapports de missions d’administrateurs des colonies, mémoires de marins ou récits de voyages scientifiques), de monographies d’ethnologues ou de géographes concernant un village ou une île, de mémoires de missionnaires, de synthèses nationales ou régionales. La pêche n’y occupe que quelques paragraphes voire quelques lignes, habituellement consacrées à la description d’embarcations, d’engins de capture ou de techniques. Les informations quantitatives sont rares. Ce contexte a incité le Service des Pêches et l’ORSTOM1 à proposer au Service du plan et de la statistique de Vanuatu d’inclure un questionnaire sur la pêche dans le recensement de l’agriculture que celui-ci a effectué de juillet à novembre 1983. Cinq thèmes ont été retenus : les pêcheurs, la flotte de pêche, les engins de capture, la production et l’utilisation qui en est faite. À la fois unité de production et unité de consommation, le ménage est l’unité statistique sur la base de laquelle s’est effectuée la collecte des données. Au total, 130 villages (16 % de l’ensemble national), répartis dans 26 des principales îles de l’archipel, ont été visités. Dans chacun d’eux, dix ménages ont été enquêtés, soit un ensemble de 1 347 ménages, représentant 7 % de la population rurale du pays.

Cette première enquête a été suivie de deux études complémentaires qui se sont respectivement déroulées dans 78 et 52 des 130 villages précédemment visités. La première visait à situer l’activité et la production halieutique dans le contexte global de l’économie villageoise, à déterminer les parts respectives de l’autoconsommation et de la commercialisation dans l’utilisation des produits de la pêche, et à estimer la place prise par ceux-ci dans le budget des ménages. La seconde étude a été réalisée en 1984 pour préciser la fréquence de l’activité halieutique, les stratégies et les tactiques de capture, l’effort de pêche, les rendements par engin et la composition des prises.

2Le taux d’équipement d’un ménage a été établi selon le nombre d’engins ou d’embarcations qu’il possède. Dans le cas particulier où le ménage propriétaire ne possède qu’un engin ou qu’une embarcation, le taux d’équipement est alors assimilé au pourcentage de ménages possédant cet équipement dans l’ensemble de la population de référence. Celle-ci est représentée par l’ensemble de la population littorale. Elle a été déterminée à partir des résultats des recensements de population effectués en 1979 et en 1989, les chiffres de population n’étant pas connus pour 1983 et 1993, années des recensements agricoles. L’accroissement démographique entre 1979 et 1983 et entre 1989 et 1993 n’étant de ce fait pas pris en compte, il en résulte une sous-estimation de la population de référence, donc une sous-estimation de l’équipement des ménages. À la différence des embarcations, le taux d’équipement en engins de pêche devrait prendre en compte la seule population de pêcheurs. Celle-ci n’étant pas donnée par le recensement agricole de 1993, la population littorale a été retenue comme population de référence. Le taux d’équipement ainsi calculé est un paramètre global qui intègre deux variables : d’une part le nombre d’engins d’un même type par ménage, d’autre part le pourcentage de ces ménages propriétaires dans la population littorale.

3Par son ampleur et sa rigueur, ce recensement a constitué un événement à l’échelle du Pacifique insulaire où, d’une manière générale, les informations statistiques concernant la petite pêche villageoise sont rares et peu précises. En 1993, une actualisation de ce recensement a été effectuée. Le protocole d’échantillonnage et les formulaires d’enquêtes étaient similaires aux précédents (Marshall, 1986, 1993). Il est donc possible d’établir un bilan décennal de l’évolution de la petite pêche villageoise de subsistance à Vanuatu.

2. Flottille et matériel de pêche

2.1. Les embarcations

4De 1983 à 1993, le nombre d’embarcations s’est accru d’un tiers sur l’ensemble du pays, cette évolution présentant de grandes disparités selon les régions (carte 27). Neuf embarcations sur dix sont des pirogues monoxyles munies d’un unique balancier et propulsées à la pagaie (figures 7). Leurs dimensions réduites – de 2 à 4 m – et leurs performances nautiques médiocres n’autorisent guère les sorties en haute mer, hormis pour les quelques pirogues à voile, dont la taille peut atteindre les dix mètres, qui naviguent encore dans le sud de Malakula. Elles servent essentiellement au transport des produits agricoles entre les îlots où réside la population et la grande île où se situent les jardins vivriers. En 1983, Malakula et Efate abritaient plus de la moitié des pirogues de l’archipel. Dix ans plus tard, la répartition géographique de la flotte piroguière est plus homogène et plus d’un ménage du littoral sur trois possède une pirogue (cartes 28). L’incidence de cette évolution sur l’effort de pêche est difficile à estimer puisque les pirogues sont avant tout des embarcations polyvalentes plus dédiées aux déplacements et au transport qu’à la pêche.

Figures 7 - Pirogues monoxyles à Vanuatu

Figures 7 - Pirogues monoxyles à Vanuatu

Pirogue à balancier d’Ambrym

Pirogue à voile de Malakula

5Bien que le nombre d’embarcations à moteurs ait progressé de 42 % entre 1983 et 1993, elles ne forment toujours que 10 % de la flotte (cartes 29).

Carte 27 - La flottille de pêche de 1983 à 1993 par région
Seulement quatre régions ont connu une progression significative du nombre de pirogues et de bateaux à moteur. Parmi celles-ci, on établira une différence entre Ambrym et Paama, où la flotte de pêche était presque inexistante en 1983, et Malakula et Santo-Malo où elle était déjà bien développée.
Le coût de la construction de pirogues est minime car elle est généralement le fait des utilisateurs eux-mêmes. En revanche, l’achat d’une embarcation à moteur constitue un investissement lourd dont l’amortissement implique une économie suffisamment dynamique.
De 1983 à 1993, la variation du rapport entre le nombre de bateaux et le nombre de moteurs traduit l’évolution de l’état de la flotte motorisée. À Santo, Malakula et Efate, le nombre des bateaux a plus progressé que le nombre des moteurs ; à Ambrym, Paama et Banks-Torres, c’est l’inverse. Quant aux Shepherds, à Tafea et à Ambae-Maewo, le nombre des moteurs a regressé de manière concomitante à celui des bateaux. Les quatre prochaines cartes vont permettre de préciser ces tendances globales issues de l’analyse de la matrice présentée ici en légende.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1991

Cartes 28 - Équipement en pirogues de la population littorale par région en 1983 et 1993
En 1983, sur l'ensemble du littoral, près d'un ménage sur trois possède une pirogue. Ce taux d'équipement est maximal à Efate où il concerne plus d’un ménage sur deux, et minimal à Ambrym, Paama et aux Shepherds. Dix ans plus tard, l'évolution de la flottille piroguière s'est avérée positive et dépasse presque partout la croissance démographique. Pourtant à Efate, la diminution de 39 % de la flotte de pirogues a été concomitante avec le déclin de la population rurale qui a diminué de moitié en dix ans. Cette région reste toutefois la mieux équipée du pays avec plus de deux tiers des ménages possédant une pirogue.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 29 - Équipement en bateaux à moteur de la population littorale par région en 1983 et 1993
En 1993, comme dix ans auparavant, moins de 5 % des habitants du littoral possèdent un bateau à moteur. Hormis à Efate, qui profite du dynamisme économique insufflé par Port Vila, la capitale, l’équipement des ménages n’a progressé que dans les quatre régions (Santo-Malo, Malakula, Ambrym, Paama) qui étaient les moins bien équipées du pays en 1983. Ce rattrapage est particulièrement spectaculaire à Santo-Malo qui abrite l'École nationale des pêches, un petit chantier naval et un marché au poisson très dynamique. En revanche, l’évolution est négative à Tafea et à Ambae-Maewo où le parc de bateaux a régressé de 60 % en dix ans.


Cartes 30 - État des bateaux à moteur par région en 1983 et 1993
Tout bateau est estimé opérationnel s'il dispose au minimum d'un moteur, deux moteurs lui assurant une plus grande sécurité et évitant les interruptions d'activité qu'occasionnent les pannes d'un unique moteur. Lorsque le nombre de moteurs devient inférieur au nombre d'embarcations, ce n'est plus ce dernier qui permet de dénombrer la flotte de pêche mais le nombre de moteurs, les bateaux en excédent par rapport aux moteurs étant jugés en mauvais état et incapables de prendre la mer. De manière similaire, on peut considérer qu'un équipement supérieur à deux moteurs par bateau traduit plus le mauvais état d'une partie des moteurs que la parfaite opérationnalité de la flotte.
En 10 ans, l'état de la flotte a considérablement évolué. La situation de 1983 est encore marquée par les largesses économiques du condominium (sur l'ensemble du pays, le nombre de moteurs est 1,3 fois supérieur au nombre d'embarcations), mais aussi par de fortes disparités géographiques. À l'opulence de Santo-Malo et d'Efate correspondent le dénuement des Banks-Torres où seulement 30 % des embarcations disposent de moteurs. La situation de 1993 est plus homogène : aucune région ne présente un ratio inférieur à 0,4 et supérieur à 1,1 ; elle est également plus représentative des difficultés économiques que traverse le pays : 71 % seulement de l'ensemble des embarcations disposent d'un moteur.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

6Il s’agit de bateaux en bois ou en aluminium de 4 à 6 mètres de long, dotés d’un moteur de 25 CV dont la faible puissance limite considérablement leur rayon d’action lorsque la mer est formée. Comme pour les pirogues, cette flottille est utilisée pour le transport des personnes et des marchandises. Mais, en 1993 comme en 1983, l’emploi d’embarcations à moteur reste marginal et l’état de la flotte s’est dégradé (cartes 30).

2.2. Le matériel de pêche

7Comme dans de nombreux autres pays de l’Océanie insulaire, le matériel de pêche utilisé par les populations littorales de Vanuatu présente une grande variété, répondant à la fois à la diversité des biotopes exploités et à celle des espèces cibles. Il s’agit principalement d’engins de jet (sagaies, arcs et flèches, éperviers, fusils sous-marins) et d’engins dormants (nasses, filets maillants, parcs à poissons). Tous rentrent dans la catégorie des petits métiers et sont la propriété du pêcheur. Si les matériaux utilisés pour leur fabrication sont de plus en plus fréquemment d’origine industrielle, leur conception et leur utilisation restent simples. D’une manière générale, les engins sont peu coûteux; de faible encombrement, ils sont aisément transportables.

8À l’heure actuelle, les engins de fabrication traditionnelle ont tendance à devenir l’apanage d’un groupe (cartes 31 et 32) ; ainsi les arcs sont surtout utilisés par les enfants (cartes 33) tandis que les nasses sont réservées aux femmes. Employée par les hommes comme par les enfants, la sagaie reste l’engin traditionnel le plus répandu (cartes 34). La popularité dont jouit la ligne ne s’est pas démentie (cartes 35). Il y a encore une trentaine d’années, la ligne en nylon était l’unique engin « moderne ». D’un emploi très commun, elle est en vente partout à un prix modique, même dans les villages les plus reculés du littoral.

9D’une manière générale, les hommes se réservent l’utilisation des engins les plus coûteux tels que les filets droits (cartes 36) et les éperviers (cartes 37). Leur répartition géographique est étroitement dépendante du pouvoir d’achat et des facilités de transport entre les villages de pêcheurs, et les lieux de vente sont généralement situés dans les centres urbains ou les gros villages. Les fusils sous-marins sont apparus il y a moins de 30 ans (cartes 38). Hormis les fusils de fabrication industrielle, rares car coûteux et en vente exclusive dans les centres urbains, il existe des modèles locaux rudimentaires composés d’une flèche métallique et d’un propulseur en caoutchouc fixé sur un morceau de bois d’une dizaine de centimètres de longueur sur lequel s’appuie l’extrémité de la flèche.

10À côté d’engins consacrés exclusivement à la capture d’animaux aquatiques, on trouve également des outils plus polyvalents dont la pêche ne représente qu’une utilisation parmi d’autres. Le plus fréquent d’entre eux est le sabre d’abattis, dont tout ménage rural possède au minimum un exemplaire. Les pêcheurs l’emploient fréquemment pour « couper » les poissons piégés dans les mares du platier à marée descendante ou lors de sorties de nuit, à pied. Le sabre d’abattis est utilisé à la fois par les femmes, les adolescents et les hommes. Moins fréquentes et principalement réservées à l’usage des femmes, les tiges de fer servent à la capture de poulpes à marée basse ou pour la recherche de coquillages sous les rochers. Il s’agit fréquemment de la flèche usagée d’un fusil sous-marin fabriqué localement.

11Outre le matériel à usage durable, une autre catégorie d’instruments de pêche est représentée par les engins éphémères qui ne servent qu’une seule fois. Après avoir été tressées sous forme de nattes grossières, d’une dizaine de mètres de long, les palmes de cocotiers sont utilisées comme filet pour rabattre les petits poissons dans le fond des anses où ils sont tués à l’aide d’arcs et de flèches, de sagaies ou de sabres d’abattis. Cette méthode de pêche collective est toujours employée dans les îles Banks. Quant aux poisons végétaux, ils proviennent d’arbustes du littoral des genres Barringtonia et Derrys dont les feuilles ou les racines sont froissées, hachées en menus morceaux ou pilées avant d’être placées dans une mare où elles intoxiquent l’ensemble de la faune. Très populaires durant la première moitié du siècle, notamment après la seconde guerre mondiale, les explosifs ne sont heureusement plus guère utilisés en raison des difficultés d’approvisionnement et de la volonté du Gouvernement d’interdire leur emploi.

Pêcheur à pied avec un épervier

Carte 31 - Répartition spatiale des six types d'engins de capture en 1983
Lignes, sagaies, fusils sous-marins, arcs, filets maillants et éperviers sont par ordre d'importance croissant les six types d'engins de pêche les plus couramment utilisés à Vanuatu. Hormis dans deux régions, les lignes représentent partout de 40 à 75 % de cet ensemble avec une valeur moyenne de 57,5 % sur la totalité du pays. Les autres engins ont des répartitions spatiales moins homogènes, notamment les filets droits et les éperviers qui ne jouent un rôle significatif dans l'effort de pêche villageois qu'à Efate et aux Shepherds. Engins traditionnels, les sagaies et les arcs sont peu représentés dans les îles volcaniques aux côtes abruptes et aux platiers étroits de la partie centre orientale du pays : Ambrym, Ambae-Maewo, Pentecost et Tafea, dont la principale île, Tanna, est culturellement centrée sur la terre.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vilal, 1986

Carte 32 - Évolution du « parc » des engins de pêche entre 1983 et 1993
Du fait de leur prix élevé, au regard du modeste pouvoir d'achat de la population littorale, les filets droits et les éperviers sont les engins de capture les moins répandus. En 1983, ils ne représentent que 6 % des six principaux engins de capture et leur distribution géographique est très concentrée, quatre régions (Efate, Shepherds, Malakula et Santo-Malo) abritant huit engins sur dix. Dix ans plus tard, les filets ne forment toujours que 7 % du matériel de capture, bien que leur nombre ait doublé. Cette croissance, supérieure à celle des autres engins, affecte l'ensemble du pays et dénote la progression de l'économie monétaire et du pouvoir d'achat dans les communautés villageoises. Toutefois, celui-ci reste modeste au regard du prix de ces engins et constitue un puissant facteur limitant leur adoption. L'arc est l’unique engin dont le nombre ait quadruplé en dix ans, passant de 2 095 à 8 934 unités. Les sagaies et les fusils sous-marins sont les engins dont l'évolution a été la moins marquée. Leur croissance respective n’est que de 13 % et 39 % sur l'ensemble du pays, avec des régressions significatives à Efate (-39 %) et à Malakula (-22 %) pour les sagaies, et aux Banks (-34 %) pour les fusils sous-marins.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 33 - Équipement en arcs de la population littorale par région en 1983 et 1993
L'arc est d'un emploi polyvalent : il sert aussi bien pour la chasse que pour la pêche, lors de sorties à pied sur le platier récifal ; il est rare qu'il soit utilisé à partir d'une pirogue. Son usage est strictement masculin. Les archers sont de vieux pêcheurs, fidèles aux métiers d'autrefois, ou des enfants et des adolescents auxquels il permet d'exercer leur adresse. En dix ans, cette fonction « ludique » de l'arc s'est beaucoup développée ; elle est à l'origine d'une croissance spectaculaire du nombre d'arcs dans le pays (de 2 095 à 8 934 unités). De 1983 à 1993, le taux d'équipement moyen de la population littorale est passé de 1,6 à 6 engins pour 10 ménages. Cette évolution concerne principalement le nord du pays où l'emploi de l'arc était déjà commun en 1983. Ainsi, dans les régions Banks-Torres, Santo-Malo et Ambrym, le nombre moyen d'arcs par ménage a-t-il été respectivement triplé, quadruplé et décuplé de 1983 à 1993. Tafea, au sud du pays, a connu une évolution encore plus spectaculaire. En 1983, elle ne représentait que 4,5 % de l'effectif total des arcs utilisés à Vanuatu ; en 1993, elle en concentre désormais 29 %. Le centre du pays est la seule zone où le taux d'équipement des ménages est demeuré stable ou même a régressé, comme à Epi et aux Shepherds où le nombre d'arcs a diminué de 42 % de 1983 à 1993.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 34 - Équipement en sagaies de la population littorale par région en 1983 et 1993
La pêche à la sagaie se pratique généralement à pied, sur le platier récifal ou dans les herbiers de phanérogames marines. La sagaie est également parfois utilisée à partir d'une pirogue dans des eaux peu profondes. Elle se compose d'une hampe en bambou, à l'extrémité de laquelle sont fixées quatre aiguilles de bois ou quatre tiges de fer affûtées, longues de 10 à 20 cm. Une version plus robuste est employée pour la pêche à la tortue ; elle est constituée d'une unique pointe métallique acérée et d'une hampe de bois lourd reliée par plusieurs mètres de cordage à une grosse bouée de matière plastique qui permet de suivre la fuite de la tortue lorsque, une fois harponnée, elle plonge.
En 1983, les sagaies étaient beaucoup plus utilisées que les arcs, quatre fois moins nombreux. En 1993, le ratio nombre de sagaies/nombre d'arcs n'est plus que de 1,2. Le taux d'équipement moyen des ménages côtiers en sagaies n’a pas réellement progressé en 10 ans, stagnant à sept engins pour 10 ménages. Ambae-Maewo, Paama, Ambrym et Tafea sont les quatre régions qui, par ordre d'importance croissant, ont connu les progressions les plus significatives – au minimum un doublement – de leur taux d'équipement. Il est vrai que ces régions figurent parmi celles dont le taux d'équipement était le plus faible en 1983. Malakula et Efate ont vu respectivement leur nombre de sagaies diminuer de 30 et 40 % en dix ans entraînant, dans la première région, une diminution du taux d'équipement des ménages. En revanche, à Efate, il a légèrement progressé car le rythme de décroissance de la population littorale à dépassé celle des engins.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 35 - Équipement en lignes de la population littorale par région en 1983 et 1993
La ligne est l'unique engin qui soit utilisé indifféremment par les femmes, les hommes et les enfants. Parfois employée pour la pêche à la traîne, elle est surtout utilisée sous la forme de palangrotes à partir d'une embarcation ou au cours de sorties à pied soit à l'extrémité du platier récifal, soit dans les trous de la zone intertidale et dans les embouchures de rivière. Depuis la généralisation du fil de nylon et des hameçons en métal disponibles dans la plupart des petits magasins villageois du littoral, où ils sont vendus à des prix modiques, la ligne à main est devenu l'engin de pêche le plus communément répandu. Sa conception est simple‑ : un hameçon unique fixé à l'extrémité d'un fil de nylon, lesté d'une pièce de métal, d'une pierre ou de piles électriques usagées, enroulé sur une bouteille, sur un morceau de planche, ou de bois ; l'emploi de cannes est très rare. En dix ans, la place des lignes dans l'ensemble du matériel de capture est restée constante, égale à 57 %. En revanche, le taux d'équipement de la population littorale est passé de 19 à 27 engins en moyenne pour 10 ménages et, en 1993, seule Epi présente un taux inférieur à 16 engins pour 10 ménages.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 36 - Équipement en filets droits de la population littorale par région en 1983 et 1993
Bien que des filets traditionnels, confectionnés avec des fibres de coco, soient toujours utilisés lors des pêches collectives cérémonielles dans la région des Banks-Torres, la quasi totalité des filets droits en usage dans le pays est en fibres synthétiques. Importés d'Asie, ils se composent généralement d'une nappe unique d'une dizaine de mètres de long pour une chute de 1,5 à 2 mètres. Hormis à Efate, il est exceptionnel qu'un ménage possède plus d'un engin ; le taux d'équipement des ménages a donc été assimilé au pourcentage de la population littorale possédant un filet. De 1983 à 1993, le nombre de filets droits a doublé, le taux d'équipement des ménages littoraux passant de 14 à 27 %. En 1993, Paama est la seule région où moins de 10 % des ménages possède un filet droit alors que dix ans auparavant 6 des 11 régions du pays affichaient cette caractéristique. En revanche, à Efate, plus de 70 % des ménages sont équipés de filets droits, la majorité d'entre eux en détenant deux exemplaires.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 37 - Équipement en éperviers de la population littorale par région en 1983 et 1993
Bien que le rythme d'accroissement du nombre d'éperviers soit égal à celui des filets droits (doublement en dix ans), leur diffusion dans le pays est plus lente. Seules Efate et Tafea présentaient en 1983 un taux d'équipement supérieur à 5 % des ménages côtiers. En 1993, 7 régions affichent encore un taux d'équipement inférieur. Toutefois, Efate ne concentre plus que 29 % des engins du pays contre 58 % en 1983. Le nombre d'éperviers n'a progressé que de 16 % en 10 ans dans cette région et l'évolution spectaculaire du taux d'équipement des ménages (de 18 % à 40 % ) ne s'explique que par la diminution drastique de la population rurale.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

Cartes 38 - Équipement en fusils sous-marins de la population littorale par région en 1983 et 1993
La chasse sous-marine a connu un essor rapide à la suite de l'introduction du masque de plongée au début des années soixante. En 1983, le taux d'équipement moyen du pays était de 3,3 pour 10 ménages ; en 1993, il est de 4,1, une majorité de ménages littoraux possédant deux engins comme à Efate, Epi et Ambrym. L'équipement des ménages en fusils étant déjà bien assuré, leur nombre a progressé en dix ans (39 %) à un rythme bien inférieur à celui des filets droits et des éperviers (120 % de 1983 à 1993). Néanmoins, des croissances spectaculaires ont été observées dans les régions où la chasse sous-marine était encore peu pratiquée en 1983 : quadruplement du nombre d’engins à Ambrym, triplement à Paama, et doublement à Pentecost. La région Banks-Torres est la seule où le taux d'équipement a régressé de 22 % en dix ans.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

3. L’activité halieutique

12D’une manière générale, la pêche ne constitue jamais une mono-activité dans les communautés villageoises. Elle se pratique généralement de pair avec l’agriculture, qui mobilise l’essentiel de la force de travail, avec la chasse, parfois avec l’élevage, et avec diverses activités d’ordre domestique ou coutumier. À l’échelle du village comme à celle du ménage, elle est irrégulière dans le temps, les phases de pêche soutenue durant plusieurs semaines étant rares.

Lors des recensements, trois échelles temporelles ont été utilisées pour estimer l’activité halieutique : l’année, le mois et la semaine. Sur ces bases, trois populations distinctes ont été identifiées :

  • les ménages ne pratiquant jamais la pêche ;

  • les pêcheurs occasionnels qui pêchent au minimum une fois dans l’année et jusqu’à trois fois par mois ;

  • les pêcheurs réguliers, qui sortent en moyenne une fois par semaine.

Le recensement s’étant déroulé sur plus de trois mois, l’enquête a porté sur les sorties de pêche ayant eu lieu la semaine précédent la visite des enquêteurs. Cette semaine standard a été jugée représentative de l’activité halieutique hebdomadaire sur l’ensemble de l’année.

13En 1983, 46 % de la population littorale, soit 33 % de l’ensemble des habitants du pays, ont pratiqué des activités de pêche (carte 39 a), ce qui représente un total de 546 119 sorties. Les deux tiers d’entre elles se sont déroulées à pied ou en plongée sous-marine sur les zones intertidales et les parties les moins profondes du tombant récifal, jusqu’à 10 mètres de profondeur (carte 39b). Malakula et les Banks-Torres concentrent environ la moitié de cet effort de pêche, soit 178 740 sorties dans l’année pour une moyenne de 98 sorties par ménage de pêcheurs (carte 40 a). Compte tenu de l’étendue de leurs zones exploitables (158,4 km2, soit 35 % de l’ensemble national), la pression de pêche au km2, égale à 1 128 sorties, n’atteint pas les valeurs maximales observées dans le pays. Elle n’en demeure pas moins largement supérieure à la moyenne nationale : 787 sorties par km2 exploitable (carte 40 b).

14L’espace halieutique compris entre 10 et 100 m de profondeur est nettement moins exploité que les zones superficielles. La pêche y est concentrée dans l’espace, Malakula, Tafea et Efate regroupant 65 % de l’effort mis en oeuvre (carte 41 a). Sur l’ensemble du pays, la pression de pêche est à ces profondeurs 11 fois plus faible (73 sorties par km2) que celui déployé dans la tranche de 0 à 10 m (carte 41 b).

15En dix ans, l’activité halieutique a peu progressé : en 1993, 51 % de la population littorale soit 35 % de la totalité des habitants du pays (carte 42 a) sont allés à la pêche. 71 % des sorties se concentrent à Tafea, à Malakula, à Efate et dans les Banks (carte 42 b). L’effort de pêche, exprimé en nombre annuel de sorties n’a progressé que de 3,3 % dans l’ensemble du pays de 1983 à 1993. Toutefois de grandes disparités existent entre les régions (carte 43) : quatre d’entre elles ont connu une régression significative de leur activité halieutique (Ambae-Maewo, Epi, Malakula, Shepherds), cinq une progression marquée (Ambrym, Efate, Pentecost, Santo-Malo, Tafea), l’effort restant constant dans les deux autres régions (Banks-Torres, Paama).

Cartes 39 - L'activité halieutique de la population littorale en 1983
Avec les trois quarts de leur population littorale ayant été au moins une fois à la pêche dans la semaine précédant l'enquête, l'archipel des Banks-Torres est, du point de vue halieutique, la région la plus active de Vanuatu, suivie par Malakula et Efate où la pêche a concerné plus de 60 % des ménages côtiers. En revanche, l'activité est minimale en zone volcanique et dans les îles aux structures coralliennes peu développées telles que Ambae-Maewo, Ambrym et Paama.

À Tafea, Efate et Epi, les sorties embarquées prédominent sur les sorties de pêche à pied. Dans les huit autres régions, les sorties se font plutôt à pied ou en plongée. Ce mode de déplacement s'applique à 88 % des sorties effectuées aux Shepherds, à Ambrym et à Paama. En ce qui concerne ces deux dernières régions, ce pourcentage peut sembler paradoxal compte tenu de l’extension limitée des zones exploitables de faible profondeur. L’activité halieutique réduite pourrait être le facteur expliquant ce paradoxe.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1986

Cartes 40 - Les sorties annuelles de pêche à pied ou en plongée en 1983
Les Banks-Torres et Malakula regroupent la moitié des pêcheurs du pays sortant à pied ou en plongée. À Paama, la faible proportion de pêcheurs dans la zone littorale est largement compensée par leur activité avec 139 sorties annuelles par ménage, ce qui représente un effort de pêche maximal supérieur à 2 500 sorties par an et par km2 exploitable.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1986

Cartes 41 - Les sorties annuelles de pêche embarquée en 1983
L'espace exploitable par les pirogues et les bateaux à moteur est six fois plus vaste que l'espace exploitable à pied et en plongée. Le taux moyen d'utilisation de la flotte de pêche est de 41 sorties annuelles par bateau sur l'ensemble de Vanuatu. Avec 63 % des embarcations, Malakula, Tafea et Efate sont les trois principaux centres de pêche embarquée du pays, regroupant 65,3 % des sorties. Chaque bateau y effectue respectivement 50, 61 et 112 sorties à l'année pour un effort global par km2 exploitable partout égal à 100-130 sorties annuelles. Les Banks-Torres présentent également un taux moyen d'utilisation très élevé, égal à 66 sorties annuelles par bateau. Totalisant 9 % des sorties du pays et à peine 4 % des surfaces exploitables, Ambae-Maewo est la région où l'effort de pêche au km2 est le plus intense.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1986

Cartes 42 - L'activité halieutique de la population littorale en 1993
Le recensement de la pêche effectué en 1993 ne permettant pas de distinguer les sorties de pêche embarquées des sorties de pêche à pied, l'activité halieutique a été étudiée dans sa globalité. En 1983, les Banks-Torres, Malakula et Efate présentent l'activité halieutique la plus forte du pays. Dix ans plus tard, Tafea et Pentecost sont aussi devenues des centres majeurs au même titre que Efate et les Banks-Torres, tandis qu'à Malakula la proportion de pêcheurs est tombée de 66 % à 36 %.

Sources : Service de la statistique, Port Vila, 1994

Carte 43 - Évolution du nombre de sorties de pêche entre 1983 et 1993
Malgré la forte dépopulation de ses littoraux qui, en dix ans, ont perdu la moitié de leurs habitants, Efate présente une croissance de 66 % de l'effort de pêche. L'activité halieutique y est à la fois source de revenus pour un nombre croissant de pêcheurs, un dérivatif ainsi qu'un appoint alimentaire non négligeable pour les jeunes ruraux en manque de travail rémunéré et ne désirant pas s'investir dans l'agriculture. Toutefois, l'exemple de Santo-Malo montre que la proximité d'un centre urbain n'est pas une condition suffisante pour développer l'activité halieutique. À Malakula, la diminution des activités halieutiques en dix ans pourrait traduire le passage d'une pêche généralisée à une pêche orientée vers la commercialisation. Celle-ci serait pratiquée par un plus petit nombre de pêcheurs utilisant alors les engins performants que sont les filets. Dans la région Tafea, l’accroissement de la pêche traduit le fait que les catastrophes naturelles (cyclones, dépressions tropicales, pluies de cendres volcaniques) ont endommagé pendant plusieurs années les récoltes, mettant ainsi en danger la sécurité alimentaire des populations.

Sources : David, 1985 ; Service de la statistique, Port Vila, 1994

4. La production et son utilisation

La production halieutique est généralement exprimée en poids. Du fait de l’absence de balance dans les villages, elle a été comptabilisée en nombres. Six catégories différentes de produits de la pêche ont été définies : les poissons d’eau douce, les poissons d’eau peu profonde (0 à 10 m), les poissons d’eau intermédiaire (10 à 100 m), les crustacés, les poulpes et les coquillages, ces derniers ayant été comptabilisés en nombre de paniers. À chacun de ces groupes a été attribué un poids moyen : 200 g par céphalopode, 500 g par crustacé et 4 kg par panier de coquillages. En ce qui concerne les poissons pour lesquels la variabilité des tailles est plus grande, trois valeurs ont été proposées : 260 g pour les poissons d’eau intermédiaire, 200 g pour les poissons d’eau peu profonde, et 80 g pour les poissons d’eau douce. Lorsque les mangroves se situent à l’embouchure d’une rivière ou dans un estuaire, toute la production en poissons a été rattachée aux eaux douces. Pour une catégorie donnée, la production hebdomadaire a été calculée en multipliant le poids moyen par le nombre d’individus collectés.

16Extrapolée à l’année et pour l’ensemble de la population côtière, la production halieutique en 1983 peut être estimée à 2 849 tonnes ; elle se compose de 47 % de poissons, de 31 % de coquillages, de 19 % de crustacés et de 2 à 3 % de céphalopodes (cartes 44).

4.1. Les poissons

17C’est pour la capture des poissons que la diversité des techniques est la plus grande, tous les types d’engins mis en oeuvre par la petite pêche villageoise étant utilisés. Sur 6,9 millions de poissons capturés en 1983, 63 % l’ont été en eau peu profonde, 21,5 % en eau intermédiaire et 15,5 % en eau douce.

4.1.1. Les poissons d’eau peu profonde (0-10 m)

18La pêche de poissons en eau peu profonde est l’activité halieutique la plus couramment pratiquée à Vanuatu ; elle intéresse 74 % des pêcheurs recensés dans le pays. Forte de 4 541 ménages, cette population représente 34 % de la population littorale. Malakula et Efate concentrent 56 % de la production (cartes 45). Bien que l’autoconsommation soit prédominante, les ventes, réalisées par 14,2 % des pêcheurs, concernent 27,5 % des prises ; dans ce domaine Malakula et Efate jouent encore un rôle essentiel, 94 % du poisson commercialisé dans le pays provenant de ces deux îles (cartes 46).

19Il est remarquable de noter que les pêcheurs de poissons en eau peu profonde doublent leurs rendements de captures lorsque celles ci sont destinées à la commercialisation (cartes 47). Ceci est la conséquence d’une augmentation de l’effort nominal, résultant d’un accroissement de la puissance de pêche – exprimée par la durée des sorties – et de l’effort effectif grâce à l’utilisation d’engins modernes mais coûteux comme les éperviers et les filets droits, outils encore peu répandus chez les pêcheurs vivriers. Cette évolution traduit l’existence d’objectifs de commercialisation que les pêcheurs se sont fixés ; en effet les rendements par ménage doublent lors que une partie ou la totalité de la production est commercialisée.

20En 1983, sur l’ensemble de Vanuatu, l’estimation du nombre de poissons capturés en eau peu profonde est égale à 4 342 480, ce qui représenterait une production évaluée à 868,5 tonnes, avec une pression halieutique de 97 poissons à l’hectare pour les 448 km2 pouvant être exploités. Les densités moyennes observées sur les récifs frangeants d’Océanie insulaire sont 100 à 500 fois plus élevées avec environ 10 000 à 50 000 individus par hectare, toutes espèces confondues (Kulbicki, 1991, 1995). Toutefois, l’effort de pêche n’étant pas uniformément réparti sur l’ensemble de la zone exploitable, la zone réellement pêchée se limite à quelques dizaines de mètres de largeur sur quelques centaines de mètres voire quelques km de part et d’autre des villages, soit un espace de 10 à 100 fois plus réduit que la superficie exploitable. Ainsi, la pression halieutique pourrait être de 970 à 9 700 poissons capturés par hectare. Dans une exploitation équilibrée, au niveau de la capture maximale soutenue, le prélèvement annuel peut atteindre un tiers de la biomasse présente pour des espèces dont le taux de mortalité naturelle est d’environ 0,3. Compte tenu du dynamisme humain qui se répercute sur la croissance des populations de pêcheurs, la marge possible d’un accroissement local de l’effort de pêche se réduit. Une concentration excessive de l’effort de pêche conduirait à un état de surpêche locale et obligerait les pêcheurs à coloniser d’autres milieux.

4.1.2. Les poissons d’eau intermédiaire (10-100 m)

21La pêche de poissons en eaux intermédiaires est moins répandue que la pêche en eau peu profonde : elle concerne 2 027 ménages qui représentent un tiers des pêcheurs du pays et 15 % de la population du littoral. Malakula et Efate concentrent 59 % de la production et Tafea, 21 % (cartes 48). Seules 21,5 % des prises sont commercialisées, bien que par endroits cette proportion puisse approcher ou dépasser 35 %. Les ventes sont légèrement plus concentrées géographiquement que la production, 72 % d’entre elles se réalisant à Malakula et à Efate (cartes 49). Chaque ménage capture en moyenne 14 poissons dans la semaine. Contrairement à ce qu’on observe pour les poissons d’eau peu profonde, la commercialisation de la pêche n’entraîne aucune augmentation de rendement, probablement à cause de la constance des engins et des durées de sortie. La zone intertidale et les premiers mètres du tombant récifal apparaissent donc comme l’espace privilégié de la pêche commerciale.

Cartes 44 - Production halieutique par région en 1983

Source : David, 1985
Selon les régions, les coquillages représentent de 20 % à 72 % des captures de la petite pêche villageoise ; ces pourcentages élevés traduisent à la fois l’importance alimentaire des platiers récifaux, le rôle souvent essentiel des femmes dans la production vivrière et la faible implication de la petite pêche villageoise dans l’économie monétaire, comme le confirme le caractère limité de la production de crustacés. Malgré le prix attractif auquel ils sont achetés aux pêcheurs, les crustacés ne dépassent pas, excepté à Santo-Malo et à Tafea, 20 % de la production halieutique.

Source : David, 1985

Cartes 45 - La pêche de poissons d'eau peu profonde (0-10 m) en 1983
Avec 347 tonnes, Malakula est le principal centre de production du pays. C’est en effet l'unique région qui allie un poids démographique élevé et un peuplement littoral bien impliqué dans la pêche en eau peu profonde, favorisée par l'extension des récifs frangeants et des mangroves. En revanche, la partie centre-orientale du pays, de Maewo aux Shepherds, ne concourt au total que pour 15 % à la production annuelle de Vanuatu. En effet, le poids démographique de ces îles est faible, notamment à Epi, aux Shepherds et à Paama, et les récifs frangeants y sont souvent peu développés (Ambae, Maewo et Pentecost).

Source : David, 1985

Cartes 46 - Utilisation de la production de poissons d'eau peu profonde (0-10 m) en 1983
L'autoconsommation est prédominante dans l'ensemble du pays excepté à Efate et à Malakula où la commercialisation est aussi importante. Cette autoconsommation est assimilée à la consommation de la pêche par le pêcheur, sa famille ou des familles voisines ou alliées à qui le pêcheur a cédé une partie de ses prises.
Si, pour Efate, la présence d'un centre urbain favorise la commercialisation de cette production, il en va autrement à Santo où, avec une ville plus petite, le réseau de transport reste insuffisant. Aux Shepherds, la proximité d'Efate n'a pas stimulé la commercialisation sur Port Vila malgré des tarifs aériens réduits. De ce fait, les Shepherds se trouvent confrontés au même problème que les autres îles de l'archipel pour la commercialisation locale, notamment la fragilité du produit dont le transport exige une chaîne du froid coûteuse à mettre en place et à maintenir, les bas revenus de la population, et une forte production d'autoconsommation qui satisfait l'essentiel des besoins. La commercialisation, lorsqu'elle a lieu, ne se pratique que sur des réseaux de distribution courts, dépassant rarement le village de production. En 1983, seule Malakula alliait à la fois une offre et une demande monétaire suffisantes. Réalisant 39 % de la production du pays, cette île concentrait 30 % de l'autoconsommation et 66 % des ventes.

Source : David, 1985

Cartes 47 - Rendements de la pêche de poissons d'eau peu profonde (0-10 m) en 1983
D'une manière générale, les rendements de la pêche destinée à l'autoconsommation sont plus homogènes et moins élevés que ceux de la pêche commerciale. Pour ce secteur, les valeurs maximales – deux fois supérieures à celles des autres iles – sont observées à Malakula et à Efate, où l’emploi de filets et l'allongement de la durée des sorties de pêche traduisent une volonté de produire pour vendre. Dans les autres régions, la commercialisation porte essentiellement sur les surplus de la production d'autoconsommation.
Les rendements annuels moyens sont de 191 kg par ménage. Les régions de la partie centre-orientale du pays (Pentecost, Ambrym, Paama, Epi, et les Shepherds), aux platiers coralliens étroits, présentent les rendements par hectare exploitable les plus faibles du pays. Paradoxalement, Ambae-Maewo, qui offre les mêmes caractéristiques morphologiques, a des rendements trois à quatre fois supérieurs, soit les plus élevés du pays avec 48 kg par hectare et par an.

Source : David, 1985

22En 1983, sur l’ensemble de Vanuatu, 1 490 000 poissons ont été capturés dans les eaux intermédiaires ce qui représente une production de 387,4 tonnes. Pour l’instant, cet espace (263 900 ha) est encore largement sous exploité avec une pression halieutique de 5 à 6 poissons capturés dans l’année par hectare exploitable (cartes 50). L’effort de pêche étant concentré entre 10 et 20 m, on peut estimer que la surface réellement exploitée est de 100 à 1 000 fois inférieure à la superficie exploitable et une grande partie de la biomasse reste par conséquent inaccessible. Toutefois si on considère les rendements obtenus à l’hectare, la pression halieutique serait alors de 567 à 5 670 poissons/ha. Les densités observées sur les récifs du Pacifique insulaire, comparables à ceux existant dans l’archipel, plus précisément aux îles Hawaii, en Nouvelle-Calédonie, à Guam et aux Chesterfields (Kulbicki, 1991, 1995) varient entre 8 000 et 50 000 poissons à l’hectare. Si compte tenu de la similarité des milieux, ces productivités sont applicables à l’archipel, cela laisse une marge importante pour l’accroissement de l’effort de pêche dans cette zone.

4.1.3. Les poissons d’eau douce

23Du fait du nombre limité de cours d’eau conséquents, la pêche en eau douce est beaucoup moins répandue que la pêche en mer ; elle n’intéresse que 7 % de ménages littoraux et 15 % des pêcheurs du pays. Elle se pratique surtout dans les eaux fréquemment saumâtres des embouchures et des deltas, l’effort de pêche en amont étant beaucoup plus réduit et s’appliquant à un nombre limité d’espèces.

Cartes 48 - La pêche de poissons d'eau intermédiaire (10-100 m) en 1983
Forte de 387,4 tonnes par an, la production est essentiellement axée sur le sud et l'ouest du pays. Malakula, Efate et Tafea en assurent 79 %. Ces trois régions allient en effet un poids démographique important et une forte implication de la population littorale dans les activités halieutiques : à Tafea et à Malakula, un quart de cette population pratique la pêche en eau intermédiaire.

Source : David, 1985

Cartes 49 - Utilisation de la production de poissons d'eau intermédiaire (10-100 m) en 1983
La commercialisation de la pêche est réalisée par un pourcentage plus élevé de pêcheurs de poissons d'eau intermédiaire que de pêcheurs de poissons d'eau peu profonde (21,5 % contre 14,2 %). Sans surprise les trois principales régions de production, Malakula, Efate et Tafea, sont également celles où la commercialisation est la plus développée (83 % de la pêche fraîche vendue dans le pays en est issue). Santo-Malo, où les ménages pratiquant la pêche d'eau intermédiaire sont peu nombreux, n'occupe qu'une place secondaire dans la production commerciale de cette pêche.

Source : David, 1985

Cartes 50 - Rendements de la pêche de poissons d'eau intermédiaire (10-100 m) en 1983
Exprimés en poids vifs, 191 kg par ménage et par an, les rendements de la pêche en eau intermédiaire sont identiques à ceux de la pêche en eau peu profonde. D’une manière générale, les rendements de la pêche commerciale sont plus homogènes et, souvent, bien inférieurs à ceux de la pêche de subsistance, excepté à Malakula et Ambae-Maewo. La pêche commerciale en eau intermédiaire ne constitue en effet qu’une activité d’appoint et les ventes portent principalement sur les surplus de l’autoconsommation ; en aucun cas les pêcheurs ne cherchent à prolonger leur effort de pêche pour atteindre un éventuel objectif de production comme certains des pêcheurs de poissons en eau peu profonde.
Compte tenu du différentiel existant entre la surface des zones exploitables et l’effort de pêche réduit qui y est mis en oeuvre, la pression de pêche demeure très limitée ; sur l’ensemble du pays, elle est de 1,5 kg par hectare exploitable dans l’année, les valeurs maximales ne dépassant pas les 3 kg. Aux Banks-Torres, la grande taille de la zone exploitable a entièrement gommé des productions pourtant non négligeables.

Source : David, 1985

24Au total, 1 070 800 poissons d’eau douce ont été capturés en 1983. Ce nombre, légèrement inférieur à celui des prises de poissons d’eau de mer profonds, traduit parfaitement l’exploitation intensive dont fait l’objet la partie avale des cours d’eau. En revanche, estimée en poids, cette pêche ne joue qu’un rôle alimentaire mineur : la production annuelle totale est évaluée à 85,7 tonnes, soit environ 6,5 kg par an pour chaque ménage rural de la zone littorale.

25Les activités de pêche se concentrent à Malakula, qui regroupe 68 % des pêcheurs d’eau douce du pays. Le rendement moyen y est de 28 poissons par ménage par semaine contre 11 dans le reste de l’archipel. L’essentiel de la production annuelle (84 %) provient de cette région où 17 % des poissons d’eau douce sont commercialisés (cartes 51 a et 51 b).

4.2. Les poulpes

26Au total 71 tonnes ont été capturées dans le pays en 1983, dont 15 % ont été vendues (cartes 52 a et 52 b). La pêche aux poulpes intéresse 13,4 % des ménages côtiers du pays et 29 % des pêcheurs. Une fois encore, Malakula est le principal foyer de production du pays : 40 % des pêcheurs et 37 % des prises du pays en sont issus. Les rendements moyens dans l’archipel avoisinent 40 kg par ménage et par an.

Cartes 51 - La production de poissons d'eau douce en 1983
Seules les régions bien dotées en cours d'eau sont intéressées par cette pêche qui est absente des îles volcaniques comme Ambae, Ambrym ou des horsts soulevés comme Pentecost et Maewo. L'activité halieutique en eau douce semble également liée à l'existence d'une pêche maritime active. Ainsi, la production de Santo-Malo qui regroupe 27 % des rivières de faible à moyen débit du pays et 47 % des rivières de débit moyen est-elle nettement moins élevée que celle de Malakula où les cours d'eau sont moins abondants mais qui présente une population littorale nombreuse à l'activité halieutique soutenue. Malakula est par ailleurs l'unique région où les poissons d'eau douce font l'objet d'une commercialisation qui ne concerne que 17 % de la production.

Source : David, 1985

Cartes 52 - La production de poulpes en 1983
Représentant une production de 71 tonnes annuelles en 1983, la pêche des poulpes reste modeste. Elle se pratique principalement dans les îles situées au sud de Santo et de Paama où elle concerne plus de 13 % de la population littorale dont les rendements annuels sont partout supérieurs à 21 kg par ménage. Au total, 74 % des prises proviennent de Malakula, Efate et Tafea. L'autoconsommation reste la forme dominante d'utilisation de la production, seules 15 % des prises du pays étant commercialisées, excepté à Tafea où la proportion atteint 40 %.

Source : David, 1985

4.3. Les coquillages et les crustacés

27Les mollusques bivalves tels que huîtres, praires et coques, forment l’essentiel des coquillages marins pêchés. Leur collecte intéresse en moyenne 17 % des ménages du littoral. La production annuelle s’élève à 97 paniers par ménage, soit 388 kg à raison d’un poids moyen de 4 kg par panier. Avec près de 389 tonnes, Malakula assure 43,7 % de la production annuelle du pays. L’autoconsommation reste la forme d’utilisation presque exclusive, seuls 6,5 % des coquillages ramassés étant commercialisés (cartes 53 a et 53 b). En revanche, les crustacés font l’objet d’une commercialisation active qui peut parfois atteindre 91 % de la production. Il s’agit essentiellement de langoustes qui s’écoulent à bon prix sur les marchés urbains de Luganville et surtout d’Efate. En 1983, 547 tonnes de crustacés ont été collectés à Vanuatu avec un rendement annuel moyen de 507 kg par ménage. Dans les régions périphériques, les pêcheurs de crustacés sont donc peu nombreux ; en moyenne, sur l’ensemble du pays, ils ne représentent que 8 % de la population littorale, soit à peine plus que les pêcheurs de poissons d’eau douce et nettement moins que les pêcheurs de poulpe. La prépondérance de la commercialisation explique que les rendements de pêche soient élevés. Avec 62 % des prises, Malakula et Santo-Malo sont les principaux foyers de pêche de crustacés dans le pays (cartes 54 a, 54 b et 54 c).

Cartes 53 - La production de coquillages en 1983
Bien que leur chair soit consommée et appréciée, les coquillages nacriers comme le troca, Trochus niloticus, et le burgau, Turbo marmoratus, sont plutôt exploités pour la commercialisation de leur coquille.
La collecte de ces coquillages propres à la consommation se réalise soit à la main sur le platier ou dans les zones de sédiments, soit en plongée sur les premiers mètres de la pente récifale. Les tonnages élevés (890 tonnes) reflètent beaucoup plus le poids des coquilles que le véritable impact alimentaire de cette production, puisque seulement 31 % du poids d'un coquillage sont comestibles. Bien que les ramasseurs de coquillages de Santo-Malo ne représentent que 2,5 % de la population littorale, cette région assure près de 10 % de la production annuelle du fait de son poids démographique et des rendements de pêche qui y sont près de cinq fois supérieurs à la moyenne nationale. Malgré des rendements beaucoup plus faibles, Malakula assure 43 % de la production nationale grâce à un taux élevé de ménages (39 %) impliqués dans cette activité. Hormis à Efate, dans les Shepherds et dans une moindre mesure à Malakula, l'intégralité de la production est autoconsommée.

Source : David, 1985

Cartes 54 - La production de crustacés en 1983
Les principaux crustacés consommés à Vanuatu sont les langoustes, les crabes de palétuvier et les crabes de cocotier. Les langoustes comme les crabes de palétuviers sont des ressources à forte valeur marchande. Les premières vivent dans les anfractuosités du platier par quelques mètres de profondeur et se capturent en plongée soit à l'aide de lances et de fusils sous-marins, soit éventuellement à l'aide de casiers notamment à Aniwa où l'appât est constitué de chitons. Les crabes de palétuvier se pêchent dans les mangroves et dans les zones avoisinantes, à la main ou à l'aide de sagaies.
95 % de la production provient principalement de Santo-Malo, Malakula, Efate et Tafea. Malakula est l'unique région du pays qui allie à la fois une proportion de pêcheurs – parmi les ménages littoraux – supérieure à la moyenne nationale et des rendements élevés, de 400 à 500 kg par an par ménage. À Efate et à Santo-Malo, l'activité halieutique est beaucoup plus réduite mais les hauts rendements qui y sont constatés permettent largement de compenser cet état. Compte tenu du prix de vente élevé, la consommation commerciale est essentiellement urbaine et concerne principalement Port Vila qui concentre plus des trois-quarts de la population à hauts revenus du pays et l'essentiel de l'activité touristique. Santo-Malo et Malakula sont les principaux pourvoyeurs de ce marché : la bonne capacité et la fréquence du transport aérien en sont probablement responsables. À l'inverse, la faible production commerciale relevée dans les Banks-Torres serait imputable à une desserte aérienne réduite.

Source : David, 1985

5. L’apport nutritionnel des produits de la pêche

28La production globale ne constitue pas un paramètre pour estimer l’apport nutritionnel des produits de la pêche. Les valeurs alimentaires d’une quantité identique de poisson, de coquillages ou de crustacés sont en effet très différentes. Le kilogramme de matière comestible et le kilogramme de protéines sont les seules unités permettant de comparer les produits halieutiques entre eux.

29Conformément aux abaques de la Communauté du Pacifique, établies par Jardin et Crosnier (1975), il a été considéré que pour 1 kg de produits, la partie comestible s’élevait respectivement à 950 g pour les poulpes, à 450 g pour le poisson, à 370 g pour les coquillages et à 310 g pour les crustacés, produits présentant le plus de déchets. Quant à la valeur protéique d’1 kg d’aliment comestible, elle s’établit à 190 g de protéines pour le poisson, à 180 g pour les crustacés, à 158 g pour les poulpes et à 100 g pour les coquillages.

30Sur cette base, la part comestible de la production totale (2 849 tonnes) a été estimée à 1 170 tonnes pour un apport protéique de 189 tonnes ; 39,6 % de ce dernier est assuré par les poissons pêchés en eau peu profonde, 16 % par les crustacés, 17,5 % par les poissons pêchés en eau intermédiaire et 17,4 % par les coquillages, la part des poulpes (5,6 %) et des poissons d’eau douce (3,9 %) étant beaucoup plus faible (tableau 6).

31Cette grande diversité de la ration alimentaire en protéines animales d’origine halieutique est une caractéristique de l’échelle nationale. À l’échelle des régions, seule Malakula offre un apport protéique aussi divers, image des formes de pêche qui y sont pratiquées et des biotopes qui y sont exploités. D’une manière générale, plus le nombre de ces biotopes est limité, plus la production est spécialisée et moins l’apport protéique est diversifié (carte 55 a). Même quand c’est le cas, la composition est rarement équilibrée ; généralement une ou deux catégories de produits dominent, essentiellement les poissons d’eau peu profonde et les coquillages (carte 55 b).

Cartes 55 - Composition et couverture de l'apport protéique issue de la pêche de subsistance en 1983

Source : David, 1985
Deux paramètres sont utilisés pour décrire la composition de l'apport protéique issu de la petite pêche de subsistance :
- sa diversité, qui s'exprime par le nombre de catégories de produits formant au minimum 10 % de l'apport total, - le caractère équilibré ou déséquilibré de la composition, le déséquilibre étant mesuré par l'existence d'une catégorie de produits dominante, qui représente au minimum 30 % de l'apport total tandis que l'équilibre de la composition se définit par l'absence de produits dominants.
Port Vila et Luganville constituent des foyers de consommation importants pour les produits pêchés par les communautés littorales d'Efate et de Santo-Malo. Ainsi, de 36 à 42 % du poisson capturé à Efate, 20 % des coquillages et 91 % des crustacés sont commercialisés sur Port Vila, ce qui représente de 10,5 à 11,6 tonnes de protéines pour une production halieutique totale correspondant à 21,2 tonnes de protéines. À Santo-Malo, les ventes sur Luganville se limitent presque exclusivement aux crustacés dont elles constituent 43 % du tonnage capturé, soit 26 tonnes de nourriture pour 4,7 tonnes de protéines. Dans les deux régions, ces ventes – certes bénéfiques aux populations du littoral par les rentrées monétaires qu'elles procurent – entraînent une diminution significative de la couverture de leurs besoins protéiques par la pêche vivrière.
Tableau 6 - Composition et valeur protéique des produits de la pêche

note: decimal points are represented by commas

Source : Hung, 1983

Source : David, 1985

32Au total, les quatre régions les plus vastes concentrent plus des trois quarts de la production de protéines d’origine halieutique (carte 55 a), soit 149 tonnes. Ces valeurs n’ont vraiment de signification d’un point de vue nutritionnel que si elles sont rapportées au nombre de consommateurs potentiels. Compte tenu de la faible implication des populations des villages de l’intérieur des terres dans l’activité halieutique et du caractère encore embryonnaire des circuits de distribution des produits de la pêche partant de la côte vers ces villages, il a été considéré que l’ensemble des consommateurs potentiels se situait sur le littoral. En moyenne, dans l’ensemble des pays, chaque ménage côtier dispose de 14,3 kg de protéines animales d’origine halieutique pour couvrir une partie de ces besoins. De grandes disparités existent selon les régions ; ainsi les quantités de protéines offertes à la consommation des habitants de Malakula ou d’Efate sont-elles vingt fois plus élevées que celles destinées aux habitants d’Ambrym ou de Paama (carte 55 b).

D’une manière générale, les besoins protéiques d’un individu s’expriment en fonction de son poids corporel. Les nutritionnistes admettent qu’un homme adulte doit ingérer quotidiennement 0,9 g de protéines par kilogramme de poids corporel (Kayser, 1970). Les besoins d’une femme adulte sont moindres ; en moyenne un apport journalier de 0,8 g suffit. La grossesse ou l’allaitement nécessitent une augmentation de la ration protéique de 13 g par jour dans le premier cas et de 24 g dans le second cas, quel que soit le poids de l’intéressée. Les besoins protéiques des enfants sont supérieurs à ceux des adultes. Compte tenu de la composition de la population de Vanuatu, une valeur moyenne de 50 g par personne, quel que soit son âge et son sexe, a été retenu comme moyenne quotidienne des besoins protéiques de l’ensemble de la population de Vanuatu. Ces besoins étant supposés constants dans le temps, leur valeur annuelle s’élève à 18,2 kg par personne.

33L’effectif moyen étant de cinq personnes par ménage, les 14,3 kg de protéines que chaque ménage tire de la pêche de subsistance ne couvrent qu’à peine 16 % des besoins protéiques annuels. Si à Malakula la couverture approche le tiers des besoins, à Ambrym, elle est de 2 % (carte 55 c). À ce stade, bien que de nombreuses protéines végétales soient consommées en dehors des repas, notamment lors des trajets vers les jardins vivriers, sous la forme de noix, d’amandes et de jeunes frondes de fougères, il est vraisemblable que les besoins protéiques de la population ne soient pas satisfaits par de la nourriture fraîche, d’autant que la consommation de viande, inféodée aux fêtes, reste exceptionnelle dans la majorité des îles de Vanuatu. Les achats de poisson ou de viande en conserve constituent la principale alternative à la faiblesse de l’activité halieutique. Il n’est cependant pas souhaitable qu’ils se développent ; d’une part ils aggravent le déficit commercial du pays, d’autre part ils « assèchent » une partie de la masse monétaire circulant dans les îles, au détriment d’éventuels pêcheurs qui soumis au faible pouvoir d’achat de leurs compatriotes hésitent à développer une activité commerciale. Il est pourtant crucial pour la sécurité alimentaire des populations insulaires que la pêche se développe à Vanuatu et que des circuits de distribution soient mis en place prioritairement dans les villages de l’intérieur des terres où la couverture des besoins protéiques de la population est généralement mauvaise (Hung, 1983). Si l’exploitation dans un but commercial des zones de pêche vivrière offre d’intéressantes perspectives, seule la mise en place d’une pêche commerciale structurée par de véritables professionnels semblait capable en 1983 de relever le défi de l’amélioration du statut nutritionnel des populations. Telle a été la fonction assignée au “Village Fisheries Development Programme”, mis en oeuvre par le Service des Pêches de Vanuatu, et qui a fait l’objet de la quatrième partie du présent atlas.

1. Introduction

  • 2 ORSTOM became IRD (Institut de recherche pour le développement) in November 1998.

34Small-scale subsistence village fisheries is an essential sector for food security in Vanuatu both in terms of the number of people and the tonnes of fish involved. Very little was known about these fisheries until the early 1980s—published data on this topic are scarce and not very recent, i. e. travelogue documents (ship stopover reports, colonial administrator mission reports, sailors’ log records, and scientific mission reports), ethnologists’ and geographers’ monographs on separate villages or islands, missionaries’ diaries, and national and regional summary reports. In these documents, only a few paragraphs or lines are devoted to fisheries—generally simple descriptions of fishing vessels, gear, or techniques. There is almost no quantitative data available. This situation prompted the Vanuatu Fisheries Department and ORSTOM2 to draw up a fisheries questionnaire, which was included in the agriculture census conducted by the Planning and Statistics Office from July to November 1983. Five topics were covered: the fishermen, fishing fleet, fishing gear, yields, and use of the fishing products. The household was selected as the elementary statistical unit for data sampling on production and consumption patterns. Overall, 130 villages (16%) on 26 of the main islands of the archipelago were surveyed. In each village, 10 households were sampled, for a total of 1 347 households, i. e. 7% of the rural population in Vanuatu.

This first survey was followed by two additional studies carried out in 78 and 52 of the 130 initially surveyed villages, respectively. The first study focused on fisheries activities and production with respect to the general economic situation in the villages, and on determining the percentages of fisheries products allocated for home consumption and for marketing, and to assess the importance of these factors in household budgets. The second study was carried out in 1984 to determine the frequency of fisheries activities, fishing strategies and tactics, fishing effort, yields for each fishing device, and the catch composition.

35Household equipment rates were determined on the basis of the number of fishing devices and boats owned. When the household only owned one fishing device or one boat, the equipment rate was equated with the percentage of households owning this equipment in the whole control population, i. e. represented by the entire coastal population. This was determined on the basis of the results of censuses of the Vanuatu population conducted in 1979 and 1989, of populations in 1983 and 1993, years when the agricultural censuses were not known. As the population growth between 1979 and 1983 and between 1989 and 1993 was not therefore taken into account, the control population was underestimated along with the household equipment rates. Calculating the equipment rate in terms of fishing gear (contrary to fishing boats) only takes the population of fishermen into consideration. As this parameter was not assessed in the 1993 agricultural census, the coastal population was used as the control population. This equipment rate calculation is a general parameter involving two variables: the per-household number of fishing devices of the same type, and the percentage of these owner households in the coastal population.

36In terms of its coverage and thoroughness, this census represented an important Pacific Islands event, especially as very little accurate statistical data is available on small-scale village fisheries in this region. A census update was carried out in 1993. The sampling procedure and questionnaires were similar to those of the initial censuses (Marshall, 1986, 1993). The results enabled us to draw up 10-year review of the small-scale subsistence village fisheries situation in Vanuatu.

2. Fishing fleet and fishing gear

2.1. Fishing vessels

37From 1983 to 1993, the number of fishing vessels in Vanuatu increased by a third, but there were marked differences between regions (Map 27). Ninety percent of these were paddled dugout canoes with a single outrigger (Fig. 7). The nautical performance of these small canoes (2-4 m long) is quite poor, which means that they are not very seaworthy. However, there are still a few large (up to 10 m long) dugout sailing canoes in southern Malakula—mainly used for transporting farm products between small inhabited islands and the large island where food crops are grown. In 1983, more than half of the dugout canoes in Vanuatu were based in Malakula and Efate, whereas 10 years later the dugout canoe fleet was more homogeneously distributed throughout the archipelago, with more than a third of all households in the coastal regions owning a canoe (Maps 28). It is hard to assess the impact of this change on the fishing effort as dugout canoes are multipurpose vessels used more for shuttle purposes and carrying goods than for fishing.

Figures 7 - Vanuatuan dugout canoes

Figures 7 - Vanuatuan dugout canoes

Outrigger canoe from Ambrym

Dugout sailing canoes from Malakula

38From 1983 to 1993, the number of motorboats increased by 42%, but this still only accounted for 10% of the fishing fleet (Maps 29). These are 4-6 m long wooden or aluminium boats powered by a 25 hp motor—which limits the scope of activities under surging sea conditions. This fleet, like the dugout canoes , is mainly used for transporting people and goods. But, in 1993, as was the case in 1983, the use of motorboats was only marginal and the condition of the fleet had degraded (Maps 30).

Map 27 - Fishing fleet patterns per region (1983 to 1993)
There was an overall increase in the number of dugout canoes and motorboats in four regions only. Of these regions, there was a marked difference between Ambrym and Paama, where the fishing fleet was almost null in 1983, and Malakula and Santo-Malo where it was already quite well developed.
Dugout canoes are very inexpensive to build since this task is usually performed by the users themselves. In contrast, purchasing a powercraft represents a considerable investment and a very dynamic economy is required to offset its depreciation.
From 1983 to 1993, variations in the ratio of the number of boats to the number of motors highlights changes in the status of the motorized fishing fleet. In Santo, Malakula and Efate, the number of boats increased to a greater extent than the number of motors, whereas the situation was reversed in Ambrym, Paama, and Banks-Torres. In Shepherds, Tafea and Ambae-Maewo, the number of motors declined along with the number of boats. The following four maps highlight the overall trends detected in the matrix analysis presented in the map legend.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1991

Maps 28 - Dugout canoe ownership rates for coastal inhabitants per region (1983 & 1993)
In 1983, almost a third of all coastal households owned dugout canoes. This ownership rate was maximal in Efate, i. e. concerning half of all households, and minimal in Ambrym, Paama, and Shepherds. Ten years later, the number of dugout canoes had increased by a third throughout the archipelago—this increase was greater than the population growth rate almost everywhere in Vanuatu. In Efate, the dugout canoe fleet decreased by 39% along with a decline in the rural population, which dropped by half in 10 years. This was the best equipped region in Vanuatu, with more than two-thirds of all households owning a dugout canoe.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 29 - Motorboat ownership rates for coastal inhabitants per region (1983 & 1993)
In 1993, as was the case 10 years earlier, less than 5% of all coastal inhabitants owned a motorboat. Apart from Efate, which benefited from a dynamic economy boosted by the capital Port Vila, household boat ownership rates only rose in the four least equipped Vanuatuan regions in 1983 (Santo-Malo, Malakula, Ambrym, Paama). This recovery was especially spectacular in Santo-Malo where the National Fisheries School was established in 1993, along with a small shipyard and a very dynamic fish market. Conversely, the pattern was negative in Tafea and Ambae-Maewo where the fleet declined by 60% in 10 years.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 30 - Motorboat fleet conditions per region (1983 & 1993)
All boats were considered to be operational when equipped with at least one motor—two motors provide greater security and avoid the problem of having to halt activities because of motor problems. When there were fewer motors than boats, then the size of the fishing fleet was based on the number of motors, as the excess boats were considered to be in poor condition, i. e. not seaworthy. Situations when there were more than two motors per boat seemed to indicate that part of the motors were in poor condition and that the fleet was not perfectly operational.
The condition of the fleet improved considerably in 10 years. In 1983, the situation was still marked by commercial condominium economic liberalities (throughout the country, there were 1.3-fold more motors than boats) and also by marked geographical differences. As compared to the affluence of Santo-Malo and Efate, only a third of all boats in Banks-Torres were equipped with a motor. In 1993, the situation was more homogeneous, i. e. no regions had a ratio of less than 0.4 or above 1.1. It was also more representative of the overall economic problems in Vanuatu, i. e. only 71% of all boats had a motor.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

2.2. Fishing gear

39Like many other Pacific Islands countries, coastal inhabitants in Vanuatu use a wide range of fishing gear to fish many different target species in highly diversified biotopes. This is mainly casting devices (hand spears, bows and arrows, cast nets, and spearguns) and dormant devices (fish traps, gill nets, and stake nets). This is all small-scale fishing gear that is owned by the fishermen. The design of this equipment is simple, even though to an increasing extent devices are made with manufactured material. The fishing devices are generally inexpensive, light, and easy to carry.

40Traditional homemade fishing gear currently seems to be used mainly by groups (Maps 31 & 32), bows and arrows by children (Maps 33), and fish traps by women. Traditional hand spears are used widely by men and children (Maps 34). Line fishing remains very popular (Maps 35). Thirty years ago, the nylon fishing line was the only “modern” fishing device implemented, but now this article is very common, inexpensive and can be bought throughout Vanuatu, even in villages remote from the coast.

41Generally, men use the most expensive fishing gear such as gill nets (Maps 36) and cast nets (Maps 37). The geographical distribution of these devices is closely related to the purchasing power and transportation facilities between fishermens’ villages and fishing supply shops, which are generally located in urban centres and large villages. Spearguns were introduced less than 30 years ago (Maps 38). Commercially manufactured spearguns are not very common because they are expensive and only sold in urban centres. Simple local models are mainly used, which include a metal arrow and a rubber thruster fitted to piece of wood (approximately 10 cm long), which is the base from which the arrow is launched.

42In addition to gear designed specifically to catch aquatic animals, there are other multiuse devices that can be implemented for fishing and other purposes. The most common of these tools is the machete and each household has at least one. Fishermen often use them to “cut” fish trapped in pools in the reef flats at low tide or during nocturnal fishing trips on foot. Machetes are used by women, adolescents and men. To a lesser extent, iron rods are used mainly by women to catch octopus at low tide or to dig out shellfish sheltered in the rocks. These rods are often used homemade speargun arrows.

43In addition to solid fishing gear that can be used infinitely, other single-use gear is also common. Coconut leaves are braided into rough nets of about 10 m long that are used to drag small fish into coves where they are killed with bows and arrows, handspears, and machetes. This collective fishing strategy is still used in the Banks islands. Plant-based poisons from coastal shrubs (Barringtonia spp. and Derrys spp.) are also used. The plant leaves or roots are crushed, minced into small pieces or pounded before being thrown into a pond to intoxicate all of the fauna present. The use of explosives was very popular during the first half of the 20th century, especially after WWII, but fortunately they are no longer used because of the shortage of explosives and the government’s banning of this practice.

Shoreline fisherman with a cast net

Map 31 - Spatial distribution of the six main types of fishing gear per region (1983)
In increasing order, lines, hand spears, spearguns, bows and arrows, gill nets and cast nets were the six most common types of fishing gear used in Vanuatu. In all but two regions, lines accounted for 40-75% of all of the fishing gear used, with a mean 57.5% for the whole country. Spatial distributions of the other fishing devices were not as uniform, especially gill nets and cast nets which only had a significant role in the village fishing effort in Efate and Shepherds. Traditional gear such as hand spears and bows and arrows were not used extensively on the volcanic islands of center east Vanuatu (Ambrym, Ambae-Maewo, Pentecost and Tafea, whose main island, Tanna, has a land-based cultural focus) due to the steep coasts and narrow reef flats.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1986

Map 32 - Fishing gear patterns between 1983 and 1993
Gill nets and cast nets were the least widely used types of fishing gear because of their high cost relative to the low purchasing power of coastal inhabitants. In 1983, these devices represented only 6% of the six main types of fishing gear and their geographical distribution was highly concentrated, i. e. eight out of ten devices were used in four regions (Efate, Shepherds, Malakula and Santo-Malo). Ten years later, nets still represented only 7% of all of the fishing gear implemented even though the overall number of devices had doubled. This increase was greater than that of other devices throughout the country, thus reflecting an increase in the monetary economy and villagers’ purchasing power. This purchasing power, however, was still quite low relative to the cost of these fishing devices—which is a key factor to explain their limited adoption. Solely, the number of bows and arrows increased fourfold over the 10-year period (2 095 to 8 934). The least marked increase concerned hand spears and spearguns, i. e. an increase of 13% and 39%, respectively, throughout Vanuatu, with significant declines in hand spears in Efate (-39%) and Malakula (-22%), and in spearguns in Banks (-34%).

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 33 - Coastal household bow ownership patterns per region (1983 & 1993)
Bows are multiple-purpose devices that can be used for both hunting and fishing when wading on the reef flats—but they are not often used from a dugout canoe. They are only implemented by male archers, i. e. old fishermen using traditional techniques, or dexterous children and adolescents. This “leisure” use of bows and arrows increased considerably in 10 years (from 2 095 to 8 934 units throughout Vanuatu). From 1983 to 1993, the mean bow ownership rate rose from 1.6 to 6 devices/10 households. This pattern mainly concerned northern Vanuatu where bows and arrows were already widely used in 1983. The mean number of bows/household increased threefold, fourfold and tenfold in Banks-Torres, Santo-Malo and Ambrym regions, respectively, from 1983 to 1993. There was an even more spectacular increase in Tafea, southern Vanuatu. In 1983, only 4.5% of all bows in Vanuatu were used in this region, whereas in 1993 this rate had risen to 29%. Central Vanuatu was the only zone were the household bow ownership rate remained stable or declined, e. g. in Epi and Shepherds where the number of bows dropped by 42% from 1983 to 1993.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 34 - Coastal household hand spear ownership patterns per region (1983 & 1993)
Hand-spear fishing is generally done on foot, on the reef flats or in marine phanerogam beds. Hand spears are also sometimes used when fishing in shallow waters from dugout canoes. These spears have a bamboo shaft tipped with four wooden points or four 10-20 cm-long sharpened iron rods. A sturdier version is used for fishing turtles—which is made up of a single sharp metal spearhead and a heavy wooden shaft to which several metres of rope are attached, along with a large plastic buoy—a harpooned turtle can thus be followed when it dives to escape.
In 1983, hand spears were much more commonly used than bows, which were fourfold less numerous. In 1993, the ratio of the number of hand spears to the number of bows was only 1.2. Nevertheless, the mean household handspear ownership rate did not really change in 10 years, i. e. remaining at 7 hand spears/10 households. In increasing order, Ambae-Maewo, Paama, Ambrym and Tafea are the four regions with the most significant increases (at least twofold) in the hand-spear ownership rates. However, it should be kept in mind that these regions had very low rates in 1983. The number of hand spears declined by 30% and 40% over 10 years in Malakula and Efate, respectively, which was responsible for a drop in the household ownership rate in Malakula. Conversely, this rate rose slightly in Efate as there was a marked reduction in the number of coastal inhabitants.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 35 - Coastal household fishing line ownership patterns per region (1983 & 1993)
Lines are the only fishing gear used by women, men and children alike. Lines are sometimes used for trolling, but hand lines are especially used when fishing from boats or on foot—at the edge of the reef flats, in holes in the in intertidal zone, and at river mouths. Nylon fishing lines with metal hooks have become the most common type of fishing gear as they are inexpensive and can be bought throughout Vanuatu in small coastal village shops. This simple fishing gear includes a single hook attached to the end of a nylon line, weighted with a piece of metal, a stone, or used batteries, rolled onto a bottle or a piece of wood—rods are rarely used. In 10 years, fishing line usage remained stable at 57% relative to all fishing gear. However, the mean ownership rate for the coastal population increased from 19 to 27 lines/10 households, and only Epi had a rate of less than 16 lines/10 households in 1993.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 36 - Coastal household gill net ownership patterns per region (1983 & 1993)
Traditional coconut-fibre nets are still used in collective ceremonial fishing trips in the Banks-Torres region, but almost all gill nets used in Vanuatu are made of synthetic fibre. These gill nets are imported from Asia, and generally around 10 m of netting with a 1.5 to 2 m chute. Apart from Efate, few households own more than a single gill net, i. e. the percentage of the coastal population owning a gill net was thus taken as the household gill net ownership rate. From 1983 to 1993, the number of gill nets doubled with the household ownership rate rising from 14% to 27%. In 1993, Paama was the only region where less than 10% of all households owned a gill net, whereas this was the case in six out of eleven regions in 1983. In contrast, more than 70% of all households were equipped with gill nets, and most of them owned two.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 37 - Coastal household cast net ownership patterns per region (1983 & 1993)
The rate of increase in the number of cast nets matched that of gill nets (doubling in 10 years), but their country-wide adoption was slower. In 1983, only Efate and Tafea had ownership rates higher than 5% of all coastal households, and seven regions still had lower rates in 1993. Efate only accounted for 29% of all cast nets in Vanuatu in 1993 as compared to 58% in 1983. The number of cast nets only increased by 16% in 10 years and the spectacular increase in the household ownership rates (from 18% to 40%) could only be explained by the sharp drop in the rural population.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

Maps 38 - Coastal household speargun ownership patterns per region (1983 & 1993)
A dramatic increase in spearfishing occurred after the introduction of diving masks in the early 1960s. There was already a relatively high ownership rate of 3.3 spearguns/10 households in 1983. In 1993, this rate had risen to 4.1, with most coastal households in Efate, Epi and Ambrym owning two spearguns. Since households were already well equipped with spearguns, there was little further increase over the next 10 years (+ 39%), i. e. a much lower rate than noted for gill and cast nets (120% from 1983 to 1993). Nevertheless, there were substantial increases in regions where spearfishing was not very common in 1983, e. g. fourfold increase in Ambrym, threefold in Paama, and twofold in Pentecost. Banks-Torres was the only region where the ownership rate declined over this 10 year period (-22%).

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

3. Fisheries activities

44Fishing is generally not villagers’ sole activity. It is generally undertaken in conjunction with farming—which mobilizes the entire labour force—hunting, sometimes livestock production, and various other domestic or traditional activities. Villages or households are rarely involved solely in fisheries activities for several week periods.

During the censuses, three time scales were used to assess fisheries activities, i. e. the year, month, and week. On these scales, three separate populations were identified:

  • households that were never involved in fishing activities;

  • occasional fishermen who fished at least once a year and up to three times a month;

  • regular fishermen who went fishing once a week on average.

As the census was conducted over a period of over 3 months, the survey was focused on fishing trips that took place the week prior to the survey agents’ visit. This standard week was considered to be representative of weekly fisheries activities for the whole 1-year survey period.

45In 1983, 46% of the coastal population—33% of the population of Vanuatu—were engaged in fisheries (Map 39a), representing a total of 546 119 fishing trips. Two-thirds of these involved fishing on foot or skin diving in the intertidal zones and shallow parts of the reef slope, up to 10 m depth (Map 39 b). About half of this fishing effort was focused in Malakula and Banks-Torres, i. e. 178 740 fishing trips during the year, for a mean 98 trips per fishermens’household (Map 40 a). Considering the extent of the fishing area (158.4 km2, or 35% of the total fishing area of Vanuatu), the fishing pressure values (per km2)—equal to 1 128 fishing trips—were not as high as the maximum values for Vanuatu, but were still much higher than the national mean, i. e. 787 trips per fishable km2 (Map 40 b).

46The fishing zone between 10 and 100 m depth was much less fished than the surface layers. Fishing was found to be spatially concentrated, with Malakula, Tafea and Efate accounting for 65% of the fishing effort (Map 41a). Throughout Vanuatu, the fishing pressure within the 10-100 m layer was 11-fold lower (73 fishing trips per km2) than in the 0-10 m layer (Map 41b).

47Fisheries activities did not increase markedly in 10 years: in 1993, 51% of the coastal population, i. e. 35% of the total population of Vanuatu (Map 42a) were involved in fishing. 71% of all fishing trips were focused in Tafea, Malakula, Efate, and Banks (Map 42b). The fishing effort, expressed in annual number of fishing trips, only increased by 3.3% from 1983 to 1993 in Vanuatu. Nevertheless, there were substantial between-region differences (Map 43): fishing activities declined significantly in four regions (Ambae-Maewo, Epi, Malakula, and Shepherds), they increased markedly in five regions (Ambrym, Efate, Pentecost, Santo-Malo, and Tafea), while remaining steady in two other regions (Banks-Torres and Paama).

Maps 39 - Fisheries activities of the coastal population in 1983
Three-quarters of the coastal population of the Banks-Torres archipelago had gone fishing during the week preceding the survey, which makes it the most active fisheries region in Vanuatu, followed by Malakula and Efate, where 60% of all coastal households were involved in fishing. In contrast, fisheries activities were minimal in volcanic areas and islands where there is very little coral, such as Ambae-Maewo, Ambrym and Paama.

In Tafea, Efate and Epi, fishing trips were usually undertaken by boat, whereas in the eight other regions fishermen were generally on foot or diving (88% of all trips in Shepherds, Ambrym and Paama). Concerning the latter two regions, this percentage seems unusual since the shallow water zones were not extensively fished. The low degree of fisheries activities could explain this

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1986

Maps 40 - Fishing trips on foot or skin diving in 1983
Half of all Vanuatuan fishermen fishing on foot or skin diving were from Banks-Torres and Malakula. In Paama, the low percentage of fishermen amongst the coastal population was fully offset by their activity (139 trips/year/household), which represents a maximal fishing effort of more than 2 500 trips/km2 of fishable area.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1986

Maps 41 - Boat fishing trips in 1983
The fishable area within range of dugout canoes and motor boats is sixfold greater than that within range of fishermen on foot or skin diving. The mean fishing fleet utilization rate for Vanuatu was 41 annual trips/boat. 63% of all boats were focused in Malakula, Tafea and Efate, so they were the three main boat fishing centres in the country. Each boat went out on 50, 61 and 112 fishing trips/year, respectively, for and overall fishing effort/km2 of fishable area of 100-130 trips annually. The mean fishing fleet utilization is also very high in Banks-Torres with 66 annual trips/boat. Ambae-Maewo, with 9% of all trips in the country and barely 4% of the fishable area, was the region with the most intense fishing effort/km2.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1986

Maps 42 - Fisheries activities of the coastal population in 1993
As the fisheries census carried out in 1993 did not distinguish between fishing trips in boats and on foot, fisheries activities were only studied in a general sense. In 1983, fisheries activities were greatest in Banks-Torres, Malakula and Efate. Ten years later, Tafea and Pentecost also became major centres like Efate and Banks-Torres, whereas the proportion of fishermen slumped from 66% to 36% in Malakula.

Sources : Statistics Office, Port Vila, 1994

Map 43 - Changes in the number of fishing trips from 1983 to 1993
The fishing effort increased 66% in Efate despite a substantial decrease in the coastal population, i. e. outmigration half of the inhabitants in 10 years. Fisheries activities provide a source of income for an increasing number of fishermen and a derivative and relatively important food source for young rural inhabitants not wishing to invest in farming and without access to income-generating employment. The situation in Santo-Malo exemplifies the fact that the development of fisheries activities requires more than simply being close to an urban centre. In Malakula, the decline in fisheries activities in 10 years could highlight a shift from generalized fishing to commercially-oriented fishing. Commercial fishing is carried out by a smaller number of fishermen using efficient devices such as nets. In Tafea region, the increase in fishing could be explained by the fact that for several years natural disasters (cyclones, tropical storms, volcanic ash fallout) damaged crops, which was detrimental to the inhabitants’ food security.

Sources : David, 1985 ; Statistics Office, Port Vila, 1994

4. Fisheries production and uses

Fisheries production is usually expressed in terms of weight, but in this case it was quantified in numbers as weigh scales were often not available in the villages. Six different categories of fisheries products were delineated: freshwater fish, shallow water fish (0-10 m), intermediate water fish (10-100 m), crustaceans, octopus and shellfish (quantified as numbers of baskets). A mean weight was attributed to each of these groups: 200 g for cephalopods, 500 g for crustaceans, and 4 kg for a basket of shellfish. Three values were given for fish with greater size variability: 260 g for intermediate water fish, 200 g for shallow water fish, and 80 g for freshwater fish. All fish production was considered to be of freshwater origin when mangroves were located at the mouth of a river or in an estuary. For a given category, weekly fisheries production was calculated by multiplying the mean weight by the number of fish caught.

48Fisheries production was extrapolated for 1983 for the entire coastal population as 2 849 t, including 47% fish, 31% shellfish, 19% crustaceans, and 2-3% cephalopods (Maps 44).

4.1. Fish

49The widest range of different techniques was noted for catching fish, as all devices used for small-scale village fisheries were implemented. Of the 6.9 million fish caught in 1983, 63% were from the shallow water layer, 21.5% from the intermediate layer, and 15.5% from fresh water.

4.1.1. Shallow water fish (0-10 m)

50In Vanuatu, shallow water fishing was the most common fisheries activity noted in the survey, i. e. 74% of all fishermen surveyed in Vanuatu. This population, involving 4 541 households, represented 34% of the whole coastal population. Malakula and Efate accounted for 56% of the production (Maps 45). Although most of the fish was for home consumption, 27.5% of all fish caught were marketed by 14.2% of the fishermen. Malakula and Efate again had a key role in this respect, as 94% of the fish marketed in Vanuatu was from these two islands (Maps 46). Note that fishermen catching shallow water fish doubled their catch yields when they were to be marketed (Maps 47). This was the result of an increase in the nominal effort resulting from an increase in the fishing power, as expressed in the duration of fishing trips, and an increase in the effective effort because of the use of modern but expensive fishing gear such as cast nets and gill nets, which are still not widely used in subsistence fisheries. This development highlights the fact that fishermen set marketing objectives—household yields double when part or all of the production is to be marketed.

51In 1983, 4 342 480 fish were caught in shallow waters in Vanuatu, which represents a production of 868.5 t, with a fishing pressure of 97 fish/ha for a fishing area of 448 km2. By comparison, mean densities noted on fringing reefs in the Pacific Islands are 100-to 500-fold higher, with about 10 000-50 000 fish/ha, all species considered (Kulbicki, 1991, 1995). However, the fishing effort was not distributed uniformly over the fishing area—the zone that was actually fished was limited to a few dozens of metres wide by a few hundreds of metres or a few kilometres on each side of coastal villages, i. e. 10-to 100-fold smaller than the actual fishing area. The fishing pressure could thus be 970 to 9 700 fish caught per ha. In a balanced fishing situation (for species with a natural mortality rate of around 0.3), only 30% of the catchable population can be caught. The demographic vitality has an impact on the growth of fishermens’ populations; then the potential fishing effort growth margin will be reduced. An excessive concentration of the fishing effort will lead to overfishing, and the fishermen will thus be obliged to tap other environments.

4.1.2. Fish from the intermediate water layer (10-100 m)

52Fishing in the intermediate water layer was not as common as shallow water fishing: 2 027 households were involved, representing a third of all Vanuatuan fishermen and 15% of the coastal inhabitants. 59% of the production came from Malakula and Efate, while 21% was from Tafea (Maps 48). Only 21.5% of the catch volume was marketed, but in some regions this proportion reached as high as 35% or more. Market outlets were slightly more concentrated geographically than production, i. e. 72% of the catches were sold in Malakula and Efate (Maps 49). On average, each household caught 14 fish weekly. In contrast with shallow water fisheries, marketing the fish did not lead to an increase in yields, probably because the fishing gear and fishing trip durations remained constant.

Maps 44 - Composition of fisheries production in 1983

Source : David, 1985
Depending on the region, shellfish represented 20-72% of catches by small-scale village fisheries. These high percentages highlight the dietary importance of the reef flat resources, the often essential role of women in subsistence fisheries production and the low impact of small-scale village fisheries in the monetary economy, while confirming the limited nature of shellfish production. Despite the attractive price at which crustaceans were bought from fishermen, this product represented less than 20% of the overall fisheries production, except in Santo-Malo and Tafea.

Source : David, 1985

Maps 45 - Shallow water (0-10 m) fishing in 1983
Malakula was the main shallow water fish production centre in Vanuatu (347 t). It is the only region in the archipelago that combines a high demographic weight and a coastal population well involved in the fishing because of major fringing reefs and mangroves. Conversely, the central eastern part of the country, from Maewo to Shepherds, accounted for only 15% of the annual production in Vanuatu. These islands, especially Epi, Shepherds and Paama, are not very populated and they have very little fringing reef (Ambae, Maewo and Pentecost).

Source : David, 1985

Maps 46 - Destination of shallow water (0-10 m) fisheries production in 1983
Usually self consumed, very little of the shallow water fisheries production was marketed, except in Efate and Malakula. Most of the production goes to the fishermen family or, for a part, to relatives.
The fact that there is an established urban centre in Efate facilitates marketing, whereas the town is smaller on Santo and the transportation system is insufficient. In Shepherds, very little fish was dispatched to Port Vila despite the closeness to Efate and the low air transport rates. As is the case on many other Vanuatuan islands, there are many constraints to local marketing of shallow water fish. The main drawbacks include the fact that this product is quite perishable, which means that expensive refrigeration units have to be purchased and maintained to enable transportation of this product to markets, the low income-level of the inhabitants, and the high home consumption rates to meet local food needs. There was a very limited distribution network for marketing the catches, i. e. rarely extending beyond the production village. In 1983, only Malakula had a sufficient supply and monetary demand. This island accounted for 39% of the production volumes in Vanuatu, including 30% of all home consumption and 66% of all sales.

Source : David, 1985

Maps 47 - Shallow water (0-10 m) fish yields in 1983
Fish yields for home consumption were generally more uniform and lower than commercial yields. For the commercial sector, peak yields were noted for Malakula and Efate—twofold higher than yields obtained on other islands—the fact that nets were used and fishing trips were of long duration indicates that inhabitants were counting on marketing their catches. In other regions, fish were only marketed when there was a surplus after home consumption needs had been met.
The mean overall yield for Vanuatu was found to be 191 kg/household. Regions in the central eastern part of Vanuatu (Pentecost, Ambrym, Paama, Epi, and Shepherds) where the reef flats are narrow had the lowest yields/fishable ha. Interestingly, Ambae-Maewo has the same morphological features but fishermen achieved three to fourfold higher yields, i.e. the highest yields in Vanuatu with 48 kg/ha/year.

Source : David, 1985

53Commercial fisheries therefore seem to focus activities in the intertidal zone and the first few metres of the reef slopes.

54In 1983, 1 490 000 fish were caught in the intermediate waters around Vanuatu, which represents a production volume of 387.4 t. This fishing area (263 900 ha) is currently very under fished, with a fishing pressure of 5-6 fish caught yearly per fishable hectare (Maps 50). As the fishing effort is focused within the 10-20 m layer, it can be assumed that the area fished is 100-to 1 000-fold smaller than the actual fishable area, and much of the biomass therefore remains inaccessible. In terms of yields/ha, the fishing pressure ranged from 567 to 5 670 fish/ha. By comparison, catch densities in the Pacific Islands, particularly in Hawaii, New Caledonia, Guam and Chesterfield islands (Kulbicki, 1991, 1995), range from 8 000 to 50 000 fish/ha. The same productivity could be expected in Vanuatu as the fishing environments are quite similar, which means that there is a considerable margin for growth of the fishing effort in this zone.

4.1.3. Freshwater fish

55Freshwater fishing is much less common than sea fishing because of the lack of large rivers: 7% of all coastal households and 15% of all Vanuatuan fishermen are involved in this activity. It is mainly focused in brackish water of river mouths and delta zones—the upstream fishing effort is much lower and very few species are involved.

56Overall, 1 070 800 freshwater fish were caught in Vanuatu in 1983. This quantity, which is slightly lower than deep-sea fish catches, highlights the intensiveness of downstream freshwater fishing activities. However, in terms of weight, this sector has a minor subsistence role: the estimated total annual production was 85.7 t, which is around 6.5 kg/year per rural coastal household in Vanuatu.

57Most freshwater fishing is done on Malakula, i. e. 68% of all Vanuatuan freshwater fishermen are from this island. The mean yield is 28 fish/household/week as compared to 11 in the rest of the archipelago. Most of the annual production (84%) is from this region, where 17% of all freshwater fish are marketed (Maps 51a & b).

Maps 48 - Intermediate water (10-100 m) fishing catches in 1983
This production (387.4 t/year) came mainly from southern and western Vanuatu, with 79% from Malakula, Efate and Tafea. These three regions accounted for a considerable proportion of the overall population and the inhabitants were generally coastal dwellers involved in fisheries activities—a quarter of these inhabitants of Tafea and Malakula fished in the intermediate water layer.

Source : David, 1985

Maps 49 - Destination of intermediate water (10-100 m) fisheries production in 1983
A higher percentage of intermediate water fish catches were marketed as compared to shallow water fish (21.5% versus 14.2%). Not surprisingly, the three main production regions (Malakula, Efate and Tafea) had the most developed marketing system (83% of the fresh fish sold in Vanuatu came from these regions). However, in Santo-Malo, where more households were involved in intermediate water fishing, little of the fish caught within this water layer were marketed.

Source : David, 1985

Maps 50 - Intermediate water (10-100 m) fish yields in 1983
Intermediate water fish yields (expressed in live weight) were found to be the same as shallow water yields, i. e. 191 kg/household/year. Commercial fishing yields were generally more uniform and often much lower than subsistence fishing yields, except in Malakula and Ambae-Maewo. Commercial fishing in intermediate waters was actually just a support activity and sales mainly concerned surpluses after home consumption needs had been met. No fishermen were trying to boost their fishing effort to reach a specific production objective, contrary to some shallow water fishermen.
Considering the marked gap between the size of fishable zones and the low fishing effort involved, the fishing pressure remained quite low, i. e. 1.5 kg/fishable ha/year with maximum values of not more than 3 kg. The large fishable zone in Banks-Torres completely altered the relatively high production values.

Source : David, 1985

4.2. Octopus

58A total of 71 t of octopus were caught in Vanuatu in 1983, and 15% of this volume was marketed (Maps 52a & b). 13.4% of coastal households and 29% of all fishermen were involved in octopus fishing. Malakula again was the main production centre, i. e. 40% of the fishermen and 37% of the catches came from this region. Mean yearly octopus yields in Vanuatu were around 40 kg/household.

Maps 51 - Freshwater fish production in 1983
Freshwater fishing only concerns regions with substantial rivers, i. e. this activity is nonexistent on volcanic islands such as Ambae, Ambrym and high islands such as Pentecost and Maewo. Freshwater fisheries activities also seem to be linked with the presence of active maritime fisheries. Hence, Santo-Malo, which has a highly developed hydrographic system (27% of all rivers with low-medium flow, and 47% of those with medium flow rates) had a much lower freshwater fishing activity rate than Malakula, where there are fewer rivers but the coastal inhabitants were substantially involved in fisheries activities. In addition, Malakula is the only region where freshwater fish were marketed (only 17% of the production).

Source : David, 1985

Maps 52 - Octopus production in 1983
The total volume of octopus caught in Vanuatu in 1983 was quite low (71 t). Most of this fishing was done south of Santo and Paama, where 13% of the coastal population was involved in this activity, with annual yields of more than 21 kg/household. Overall, 74% of the catches are from Malakula, Efate and Tafea. This was mainly a subsistence activity. Only 15% of the catches were marketed, except in Tafea where this rate peaked at 40%.

Source : David, 1985

4.3. Shellfish and crustaceans

59Bivalve molluscs such as oysters, clams, and cockles are the main marine shellfish caught. On average, they are gathered by 17% of all coastal households. The annual production is 97 baskets/household, i. e. 388 kg at a mean weight of 4 kg/basket. 43.7% of the annual production of Vanuatu (about 389 t) comes from Malakula. Only 6.5% of all shellfish collected is marketed (Maps 53a & b), the rest is destined for home consumption. Crustaceans, on the other hand, are widely marketed, i. e. sometimes up to 91% of the production volume—mainly lobsters that are sold at good prices in the urban markets in Luganville, and especially in Efate. In 1983, 547 t of crustaceans were harvested in Vanuatu for a mean yield of 507 kg/household/year. There are very few crustacean fishermen in peripheral regions: they only represent 8% of the coastal population of Vanuatu, which is only slightly higher than the percentage of freshwater fishermen and much lower than the proportion of octopus fishermen. The marketing trend accounts for the high annual crustacean fishing yields. Malakula and Santo-Malo are the main crustacean fishing centres in Vanuatu, where 62% of all crustaceans are caught (Maps 54a, b & c).

Maps 53 - Shellfish production in 1983
Mother-of-pearl shellfish such as trochus (Trochus niloticus) and burgau (Turbo marmoratus) have not been fully adopted as edible shellfish even though they are consumed and appreciated.
These edible shellfish are collected by hand on the reef flats or in sedimented zones or by skin divers along the top few metres of the reef slope. The high volumes (890 t) could be explained by the heaviness of the shells, i. e. they do not reflect the actual food impact of this production as only a third of the weight of each shell is edible. Shellfish collectors from Santo-Malo only account for 2.5% of the coastal population, but they harvest 10% of the annual production as the yields were found to be fivefold higher than the national mean. 43% of the total production came from Malakula where, although yields were much lower, a consistent proportion (39%) of the coastal households were involved in this activity. Contrary to the situation in Efate, all shellfish collected in Shepherds and to a lesser extent in Malakula were destined for home consumption.

Source : David, 1985

Maps 54 - Crustacean production in 1983
Lobsters, mangrove crabs and coconut crabs are the main crustaceans eaten in Vanuatu. Lobsters and mangrove crabs have a high market value. Lobsters inhabit crevices in the reef flats at a few metres depth; they are usually hunted with hand spears and less often with spearguns—traps are sometimes used, e. g. at Aniwa, with chitons used as bait. Mangrove crabs are caught by hand or with hand spears in and around mangroves.
95% of this volume came mainly from Santo-Malo, Malakula, Efate and Tafea. Malakula was the only region that combines a high proportion of fishermen from coastal households (higher than the national mean) and high crustacean yields (400-500 kg/year/household). The high yields noted in Efate and Santo-Malo fully offset the much lower fisheries activities on these islands. Much of the production was marketed in urban centres, i. e. mainly in Port Vila where threequarters of the high income earners in Vanuatu live, and where most of the tourist activity is focused. Santo-Malo and Malakula, where there is a well developed air service, are the main supply regions for this market. Because of the lack of a reliable transportation system, very little of the crustacean supply in Port Vila comes from Banks-Torres.

Source : David, 1985

5. Nutritional value of fisheries products

60Total production is not a suitable parameter for assessing the nutritional value of fisheries products. Indeed, as food values differ markedly for an identical quantity of fish, shellfish or crustaceans, kilogramme of edible matter and kilogramme of proteins are the only valid units for comparing fisheries products.

61It was considered, in line with the Pacific Community charts drawn up by Jardin and Crosnier (1975), that the edible portion of 1 kg of product was 950 g for octopus, 450 g for fish, 370 g for shellfish and 310 g for crustaceans which is the fisheries product with the highest proportion of waste. The protein values per kilogramme of edible product are 190 g of protein for fish, 180 g for crustaceans, 158 g for octopus and 100 g for shellfish.

62The edible portion of total production (2 849 t) was thus estimated to be 1 170 t for a protein supply of 189 t; 39.6% of this supply was found to be derived from shallow water fish, 16% from crustaceans, 17.5% from intermediate water fish and 17.4% from shellfish—octopus (5.6%) and freshwater fish (3.9%) accounted for a very low proportion of this supply (Table 6).

63This high diversity in nutritional protein supplies derived from fisheries products is a national feature. In regional terms, only Malakula has such diverified protien supplies—which reflects the highly diversified types of fishing and biotopes that are fished by inhabitants of this island. The general trend indicates that when biotope diversity is limited, fisheries production is more specialized and protein supplies are less diversified (Map 55 a). The composition is often not balanced and only one or two types of product generally dominate, i. e. mainly shallow water fish and shellfish (Map 55 b).

64Overall, the four largest regions accounted for more than 75% of the fisheries protein production, i. e. 149 t (Map 55a). These values actually have no nutritional significance unless they are related to the number of potential consumers. Since inland village inhabitants are not very involved in fisheries activities and networks to distribute fisheries products to these villages are not very developed, it was assumed that all potential consumers were coastal inhabitants. Throughout Vanuatu, each coastal household generally has access to 14.3 kg of fish protein to partially meet their protein needs. However, there are marked regional differences. For instance, Malakula and Efate inhabitants have access to twentyfold more edible proteins than Ambrym or Paama inhabitants (Map 55b).

Maps 55 - Composition and covering protein supply from subsistence fisheries in 1983

Source : David, 1985
Two parameters were used to characterize the composition of protein supplies from small-scale subsistence fisheries:
- its diversity, expressed by the number of categories of products accounting for at least 10% of the total supply;
- the balanced or unbalanced nature of the composition; unbalanced composition was measured by the existence of a dominant product category (representing at least 30% of the total supply); balanced composition was determined by the absence of dominant products.
Considerable quantities of the products fished by the coastal communities of Efate and Santo-Malo were consumed in Port Vila and Luganville. Hence, 36-42% of the fish caught in Efate, 20% of the shellfish and 91% of the crustaceans were marketed in Port Vila, i. e. 10.5-11.6 t of protein for a total fisheries production of 21.2 t of protein. In Santo-Malo, sales of fisheries products in Luganville were almost exclusively limited to crustaceans, i. e. 43% of the catch tonnage, or 26 t of food with 4.7 t of protein. In these two regions, these sales—which financially benefit their coastal inhabitants—considerably reduced subsistence fisheries production volumes to cover their protein needs.

Table 6 - Composition and protein value of fisheries products

note: decimal points are represented by commas

Source : Hung, 1983

Source : David, 1985

A person’s protein needs are generally expressed according to his/her bodyweight. Nutritionists acknowledge that the daily protein intake for an adult man is 0.9 g/kg bodyweight (Kayser, 1970). Adult women have lower needs, i. e. 0.8 g/kg bodyweight, but the protein ration must be increased when women are pregnant or nursing, i. e. 13 g and 24 g daily, respectively, irrespective of the bodyweight. Children have higher protein needs than adults. By taking the composition of the Vanuatu population into account, 50 g/person (regardless of age and sex) was considered to be the mean daily protein requirement for the Vanuatuan population. Annual per-capita protein needs were calculated to be 18.2kg, based on the assumption that these needs are temporally constant.

65For a mean population of 5 people/household, the 14.3 kg of protein that each household derives from subsistence fishing barely accounts for 16% of the annual protein needs. Almost a third of the needs are met in Malakula, but less than 2% in Ambrym (Map 55c). Although high quantities of plant proteins are consumed between meals, especially during trips to family gardens (e. g. walnuts, almonds and young fern fronds), it is quite likely that the population’s protein needs are not met with fresh food—meat consumption is very low throughout Vanuatu except on festive occasions. Inhabitants tend mainly to purchase tinned meat or fish as a stopgap when fisheries activities are low. However, this trend must remain marginal—its development would worsen the country’s trade deficit, while absorbing part of the national money supply circulating around the islands. Potential fishermen might then hesitate to develop a commercial fisheries activity in the light of the low purchasing power of their compatriots. Fisheries development is crucial for the food security of Vanuatuan island populations and distribution networks must be set up, especially to service inland villages where inhabitants are generally unable to meet their protein requirements (Hung, 1983). The development of commercial fishing in traditional subsistence fishing areas would be of interest, but it should be noted that in 1983 only real professional commercial fishing companies were able to meet the challenge of improving peoples’ nutritional status through the development of a well-structured subsector.

66The Village Fisheries Development Programme, as described in the fourth part of this Atlas, was set up by the Vanuatu Fisheries Department to coordinate this development.

Notes

1 L’ORSTOM est devenu l’IRD (Institut de recherche pour le développement) en novembre 1998.

2 ORSTOM became IRD (Institut de recherche pour le développement) in November 1998.

Table des illustrations

Titre Figures 7 - Vanuatuan dugout canoes
Légende Outrigger canoe from Ambrym
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Dugout sailing canoes from Malakula
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Shoreline fisherman with a cast net
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10691/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540