Version classiqueVersion mobile

Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu / Coastal Fisheries Atlas of Vanuatu

 | 
Espérance Cillaurren
, 
Gilbert David
, 
René Grandperrin

L'environnement des activités halieutiques / The fisheries environment

L’environnement des activités halieutiques

The fisheries environment

Texte intégral

1L’environnement de toute activité halieutique se compose d’un ensemble de facteurs physiques, biologiques et humains qui déterminent d’une part l’abondance du poisson sur les lieux de pêche et d’autre part l’effort que le pêcheur y déploie pour le capturer.

D’après Laurec et Le Guen (1981) « le stock est l’ensemble des animaux exploitables ; l’abondance est l’effectif du stock ; l’effort de pêche appliqué à un stock est une mesure de l’ensemble des moyens de capture mis en oeuvre par les pêcheurs sur ce stock pendant un intervalle de temps déterminé ».
Parmi les facteurs déterminant l’abondance, notamment de poissons, on distinguera particulièrement :

  • les facteurs d’ordre physico-chimiques gouvernant leur équilibre physiologique (température, salinité, teneur en oxygène etc.,…),

  • les facteurs abiotiques tels que la profondeur, la topographie, la morphologie et la nature du fond,

  • la qualité et la quantité de nourriture disponible pour le stock.

À toute étape de la vie d’un poisson et selon l’espèce à laquelle il appartient, correspondent un régime alimentaire et des besoins physiologiques particuliers qui déterminent son comportement et notamment ses déplacements. La quantité et la qualité de nourriture disponible en un lieu dépendent de la concentration des eaux en éléments nutritifs (sels minéraux, matière organique dissoute). Dans les eaux côtières, ces éléments sont principalement apportés soit par les remontées d’eaux profondes dues à un phénomène d’upwelling, soit par les écoulements des rivières qui charrient des débris terrigènes (figure 4) ; leurs flux sont directement liés à la courantologie locale, elle-même influencée par la morphologie sous-marine et littorale.

  • 1 Il s’agit notamment de l’amplitude de la houle et de l’intensité du courant de dérive.

2Outre leur motivation, l’effort de pêche que les pêcheurs mettent en oeuvre sur un stock de poisson dépend des conditions de travail à la mer qui relèvent de facteurs météorologiques (vitesse et direction des vents) et hydrologiques1. Localement, le rôle de ces facteurs peut être amplifié ou réduit par la configuration du littoral ou la morphologie de l’arrière pays. Ainsi la présence de baies ou de caps et l’existence en retrait d’une chaîne de montagne peuvent-elles modifier le régime des vents et améliorer sensiblement les conditions de travail à la mer, particulièrement pour la pêche profonde. Quant à la pêche vivrière, la multiplicité des biotopes exploités (tombants récifaux, platiers, herbiers, plages, mangroves, embouchures de rivière) réduit sa vulnérabilité aux aléas climatiques, les sites abrités offrant des situations de repli lorsque les conditions météorologiques deviennent défavorables.

Figure 4 - Typologie des facteurs écologiques qui favorisent ou limitent l’abondance des poissons dans les eaux côtières

Figure 4 - Typologie des facteurs écologiques qui favorisent ou limitent l’abondance des poissons dans les eaux côtières

3Autre élément déterminant dans les activités halieutiques, la motivation des pêcheurs relève d’un ensemble de facteurs économiques, sociaux et culturels parmi lesquels le calendrier agricole, l’habitat plus ou moins littoral, les besoins monétaires, la demande des consommateurs et la viabilité des circuits de distribution jouent un rôle de premier plan.

1. Climat et hydroclimat

1.1. Le climat de l’archipel

4Vanuatu est intégré dans sa totalité au domaine intertropical. Le cycle saisonnier des températures est marqué par une saison chaude de décembre à avril et une saison fraîche, de juillet à septembre, séparées par deux périodes de transition (tableau 5).

Tableau 5 - Le cycle saisonnier des températures et des précipitations moyennes relevées sur la période 1961-1983

Tableau 5 - Le cycle saisonnier des températures et des précipitations moyennes relevées sur la période 1961-1983

Source : Vanuatu Meteorological Department, 1985
note: decimal points are represented by commas

5L’extension de l’archipel en latitude sur près de 900 km explique les contrastes thermiques observés entre le nord et le sud. L’altitude exerce également une influence sur la température au sol qui décroît de 0,5 à 0,6°C tous les 100 m.

6Les variations latitudinales sont encore plus marquées pour les précipitations avec 4 000 mm de pluies annuelles au voisinage des archipels Banks et Torres tandis que le sud du pays reçoit moins de 2 000 mm (carte 16 a). Une différence s’observe entre les côtes abritées et celles, beaucoup plus humides, exposées aux vents dominants. Le régime annuel des vents présentant une forte composante sud-est, les côtes ouest des îles sont par conséquent protégées des houles dominantes (carte 17).

Cartes 16 - Conditions hydroclimatiques annuelles moyennes aux latitudes de Vanuatu

Cartes 16 - Conditions hydroclimatiques annuelles moyennes aux latitudes de Vanuatu

Source : Delcroix & Hénin, 1989

Carte 17 - Le climat et ses implications pour la pêche

  • 2 Ces valeurs ont été tirées de l’abaque de Bretschneider présenté par Guilcher (1979).

L’ensemble du pays est soumis à un régime d’alizé dominant de secteur sud-est durant la majeure partie de l’année. Cet alizé présente également une composante de secteur est dans le sud et le centre de Vanuatu et une composante de secteur sud dans l’extrême nord du pays où l’influence du climat équatorial est plus nette. Celle-ci se traduit dans le nord par un pourcentage élevé de périodes de calmes et de vents de faible intensité, principalement durant l’été. Ainsi, à Vanua Lava, les calmes durent six mois, de novembre à avril ; en revanche à Aneityum, seul le mois de février correspond à une période de calmes importants. Une zonation latitudinale de l’archipel peut donc être esquissée entre un sud largement ventilé où hors de la zone de protection des terres, la mer est souvent grosse et se prête difficilement au travail sur de petites embarcations, et un nord moins exposé offrant des conditions de travail à la mer plus aisées.
Une seconde zonation apparaît également selon le degré d’exposition à l’alizé. Les côtes au vent battues par les houles océanes se révèlent moins propices à la pêche que les côtes sous le vent. La zone abritée, qui correspond à des conditions limites de pêche et de navigation compte tenu de la petite taille des embarcations, s’étend vers le large jusqu’à 50 km des côtes (distance nécessaire à des vents de 15 et 12 noeuds soufflant durant 5 heures pour lever des vagues de 0,6 m et de 0,9 m de hauteurs2 respectives). La limite de navigation dans de bonnes conditions se situe à une dizaine de km des côtes (distance nécessaire à des vents de 10 noeuds soufflant durant deux heures pour lever des vagues de 30-35 cm de hauteur). Dans ce contexte, la « mer intérieure » comprise entre les îles Santo, Malakula à l’ouest et les îles Maewo, Pentecost, Ambrym et Epi à l’est, constitue un espace privilégié abrité des houles de sud-est. Entre les îles, les zones de détroit sont néanmoins caractérisées par la présence d’un fort hydrodynamisme avec houles réfractées et courants de marée.
Les phénomènes cycloniques sont classés par les météorologues de la façon suivante : « cyclones » caractérisés par des vitesses de vent supérieures à 63 noeuds, « dépressions » pour des vitesses comprises entre 48 et 63 noeuds, « dépressions modérées » pour des vitesses comprises entre 34 et 47 noeuds. De 1940 à 1985, 58 dépressions tropicales et cyclones ont touché Vanuatu, dont 65 % durant les mois de janvier et de février.
Au plan strictement climatique, le nord semble donc plus propice que le sud à un développement halieutique (alizés moins forts, longues périodes de calmes, peu de cyclones dévastateurs). En revanche, le sud serait plus favorable à la mise en place d’infrastructures liées aux techniques de conservation du poisson qui requièrent une bonne ventilation et une hygrométrie plus compatible avec le salage ou le séchage du poisson.

1.2. Le climat de l’océan

7L’hydroclimat du Pacifique sud-ouest est conditionné par le régime des vents associé à la distribution des centres de hautes et de basses pressions atmosphériques. Les alizés du Pacifique sud convergent vers deux zones (carte 18). La première est située vers 5°N ; il s’agit de la zone de convergence intertropicale ou ZCIT. La seconde est la zone de convergence du Pacifique sud, ou ZCPS, qui s’étend de la Papouasie NouvelleGuinée vers la Polynésie française selon un axe nordouest-sud-est. ZCIT et ZCPS se rejoignent au nord de la Papouasie Nouvelle-Guinée. C’est dans cette région que sont observées les pressions atmosphériques les plus basses, la nébulosité et les précipitations les plus fortes et les eaux superficielles les plus chaudes et les plus dessalées (Delcroix et al, 1995). Vanuatu se situe en bordure sud de cette zone. L’archipel ayant une forte extension en latitude, des variations sensibles de température et de salinité sont observées entre le nord et le sud (cartes 16 b et 16 c). Les variations saisonnières sont également marquées ; elles sont fonction de l’ensoleillement, du régime des vents et des précipitations liées au déplacement de la ZCPS (Delcroix, 1993).

Pendant l’hiver austral, de mai à septembre, la ZCPS migre au nord de 10°S. Les alizés du sud-est, bien installés, renforcent la circulation des eaux vers l’ouest ; elles présentent alors les plus faibles températures et les plus fortes salinités de l’année. En été austral, d’octobre à avril, une période de calmes s’installe entrecoupée toutefois de vents d’ouest qui renforcent l’écoulement des eaux vers l’est ; les eaux sont chaudes et dessalées du fait des précipitations abondantes. Les eaux de subsurface, entre 100 et 400 m, échappent à cette saisonnalité car elles sont soumises à des mélanges résultant de mouvements verticaux et horizontaux des courants qui déterminent leur température et salinité.

Carte 18 - Zones de convergence des vents dans le Pacifique sud

Carte 18 - Zones de convergence des vents dans le Pacifique sud

8Trois grands courants zonaux influencent la circulation superficielle des eaux du large (carte 19) :

  • de 5°S à 10°S, le contre courant équatorial sud (CCES) qui porte à l’est,

  • de 10°S à 15°S, le courant équatorial sud (CES) qui porte à l’ouest,

  • de 15°S à 20°S, un courant qui porte à l’est et qui a été identifié comme le contre courant tropical sud (Donguy et Hénin, 1975), mais qui pourrait provenir du grand tourbillon du gyre subtropical du Pacifique sud (Wyrtki, 1975 ; Levitus, 1982).

La rencontre entre deux courants s’écoulant en sens inverse est à l’origine soit de remontées d’eaux du fond, appelées divergences, soit d’enfoncements des eaux de surface, ou convergences. Vers 11°S, au nord des Banks, la limite entre le CCES et le CES induit une divergence apportant en surface des eaux du fond riches en sels nutritifs stimulant la production primaire. En revanche vers 15°S, la rencontre entre le CES et l’écoulement vers l’est induit une convergence des eaux créant ainsi une zone à faible productivité. En subsurface, au sud de 15°S, un faible courant moyen dirigé vers l’ouest a été observé et explique la présence d’eaux salées (Delcroix et Hénin, 1989).

9Des différences dans la profondeur des gradients de température et de salinité ont été remarquées entre la partie nord (12-17°S) et la partie sud (18-21°S) de l’archipel (figure 5). Enfin, les fortes variations climatiques interannuelles dues au phénomène ENSO (El Niño Southern Oscillation) (Wyrtki, 1975 in Doumenge, 1999), marquées par des variations de la température et de la salinité des eaux de surface, concernent l’ensemble du pays (figure 6).

Carte 19 - La circulation des eaux de surface aux latitudes de Vanuatu

Carte 19 - La circulation des eaux de surface aux latitudes de Vanuatu

Figure 5 - Fluctuations annuelles de la thermocline et du gradient vertical de la salinité au nord et au sud de l’archipel

Sur l’ensemble de l’archipel, la thermocline et le gradient de salinité présentent des fluctuations saisonnières, en s’estompant du début vers la fin de l’année. La période chaude et humide correspond à la formation des gradients les plus marqués. Superficielle (entre 30 et 50 m) surtout pendant la première moitié de l’année, la thermocline s’enfonçe ensuite. Au nord de l’archipel, elle reste bien marquée en hiver, période pendant laquelle elle atteint une profondeur proche de 100 m. Au sud, elle s’estompe dès le milieu de l’année. Le gradient de salinité apparent vers 150 m au nord de l’archipel s’enfonce à 200 m au sud du pays où les fluctuations saisonnières sont moins importantes que dans le nord.

Figure 6 - Profils de température et de salinité au cours des périodes El Niño et La Niña (165°E, de 10° à 20°S)

Au niveau de l’archipel, le resserrement des isothermes vers la surface est évident pendant les évènements El Niño, et plus estompé au cours de La Niña (Évènement désigné par Philander, 1990, in Doumenge, 1999). Cette dernière se caractérise par la présence d’une couche d’eau dessalée qui s’étend sur les 50 premiers mètres de 10°S à 18°S et par l’étalement en subsurface d’une langue d’eau salée. Pendant El Niño, la couche d’eau dessalée de surface n’intéresse que la moitié nord du pays et la langue d’eau salée en subsurface s’enfonce en profondeur, du nord vers le sud de l’archipel.

2. La production du milieu marin

  • 3 La couche euphotique correspond aux eaux pénétrées par la lumière.

10Les océans tropicaux types présentent une structure hydrologique caractérisée par une couche d’eau superficielle chaude, dessalée et pauvre en éléments nutritifs (eaux oligotrophes) surmontant des eaux froides, salées et riches. Le passage entre ces deux couches est fréquemment marqué par une diminution brusque de la température (thermocline), une augmentation de la concentration en nitrates (nitracline) et une augmentation de la salinité. Cette « structure tropicale classique » (Herbland et Voituriez, 1979) est susceptible d’être bouleversée par des remontées d’eaux profondes (upwellings) générées par le jeu des courants aboutissant aux côtes ou par des effets de « sillage d’îles ». Cette incursion d’eaux riches dans la couche euphotique3 entraîne, via la photosynthèse, une forte production primaire sous l’effet combiné de la lumière et de l’apport de sels nutritifs.

11À Vanuatu, les eaux de surface sont pauvres en sels nutritifs. La thermocline bien marquée s’oppose au mélange vertical des eaux et par conséquent à la diffusion vers la couche euphotique des sels nutritifs. Cependant dans le sud du pays, la thermocline s’estompe en hiver, et l’action des vents induit une turbulence verticale qui met en contact les organismes autotrophes avec la nitracline. Le développement de la production primaire s’exprime par des concentrations de chlorophylle en surface deux fois supérieures à celles observées en été (Radenac et Rodier, 1996). Au nord du pays, la divergence des Salomon constitue une aire d’enrichissement des eaux avec la présence en subsurface d’un dôme qui comme en période El Niño 1987, peut s’intensifier et provoquer une remontée de nitrates et de chlorophylle jusqu’en surface (Blanchot et al., 1992).

12D’autres voies d’enrichissement en sels nutritifs sont liés aux effets d’îles comme le montrent à Vanuatu les teneurs décroissantes en chlorophylle des eaux au fur et à mesure que l’on s’éloigne des côtes (Dandonneau et Charpy, 1985). Il peut s’agir des effets perturbateurs de l’île sur le courant qui la traverse et qui s’expriment par une turbulence des eaux facilitant le mélange vertical et l’enrichissement des eaux de surface en sels nutritifs. L’enrichissement peut aussi provenir du ruissellement des eaux de rivière qui charrient des particules riches en matière organique. En effet, en milieu tropical, ces particules sédimentent très rapidement et la décomposition de la matière organique débute dès la sédimentation (Parsons et Takahashi, 1973). Ainsi un transfert de matière organique peut s’opérer en quelques semaines. Enfin, les proliférations de Trichodesmium observées pendant les étés 1980, 1981 et 1982 dans les eaux de l’archipel (Dupouy, 1990) contribuent largement à la productivité des eaux puisque ces micro-organismes absorbent l’azote de l’air et restituent dans le milieu de l’azote organique sous forme particulaire. Toutefois, l’effet de cette production atypique sur le développement de la chaîne alimentaire est mal connu.

13À partir d’eaux riches en sels nutritifs, se met en place, sous forme de plancton végétal (phytoplancton), le premier maillon du réseau alimentaire. Son abondance favorise à son tour le développement du plancton animal (zooplancton), puis d’animaux plus gros (micronecton) pour aboutir enfin aux animaux de grande taille (necton) dont certains constituent la cible des pêcheurs. Ce schéma simple, applicable au domaine pélagique, se complique sous l’effet des fluctuations interannuelles et saisonnières et des conditions météorologiques. De plus, même si les concentrations de chlorophylle, témoignage de la production primaire, sont relativement concomitantes à court terme avec les fluctuations hydrologiques, il n’en est pas de même de la croissance du zooplancton qui présenterait un délai de réponse. En ce qui concerne le domaine benthique et démersal, s’y ajoutent les influences de la topographie du fond et du littoral, de la nature et de la granulométrie des substrats, des apports terrigènes en provenance des îles et des continents, etc. Les études concernant la biologie des poissons de profondeur indiquent que leur régime alimentaire est très varié, les proies étant essentiellement des poissons, et des crustacés, mais aussi du mésoplancton comme des urochordés ou des gastéropodes (Parrisch, 1987). La diversité des diètes et l’absence de profondeur définie pour la nutrition sembleraient indiquer que ces espèces présentent des comportements alimentaires de type opportuniste. Le lien entre les premiers maillons de la chaîne trophique et les espèces de poissons de profondeur est toutefois difficile voire impossible à établir.

3. Morphologies littorale et sous-marine

14Vanuatu étant la partie émergée d’un arc insulaire, l’isobathe 2 000 m délimite un bourrelet étroit (carte 20). L’isobathe 500 m, très proche des côtes, circonscrit une aire accessible à la pêche artisanale des espèces démersales. Le passé géologique de l’archipel n’a pas conduit à la formation de lagons. D’une manière générale, le littoral des îles hautes est peu découpé, les presqu’îles sont rares et les baies s’ouvrent largement sur l’océan. Cette configuration n’est guère favorable à l’établissement de ports. Sur l’ensemble de l’archipel, la baie de Port Sandwich, située à l’extrémité sud-est de Malakula, est l’unique indentation du littoral suffisamment vaste et profonde pour assurer un havre aux navires.

  • 4 La croissance des édifices coralliens résulte d’une symbiose entre les polypes des coraux et les al (...)

15Du fait de l’absence de lagon, donc de récifs barrières4, les seules formations coralliennes présentes à Vanuatu sont des récifs frangeants. Ils se composent d’un platier récifal où des taches de phanérogames marines se sont parfois développées dans les parties ensablées, d’une crête algale constituée d’algues encroûtantes et de la zone à éperons-sillons ; ces deux dernières formations sont soumises au déferlement des vagues. Cet espace n’excède généralement guère une centaine de mètres de largeur pour quelques mètres de profondeur. Sur l’ensemble du pays, il couvre une superficie de 44 800 hectares dont 53 % (carte 21c) se répartissent entre Malakula (10 100 ha), Efate (8 070 ha) et les Banks-Torres (5 370 ha, Reef Island exclu). De toutes les zones côtières, les récifs coralliens sont, avec les embouchures de rivières et les mangroves, les biotopes présentant les plus fortes diversités spécifiques de poissons, crustacés et coquillages.

16Les embouchures de rivière et les mangroves sont les zones de pêche d’accès le plus facile. Dans l’ensemble du pays, 288 rivières possèdent une embouchure suffisamment large pour servir de zone de pêche et un débit assez important pour fertiliser la zone côtière ; la moitié d’entre elles sont situées à Santo et à Malakula, région qui concentre également 63 % des 3 000 ha de mangroves de l’archipel (cartes 21).

Carte 20 - Géologie et bathymétrie de l'archipel de Vanuatu
La structure géologique de Vanuatu est caractérisée par la présence de trois dorsales : une chaîne occidentale ancienne (de 23 à 11 Ma), à laquelle se rattachent l’archipel des Torres, Santo et Malakula ; une chaîne orientale plus récente (11 à 3,2 Ma) qui comprend Maewo, Pentecost, une partie d’Epi et d’Efate ; une chaîne centrale jeune où le volcanisme est encore actif et qui englobe, du nord au sud, l’archipel des Banks, Ambae, Ambrym, une partie d’Epi et d’Efate, l’archipel des Shepherds, Erromango, Tanna et Aneityum. Les parties supérieures immergées de ces dorsales, matérialisées par les isobathes 1000 m et 500 m, ne forment pas un ensemble continu mais plusieurs entités distinctes séparées par des chenaux profonds. La plus vaste regroupe la totalité des îles du centre et du centre nord de l’archipel et épouse grossièrement la forme d’un V dont Santo constituerait la pointe nord-ouest, Maewo, la pointe nord-est et Efate la base. D’une manière générale, les pentes récifales des îles situées sur les dorsales occidentale et orientale de l’arc insulaire, sont plus accores que celles des pentes des îles de la chaîne centrale.

d'après Baudry, 1997 (bathymétrie)
d'après Mac Farlane et al., 1988 (géologie)

Cartes 21 - Le littoral en 1984
Les superficies des platiers et des mangroves d’une île et le nombre d’embouchures de rivières qu’elle compte ne reflètent que très imparfaitement l’ampleur des écosystèmes concernés par le développement de la pêche vivrière ; en revanche, le rapport de ces paramètres au linéaire côtier constitue un bien meilleur indicateur du potentiel halieutique. Deux îles se distinguent alors nettement des autres : Aneityum, avec 43 hectares de platiers par kilomètre de côte, et Malakula avec 4,2 hectares de mangrove par kilomètre de côte. Efate et ses îles satellites forment l’ensemble le plus homogène ; l’indice récifal, l’indice des mangroves et le nombre de rivières par kilomètre de linéaire côtier y sont supérieurs à la moyenne du pays. En revanche, les trois îles volcaniques, Ambrym, Ambae et Paama (Lopevi), présentent un littoral peu propice aux activités halieutiques ; du fait de la jeunesse de ces îles, les platiers y sont rares et les mangroves et les cours d’eau absents.

17La mangrove joue un rôle essentiel pour le milieu côtier et les espèces animales qui le peuplent. Situé à l’interface du milieu marin et du milieu terrestre, cet écosystème constitue en effet un espace tampon entre le domaine marin agressif (vagues et vents de tempête) et le domaine terrestre envahissant (turbidité). La masse foliaire ralentit la vitesse des vents de tempête, protégeant ainsi les cultures et les habitations situées au delà de la lisière ; le système radiculaire des palétuviers (racines échasses et pneumatophores) réduit l’action érosive des vagues et favorise la sédimentation des particules en suspension issues de l’érosion des sols et qui menacent d’étouffement les récifs coralliens. La mangrove est un milieu riche en nourriture pour les espèces qu’elles abrite. La matière en décomposition y est abondante et les racines hors sol, immergées à marée haute, constituent un excellent support de fixation pour les mollusques et pour nombre de petites algues et de microalgues benthiques ; elle forme également un espace refuge pour les poissons et les crustacés adultes et juvéniles qui viennent s’y abriter des prédateurs océaniques ou estuariens. La dégradation de matière organique enrichit par ailleurs le milieu marin avoisinant.

La mangrove au nord d’Erakor (Efate)

Carte 22 - Les potentialités de développement des espaces maritime et terrestre par région
Ont été considérées comme espace cultivable les terres de bonne et moyenne fertilité dont Quantin (1982) a dressé l’inventaire dans son atlas des sols de Vanuatu ; les terres cultivables marginales car trop pentues ou de fertilité médiocre ont été écartées.
Sur les 16 îles ou groupes d’îles représentées sur la carte, dix bénéficient d’un espace halieutique plus de deux fois supérieur à l’espace cultivable. Dans les petits archipels tels que les Torres et les Banks, la mer peut ainsi revêtir un potentiel économique considérable par rapport aux terres. Il en est de même des petites îles très montagneuses ; c’est ainsi qu’à Aneityum l’espace halieutique est 26 fois plus étendu que les surfaces cultivables.

Les données ont été regroupées pour Paama et Epi

Carte 23 - Les différents espaces halieutiques dans l'ensemble régional
Les îles de la partie est de l’archipel présentent les espaces halieutiques les plus réduits du pays (Maewo, Ambae, Pentecost et Ambrym).
Les zones les plus profondes apparaissent les plus étendues à Epi et dans la province de Tafea. Santo, Malakula et Efate sont, par ordre décroissant, les îles dont les zones de pêche sont les plus importantes de l’archipel, l’espace intermédiaire compris entre 10 et 100 m étant le mieux représenté à Santo.

Les données ont été regroupées pour Paama et Epi

4. L’environnement anthropique : espace, hommes et réseaux

4.1. L’espace halieutique

18À Vanuatu, l’espace halieutique se définit comme l’ensemble des biotopes abritant les espèces exploitées jusqu’à 400-500 m de profondeur. Il s’organise en espaces pélagique et démersal. L’espace pélagique recèle des ressources en thonidés pêchés à la traîne soit en pleine eau soit autour des dispositifs de concentration de poissons (DCP). L’espace démersal représente 12 773 km2, soit près de deux fois la superficie des terres cultivables (carte 22). Il comprend :

    • 5 Reef Island est abandonné par la population, les 26 hectares de platier qui le composent n’ont pas (...)

    les zones intertidales et infratidales de moins de 10 m de profondeur sur lesquelles se concentre principalement l’effort de pêche des populations littorales (pêche à pied ou en plongée) soit 448 km25,

  • une zone intermédiaire formée de la pente récifale comprise entre 10 et 100 m accessible avec des pirogues ou des petites embarcations (pêche à la ligne à main) ; elle offre de réels potentiels de développement halieutique du fait de sa proximité du rivage et présente une productivité biologique élevée encore peu exploitée ; sa superficie est évaluée à 2 639 km2,

  • une zone profonde comprenant la pente récifale entre 100 et 400 m où est déployé l’essentiel de l’effort de pêche qui s’exerce sur les poissons démersaux profonds exploités, à partir d’embarcations motorisées, par la pêche artisanale commerciale (pêche au moulinet) ; c’est la zone la plus étendue (7 358 km2) ; son exploitation a constitué l’une des priorités des pouvoirs publics pour le développement des pêches,

  • une zone marginale entre 400 et 500 m, soit 2 328 km2, limite de l’extension en profondeur de l’habitat des poissons exploités par la pêche artisanale commerciale villageoise.

19À chacune de ces zones (carte 23) correspondent une ou plusieurs populations de pêcheurs dont elles constituent l’espace halieutique privilégié :

  • les milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui habitent les villages côtiers et pratiquent la pêche vivrière sur les zones les moins profondes du littoral et occasionnellement sur la pente récifale entre 10 et 100 mètres de profondeur,

  • la centaine de pêcheurs artisans qui exploitent commercialement les ressources démersales profondes et les espèces pélagiques afin d’alimenter un circuit de distribution destiné à accroître la consommation du poisson frais sur l’ensemble du pays,

  • les quelques dizaines de plaisanciers habitant principalement Port Vila et les alentours qui concentrent leur effort de pêche sur les zones profondes de la pente récifale et sur l’espace pélagique notamment autour des DCP ; une large part de leur production est écoulée dans les hôtels et les restaurants de Port Vila.

4.2. Pêcheurs et consommateurs

20Depuis le début des années soixante, l’évolution des habitudes alimentaires en zone rurale s’est traduite par la généralisation de la consommation de poisson en conserve, qui assure en 1983 le cinquième de l’approvisionnement protéique des populations. En effet, le riz accompagné de poisson en conserve est désormais un des plats les plus prisés des communautés rurales de Vanuatu.

21En matière de pêche et de consommation, une distinction doit être faite entre les habitants du littoral et ceux de l’intérieur des terres (carte 24). En l’absence de grands cours d’eau, les captures en eau douce sont marginales. Pour faire face à leurs besoins en produits halieutiques frais, les populations de l’intérieur sont donc tributaires des zones côtières. L’accès leur en est cependant limité d’abord en raison de leur éloignement et d’autre part à cause des droits coutumiers qui y sont exercés. Enfin le mauvais état des routes s’ajoute au faible pouvoir d’achat de ces populations (l’intérieur des terres échappe encore pour une grande part à l’économie monétaire) pour entraver l’offre de poissons frais. Leur consommation de produits halieutiques porte donc principalement sur le poisson en conserve, qui constitue une des denrées de base que propose tout magasin villageois, même si l’approvisionnement y est souvent irrégulier.

  • 6 National Planning and Statistics Office

Carte 24 - La population littorale par région en 1989
La distinction entre population littorale et population de l’intérieur des terres repose sur un critère d’éloignement par rapport au trait de côte. Le relief, facteur souvent déterminant d’accessibilité au rivage, est aussi pris en compte. Selon les situations, le littoral englobe donc l’ensemble des localités situées soit à moins de un kilomètre, soit à moins de deux kilomètres du rivage. Le classement a été effectué en utilisant l’atlas de la population publié en 1993 par le Service du plan et de la statistique de Vanuatu (NPSO6, 1993).
En moyenne 77 % de la population totale de Vanuatu vit sur le littoral ; ce pourcentage dépasse 90 % dans six des onze régions administratives du pays : Banks-Torres, Epi, Efate, Malakula, Paama et les Shepherds. Tafea est une région hétérogène avec de fortes densités de population à l’intérieur de Tanna alors que le peuplement est exclusivement littoral à Aneityum et dans les micro-îles d’Aniwa et de Futuna. Ambae et Pentecost se distinguent par un équilibre entre populations littorales et populations de l’intérieur.
Le caractère très littoral du peuplement entraîne une concentration de la main d’oeuvre, des activités et des consommateurs sur un espace réduit. Il s’agit là d’une situation récente, fruit de la christianisation de l’archipel qui s’est efforcée d’attirer les populations vers les missions du bord de mer où elles trouvaient une église, une école, un dispensaire ou un hôpital, un comptoir offrant des produits manufacturés et des emplois dans les plantations de cocotiers créées par les missionnaires.

Source : NPSO (National Planning and Statistics Office)

22Toutefois, à la différence des habitants du littoral, les produits de la mer n’occupent qu’une faible place (10 à 12 %) dans leur apport en protéines d’origine animale. Celles-ci proviennent essentiellement des produits de la chasse et de la viande bovine et porcine consommée lors des cérémonies coutumières.

23Sur la côte, quatre populations peuvent être distinguées :

  • les pêcheurs réguliers dont la demande est totalement couverte par la consommation des produits de leur pêche que complète parfois du poisson en conserve,

  • les pêcheurs occasionnels dont la production halieutique (deux à cinq fois inférieure à celle des pêcheurs réguliers), est insuffisante pour satisfaire leur demande qui s’exerce alors sur le poisson en conserve,

  • les pêcheurs commerciaux dont les produits sont exclusivement destinés à la vente,

  • la population qui ne pratique aucune pêche, et pour laquelle le poisson en conserve occupe une place essentielle comme source de protéines d’origine marine, du fait de la rareté de l’offre de produits frais ; l’alimentation de ces consommateurs est dix à quatorze fois plus pauvre en protéines d’origine marine que celle des pêcheurs consommant leur production.

24En ville, l’absence d’espace cultivable et l’exiguïté de l’espace halieutique contraint la population à acheter la plupart des aliments qu’elle consomme. L’offre alimentaire obéit alors aux lois du marché : à chaque produit correspond un prix qui, selon les besoins et les revenus du consommateur, détermine sa demande. Souvent, le prix élevé des productions locales conduit les consommateurs à préférer les aliments importés, notamment les conserves, dont la rapidité de préparation est appréciée des femmes salariées qui disposent de moins de temps pour préparer les repas traditionnels. Le mode de vie urbain se traduit ainsi par une profonde transformation du régime alimentaire, désormais axé sur le riz, le pain, et la consommation régulière d’aliments protéiques d’origine animale, notamment la viande fraîche et le poisson en conserve, d’un prix de vente généralement inférieur à celui du poisson frais. La demande locale est étroitement associée au pouvoir d’achat des consommateurs. En 1984, une enquête du Service de la Statistique portant sur les revenus des ménages distinguait quatre classes de population : les expatriés et la population locale partagée entre revenus élevés, moyens et modestes. Représentant un quart de la population urbaine, les expatriés et les Ni-Vanuatu bénéficiant d’au minimum 1 000 $ US de revenus mensuels consomment 60 % des aliments protéiques d’origine marine du pays. En moyenne, le poisson en conserve compose 60 % de cette alimentation mais ce pourcentage dépasse les 80 % chez les ménages les plus pauvres. Inversement, la consommation de poisson frais et de poisson importé surgelé ou fumé croît selon les revenus des consommateurs. Ainsi les achats de poisson frais sont-ils trois fois plus élevés dans la population expatriée que dans la population vanuatuane.

25Les revenus ne sont pas l’unique facteur limitant la consommation des produits de la pêche fraîche en ville. La demande touristique joue également un rôle prépondérant. Ainsi 40 à 65 % des produits de la pêche commerciale arrivant sur le marché urbain sont soustraits de la consommation des ménages au profit du secteur touristique. Les produits les plus recherchés par ce secteur, représenté essentiellement par les hôtels et les restaurants, sont les crustacés, langoustes et crevettes, et les vivaneaux, poissons démersaux de profondeur. En revanche, la demande est très faible pour les poissons récifaux et les mollusques qui figurent peu au menu des restaurants de Port Vila.

Ignames vendus au marché de Luganville (Santo)

4.3. Les réseaux de transport

26La circulation des hommes et des biens est l’une des contraintes majeures à l’essor de l’économie de Vanuatu. L’intégration des îles à l’espace national se fait soit par voie maritime avec un service de cabotage principalement destiné au transport du coprah, soit par voie aérienne qui dessert régulièrement à partir de Port Vila les principales îles ou groupes d’îles du pays (carte 25). Les dessertes aérienne et maritime sont capitales pour l’acheminement des produits de la pêche artisanale commerciale vers Port Vila et Luganville, les deux principaux marchés de consommation en frais. L’absence d’aéroport sur une île constitue par conséquent une contrainte rhédibitoire au développement de la pêche commerciale.

Carte 25 - Aéroports et villages : un lien à renforcer
Chaque aéroport est susceptible d’être le point de collecte, pour leur transport vers la zone urbaine, des produits de la pêche en provenance de l’ensemble des villages situés soit dans un rayon de 5 km, soit à plus de 5 km s’ils sont reliés à l’aéroport par un réseau routier. Dans neuf des seize îles ou groupes d’îles présentés sur la carte, un quart des villages se situent à moins de 5 km des aéroports. Aneityum présente un cas tout à fait original puisque l’aéroport se trouve sur un îlot séparé de l’île principale de plusieurs centaines de mètres ; les transports entre cet îlot et le front de mer où se regroupent plus de la moitié des villages de l’île se font donc à l’aide de petites embarcations (pirogues ou bateaux à moteur hors-bord). Les îles du centre (Efate, Shepherds, Epi) et Malakula disposent de la meilleure desserte routière vers les aéroports. Celle-ci est correcte à Tanna et dans la moitié nord de Pentecost où la population est dense. En revanche, à Santo et dans les archipels des Banks et des Torres, de vastes zones restent encore déconnectées des aéroports car elles sont dépourvues de routes. Santo se distingue notamment par un isolement presque général de sa population sur sa frange côtière ouest.

Transport assuré par des bi-moteurs

Cartes 26 - Dessertes routière et maritime
Avec plus de la moitié des villages traversés par une route, le centre de l’archipel est la région qui présente la meilleure infrastructure routière, bien que le réseau y soit souvent discontinu du fait de « l’éclatement géographique » des foyers de populations. En revanche, le nord et le sud du pays se caractérisent par un réseau routier limité, qui touche moins de 35 % des villages, même si dans les grandes îles peuplées, notamment à Santo et à Tanna, ce réseau dépasse la centaine de kilomètres de longueur.
Les îles Torres et Banks sont les archipels les plus démunis en matière d’infrastructure routière ; cette situation est toutefois largement compensée par la desserte maritime qu’autorise la localisation côtière des villages. Un réseau de cabotage dessert à partir de Port Vila et de Luganville la plupart des îles, la fréquence des visites diminuant avec la distance au port d’attache.

27La présence d’un réseau routier bien développé, reliant notamment l’aéroport aux villages de pêcheurs conditionne également le développement halieutique. Sur de nombreuses îles, ce réseau routier est embryonnaire et se cantonne au littoral (cartes 26), les routes transversales sont rares et les villages de l’intérieur ne sont accessibles que par des sentiers ; tel est le cas de près d’un tiers des villages de Malakula et de Pentecost et de plus d’un cinquième des villages des Torres et d’Ambae. En raison des dégâts occasionnés par les fortes pluies, le réseau routier est de qualité très irrégulière. Dans les îles périphériques comme les Banks ou dans celles qui sont faiblement peuplées comme Erromango, il se limite à quelques kilomètres de part et d’autre du terrain d’aviation ; ailleurs il est discontinu, des portions de routes faisant place par endroits à des chemins non carrossables. Seules Efate, Pentecost et Tongoa présentent un réseau continu. Dans les archipels et les îles périphériques (Aneityum, Banks, Torres) où les routes sont rares ou inexistantes, la voie maritime peut alors constituer le principal moyen de désenclavement des populations, le petit bateau hors-bord s’avérant alors être un moyen privilégié de déplacement et de transport le long des côtes.

Piste à l’intérieur des terres

Transport de marchandises par des caboteurs

28All fisheries activities in Vanuatu are conducted in a complex environment involving a matrix of physical, biological and human factors that determine fish abundance in the fishing grounds and the fishing effort required to catch the fish.

According to Laurec and Le Guen (1981) “the fish stock represents all usable fish; the abundance is the overall fish population; the fishing effort applied to the fish stock is the total fishing gear used to catch fish in the stock population over a specified period of time”.
The following three factors are critical for determining fish abundance:

  • physicochemical factors controlling their physiological balance (temperature, salinity, oxygen level, etc.);

  • abiotic factors such as water depth, the type of seabed, its topography and morphology;

  • the quality and quantity of food resources available for the fish stock.

At every development stage and depending on the species, fish have specific diets and physiological needs that determine their behaviour and movements. The quantity and quality of available food resources in an area depend on water-borne nutrient concentrations (mineral salts, dissolved organic matter). In coastal waters, nutrients are mainly provided by upwelling of nutrient-rich subsurface water toward the surface, or by river waters bearing terrigeneous debris (Fig. 4) — their flows are directly related to local current patterns, which in turn are affected by the morphology of the offshore and coastal seabed.

  • 7 Mainly the swell amplitude and drift current intensity.

29Beyond fishermens’ motivation, the fishing effort applied to a fish population depends on the oceanic fishing conditions, as determined by meteorological (wind direction and velocity) and hydrological7 factors. Locally, these factors can have a greater or lesser impact according to the coastal and inland landscape. The presence of bays and capes or an inland mountain range could modify wind patterns and substantially improve fishing conditions, especially for deep-sea fishing. For subsistence fisheries, the wide range of different biotopes whose fishing resources are tapped (reef slopes, bank reefs, seagrass beds, beaches, mangroves, and river mouths) reduces fishermens’ vulnerability to climatic variations — sheltered areas can be fished when weather conditions are poor.

Figure 4 - Ecological factors that promote or limit fish abundance in coastal waters

Figure 4 - Ecological factors that promote or limit fish abundance in coastal waters

30Fishermens’ motivation is another critical factor for fisheries activities. This motivation depends on a range of socioeconomic and cultural factors, that in turn are dependent on the farming calendar, how far fishermen live from the coast, financial requirements, consumer demand, and the viability of distribution networks.

1. Climate and hydroclimate

1.1. The climate in the archipelago

31All of Vanuatu is within the intertropical zone. The seasonal temperature cycle includes a hot season (December-April) and a cool season (July-September), separated by two transitional periods (Table 5).

Table 5 - The seasonal temperature and rainfall cycle. Means recorded over the 1961-1983 period

Table 5 - The seasonal temperature and rainfall cycle. Means recorded over the 1961-1983 period

Source : Vanuatu Meteorological Department, 1985
note: decimal points are represented by commas

32The archipelago spans about 900 km latitudinally, thus explaining the marked north-south thermal differences. In addition, ground temperatures decrease with elevation, i. e. 0.5-0.6°C every 100 m.

33There are even more striking latitudinal variations in annual precipitation levels, with 4 000 mm rainfall around Banks and Torres archipelagos but less than 2 000 mm in southern Vanuatu (Map 16a). Sheltered coasts are also much less humid than those swept by prevailing winds. Southeasterly winds dominate, as shown by the annual wind patterns, so the islands’ western coasts are sheltered from dominant swells (Map 17).

Maps 16 - Annual mean climate and ocean conditions at Vanuatu latitudes

Maps 16 - Annual mean climate and ocean conditions at Vanuatu latitudes

Source : Delcroix & Hénin, 1989

Map 17 - The climate and its impact on fisheries

  • 8 These values were taken from Bretschneider’s chart, as presented by Guilcher (1979).

A southwesterly trade wind regime prevails throughout most of the year in Vanuatu. The trade winds are easterly in southern and central Vanuatu, and southerly in the far north where there is a clear equatorial climatic influence. Hence, in northern Vanuatu, there is a high percentage of periods (mainly in summer) with calm weather and mild breezes. In Vanua Lava, there is thus a 6-month calm period from November to April, while it is generally only calm during February in Aneityum Island. A latitudinal zonation of the archipelago can be sketched from the south, which is quite windswept and the ocean is often very rough—making it quite impracticable for small boats—to the north, which is less exposed to winds and therefore more suitable for fishing.
Another zonation applies, which is dependent on the extent of exposure to the trade winds. The windward coasts, which are hit with high oceanic waves, are less practicable for fishing than the leeward sides. The sheltered zones, which correspond to boundary fishing and navigating conditions for the small fishing boats, extend up to 50 km away from the coasts (distance necessary for 15 and 12 knot winds blowing for 5 h to form 0.6 m and 0.9 m high waves, respectively
8). The navigational limit under good weather conditions is around 10 km from the coasts (distance required for 10 knot winds blowing for 2 h to form 30-35 cm high waves). Hence, the “leeward sea” between Santo and Malakula Islands to the west and Maewo, Pentecost, Ambrym and Epi Islands to the east is an ideal fishing area that is sheltered from the southeasterly swells. The straits between the islands are characterized by high hydrodynamics, with refracted swells and tidal currents.
Tropical cyclonic phenomena are meteorologically classified as follows: tropical cyclones, characterized by wind speeds of 63 knots or more; severe tropical storms, with winds of 48-63 knots; and tropical storms, with maximum wind speeds of 34-47 knots. From 1940 to 1985, 58 severe tropical storms and cyclones affected Vanuatu, 65% of which occurred in January and February.
Climatically, northern Vanuatu would seem to be the most suitable for fisheries development (milder trade winds, long calm periods, few devastating cyclones). Conversely, southern Vanuatu would be better for setting up infrastructures associated with fish preservation techniques, which require ventilation, and good relative humidity conditions for fish salting and drying.

1.2. The oceanic climate

34The southwestern Pacific hydroclimate is regulated by the cyclone/anticyclone wind, called the patterns. The south Pacific trade winds converge in the vicinity of two zones (Map 18). The first intertropical convergence zone (ITCZ), is located around 5°N, while the second, the South Pacific convergence zone (SPCZ), extends from Papua New Guinea to French Polynesia along a NW-SE axis. ITCZ and SPCZ come together north of Papua New Guinea. The lowest atmospheric pressures occur in this region, where there is the highest cloud cover and rainfall levels, and the hottest and most desalinated surface water (Delcroix et al., 1995) — forming the largest global warm pool. Vanuatu is located along the southern edge of this zone. As the archipelago stretches a considerable distance latitudinally, there are substantial temperature and salinity differences between northern and southern parts of the country (Maps 16b and c). There are also marked seasonal variations, depending on the extent of sunshine, wind and rainfall patterns associated with the shifting SPCZ (Delcroix, 1993).

During the southern winter (May-September), the SPCZ shifts to the north of 10°S. The prevailing southeasterly trade winds promote the western movement of water currents — the lowest annual temperatures and highest salinity levels occur at this time. During the southern summer (October-April), the weather is generally calm, sometimes with southwesterly winds that push the waters eastwards; these waters are hot and desalinated because of the heavy rainfall. Subsurface waters (100-400 m depth) are not affected by these seasonal variations as they are mixed by vertical and horizontal currents that modify their temperature and salinity levels.

Map 18 - Geographical positions of convective cloud bands in the south Pacific region

Map 18 - Geographical positions of convective cloud bands in the south Pacific region

35Three major zonal currents have an impact on the circulation of offshore surface waters (Map 19):

  • from 5°S to 10°S, the southern equatorial counter current (SECC), that flows eastward,

  • from 10°S to 15°S, the south equatorial current (SEC), that flows westward,

  • from 15°S to 20°S, an eastward-flowing current, that was named the southern tropical counter current (Donguy & Hénin, 1975), but which could be caused by the grand vortex of the South Pacific subtropical gyre (Wyrtki, 1975; Levitus, 1982).

The meeting of two currents flowing in opposite directions causes upwelling (divergence), or sinking of surface waters (convergence). Around 11°S, north of Banks Islands, the SECC-SEC interface induces divergence, bringing nutrient-rich bottom waters to the surface that promote primary production. In contrast, around 15°S, the area where the SEC meets eastward flowing waters induces convergence, which is responsible for the low productivity levels in this zone. South of 15°S, a weak average subsurface current flowing westward has been reported, thus explaining the salinity levels (Delcroix & Hénin, 1989).

36Differences in the temperature and salinity gradients have been noted for the northern (12-17°S) and southern (18-21°S) parts of the archipelago (Fig. 5). Finally, the whole country is affected by marked interannual climatic variations due to the El Niño-Southern Oscillation (ENSO) phenomenon (Wyrtki, 1975 in Doumenge, 1999), which is responsible for major surface water temperature and salinity fluctuations (Fig. 6).

Map 19 - Surface water circulation patterns at Vanuatu latitudes

Map 19 - Surface water circulation patterns at Vanuatu latitudes

Figure 5 - Annual variations in the thermocline and the vertical salinity gradient in northern and southern Vanuatu
Throughout the archipelago, there are seasonal variations in the thermocline and salinity gradient, with a decrease from the beginning to the end of the year. The greatest gradients are formed during the hot humid period. The thermocline is superficial (30-50 m), especially during the first half of the year, and it then drops. In the northern part of the archipelago, it is quite substantial during the winter, when it drops to depths of around 100 m. In the south, it declines around the middle of the year. The salinity gradient that is around 150 m depth in northern Vanuatu drops to 200 m in the southern part of the country, where seasonal fluctuations are not as marked as in the north.

Figure 6 - Temperature and salinity patterns during El Niño and La Niña periods in oceanic regions near Vanuatu (165°E, from 10° to 20°S)

Around the archipelago, isotherms clearly rise towards the surface during El Niño, whereas this trend dissipates during La Niña (named by Philander, 1990 in Doumenge, 1999). This latter phenomenon is characterized by the presence of desalinated water within the top 50 m surface layer from 10°S to 18°S, and by a subsurface salt water wedge. During El Niño, the desalinated surface layer is only observed in northern Vanuatu, whereas the subsurface salt water wedge gets deeper from northern to southern Vanuatu.

2. Marine production

  • 9 The euphotic layer is the area where light pierces through.

37The hydrological structure of typical tropical oceans includes a hot, desalinated nutrient-deficient (oligotrophic) surface layer above cold nutrient-rich salt water. The switch from the surface layer to the next subsurface layer is often marked by a sharp drop in temperature (thermocline), an increase in nitrate concentration (nitracline), and an increase in salinity. This “classic tropical structure” (Herbland & Voituriez, 1979) can be upset by upwelling phenomena caused by the patterns of currents culminating along the coasts by “island wake” phenomena. This infusion of nutrient-rich waters in the euphotic layer9 prompts high primary production, via photosynthesis, through the combined effect of light and nutrient input.

38The surface waters are nutrient-deficient in Vanuatu. The clearly graded thermocline hampers the vertical mixture of waters and thus the distribution of nutrients towards the euphotic layer. However, in southern Vanuatu, the thermocline tapers off in winter, and the winds cause vertical turbulence, which brings autotrophic organisms in contact with the nitracline. Chlorophyl concentrations on the ocean surface — twofold higher than in summer (Radenac & Rodier, 1996) — highlight an increase in primary production. In northern Vanuatu, due to divergence phenomena, there is a nutrient-rich area around the Solomon Islands, with an underwater dome that can intensify and cause upwelling of nitrates and chlorophyl, as occurred during the 1987 El Niño phenomenon (Blanchot et al., 1992).

39There are other nutrient enrichment pathways involving island effects, as shown by the decline in chlorophyl levels with distance from Vanuatu coasts (Dandonneau & Charpy, 1985). This could be due to the fact that the islands get in the way of the prevailing currents, causing turbulence and thus facilitating vertical mixing and nutrient enrichment of surface waters. The flow of river water with high organic matter content into the ocean can also boost nutrient levels. In the tropics, such organic matter particles have a very high sedimentation rate and their decomposition begins just after sedimentation (Parsons & Takahashi, 1973). Then organic mass transfers can occur within a few weeks. The rapid proliferation of Trichodesmium that took place during the summers of 1980, 1981 and 1982 (Dupouy, 1990) substantially boosted primary productivity because these microorganisms take up airborne nitrogen and release organic nitrogen particles into the ocean. Unfortunately, very little is known about the effects of this atypical production on the food chain.

40Plant plankton (phytoplankton) develops in nutrient-rich waters, thus forming the first link of the food chain. Abundant phytoplankton promotes the development of animal plankton (zooplankton), and larger animals (micronekton), and subsequently even larger animals (nekton), some of which are targeted by fishermen. This simple food-chain scheme for the pelagic zone is complicated by the effects of interannual and seasonal fluctuations and weather conditions. In the short term, chlorophyl concentrations—an indicator of primary production—are relatively concomitant with hydrological fluctuations, whereas the zooplankton growth response lags. In benthic and demersal zones, there is an additional effect of seabed and coastline topography, the type of substrate and particle sizes, terrigenous deposits from the islands and continents, etc. Biological investigations on these fish indicate that they have a highly varied diet—their prey is mainly fish and crustaceans, but also mesoplankton such as urochordates and gastropods (Parrish, 1987). The dietary diversity and the lack of depth-specific nutritional patterns suggests that these organisms are opportunistic feeders. However, it is very hard or even impossible to determine the relationship between these first food-chain links and the deep-sea fish species.

3. Littoral and offshore topography

41Vanuatu is the emerged part of an island arc, with a narrow rim delineated by a 2 000 m isobath (Map 20). An area near the coasts is circumscribed by a 500 m isobath. This zone is accessible to small-scale demersal fisheries. No lagoons were formed given the geological history of the archipelago. The shoreline of the high islands of Vanuatu is generally quite uniform, with few peninsulas and the bays open widely into the ocean, which is not very suitable for ports. Throughout the archipelago, Port Sandwich bay, located on the southeastern point of Malakula Island, is the only inlet along the coast that is wide and deep enough to harbour vessels.

  • 10 Coral structures develop as the result of symbiosis between coral polyps and unicellular photosynth (...)

42As there are no lagoons and thus barrier reefs10, there are only fringing reefs around Vanuatu. They are characterized by reef flats where marine spermatophytes sometimes grow in sandy patches, with the surf breaking on a spur-rill zone and on an algal crest composed of incrusting algae. This area is generally not more than 100 m wide and the reef is only a few metres thick. Throughout Vanuatu, there is 44 800 ha of fringing reef, and 53% of this reef (Map 21c) is along the coasts of Malakula (10 100 ha), Efate (8 070 ha) and Banks-Torres Islands (5 370 ha, excluding Reef Island). Throughout the coastal area, the coral reefs, along with the river mouths and mangroves, are the biotopes with the highest species diversity in terms of fish, crustaceans and shellfish.

43River mouths and mangroves are easily accessible fishing areas. Throughout the country, 288 rivers have a mouth that is large enough to be a fishing zone with a high enough discharge rate to fertilize the coastal zone—half are located in Santo and Malakula Islands, where 63% of the 3 000 ha of mangroves in Vanuatu are also located (Maps 21).

Map 20 - Geological structure and bathymetry of the Vanuatu archipelago
Three ridges predominate in the geological structure of Vanuatu: an ancient western range (23-11 MaBP), which includes the Torres archipelago, Santo and Malakula; a more recent eastern range (11-3.2 MaBP), with Maewo, Pentecost, and part of Epi and Efate; a recent central range with active volcanoes, which from north to south encompasses the Banks archipelago, Ambae, Ambrym and part of Epi and Efate Islands, along with the Shepherds, Erromango, Tanna and Aneityum archipelago. The upper emerged parts of these ridges (1 000 m and 500 m isobaths) are not continuous, i. e. they are several distinct entities separated by deep channels. The largest includes all of the central and central northern islands of the archipelago—a V formation with Santo at the northwestern point, Maewo the northeastern point, and Efate the base. Generally, the reef slopes of islands located on the eastern and western ridges of the island arc are steeper than the slopes of islands of the central ridge.

from Baudry, 1997 (bathymetry)
from Mac Farlane et al., 1988 (geology)

Maps 21 - Coastal zones in 1984
Areas covered by reef flats and mangroves on an island, along with the number of river mouths, gives only a partial indication of the importance of these ecosystems with respect to subsistence fisheries development—the ratio of these parameters to the coastline length provides a much better indicator. In this respect, the following two islands show the highest fishing potential: Aneityum, with 43 ha of reef flats per km of coastline, and Malakula with 4.2 ha of mangroves per km of coastline. Efate and satellite islands form the most uniform group, where the reef index, and the index of mangroves and the number of rivers per km of coastline are higher than the Vanuatu mean. In contrast, the coastal zones of three volcanic islands, i. e. Ambrym, Ambae and Paama (Lopevi), are not very suitable for fishing activities—there are very few reef flats on these recent island, and no mangroves or rivers.

44Mangroves are critical for the coastal environment and native animal species. This ecosystem, which is located at the interface of marine and land environments, acts as a buffer between the violent marine biotope (waves and storm winds) and the invading terrestrial biotope (turbidity). The leaf mass slows down the storm winds, thus protecting the crops and houses located inland. Mangrove root systems (buttress roots and pneumatophores) hamper the erosive impact of waves and promote sedimentation of suspended particles derived from soil erosion that could smother the coral reefs. Mangroves, where there is abundant decomposed matter, represent nutrient-rich environments for sheltered species. The aerial roots, which are emerged at high tide, provide excellent sites for the attachment of molluscs and many small species of algae and benthic microalgae. These roots also harbour juvenile and adult fish and crustaceans taking shelter from oceanic and estuary predators. In addition, the breakdown of organic material enriches the nearby marine environment.

Mangrove north of Erakor (Efate)

Map 22 - Development potential of terrestrial and marine zones by region
Land with good to average fertility levels was considered as being arable, as inventoried by Quantin (1982) in a Vanuatu soil atlas, while land that is marginally arable because of steep slopes or poor fertility levels was disregarded.
Ten of the 16 islands or island groups shown on the map have a fishing area that is at least twofold larger than the arable land area. Hence, the economic potential offered by the ocean can be very high relative to the land area in small archipelagos such as Torres and Banks. This is also the case for small very mountainous islands such as Aneityum, where the fishing area is 26-fold larger than the arable land area.

Data pooled for Paama and Epi

Map 23 - Significance of the fishing area of each island relative to the national area
Islands on the eastern side of the archipelago have the smallest fishing areas in Vanuatu (Maewo, Ambae, Pentecost and Ambrym Islands).
The largest deep zones are found around Epi and Tafea. In decreasing order, Santo, Malakula and Efate Islands have the largest fishing areas in the archipelago, with Santo having the most extensive intermediate area (10 m to 100 m depth).

Data pooled for Paama and Epi

4. The anthropogenic environment: area, people and networks

4.1. Fishing area

45In Vanuatu, the fishing area includes a group of biotopes harbouring species that are fished to depths of 400-500 m. It is divided into a reef-slope area and a pelagic area. The pelagic area contains tuna resources that are trolled in open water or around fish aggregating devices (FAD). The reef-slope area is 12 773 km2, or almost twofold larger than the arable land area (Map 22). It includes:

    • 11 As Reef Island was abandoned by its inhabitants, the 26 ha of reef flats around this island were no (...)

    intertidal and infratidal zones of less than 10 m depth, where coastal inhabitants focus most of their fishing effort (shore fishing and spear fishing)—a total area of 448 km211;

  • an intermediate zone along the reef slopes, within the 10-100 m depth range, that is accessible with dugout canoes and small boats (pole and line fishing); this area has considerable fisheries development potential because of its closeness to the shore, and high biological activity (a yet untapped resource)—a total area of 2 639 km2;

  • a deep zone along the reef slopes, within the 100-400 m depth range, where most of the fishing effort is focused; deep-sea bottom-dwelling fish are fished from motorboats by small-scale commercial fisheries (reel fishing)—this is the largest fishing zone (7 358 km2); public authorities consider this to be a priority zone for fisheries development;

  • a marginal zone within the 400-500 m depth range (2 328 km2); which represents the outermost depth limit for village small-scale commercial fisheries.

46Each of these zones (Map 23) is fished by several different fishermens’ groups:

  • thousands of men, women and children living in coastal villages fish for subsistence purposes in the shallowest areas along the coast, and occasionally within the 10-100 m depth range;

  • about 100 inshore fishermen, who commercially tap the deep-reef slope fisheries resources and pelagic species that are marketed through a distribution network set up to increase fresh fish consumption throughout the country;

  • a few dozens of recreational fishermen living mainly in Port Vila and vicinity who focus their fisheries activities on the deepest parts of the reef slope and pelagic zone, especially around FADs; their catches are mostly sold to hotels and restaurants in Port Vila.

4.2. Fishermen and consumers

47Since the early 1960s, tinned fish consumption has boomed in rural areas of Vanuatu—to the extent that this product accounted for one-fifth of peoples’ protein intake in 1983. Rice with tinned fish has become one of the most common dishes consumed by rural people.

48There is a difference between coastal and inland inhabitants with respect to fishing and consumption patterns (Map 24). There is very little freshwater fisheries activity because of the lack of large rivers. Inland populations therefore rely on coastal zones to fulfil their fresh fish needs. However, they have limited access to these zones because of their remoteness and customary restrictions. The poor roads also reduces inlanders’ purchasing potential (the monetary economy still does not apply to a significant extent in inland areas) for available fresh fish. Tinned fish is thus the main fisheries product consumed by these people—despite irregular distribution, tinned fish is available in most village shops. Contrary to coastal inhabitants, sea fisheries products represent a minor percentage (10-12%) of inlanders’ animal-protein intake. They mainly obtain protein from hunted meat products, along with beef and pork, which are consumed during traditional ceremonies.

Map 24 - Coastal inhabitants in 1989
Coastal and inland inhabitants were distinguished in terms of their remoteness from the coastline. The topography, which is often a critical coastal access factor, was also taken into account. Depending on the situation, the coastal zone includes all population entities located within 1 km or 2 km from the coastline. The classification was established on the basis of the 1993 population atlas published by the Vanuatu National Planning and Statistics Office (NPSO, 1993).
On average, 77% of all people in Vanuatu live along the coasts—this proportion rises above 90% in six of the eleven administrative regions of the country: Banks-Torres, Epi, Efate, Malakula, Paama and the Shepherds. Tafea is a heterogeneous region with high population densities in inland Tanna. In contrast, there are only coastal inhabitants in Aneityum and the micro-islands Aniwa and Futuna. In Ambae and Pentecost Islands, there is an equal balance of people living along the coasts and inland.
As most people of Vanuatu live along the coasts, the workforce, activities and consumers are focused within a very limited area. However, this is a very recent phenomenon that was prompted by the Christianization of the archipelago—people were drawn to the coastal missions where there was a church, school, dispensary or hospital, shops selling manufactured goods, and jobs in the coconut plantations set up by missionaries.

Source : NPSO (National Planning and Statistics Office)

49The coastal populations can be categorized in four different groups:

  • regular fishermen, who consume all of their catch, sometimes supplemented with tinned fish;

  • occasional fishermen, whose fisheries production (2-to 5-fold less than that of regular fishermen) is not sufficient to meet their requirements, so they rely on tinned fish;

  • commercial fishermen, whose products are all sold;

  • inhabitants who do not fish, and who fulfil their protein needs with tinned fish, as very little fresh fish is available—these people consume 10-to 14-fold less seafood protein than fishermen who consume their catch.

50Inhabitants of towns and villages are obliged to purchase most of the products they consume because of the lack of arable land and limited fishing area. Food supplies are therefore governed by the law of supply and demand, i. e. each product has an allocated price which, depending on consumers’ needs and income, determines the product’s demand. Consumers generally prefer imported products because of the high price of local produce. These imports are often tinned foods that can be prepared quickly—an important feature for working women who do not have enough time to prepare traditional meals. The urban lifestyle has led to a marked change in eating habits, which are now based on rice, bread, and regular consumption of animal-protein foods such as fresh meat and tinned fish, which is cheaper than fresh fish. Local demand is directly related to consumers’ purchasing power. In 1984, the findings of a household income survey conducted by the Vanuatu Statistics Office classified the population in four groups: expatriates, and local high, medium and low income earners. Expatriates and native Vanuatu inhabitants earning a minimum of US $ 1 000/month, a group that represents a quarter of the urban population, consume 60% of the seafood protein in the country. On average, 60% of this is tinned fish, but this percentage reaches 80% in low-income households. Conversely, fresh fish and imported frozen and smoked fish consumption increases with consumers’ income bracket. Expatriates purchase threefold more fresh fish than Ni-Vanuatu.

51Income level is not the sole factor limiting urban fresh fish consumption. Tourist demand is also important. In fact, 40-65% of commercial fisheries products on urban markets are absorbed by the tourism sector to the detriment of Vanuatu households. The main fisheries products purchased by this sector, i. e. mainly by hotels and restaurants, are crustaceans, lobsters, shrimps and snappers which are deep-sea bottom-dwelling fish. In contrast, in the restaurants of Port Vila, there is very little call for reef fish and molluscs.

Yams sold on Luganville market (Santo)

4.3. Transportation networks

52One of the main constraints to economic development in Vanuatu concerns networks for transporting people and goods. The islands are linked by sea transport, with a coastal trade service (mainly for copra), or by air transport which provides regular service from Port Vila to the main islands or groups of islands (Map 25). Air and sea services are essential for the carriage of small-scale commercial fisheries products to Port Vila and Luganville, the two main fresh fish consumer markets. Islands without an airport are seriously handicapped with respect to commercial fisheries development.

Map 25 - Airports and villages: a link to strengthen
Each airport can be a collection point where fisheries products are brought by road from villages located within or beyond a 5 km radius before being transported by air to urban markets. In 9 of the 16 islands or groups of islands shown on the map, a quarter of the villages are located less than 5 km from an airport. Aneityum Island is unique in that the airport is on a small satellite island located hundreds of metres from the main island. In this case, small boats (dugout canoes and outboard motorboats) are used for transportation between this small island and the waterfront where more than half of the villages of the island are located. The central islands (Efate, Shepherds, Epi) and Malakula have the best road systems to serve the airports. There are also suitable roads to the airports in Tanna and highly populated northern Pentecost. However, in Santo, Banks and Torres archipelagos, large areas are still not linked with an airport as there are no roads. On Santo Island, most inhabitants are isolated along the western coastline.

Transport by twin-engine aircraft

Maps 26 - Road and sea transportation routes
The central islands of Vanuatu, where more than half of the villages have roads running through them, have the best road infrastructure, even though the system is often discontinuous because of the geographically scattered population entities. However, there is a very minor road system in northern and southern Vanuatu, where less than 35% of the villages are serviced, despite the fact that there are more than 100 km of roads on large populated islands such as Santo and Tanna.
Torres and Banks Islands have the least developed road systems, but this handicap is offset by the sea transportation service which is quite efficient as most villages are scattered along the coastline. A coastal shipping network based in Port Vila and Luganville provides service to and from most of the islands, but the frequency of this service is dependent on the distance from the base port.

53The presence of a well developed road system, especially between fishing villages and airports also promotes fisheries development. Such road systems are still in the planning stage on many islands, and mainly focused in the coastal zones (Maps 26). There are very few across-island roads and inland villages are only accessible by bush trails—this is the case for a third of the villages of Malakula and Pentecost Islands and more than a fifth of the villages of Torres and Ambae Islands. The road conditions are very irregular as they are often seriously damaged by heavy rainfall. On peripheral islands such as Banks and other sparsely populated islands, e. g. Erromango, the roads do not extend more than a few kilometres in two directions from the airfield. Elsewhere the roads are often interrupted with relatively impracticable bush trails. There are continuous road systems only on Efate, Pentecost and Tongoa Islands. Peripheral archipelagos and islands (Aneityum, Banks, Torres) with very few or no roads are mainly connected to the rest of the country by maritime routes—small outboard motorboats are mainly used for transportation along the coasts.

Transport of goods by coastal shipping

Notes

1 Il s’agit notamment de l’amplitude de la houle et de l’intensité du courant de dérive.

2 Ces valeurs ont été tirées de l’abaque de Bretschneider présenté par Guilcher (1979).

3 La couche euphotique correspond aux eaux pénétrées par la lumière.

4 La croissance des édifices coralliens résulte d’une symbiose entre les polypes des coraux et les algues unicellulaires photosynthétiques qu’ils abritent dans leurs tissus. Ces algues, appelées zooxanthèles, ont besoin de lumière pour fabriquer la matière organique utile aux polypes coralliens et à leur croissance. Au delà de 50 à 60 m de profondeur, l’éclairement est insuffisant pour la photosynthèse et l’extension en profondeur des madrépores se trouve alors limitée.

5 Reef Island est abandonné par la population, les 26 hectares de platier qui le composent n’ont pas été inclus dans cet espace exploitable (Vienne, 1984).

6 National Planning and Statistics Office

7 Mainly the swell amplitude and drift current intensity.

8 These values were taken from Bretschneider’s chart, as presented by Guilcher (1979).

9 The euphotic layer is the area where light pierces through.

10 Coral structures develop as the result of symbiosis between coral polyps and unicellular photosynthetic algae they harbour in their tissues. These zooxanthella algae require light to produce organic matter that is utilized by coral polyps for their growth. Below 50-60 m depth, there is not enough light for photosynthesis and therefore coral madrepores generally do not extend beyond this depth.

11 As Reef Island was abandoned by its inhabitants, the 26 ha of reef flats around this island were not included in this fishing area assessment (Vienne, 1984).

Table des illustrations

Titre Figure 4 - Ecological factors that promote or limit fish abundance in coastal waters
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Table 5 - The seasonal temperature and rainfall cycle. Means recorded over the 1961-1983 period
Légende Source : Vanuatu Meteorological Department, 1985note: decimal points are represented by commas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Maps 16 - Annual mean climate and ocean conditions at Vanuatu latitudes
Légende Source : Delcroix & Hénin, 1989
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Map 18 - Geographical positions of convective cloud bands in the south Pacific region
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Map 19 - Surface water circulation patterns at Vanuatu latitudes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Mangrove north of Erakor (Efate)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Yams sold on Luganville market (Santo)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Inland trail
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Transport of goods by coastal shipping
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10689/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search