Version classiqueVersion mobile

Atlas des pêcheries côtières de Vanuatu / Coastal Fisheries Atlas of Vanuatu

 | 
Espérance Cillaurren
, 
Gilbert David
, 
René Grandperrin

Vanuatu, un archipel océanien / Vanuatu, an oceanic archipelago

Vanuatu, un archipel océanien

Vanuatu, an oceanic archipelago

Texte intégral

1. Le contexte régional

1Poussières d’îles isolées et d’archipels semés sur le Grand Océan, l’Océanie insulaire est, de toute la planète, la région la plus marquée par le milieu marin (carte 1). Ses habitants vivent en grande majorité sur le littoral où nombre d’entre eux pratiquent une petite pêche récréative dont les produits sont peu commercialisés. Dans les atolls de Polynésie et de Micronésie, le littoral se confond souvent avec l’île elle-même et le lagon constitue un élément clef de l’économie. Dans les îles hautes, l’intérieur des terres, qui autrefois constituait un important foyer de population et d’activité, se vide de ses habitants au profit du littoral qui est devenu le pôle économique et démographique de l’espace insulaire ; de plus en plus, l’Océanie regarde vers la mer !

  • 1 La dénomination « poissons de profondeur » désigne les poissons démersaux vivant sur les pentes réc (...)

2Toutefois avec l’accroissement de la population et l’introduction généralisée d’embarcations motorisées et de matériel de pêche performant, le risque d’une sur exploitation des ressources halieutiques des eaux côtières peu profondes augmente. L’identification de nouvelles ressources marines est alors devenue une priorité. C’est pourquoi, depuis la fin des années soixante-dix, les pays océaniens s’orientent vers une extension de leurs activités de pêche visant les espèces pélagiques migratrices et les poissons de profondeur1 des pentes récifales externes. Au début des années quatre-vingt, la mise en place des zones économiques exclusives (ZEE) des 200 milles a pour conséquence majeure une accélération de ce processus. Confinés jusqu’alors à des domaines terrestres minuscules à l’échelle mondiale, les pays insulaires bénéficient d’une explosion soudaine de leur espace économique, certains s’érigeant même en géants maritimes (carte 2). Tel est le cas des îles Cook qui disposent désormais d’une zone de près de 2 millions de km2, soit plus de neuf mille fois leur superficie terrestre.

  • 2 Les principales espèces sont : la bonite à ventre rayée (Katsuwonus pelamis), le germon (Thunnus al (...)

3Les thonidés constituent la principale ressource halieutique commercialisée dans le Pacifique intertropical. La capture des quatre principales espèces commerciales2 y atteignait 77% des tonnages mondiaux en 1976 (Kearney, 1979), les prises étant réalisées par des flottes extérieures aux pays insulaires et n’apportant donc pas de bénéfice notable aux insulaires. Depuis l’instauration des ZEE, les pays et territoires océaniens fondent de grands espoirs sur cette ressource pour contribuer à leur développement socio-économique

Plusieurs solutions ont été envisagées. La première consiste à mettre en place des sociétés de pêche sur les lieux d’exploitation ; dans ce cas les investissements considérables à consentir, le manque d’expertise disponible sur place et la difficulté d’accès aux circuits commerciaux internationaux constituent des obstacles majeurs. La création de sociétés de pêche à risque partagé (“joint venture”) avec des compagnies étrangères est la seconde solution (Doulman, 1987 ; Samples, 1987). La troisième est d’octroyer des licences à des bateaux étrangers et à leur faire verser des redevances proportionnelles au volume des prises ; elle a la préférence de nombreux petits pays qui considèrent qu’elle représente la façon la plus rapide et la moins risquée d’obtenir une juste rémunération des ressources hauturières de leurs ZEE.

4Sous-traitant l’exploitation halieutique de leurs ressources thonières, les États insulaires du Pacifique sud-ouest peuvent alors consacrer plus d’efforts au développement d’une pêche côtière moins gourmande en capitaux et bien mieux adaptée aux compétences et aux cultures sociales locales que la pêche industrielle. Dans cet effort de développement halieutique, les pays et territoires reçoivent une aide substantielle de certaines grandes puissances et de plusieurs organismes internationaux sous forme de conseils, d’expertises et d’actions de formation. Deux organisations jouent un rôle de premier plan ; il s’agit de la Commission du Pacifique Sud (CPS), rebaptisée Communauté du Pacifique (CP) en 1998 et du Forum du Pacifique Sud (carte 3).

Carte 1 - L'Océanie insulaire : aires culturelles et ZEE

Carte 1 - L'Océanie insulaire : aires culturelles et ZEE

Sources : d'après Antheaume & Bonnemaison, 1988 ; Norman & Douglas,1994

Carte 2 - Typologie morphométrique des États et territoires de l'Océanie insulaire
Le rapport de la superficie de la ZEE à la superficie terrestre varie selon la taille, la forme et le degré d’isolement dans l’océan du pays considéré. Les ZEE les plus vastes se situent donc sur les marges de l’Océanie insulaire (Hawaii et les îles Marshall au nord, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française au sud) et/ou correspondent à des archipels fragmentés dont les îles sont distantes de plusieurs milliers de kilomètres (les États Fédérés de Micronésie, les îles Cook, Kiribati, la Polynésie française). Du fait de la taille des terres émergées, le rapport de la superficie de la ZEE à la superficie terrestre est, en Mélanésie, partout inférieur à 100.

  • 3 L’Université de Guam, l’Université de Lae en Papouasie Nouvelle-Guinée, l’Université de Moana à Haw (...)

Carte 3 - Organisations régionales et universités en 1999
La Communauté du Pacifique (CP), anciennement Commission du Pacifique Sud (CPS), et le Forum du Pacifique Sud sont les deux organisations régionales impliquées dans le développement halieutique. La première regroupe l’ensemble des membres de la seconde auxquels s’ajoutent les îles Mariannes du nord, Palau ainsi que tous les territoires américains, britanniques et français de l’Océanie insulaire. Sous administration chilienne, l’île de Pâques n’est pas située dans la zone d’influence de la CP. En sont également exclus Hawaii et Norfolk, respectivement en tant que cinquantième État des États-Unis d’Amérique et territoire de la Fédération australienne. L’Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis d’Amérique et la France sont les principaux bailleurs de fonds de la CP, les deux premiers contribuant également au financement du Forum du Pacifique Sud. Des six universités d’Océanie insulaire3, l’Université du Pacifique Sud à Suva (UPS) se démarque par la décentralisation de son enseignement qui concerne treize pays. En termes d’effectifs et de potentiel de recherche, l’Université Moana à Hawaii est le principal pôle universitaire de la région.

Sources : d'après Antheaume & Bonnemaison, 1988 ; Norman & Douglas,1994

  • 4 Hawaii et Norfolk n’apparaissent pas à la CP en tant que membres de droit mais en tant que cinquant (...)

Fondée en 1947 par l’Australie, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas, la CP intervient dans les domaines du développement économique et social et dans le secteur de la santé. Apolitique, elle regroupe actuellement 22 des 25 pays et territoires de l’Océanie insulaire4. Son action en matière halieutique, qui mobilise une part importante de ses effectifs, porte à la fois sur les thonidés et sur les espèces exploitées par la pêche côtière. En ce qui concerne cette dernière, l’accent est mis sur le développement de la pêche artisanale à l’échelle du village. La CP a mis à la disposition des pays océaniens plusieurs maîtres-pêcheurs qui visitent les différents États et territoires de la région, prodiguant conseils et assistance technique aux Services des Pêches locaux, assurant une formation des pêcheurs et des agents de vulgarisation et réalisant des essais d’engins et des pêches exploratoires. La contribution de la CP au développement de la pêche démersale profonde en Océanie insulaire s’est révélée essentielle pour l’évaluation des ressources et l’encadrement des pêcheurs (Dalzell et Preston, 1992).
À la différence de la CP, le Forum du Pacifique Sud, créé en 1971, est une organisation politique regroupant, avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’ensemble des pays indépendants de la région au nom desquels elle peut intervenir sur la scène internationale. Dès 1976, s’exprime le besoin de créer une agence régionale des pêches en vue de « promouvoir la conservation et la gestion rationnelle des stocks de thons dans la région » (Kearney, 1978). Elle ne verra finalement le jour qu’en 1979, sous le nom d’Agence des Pêches du Forum (Forum Fisheries Agency ou FFA). Sa première tâche sera d’assister les pays insulaires dans la mise en place de leur ZEE des 200 milles marins et dans l’harmonisation des politiques et des réglementations en matière de pêche hauturière (Munro, 1989 ; Tsamenyi et Blay, 1989). Depuis, les efforts de la FFA se sont portés sur une coopération régionale en matière de surveillance des ZEE et de négociations de licences de pêche avec les flottes étrangères, un accord historique ayant été signé en 1987 avec les États-Unis d’Amérique (Copes, 1987 ; Doulman, 1987 ; Van Dyke et Nicol, 1987). Plus récemment, la FFA s’est intéressée à la pêche côtière, en faisant notamment le bilan des connaissances acquises sur toutes les ressources concernées par cette activité (Wright et Hill, 1993).

2. Le contexte géographique, politique et économique de Vanuatu

2.1. Situation et structure géographique

5Distant de plus de 2 000 km de la côte australienne, l’archipel de Vanuatu occupe une position centrale au sein d’un triangle délimité au nord par l’archipel des Salomon, au sud-ouest par la Nouvelle-Calédonie et à l’est par les îles Fidji (carte-4). Port Vila, la capitale, située dans l’île d’Efate, est éloignée d’environ 800 km d’Honiara, de 400 km de Nouméa et de 800 km de Suva. Il se compose de 80 îles et îlots, circonscrits dans un parallélogramme de 250 km de largeur et de 900 km de longueur, d’orientation NNW-SSE, dont seuls une quinzaine ont une superficie dépassant les 100 km2. Santo (4 010 km2) et Malakula (2 053 km2) sont les deux plus grandes îles de l’archipel dont elles représentent, réunies, près de la moitié de la surface totale (tableau 1, cartes 5). Avec 12 190 km2 de terres émergées, Vanuatu se positionne à la sixième place des 25 États et territoires de l’Océanie insulaire.

Carte 4 - Position de Vanuatu dans le Pacifique sud-ouest

Carte 4 - Position de Vanuatu dans le Pacifique sud-ouest

6D’un point de vue géologique, Vanuatu est un IRD arc insulaire, partie centrale de la zone de subduction dite des « Nouvelles-Hébrides » qui s’étend sur près de 1 500 km et qui marque la convergence des plaques australo-indienne et Pacifique, la première s’enfonçant sous la seconde à une vitesse variant de 4 à 14 cm par an selon les zones (Calmant et al., 1995). La façade occidentale de cet arc est bordée par une fosse océanique de 6 000 mètres de profondeur moyenne dépassant toutefois 9 000 m au nord-ouest des îles Torres. Du fait de cette structure, l’archipel de Vanuatu se compose essentiellement d’îles volcaniques hautes. Les îles basses sont rares et pour la plupart de petite taille.

2.2. Panoramas démographique et économique

7De l’Indépendance à 1994, la gestion du pays se base sur son découpage administratif en onze régions. Après 1994, un regroupement est opéré et aboutit à la création de six régions administratives (cartes 5). Lors du dernier recensement en 1989, la population de Vanuatu s’élevait à 142 944 personnes, soit 31 693 habitants de plus qu’en 1979, ce qui correspond à un accroissement annuel moyen de 2,2 % ; sur cette base, la CP a estimé à 164 100 le nombre d’habitants en 1994. En 1989, la densité de la population s’élève à 11,7 habitants par km2. Elle est très inégalement répartie. Efate, Santo-Malo, Tanna et Malakula sont, par ordre d’importance décroissante, les quatre îles les plus peuplées (cartes 6). Efate, Paama, les îles Shepherds et Tanna, Aniwa et Futuna présentent une densité élevée, supérieure à trente habitants au km2 ; ailleurs, la densité est inférieure à dix habitants au km2.

Tableau 1 - Superficie des îles de Vanuatu

Tableau 1 - Superficie des îles de Vanuatu

Source : David, 1991

À Vanuatu, la localité constitue la plus petite unité de peuplement en zone rurale ; elle se compose au minimum d’une à deux maisons et peut atteindre plusieurs dizaines d’habitations pour une population supérieure à cinquante habitants. Elle devient alors un véritable village qui comporte des bâtiments d’intérêt collectif (école, dispensaire, église) et un ou plusieurs commerces. 3 233 localités ont été recensées en 1989, dont 26% regroupaient moins de dix personnes et 79% moins de 50. Environ un tiers d’entre elles peuvent être assimilées à un village, défini comme « l’ensemble des localités réunies par des coutumes, des religions ou des facteurs sociaux et économiques » (Service de la Statistique, 1983). La majorité des villages se présente ainsi comme une localité d’au minimum 5 à 6 habitations, entourées de localités satellites de taille plus petite.

8Port Vila sur Efate et Luganville sur Santo sont les deux centres urbains du pays ; en 1989, ils regroupaient respectivement 19 300 et 7 000 habitants, soit 18,5 % de la population totale du pays. En dix ans la population urbaine s’est accrue de 74 %, du fait, notamment, d’un puissant mouvement migratoire vers Port Vila. Hormis Santo-Malo, Efate et Epi, toutes les régions du pays sont touchées par l’exode rural. Paama et les Shepherds présentent les situations les plus dramatiques ; de 1979 à 1989, elles ont respectivement perdu 23,8 et 10,5 % de leur population (cartes 7).

Cartes 5 - L'archipel de Vanuatu : divisions administratives et poids spatial des régions
Vanuatu a accédé à l’indépendance le 30 juillet 1980. Un découpage administratif du pays en onze régions fut alors mis en place, chacune d’elles étant dotée d’une petite administration en charge de trois types de tâches :
- construction et maintenance des infrastructures d’éducation, de santé, de transport et de culture ;
- élaboration et application des plans régionaux de développement ;
- contrôle des activités commerciales et levée de taxes locales, dont un impôt de capitation.
Ces onze régions sont spatialement hétérogènes : quatre d’entre elles sont formées d’une île unique (Malakula, Pentecost, Epi et Ambrym), deux résultent du regroupement de deux îles de superficie voisine (Ambae-Maewo et Paama), trois combinent une ou deux îles principales et des îles secondaires (Santo-Malo, Efate et Tafea) et enfin deux régions regroupent en une seule entité soit les îles d’un même archipel (Banks-Torres), soit deux archipels voisins (Shepherds). L’hétérogénéité s’exprime également en termes de superficie, Santo-Malo étant près de 40 fois plus étendue que les deux régions les plus petites, Paama et les Shepherds.
Afin de pallier ces disparités, un nouveau découpage en six régions a été mis en place en 1994. Désormais la région dénommée SANMA (ex Santo-Malo) n’est plus que cinq fois plus vaste que la plus petite (TORBA ex Banks-Torres).

Sources : David, 1991 ; Service de la statistique, Port Vila, 1983, 1993

Cartes 6 - Répartition spatiale et densité de la population en 1989
La population se concentre dans la partie centrale du pays. Les régions Banks-Torres et Tafea (sans Tanna) n’abritent en effet que 6 % de la population alors qu’elles couvrent 16 % du territoire national. Neuf des dix sept unités géographiques cartographiées présentent une densité inférieure ou égale à la moyenne. Des fortes densités de population sont observées dans les petites îles. Au voisinage d’une mission, les fortes densités peuvent également être interprétées comme un regroupement des familles christianisées autour du lieu de culte.
Toutes les petites îles ne présentent cependant pas des densités élevées : Aneityum, les Torres, Vanua Lava et Gaua aux Banks abritent moins de 5 habitants au km2. Les épidémies importées d’Europe et la politique de recrutement forcé des santaliers et autres “blackbirders” au siècle dernier (Bonnemaison, 1996) sont largement responsables de cet état qui affecte également une grande île comme Erromango.
La concentration de la population sur le littoral a certainement accru sa vulnérabilité « au contact blanc ». En revanche, les îles bénéficiant de contacts moins fréquents, et abritant une population farouche à toute intrusion étrangère, ou plus dense à l’intérieur des terres, ont mieux résisté, comme le montre l’exemple de Tanna. Si le fait urbain explique la densité élevée enregistrée à Efate – le taux d’urbanisation y atteint 62 % – en revanche, Santo reste majoritairement rurale. Globalement, la densité de population y est faible et l’urbanisation ne touche que 27 % des habitants.

Sources : David, 1991 ; Service de la statistique, Port Vila, 1993

Cartes 7 - Évolution démographique de chaque région dans l'ensemble national
La période 1967 à 1979 est marquée par une stabilité d’ensemble du poids démographique des îles ou groupes d’îles. Sur les onze entités cartographiées, six présentent en 1979 un poids démographique ayant peu évolué depuis 1967 (+/-10 %). La croissance de leur population suit la moyenne nationale et l’exode rural y est faible. En revanche, il affecte particulièrement trois zones‑ : le centre du pays (Epi, Paama et les Shepherds), les îlots Aniwa et Futuna, et, dans une moindre mesure, l’ouest des Banks et Ambae. Malakula, Ambrym et Pentecost constituent un espace « de résistance » où la migration ne concerne qu’une faible partie de la population.
Durant la décennie 1979-1989, l’exode rural s’est nettement accéléré, notamment dans la partie centrale de l’archipel où désormais Paama et les Shepherds voient leur population diminuer à un rythme annuel de 1 à 2 %. Efate est la principale bénéficiaire de ces mouvements ; de 1979 à 1989 elle gagnait 8 611 habitants, le taux d’urbanisation y évoluant de 53,5 à 62,5 %. La progression a été moins spectaculaire à Santo qui n’a gagné que 3 035 personnes tandis que le taux d’urbanisation stagnait à 26 - 27 % ; les troubles et la tentative de sécession qui ont marqué l’accès du pays à l’indépendance et les déséquilibres économiques qui en ont découlé sont largement responsables de cet état. Epi est la troisième île bénéficiaire de ces déplacements internes de population ; elle capte une petite partie du flux migratoire originaire des îles voisines et des Shepherds et de ce fait présente un solde migratoire légèrement positif.

Sources : Service de la statistique, Port Vila, 1983, 1993

9Le secteur agricole occupe une place prépondérante dans l’économie de Vanuatu, que ce soit en terme d’emplois, de revenus à l’exportation ou de substitutions aux importations alimentaires. Environ 23 % de la superficie de l’archipel présente un bon potentiel agro-pastoral (cartes 8) et les produits de l’agriculture et de l’élevage, notamment le coprah, le cacao et la viande bovine sont, avec le tourisme, la principale source de devises ; sur la période 1982-1992, ils représentent en moyenne 83 % de la valeur totale des exportations. En zone rurale, tout ménage possède un jardin vivrier qui lui procure son alimentation de base (taros, ignames, manioc et patates douces) et quelques revenus monétaires lorsque les excédents sont commercialisés. Un petit élevage de cochons et de volailles vient compléter cette production destinée à l’alimentation des ménages. Il existe parallèlement une activité d’agriculture et d’élevage propre aux plantations ; ces activités sont alors réalisées sur le mode extensif par une minorité de familles.

  • 5 Les fonds STABEX sont attribués par la CEE dans le cadre des accords de Lomé pour subventionner les (...)

La production de coprah est la principale source de revenus en zone rurale (cartes 9). En 1983, elle concernait 81 % des ménages ; les cocoteraies couvraient alors 91 300 hectares, soit 63 % des surfaces cultivées dans l’ensemble du pays. Afin d’atténuer les variations des cours du coprah sur le marché international (de 100 à 600 dollars US la tonne sur la période 1982-1992) un mécanisme de prix compensatoires, alimenté par les fonds Stabex5, a été mis en place en 1982 ; assurant une bonne homogénéité des prix payés au producteur sur l’ensemble du pays, ce système évite de pénaliser les îles éloignées de Port Vila et de Luganville, ports par lesquels le coprah transite vers le marché extérieur.
Compte tenu de l’excellente qualité de la viande bovine originaire de Vanuatu, l’élevage est probablement la production la plus apte à conquérir une place sur le marché international. La croissance du cheptel est récente ; elle date des années soixante et constitue une adaptation aux problèmes que rencontraient le café et le cacao à cette époque. En 1983, 99 000 têtes étaient recensées dans l’ensemble du pays, dont 67 % élevées sur plantation de cocotiers, un tiers uniquement des ménages villageois pratiquant l’élevage (cartes 10). Des efforts considérables ont été accomplis depuis pour développer le cheptel villageois, dont les effectifs se sont accrus de 82 % entre 1983 et 1989.
Cultures de plantation ayant joué un rôle important dans la balance commerciale entre les années vingt et la seconde guerre mondiale, le café et le cacao ont considérablement régressé depuis. En 1983, 3 353 hectares étaient encore couverts de cacao et 612 hectares de café (carte 11). 85 à 90 % des pieds étant âgés de plus de 30 ans, les rendements étaient très faibles, le cacao ne produisant que 92 kg à l’hectare et la moitié des surfaces en café étaient laissées à l’abandon. Malgré les efforts du gouvernement, la production villageoise est encore loin de suppléer au déclin du secteur de plantations. Seuls 6 % des ménages ruraux du pays cultivaient du café en 1983, le cacao intéressant toutefois 32 % de ceux-ci.
Le kava (Piper methysticum) est un poivrier sauvage dont la racine broyée mélangée à de l’eau est une boisson traditionnelle ; en 1983, il couvrait une superficie sensiblement équivalente à celle du cacao (3 130 hectares) avec une densité de 1 000 pieds par hectare et 26 % de cette production était à maturité (carte 11).

Cartes 8 - Potentialités de développement agricole en 1983
Le potentiel agronomique est exprimé ici par la proportion des terres de bonne qualité et par leur disponibilité. Cette dernière a été évaluée par le rapport des superficies cultivées en 1983 (jachères non comprises) à la surface totale des bonnes terres. Elle est élevée à Paama, aux Shepherds, à Ambrym et, dans une moindre mesure, à Pentecost du fait d’une pression anthropique élevée. Compte tenu de son relief accentué, Ambrym est l’île dont le potentiel agronomique est le plus limité, 95 % de sa superficie se composant de terres peu ou pas du tout aptes aux cultures. À l’opposé, la morphologie favorable d’Efate explique que près de la moitié des terres y présentent de bonnes aptitudes culturales. Au total 73 % des bonnes terres se concentrent sur Santo-Malo (31 %), Efate (16 %), Malakula (14 %) et Tafea (12 %) qui disposent encore de larges disponibilités agraires.

Sources : Quantin, 1982 ; Service de la statistique, Port Vila, 1986

Cartes 9 - Les cocoteraies villageoises et de plantation et leurs revenus par région en 1983
Base de l’économie agricole, le cocotier se rencontre dans tout le pays ; il est cultivé soit par les villageois soit par les propriétaires de grandes plantations. 49 % des superficies cultivées dans les villages se situent à Malakula, Ambae-Maewo et à Santo-Malo. Sur la base d’un rendement de 626 kg à l’hectare et compte tenu d’une autoconsommation égale à 35 % de la production, 14 440 tonnes de coprah ont été commercialisées en 1983 dans ces trois régions pour une valeur totale de 2,17 millions de dollars US, la tonne étant achetée 150 dollars au producteur.
En raison de l’âge des cocotiers (64 % des arbres ont plus de 50 ans), les rendements des plantations (456 kg par ha) sont inférieurs à ceux des cocoteraies villageoises. En revanche, la totalité de leur production est commercialisée et le prix payé à la tonne est légèrement supérieur (155 dollars) au prix payé au producteur villageois.
La superficie exploitée par ménage est en moyenne de 3,4 ha et varie entre 1,9 ha à Tanna et 4,5 ha à Ambae-Maewo et Ambrym. La consommation moyenne s’élève à 15 noix par jour (dont neuf pour l’alimentation animale), mais fluctue de 12 noix (Banks-Torres) à 23 noix (Shepherds). Efate, Tafea et Paama sont les seules régions où la population rurale dispose de moins de 3 hectares par ménage‑ : 30 à 45 % de la production étant utilisés pour la subsistance, les revenus tirés du coprah y sont donc faibles, inférieurs à 160 dollars par ménage. En revanche, Ambrym et Ambae-Maewo allient une superficie élevée et une consommation sensiblement égale à la moyenne (16 et 14 noix respectivement) ; les revenus, correspondant à 285 et 260 dollars, y sont donc nettement supérieurs au revenu national moyen (207 dollars).

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

Cartes 10 - L'élevage et les revenus réalisés par région en 1983
Comme la production de coprah, l’élevage villageois est pratiqué dans tout le pays. En 1983, il concernait 34 % des ménages ruraux recensés. Il s’agit essentiellement d’un petit élevage de type extensif pratiqué sous cocoteraie et/ou pâturage amélioré. Le nombre moyen de têtes de bétail est de 16 à 17 par troupeau, dont 2 à 3 bêtes sont réservées à l’autoconsommation. Un tiers du cheptel se situe dans la région Santo-Malo ; sa valeur, toutes bêtes confondues (autoconsommées et commercialisées) approche les 2 millions de dollars US.
Bien qu’en nette progression, l’élevage réalisé par les villageois reste cependant secondaire par rapport à l’élevage pratiqué sur plantation avec un cheptel deux fois plus nombreux et un impact économique (assimilé au produit des ventes) dix fois supérieur. Sa concentration est très forte avec 90 % du troupeau se situant dans les régions Santo-Malo et Efate.
L’estimation de la valeur du cheptel villageois a été faite sur les bases d’un poids moyen de 150 kg par carcasse, d’un coefficient d’utilisation de 80 % de poids vif et d’un prix payé au producteur de 1,5 dollars US le kg, en considérant que la commercialisation ne concerne que 17 % du troupeau. L’estimation de la valeur du cheptel des plantations a été réalisée sur des bases sensiblement différentes : poids moyen de 185 kg par carcasse, et coefficient d'utilisation plus faible (70 %) avec un prix moyen de 2,5 dollars US le kg.
D’une manière générale, avec un revenu moyen de 206 dollars US par ménage, l’élevage villageois est aussi rémunérateur que la production de coprah.

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

10L’agriculture est la source exclusive des revenus de 62 % des ménages ruraux du pays et une source partielle pour 30 %, seuls 8 % d’entre eux ne percevant aucun revenu de ce secteur. En moyenne, le revenu annuel des ménages ruraux s’élevait à 742 dollars US en 1983 (carte 12), dont 66 % des dépenses étaient consacrées à la nourriture, notamment au riz, au poisson en conserve, au pain, au sucre et à la viande en conserve (tableau 2 et carte 13).

11À la différence de l’agriculture qui concerne l’ensemble de l’archipel, le secteur tertiaire est uniquement développé en zone urbaine. Sa place dans l’économie monétaire est devenue prépondérante puisqu’il participait pour 66 % à la formation du produit intérieur brut sur la période 1985-1989. À Port Vila, 1 325 sociétés et près de 200 navires de commerce étaient enregistrés à la mi-1988, le tourisme représentant par ailleurs une source clef de revenus. Bénéficiant de paysages d’une grande beauté, d’une population très accueillante, d’une culture traditionnelle toujours vivante et d’un réseau d’infrastructures supérieur à la moyenne des autres petits États du Pacifique insulaire, Vanuatu possède des atouts indéniables en la matière. Port Vila concentre 90 % de la capacité hôtelière du pays, qui dépasse 500 chambres, le solde se situant à Santo et à Tanna.

Carte 11 - Cacao, café et kava par région en 1983
Le cacao, le café et le kava sont des productions beaucoup moins dispersées dans l’espace que le coprah et l’élevage. À l’échelle villageoise, 80 % des 1 186 ha de cacaoyères du pays se localisaient en 1983 sur Santo-Malo et Malakula tandis que Tanna abritait 90 % des caféières du pays (118 hectares) et 38 % des pieds de kava cultivés dans l’archipel, 32 autres % l’étant à Pentecost. Les plantations de kava apparaissent bien localisées à Pentecost et dans la région Tafea où le kava coïncide avec les caféières et qui apparaît ainsi comme la troisième région du pays pour les plantations villageoises. Une telle concentration s’observe également dans l’économie de plantation ; la seule région de Santo-Malo regroupe en effet 60 % des plantations de cacao et 98 % des plantations de café du pays.

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

Carte 12 - Les dépenses annuelles des ménages ruraux par région en 1984
Première zone agricole du pays, notamment pour le cacao et le coprah, le centre nord est la région la plus riche. Hormis Pentecost où, en 1983, l’impact économique du kava ne se fait pas encore sentir, Ambae-Maewo, Santo-Malo, Malakula et Ambrym présentent des disponibilités financières qui approchent et parfois dépassent les 1 000 dollars US par ménage et par an. En revanche, en raison d’un moindre développement des échanges commerciaux, Epi et les espaces périphériques que sont Tafea et Banks-Torres sont beaucoup plus pauvres. Il en est de même de Paama et des Shepherds où une pression démographique élevée s’exerçant sur des espaces agricoles réduits entraîne la paupérisation de la population qui choisit alors d’émigrer vers Port Vila.

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

Tableau 2 - Revenus et budget des ménages ruraux consacrés à l’alimentation

Tableau 2 - Revenus et budget des ménages ruraux consacrés à l’alimentation

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

Carte 13 - La dépendance alimentaire des ménages ruraux de l'archipel par région en 1984
La dépendance alimentaire est maximale lorsqu’au moins la moitié du budget annuel des ménages est destinée aux cinq aliments de base (sucre, riz, poisson en conserve, pain, viande en conserve). Tel est le cas de six des onze régions du pays. En revanche, lorsque moins de 30 % du budget est consacré à la nourriture de base, la dépendance alimentaire est minimale, ainsi qu’on l’observe dans la région Tafea.

Sources : Service de la statistique, Port Vila, 1986 ; David, 1991

3. Pêche et développement

3.1. La pêche industrielle

12Durant une trentaine d’années, de 1957 à 1986, la pêche industrielle a joué un rôle important dans l’économie du pays, assurant 26 % de la valeur totale des exportations derrière le coprah qui en représentait 42 %. Il s’agissait de thons congelés débarqués à la base palangrière de la South Pacific Fishing Company (SPFC) à Santo, stockés en chambre froide puis exportés vers les conserveries américaines et japonaises. Fruit d’un des “joint venture” mis en place par le Japon dans la région, la SPFC exploitait à la fin des années soixante dix une soixantaine de bateaux taiwanais de 250 tonnes de jauge brute.

La technique de pêche utilisée était la palangre flottante, ou longue ligne, d’environ 120 kilomètres de long munie de 2 500 hameçons espacés chacun d’une cinquantaine de mètres. Ces palangriers effectuaient annuellement deux à trois campagnes de deux à quatre mois chacune, les bateaux fréquentant les eaux situées entre l’équateur et le 25ème parallèle sud à la recherche des thons jaunes (Thunnus albacares), des thons obèses (Thunnus obesus) et de germons (Thunnus alalunga).

13À partir de 1973, les captures diminuèrent (figure 1), chutant en dix ans de 16 000 tonnes à moins de 6 000 tonnes annuelles. De 1980 à 1984, la flottille régressa de 57 à 18 unités et la base thonière de Santo cessa toute activité en mai 1986. Depuis, aucun espoir de reprise ne s’est concrétisé, les installations devenant rapidement obsolètes ; une page de l’histoire économique du pays est désormais tournée ! Actuellement, les seuls revenus que Vanuatu tire de l’exploitation industrielle des ressources thonières proviennent des licences accordées d’une part à Taiwan dans le cadre d’un accord bilatéral, d’autre part aux États-Unis dans le cadre de l’accord multilatéral global négocié en 1987 par l’Agence des Pêches du Forum (FFA) pour le compte de tous ses pays membres. Les salaires perçus par les 300 à 350 marins ni-vanuatu embarqués comme membres d’équipage sur les palangriers taiwanais fréquentant le Pacifique Sud constituent également une source de revenus non négligeable.

Figure 1 - Évolution des débarquements de la pêcherie palangrière de Santo
Les années soixante-dix constituent une période charnière dans l’évolution de la pêcherie. De 1979 à 1984, les débarquements diminuent de moitié, passant de 7 887 tonnes à 3 906 tonnes, tandis que les exportations tombent de 13,93 à 7,30 millions de dollars US. Cette évolution résulte d’une réduction importante des rendements. En 1979, chaque palangrier capturait en moyenne 0,96 tonne par jour. Deux ans plus tard, la production journalière accusait une baisse de 20 % (0,77 tonne par jour). Parallèlement, la durée des campagnes s’accroissait de 18 %, passant de 55,4 jours à 65,5 jours. L’augmentation de l’effort de pêche a permis le maintien des quantités débarquées par navire à un niveau constant de 1979 à 1981 mais elle est responsable d’une progression sensible de la consommation de carburant qui, intervenant en période d’inflation du prix du combustible, s’est traduite par une diminution drastique du nombre de navires en activité. Dans l’espoir de compenser le déclin de la pêche palangrière et de maintenir l’activité de la base de Pallicolo, la SPFC a étudié les possibilités de développer les captures de bonites et d’autres pélagiques de surface, les campagnes de radiométrie aérienne effectuées par l’ORSTOM ayant montré l’existence occasionnelle de fronts thermiques favorables à leur concentration (Petit et Hénin, 1982). L’exploitation de ces stocks se révèle toutefois délicate. En effet, la pauvreté des eaux côtières de Vanuatu en appâts vivants (présence ponctuelle et saisonnière des bancs, [Grandperrin et al., 1982]) constitue un facteur rédhibitoire à tout développement de la pêche à la canne, et la fréquentation saisonnière et limitée des eaux du large par les thonidés est incompatible avec la rentabilité des senneurs dont les coûts d’exploitation sont très élevés. Afin de réduire ces coûts, la mise en place de dispositifs de concentrations de poissons (DCP) du type « payaos » philippins a été envisagée comme une alternative prometteuse, la SPFC évaluant en 1982 à 3 000 tonnes la production potentielle d’un senneur autour de tels radeaux agrégatifs. En 1984, cinq DCP de type « payaos » ont été mouillés au large de Santo. En l’absence de senneurs, des essais de pêche à la ligne à main ont été effectués par de petites embarcations de 8,6 m de longueur. Au total, 7,7 tonnes de thons et autres grands pélagiques ont été pêchées. L’expérience s’est interrompue au bout de quelques mois, la totalité des radeaux ayant disparu.

Source : Bour et al., 1982

3.2. Pêche et industrie nacrière

14La récolte de coquillages nacriers que sont les trocas (Trochus niloticus) et les burgaus (Turbo marmoratus) se pratique à Vanuatu depuis le début du siècle (cartes 14). En 1979, la Melanesian Shell Products (MSP), unité de transformation des coquilles de trocas en pions de nacre, fut créée à Port Vila. En 1984, toute exportation de coquille brute fut interdite de manière à protéger l’approvisionnement de cette entreprise. La production connut une vive progression de 1970 à 1978, puis une stagnation qui pourrait traduire une surexploitation des stocks. Les trocas constituent en effet une ressource fragile du fait qu’ils sont facilement accessibles en plongée libre. Afin de garantir la pérennité du stock, les pouvoirs publics fixèrent à 9 cm la taille minimale de collecte autorisée et un quota annuel de 75 tonnes de coquilles à transformer fut attribué à la MSP. Face à une demande croissante de nacre sur le marché mondial, deux nouvelles entreprises de fabrication de pions furent créées à Port Vila en 1989 et tout quota fut supprimé. Il en découla une concurrence très vive qui eut pour conséquence la fermeture de la MSP.

15En raison de la dépression des prix du coprah sur le marché international, les coquillages nacriers apparaissent à un nombre croissant d’habitants du littoral comme une source intéressante de revenus. La collecte s’en est accrue de façon substantielle ; les exportations ont progressé de 61 tonnes en 1990 à 135 tonnes en 1992. Si elle se poursuit, cette évolution conduira inéluctablement à la surexploitation des stocks et à une diminution importante de l’activité de transformation du troca. Les autorités espèrent freiner cette évolution par la production de naissain en aquaculture et le réensemencement de certains récifs. Mais ce procédé est encore en phase expérimentale.

3.3. La pêche côtière

16Dans l’ensemble du pays, la pêche côtière reste encore largement l’héritière des formes d’exploitation traditionnelle. De caractère essentiellement vivrier, elle est pratiquée au niveau du village et repose sur l’utilisation d’un large éventail d’engins et de techniques (poisons, sagaies, lignes, fusils sous-marins, filets) mis en oeuvre pour la capture d’un grand nombre d’espèces. L’effort de pêche concerne principalement les faibles profondeurs d’où proviennent les deux tiers des captures. La majeure partie d’entre elles est autoconsommée par les pêcheurs et leur famille, la zone de diffusion des produits de la pêche se cantonnant au littoral. À l’indépendance, il fut envisagé de développer une pêche commerciale afin d’assurer une autosuffisance alimentaire, et d’augmenter les revenus des zones rurales.

Cartes 14 - Répartition spatiale des coquillages nacriers collectés entre 1976 et 1982 par la Fédération des Coopératives
Depuis le milieu des années soixante-dix, la quasi totalité des coquillages nacriers collectés à Vanuatu l’ont été par le secteur coopératif dont deux navires sillonnent les îles. En six ans, de 1976 à 1981, 147 tonnes de trocas et 61,9 tonnes de burgaus ont ainsi été débarqués à Port Vila. Avec respectivement 46,1 et 28,3 tonnes de trocas et 15,7 et 17,4 tonnes de burgaus, les années 1977 et 1978 ont été les plus productives. D’une manière générale, la production de trocas est moins localisée que celle de burgaus dont 40,5 % des apports proviennent de la seule région Tafea. Totalisant près de 18 % de la production nationale, la petite île d’Aneityum est le principal foyer du burgau à Vanuatu. Fort logiquement, les régions les moins concernées par la collecte des coquillages nacriers sont celles offrant les conditions écologiques les moins favorables à ces espèces, qui vivent sur le platier, dans les vingt premiers mètres de la tranche d’eau.

Source : David, 1985

  • 6 Le FED ou Fond européen pour le développement finance, à partir des fonds CEE, des programmes de dé (...)

17Un ambitieux programme de développement de la pêche commerciale villageoise a donc été mis en place en 1982 avec l’assistance financière du FED6 qui finança 53 % du montant total des opérations. D’une durée initiale de trois ans, ce programme prévoyait la mise en place de 25 groupements de pêcheurs bénéficiant d’une assistance technique et financière destinée à la formation, à l’acquisition et à l’entretien du matériel. Ses principaux objectifs étaient :

  • la réduction des importations de poisson en conserve (figure 2, cartes 15) ;

  • l’amélioration du régime alimentaire des populations dans lequel la part des produits de la pêche commerciale restait négligeable (tableau 3, cartes 15) ;

  • la création sur le littoral d’activités suffisamment rémunératrices pour développer l’économie monétaire dans les communautés villageoises et pour freiner l’exode des jeunes ruraux vers Port Vila (figure 3).

Figure 2 - Évolution des importations de poisson en conserve et de la consommation moyenne par habitant pour les périodes 1968-1972 et 1979-1984
En 1983, les importations de poissons en conserve, dont 82 % de maquereaux en provenance du Japon, se sont élevées à 619 tonnes pour une valeur de 758 000 dollars américains correspondant à 7,5 % du montant de l’ensemble des importations alimentaires du pays. Elles se sont accrues de 35 % de la période 1968-1972 à la période 1979-1984. Cette évolution suit peu ou prou l’évolution démographique de l’archipel, la consommation moyenne par habitant demeurant voisine de 6 kg par personne entre 1968 et 1984.

Cartes 15 - Dépenses et consommation de poissons en zone rurale par région en 1984
Si en ville le prix est le principal facteur déterminant la préférence des consommateurs pour le poisson en conserve, en zone rurale ce sont les circuits de distribution qui limitent la consommation, la demande étant fragmentée en une multitude de lieux. Les circuits de commercialisation du poisson frais sont encore peu développés du fait des difficultés que représente son transport et sa conservation.
Le revenu n’est pas le principal facteur limitant la consommation de poisson frais commercial puisqu’elle est faible dans une région riche comme Malakula. Ce sont en fait les offres de poisson vivrier et de poisson commercial qui déterminent la demande sur ce dernier produit. Lorsqu’un groupement de pêche commerciale se situe à proximité des villages, la consommation peut-être dix fois supérieure à celle des autres régions, comme l’illustrent les exemples de Paama et d’Ambrym. Multiplier les projets de développement de la pêche commerciale n’est cependant pas une condition suffisante à l’accroissement de la consommation de poisson. Si celle-ci est assurée par la pêche vivrière, alors les achats de poissons fournis par la pêche commerciale resteront faibles. Le dynamisme du secteur vivrier bloque ainsi tout essor de la pêche artisanale commerciale, indépendamment du revenu des consommateurs potentiels (figure 3).

Sources : Service de la statistique, Port Vila, 1986 ; David, 1991

  • 7 Communément appelé ciguatera, ou encore « gratte », l’ichtyosarcotoxisme est provoquée par la conso (...)

18L’accent a été mis sur l’exploitation de nouvelles zones de pêche situées sur le tombant récifal à des profondeurs de 100 à 500 m, hors du rayon d’action des pirogues traditionnelles propulsées à la pagaie. Les ressources de ces zones étaient vierges de toute exploitation en 1983. Elles sont surtout composées de poissons, principalement des Etelidae (vivaneaux), des Lutjanidae (perches), des Serranidae (loches), des Lethrinidae et des Pentapodidae (bossus et brèmes). Ces espèces sont d’un grand intérêt commercial puisque contrairement à des nombreux poissons des récifs, leur chair est réputée exempte de toxines responsables de l’ichtyosarcotoxisme7.

  • 8 L'apport protéique correspondant à l'ingestion d'un kg de poisson de récif est de 85 g (Jardin et C (...)

Tableau 3 - Achats et approvisionnement en protéines d’un ménage rural type en 1984
Le poisson ne représente que 2 % du budget alimentaire des ménages ruraux. Chaque ménage ne consomme en moyenne que 5 kg de poisson « commercial » dans l’année, acheté l’équivalent de 1 dollar US le kg. Il s’agit généralement de poissons de récif dont 55 % (viscères, écailles et arêtes) ne sont pas comestibles (Jardin et Crosnier, 1975). Sur ces 5 kg, la partie consommable n’est donc que de 2,25 kg ; elle assure au ménage consommateur 425 g de protéines8, de quoi couvrir durant 2 jours ses besoins protéiques, estimés à 250 g quotidiens, soit 50 g en moyenne pour chacun des cinq membres d’un ménage type. L’apport protéique annuel que représente le poisson en conserve pour les ménages ruraux est près de treize fois supérieur à celui du poisson frais. Dans ce contexte, tout développement de la pêche commerciale ne peut être que bénéfique à la balance commerciale du pays en entraînant une réduction des importations d’aliments protéiques d’origine animale.

Source : Service de la statistique, Port Vila, 1986

  • 9 Le mot « devise » s'entend ici dans le sens d'une monnaie circulant à l'extérieur d'un système spat (...)

Figure 3 - La dynamique de contrôle du secteur halieutique commercial par la pêche vivrière
La ressource étant jugée suffisamment abondante, le peuplement côtier et la faible densité démographique sont les principaux facteurs conduisant à l’autoconsommation généralisée de la production. Ce processus s’est mis en place dans le cadre d’une économie peu monétarisée où l’insuffisance des revenus réduit le potentiel technologique applicable à l’effort de pêche et limite d’autant l’offre de poisson « commercial » ; il se maintient lorsque les revenus de la population s’accroissent, la satisfaction des besoins de la population par la pêche vivrière amenant en effet les consommateurs à détourner vers d’autres produits la demande qu’ils auraient pu exprimer en poisson « commercial ».
Une telle dynamique où l’autoconsommation contrôle le secteur commercial, est typique d’un système fermé. Afin de l’ouvrir pour assurer des débouchés commerciaux aux groupements de pêcheurs, le Service des Pêches avait prévu d’exporter une partie importante de la production halieutique des îles vers les deux centres urbains du pays, voire vers l’étranger. La pêche devenait ainsi une précieuse source de devises9 contribuant au renforcement de l’économie monétaire dans les îles et à la création d’emplois. Ce schéma s’est malheureusement révélé difficilement opérationnel. Hormis à Efate et à Santo, la pêche est devenue dépendante des revenus de l’agriculture dont les crises la rendent particulièrement vulnérable.

19Le choix du site d’implantation des groupements de pêche villageoise se fit en fonction de la proximité de ressources marines, de l’existence d’un mouillage protégé et de l’accès aisé à un marché.

20À chaque groupement crée fut attribué un bateau de type catamaran Alia de 8,6 mètres de long ou un monocoque type Harvey de 5 mètres de long, trois à quatre moulinets à main en bois type FAO (Gulbrandsen, 1977) munis de leur équipement complet, deux moteurs hors-bord, de 25 cv et de 5 cv. En 1984, le prix d’un catamaran, livré avec ses moteurs et son matériel de pêche, était d’environ 9 000 dollars US et celui d’un monocoque de 5 000 dollars US.

21Les bateaux et les moulinets sont construits au chantier naval d’état créé à la périphérie de Luganville en 1982 (Service des Pêches, 1983). Afin d’assurer la conservation des captures, 14 équipements frigorifiques furent installés. Dix d’entre eux étaient de simples réfrigérateurs fonctionnant soit au gaz soit au pétrole. Deux groupements bénéficièrent de la mise en place d’un système de production de glace pouvant fabriquer 400 kg par jour et deux autres furent équipés d’une chambre froide d’une capacité de 22,3 m3 (dans le premier cas, l’investissement s’est élevé à environ 10 000 dollars US l’unité et dans le second cas à 15 000 dollars US).

22En moyenne, l’équipement complet d’un groupement de pêcheurs revenait de 8 500 à 10 000 dollars US en 1984. Le FED en prenait 51 % à sa charge et la Banque de Développement de Vanuatu avançait 42 % sous forme de prêts remboursables en trois ans au taux annuel de 4 %. Finalement 7 % seulement du montant total de l’équipement devaient donc être réglés au comptant par les pêcheurs.

23Les pêcheurs s’organisèrent soit en groupements familiaux, soit en associations villageoises. Dans le second cas, l’ensemble de la population du village participait financièrement à la constitution du groupement dont elle était actionnaire ; les pêcheurs étaient choisis parmi les hommes volontaires, par le chef ou par les anciens. Dans quelques rares cas, le groupement était constitué de la réunion de plusieurs pêcheurs individuels, sans liens familiaux, mettant en commun la totalité ou une partie de leur capital personnel.

24Au tout début du plan de développement, le groupement type se composait d’une dizaine de personnes, dont un secrétaire et un trésorier, responsable de l’exercice financier, deux capitaines de pêche et deux équipages se relayant. Les associations qui ont été créées par la suite avaient un effectif plus réduit constitué d’un équipage unique, le capitaine de pêche se chargeant lui-même des tâches administratives. La rémunération des pêcheurs ne s’effectuait pas à la part mais sous la forme d’un salaire mensuel ou annuel. À la fin de chaque année d’exercice, les reliquats de trésorerie étaient distribués aux actionnaires du groupement.

25Afin d’écouler la production, deux marchés aux poissons disposant d’une capacité importante de stockage en chambre froide furent créés en 1983 à Port Vila et à Luganville. Les prix de vente étaient contrôlés par le Service des Pêches et l’approvisionnement était assuré par les associations de pêcheurs. De 1984 à 1989, un volume annuel moyen de 54 tonnes de produits de la pêche furent vendus à Port Vila, 56 % étant constitués de poissons de profondeur (tableau 4).

26Le programme de développement de la pêche artisanale au niveau des villages devait à l’origine s’arrêter en décembre 1985. Du fait de sa popularité, il fut décidé de le prolonger jusqu’en 1989, date à laquelle une nouvelle structure appelée “Extension Services” fut mise en place. Celle-ci s’appuie sur le centre de formation à la pêche de Santo, ouvert en 1990, et sur le réseau d’agents de vulgarisation présents dans chaque région administrative du pays. En 1995, cette structure était toujours en vigueur concentrant son activité sur l’approvisionnement du marché de Luganville. Depuis 1992, l’écoulement de la production tend à passer sous le contrôle du secteur privé.

Tableau 4 - Produits de la pêche démersale vendus sur le marché de Nataï (1984-1989)

Tableau 4 - Produits de la pêche démersale vendus sur le marché de Nataï (1984-1989)

Source : Nataï, 1991

27Dès 1979, la volonté du gouvernement de développer la pêche artisanale s’était accompagnée de la signature d’un accord cadre avec l’ORSTOM dans le but de lancer un programme de recherches halieutiques visant à étudier les principales ressources exploitables. Au sein de ce programme, un suivi des activités des groupements de pêcheurs a été entrepris dès 1982 et une base de statistiques a été constituée. Parallèlement, débutait en 1983 l’étude socio-économique de la petite pêche villageoise ; celle-ci avait pour objectif de déterminer l’implication de la population littorale dans les activités de pêche, d’estimer les facteurs anthropiques conditionnant l’effort de pêche et d’analyser l’importance des liens entre les activités de pêche et la demande alimentaire.

1. The regional situation

28Of all regions worldwide, the Pacific Islands region, which comprises scattered remote islands and archipelagos, is the most marked by the marine environment (Map 1). Inhabitants of these islands generally live close to the ocean shoreline and fish recreationally, but few of the fish caught are marketed. Islands in Polynesian and Micronesian atolls are often nothing more than a narrow coastline with lagoons, which are crucial for their economic viability. On islands with high rugged landscape, inhabitants formerly congregated and carried out their activities inland, but these people have now migrated to the coastal areas—which have thus become the focus of economic activities and peoples’ first choice of residence. Activities on the Pacific Islands are increasingly ocean-oriented!

  • 10 The term "deep-sea fish" refers to bottom-dwelling fish found on the outer-reef slopes at 80-500-m (...)

29However, there is a greater risk of overuse of fisheries resources in shallow water coastal areas due to the population boom and wide use of motorboats and efficient fishing gear. It is thus now essential to identify new marine resources. Since the late 1970s, Pacific Islands countries have been focusing on a broadening range of fishing activities, while targeting migratory offshore species and deep-sea fish10 on the outer reef slopes. This trend accelerated in the early 1980s after the 200-mile exclusive economic zones (EEZ) were set up. These island countries, whose economic jurisdictions were previously limited to minute terrestrial areas, have benefited from the sudden expansion of their economic space—some have even become maritime giants (Map 2). The Cook Islands, for instance, now has an EEZ of around 2 million km2, i.e. 9 000-fold its land area.

  • 11 The main tuna species are: skipjack (Katsuwonus pelamis), albacore (Thunnus alalunga), yellowfin (T (...)

30Tuna is the main fisheries resource marketed in the Pacific intertropical region. In 1976, 77% of all tuna caught worldwide (in tonnes), for the four main commercial species11, originated from this region (Kearney, 1979). However, these catches were made by foreign fishing fleets, which means that the islands reaped very little profit. Since the introduction of EEZs, Pacific Islands countries and territories are counting on this resource to enhance their socioeconomic development potential.

Several possible solutions have been put forward. The first involves setting up fisheries companies close to the fishing grounds. However, this would require considerable investment, and the lack of on-site know-how and poor access to international marketing channels are major hurdles. The second solution would be to create joint fisheries ventures with foreign companies (Doulman, 1987; Samples, 1987). The third would be to grant licenses to foreign fishing boats with compulsory fishing fees proportional to the catch volume. Many small countries would likely opt for this latter solution, as it would be the quickest and least risky way of getting adequate compensation for the rights to use the offshore fisheries resources within their EEZs.

31By subcontracting their tuna fishery operations, southwestern Pacific Islands countries could focus more on developing their coastal fisheries, which is less capitalintensive and better adapted to local skills and social cultures than industrial fisheries. Pacific Islands countries receive substantial aid (counseling, expertise and training programmes) to develop these fisheries from some major governments and several international organizations. Two organizations are major instigators, i. e. the South Pacific Commission (SPC), which was renamed the Pacific Community (PC) in 1998, and the South Pacific Forum (SPF) (Map 3).

Map 1 - Pacific Islands: cultural areas and EEZs

Map 1 - Pacific Islands: cultural areas and EEZs

Sources : from Antheaume & Bonnemaison, 1988 ; Norman & Douglas,1994

Map 2 - Morphological features of the Pacific Islands states and territories
The ratio of the EEZ area to the land area varies according to the size, shape and oceanic remoteness of the concerned country. The largest EEZs are located along the Pacific Islands rim (Hawaii and the Marshall Islands northward, New Caledonia and French Polynesia southward), or are scattered archipelagos whose islands are thousands of kilometres apart (Federated States of Micronesia, Cook Islands, Kiribati, French Polynesia). In Melanesia, due to the extension of the emerged-land area, the ratio of the EEZ area to the land area is less than 100 everywhere.

  • 12 University of Guam, Lae University in Papua New Guinea (PNG), Moana University in Hawaii, French Un (...)

Map 3 - Regional organizations and universities in 1999
The South Pacific Commission (SPC), renamed the Pacific Community (PC) and the South Pacific Forum (SPF) are two regional organizations involved in fisheries development. SPC includes all SPF members, along with Northern Mariana Islands, Palau and all American, British and French Pacific Islands territories. Easter Island, which is governed by Chile, is not located within the PC sphere of influence. Hawaii and Norfolk Island, 50th US state and territory of the Australian federation, respectively, are also outside. The main PC sponsors are Australia, New Zealand, USA and France, and the first two countries also help fund SPF. The University of South Pacific at Suva (USP), which is one of the six universities of this region12, is outstanding as the courses are decentralized and offered in 12 different countries. Moana University in Hawaii is the top university of the region in terms of enrollment and research potential.

Sources : from Antheaume & Bonnemaison, 1988 ; Norman & Douglas,1994

  • 13 Hawaii and Norfolk are not ex-officio PC members, but are represented as the fiftieth US state and (...)

The Pacific Community (PC), which was created by Australia, USA, France, the Netherlands, New Zealand and UK in 1947, takes part in economic and social development and health projects. This non-political organization currently comprises 22 of the 25 countries and territories of the Pacific Islands13. The fisheries activities, involve many of the organization’s staff members, are focused on tuna and other species caught by the coastal fisheries whose main aim is to promote small-scale village fisheries development. PC has contracted several master fishermen to visit the different Pacific Islands countries and territories of the region to provide local Fisheries Services with counseling and technical assistance, while training fishermen and extension agents, and testing fishing gear and conducting experimental fishing operations. PC’s involvement in deep-reef slope fisheries development in the Pacific Islands has turned out to be essential for the assessment of fisheries resources and training fishermen (Dalzell & Preston, 1992).
Contrary to PC, the South Pacific Forum (SPF), which was created in 1971, is a political organization comprising—in addition to Australia and New Zealand—all independent countries of the region, which it is eligible to represent in the international arena. As early as 1976, there was an expressed need to create a regional fisheries agency to promote sustainable management and conservation of tuna resources in the region (Kearney, 1978). This need was only met in 1979 with the creation of the Forum Fisheries Agency (FFA). Its first project was to help Pacific Islands countries in setting up their 200 nautical-mile EEZs, while harmonizing deep-sea fisheries policies and regulations (Munro, 1989; Tsamenyi & Blay, 1989). Since then, FFA has been concentrating on regional cooperation with respect to monitoring the EEZs and overseeing fishing-license agreements with foreign fishing fleets—a historic agreement was signed with USA in 1987 (Copes, 1987; Doulman, 1987; Van Dyke & Nicol, 1987). More recently, FFA has been focusing on nearshore fisheries and drew up a report on many aspects of nearshore marine resources (Wright & Hill, 1993).

2. Geographical, political, and economic setting of Vanuatu

2.1. Geographical situation and structure

32The Vanuatu archipelago lies more than 2 000 km from the Australian coast. It is located at the centre of a triangle formed by the Salomon archipelago to the north, New Caledonia to the southwest, and Fiji Islands to the east (Map 4). Port Vila, the capital, is on Efate Island, about 800 km from Honiara, 400 km from Noumea and 800 km from Suva. It is made up of 80 islands and islets located within a NNW-SSE-oriented 250 km-wide by 900 km-long parallelogram, but only around 15 islands have a surface area of more than 100 km2. Santo (4 010 km2) and Malakula (2 053 km2) are the two largest islands of the archipelago; together their surface area represents almost half of the total land area of Vanuatu (Table 1, Maps 5). In terms of land area, Vanuatu, with a total area of 12 190 km2, is the sixth ranking country of the 25 Pacific Island countries and territories.

Map 4 - Location of Vanuatu in the southwestern Pacific Ocean

Map 4 - Location of Vanuatu in the southwestern Pacific Ocean

33Geologically, Vanuatu is an island arc, the central part of the so-called New Hebrides subduction zone. It is nearly 1 500 km long and marks the convergence of the Indian-Australian and Pacific plates, where the Indian-Australian plate descends beneath the Pacific plate at a rate of 4-14 cm per year, depending on the zone (Calmant et al., 1995). A trench runs along the western oceanic side of this arc; it has an average depth of 6 000 m but descends to 9 000 m northwest of Torres Islands. Due to this geological structure, Vanuatu archipelago is mainly made up of high volcanic islands. Most of the very few low-lying islands are small.

2.2. Demographic and economic patterns

34From independence to 1994, the country was managed on the basis of eleven administrative regions. After 1994, the number of administrative regions was reduced to six (Maps 5). According to the last census in 1989, the total population of Vanuatu was 142 944, which was 31 693 more inhabitants than in 1979, i. e. a mean annual increase of 2.2%. At this growth rate, PC estimated that there were 164 100 inhabitants in 1994. In 1989, the population density was of 11.7 inhabitants per km2. The population is, however, very unequally distributed: in declining order, Efate, Santo-Malo, Tanna and Malakula are the four most populated islands (Maps 6). Efate, Paama, Shepherds, Tanna, Aniwa and Futuna have high population densities of more than 30 inhabitants per km2; densities are lower than 10 inhabitants per km2 elsewhere.

Table 1 - Surface area of Vanuatu islands

Table 1 - Surface area of Vanuatu islands

Source : David, 1991

In Vanuatu, a population entity represents the smallest inhabited unit of rural zones; it ranges from a minimum of two houses to several tens of houses for a population of more than 50 inhabitants. It then becomes an actual village that includes public buildings (school, dispensary, church) and one or several businesses. 3 233 entities were surveyed in 1989, with 26% having less than 10 people and 79% less than 50. About a third of these population aggregates could be called villages, which are defined as: “groups of population entities united by customs, religions or socioeconomic factors” (Statistics Office, 1983). Most villages are thus entities of at least 5-6 houses, surrounded by smaller satellite aggregates.

35Port Vila (on Efate) and Luganville (on Santo) are Vanuatu’s two urban centres. In 1989, they had populations of 19 300 and 7 000 inhabitants, respectively, i. e. 18.5% of the national population. The urban population increased by 74% over the next 10 years, mainly as a result of substantial rural outmigration, i. e. except in Santo-Malo, Efate and Epi, to Port Vila. The situation was even more serious on Paama and Shepherds Islands, which were affected by depopulation rates of 23.8% and 10.5%, respectively, from 1979 to 1989 (Maps 7).

Maps 5 - Vanuatu archipelago: regional administrative units and spatial weights
Vanuatu declared independence on 30 July 1980. The country was then divided into 11 regions, each with a small government with three main responsibilities:
- to build and uphold educational, health, transportation and cultural infrastructures;
- to design and apply regional development programmes;
- to control commercial activities and collect local taxes, including a poll tax.
These 11 regions are spatially heterogeneous: four of them are single islands (Malakula, Pentecost, Epi and Ambrym), two (Ambae-Maewo and Paama) involve two islands with similar areas, three (Santo-Malo, Efate and Tafea) are assemblies of one or two main islands and secondary islands, and two others (Banks-Torres and Shepherds) pool islands from the same archipelago or two neighbouring archipelagos within a single regional unit. These regions are also heterogeneous in terms of their areas, i. e. Santo-Malo is 40-fold larger than the two smallest regions (Paama and Shepherds).
In 1994, the country was redivided into six regions in order to mitigate these differences. The new region of Sanma (ex-Santo-Malo) is only 5-fold larger than the smallest new region of Torba (ex-Banks-Torres).

Sources : David, 1991 ; Statistics Office, Port Vila, 1983, 1993

Maps 6 - Geographical distribution and population density in 1989
The main body of Vanuatu’s population is located in the central part of the country. Only 6% of the population is found in Banks-Torres and Tafea (excluding Tanna) regions, despite the fact that they account for 16% of the national area. Nine of the 17 mapped geographical units have densities lower than or equal to the national mean. The smallest islands generally have the highest population densities. There are also often high densities around religious missions, as Christian families congregate for religious reasons.
However, not all of the small islands have high populations, e. g. Aneityum, Torres, Vanua Lava and Gaua in Banks have densities of less than 5 inhabitants/km
2. Epidemics of diseases brought in from Europe, along with the impressment of sandalwood harvesters and other “blackbirders” during the last century (Bonnemaison, 1996), were mainly responsible for this situation, which also had an impact on large islands such as Erromango.
The fact that most of the population was concentrated along the coastline certainly increased its susceptibility to the “white influence”. However, islands that had fewer colonial contacts and a more defensive population, or a denser inland population, offered greater resistance to such intrusions, e. g. on Tanna. The high urbanization rate on Efate (62%) could explain the high population numbers on this island. Santo is mainly rural with a low population density and urbanization rate (27%).

Sources : David, 1991 ; Statistics Office, Port Vila, 1993

Maps 7 - Population patterns of each Vanuatu island
Population levels on all Vanuatu islands or groups of islands remained quite stable over the 1967-1979 period. In 1979, populations in 6 of the 11 mapped geographical units had fluctuated very little after 1967 (+/-10%). The population growth rate was compatible with the national mean, with very little rural outmigration. However, this latter trend was noted in three specific zones, i. e. the central region (Epi, Paama and Shepherds), Aniwa and Futuna islets, and to a lesser extent western Banks and Ambae. A very small percentage of the populations of Malakula, Ambrym and Pentecost was affected by outmigration.
Over the 1979-1989 decade, rural outmigration increased markedly (Paama, Shepherds) particularly in the central regions of the archipelago, whereas populations decreased by 1-2%/year. This trend mainly benefitted Efate—from 1979 to 1989, the population rose by 8 611 habitants, with the urbanization rate rising from 53.5% to 62.5%. This boom was not as spectacular on Santo, which had an influx of 3 035 people and the urbanization rate plateaued at 26-27%. The situation on Santo could be explained by the negative effects (economic imbalance) of its attempt to achieve independence. Epi is the third island that gained from these domestic population shifts. A small portion of populations flowing in from nearby islands and Shepherds settled on Epi, thus giving it a slightly positive population growth rate.

Sources : Statistics Office, Port Vila, 1983, 1993

36The farming sector is also an economic boon for Vanuatu—in terms of employment, export income and food-import substitution. About 23% of the land area of this archipelago has a high agro-pastoral potential (Maps 8). In addition to tourism, farming products such as copra, cocoa and beef are the main sources of income, i. e. they accounted for 83% of Vanuatu’s total export earnings during the 1982-1992 period. In the rural zone, all households have vegetable gardens which are a source of staple foods (cocoyams, yams, cassava and sweet potatoes) and extra income when the surpluses are marketed. This self-subsistence production is often supplemented by small-scale pig and poultry rearing. In addition, extensive agriculture and livestock production activities are carried out by a few families on large-scale plantations.

  • 14 STABEX funds are granted by EEC within the framework of the Lomé agreements to subsidize local prod (...)

Copra production is the main income source in rural areas (Maps 9). In 1983, 81% of all households were involved in this activity, with 91 300 hectares of coconut plantations, accounting for 63% of the overall cropping area in Vanuatu. In 1982, a price compensation mechanism was implemented, backed by Stabex14 funding, to reduce the impact of world market copra price variations (i. e. US $ 100-600 per tonne over the 1982-1992 period). This system regulates prices paid to copra producers throughout the country, and does not jeopardize islands remote from the main copra exporting ports (Port Vila and Luganville).
As Vanuatu beef is a top quality product, cattle production has a promising international market potential. Herds have been increasing in size since the 1960s, offering an alternative to coffee and cocoa production, as markets for these products declined at that time. In 1983, 99 000 head of cattle were documented in Vanuatu, with 67% reared on coconut plantations. Only one third of village households is involved in herding (Maps 10). Since then, the focus has been on developing village herds, leading to an 82% increase in cattle numbers between 1983 and 1989.
From the 1920s until World War II, plantation crops were critical in maintaining the trade balance, but coffee and cocoa production have declined substantially since then. In 1983, cocoa was still grown on 3 353 ha and coffee on 612 ha (Map 11). 85-90% of these trees were more than 30 years old, which meant that crop yields were very low, i. e. only 92 kg/ha of cocoa and half of the area cropped with coffee was deserted. The gap left after the decline in coffee and cocoa plantations has not been filled by village production, despite government incentives. In 1983, only 6% of all rural households in Vanuatu were growing coffee, whereas 32% of them were cropping cocoa.

Kava (Piper methysticum) is a wild species whose roots are ground up and mixed with water to prepare a traditional drink. In 1983, this plant was grown on about the same area as cocoa (3 130 ha) at a planting density of 1 000 plants per hectare. 26% of this crop was mature at that time (Map 11).

Maps 8 - Agricultural potential in 1983
The agricultural potential was calculated here in terms of the percentage of arable land and its availability. This land availability was assessed by comparing areas cropped in 1983 (excluding fallows) with the total arable land area. Cropland is high in Paama, Shepherds, Ambrym and to a lesser extent in Pentecost due to the high anthropogenic pressure. Ambrym, because of its rugged topography, has the lowest agricultural potential, with 95% of its area partially or completely unfit for agriculture. Conversely, Efate has a landscape that is suitable for agriculture, and almost half of the land is arable. Overall, 73% of all arable land in Vanuatu is found in Santo-Malo (31%), Efate (16%), Malakula (14%) and Tafea (12%), which still have substantial cropland resources.

Sources : Quantin, 1982 ; Statistics Office, Port Vila, 1986

Maps 9 - Village and large-scale coconut plantations and derived income per region in 1983
Coconut is the basis of the agricultural economy in Vanuatu, and coconut palms are found throughout the country. It is cropped by villagers or on large-scale plantations. 49% of the village coconut plantations are in Malakula, Ambae-Maewo and Santo-Malo. With average yields of 626 kg/ha and a 35% home-consumption rate, 14 440 t of copra were marketed in these regions in 1983, with an overall turnover of US $ 2.17 million (growers price: US $ 150/t).
Coconut yields were lower in large-scale plantations (456 kg/ha) than in village plantations because of the age of the coconut palms (64% of the trees were over 50 years old). However, the total of the coconut produced on these largescale plantations was sold at slightly higher prices (US $ 155) than could be obtained by village growers.
The mean area harvested per household was 3.4 ha, ranging from 1.9 ha at Tanna to 4.5 ha at Ambae-Maewo and Ambrym. The mean daily home consumption was 15 coconuts (9 for livestock feed), ranging from 12 coconuts (Banks-Torres) to 23 coconuts (Shepherds). Efate, Tafea and Paama were the only regions where rural households had access to less than 3 ha of land: copra earnings were therefore very low (< US $ 160), with 30-45% home consumption. In contrast, household earnings at Ambrym and Ambae-Maewo ($ 285 and $ 260, respectively) were much higher than the mean national income ($ 207) as each household had access a large area of land with average daily home consumption levels (16 and 14 coconuts, respectively).

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

Maps 10 - Livestock production and earnings by region in 1983
Similar to the copra-production situation, livestock is produced on a village scale throughout the country—34% of surveyed rural households were involved in livestock production in 1983. This was mainly small-scale extensive livestock production in coconut plantations and/or improved rangelands. The mean number of cattle was 16-17 head/herd, including 2-3 for home consumption. A third of the livestock (for market and home consumption) was located in the Santo-Malo region, and worth a total of US $ 2 million.
Although there was a sharp increase in village herding, production levels remained much below plantation livestock production levels, which involved 2-fold the number of animals with a 10-fold greater economic impact (sales revenues). This activity was mainly focused in Santo-Malo and Efate regions (90% of all herds).
The value of village livestock herds was assessed on the basis of a mean carcass weight of 150 kg, with 80% of the live weight as utilization factor, a farm-gate price of US $ 1.5/kg—assuming that 17% of the herd was reared for marketing. Plantation herd values were evaluated on quite different bases: mean carcass weight of 185 kg, a lower utilization factor (70%), and assuming that the herd would usually be marketed at a mean farm-gate price of US $ 2.5/kg.
Livestock production is as profitable as copra production, i. e. with a mean livestock income level of US $ 206/household.

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

37Farming represents the sole income source for 62% of all rural households in Vanuatu, and a partial source for 30%, while only 8% derive no income at all from this sector. The mean annual income of rural households was US $ 742 in 1983 (Map 12), with food purchases accounting for 66% of their expenses, i. e. mainly rice, tinned fish, bread, sugar and tinned meat (Table 2 and Map 13).

38The service sector is only developed in urban areas, contrary to agriculture which flourishes throughout the archipelago. Nevertheless, the service sector has a leading role in the nation’s monetary economy, accounting for 66% of the gross domestic product over the 1985-1989 period. At Port Vila, 1 325 companies and about 200 merchant ships were registered in mid-1988, and considerable income is also derived from the tourist industry. Vanuatu has many impressive features—beautiful landscapes, very friendly people, an active traditional culture, and a better infrastructural system than in most other Pacific Islands states. 90% of Vanuatu’s hotel capacity is focused in Port Vila (more than 500 rooms), with the rest in Santo and Tanna.

Map 11 - Cocoa, coffee and kava (by region in 1983)
Cocoa, coffee and kava cropping areas were much less spatially dispersed than copra and livestock production areas. On a village scale, 80% of the 1 186 ha cropped with cocoa in Vanuatu (1983) was located on Santo-Malo and Malakula, while 90% of the nation’s coffee trees (118 ha) were on Tanna along with 38% of all kava plants grown in the archipelago (another 32% was on Pentecost). Kava plantations were mainly limited to Pentecost and the Tafea region, i. e. the thirdranking region for village plantations, where coffee and kava are both grown. Plantations showed the same trends—Santo-Malo region alone accounted for 60% of all cocoa plantations and 98% of all coffee plantations in Vanuatu.

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

Map 12 - Annual rural household expenses (by region in 1984)
The central-northern region is the main agricultural area in Vanuatu, especially for cocoa and copra. Apart from Pentecost, where kava still had no obvious impact in 1983, the financial resources of Ambae-Maewo, Santo-Malo, Malakula and Ambrym were sometimes close to or more than US $ 1000/household/year. Conversely, Epi and surroundings (Tafea and Banks-Torres) were much poorer due to the lower level of market economy development. This was also the trend in Paama and Shepherds, where the high population pressure had a negative impact on limited agricultural areas, thus boosting poverty and outmigration to Port Vila.

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

Table 2 - Rural household income allocated to food

Table 2 - Rural household income allocated to food

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

Map 13 - Food dependency of rural households in Vanuatu (by region in 1984)
The food dependency rate is highest when at least half of the annual household budget is allocated to five staple foods (sugar, rice, tinned fish, bread, tinned meat). This is the case in six of the eleven Vanuatuan regions. In contrast, the food dependency rate is lowest when less than 30% of the annual household budget is allocated to staple foods. This is the case in Tafea.

Sources : Statistics Office, Port Vila, 1986 ; David, 1991

3. Fisheries and development

3.1. Large-scale fisheries

39For 30 years (1957-1986), commercial fisheries had a key economic role in Vanuatu, accounting for 26% of total export earnings, after copra at 42%. This mainly involved frozen tuna landed at the longliner base of the South Pacific Fishing Company (SPFC) at Santo, and stored in a cold chamber prior to export to American and Japanese canning companies. SPFC was operating around 60 Taiwanese fishing boats (250 t gross tonnage) in the late 1970s within the framework of a joint venture set up by Japan in the region.

Fishing was done with longlines, extending for about 120 km, with 2 500 fishhooks spaced some 50 m apart. Each longliner went out twice or three times a year for 2-4 month stints. Boats seeking yellowfin (Thunnus albacares), bigeye (Thunnus obesus) and albacore (Thunnus alalunga) tuna were operating in grounds located between the equator and 25 ° latitude south.

40After 1973, yearly tuna catches dropped sharply from 16 000 t to less than 6 000 t in 10 years (Figure 1). From 1980 to 1984, the fishing fleet was reduced from 57 boats to 18 at the Santo longliner base, where all fishing activities were halted in May 1986. The fisheries facilities quickly became outdated thereafter, marking the end of another chapter in Vanuatu’s economic history! Currently, Vanuatu’s only income related to the commercial use of its tuna resources is derived from fishing licenses granted to Taiwan, as part of a bilateral agreement, and to USA within the framework of a global multilateral agreement ratified in 1987 with the FFA in the name of all of its member countries. Salaries earned by the 300-350 Ni-Vanuatu sailors hired as crew-members on Taiwanese longliners fishing in the South Pacific also represented an important income source.

Figure 1 - Fish landings at the longliner fishing port of Santo
The 1970s was a pivotal period for the fisheries industry in Vanuatu. Fish landings dropped by half (from 7 887 t to 3 906 t) between 1979 and 1984, with a concomitant decline in exports (from US $ 13.93 million to US $ 7.30 million). This pattern resulted from a marked reduction in catch volumes. In 1979, the mean daily catch of a longliner was 0.96 t, but 2 years later there was a 20% decrease (0.77 t/day). At the same time, the length of fishing trips increased by 18% (from 55.4 days to 65.5 days). Quantities of fish landed per fishing vessel were maintained at a steady level between 1979 and 1981 by this extension, but the drawback was that petrol consumption increased markedly during a fuel-price inflation period. This increase in operating costs led to a sharp reduction in the number of fishing vessels running. SPFC, with the aim of offsetting the decrease in longliner fishing and shoring up operations at the Pallicolo fishing base, investigated the possibility of boosting catches of skipjack and other surface pelagic species—airborne radiometry studies undertaken by ORSTOM (now IRD) highlighted occasional thermal fronts that promote the aggregation of these fish (Petit & Hénin, 1982). Tapping these resources is still a delicate operation. The fact that there is very little live bait in Vanuatu’s coastal waters (schools of live bait are only present on an irregular and seasonal basis [Grandperrin et al., 1982]), thus stalling the development of hook and line fishing, and the limited seasonal presence of tuna in the offshore waters is inconsistent with the cost-effectiveness of seining vessels, which have very high operating costs. The use of Philippine “payaos-type” fish aggregating devices (FAD) was put forward as a promising alternative to offset these costs—in 1982, SPFC estimated that a seiner fishing around these aggregating devices would have a production potential of 3 000 t. In 1984, five payaos-type FADs were layed offshore from Santo. As no seining vessels were available, pole-and-line fishing tests were conducted from small 8.6 m vessels. A total of 7.7 t of tuna and other large pelagic species were caught. The experiments were halted after a few months as all of the FADs had disappeared.

Source : Bour et al., 1982

3.2. Fisheries and the mother-of-pearl industry

41Mother-of-pearl shells, including trochus (Trochus niloticus) and burgaus (Turbo marmoratus), have been harvested in Vanuatu since the beginning of the century (Maps 14). In 1979, Melanesian Shell Products (MSP) was founded at Port Vila to manufacture mother-of-pearl pawns from trochus shells. In 1984, all export of unprocessed shells was prohibited to ensure regular supplies for this company. This mother-of-pearl industry was booming from 1970 to 1978, followed by a stagnation that could reflect overexploitation of these shell resources. Trochus is a relatively susceptible species that can be readily collected by skin divers. With the aim of sustaining this resource, Vanuatu authorities set the minimum authorized shell harvest size at 9 cm and MSP was allowed an annual shell quota of 75 t of shells for processing. In 1989, the quota restriction was withdrawn and two new pawn manufacturing companies were founded in Port Vila to meet the rising demand for mother-of-pearl products on the world market. The highly stiff competition was fatal to MSP, and the company was forced to shut down.

42The slump in world-market copra prices prompted an increasing number of coast-dwellers in Vanuatu to consider collecting mother-of-pearl shells as a supplementary source of income. This led to a marked increase in harvested volumes of these shells, with exports rising from 61 t in 1990 to 135 t in 1992. If this trend continues, there will be an inevitable strain on these resources, with a subsequent sharp decrease in trochus processing activities. The authorities hope to be able to stall the decline of these resources by breeding spat and seeding them on certain coral reefs—but this is still in the experimental phase.

3.3. Coastal fisheries

43Throughout the country, nearshore fishing is still being carried out by traditional methods. This subsistence activity is generally undertaken by villagers on a small-scale using a broad range of fishing gear and techniques (poisons, hand spears, fishing lines, spearguns and nets) to catch a wide range of species. The fishing effort is mainly concentrated in shallow waters, where two-thirds of the fish are caught. Most are eaten by the fishermen and their families—fisheries products are distributed solely to coastal inhabitants.

Maps 14 - Spatial distribution of mother-of-pearl shells collected by the cooperative sector between 1976 and 1982
Since the mid-1970s, most mother-of-pearl shells have been collected by the cooperative sector, with two collection vessels navigating amongst the islands. In 6 years (1976-1981), 147 t of trochus shells and 61.9 t of burgau shells were unloaded at Port Vila. 1977 and 1978 were the most productive years, with 46.1 and 28.3 t of trochus and 15.7 and 17.4 t of burgau shells. Generally, trochus shell harvesting is not as localized as that of burgau, i. e. 40.5% of these shells come from the Tafea region. The main burgau harvesting grounds in Vanuatu are off the little island of Aneityum (almost 18% of the national production). Obviously, regions where the lowest quantities of mother-of-pearl shells are collected have the least suitable ecological conditions for these species, which live in shallow waters (< 20 m) on the bank reef.

Source : David, 1985

44One of the projects put forward at independence was to develop a commercial village fisheries activity to ensure food self-sufficiency and boost income levels in rural areas.

  • 15 EDF (European Development Fund), an EEC body, funds economic development programmes in ACP (African (...)

45A far-reaching commercial village fisheries development programme was implemented in 1982, with 53% of the total cost of the operations funded by EDF15. This programme (initially scheduled for 3 years) aimed at setting up 25 fishing cooperatives that were to be given technical and financial aid for training, purchasing and maintaining fishing equipment. The main thrusts of this programme were:

  • to reduce imports of tinned fish (Figure 2, Maps 15);

  • to improve the diet of local inhabitants with limited access to commercial fisheries products (Table 3, Maps 15);

  • to create non-agricultural coastal employment opportunities with high enough returns to enhance the cash economy of villages, while stalling outmigration of young rural-dwellers to Port Vila (Figure 3).

Figure 2 - Tinned fish imports and mean per-capita consumption patterns over the 1968-1972 and 1979-1984 periods
In 1983, tinned fish import volumes (82% Japanese mackerel) were as high as 619 t for a total value of US $ 758 000, i. e. 7.5% of the nation’s total imported food outlay. These volumes increased by 35% between the 1968-1972 period and the 1979-1984 period. This trend more or less parallelled population fluctuations in the archipelago, with the mean per-capita consumption remaining constant at around 6 kg per capita from 1968 to 1984.

  • 16 Ichthyosarcotoxism, commonly referred to as ciguatera or “itch”, is poisoning caused by a toxic sub (...)

46The programme promoted fishing in new fishing grounds located along the reef slope at 100-500 m depth, i. e. beyond the range of traditional paddled dugout canoes. The resources of these zones were not yet being tapped in 1983. The main species are ichthyosarcotoxin16 - free fish and thus are of high commercial interest, e. g. Etelidae (red snapper), Lutjanidae (sea perch), Serranidae (grouper), Lethrinidae and Pentapodidae (emperor and bream).

Maps 15 - Fish consumption in rural areas in 1984
In urban centres, consumers choose tinned fish because of its low price, whereas in rural areas, where the demand is widely scattered and patchy, the lack of distribution channels limit consumption of this product. Fresh fish marketing channels have not yet been fully developed due to problems linked with transportation and storage.
Income is not the chief factor limiting commercial fresh fish consumption, e. g. consumption is low in rich regions such as Malakula. In fact, subsistence fish and commercial fish supplies dictate commercial fish demand. When a commercial fishing cooperative is based near villages, consumption levels can be as much as 10-fold higher than in other regions, as noted in Paama and Ambrym. Commercial fisheries development projects do not provide a complete solution to the problem of boosting fish consumption. Indeed, commercial fish demand will remain low unless subsistence fishing is stalled. The vitality of the subsistence sector thus hampers all development of small-scale commercial fisheries, regardless of the income of potential consumers (Figure 3).

Sources : Statistics Office, Port Vila, 1986 ; David, 1991

  • 17 85 g of protein is obtained by consuming 1 kg of reef fish (Jardin & Crosnier, 1975).

Table 3 - Purchasing patterns and protein supplies of rural households in 1984
Fish accounts for only 2% of the annual food budget of rural households. On average every household consumes only 5 kg/year of “commercial “fish bought at the vatu-equivalent of US $ 1/kg. These products are generally reef fish of which 55% (viscera, scales and bones) is inedible (Jardin & Crosnier, 1975). Only 2.25 kg of the 5 kg purchased isthus edible; the consumer’s protein intake is thus 425 g17, which is enough to meet his/her protein requirements (estimated at 50 g/day) for 2 days (250 g per 5 member family). As compared to fresh fish, 13-fold more protein/year is obtained from tinned fish by rural households. Commercial fisheries development will therefore definitely enhance Vanuatu’s trade balance and reduce animal protein food imports.

Source : Statistics Office, Port Vila, 1986

  • 18 In the present context, "currency" refers to money exchanged outside of a reference spatial system. (...)

Figure 3 - The impact of home consumption patterns on the commercial fisheries sector
As Vanuatu’s fisheries resources are considered to be sufficiently abundant, coastal settlement patterns and low population densities have favoured widespread home consumption of fisheries products. This trend developed within the context of a relatively non-monetized economy where income shortages reduce the potential for technological fisheries innovations, thus limiting “commercial” fish supplies. This pattern is even maintained when earnings increase, i. e. the fact that peoples’ needs are met through subsistence fishing prompts consumers to switch their demand to products other than "commercial" fish.
The marketing sector is governed by such home consumption patterns, which are typical of a closed system. The Vanuatu Fisheries Department planned to export a major share of the islands’ fisheries products to two urban centres in Vanuatu, or even abroad—the aim being to obtain market outlets for the fishing cooperatives. Fishing thus became a valuable source of currency
18, strengthening the cash economy on the islands and creating jobs. Unfortunately the plan was hard to implement. Fisheries, except in Efate and Santo, have become dependent on agricultural earnings and especially vulnerable to volatility in this latter sector.

47The sites where the village fishing cooperatives were set up were selected on the basis of their proximity to marine resources, protected landing, and ready access to a market.

48Each new cooperative was given an 8.6 m Alia catamaran, or a 5 m Harvey single-hull, three to four completely fitted-out FAO-type wooden fishing reels (Gulbrandsen, 1977), and two outboard motors (25 hp and 5 hp). In 1984, the price of a catamaran, including motors and fishing gear, was about US $ 9 000, and a single-hull was around US $ 5 000.

49Fishing boats and reels are built at the government shipyard that was set up on the outskirts of Luganville in 1982 (Fisheries Department, 1983). Fourteen refrigeration units were installed to extend the shelflife of the catches—10 of these were simple gas or oil refrigerators. For two cooperatives, an ice-making machine was installed with an iceproduction potential of 400 kg/day (investment: US $ 10 000/unit), and two others were equipped with a 22.3 m3 cold chamber (US $ 15 000/unit).

50In 1984, the total value of the equipment for each fishing cooperative was US $ 8 500-10 000 on average. 51% of this investment was covered by EDF, with 42% supplied by the Vanuatu Development Bank as 3-year loans at a 4% annual interest rate. The fishermen had to pay cash to cover the remaining 7% of this equipment investment.

51The fishing cooperative members were generally family relatives, or associations of people from the same village. In these village associations, all villagers contributed financially to support the cooperative—each inhabitant was thus a shareholder—fishermen were selected from amongst volunteers by the head of the village or by village elders. In a few special cases, cooperatives were formed by several separate unrelated fishermen who pooled all or part of their personal resources.

52At the outset of the development programme, a typical cooperative had about 10 members, including a secretary, treasurer, financial director, two full alternating fishing crews (two captains and crews). The more recent fishing cooperatives were smaller, with a single fishing captain who was also responsible for administrative activities. This was not a profit-sharing setup, fishermen were paid a monthly or yearly salary. At the end of every fishing year, unspent funds were divided up between cooperative shareholders.

53In 1983, two fish markets with a substantial refrigerated fish-storage capacity were created at Port Vila and Luganville to enable the cooperatives to sell their catches. The prices of fish sold in these markets were regulated by the Fisheries Department, and the fish were generally supplied by village cooperatives fishing from powercraft. From 1984 to 1989, a mean yearly volume of 54 t of fisheries products was sold in Port Vila, 56% of which was deep-sea fish (Table 4).

54The Village Fisheries Development Programme was initially only scheduled until December 1985. However, due to its popularity, a decision was made to extend it until 1989, when a new agency called "Extension Services" was set up. It involved the fisheries training centre in Santo (founded in 1990) and a network of extension agents based in all administration regions of Vanuatu. In 1995, this agency was still operating and focusing on fish supplies for the Luganville market. Since 1992, the private sector has gradually been controlling fish distribution.

Table 4 - Fisheries products sold on the Natai fish market from 1984 to 1989

Table 4 - Fisheries products sold on the Natai fish market from 1984 to 1989

Source : Nataï, 1991

55As early as 1979, the government’s plan to develop small-scale fisheries led to the signing of a framework agreement with ORSTOM (now IRD) to launch a fisheries research programme aimed at investigating the main resources to be tapped. As part of this programme, researchers began monitoring the fishing cooperatives and a statistical database was compiled. In addition, a socioeconomic study on small-scale village fisheries was started in 1983. The goal was to highlight the involvement of coastal dwellers in fisheries activities, to assess the crucial human factors that have an impact on fisheries, and to analyse links between fishing activities and food demand.

Notes

1 La dénomination « poissons de profondeur » désigne les poissons démersaux vivant sur les pentes récifales externes entre 80 et 500 m de profondeur

2 Les principales espèces sont : la bonite à ventre rayée (Katsuwonus pelamis), le germon (Thunnus alalunga), le thon à nageoires jaunes (Thunnus albacares) et le thon obèse (Thunnus obesus).

3 L’Université de Guam, l’Université de Lae en Papouasie Nouvelle-Guinée, l’Université de Moana à Hawaii, l’Université française du Pacifique en Nouvelle-Calédonie, l’Université nationale de Papouasie Nouvelle-Guinée et l’Université du Pacifique Sud à Suva, Fidji.

4 Hawaii et Norfolk n’apparaissent pas à la CP en tant que membres de droit mais en tant que cinquantième état des États-Unis d’Amérique et territoire de la Fédération australienne.

5 Les fonds STABEX sont attribués par la CEE dans le cadre des accords de Lomé pour subventionner les productions locales et maintenir leurs cours au niveau de ceux du marché mondial.

6 Le FED ou Fond européen pour le développement finance, à partir des fonds CEE, des programmes de développement économique dans les pays ACP (pays du pôle Asie, Caraïbes, Pacifique).

7 Communément appelé ciguatera, ou encore « gratte », l’ichtyosarcotoxisme est provoquée par la consommation de poissons, soit brouteurs de corail soit piscivores. Leur chair est empoisonnée par une toxine élaborée par un organisme unicellulaire qui peuple les récifs coralliens, Gambierdiscus toxicus. Ce poison n’est pas éliminé par l’organisme et se concentre le long de la chaîne trophique.

8 L'apport protéique correspondant à l'ingestion d'un kg de poisson de récif est de 85 g (Jardin et Crosnier, 1975).

9 Le mot « devise » s'entend ici dans le sens d'une monnaie circulant à l'extérieur d'un système spatial de référence. Ainsi, les flux monétaires inter-insulaires sont-ils assimilés à une circulation des devises lorsque le cadre de référence est une île de Vanuatu ou considérés comme des mouvements monétaires internes si le cadre de référence est le pays.

10 The term "deep-sea fish" refers to bottom-dwelling fish found on the outer-reef slopes at 80-500-m depth.

11 The main tuna species are: skipjack (Katsuwonus pelamis), albacore (Thunnus alalunga), yellowfin (Thunnus albacares) and bigeye (Thunnus obesus).

12 University of Guam, Lae University in Papua New Guinea (PNG), Moana University in Hawaii, French University of Pacific in New Caledonia, National University in PNG, and the South Pacific University in Suva (Fiji).

13 Hawaii and Norfolk are not ex-officio PC members, but are represented as the fiftieth US state and as a territory of the Australian Federation, respectively.

14 STABEX funds are granted by EEC within the framework of the Lomé agreements to subsidize local production and help maintain prices at world market levels.

15 EDF (European Development Fund), an EEC body, funds economic development programmes in ACP (African, Caribbean and Pacific) states.

16 Ichthyosarcotoxism, commonly referred to as ciguatera or “itch”, is poisoning caused by a toxic substance produced by a unicellular organism, Gambierdiscus toxicus, found in the coral reefs. It is ingested by coral-grazing fish and transmitted to consumers of these fish. This toxin is concentrated along the trophic chain.

17 85 g of protein is obtained by consuming 1 kg of reef fish (Jardin & Crosnier, 1975).

18 In the present context, "currency" refers to money exchanged outside of a reference spatial system. Hence, inter-island cash flows are considered as currency movements when the reference framework is a Vanuatu island, or as domestic currency movements when the nation is the reference framework.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search