Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des pêcheries thonières de l’océan Indien / Atlas of Indian Ocean Tuna Fisheries

 | 
Alain Fonteneau

Chapitre 1 – Nature et objectifs de l’atlas

Chapter 1 – Nature and aims of the Atlas

Texte intégral

1Les thonidés ont été exploités depuis des siècles dans certaines régions de l’océan Indien, aux îles Maldives par exemple, un pays où la pêche, celle des thons en particulier, a joué depuis des siècles un rôle social et économique très important. Cette grande importance des ressources thonières et leur exploitation croissante ont conduit en 1996 à la création de la Commission des thons de l’océan Indien (IOTC selon son acronyme anglais). Cette commission internationale fonctionne sous l’égide de la FAO et elle est responsable de la conservation des ressources thonières de cet océan.

2Les thonidés sont des espèces pélagiques hautement migratrices qui ont colonisé à des degrés divers, tout l’océan Indien, entre les côtes du continent eurasien et le sud de la convergence subtropicale vers 50° Sud de latitude. Les thonidés de l’océan Indien, dont les prises récentes sont supérieures à 1,5 million de tonnes annuelles, constituent dans l’océan Indien des ressources d’une importance socioéconomique majeure, tant pour les pays riverains que pour les pêcheries lointaines des grands pays pêcheurs de thons de l’Asie (Japon, Chine, Corée) et de l’Europe (France et Espagne en particulier). Cette grande importance explique les multiples recherches qui ont été développées sur ces ressources, en particulier celles coordonnées par l’IOTC et qui visent à la conservation et à l’exploitation durable de ces ressources thonières ainsi qu’à la protection des espèces accessoires qui sont involontairement capturées par les pêcheries thonières.

3Si les captures de thons majeurs et d’espadons étaient encore faibles dans l’océan Indien jusqu’au début des années 1980, moins de 250 000 tonnes annuelles, elles ont depuis été régulièrement accrues, pour atteindre 1,5 million de tonnes dans les années 2000. Il faut noter que ces prises de thons de l’océan Indien sont largement réalisées par des pêcheries artisanales des pays riverains de la région, qui ont capturé dans les années récentes environ 35 % des prises totales de cet océan. Cette situation est unique au monde. On note par ailleurs que les captures totales de thons majeurs (on appelle ainsi les espèces de thons qui sont classiquement mises en conserve : albacore, listao, patudo, germon et thon rouge) ont plafonné depuis 1993 à des niveaux qui étaient compris entre 0,9 et 1,2 million de tonnes, mais sans faire état des taux d’accroissement des prises qui étaient observés durant la décennie antérieure (fig. 1-1).

4Ces grands changements dans les prises annuelles correspondent aussi à de grands changements dans les divers engins actifs durant cette période : les canneurs des Maldives et les grands palangriers asiatiques (Japon, Taiwan, province de Chine, Corée) ont été durant la période 1950-1980 les deux engins dominants dans la pêcherie, mais leurs captures sont devenues relativement secondaires actuellement, suite au grand développement simultané des captures des senneurs et des pêcheries artisanales des pays insulaires et côtiers de la région. Ces pêcheries artisanales utilisent des petits navires qui travaillent dans leurs zones économiques exclusives (ZEE) ou en haute mer, et qui emploient de multiples engins de pêche : petites palangres, lignes à main, filets maillants dérivants, etc. (fig. 1-2).

5En outre, ces grands changements dans les espèces capturées et dans les engins ont été associés à de grands changements dans les principaux pays qui ont réalisé ces captures. On peut noter, à ce sujet, que les flottilles thonières les plus actives dans l’océan Indien depuis 1950 ont été par ordre de prises cumulées décroissantes : l’Indonésie, le Japon, les îles Maldives, Taiwan, province de Chine, l’Espagne, le Sri Lanka et la France, chacun de ces pays ayant débarqué depuis 1950 des prises totales cumulées supérieures à 2 millions de tonnes de thons. Une quarantaine de pays ont par ailleurs contribué à ces captures de thons de l’océan Indien durant la période (fig. 1-3).

6Dans ce contexte de changements majeurs dans les pays et engins actifs dans l’océan Indien, ainsi que des modifications dans les espèces ciblées, des changements permanents et importants ont bien sûr aussi été observés dans les zones et les saisons de pêche. L’objectif majeur de cet atlas sera ainsi de faire un bilan visuel des modifications dans les zones de pêche historiques des divers pays et engins ayant exploité les thons de l’océan Indien depuis 1950. Seuls les pays ayant soumis à la CTOI des données statistiques géoréférencées et d’une qualité jugée correcte, ont été retenus pour la réalisation de ces cartes et diagrammes. Le processus de sélection et de traitement des données de base est décrit au chapitre 2. Les importantes pêcheries artisanales qui se sont beaucoup développées durant les années récentes sont ainsi globalement très peu cartographiées dans cet ouvrage, du fait que ces données sont pour la plupart très mal ou pas géo-référencées, sauf la pêche des canneurs maldiviens qui dispose d’excellentes statistiques par atolls.

7 Tuna have been fished for centuries in some areas of the Indian Ocean. For example in the Maldives fishing, and in particular tuna fishing, has had a very important social and economic role for centuries. The important status of tuna resources and increasing rates of exploitation, led in 1996 to the establishment of the Indian Ocean Tuna Commission (IOTC). This international commission, under the auspices of the FAO, is responsible for the conservation of tuna resources in the Indian Ocean.

8 Tuna are markedly migratory pelagic species, and have, to varying degrees, colonised the entire Indian Ocean from the Eurasian continent to about 50°S latitude, south of the tropical convergence zone. Indian Ocean tuna, with recent catches amounting to more than 1.5 million tonnes a year, constitute a resource of major socio-economic importance, both for countries in the region and for the fishing industries of important tuna-fishing nations in Asia (Japan, China, Korea) and in Europe (France and Spain in particular). The scale of this activity explains the large amount of research conducted on this resource, in particular the work coordinated by IOTC, whose aims are the conservation and sustainable exploitation of tuna and the protection of other species incidentally caught by the tuna fisheries.

9 While Indian Ocean catches of the major tuna species and swordfish were small before 1980, at less than 250 000 tonnes yearly, they have regularly increased since that period, to reach 1.5 million tonnes from the year 2000. It can be noted that tuna catches in the Indian Ocean are for a large part carried out by artisanal fisheries from the different countries in the region, and these catches have accounted for around 35% of the total catch in recent years. This situation is unique in the world. It can also be noted that total catches of the major tuna species (those generally used for canning – yellowfin, skipjack, bigeye, albacore and Pacific bluefin) have levelled off since 1993 at amounts ranging from 0.9 to 1.2 million tonnes, in contrast to the increases observed in the previous decade (fig. 1-1).

10 These considerable changes in yearly catches also correspond to major changes in the different fishing gears and techniques in operation over the period. The poleandline fishery of the Maldives and the large Asian longline fishery of Japan, China (Taiwan) and Korea dominated catches in the period from 1950 to 1980. Today catches resulting from the extensive simultaneous development of European seine fisheries and artisanal fisheries based in the islands and bordering coastal areas exceed catches by the more long-established pole-and-line and longline fisheries. The artisanal fishing industry uses small vessels which operate in their exclusive economic zones (EEZ). (protected fishing areas) or on the high seas, and a variety of fishing gear: small longlines, hand lines, driftnets etc. (fig. 1-2).

11 In addition, these considerable changes in species composition and fishing gear coincided with major changes in the main countries involved in the fishery. The most active tuna fishing fleets in the Indian Ocean since 1950 have been (in decreasing order of total catches) Indonesia, Japan, the Maldives, China (Taiwan), Spain, Sri Lanka and France. Each of these countries have landed total catches of over 2 million tonnes since 1950. Overall, some 40 countries have taken part in these catches in the Indian Ocean over the period (fig. 1-3).

12 In the Indian Ocean tuna fisheries, besides the major changes in nationalities, gears and targeted species, there have also been considerable persistent changes in fishing zones and seasons. The main aim of the present atlas is to provide a visual overview of these changing patterns of the Indian Ocean tuna fisheries between 1950 and 2005. Only countries submitting geo-referenced statistical data of adequate quality to IOTC were used to develop the maps and diagrams. A large part of the data from the recently expanded large-scale artisanal fisheries are insufficiently geo-referenced to include in the maps. However the Maldive pole-and-line fisheries have provided excellent data for each atoll and are therefore represented in the maps. Other data selection and processing procedures are described in next section.

Fig. 1-1 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par espèces dans l’océan Indien
Fig. 1-1: Annual catches of major tunas and swordfish, by species in the Indian Ocean

Fig. 1-1 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par espèces dans l’océan IndienFig. 1-1: Annual catches of major tunas and swordfish, by species in the Indian Ocean

Fig. 1-2 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par pays dans l’océan Indien
Fig. 1-2: Annual catches of major tunas and swordfish, by country, in the Indian Ocean

Fig. 1-2 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par pays dans l’océan IndienFig. 1-2: Annual catches of major tunas and swordfish, by country, in the Indian Ocean

Fig. 1-3 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par engin dans l’océan Indien
Fig. 1-3: Annual catches of major tunas and swordfish, by gear in the Indian Ocean

Fig. 1-3 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par engin dans l’océan IndienFig. 1-3: Annual catches of major tunas and swordfish, by gear in the Indian Ocean

Annexes

Les espèces de thons tropicaux

Les trois principales espèces de thons tropicaux,

albacore (Thunnus albacares),

listao (Katsuwonus pelamis) et

patudo (Thunnus obesus),

constituent le principal domaine d’étude de l’atlas. Ces trois espèces, dites « majeures », appartiennent à la famille des Scombridae et à la tribu des Thunnini (qui comprend les quatre genres Thunnus, Katsuwonus, Euthynnus et Auxis). Le choix de ces trois espèces est justifié par leur très grande importance pondérale et économique dans les captures de thons de l’océan Indien et par les statistiques de pêche fines et relativement complètes qui couvrent en général les pêcheries industrielles de ces trois espèces, cette fiabilité étant très variable selon les zones, les périodes et les pêcheries.

Les espèces de thons tempérés (germon, Thunnus alalunga et thon rouge du sud Thunnus thynnus maccoyi) et certaines espèces voisines (l’espadon, Xiphias gladius, membre de la famille des Xiphiidés), ne sont, elles, couvertes qu’indirectement par le présent atlas.

Species of tropical tuna

The three main species of tropical tuna are

yellowfin (Thunnus albacares),

skipjack (Katsuwonus pelamis), and

bigeye (Thunnus obesus).

These species, sometimes referred to as “major”, belong to the Scombridae family and the Thunnini tribe which comprises four genera: Thunnus, Katsuwonus, Euthynnus and Auxis. The choice of these three species is justified by their position in terms of tonnage and in terms of economic value in the Indian Ocean, and also by the detailed and relatively exhaustive fishery statistics available, generally covering the industrial fisheries targeting these three species. However, reliability of data varies considerably according to the zone, the period and the fisheries involved).

Temperate species, albacore (Thunnus alalunga) and southern bluefin (Thunnus thynnus maccoyi) and certain closely related species (swordfish, Xiphias gladius, belonging to the Xiphiidae family) are covered only indirectly by this Atlas.

Albacore
Yellowfin

Table des illustrations

Titre Fig. 1-1 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par espèces dans l’océan IndienFig. 1-1: Annual catches of major tunas and swordfish, by species in the Indian Ocean
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 1-2 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par pays dans l’océan IndienFig. 1-2: Annual catches of major tunas and swordfish, by country, in the Indian Ocean
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 1-3 : Captures annuelles de thons majeurs et d’espadons, par engin dans l’océan IndienFig. 1-3: Annual catches of major tunas and swordfish, by gear in the Indian Ocean
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende AlbacoreYellowfin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende ListaoSkipkack
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende PatudoBigeye
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540