Version classiqueVersion mobile

Venins de serpent et envenimations

 | 
Jean-Philippe Chippaux

Avant-propos

Texte intégral

1Si la représentation mythique que toutes les cultures se font du serpent tire son origine de l’ignorance de sa véritable nature, elle est également responsable du retard pris par les scientifiques dans l’étude de cet animal très particulier : bien souvent, les légendes se sont substituées à l’observation et à l’expérimentation pour le décrire et l’expliquer. Pourtant, à l’exception de quelques pays exempts d’espèces venimeuses, les envenimations ophidiennes sont redoutées dans le monde entier et représentent un véritable problème de santé publique dans les régions tropicales, tout particulièrement dans les pays en développement.

2Il existe environ 2 700 espèces de serpent décrites dans le monde, dont 600 venimeuses et potentiellement dangereuses pour l’homme à des degrés divers. En fait, moins d’une cinquantaine posent un problème de santé publique par leur abondance, leur distribution ou leur comportement. La plupart des morsures résultent de la rencontre, inopinée mais non aléatoire, de l’homme et du serpent, ce dernier ne faisant le plus souvent que se défendre contre ce qu’il considère comme un agresseur. Les études épidémiologiques visent à établir les causes et les origines de cette rencontre. Elles nécessitent de se baser sur des recherches zoologiques permettant d’identifier les espèces concernées et d’étudier leur écologie, ce qui conduirait à suggérer une prévention des morsures là où elle est possible. La spécificité des venins a fait par ailleurs l’objet d’analyses biochimiques et toxicologiques rigoureuses qui ont permis de comprendre la diversité des symptômes observés lors d’une envenimation afin de proposer des traitements adaptés.

3Il y aurait près de 6 millions de morsures de serpents dans le monde chaque année, dont la moitié sont suivies de troubles cliniques de gravité variable. On estime le nombre de décès annuel à 125 000, la plupart en Asie et en Afrique, c’est-à-dire dans des pays pauvres où le traitement est généralement inaccessible. La majorité des morsures se produisent en zone rurale lors des activités agricoles. En revanche, dans les pays développés où les activités à risque sont plus rares en raison de la mécanisation agricole, sont apparues depuis quelques années des morsures accidentelles qui surviennent lors d’activités récréatives, ainsi que des morsures « illégitimes », consécutives à la manipulation de serpents de compagnie dont certains sont exotiques et particulièrement dangereux. Dans tous les cas, ces envenimations posent de réelles difficultés de prise en charge et de traitement.

4Mais au-delà de ce que l’on pourrait considérer comme une simple stratégie de défense, l’étude de la biologie des serpents, de la composition et du mode d’action de leur venin a ouvert des perspectives de recherche fascinantes sur la structure moléculaire de nombreux récepteurs membranaires, sur les mécanismes intimes des relations intercellulaires ou la découverte de nouveaux médicaments efficaces sur des maladies jusqu’ici sans recours.

5Cet ouvrage propose une synthèse des travaux et des observations récentes qui permet de mesurer cette richesse et d’appréhender les résultats les plus significatifs.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search