Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Annexe 34. Préparation et matériel de prospection

Texte intégral

1Une prospection, que ce soit pour le dépistage de la THA ou pour le traitement, nécessite une préparation et une organisation rigoureuses (fig. 120).

Figure 120. Organisation d’une équipe mobile

MATÉRIEL TECHNIQUE

2■ Pour le CATT, il faut prévoir, en nombre suffisant, ce qu’un recensement bien fait avant le début de la prospection permet d’évaluer avec une précision suffisante :

  • le matériel de prélèvement (lancettes, tubes capillaires, portoirs, coton, alcool, cuvettes métalliques, etc.) ;
  • le matériel nécessaire à la réalisation du CATT (agitateurs, cartes plastifiées, réactifs, accessoires) ;
  • tout le matériel concernant les mesures d’hygiène (voir ci-dessous).

3■ Pour la ponction ganglionnaire le matériel se limite à :

  • des seringues, des aiguilles, des lames, des lamelles ;
  • un microscope ;
  • le matériel nécessaire aux mesures d’hygiène.

4■ Pour les autres techniques du diagnostic parasitologique, le matériel est plus spécifique :

  • une centrifugeuse adaptée à la technique utilisée :
    • à microhématocrite pour la CTC ;
    • parafuge pour le QBC ;
    • standard pour la mAEC.
  • deux microscopes :
    • standard (pour mAEC, CTC, diagnostic de phase) ;
    • avec éclairage UV Paralens pour le QBC.
  • le reste du matériel spécifique consiste en :
    • tubes capillaires héparinés ;
    • pâte de scellement pour les CTC (de la pâte à modeler peut faire l’affaire) ;
    • kit commercialisé pour le QBC ;
    • kit commercialisé pour la mAEC.

5■ Les accessoires :

  • ampoules de rechange pour les microscopes ;
  • fusibles pour chaque appareil électrique ;
  • prises multiples et rallonges électriques.

CHAÎNE DU FROID

6Les réactifs GATT doivent impérativement être conservés à 4 °C. Il faut donc prévoir une ou plusieurs glacières, pour y placer les réactifs, avec des conservateurs de froid (ice pack). Ces glacières peuvent également servir à conserver des prélèvements.

7À l’arrivée sur le terrain, il faut s’informer de la possibilité de transférer les réactifs dans un réfrigérateur d’où on les sortira en fonction des besoins quotidiens.

8Il faut également s’informer sur la possibilité de recongeler les conservateurs de froid pour le travail de la journée et pour le voyage de retour.

MÉDICAMENTS

9Même si l’équipe mobile a pour objectif le dépistage de la maladie du sommeil, il ne faut pas oublier qu’elle est une équipe médicale qui doit être à l’écoute des problèmes de santé de cette population. Le coordonnateur prévoira un minimum de médicaments pour traiter certaines affections courantes.

10L’équipe mobile ne se substitue en aucun cas aux agents de santé locaux s’ils participent à la prospection : dans ce cas, certains problèmes de santé ne sont soumis au médecin de l’équipe qu’en dernier recours.

11Les consultations au village ne doivent pas gêner le déroulement de la prospection. Le médecin, ou l’infirmier responsable de l’équipe, les reporte à la fin du travail quotidien.

12Les médicaments pouvant être délivrés doivent se limiter, sous peine de débordement, à un antipyrétique, un antipaludique, un antidiarrhéique et au nécessaire pour soigner de petites blessures.

LISTINGS

13Cette rubrique concerne les recensements, les listes de suspects déjà identifiés, la liste des malades à revoir. S’ils existent, il faut les avoir avec soi.

14La liste de recensement facilite les préparatifs, le travail du secrétariat et permet de vérifier que l’ensemble de la population a été vu. Elle est réactualisée lors de la prospection.

15L’existence d’une liste de suspects et/ou d’une liste des malades à revoir implique qu’une surveillance a déjà eu lieu. Il est impératif de retrouver toutes les personnes inscrites sur ces listes : les premières pour contrôler leur séropositivité et vérifier si elles ne sont pas trypanosomées ; les secondes, si l’équipe en a les moyens techniques, pour vérifier si le traitement a réussi et, dans le cas contraire, les adresser de nouveau au centre de soins.

PAPETERIE

16Le nombre de registres et cahiers qu’il faut avoir dépend du nombre de personnes à prospecter. C’est dire, encore une fois, l’importance du recensement préliminaire.

17Il faut un grand registre au secrétariat et au moins un cahier par poste (CATT, ganglions, CTC ou QBC, mAEC). Il faut également un grand cahier ou registre pour le coordonnateur. Pour celui-ci, comme pour le secrétariat, on peut utiliser des feuilles préalablement préparées. Il faut réaliser une page type en traçant les colonnes et les lignes nécessaires. Cette page sera ronéotée ou photocopiée au nombre d’exemplaires nécessaires, l’ensemble étant ensuite assemblé sous forme de registre.

18Il faut enfin les fiches individuelles qui resteront la propriété des personnes examinées.

HYGIÈNE ET TENUE

19À chaque poste il faut avoir :

  • une poubelle pour le matériel non réutilisable. Le mieux est d’utiliser un sac en polyéthylène, fixé avec un adhésif à la table de travail. Il sera brûlé une fois rempli ;
  • un récipient pour le matériel réutilisable (lancettes, cartes CATT, etc.). Il devra contenir de l’eau savonneuse ou additionnée d’eau de Javel ;
  • un seau pour se laver les mains ;
  • du papier hygiénique ;
  • des gants.

20Le personnel doit travailler en blouse propre et avec des gants en latex. Outre le fait que cette tenue protège le technicien, elle donne une image de sérieux à la population prospectée. Pour les mêmes raisons, les membres de l’équipe ne doivent pas manger ou boire sur les lieux de travail, au vu de la population locale.

MOBILIER

21Il faut :

  • une grande table et deux chaises pour le secrétariat ;
  • une table et une chaise pour le prélèvement ;
  • une table bien stable avec chaise pour chaque poste technique (le CATT, la ponction ganglionnaire et les postes CTC ou QBC et mAEC) ;
  • une table avec chaise pour le coordonnateur.

22Il faut donc au moins 6 tables et 8 chaises. L’équipe doit avoir ses propres tables pour tous les postes techniques (CATT, ponction ganglionnaire, CTC ou QBC et mAEC), de préférence des tables pliantes, légères et faciles à transporter. Les autres tables peuvent être fournies sur place par la population. Il est en revanche préférable que l’équipe dispose de ses propres chaises pour l’ensemble des postes à pourvoir, ce qui évitera de s’asseoir sur des chaises bancales ou mal adaptées aux tables.

ÉLECTRICITÉ

23Deux groupes électrogènes sont nécessaires : un premier tourne en permanence et un second en secours. Le chauffeur, responsable de ces groupes, doit s’être assuré, avant le départ en mission, qu’ils sont en parfait état de marche. Il doit prévoir l’huile nécessaire à leur fonctionnement et des récipients en nombre suffisant pour le carburant afin d’éviter une panne sèche.

24Il faut également disposer de câbles électriques et de prises multiples pour brancher tout le matériel nécessitant de l’électricité. Un câble suffisamment long (au moins 25 m) permet de placer le groupe électrogène à distance du lieu de travail dans un endroit abrité de la pluie et du soleil. Chaque poste de travail est relié à ce câble, ce qui implique un maximum de 6 branchements (CATT - microscope pour la ponction ganglionnaire - centrifugeuse à hématocrite, ou à QBC, et microscope - centrifugeuse de paillasse pour la mAEC et microscope).

MATÉRIEL DE CAMPEMENT

25Tout dépend des possibilités d’accueil dans la zone visitée. Si l’équipe peut être logée par les autorités locales (à l’hôpital ou au dispensaire, par exemple), ce matériel peut se limiter aux effets personnels et au matériel de cuisine.

26Il faut un lit avec matelas et moustiquaire pour chaque membre de l’équipe. Le mieux est de se procurer des lits du type « lit Picot » ou « lit Ponty » ; ces deux modèles sont pliables. Les matelas, en mousse suffisamment fine (5 cm) peuvent être roulés et prennent moins de place dans le véhicule. Chaque lit doit être équipé d’une moustiquaire, de préférence imprégnée d’insecticide, fixée sur des tiges en bois ou en métal attachées aux pieds des lits.

27Le matériel de cuisine doit comporter un réchaud avec sa bouteille de gaz (suffisamment pleine), des casseroles, des assiettes, verres et couverts. Pour diminuer la surcharge du véhicule, les provisions doivent être emportées en quantité raisonnable dès lors qu’un approvisionnement local est possible.

Table des illustrations

Légende Figure 120. Organisation d’une équipe mobile
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search