Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Annexe 29. Techniques d’imprégnation des pièges et écrans

Texte intégral

MODE DE CALCUL DES DILUTIONS

1Si l’on doit utiliser 500 mg de MA par piège, il faut connaître le taux d’absorption du modèle. Pour cela :

  • on pèse un lot de 10 pièges ;
  • on trempe ces pièges dans de l’eau ;
  • on égoutte les pièges sans excès mais de façon que l’eau ne coule plus quand on les suspend ;
  • on pèse de nouveaux les 10 pièges encore humides et par soustraction, on calcule le poids d’eau qu’ils ont absorbé (en divisant par 10, on a le poids d’eau absorbé par 1 piège).

2Exemple :

3Poids de 10 pièges secs = 4 500 g.

4Après trempage et égouttage :

  • poids des 10 pièges humides = 6 500 g ;
  • eau absorbée : 6 500 – 4 500 = 2 000 g.

5Un piège absorbe donc : 2 000/10 = 200 g.

6La dose visée étant de 500 mg de MA/piège, il faut que cette quantité de matière active soit contenue dans le volume d’eau absorbée par un piège.

7Le produit commercial contenant (par exemple) 25 g de MA par litre, ces 500 mg seront contenus dans :

8Lors de l’imprégnation, le piège absorbant 200 cm3 de liquide, absorbe en fait 20 cm3 de la formulation commerciale d’insecticide et 180 cm3 d’eau.

9Pour imprégner 100 pièges, on prépare donc dans un récipient inoxydable (il faut absolument éviter le plastique qui adsorbe la matière active des pyréthrinoïdes) :

10– 100 x 200 cm3 = 20 000 cm3 = 20 litres de solution avec 2 litres d’insecticide dilués dans 18 litres d’eau.

11La précision n’est pas très importante, ni pour le coût, ni pour l’efficacité : qu’un piège reçoive 550 ou 450 mg de MA ne modifie pas les dépenses ou la mortalité des glossines.

12La méthode de calcul est la même pour les écrans ; mais les doses d’insecticide étant plus faibles (seul le tissu noir est imprégné), il est recommandé de faire ce test sur une dizaine de coupons de voile noir (50 cm x 50 cm) puis, par règle de trois, de ramener à la surface de voile noir d’un écran (2 fois 17,5 x 95 cm).

MODE D’IMPRÉGNATION

13Le mode d’imprégnation du système de piégeage dépend de son type et du moment.

L’écran

14Seules les bandes noires sont imprégnées car la quasi-totalité des glossines se posent dessus. Pour cela l’écran est plié une fois dans le sens de la longueur (n° 1) : les deux bandes noires doivent être bien juxtaposées (fig. 116).

15On replie l’écran une lre fois dans le sens de la largeur en maintenant les bandes noires au même niveau (n° 2). Toujours dans le sens de la largeur, on replie une 2e (n° 3) puis une 3e fois (n° 4).

16Lors de la première imprégnation, il faut procéder, le matin, au pliage de la quantité d’écrans à imprégner dans la journée : il faut compter entre 150 et 180 écrans par personne et par jour.

17Chaque « imprégnateur » doit être muni de gants en caoutchouc : le produit n’est pas toxique mais devient irritant s’il est manipulé longtemps. L’écran, maintenu par la partie bleue, est trempé dans la solution d’insecticide (photo 15) de façon que les bandes noires soient presque totalement immergées (il est inutile de tout tremper : par capillarité l’insecticide va imprégner tout le tissu noir).

18Une petite partie du tissu bleu peut s’imprégner de solution insecticide : cela n’est pas gênant, mais pour réduire une dépense inutile il faut demander aux imprégnateurs de travailler de la façon la plus précise possible.

Figure 116. Pliage de l’écran avant imprégnation

© IRD / C. Laveissière
Photo 15. Trempage de l’écran

19Les bandes noires sont essorées (ni trop, ni trop peu, l’essentiel est que l’insecticide ne goutte plus). L’écran est ensuite déplié puis étalé au soleil sur une surface plane et propre (voir Séchage, p. 239).

Les pièges

Première imprégnation

20Tout le piège est imprégné puisque les glossines peuvent se poser partout. Un lot de 10 pièges est trempé dans une cuve (pour le piège Vavoua) ou dans un seau (pour le pyramidal) contenant la solution d’insecticide pour un nombre déterminé de pièges (50 ou 100).

21Les 10 pièges sont tournés deux ou trois fois dans la solution et foulés avec les mains (protégées par des gants) pour que toutes les parties soient bien mouillées.

22On retire les pièges, on les égoutte puis, comme les écrans, on essore légèrement. Dès que l’insecticide ne coule plus on étale les pièges sur une surface propre.

Imprégnations ultérieures

23On peut utiliser plusieurs protocoles, le choix dépend des moyens disponibles.

24La solution la plus rapide et la plus efficace est de ramasser tous les pièges installés et de les remplacer par des pièges neufs déjà imprégnés. Ce système se justifie par deux faits :

  • la plupart des cônes ou pyramides en tulle moustiquaire sont très abîmés au bout de six mois ; il faut les remplacer (en récupérant le reste du piège) ;
  • le nombre de pièges utilisés est généralement réduit et tous sont accessibles.

25La deuxième solution, si les pièges ne sont pas trop endommagés (auquel cas, il faut les remplacer et on revient à la première solution) consiste à se déplacer de village en village, avec le matériel d’imprégnation, puis de procéder normalement. Si au village, il existe une personne capable de s’occuper des pièges, on lui confie leur remise en place et, avant d’attendre que ces pièges soient secs, on se rend au village suivant.

26Le système est plus lent et moins commode.

27La troisième solution consiste à se déplacer d’un point à un autre, muni d’un pulvérisateur à pression entretenue utilisé pour le traitement des arbres fruitiers.

28Connaissant la quantité de solution absorbée par un piège (voir le calcul des dilutions) et le débit de l’appareil (qui peut être déterminé en mettant une quantité d’eau connue dans l’appareil et en mesurant le temps nécessaire pour le vider, par exemple 100 cm3 en 30 secondes), on pulvérise la solution sur chaque piège.

29Ce système, s’il n’est pas plus rapide, est plus simple que le précédent.

STOCKAGE

30Dès que les écrans sont secs, on les ramasse en faisant des paquets de 50 que l’on emballe par groupes de 4 ou 5 dans des bâches confectionnées avec de la toile de sacs (utilisés en agriculture pour le stockage des grains et que l’on trouve partout sur les marchés locaux). On emballe de même les pièges Vavoua par groupes de 50. Pour le pyramidal qui n’a pas d’armature métallique, on le plie le plus soigneusement possible pour éviter de trop froisser les tissus noirs et bleus.

31Les sacs sont ensuite entreposés à l’abri de la pluie ou de l’humidité.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Figure 116. Pliage de l’écran avant imprégnation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende © IRD / C. LaveissièrePhoto 15. Trempage de l’écran
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search