Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Annexe 22. Autres médicaments

Texte intégral

1L’arsenal thérapeutique utilisable contre la maladie du sommeil est très limité ; de surcroît, la rentabilité commerciale des produits disponibles étant très faible, les laboratoires pharmaceutiques n’investissent plus dans la recherche de nouvelles molécules. Certaines équipes de recherche continuent pourtant avec quelques succès.

2Outre la pentamidine, le mélarsoprol et le DFMO, on peut actuellement utiliser un certain nombre d’autres molécules, toutes connues depuis longtemps.

MÉDICAMENTS ACTIFS EN 1RE PÉRIODE

Suramine sodique (Moranyl®, Germanin®)

3Elle se présente en ampoules contenant 10 mg de poudre à reconstituer dans 10 ml d’eau distillée pour injections intraveineuses.

4Son action porte sur la glycolyse. Aucune résistance n’a été rapportée.

5Il faut d’abord tester la tolérance du malade au médicament car la première injection peut immédiatement être suivie d’effets secondaires :

  • nausées, vomissements ;
  • urticaire ;
  • choc et troubles de la conscience.

6Pour cela, on lui injecte une dose d’essai de 5 mg/kg le 1er jour puis des doses de 20 mg/kg (sans dépasser 1 g) les jours 3, 10, 17, 24 et 31.

7Les effets secondaires plus tardifs, en cours de traitement, ne sont pas rares. Il s’agit de :

  • vomissements ;
  • prurit, urticaire ;
  • paresthésies, hyperesthésies des mains et des pieds ;
  • photophobie, larmoiement ;
  • atrophie optique.

8D’autres effets secondaires peuvent survenir bien après le traitement :

  • troubles rénaux rarement plus sévères qu’une albuminurie persistante ;
  • stomatite ;
  • dermatoses ;
  • agranulocytose ;
  • anémie hémolytique avec ictère.

Acéturate de diminazène (Bérénil®)

9Ce produit, d’usage vétérinaire, n’a jamais reçu d’agrément en médecine humaine. Il est, néanmoins, parfois utilisé dans la phase précoce de la maladie, qu’elle soit due à T. b. gambiense ou bien à T. b. rhodesiense. Il est bien supporté par l’homme mais ne présente aucun avantage par rapport à la pentamidine.

10C’est une diamine aromatique se présentant sous forme d’une poudre jaune à dissoudre dans du sérum glucosé à 5 % pour obtenir une solution à 5 % de produit actif.

11Le traitement comporte 10 injections intramusculaires de 5 mg/kg/j pendant dix jours. Il semble que le médicament puisse être efficace par voie orale à raison de trois doses de 5 mg/kg données à deux jours d’intervalle, mais, par cette voie, le nombre de rechutes est augmenté.

MÉDICAMENTS ACTIFS SUR TOUS LES STADES

Nifurtimox (Lampit®)

12C’est un nitrofurane. Il a l’avantage de se prendre par voie orale. La posologie varie selon les centres de traitement : de 15 à 20 mg/kg/j en trois doses pendant 30 à 60 jours. Ce produit doit être utilisé avec prudence car il est à l’origine d’hémolyses médicamenteuses chez les personnes déficitaires en glucose 6-phosphate désydrogénase (drépanocytose).

Glyphénarsine (Tryparsamide®, Trypansamidium®, Tryparsone®)

13Ce produit, tout comme le mélasornyl potassique (Mel W, Trimélarsan®), n’est plus guère utilisé depuis l’apparition du mélarsoprol à la fin des années quarante.

14Le Tryparsamide® se présente en solution à 20 % et s’administre par injection intraveineuse en séries de 6 à 12 injections, de 25 à 45 mg/kg, avec une dose seuil de 2 g. Chaque injection est séparée de la suivante par un repos d’une semaine. On peut répéter plusieurs fois le traitement après une pose d’un mois. Un traitement complet peut dépasser sept mois.

15Il est surtout efficace en seconde période mais il est sans effet sur T. b. rhodesiense.

16Il est très toxique avec des effets secondaires apparaissant rapidement : le plus important d’entre eux est l’atteinte du nerf optique.

ASSOCIATIONS UTILISÉES EN 2E PÉRIODE

17Ces associations sont utilisées en cas de rechutes.

Suramine-melarsoprol

18On administre successivement une injection de suramine et trois ou quatre séries de 3 ou 4 injections intraveineuses de 3,6 mg/kg de mélarsoprol à une semaine d’intervalle.

Suramine-nifurtimox

19Ces deux produits ont été utilisés avec succès dans le traitement de rechutes au mélarsoprol. Ils sont utilisés conjointement aux doses et fréquences respectives décrites plus haut.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search