Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie V. La lutte antivectorielle

Techniques

Texte intégral

1Les contraintes de la lutte antivectorielle ont déjà été mentionnées : faisabilité, efficacité, rapidité, innocuité, modicité des coûts. À l’heure actuelle, peu de techniques répondent à ces critères.

2Il est désormais inutile de penser utiliser le déboisement, le débroussaillage, toutes les atteintes à la végétation : nous avons déjà mentionné leurs méfaits et leur inefficacité en forêt.

3Les méthodes biologiques sont inefficaces, donc sans intérêt.

4On ne peut davantage envisager les méthodes génétiques, en principe inoffensives pour l’environnement, mais qui demandent à être améliorées pour être vraiment efficientes. Il convient quand même de rappeler que la lutte contre les trypanosomoses du bétail par lâchers de glossines mâles stériles a remporté quelques succès, mais après avoir utilisé une technique complémentaire pour abaisser les densités de glossines.

Pour lutter contre les glossines vectrices de la maladie du sommeil, il ne reste en fait que le piégeage.

5Les pulvérisations d’insecticides sont efficaces sous climat sec, ce qui exclut la forêt. Par voie terrestre, elles sont longues et très onéreuses car elles exigent un personnel et des moyens logistiques importants (véhicules et appareils). Par voie aérienne, elles sont, en principe, moins coûteuses, mais ne peuvent pas non plus être adoptées car la plupart des pays ne disposent pas des avions ou hélicoptères nécessaires, ce qui oblige à faire venir à grands frais des équipes spécialisées d’Europe ou d’Amérique. Signalons aussi qu’elles sont inopérantes en zone de forêt et que de toutes les façons, dans les deux cas, les risques de pollution sont importants.

PRINCIPE DU PIÉGEAGE

6Le piégeage doit être considéré comme un traitement hypersélectif, rémanent, d’application rapide sur une vaste étendue, sans risque de pollution.

  • Hypersélectif : le système de piégeage n’est placé que dans les sites à risque contrairement aux autres techniques, comme les pulvérisations, qui traitent l’ensemble des gîtes.
  • Rémanent : le piégeage, une fois installé, a une action très prolongée dans le temps à condition qu’un minimum d’entretien soit assuré.
  • Rapide : le matériel peut être rapidement acquis ou construit et, les expériences le prouvent, vite installé sur un vaste territoire (à condition d’adopter le protocole adéquat).
  • Non polluant : si des produits toxiques sont utilisés, ils sont uniquement appliqués sur le système adopté sans projection dans le réseau hydrographique.

7Le principe du piégeage repose sur l’attraction de la glossine grâce à un leurre qui la conduit vers une surface imprégnée d’insecticide entraînant sa mort par simple contact des pattes avec cette surface ou un volume clos dans lequel la mort est provoquée par un insecticide et/ou l’exposition prolongée au soleil.

Attractivité

8Le piégeage ne doit pas faire de discrimination entre les mâles et les femelles car les deux sexes sont également vecteurs. Tous les groupes d’âges doivent être également attirés : les vieilles glossines parmi lesquelles se trouvent les individus déjà infectés ainsi que les jeunes qui risquent de s’infecter. Selon l’espèce de glossines visée, l’attractivité peut être assurée par :

  • la couleur, notamment le bleu qui est particulièrement attractif pour les glossines du groupe palpalis transmettant la maladie du sommeil ; cependant, tous les bleus ne donnent pas le même résultat. Avant de fixer son choix, il convient de s’adresser à un spécialiste qui fournira les références et adresses utiles ;
  • l’odeur dont certaines attirent les glossines du groupe morsitans (par exemple, l’acétone ou l’urine de bœuf), ce qui augmente l’efficacité du piégeage. Malheureusement, pour le groupe palpalis aucune odeur attractive utilisable n’a encore été identifiée.

L’attractivité du piégeage doit durer suffisamment longtemps par l’emploi de matériaux physiquement durables et chimiquement stables.

9Souvent, on a pu voir des tissus, comme les tulles moustiquaires, se dégrader très vite à cause du rayonnement solaire ; de même, certains tissus noirs ou bleus perdent rapidement leur couleur à cause de la pluie ou du soleil. Il faut donc éviter d’utiliser des matériaux sous le seul prétexte qu’ils sont peu coûteux ; la recherche d’une économie ne doit pas primer sur celle de l’efficacité.

Efficacité

10Un système de piégeage attractif doit aussi inciter l’insecte à pénétrer dans un volume ou à se poser sur une surface. Les expériences montrent qu’une couleur peut être très attirante pour une espèce sans qu’aucune glossine ne se pose dessus.

11Les modèles en usage actuellement ont été testés pour optimiser leur efficacité par la taille et la forme.

12Lors de l’utilisation, l’attractivité et l’efficacité seront aussi améliorées par le choix judicieux de l’emplacement : les points de capture, bien dégagés et ensoleillés, sont toujours très favorables. Il ne faut cependant pas oublier que le critère principal du choix reste le risque encouru par l’homme dans les divers biotopes : un point d’eau où le risque de transmission est extrêmement élevé doit être traité même s’il est très ombragé.

Toxicité

13Si l’on choisit un modèle nécessitant obligatoirement l’emploi d’un insecticide, il faut utiliser un produit possédant les quatre qualités suivantes :

  • toxicité à faible dose pour un temps de contact court ;
  • bonne rémanence ;
  • pas d’effet répulsif ;
  • commodité d’emploi et faible toxicité pour le manipulateur.

14À l’heure actuelle, seuls les pyréthrinoïdes de synthèse (deltaméthrine, alphacyperméthrine, etc.) répondent à ces exigences. Il convient de faire preuve de la plus extrême prudence en choisissant le tissu qui sera le support du produit. Un tissu bleu, attractif et peu onéreux, comme le coton pur, retient mal la matière active des pyréthrinoïdes (rémanence inférieure à un mois) ; certaines fibres synthétiques réalisent de meilleures performances, mais celles-ci dépendent de nombreux facteurs comme le mode de tissage, la nature chimique de la fibre ou encore le type de colorants. Des essais ont démontré que certains tissus peuvent donner de bons résultats lorsqu’ils sont teints en noir et de très mauvais lorsqu’ils sont teints en bleu.

Maniabilité

15Un système de piégeage doit être maniable. Parmi tous les modèles existants, certains répondent plus ou moins aux contraintes imposées par le protocole. Le choix devra être fait selon le mode d’utilisation envisagé au cours de la campagne.

16En résumé, du choix du système dépendra la réussite des opérations de lutte. Dans plusieurs États concernés par la maladie du sommeil, peu ou pas de recherches sur le piégeage ont été menées localement pour déterminer le meilleur système et le bon mode d’emploi. Dans la mesure du possible, avant toute réalisation à grande échelle, il faut, sur place :

  • réaliser des essais comparatifs – très faciles à faire – entre plusieurs modèles pour fixer le choix ;
  • identifier les sites à traiter ;
  • rechercher toutes les possibilités d’application ;
  • solliciter des expertises pour augmenter les chances de succès.

SYSTÈMES DE PIÉGEAGE – DESCRIPTION

17Parmi les systèmes mis au point et utilisables, nous ne citerons que trois modèles sélectionnés autant pour leur efficacité que pour leur facilité de montage et d’installation et pour leur prix modique : l’un est une surface plane, l’écran, les deux autres sont des volumes, les pièges.

L’écran

18L’écran est simple à construire, mais son attractivité dépend presque exclusivement du choix des tissus. Il doit être attractif de loin et inciter la glossine à se poser pour qu’elle puisse prendre une dose mortelle d’insecticide. Moins efficace que les pièges, l’écran présente en revanche quatre avantages :

  • il est très maniable et une grande quantité d’écrans peut être transportée par une seule personne ;
  • il est robuste et peut être confié à tous dans n’importe quelle situation ;
  • il est facile à réimprégner d’insecticide par simple immersion dans un récipient ;
  • il est bon marché.

19L’écran noir/bleu/noir est composé (fig. 78) :

  • d’une bande centrale de tissu (coton/polyester ou polyester) bleu de 50 cm de large sur 95 cm de long ;
  • de deux bandes latérales de voile polyamide noir de 17,5 cm de large et 95 cm de long ;
  • de deux languettes de tissus (15 à 20 cm de long) cousues en haut de l’écran et servant à le fixer à deux piquets.

Figure 78. Schéma de l’écran noir/bleu/noir

20La fixation est simple : couper deux piquets (les plus droits possibles) dans du bois dur résistant aux termites (le bois de caféier est idéal) ; les planter à 1 m de distance environ ; fixer l’écran au moyen des deux languettes de façon que le bas de l’écran soit à environ 10 cm du sol (il ne doit pas traîner par terre, mais il ne doit pas être accroché trop haut). Les glossines du groupe palpalis volent très près du sol à, moins d’un mètre de hauteur. Si les écrans ou les pièges sont trop hauts, ils perdent de leur efficacité.

21L’emplacement de l’écran doit être bien désherbé dans un rayon d’au moins 2 m pour augmenter sa visibilité par la glossine.

22Pour être vraiment attractif, l’écran doit être de préférence placé au soleil et perpendiculairement à l’axe de déplacement de la glossine. Par exemple :

  • près d’un sentier ; les glossines volant fréquemment le long des sentiers empruntés par l’homme, l’écran doit être placé perpendiculairement à l’axe de ce sentier pour être visible de loin et intercepter les glossines en mouvement ;
  • le long d’une lisière ; les glossines suivent les lisières (entre champ et forêt, entre forêt et rizière) ; aussi l’écran, pour être efficace, doit être placé perpendiculaire à cette lisière ;
  • au campement, où l’écran doit être placé en lisière mais loin du feu ou des émanations de fumée ;
  • au point d’eau ; si un chemin arrive à ce point d’eau, l’écran est placé à l’arrivée du chemin ; dans les autres cas, il est installé près de l’eau mais de façon à ne gêner personne pour ne pas être renversé ou sali ;
  • dans une galerie forestière, les écrans sont placés environ tous les 300 m, dans des endroits ensoleillés, le plus près possible de l’eau et perpendiculairement à la berge.

Les pièges

23Les pièges sont des volumes à l’intérieur desquels la glossine doit pénétrer. Elle est tuée soit par exposition prolongée au soleil, soit par contact avec un insecticide déposé sur les tissus qui le composent.

24De nombreuses glossines n’entrent pas dans les pièges, mais se contentent de se poser sur les tissus à l’extérieur. Cela justifie que tous les pièges soient imprégnés par un insecticide, au moins une fois avant la pose. Le contact avec l’insecticide suffira à les tuer, du moins tant que l’insecticide est encore actif.

25Plusieurs modèles de pièges ont été inventés, mais nous ne citerons ni les pièges pour glossines de savane, d’intérêt vétérinaire, ni les pièges trop complexes à construire, ni ceux qui n’ont pas été testés à grande échelle.

26Certains dérivent du piège biconique caractérisé par (fig. 79) :

  • un cône inférieur bleu attractif pour le groupe palpalis ;
  • quatre ouvertures sur ce cône, donnant accès à l’intérieur du piège où se trouvent deux écrans noirs cousus à angle droit ;
  • un cône supérieur en tulle moustiquaire dans lequel les tsé-tsé accèdent en remontant le long des écrans noirs ;
  • un axe central (piquet en fer à béton) servant à fixer le piège.

Figure 79. Schéma du piège biconique

27La glossine est attirée de loin par la couleur bleue et par le contraste entre le piège et l’environnement puis à proximité par le contraste entre le tissu bleu et les ouvertures sombres du piège qu’elle assimile peut-être à des lieux de repos. Elle pénètre par l’une des quatre ouvertures et bloquée par les écrans intérieurs noirs, elle monte dans le cône en tulle, attirée par la lumière. Comme tous les insectes, tant qu’il fait jour, elle cherche à sortir vers le haut et ce n’est qu’au crépuscule qu’elle pourra s’échapper par le chemin qu’elle a emprunté. Il faut, durant le temps qu’elle reste prisonnière, qu’elle soit tuée par le rayonnement solaire, par un insecticide ou qu’elle soit capturée dans un système complémentaire (poche remplie d’eau formolée ou de pétrole).

28Des pièges dérivés du piège biconique basés sur le même principe ont été dessinés pour améliorer le rendement, faciliter la construction mais aussi diminuer le prix de revient. Nous ne retiendrons ici que le piège Vavoua et le piège pyramidal (annexes 26 à 28, p. 321 à 335).

29Le piège Vavoua (photo 10) est composé de trois écrans cousus à 120° alors que le piège pyramidal (photo 11) en comporte quatre, cousus à angle droit (comme le piège biconique).

© IRD/C. Laveissière
Photo 10. Piège Vavoua

30Dans le premier, les écrans sont composés d’une bande bleue externe et d’une bande noire centrale. Le second possède deux écrans bleus et deux écrans noirs. Ces écrans sont maintenus en place par un cercle en fil de fer galvanisé dans le modèle Vavoua et par quatre baguettes (en bois ou en plastique) dans le pyramidal. La partie supérieure du Vavoua est constituée de trois triangles arrondis à leur base, cousus ensemble, alors que dans le pyramidal, elle est faite de quatre triangles.

© IRD/C. Laveissière
Photo 11. Piège pyramidal

31Les deux types de pièges peuvent être fixés au sol par un piquet (bois ou fer à béton) ou bien attachés par une ficelle à une branche basse ou à tout autre support à condition que le bas du piège ne soit pas à plus de 50 cm du sol. Dans la première solution, il faut éviter que le piquet ne déchire le tulle et protéger le sommet du cône ou de la pyramide : l’extrémité du piquet est emmaillotée d’une boule de coton et une ficelle est nouée par-dessus le tulle pour fixer le tout (photo 12).

© IRD/C. Laveissière
Photo 12. Sommet du piège

32Ces deux pièges présentent à peu près la même efficacité ; le Vavoua exige moins de tissu que le pyramidal mais, pour être maintenu en place, il lui faut un cercle en fil de fer.

33Dans les deux pièges, la partie la plus fragile est le cône, ou la pyramide, en tulle moustiquaire : les rayons du soleil, la pluie et la poussière entraînent une dégradation rapide. Le remplacement du tulle moustiquaire par un tissu plus résistant mais opaque réduit le rendement du piège car les glossines ont moins tendance à monter vers le haut et ressortent plus vite du piège. Au-delà de six mois, le remplacement du piège est souvent nécessaire, mais les parties bleues, noires et métalliques, sont récupérables.

34Le choix entre les deux modèles sera déterminé par :

  • l’existence de tests comparatifs des deux modèles dans la zone ;
  • la disponibilité relative des tissus et du fil de fer galvanisé ainsi que le prix local de ces matériaux.

INSECTICIDE

Rôle et action

35L’insecticide est obligatoire pour les écrans ; il est facultatif pour les pièges mais il accélère la réduction des populations de glossines en tuant celles qui se posent à l’extérieur sans pénétrer dans le piège ou en tuant celles qui sont entrées avant qu’elles ne s’échappent. L’insecticide est prélevé au niveau des coussinets des pattes de l’insecte et tue l’insecte par contact, non par inhalation.

36L’insecticide doit :

  • avoir une action foudroyante, même à faible dose (et cela surtout pour les écrans) ;
  • ne pas être toxique pour ceux qui le manipulent ;
  • avoir une rémanence très forte ;
  • être d’un prix abordable.

37À l’heure actuelle, seule la deltaméthrine répond à ces critères ; de plus, elle a été testée au laboratoire et sur le terrain. Dans les pays concernés par la THA, cet insecticide est disponible car il est utilisé pour le traitement des cotonniers (sous un nom commercial différent). D’autres composés de la même famille doivent encore faire leurs preuves avant d’être plus largement utilisés.

Formulation

38Parmi tous les types de formulations existant aujourd’hui nous conseillons le concentré émulsifiable (CE). Cette formulation est, par rapport à d’autres qui ont été testées, à la fois largement disponible, rémanente sur les tissus employés, résistante à la pluie et facile à manipuler. Selon le protocole d’imprégnation, on pourra utiliser :

  • un CE à 50 g de matière active par litre (imprégnation par le responsable de la campagne) ;
  • un CE à 12,5 g de matière active par litre (utilisation par des non-professionnels, voir Suivi et entretien, p. 257).

Dosage et imprégnation d’insecticide

Pour un écran il faut 90 à 100 mg de matière active (MA) ; pour un piège il faut 500 mg de MA.

39Dans une campagne de lutte par piégeage, le prix de revient de l’insecticide représente une fraction infime du budget car les doses utilisées sont très faibles.

40La composition de la solution qui servira à l’imprégnation est déterminée par la quantité de liquide que peut absorber un modèle : ce taux d’absorption dépend exclusivement de la nature des tissus.

41Il est important de faire des essais et calculs préalables si les tissus employés n’ont jamais été utilisés auparavant. Si des campagnes de lutte contre les trypanosomoses animales ont été effectuées dans le pays concerné, les spécialistes pourront donner des conseils utiles. Le mode de calcul des dilutions, ainsi que les techniques de pliage et d’imprégnation du tissu, différentes pour les écrans et les pièges, sont expliqués dans l’annexe 29 (p. 341).

Le séchage

42Cette dernière opération est la plus simple, mais exige un minimum de précautions.

43Les pièges, et surtout les écrans, doivent être séchés à plat pour assurer une bonne répartition de l’insecticide.

44Le séchage doit se faire sur une aire propre non seulement pour éviter de salir le matériel mais surtout pour éviter l’adsorption de la matière active (par les colloïdes argileux du sol). On choisira soit une étendue d’herbe (pelouse de stade, prairie), soit une aire bétonnée.

45Cette étendue doit être suffisamment vaste pour recevoir une grande quantité de matériel, notamment pour les écrans, et pour que le personnel puisse se déplacer aisément lors de la pose ou du ramassage.

ENTRETIEN

46Pièges et écrans doivent toujours être installés dans des lieux dégagés, pour améliorer leur visibilité par les glossines. La personne chargée de leur installation doit dégager, à la machette, une surface aussi large que possible en éliminant toutes les herbes ou les branches basses qui pourraient déchirer le piège.

47Deux risques doivent être évités par la suite :

  • en pleine saison chaude, les herbes sèches risquent de s’enflammer et communiquer le feu au matériel de lutte ;
  • dès les premières pluies, les herbes repoussent vite et masquent les pièges ou les écrans.

48L’entretien des pièges concerne aussi la prévention des vols et dégradations. Pour préserver les pièges la seule solution consiste à éduquer la population et la responsabiliser : cela limite les dégradations, mais malheureusement ne les empêche pas. Les vols de tissu bleu ont pour but de recoudre les morceaux pour faire des couvertures, des rideaux et même des vêtements ! Les bandes noires, en nylon très solide, sont découpées pour servir, par exemple, de liens pour les fagots de bois. Les piquets des pièges sont très utiles : porte-bagages de vélos, ciment armé, barreaux de fenêtres, liens avec les cercles du Vavoua. Les dégâts peuvent aussi être faits gratuitement : brûlures de cigarettes, lance-pierres, coups de machettes. La sensibilisation et la mobilisation de la population doivent être très fortes mais le responsable doit savoir qu’il y a toujours au minimum 10 % de pertes. Pour les écrans, il faut, avant de les distribuer, lacérer le tissu bleu pour limiter les vols.

PROTOCOLES

49Il y a autant de protocoles que de faciès épidémiologiques (ou de foyers) car le système d’application du piégeage va dépendre de plusieurs facteurs, contrôlables ou non :

  • rythme des saisons et activités humaines ;
  • densité des populations humaines et modes d’habitat ;
  • nature et nombre de gîtes à tsé-tsé et sites à risque ;
  • étendue de la zone endémique ;
  • durée prévue pour la campagne ;
  • moyens disponibles ;
  • socio-économie, comportement des populations, etc.

50Nous allons dans un premier temps dégager des principes généraux de la lutte antivectorielle puis détailler des protocoles selon les zones biogéographiques. Il est bien évident que toute latitude est laissée aux responsables de les adapter au mieux en fonction de leurs connaissances du milieu et des populations.

Choix entre les pièges ou les écrans

51Les pièges sont plus efficaces mais plus onéreux et plus fragiles que les écrans. Le choix doit dépendre plus de l’efficience maximale recherchée que des contraintes budgétaires.

52Les pièges doivent être utilisés dans toutes les situations où il existe :

  • un risque important de transmission et des densités élevées de glossines à proximité des populations humaines ;
  • des gîtes relativement restreints en superficie ;
  • un responsable local pour l’installation et l’entretien. Les écrans sont à préconiser dans toutes les autres situations et quand un professionnel ou un responsable ne peut s’occuper de leur installation ;
  • une grande multiplicité et dispersion des gîtes et des sites à risque de transmission ;
  • une utilisation possible par la population.

Gratuité ou recouvrement des coûts

53Ce fut, et c’est toujours, l’objet d’un débat : faut-il ou non faire payer les pièges ou les écrans par la population ? Les partisans du recouvrement des coûts avancent qu’une cotisation permet de motiver davantage chaque chef de famille pour la lutte antivectorielle en tant que « copropriétaire » et, ainsi, d’améliorer la prise en charge de la lutte, l’entretien des pièges ou des écrans, etc. Les adversaires objectent qu’il faut attendre un certain temps pour obtenir la somme nécessaire à l’achat du matériel de lutte, ce qui dissuade de nombreux paysans, qu’il est délicat d’imposer une base de cotisation ou de fixer le prix d’un piège ou d’un écran.

54Nous laissons le soin aux responsables et à leur hiérarchie de prendre une décision au niveau national tout en les mettant en garde sur certains points :

  • avant d’en avoir vu les effets, les paysans se méfient des pièges et ne sont pas disposés à débourser une somme, même modique ;
  • dès que les pièges ont réduit significativement le nombre de glossines et qu’elles ne représentent plus une nuisance, les paysans s’en désintéressent, ce qui limite les remboursements ultérieurs ;
  • introduire la vente de matériel de lutte entraîne bien souvent des abus : détournements de l’argent collecté ou du matériel (tissu, métal...), revente à des particuliers, etc. ;
  • en savane, on traite non pas un domaine privé (comme en forêt) mais le domaine public (les galeries forestières, par exemple). Le paysan perçoit mal l’intérêt de cotiser puisqu’il ne se sent pas directement concerné à moins que l’éducation soit bien faite et qu’il y ait une prise de conscience collective.

Piégeage en savane

55La relative simplicité du schéma épidémiologique de la THA en savane permet de proposer un protocole très simple et rapide à mettre en œuvre.

Travaux préliminaires

56La surveillance sérologique, ou des prospections médicales, ayant réussi à circonscrire la zone endémique, il faut procéder à certains préparatifs.

Déterminer la longueur du réseau hydrographique

57On doit utiliser des cartes au 1/200 000 suffisamment précises pour une évaluation grossière de la longueur des ruisseaux et rivières sans qu’il soit indispensable qu’elles aient une très grande précision. On peut se servir d’un curvimètre pour mesurer la longueur approximative du réseau : sachant qu’il faut mettre un piège tous les 300 m, on estime le nombre nécessaire.

Identifier d’autres sites possibles de transmission

58Le responsable doit vérifier plusieurs données épidémiologiques sur le terrain et, notamment par exploration ou interrogatoire, identifier tous les gîtes potentiels de glossines qui pourraient être des sites à risques : bois sacrés, mangueraies, etc. Ces informations permettront ensuite de préciser la quantité de matériel nécessaire (par extrapolation). Il ne faut pas oublier que beaucoup de renseignements importants peuvent être obtenus à partir de la littérature, scientifique ou autre, de rapports et de divers documents d’archives.

Lister les activités et les zones d’activités des populations

59En interrogeant les populations, il faut chercher à savoir si, compte tenu de comportements particuliers, la transmission ne se fait pas au-delà du terroir villageois, sur un autre réseau hydrographique, parfois très loin du lieu de résidence. Trop souvent, l’identification des malades ne permet qu’une délimitation approximative de la zone endémique car ces malades sont rattachés au village de résidence, donc de diagnostic, sans que l’on tienne compte de l’amplitude de leurs déplacements. Cela renforce la nécessité des questionnaires épidémiologiques (annexe 20, p. 308).

Identifier les intervenants

60La lutte par piégeage en zone de savane est relativement simple tant que les sites de transmission sont confinés aux galeries forestières, le long des cours d’eau importants (navigables en pirogue). La situation est plus complexe quand le réseau hydrographique est dense, composé d’une multitude de petits ruisseaux, parfois tout aussi dangereux. Dans le premier cas, une équipe peut s’occuper de l’installation et de l’entretien, dans le second cela est beaucoup plus compliqué. Dans les deux situations, il faut pour chaque village, identifier une personne qui aura la charge de la lutte antivectorielle (installation, entretien et évaluation) dans le terroir villageois. Cette personne peut être un infirmier, un agent de santé, un membre du comité de santé, etc. Comme pour le dépistage, ce responsable local doit être jeune, dynamique et avoir la confiance des villageois.

61À la fin de cette phase préliminaire, le responsable national doit savoir précisément :

  • où et sur quelle superficie il doit intervenir ;
  • la quantité de matériel à commander ou fabriquer ;
  • la nature des sites à traiter ;
  • quels seront ses auxiliaires villageois.

Choix du matériel de lutte

62Le type de gîtes - les galeries forestières, gîtes linéaires – et la superficie colonisée par les tsé-tsé relativement limitée par rapport à celles des zones de forêt, permettent de préconiser l’utilisation de pièges. Ce choix se justifie en outre :

  • par l’impossibilité, pour la majeure partie des villageois, d’accéder aux secteurs des galeries forestières éloignés des villages, où seuls se rendent les pêcheurs, pour y installer le matériel ;
  • par la difficulté qu’ils auraient à réimprégner les pièges.

63Les écrans peuvent être éventuellement utilisés dans certaines situations, lorsque le biotope servant de gîte aux glossines est la propriété d’une personne : par exemple, un verger (mangueraie), un enclos à bétail ou un site de travail domestique éloigné du cours d’eau (point de rouissage du manioc).

64Les auxiliaires villageois devraient être à même de donner les renseignements adéquats au responsable pour que celui-ci puisse décider des quantités relatives de pièges et d’écrans à fabriquer et distribuer.

Mise en place

Fabrication du matériel

65Les commandes et la fabrication du matériel doivent être lancées très rapidement dès l’acquisition des données de base.

Formation

66Les auxiliaires villageois, quel que soit leur statut social ou professionnel, doivent recevoir un minimum de formation pour pouvoir participer activement et efficacement à la lutte. S’ils n’ont pas reçu (en tant qu’Agents de santé communautaire) une formation spécifique, il faudra organiser des sessions de deux jours dans un village centre ou au chef-lieu (sessions regroupant un maximum de vingt auxiliaires) pour leur apprendre les principaux faits épidémiologiques sur la THA :

  • la transmission, le rôle du vecteur et les zones à risque ;
  • la maladie ;
  • la bio-écologie du vecteur ;
  • les principes et les modalités de la lutte antivectorielle ;
  • le piégeage, principe et mode d’action ;
  • le mode d’installation et l’entretien ;
  • les principes et les thèmes de la sensibilisation des populations.

Sensibilisation- Éducation

67L’importance de la sensibilisation ou de l’éducation du monde rural, pour l’acceptation des tests de dépistage a déjà été évoquée. Il en est de même pour la lutte antivectorielle. La population va recevoir un outil dont elle ne connaît ni la signification, ni le mode d’action : il faut qu’elle comprenne pourquoi on l’utilise, il faut lui apprendre à s’en servir et surtout à le respecter.

68Cette phase essentielle doit être faite en deux temps :

  • par le responsable national lors de sa première visite dans les villages pour identifier les auxiliaires. Il doit présenter les objectifs, les principes et le matériel tout en avertissant la population de la chronologie des événements y compris la prochaine prospection médicale ;
  • par les auxiliaires qui disposent de plus de temps et qui peuvent diffuser le même message, avec les termes propres aux villageois. Ils peuvent compter sur le bouche à oreille pour une plus large diffusion.

Tableau V. Arguments concernant la lutte entomologique

Sujet

Argument

La maladie du sommeil est transmise par la tsé-tsé :

Celle-ci vit dans certains gîtes (citer les gîtes de la région).

La tsé-tsé pique tout le monde :

Tout le monde peut attraper la maladie car tout le monde se rend là où vit la tsé-tsé (citer les sites à risque de la région).

La tsé-tsé peut voler sur de grandes distances :

Il faut traiter la plus grande surface possible.

Il faut tuer les mouches tsé-tsé :

Pour cela on utilise des pièges ou écrans (dont on détaille le mode d’attraction).

Le piège et l’écran peuvent tuer la mouche tsé-tsé :

On explique le mode d’action de l’un et de l’autre ainsi que le rôle de l’insecticide.

Le piège, ou l’écran, protège tout le monde et chaque individu :

Détruire, voler ou endommager le matériel est un manque d’honnêteté vis-à-vis de tous les villageois.
Chacun doit se sentir responsable et aider l’auxiliaire dans son entretien.
On ramasse un piège tombé, on désherbe autour, etc.

Le système de piégeage doit rester en place durant au moins un an :

Quand on le retire, les glossines reviennent : ce n’est pas grave si tous les malades ont été soignés.

Les pièges appartiennent à la communauté :

Inutile de voler un piège pour le mettre chez soi, cela n’améliore pas la protection de la famille.
Il faut que tout le village soit protégé par les pièges. Inutile d’en vendre à une personne pour la même raison.

Les écrans sont personnels :

Voler les écrans c’est voler un bien personnel.
Si certains n’ont pas reçu d’écrans c’est qu’ils n’en avaient pas besoin.
Dans le cas contraire, ils peuvent s’adresser au responsable villageois qui leur donnera ce qui leur est nécessaire.

Équipement des auxiliaires

69L’équipement des auxiliaires villageois est minimal :

  • quelques pièges et écrans (environ 10 % du total distribué) pour servir au remplacement de ceux qui pourraient être détruits ou volés ;
  • des pièges d’évaluation et leurs accessoires (annexe 30, p. 345)) ;
  • un cahier et des stylos pour noter toutes les observations et le résultat des évaluations ;
  • le matériel pour ces évaluations : boîtes, liquide de conservation, etc. ;
  • des accessoires comme une machette, marteau, ficelle, etc.

Dates du début et de fin des opérations

70La lutte antivectorielle doit commencer immédiatement après la décrue, dès le retour de la saison sèche, même si les populations de glossines sont importantes. Il n’est pas nécessaire, au contraire, d’attendre la fin de saison chaude que ces populations soient à leur plus bas niveau. En effet, en fin de saison des pluies, elles sont composées surtout de vieux individus très réceptifs au piège et parmi eux se trouvent les porteurs de trypanosomes. Entamer la lutte à ce moment a plusieurs effets bénéfiques :

  • on supprime un maximum de glossines infectées, ce qui va donc réduire la transmission ;
  • on diminue très vite la densité de tsé-tsé, ce qui impressionne les paysans ;
  • on évite les pluies, ce qui prolonge l’efficacité des pièges.

71Si la campagne antivectorielle – en association avec les prospections médicales – a été menée correctement, une année suffit à résoudre le problème. Mais par sécurité (et si les moyens le permettent), il est préférable de laisser en place les pièges plus longtemps pour ralentir la réinvasion.

Création des barrières

72L’ensemble du réseau hydrographique « à risque » doit être protégé d’une réinvasion rapide, avant la fin de la campagne, par des barrières d’au moins 5 km, sur chacun des cours d’eau issus ou sortant de la zone endémique. Ce repérage se fait avec des cartes au 1/200 000. Si aucun village n’est inclus dans ces secteurs ou si aucun auxiliaire ne peut prendre en charge l’installation de ces pièges, l’équipe nationale doit s’en occuper.

73Le principe d’installation reste le même que pour l’intérieur de la zone de lutte proprement dite.

Installation du piégeage

74Le long des galeries forestières, quelle que soit leur importance, les pièges doivent être disposés :

  • tous les 300 m ;
  • au plus près de la berge ;
  • dans les endroits bien dégagés et ensoleillés (même s’il faut les déplacer d’une dizaine de mètres, l’intervalle de 300 m n’est pas une obligation stricte) ;
  • dans les endroits plus proches des zones fréquentées par l’homme (1 tous les 100 m ou moins) :
    • point de baignade ou de lessive ;
    • ponts et gués ;
    • accostage des pirogues et réparation de filets ;
    • toutes autres zones d’activités humaines.

75L’installation des pièges peut se faire à pied en suivant les berges pour les environs du village et en pirogue pour les sites éloignés, en mettant à profit la connaissance de la zone par les riverains, pêcheurs notamment ; cette méthode est facile, rapide et permet de passer d’une berge à l’autre pour choisir le meilleur emplacement.

76Si l’installation des pièges est confiée aux auxiliaires, une séance de « travaux pratiques » doit être organisée au moment de la distribution ou, de préférence, lors de la formation.

77Des écrans peuvent être donnés à des particuliers pour qu’ils les installent eux-mêmes dans des sites personnels ou encore inaccessibles ou trop éloignés. L’auxiliaire se chargera de la formation de ces personnes qui devront par la suite assurer les travaux d’entretien ou y participer.

78Dans tous les autres sites à risque, comme les lisières de village, l’installation est sous la responsabilité des auxiliaires.

79Il est préférable de fixer le piège car le vent peut l’emporter dans les branches et le rendre totalement inefficace. En outre, dans les sites à haut risque comme certains points de baignade, il y a peu ou pas d’arbres permettant la suspension du piège et l’on est donc obligé d’utiliser un piquet.

Prospection médicale

80La prospection médicale destinée à assainir le réservoir humain doit se tenir environ trois semaines ou un mois après la pose des pièges (p. 98). Au terme de la campagne de lutte, une deuxième prospection sera faite pour s’assurer des résultats.

Suivi et entretien

81La lutte par piégeage en zone de savane se heurte à un problème majeur, très spécifique, la montée des eaux. En début de saison des pluies, le niveau de l’eau peut monter très vite, submerger et emporter les pièges. L’auxiliaire, homme de la région, connaissant bien ce phénomène, sera chargé de retirer tous les pièges avant la crue. Deux options sont possibles selon le schéma et les faciès épidémiologiques :

  • les pièges sont déplacés dans les zones non inondées, là où persistent les populations de glossines pour poursuivre la réduction de la densité et limiter, si besoin est, la transmission ;
  • les pièges sont retirés et stockés à l’abri des intempéries, du soleil, des vols et des rongeurs. Ce retrait n’entraîne pas une remontée notable des populations de tsé-tsé. Si l’installation est faite en début de saison sèche, les pièges les ont fortement réduites ; à cette époque, la dispersion de la tsé-tsé est lente, la réinvasion n’est pas massive. Remis en place, les pièges vont de nouveau réduire fortement les populations résiduelles.

82Tous les pièges sont réimprégnés après six mois : cela n’est pas une obligation mais renforce leur activité ; on en profite pour remplacer ceux qui sont détériorés. Pour éviter tout risque de pollution, que les pièges aient été retirés ou non, la réimprégnation se fait au village : les auxiliaires, assistés par les paysans qui les ont aidés, ramassent les pièges et les échangent contre des pièges neufs.

Évaluations

83Il est important de suivre l’évolution quantitative des populations de glossines pour, si besoin est, remédier à certaines défaillances du protocole et pour vérifier l’efficacité des auxiliaires.

84Ces évaluations peuvent être assurées par les auxiliaires qui auront reçu des pièges de capture normaux et les accessoires lors de la mise en route de la campagne. Ces pièges sont surmontés d’une boîte de capture (annexe 30, p. 345) contenant de l’eau formolée à 5 % (5 ml de formol du commerce dans 95 ml d’eau). Les glossines pénètrent dans la boîte et se noient dans le liquide, le formol empêchant la putréfaction.

85Avant la campagne de lutte, on choisit des sites à haut risque, en différents endroits pour avoir un échantillonnage représentatif, afin d’effectuer un sondage avant traitement avec ces pièges de capture. Le piège surmonté de la boîte d’eau formolée, en tuant les glossines qui y pénètrent, agit comme un piège de lutte même si les tsé-tsé qui se posent à l’extérieur ne sont pas tuées puisqu’il n’y a pas d’insecticide. Ces pièges font donc partie du système de lutte et peuvent être laissés en place parmi les pièges imprégnés. Les boîtes sont ramassées et remplacées par de nouvelles à un rythme défini par le responsable : par exemple, deux fois par mois les deux premiers mois, puis une fois par mois. Le contenu de la boîte est versé dans une assiette émaillée (blanche) et les glossines sont simplement décomptées. L’auxiliaire note sur son cahier (ou sur des fiches spéciales) : la date du relevé, le nombre de glossines capturées par piège (on aura noté et communiqué au responsable les numéros des pièges et le type du gîte où ils sont installés, annexe 30, p. 345).

86Les résultats doivent être collectés rapidement par le responsable soit directement au village, soit par exemple au chef-lieu où les auxiliaires les font parvenir à un infirmier.

Piégeage en forêt

Le piégeage : la seule méthode

87La complexité de l’épidémiologie de la THA en forêt et surtout la diversité des modalités de la transmission expliquent l’inefficacité de toutes les autres techniques de lutte et imposent le piégeage comme moyen de contrôle des vecteurs. Il convient d’adopter un protocole qui puisse répondre aux impératifs de rapidité, d’efficacité et de modicité des coûts.

88À propos de la lutte en forêt, la seule question commune avec les zones de savanes est celle de la vente des pièges.

Supervision

89La complexité de la tâche et la quantité de travail pour mener à bien la lutte antivectorielle ne permettent pas au responsable national de tout faire. Il est préférable qu’un adjoint supervise les opérations en relation directe avec son supérieur : ce peut être un scientifique (entomologiste) ou un technicien de haut niveau, l’essentiel est qu’il connaisse tous les aspects de la maladie et de son contrôle.

90L’adjoint doit pouvoir à son tour superviser un réseau aussi dense que possible de responsables locaux (au niveau cantonal), par exemple tous les infirmiers de dispensaires, urbains ou ruraux. Ces derniers doivent encadrer eux-mêmes les responsables villageois, leur prodiguer des conseils, enregistrer les résultats et assurer l’approvisionnement en matériel et produits.

91Les informations doivent remonter aussi vite que possible des infirmiers au responsable afin que ce dernier puisse, le cas échéant, modifier le protocole ou apporter, localement, certaines améliorations.

Enregistrement des données

92Compte tenu de la complexité du milieu forestier, du nombre important de données que le responsable devra gérer, tant du point de vue entomologique qu’humain, il est indispensable qu’il soit équipé du matériel permettant, d’une part, de gérer ces données rapidement dans de bonnes conditions et, d’autre part, de fournir à tous les auxiliaires des listings fiables.

93L’équipement du responsable doit inclure :

  • un ordinateur de bureau ;
  • un logiciel de traitement de textes et un tableur ;
  • une imprimante (modèle de bonne qualité et pour laquelle on est sûr de pouvoir trouver sur place des cartouches d’encre) ;
  • la papeterie et les accessoires (papier, cartouches d’encre, etc.).

94Ce matériel n’a nul besoin d’être très performant, ni sophistiqué mais il doit être convivial pour ceux qui n’auraient pas eu de formation en micro-informatique. Toutes les données relatives à la campagne de lutte pourront ainsi être saisies, stockées et analysées :

  • recensement de la population ;
  • résultats des évaluations et de la surveillance sérologique ;
  • résultats des prospections médicales ;
  • liste des participants à la lutte ;
  • quantités de matériel et d’insecticide distribuées ;
  • participation de la population, etc.

Travaux préliminaires

95Il est indispensable qu’à partir du moment où commence la lutte antivectorielle, le responsable ait acquis les données de bases indispensables pour la suite :

  • délimitation du foyer, du moins la zone endémique ;
  • reconnaissance du réseau hydrographique ;
  • repérage du réseau routier ;
  • identification des villages, et surtout des hameaux dont certains peuvent être inconnus des pouvoirs publics ;
  • recensement complet ou, au minimum, des chefs de famille ;
  • bonne connaissance des activités de la population, surtout celles qui sont le plus à risque, et le calendrier de ces activités ;
  • détermination de toutes les structures, publiques et/ou privées, pouvant aider dans la lutte ;
  • prise de contacts avec les autorités locales.

Responsables villageois

96Il n’est pas pensable d’opérer si dans chaque village, dans chaque hameau, on n’a pas identifié au moins une personne pouvant se charger du piégeage, comme en savane. L’idéal est de pouvoir compter sur deux personnes : l’une pouvant remplacer l’autre en cas d’indisponibilité.

97Si l’option Soins de santé primaires a été choisie, chaque village doit disposer d’ASC, sinon on peut provisoirement en désigner qui, en attendant de recevoir la formation d’ASC, auront le titre d’Agent trypano.

98Ces agents doivent être jeunes, dynamiques, lettrés, motivés et avoir la confiance de la population, autant des autochtones que des allogènes.

Formation

99Si cela n’a pas été fait pour l’opération de dépistage, les agents devront recevoir une formation sur la lutte antivectorielle. Ces cours mettront l’accent sur les problèmes liés à l’environnement forestier et sur les solutions spécifiques qui leur sont apportées.

Sensibilisation - Éducation

100Comme en savane, et peut-être davantage en raison des contraintes du milieu forestier et de la nécessité de participation de ses habitants, il faut faire adopter le piégeage par la population.

101Le message doit être diffusé plusieurs fois ; une première fois, par le responsable de la lutte ou les infirmiers de la région, puis répété par les agents.

102On pourra utiliser, comme pour le dépistage, tous les médias disponibles. Mais le contact direct est nécessaire car chaque paysan devra voir le matériel, comprendre son mode d’installation.

Équipement

103Les agents recevront le matériel de lutte avec, en plus, tous les accessoires et produits pour la réimprégnation et des registres pour organiser les différentes opérations :

  • pièges et écrans (avec un stock de secours) ;
  • burette graduée à pied (de 10 cm3) en polyéthylène ;
  • un lot de petites bouteilles en verre marquées (annexe 33, p. 350) ;
  • stylos à bille, crayons, gomme, règle ;
  • feuilles de recensement, si le recensement n’a pas été fait au cours du dépistage (annexe 3, p. 280) ;
  • listings des chefs de famille pour la distribution de matériel ;
  • listings pour la distribution de l’insecticide.

Application du piégeage

Choix du type de piégeage

104Rappelons simplement que :

  • les pièges doivent être placés dans les sites proches du domicile du responsable villageois pour que ce dernier puisse assurer leur garde et leur entretien ; on les réserve donc aux lisières de villages et aux sites à risque environnants ;
  • les écrans sont destinés aux paysans ; d’une part, compte tenu de leur robustesse, ils peuvent résister à des manipulations brutales, d’autre part, ils sont plus facilement réimprégnables que les pièges et les paysans peuvent se charger de cette opération.

Préparation du matériel

105La distribution d’écrans (annexe 32, p. 349) nécessite un recensement des besoins pour permettre aux paysans de recevoir le matériel nécessaire (effectifs, activités à risque, habitat, approvisionnement en eau, déplacements, etc.). Des statistiques peuvent être acquises dans les services spécialisés, notamment de l’Agriculture, pour évaluer la quantité de matériel à prévoir. On peut connaître assez facilement les activités globales de la population et la proportion des chefs de famille qui pratiquent des cultures de rente ou vivrières.

En moyenne, on peut prévoir 15 pièges par village.

106En règle générale, il vaut mieux avoir un excédent d’écrans et prévoir, de façon approximative, trois écrans par chef de famille. L’excédent servira tôt ou tard et, s’il manque des écrans, il est très facile et rapide d’en faire coudre d’autres.

107Connaissant le nombre de bourgades (villages et hameaux) et leur profil moyen, il est simple de calculer le nombre de pièges nécessaires. En revanche, on évitera les excédents car, au bout de six mois, presque tous sont à changer. On peut récupérer l’ensemble du matériel pour refabriquer de nouveaux pièges, sauf le tulle.

Approvisionnement

108Certains pays disposent d’usines de textile produisant les tissus adéquats (souvent assez chers) ; certains tissus aussi efficaces mais moins onéreux peuvent être commandés à l’étranger (mais il faut payer le transport). Le choix est laissé aux responsables nationaux selon les facilités d’approvisionnement ; la seule règle à respecter est de choisir un tissu déjà testé et retenu pour toutes ses qualités.

109Il n’existe nulle part d’usines à pièges ou à écrans : ces matériels sont faciles à construire et peuvent l’être par les artisans locaux. La découpe des tissus et la couture doivent se faire sous la supervision du Programme national ou, mieux, dans les locaux du programme : on évite ainsi des « pertes » qui alourdissent le budget. En outre, selon le mode de découpe, on peut économiser ou perdre, jusqu’à 20 % de tissu, d’où la nécessité d’une stricte supervision par une personne possédant une bonne expérience.

Transport du matériel

110Centraliser la fabrication du matériel nécessite ensuite le transport pour approvisionner les villages mais le coût du transport est compensé par la réduction des pertes.

Choix de la période de piégeage

111Si dans la zone, le régime des pluies est bien marqué comme en zone de savane (1 saison sèche, 1 saison des pluies) ou en zone pré-forestière (2 saisons sèches, 2 saisons humides), on doit commencer la lutte dès la fin de la grande saison des pluies.

112Cela doit être respecté, même si les populations de glossines sont encore peu importantes. Mais, comme la lutte va être déléguée aux paysans, il faut que toute la population ayant des activités dans les sites à risque soit impliquée. Dans le cas contraire, le matériel risque de rester dans les maisons au lieu d’être installé là où il faut.

Arrêt de la campagne

113Une année doit suffire, mais la certitude n’est acquise qu’après la prospection médicale de contrôle. Si on a la certitude que la prévalence est égale à 0, on peut arrêter la lutte. Par prudence, et a fortiori si la prévalence est encore élevée, on poursuit la campagne.

114La lutte antivectorielle, après la distribution des écrans, n’inclut que le coût (minime) de l’insecticide ; on peut donc, avec peu de crédits, la prolonger au moins six mois encore. Cela se justifie par notre ignorance actuelle sur le devenir du réservoir animal.

115Toutefois, le responsable doit savoir que la lassitude gagne très vite les paysans et, à moins d’une motivation forte, les réimprégnations sont moins bien assurées après la deuxième (c’est-à-dire huit mois après l’installation).

Installation des pièges

116Les pièges sont confiés aux agents qui, ayant reçu une formation et connaissant le village, peuvent identifier les sites d’installation. Ils doivent aussi s’occuper de tous les hameaux rattachés à leur village.

117Un piège doit être installé :

  • près de toutes les mares servant de bauges aux porcs ;
  • au débouché des chemins arrivant de la brousse ;
  • près des îlots forestiers bordant le village ;
  • près des points d’eau, utilisés ou non, par les villageois ;
  • aux ponts ou aux gués près du village ;
  • près des points de rouissage du manioc ou toutes zones d’activités villageoises, à la fois humides et boisées, pas forcément proches du village mais dans un rayon d’un ou deux kilomètres au maximum.

118Il faut éviter de les placer dans les endroits où manifestement la glossine ne vit pas (trop secs, sans arbres), au centre du village ou dans des concessions privées (le piège n’est pas personnel).

119Si, dans la région, il existe un cours d’eau important, les agents devront se concerter pour traiter la partie du cours d’eau qui revient au village, en suivant le protocole appliqué en savane.

120Comme en savane, il vaut mieux fixer un piège au sol avec un piquet plutôt que de le suspendre.

Installation des écrans

121Le responsable de la lutte, les infirmiers et les agents doivent tout connaître de la transmission dans la région, savoir quels sont les sites à haut risque que chacun doit traiter.

122L’écran doit être installé par le paysan dans le site (ou dans les sites) à risque qui le concerne. Le nombre d’écrans qu’il reçoit est fonction des renseignements qu’il donne à l’agent ; la qualité et la rapidité de l’installation ne dépendront que de lui et de sa perception du risque, d’où l’intérêt d’une bonne sensibilisation/éducation. Chaque paysan traite à son niveau une petite parcelle de terrain ; si tous font de même, on peut très rapidement obtenir la protection de 100 % des sites. Ainsi un bas-fond peut être traité en moins de trois jours sur plusieurs kilomètres si tous les riziculteurs placent leurs écrans dans leur rizière.

Tous les paysans doivent agir en même temps, dans les délais les plus brefs.

123Il faut faire comprendre que si une personne ne travaille pas momentanément dans sa rizière, ou ne réside pas dans son campement, il doit se déplacer quand même pour y installer ses écrans.

124Ce système peut engendrer le « sur-traitement » d’un site : ainsi un point d’eau utilisé par quatre familles pourra recevoir quatre écrans alors qu’un seul suffirait (au moment de la distribution, il est impossible de savoir qui l’utilise). C’est un inconvénient mineur, inévitable, qui n’exagère pas les dépenses.

Les barrières

125Comme en savane, il faut protéger la zone de lutte par une barrière destinée à limiter l’invasion par des glossines venues de l’extérieur, principalement des glossines ténérales : tous les malades n’ont pas été forcément identifiés et traités et ces tsé-tsé peuvent être à l’origine d’une nouvelle vague de transmission. En fait de barrière, il s’agira plutôt d’une zone tampon traitée comme la zone endémique.

126En forêt, cette barrière est constituée d’une couronne entourant la zone de lutte ; sa largeur dépend à la fois du paysage et de l’implantation des villages.

  • Si la zone de lutte est bordée par une savane importante, il est inutile d’y installer le matériel de lutte (sauf le long des cours d’eau).
  • Si la végétation est homogène, dans et hors de la zone de lutte, une couronne de 5 km de large est nécessaire.

127Les paysans résidant à l’intérieur de cette « barrière » doivent recevoir la même éducation pour participer de la même façon que les paysans vivant au cœur du foyer.

Mode de distribution

128Les écrans doivent être livrés aux responsables locaux (les infirmiers) auprès desquels se rendront les agents pour recevoir leur lot (calculé comme il a été montré plus haut : nombre de paysans multiplié par 3).

129L’initiative concernant le mode de répartition entre paysans revient à l’agent qui aura reçu les principes de base. La meilleure solution est, comme pour le dépistage, de s’installer au centre du village, de faire une présentation de l’écran, de décrire son mode d’action et les lieux d’installation, de recevoir les villageois les uns après les autres, de remplir le questionnaire et de leur donner leur quota.

130Nous donnons en annexe 32 (p. 349) un questionnaire type basé sur une situation épidémiologique particulière. Il devra être adapté aux conditions locales.

Identification des utilisateurs

131Il est utile pour les agents de recevoir du responsable des fiches déjà imprimées, basées sur le recensement des chefs de famille où sont mentionnés (voir annexe 32, p. 349) :

  • les noms, par ordre alphabétique, de ces chefs de famille ;
  • leur numéro de recensement (ou à défaut, pour éviter les confusions, leur date de naissance) ;
  • le nombre de parcelles cultivées pouvant recevoir un écran (caféières, cacaoyères, rizières, etc.) ;
  • le nombre de campements ;
  • le nombre de points d’eau ;
  • le total d’écrans reçus.

132Dans une même famille, on peut compter, outre le chef, plusieurs personnes possédant une propriété et susceptibles de recevoir des écrans. Les agents villageois qui le savent parfaitement peuvent limiter les abus, contrairement à une équipe extérieure.

Entretien et suivi

Les écrans doivent être réimprégnés tous les quatre mois.

133On utilise toujours le même insecticide, sous la même formulation (concentré émulsifiable). Chaque paysan doit accomplir lui-même cette tâche pour le lot d’écrans qu’il a reçu.

Préparation de la distribution

134Lors de la répartition des écrans, chaque agent doit recevoir, en même temps, un lot de petites bouteilles en verre d’une contenance maximale de 20 à 35 cl que l’on peut acheter à bas prix chez tous les récupérateurs. Au préalable, ces bouteilles auront été soigneusement lavées, séchées et marquées à la pointe diamantée : cette marque indique le volume d’eau à ajouter, pour un écran, à l’insecticide pur (annexes 29, p. 341 et 33, p. 350 ; fig. 80).

135Les agents, lors de la formation, auront reçu les consignes suivantes :

  • un paysan ayant reçu un nombre χ d’écrans, reçoit x fois la dose d’insecticide nécessaire pour un écran ;
  • le produit est mesuré avec l’éprouvette et versé dans la petite bouteille.

136Sur chaque bouteille en verre, on trace un trait au diamant correspondant au volume de solution nécessaire pour imprégner un écran, calculé en fonction de l’absorption du tissu et donc à recalculer chaque fois que l’on utilise de nouveaux tissus. Pour tracer ce trait rapidement (car il y a aura des centaines de bouteilles), on peut utiliser la technique décrite dans l’annexe 33, p. 350.

Figure 80. Marquage des bouteilles

Distribution de l’insecticide et réimprégnation

137Le protocole est le suivant :

  • l’agent doit distribuer l’insecticide aux paysans selon le protocole qu’il a choisi (rassemblement, porte à porte, etc.) ;
  • en se reportant à son listing de distribution, il connaît pour chaque paysan le nombre d’écrans reçus, donc la quantité d’insecticide à lui donner dans la bouteille en verre ;
  • si besoin est, l’agent doit réactualiser et/ou compléter, son listing ;
  • une plantation a pu changer de propriétaire par exemple suite à un décès ; le nouveau propriétaire doit reprendre à son compte les écrans du précédent ;
  • un paysan vient de s’installer et souhaite des écrans : il est enregistré et reçoit son quota ;
  • un paysan peut avoir besoin d’écrans supplémentaires (nouvelle plantation ou nouvelle rizière, nouveau campement, etc.) ; l’agent rajoute sur son listing ce qu’il a donné ;
  • un site a besoin d’écrans supplémentaires suite à une mauvaise information donnée par le paysan lors de la distribution ;
  • des écrans ont pu être détruits ou volés ; l’agent note ce fait en marge de son listing. Revenu chez lui le paysan doit :
  • regrouper ses écrans (domicile, campement, abri) ;
  • les plier comme il est indiqué en annexe 29, p. 341 ;
  • verser le produit dans un seau métallique propre ;
  • mesurer une 1re dose d’eau propre (en se servant du repère tracé sur la bouteille en verre) et verser dans le seau ;
  • répéter cette opération autant de fois qu’il y a d’écrans (4 doses d’eau s’il y a 4 écrans) ;
  • tremper simultanément les écrans en faisant tremper les bandes noires ;
  • attendre que tout l’insecticide soit absorbé (peu importe si de l’insecticide passe sur le tissu bleu) ;
  • déplier les écrans et les mettre à sécher à plat sur l’herbe, des feuilles ou toute surface très propre ;
  • bien nettoyer le seau et se laver les mains (normalement le paysan a eu très peu de contact avec le produit) ;
  • remettre en place les écrans quand ils sont secs en désherbant tout autour pour améliorer leur visibilité.

Retour de l’information au responsable

138Il doit exister un échange permanent d’informations entre le responsable, les infirmiers et les agents.

  • Dès la mise en place de la campagne, les agents doivent communiquer la liste de tous les chefs de famille de leur village et des hameaux qui y sont rattachés ; cette liste peut être extraite de leur recensement général (annexe 3, p. 280) ou établie spécialement pour la lutte.
  • Le responsable doit saisir ces données sur ordinateur, village par village, et imprimer des feuilles de distribution (annexe 32, p. 349) mentionnant tous les noms classés par ordre alphabétique ; ces fichiers lui permettront de fixer la quantité de matériel nécessaire.
  • Les feuilles de distribution sont renvoyées aux agents (par l’intermédiaire des infirmiers) pour être utilisées lors de cette opération.
  • Une fois remplies (dès que tous les villageois ont été servis), les feuilles sont renvoyées au responsable pour saisie informatique.
  • Le responsable imprime de nouveaux listings où est mentionné, face aux autres données, le nombre d’écrans reçu par chaque paysan : ces listings seront retournés aux agents pour être utilisés lors de la prochaine redistribution d’insecticide. Cela est répété après chaque redistribution.

139Cette opération peut paraître fastidieuse, mais elle permet une meilleure gestion des différentes phases de la lutte, un suivi de la participation et facilite grandement la tâche des agents.

Évaluations

140En zone de forêt, assurer des évaluations continues est bien moins facile qu’en savane.

141En utilisant le même matériel qu’en savane, on peut charger les agents villageois de faire ces évaluations aux alentours du village : l’information est utile mais ne concernera qu’une partie minime de la zone de lutte. Ailleurs, la mise en place des évaluations dépend de l’équipement des agents et/ou de la possibilité de financer leurs déplacements.

142Si des agents disposent d’un moyen de locomotion (bicyclette, vélomoteur), ils pourraient, contre remboursement de leurs frais en carburant et d’entretien, placer un maximum de 10 pièges de capture (surmontés de boîtes d’eau formolée) dans certains des sites à risque, qu’ils soient traités ou non. Si un écran a déjà été placé dans un site choisi pour installer un piège, on le déplace. Le relevé des captures doit se faire selon la méthode décrite plus haut (p. 249).

143Si les agents n’ont aucun moyen de transport, on peut envisager :

  • l’achat d’une bicyclette par village : cette solution n’est pas très onéreuse ; en plus, elle améliore la surveillance sérologique des habitats éloignés ;
  • des évaluations menées par certains membres de l’équipe du responsable national ou par une équipe de santé locale. Une personne et un chauffeur peuvent placer des pièges de capture et les relever une fois par mois. L’échantillonnage sera plus réduit car il paraît difficile à deux hommes de contrôler plus de 100 pièges en un minimum de temps (en voiture, il faut à peu près deux jours).

Piégeage dans les autres types de foyers

Mangroves

144Selon le type et le niveau de l’exploitation de la mangrove par l’homme, le schéma épidémiologique se rapproche de celui des zones de savane ou de celui des forêts. Les pièges doivent être placés dans tous les lieux de contact potentiellement dangereux entre l’homme et la glossine. Mais l’installation est compliquée par le phénomène des marées qui deux fois par jour risquent de submerger les pièges, si on les place trop près des berges, ou de les rendre inopérants si on les place au niveau de la marée haute.

145Les pièges sont placés sans risques et de façon classique avec des piquets :

  • en lisière des villages et près des campements lorsqu’il en existe ;
  • près des points d’eau ;
  • aux débarcadères ;
  • aux points d’accostage de pirogues où l’étiage (c’est-à-dire l’écart entre le niveau de l’eau à marée haute et à marée basse) est faible ;
  • sur la terre ferme, près de tous les lieux de travail ou de récolte (des crevettes, par exemple).

146En ce qui concerne les chenaux, très fréquentés par les pêcheurs et les embarcations de transport de personnes ou de marchandises, la seule solution est de placer des pièges sur des flotteurs à fond plat et lestés (fig. 81). Ces flotteurs doivent être fixés à la berge, pour éviter qu’ils ne soient emportés par le flux et le reflux et au sol pour le maintenir en place (on choisira de préférence un emplacement plat pour que le piège reste droit lors des basses eaux). Le point d’installation se situe, au reflux, à mi-chemin entre le niveau des hautes eaux et celui des basses eaux : le piège a ainsi une efficacité moyenne quelle que soit la marée.

Figure 81. Lutte par piégeage en mangrove : disposition et arrimage des pièges

Niayes

147Des écrans peuvent être distribués aux agriculteurs qui les installeront dans les gîtes à glossines et les lieux de contact : points d’eau, lisières, habitats, etc.

Villes

148Généralement limités, les gîtes à glossines peuvent être aisément traités avec des pièges installés par une équipe de professionnels selon les protocoles définis plus haut. Selon les cas, les pièges seront installés :

  • le long des cours d’eau ;
  • près de toutes les collections d’eau ;
  • le long des lisières (par exemple, entre forêt et jardins) ;
  • près des enclos d’animaux (zoo, élevage, etc.).

149La lutte en zone urbaine est facile et peu onéreuse car l’équipe est sur place ; cependant, les risques de dégradations et de vols sont beaucoup plus élevés qu’en milieu rural.

Foyers transfrontaliers

150Aucun problème technique ne se pose vraiment : selon l’environnement, le type de foyer, on se reportera au protocole adéquat. Le seul problème réside dans l’existence d’un accord entre pays pour coordonner les activités : il serait pratiquement inutile de lutter d’un côté de la frontière si de l’autre côté, rien n’est fait, et s’il existe en permanence des échanges de personnes.

151Les programmes nationaux de lutte, en accord avec leurs gouvernements doivent donc construire un protocole commun et démarrer simultanément les différentes phases de la lutte.

152À cet égard, la mise sur pied, surtout en Afrique centrale, d’une structure internationale de lutte contre la THA permettrait de surmonter beaucoup d’obstacles.

Table des illustrations

Légende Figure 78. Schéma de l’écran noir/bleu/noir
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Figure 79. Schéma du piège biconique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende © IRD/C. LaveissièrePhoto 10. Piège Vavoua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende © IRD/C. LaveissièrePhoto 11. Piège pyramidal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende © IRD/C. LaveissièrePhoto 12. Sommet du piège
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Figure 80. Marquage des bouteilles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Figure 81. Lutte par piégeage en mangrove : disposition et arrimage des pièges
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search