Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie V. La lutte antivectorielle

Faits importants pour la lutte

Texte intégral

Il faut tuer les glossines des deux sexes.

1Le mâle et la femelle sont tous les deux hématophages et leur capacité vectorielle est à peu près la même.

Il faut rapidement éliminer les vieilles glossines.

2Une fois infectée, la glossine le reste toute sa vie et peut infecter une personne saine chaque fois qu’elle se nourrit (tous les 1, 2 ou 3 jours) ou même par repas interrompu (la glossine, dérangée au moment de la piqûre, s’envole, va piquer la personne la plus proche et contamine donc deux personnes).

Il faut aussi éliminer les jeunes glossines.

3Seule la glossine ténérale est capable de s’infecter lors de son premier repas de sang.

Il faut limiter les déplacements des tsé-tsé pour protéger la zone de lutte.

4La glossine se déplace peu spontanément, mais suit l’homme et les animaux dans leurs déplacements ; parfois elle peut voler sur plusieurs kilomètres en quelques jours. Dans les deux cas, elle disperse le trypanosome.

Il faut une technique de lutte efficace dans le temps.

5La glossine peut vivre plus de trois mois.

La technique de lutte doit atteindre tous les sites de transmission, même les moins accessibles.

6En savane, la transmission a lieu dans certains points bien identifiables ; en forêt, la transmission peut avoir lieu partout, mais principalement dans des sites à haut risque. Ces sites sont de quelques types seulement, mais sont extrêmement nombreux.

OBJECTIFS DE LA LUTTE

7Les objectifs de la lutte antivectorielle sont clairs :

  • arrêter la transmission du trypanosome par la glossine infectée à l’homme en éliminant, ou en tentant d’éliminer, la totalité des tsé-tsé qu’elles soient ou non porteuses de parasites ;
  • maintenir cette situation pendant le temps nécessaire aux équipes médicales pour identifier et soigner tous les malades en étant certain que les personnes déclarées saines lors des visites ne seront pas contaminées à leur tour dès qu’elles seront revenues chez elles ;
  • éviter que les malades traités, donc guéris, ne soient à nouveau contaminés lorsqu’ils reviennent sur les lieux où ils ont contracté la maladie la première fois ;
  • arrêter la transmission du trypanosome par la glossine aux animaux et ainsi favoriser l’assainissement du réservoir animal. Cet assainissement peut être direct grâce à la guérison spontanée de l’animal ; il peut être indirect quand les animaux sont sacrifiés pour l’alimentation humaine (abattage, chasse).

Dans tous les cas, la lutte antivectorielle accélère la disparition de l’endémie et réduit les coûts même si, apparemment, elle représente une dépense supplémentaire.

8La lutte antivectorielle a été mieux comprise par les responsables de la lutte contre les trypanosomoses animales : des campagnes de lutte antivectorielle ont depuis longtemps été entreprises car elles étaient rentables. Dans l’état actuel de nos connaissances et des moyens disponibles, en aucun cas l’éradication ne sera atteinte. Aucune barrière, naturelle ou artificielle, ne peut empêcher l’invasion des zones traitées par des tsé-tsé venues de l’extérieur.

Tôt ou tard dans un foyer où a été menée la lutte antivectorielle, les populations de glossines se réinstalleront.

9Les responsables et la population doivent en être avertis : il ne s’agit nullement d’un échec, cependant toutes les dispositions devront être prises pour assurer la surveillance du foyer et éviter le retour à la situation antérieure.

STRATÉGIES

10Il existe quelques principes à respecter pour lutter contre les glossines, mais il n’y a pas de recette stricte : techniques et protocoles doivent être choisis et adaptés selon les conditions du foyer à assainir. Nous donnons dans ce manuel le mode d’emploi général de la lutte antivectorielle, en particulier du piégeage, en attirant l’attention du responsable sur le fait qu’il devra lui-même apporter les modifications et les améliorations qu’il juge nécessaires en fonction de ses observations personnelles.

LES IMPÉRATIFS

Délimitation de la zone

La délimitation de la zone de lutte antivectorielle revient aux équipes médicales.

11La lutte antivectorielle ne peut être couronnée de succès qu’à la condition qu’elle soit appliquée :

  • sur la totalité de la zone à forte endémicité (pour éliminer les glossines infectées et empêcher les ténérales de venir s’infecter sur les malades qui pourraient y subsister encore) ;
  • sur une couronne périphérique (une « barrière ») suffisamment large pour limiter la réinvasion de la zone centrale (fig. 77).

12Pendant les prospections, les équipes médicales doivent identifier, si possible, tous les malades, les replacer dans leur habitat et dresser une carte de la prévalence ou simplement de leur répartition, qui permettra au responsable de la lutte contre le vecteur d’établir son plan d’intervention.

Figure 77. Délimitation de la zone de lutte antivectorielle

Faisabilité

13Une campagne de lutte antivectorielle doit utiliser une ou plusieurs techniques réalisables dans le foyer. Il est risqué de vouloir utiliser, sans essai préalable ou sans expertise, une méthode, ou une stratégie, qui a pu réussir ailleurs.

14À titre d’exemple, on peut comparer la zone de savane et la zone forestière. Dans la première, l’habitat humain est regroupé en villages avec des zones de cultures périphériques ; dans la seconde, l’habitat se répartit entre les villages et les campements de culture disséminés dans de vastes zones de plantations, parfois éloignées du village. Les modalités de la transmission sont aussi fondamentalement différentes. En savane, la transmission peut se faire aux alentours du village, en quelques points seulement, sur le ruisseau ou la rivière proche ; en forêt, elle a lieu pratiquement partout mais surtout aux points d’eau, près des ruisseaux, dans les rizières et bien sûr au campement.

15En zone de savane, on pourrait aisément utiliser des pulvérisations aériennes qui sont totalement inopérantes en zone de forêt. Dans ces deux régions, si on utilise la technique du piégeage, le protocole ne sera pas forcément le même. En savane, une équipe de professionnels peut se charger du traitement des galeries forestières ; en forêt, la multitude de points à traiter rend cette stratégie irréaliste.

Rapidité et efficacité

16Une campagne de lutte doit être lancée rapidement dès que l’existence d’un foyer est mise en évidence. Les raisons sont multiples et évidentes :

  • la glossine maintient la transmission tant que rien n’a été entrepris pour l’éliminer, ce qui se traduit par l’augmentation du nombre de malades ;
  • la santé des malades se dégrade chaque jour et, sans diagnostic donc sans soins, la mort est inévitable ;
  • l’attente, aggravant la situation, accroît aussi les difficultés et les coûts (extension de la zone endémique et, pour les malades, augmentation des risques liés au traitement).

17La rapidité s’exprime aussi en termes de résultats. La technique utilisée doit entraîner une réduction spectaculaire des populations de glossines. L’effet est bénéfique sur la participation des communautés rurales avec une amélioration du taux de présentation aux visites médicales et une augmentation des chances de découvrir un maximum de malades. En outre, on obtient l’arrêt précoce de la transmission, d’où une réduction du nombre de malades et des frais occasionnés.

Respect de l’environnement

18Toute technique de lutte visant un vecteur doit respecter l’environnement. Cela élimine évidemment tout protocole basé sur la destruction de la végétation et de la faune et réduit la possibilité de pratiquer des pulvérisations d’insecticides. Il n’est pas inutile de rappeler que presque partout la faune aquatique d’eau douce (poissons, crustacés, coquillages) est une source de nourriture importante pour l’homme. Sa destruction peut engendrer des pénuries ; en outre, sa contamination par des produits toxiques peut être à l’origine de problèmes sanitaires graves.

Modicité des coûts

19Les crédits disponibles pour la santé humaine sont, toujours et partout, très réduits. La mise en place d’un protocole de lutte doit tenir compte de ce facteur : la technique préconisée doit être compatible avec les ressources financières disponibles ; le protocole doit utiliser toutes les possibilités et ressources locales (humaines et logistiques) ; le calendrier des activités doit être conçu de façon à optimiser le rendement et l’efficacité des personnes dans leurs différentes activités.

EN ZONE DE SAVANE

La stratégie consiste à lutter, le long de tous les cours d’eau, sur une distance égale à la zone fréquentée par l’ensemble des villages du foyer avec, de part et d’autre, un prolongement pour créer une barrière devant limiter la réinvasion.

20La lutte en zone de savane reste relativement simple. La population est généralement regroupée en villages : quel qu’en soit le type – classique, en quartiers ou dispersé – ils sont la plupart du temps recensés, cartographiés et accessibles. Les gîtes à glossines sont soit de type linéaire comme les galeries forestières, soit, dans quelques cas, totalement isolés comme les bois sacrés ou les plantations de manguiers. L’ensemble de la population villageoise est soumise au risque mais ce risque est maximal dans certains points bien localisés : points de baignade (très fréquentés par les jeunes), points de lavage ou de lessive utilisés par les femmes, sites d’accostage des pirogues de pêcheurs, gués et ponts. Même si les glossines ont tendance à circuler le long des galeries forestières, elles sont généralement stabilisées au niveau de ces endroits (car les hôtes y sont accessibles en permanence).

21La stratégie de lutte sera appliquée pour chaque village inclus dans la zone du foyer de façon à assainir l’ensemble du réseau hydrographique.

EN ZONE DE FORÊT

22Le milieu forestier est, sur tous les plans, beaucoup plus complexe que la savane :

  • le régime des pluies est souvent un facteur limitant pour toutes les techniques utilisables ; la période la plus favorable de l’année est celle où il pleut le moins ;
  • la population est souvent composée d’individus venant de divers horizons (nationaux et/ou étrangers) aux comportements et mentalités différents, avec un habitat généralement très dispersé, ni recensé, ni cartographié ;
  • la transmission peut se faire partout mais les zones à très haut risque sont toujours les zones humides, ce qui représente une multitude de gîtes à traiter.

Tous les sites de transmission doivent être obligatoirement traités sous peine d’échec : le protocole choisi doit permettre d’appliquer la technique la mieux adaptée.

23La délimitation du foyer est difficile pour toutes ces raisons, surtout à cause de la dispersion et de l’inaccessibilité de l’habitat. La lutte, elle aussi, est compliquée par l’étendue du territoire à couvrir et la multiplicité des sites à traiter, sites que personne ne peut connaître à part ceux qui les fréquentent.

24Cette application devra, là encore, déborder largement sur une couronne périphérique, généralement identique sur tous les plans à la zone d’endémie, pour servir de barrière.

Table des illustrations

Légende Figure 77. Délimitation de la zone de lutte antivectorielle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search