Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie V. La lutte antivectorielle

Introduction de la cinquième partie

Texte intégral

© IRD / C. Laveissière

1La lutte contre le vecteur de la maladie du sommeil, la glossine, a longtemps été négligée par les responsables de la Santé. Durant des décennies, on a pensé que le diagnostic et le traitement des malades suffisaient pour vaincre l’endémie : cette idée persiste encore, malheureusement. Il est vrai que les grandes campagnes de dépistage menées au début du vingtième siècle, notamment par Jamot, pouvaient laisser croire que les équipes mobiles représentaient le meilleur système. De plus, les techniques de lutte contre la mouche tsé-tsé étaient soit peu performantes, soit très onéreuses, soit les deux à la fois.

2À titre d’exemple, on rappellera la prophylaxie agronomique.

3Appliquée du temps de la colonisation, cette méthode exigeait une main-d'œuvre importante pour déboiser et débroussailler. On pouvait parvenir à éliminer totalement le vecteur en zones de savane mais les risques d’érosion du sol étaient importants. En forêt, l’élimination de la glossine était impossible : la surface boisée était si importante qu’on ne pouvait défricher une grande superficie ; les travaux de prophylaxie agronomique n’aboutissaient alors qu’à faire légèrement reculer le front des glossines. Celles-ci pouvaient continuer à piquer l’homme, donc à transmettre la maladie, par exemple au niveau des rizières installées sur les cours d’eau défrichés.

4D’autres techniques, plus sophistiquées, reposaient sur les pulvérisations d’insecticide. Ces pulvérisations pouvaient se faire au sol, par des hommes portant des pulvérisateurs, par avion ou encore par hélicoptère.

5Dans les deux cas, le coût de la lutte était élevé et sa réussite dépendait des conditions climatiques. En savane, durant la période sèche, l’élimination (provisoire) de la glossine pouvait être obtenue ; en forêt et dans toutes les régions pluvieuses, la rémanence de l’insecticide était trop faible pour réduire la densité des glossines. En outre, on s’est aperçu que les projections d’insecticides dans les cours d’eau étaient nocives pour la faune aquatique, notamment les poissons.

6Ainsi, peu de campagnes de lutte antivectorielle ont été réalisées dans les foyers de maladie du sommeil. Et pourtant elles auraient pu aider à vaincre la maladie plus rapidement et à moindres frais.

7En effet, le cycle du trypanosome passe par trois éléments : l’homme, à la fois hôte de la glossine et réservoir de parasites, la glossine qui transmet le parasite et le réservoir animal (porcs ou antilopes) abritant le trypanosome et favorisant sa dissémination par l’intermédiaire de la tsé-tsé qui se nourrit sur eux. Le vecteur a donc deux moyens de s’infecter soit en piquant l’homme, soit en piquant certains animaux. Si on parvient à soigner l’homme malade, il est plus difficile, voire impossible, de traiter les animaux, notamment les animaux sauvages. La seule façon d’interrompre le cycle de transmission est d’éliminer le maillon intermédiaire, la glossine.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search