Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie IV. Le traitement

Suivi post-thérapeutique

Texte intégral

1Une fois le malade traité, il faut effectuer un certain nombre de contrôles avant de le déclarer guéri. Ces contrôles reprennent les examens pratiqués pour le dépistage et le diagnostic (examen clinique, CATT, recherche de trypanosomes dans le sang, analyse du LCR). Ils doivent, a priori, être réalisés dans ou par le centre qui a traité le malade.

2La difficulté réside dans l’interprétation de ces contrôles. Le CATT peut mettre un à deux ans pour se normaliser. Il en est de même de la leucorachie : la persistance de valeurs élevées, au bout de six mois, n’est pas synonyme d’échec thérapeutique.

3L’échec thérapeutique peut avoir diverses causes : traitement insuffisant, mauvaise diffusion du produit, mauvaise qualité du produit, résistance au médicament, etc. La résistance du trypanosome vis-à-vis du mélarsoprol est fortement suspectée, mais n’a pas encore été formellement démontrée. Ces échecs thérapeutiques surviennent dans 2 à 5 % des cas. Dans certains foyers (en particulier, en Ouganda et en Angola), ils peuvent dépasser 20 %. Mais l’échec thérapeutique n’est pas la seule cause de rechute. Il peut s’agir également d’une recontamination à partir d’une glossine infectée. Il est en effet vraisemblable que le malade en revenant chez lui retrouve les mêmes conditions de transmission.

4Pour déclarer guéri un malade, il faut qu’après deux ans de contrôles périodiques les résultats de tous les examens pratiqués se soient normalisés. Nous donnons ci-dessous la liste de ces examens :

  • examen clinique ;
  • contrôles sanguins sérologiques et parasitologiques :
    • numération cellulaire ;
    • CATT ;
    • CTC, QBC, mAEC ou, à défaut, goutte épaisse ;
  • en cas d’adénopathies, elles sont ponctionnées ;
  • LCR :
    • numération cellulaire ;
    • double centrifugation (recherche de trypanosomes) ;
    • dosage des protéines.

5Les résultats de chaque contrôle doivent être notés dans le dossier d’hospitalisation (annexe 25, p. 316). Le contrôle à la sortie du traitement est très important pour deux raisons :

  • il sert de référence pour les suivants ;
  • si, à cette occasion, des trypanosomes ont été mis en évidence dans le LCR, on se trouve en présence d’un traitement insuffisant ou d’une résistance au produit utilisé.

6Par ailleurs, la fréquence des contrôles est la suivante :

  • à la sortie après traitement ;
  • 3 mois après traitement ;
  • 6 mois après traitement ;
  • 12 mois après traitement ;
  • 18 mois après traitement ;
  • 24 mois après traitement.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search