Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie IV. Le traitement

Introduction de la quatrième partie

Texte intégral

© IRD / L. Penchenier

1Sans traitement, la THA est une maladie mortelle. Il est donc impératif de traiter le sommeilleux. Mais le traitement diffère en fonction de la phase de la maladie. En première période, il est très efficace et sans effets secondaires sévères alors qu’en seconde période, son efficacité est bien moindre et sa toxicité non négligeable.

2Une fois la maladie identifiée, il faut déterminer à quel stade se trouve le malade pour choisir le traitement en conséquence. Ce diagnostic de phase se fait grâce à l’analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR). Avant de commencer le traitement, il faut faire un bilan et, surtout s’il est en seconde période, s’assurer qu’il peut le supporter. Pour cela, on doit prévenir un certain nombre de pathologies (en particulier, parasitaires) et aider le patient par un apport nutritionnel accru et une vitaminothérapie. Enfin, pour tenter de prévenir les complications du traitement de la seconde phase, il faut le mettre sous corticothérapie, geste thérapeutique non dénué de conséquences.

3La mise sous traitement spécifique de la THA nécessite une surveillance constante orientée principalement sur la recherche des signes de complications (annexe 21, p. 310). Pour s’assurer de l’efficacité du traitement, il faut mettre en place une surveillance post-thérapeutique qui, pour les malades en seconde période, va durer deux ans. En cas d’échec, une nouvelle cure thérapeutique devra être réalisée. On peut comprendre que le traitement de la maladie du sommeil est une entreprise délicate qui ne peut être effectuée qu’en milieu spécialisé (hypnoserie ou hôpital) avec du personnel compétent.

4L’hospitalisation est longue. Elle peut durer jusqu’à deux mois. Elle nécessite un accompagnement du malade par des membres de sa famille. Il faut donc que le centre de traitement puisse les accueillir.

5Dans ce chapitre, nous allons reprendre, dans l’ordre, ces différents points, de la phase préparatoire du malade au traitement jusqu’au suivi post-thérapeutique.

6En ce qui concerne le traitement et les protocoles thérapeutiques proprement dits, ils dépendent des décisions des autorités sanitaires des pays concernés. Des recherches sont en cours sur de nouvelles molécules et l’essai de diverses associations médicamenteuses, mais nous nous limiterons ici aux trois molécules classiquement utilisées que sont la pentamidine (Lomidine®), le mélarsoprol (Arsobal®) et le Difluoro-méthyl-ornithine (DFMO). Nous indiquons, en annexe 22 (p. 311), d’autres médicaments disponibles.

Table des illustrations

Légende © IRD / L. Penchenier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/10524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search