Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie III. Le dépistage et le diagnostic

Suivi des supects sérologiques

Texte intégral

1En fin de prospection, la population examinée peut être scindée en trois groupes : les malades, les non-malades et les suspects. Ces derniers sont les individus positifs au CATT chez lesquels aucun trypanosome n’a été mis en évidence. S’ils sont malades, en ne les traitant pas, ils risquent d’être une source de contamination pour le reste de la population. À l’inverse, s’ils ne sont pas malades, il est dangereux et onéreux de les traiter. Il faut donc absolument savoir quel est leur statut réel. Avant que la PCR ne soit utilisée pour le diagnostic de la THA, on ne pouvait trancher qu’après avoir refait, quelques mois plus tard, le CATT et les examens parasitologiques avec tous les risques de maintien de l’endémie que cela comporte. Grâce à la PCR, on peut écarter assez rapidement les non-malades parmi les suspects immunologiques. Les résultats montrent qu’ils représentent environ 95 % de l’ensemble des suspects. On ne peut malheureusement pas affirmer qu’un individu positif à la PCR est un malade car il n’y a pas eu assez d’études pour valider cette technique comme moyen diagnostic de la THA (problème de spécificité). Il faudra donc retourner sur le terrain pour retrouver les 5 % de suspects positifs à la PCR et seulement ceux-là, afin de rechercher le parasite.

2Les suspects sérologiques chez lesquels aucun trypanosome n’a été mis en évidence, doivent être revus ultérieurement. Parmi eux, il peut y avoir des malades ignorés, source possible de contamination pour la population locale. Il est de même nécessaire de surveiller leur famille et toutes les personnes vivant ou travaillant près d’eux.

3Il n’y a que deux possibilités pour ces contrôles :

  • par l’équipe mobile lors d’un prochain passage, c’est-à-dire que le contrôle, dans le meilleur des cas, ne pourra se faire qu’au bout d’un an. Ce délai est beaucoup trop long pour surveiller sérieusement les suspects. Il est donc souhaitable que les agents de santé locaux puissent s’en charger ;
  • par le dispensaire local ; dans la mesure du possible, les suspects devraient être revus tous les mois tant que le test CATT est positif. Ce protocole risque d’indisposer la personne lassée de se rendre apparemment « inutilement » au dispensaire. On peut donc effectuer un contrôle chaque mois pendant trois mois ; ensuite, si aucun signe clinique n’est visible (troubles du comportement, adénopathies, amaigrissement, etc.), on pratique un contrôle tous les trois mois pendant six mois ; puis un contrôle tous les six mois.

4L’agent de santé suspendra les contrôles à partir du moment où le test deviendra négatif. Cependant, dans ce cas, il est souhaitable d’en avoir la confirmation en pratiquant un nouveau test quinze jours après.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search