Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie III. Le dépistage et le diagnostic

Dépistage passif. Signes d’appel

Texte intégral

1En zones d’endémie, les agents de santé publique se trouvent en première ligne pour la lutte contre la maladie du sommeil ; ils doivent donc être parfaitement sensibilisés et formés pour être efficaces. Au centre de santé ou lors d’une surveillance active, l’attention doit être attirée par tout symptôme clinique évocateur de la maladie du sommeil. Le suspect présente différents types de signes.

SIGNES D’APPEL

2Ils sont de trois sortes : discrets, bien visibles et marqués.

3Les signes d’appel discrets sont très peu spécifiques et se limitent généralement à :

  • une fatigue exagérée ;
  • des maux de tête persistants ;
  • un comportement inhabituel.

4Les signes d’appel bien visibles se caractérisent par un visage bouffi relativement caractéristique (photo 5, p. 72).

5Les signes d’appel marqués sont des symptômes plus significatifs, surtout s’ils sont associés à :

  • des tremblements ;
  • une démarche hésitante et trébuchante (comme quelqu’un qui a trop bu d’alcool) ;
  • des douleurs à la pression profonde (en serrant un objet, par exemple) ;
  • des troubles importants du sommeil (insomnie nocturne, somnolence de survenue brutale) ;
  • un comportement très anormal faisant penser à la démence.

6En raison de la maladie même, le patient peut ne se plaindre d’aucun trouble qui, en revanche, seront signalés par la famille.

7Chaque fois qu’une personne présente de tels signes, il faut rechercher la présence des ganglions cervicaux ou sus-claviculaires (photo 3, p. 71).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search