Version classiqueVersion mobile

Manuel de lutte contre la maladie du sommeil

 | 
Claude Laveissière
, 
Claude Penchenier

Partie III. Le dépistage et le diagnostic

Le recensement

Texte intégral

1Le recensement d’une population soumise au risque de maladie du sommeil est important à plusieurs titres et est complémentaire d’une cartographie même sommaire.

2Il faut connaître l’importance d’une population pour :

  • préparer la quantité de matériel nécessaire aux prospections de dépistage et de diagnostic (tests sérologiques, tests parasitologiques, aiguilles, coton, alcool, etc.) ;
  • préparer un stock de produits pharmaceutiques nécessaires au traitement des petites affections ;
  • établir un programme cohérent de prospection, c’est-à-dire ne pas prévoir la visite d’un village de 2 000 personnes sur une seule journée ou ne pas rester une journée entière dans une bourgade de 200 habitants.

3Il faut en connaître les aspects qualitatifs pour :

  • dénombrer les chefs de famille en prévision d’une campagne de lutte ;
  • identifier les principales occupations de cette population toujours pour prévoir les stratégies de lutte ;
  • connaître les modes d’habitat pour améliorer le dépistage, atteindre les malades les plus éloignés, comprendre les mécanismes de transmission, adapter les stratégies. Trop de missions ne s’arrêtent que dans les villages recensés et ignorent des hameaux, parfois plus importants mais non cartographiés ;
  • pouvoir identifier tous les cas relevant de la contamination familiale : un cahier de recensement bien tenu permettra, si un membre d’une famille est contaminé, de convoquer tous les autres membres pour pratiquer les examens.

4Le recensement ne doit pas être considéré comme un travail exclusivement réservé à la trypano : la connaissance qualitative et quantitative des populations peut, et doit servir, à bien d’autres projets. L’expérience a montré qu’il sert :

  • aux programmes de vaccinations : la connaissance du nombre d’enfants en âge d’être vaccinés améliore le rendement des équipes qui peuvent prévoir un programme cohérent ;
  • à tous les projets visant l’amélioration de la santé ;
  • à une meilleure coordination des initiatives villageoises (cotisations pour création d’une maternité, d’un dispensaire, etc.) ;
  • à l’amélioration des infrastructures, par exemple pour la création d’un pont ou la réfection de routes.

CHOIX DES RECENSEURS

5Le recensement de la population n’est pas un travail insurmontable dès lors que l’on a adopté un protocole adéquat. Pour cela, il faut prendre en compte deux faits essentiels :

  • un foyer couvre plusieurs villages à chacun desquels sont rattachés plusieurs hameaux et campements de culture ;
  • pour faire un recensement exhaustif, il faut déjà connaître un peu cette population.

6La seule solution, pour obtenir des chiffres fiables, consiste à s’adresser, dans chaque village, à des personnes qui y sont nées, qui y vivent et donc qui parlent la langue ; des personnes qui connaissent les environs et pratiquement tous les habitants, du plus jeune au plus vieux.

7Des essais ont été faits en Côte d’Ivoire (1992 à 1997) : le recensement a été confié à des ASC, de jeunes villageois (deux par village), lettrés et s’intéressant à cette tâche. Mais d’autres propositions sont acceptables, sous réserve que les agents recenseurs possèdent les qualités nécessaires :

  • sachant lire et écrire ;
  • autonomes, pour trouver les solutions aux différents problèmes qui surviennent presque obligatoirement ;
  • physiquement robustes, car ils auront à se déplacer entre les hameaux et les campements ;
  • sans préjugés si la région est habitée par des étrangers, nationaux ou non ; souvent, dans ce cas, le mieux est d’avoir un couple de recenseurs, l’un appartenant au groupe autochtone, l’autre au groupe majoritaire allogène pour réduire les problèmes de langues ;
  • dynamiques et motivés car le travail de recensement peut parfois être délicat, voire difficile ;
  • acceptés par tous.

8Si le village ne dispose pas d’agents de santé, on peut également faire appel aux :

  • comités de santé – qui, très souvent, ont déjà fait un recensement - ou tout autre comité villageois ;
  • jeunes gens déscolarisés et sans emploi ;
  • enseignants des villages à condition de trouver des adjoints pouvant aller au-delà du village dans les hameaux et les campements ;
  • infirmiers si la structure du dispensaire leur permet de quitter leur poste quelques jours (par exemple, s’ils ont un adjoint).

9Outre les critères énoncés ci-dessus, le choix doit être effectué collégialement par l’ensemble de la population. En effet, les recenseurs vont enregistrer des renseignements concernant les familles qui, même s’il ne sont pas très confidentiels, peuvent être considérés par les chefs de famille comme une atteinte à leur intimité. Aussi, les recenseurs doivent-ils être désignés d’un commun accord entre les autorités villageoises, les responsables de comités et les chefs de famille.

10Il faut toutefois que ce choix soit guidé par le responsable du projet de lutte. On doit ainsi éviter :

  • les fils de chef de village qui, dans certains cas, utilisent leur privilège pour obtenir les renseignements auprès des chefs de famille, ce qui conduit au résultat inverse de celui que l’on vise ;
  • les jeunes gens d’un niveau scolaire trop élevé car tôt ou tard, ils repartiront vers la ville pour trouver un emploi correspondant à leur qualification ;
  • les personnes sans ressources ou sans soutien familial car ils seront obligés de travailler pour subsister et n’auront pas le temps de se consacrer totalement au recensement (au moins trois mois) ;
  • toute personne qui a eu des problèmes dans le village à cause de son comportement (alcoolisme, vol, etc.) ;
  • les malades car, même s’ils ont la volonté de faire ce travail, ils risquent de s’épuiser et de ne pas le mener à son terme.

VALIDATION ET SUPERVISION DES RECENSEURS

11Le responsable du projet de lutte et ses adjoints doivent d’abord passer de village en village pour informer la population sur la nécessité du recensement et sur ses modalités. Ils énonceront le protocole et donneront les critères de sélection des recenseurs.

12La plupart du temps, ce travail sera bénévole (les bailleurs de fonds, une fois convaincus de l’utilité du recensement, pourraient peut-être accepter d’inscrire cela au budget de la campagne) : toute personne candidate doit en être informée. Un deuxième passage dans les villages permettra de faire connaissance avec les candidats.

13Si le choix des villageois s’est porté sur quelques personnes répondant à la plupart des critères imposés, il est souhaitable que le chef de projet fasse un test minimal pour vérifier les qualités des recenseurs. Une simple discussion peut déjà permettre de comprendre les motivations du candidat et d’évaluer sa capacité à gérer les contacts humains. Des personnes trop timides ne seront pas très efficaces et, à l’inverse, quelqu’un de trop sûr de lui, voire arrogant, risque d’indisposer les villageois. Un test écrit complète « l’examen de passage ». Le candidat remplit une fiche pour donner son nom, ses prénoms, date de naissance, etc. Il rédige un texte court sur sa façon de comprendre sa mission et sur son intérêt. Cela permet de vérifier que les candidats savent lire et écrire, de juger la qualité de l’écriture (une écriture totalement illisible rend inopérant le recensement) et d’évaluer leur caractère et leurs capacités.

PROCÉDURES DE RECENSEMENT

14Le choix étant fixé, les autorités villageoises doivent faire passer un message annonçant que le recensement sera effectué dans toute la population par les personnes désignées.

15Les agents recenseurs auront reçu du responsable tout le matériel nécessaire à leur travail :

  • stylos à bille, crayons à papier, gomme ;
  • un classeur (robuste) à feuillets mobiles pouvant contenir au moins 200 feuilles ;
  • deux chemises plastifiées ;
  • des feuilles perforées imprimées (cf. annexe 3, p. 280).

16Le stock de feuilles doit être suffisamment important : les erreurs sont nombreuses et le nombre de familles dans un village n’est pas toujours connu avec précision.

17Des bicyclettes peuvent être distribuées (une par village) pour les déplacements entre village et hameaux, ce qui implique de distribuer également des pièces détachées et accessoires pour l’entretien.

Identification des familles

18La feuille de recensement doit porter en haut à gauche le nom de la localité recensée. Dans chaque localité, les familles seront recensées les unes après les autres et chacune recevra un numéro : par exemple, famille n° 1 pour celle du chef, n° 2, n° 3,..., n° 65, etc. (le numéro est reporté sur la fiche familiale).

19Ce numéro est définitif et ne doit jamais être changé.

20Pour éviter d’avoir une liste familiale trop longue, il est préférable de se limiter à la famille nucléaire incluant père, mères, enfants, parents associés et manœuvres, c’est-à-dire à l’unité vivant dans une même maison ou une même cour. Au-delà de 50 personnes, la famille est difficile à gérer lors des prospections médicales.

21Si des personnes vivent en permanence dans un campement de culture rattaché à un village, elles seront recensées sur une fiche identifiée par le nom du village de rattachement et par un numéro de campement, par exemple Cl (pour le premier campement), C2 (pour le deuxième),... C34, C35, etc. Ce numéro est également définitif. Si l’habitat en campement est temporaire, le recenseur doit s’assurer que les personnes n’ont pas déjà été enregistrées.

22Si des manœuvres sont installés dans ces campements avec leur famille, il faut leur demander le nom de leur employeur. Ce dernier a, en effet, peut-être déjà fait recenser ses manoeuvres (dans ce cas, il suffit de compléter la fiche familiale avec le nom des femmes et des enfants des manœuvres) ; si l’employeur ne vit pas au village, il faudra recenser ce campement comme une famille du village.

Identification des personnes

Choix de la période de recensement

23Dans certaines régions, il existe des périodes de l’année durant lesquelles une partie de la population est absente (voyage dans le pays d’origine, visite à la famille, etc.).

24Le responsable du projet doit se tenir informé et faire commencer le travail quand tout le monde est revenu dans les villages.

25Périodiquement, une partie de la population villageoise peut s’installer dans les campements de culture pour les travaux agricoles (plantations, récoltes, etc.). L’agent recenseur connaît généralement ces familles et leur campement : il pourra les y rejoindre ou attendra leur retour.

Choix de la personne interrogée

26Généralement, le père de famille est le mieux placé pour donner tous les renseignements nécessaires sur sa famille, mais il peut arriver qu’il soit indisponible ou dans l’incapacité de répondre. Dans ce cas, il faudra interroger soit le fils aîné, soit la première femme, soit un frère.

Contenu du questionnaire

27Les questions posées au chef de famille (ou son représentant) doivent suivre une certaine logique pour que le recenseur effectue son travail efficacement et rapidement.

28On doit prévenir la personne questionnée qu’elle ne doit donner que les noms des personnes vivant en permanence au village même si certaines sont provisoirement absentes. Par contre, il est inutile de recenser les enfants mariés dans un autre village ou résidant en ville ou encore le nom des épouses divorcées ou des personnes décédées.

Les précautions

29Le recenseur doit être attentif à quelques points particulièrement importants.

Les noms

30Les noms doivent être transcrits dans leur intégralité et cela particulièrement dans les régions où il y a une très forte homonymie : dans ces cas-là, bien souvent, seuls tous les prénoms (catholiques, musulmans ou traditionnels) peuvent permettre de distinguer les personnes.

31Certains refusent de donner leur nom entier ou leurs prénoms : on doit les convaincre de donner leur identité complète, sans irritation ou menace, simplement en donnant une impression de sérieux et de compétence et en expliquant pourquoi cette identité complète est nécessaire.

Le statut

32Le chef de famille n’est pas forcément un homme : une veuve peut avoir ce rang et continuer le travail de son époux.

La conservation et l’utilisation du registre

33Le registre devra être utilisé plusieurs mois ou plusieurs années, le recenseur doit le préserver du mieux qu’il peut de la poussière, de la pluie, des accidents domestiques, des jeux des enfants, voire même des rongeurs.

34Il est souhaitable de partir sur le terrain avec une chemise (type plastifié) et un stock de fiches vierges.

Le recensement ne doit jamais servir à autre chose qu’à la santé ou au développement.

35Le registre doit être de préférence enfermé dans une armoire, une cantine métallique ou dans tout autre endroit où il sera à l’abri.

36Il faut éviter les ratures ou surcharges des fiches pouvant les rendre inutilisables. Il est préférable de recopier toute fiche raturée après le travail.

37Il faut à tout prix persuader la population que le recensement ne sera pas utilisé à d’autres fins (politique ou fiscale notamment) sous peine de refus de collaborer, voire de conflits. C’est une des raisons pour lesquelles le choix des recenseurs doit être fait en collaboration avec l’ensemble de la population et non pas être le fait d’un individu ou d’un petit groupe influent.

Utilisation du recensement

38Le recensement doit être utilisé lors de la surveillance épidémiologique et lors des prospections médicales.

39Dans les deux cas, il est utile que l’agent responsable de la tenue du registre, dresse une liste, par ordre alphabétique de tous les chefs de famille : cette liste mentionne, outre le nom complet et l’âge, le numéro que porte la famille (ou le campement). Il sera ainsi très facile, lorsqu’une personne se présentera, de retrouver la fiche correspondante, que cette personne soit le chef de famille lui-même ou un des membres de cette famille (dans ce cas, on demande simplement à ce dernier le nom de son mari si c’est une femme, de son père ou de son tuteur si c’est un enfant, de son patron si c’est un manœuvre, etc.).

40Dans le cas où le poste « recensement » comporte deux ou plusieurs agents recenseurs, les fiches familiales sont distribuées à parts égales entre eux ; chaque agent doit aussi disposer de la liste des noms des chefs de famille classés par ordre alphabétique.

41Un chef de famille est donc immédiatement dirigé vers l’agent qui détient sa fiche. Puis, chaque membre de cette famille est appelé à tour de rôle selon l’ordre d’inscription sur la fiche et recevra sa carte d’examen. L’agent recenseur coche son nom au crayon à papier (par exemple, dans la colonne observations). Cela permet de faire le point sur la famille et de signaler sur la fiche les départs définitifs ou les décès. L’agent transcrit le nom des nouvelles personnes rattachées à la famille (naissances, arrivées, mariage) : il n’attend pas qu’on lui présente ces personnes mais se renseigne lui-même sur la présence de nouveaux individus dans la famille. Pour toute personne ne se présentant pas à la visite, on demande la raison de l’absence. Ce peut être :

  • pour cause de voyage ;
  • pour cause de maladie ; dans ce cas, l’agent doit convaincre le chef de famille d’amener le malade, au moins pour le faire examiner par un infirmier, en gardant à l’esprit que cette maladie peut être la trypano (on peut aller le prélever jusqu’à son domicile s’il ne peut se déplacer) ;
  • un refus de se présenter : là aussi il faut faire preuve de persuasion pour que la famille elle-même parvienne à convaincre la personne de venir ; ce peut être facile avec un enfant, beaucoup plus complexe avec un adulte qui a peur des examens ou qui n’en voit pas la nécessité. Il ne faut pas oublier que les troubles du comportement engendrés par la THA peuvent être à l’origine de ce refus.

42Après la visite médicale, les agents doivent reprendre toutes les fiches ; ils font appeler toutes les personnes dont le nom n’a pas été coché et dont l’absence n’est pas justifiée. S’il n’y a pas d’agent de santé dans le village, on peut pour cela s’adresser au chef de village ou aux notables qui généralement restent à proximité de l’équipe médicale.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search